Aller au contenu

se sentir different et marginale dans sa societe contemporaine


Messages recommandés

femzi Membre+ 5 626 messages
débatteur invétéré‚ 32ans
Posté(e)

salut tout le monde.

voici la reflexion qui m'omnibule l'esprit depuis que j'ai regarder certaines videos-reportages-documentaires sur youtube.

Quand on observe notre societe, on peut distinguer des mouvements de masses, des phenomenes, des modes, des attitudes et des preferences qui reunissent et rassemblent les gens (parfois a leur propre insu) sous une seule et meme entite homogene.

je pense par exemple au cinema grand public, a la tele realite, a la consommation de produits de grandes marques, aux soutiens massif dans les reunions politiques, au nombre hallucinant de fans devant des stars (tele, musique, arts) ect...

bien sur on est neanmoins tous differents les uns des autres.

bien sur chacun de nous est quelque part unique pour ce qu'il est.

mais de mon point de vue, c'est souvent comme si je me sentais comme le petit canard noir au milieu de tous les jaunes.

c'est comme si je voyais le monde d'une autre facon que les autres.

je me retiens autant que possible de verser dans l'arrogance et la pretention surtout.

mais ca me choque d'avoir cette sensation d'etre le seul lucide aux yeux ouverts sur une population ayant massivement et globalement les yeux fermes.

ca n'a rien d'hostile pourtant, je ne me sens pas aggresser par les autres, et je ne me vois pas investi d'une mission supreme de les sauver ou de les "reveiller": chacun fait ce qu'il veut tant que tout le monde garde son libre arbitre.

mais j'insiste a exprimer ici cette impression de nager a contre courant selon les choses que je vois, que j'aime ou pas et que je comprends ou pas.

j'irai meme plus loin en avouant presque parfois je jalouse les autres en souhaitant me "fondre dans la masse" (peut etre afin de me sentir accepter et d'appartenir a quelque chose pour ne plus etre "seul").

oui parfois j'ai envie de ne pas etre moi meme et de faire, voire et penser comme tout le monde sur beaucoup de choses.

comprenez vous ce que j'essaie de dire?

y a til des gens ici sur le forum qui connaissent cette sensation de marginalite?

ou bien est ce encore mon esprit ultra-productif qui me joue des tours?

huh7re.gif

merci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
casdenor Membre 11 203 messages
Bubon baveux de Belzébuth‚ 31ans
Posté(e)

L'individu qui se sent seul doit se poser une question simple et unique. Est-il seul, parce qu'il est derrière les autres, devant les autres ou à côté des autres.

Celui qui se voit derrière a oublié de regarder derrière lui.

Celui qui se voit devant a oublié de regarder devant lui.

Celui qui se voit à côté n'a plus qu'à regarder ceux qui sont également à côté de lui, car s'il ne trouvera sans doute personne qui tient la même place, il pourra trouver nombres d'individus qui n'en ont pas plus que lui.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Lunenoire
Invité Lunenoire Invités 0 message
Posté(e)

Bonjour,meuh non, Femzi,t'es pas tout seul !!! Et même dans "leur communion", leur "mouvement de masse" beaucoup se sentent seuls aussi.

Je pense qu'il y a bien plus de personnes "à contre-courant" qu'on ne le pense, mais c'est une chose,par définition qui ne fédére pas, donc des individus,nombreux, qui ne s'étalent pas, silencieux. Toi,sur You tube par exemple tu ne vois que ceux qui s'expriment et qui font masse.

Mais combien d'électrons libres pour un noyau ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
grandfred Membre 15 597 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)

je me suis senti très tôt différents des autres ! j' avais comme un malaise face à mes camarades de classes, àm es pôtes du quartier etc...

le Rugby m' a beaucoup apporté dans sa solidarité, son sens de l' humain, l' humilité etc...

Mais c 'est le mouvement punk qui m' a donné de quoi assumer ce que j' étais : quelqu'un de différent !! non pas par l' orientation sexuelle mais par la vision du monde, dans le refus de ce monde martelé dans les publicités, les médias, les films etc....

dans mon quartier 100 % gaulois mais 96 % de ""racailles"" comme certains disent, ma passion de la lecture, de la politique me faisait passé pour un extra terrestre ! les larcars me respectaient pour les différentes aides que je leur filais mais ne me comprenaient pas ! Eux fan de Johnny et moi anarcho punk !! un monde nous séparait !!

je vais avoir 50 berges et je suis heureux de mon parcours de vie, pas toujours facile, de mes choix politiques, de mes plus de 33 ans de punkitude !!!

ce que pensent les autres de moi ????

""la bave du crapaud n' atteint pas la blanche colombe"" même si la colombe fait 100 kilo pour 1 m 82 !!!

:dev:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
BlackDezember Membre 367 messages
Forumeur survitaminé‚ 42ans
Posté(e)

Je n'ai pas exactement saisie quel était le "sens marginal" de ta pensée...

Le fait de croire que le monde ne tourne pas rond est loin d'être un courant de pensée marginal. Bien au contraire.

Ton "problème", si t'en est que tu en es un, c'est de ne pas comprendre que finalement le monde tourne parfaitement rond. Et cela tu ne peux le comprendre car, à l'instar de la quasi totalité d'entre nous, tu n'es qu'une marionnette. Le monde ne tourne rond que pour la "classe" des marionnettistes.

Tu parles de libre arbitre car comme beaucoup tu penses être libre de tes choix, ce qui pourrais paraître sensé, et c'est une erreur si commune qu'elle en devient vérité. Personne hors de la classe des marionnettistes (et encore...) n'est libre de quoi que ce soit. Nous ne sommes que les fruits d'un arbre. C'est à dire que nos choix ne sont que les conséquences de ceux nos pères(ou mères avant de me faire traiter de sexiste).

Et voilà bien la magie du "libre arbitre" téléguidé et prédéfini, t'inciter à croire subversif et marginal un courant de pensée qui est en fait le courant majoritaire aussi nommé "Pensée Unique". Et c'est en luttant contre de toute nos forces que nous en faisant le "monstre" invincible qui nous terrorise tous, et ainsi de suite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Surimuchan Membre 3 824 messages
"Emmerdeuse immigrée" ‚ 27ans
Posté(e)

c'est souvent comme si je me sentais comme le petit canard noir au milieu de tous les jaunes.

RACISTE !! @__@

XD

Non plus sérieusement t'es pas tout seul dans ton cas.. et puis d'abord .. CALIN :3 <3 voilà :p arrête de déprimer petite vache blanche à lunette :p

Modifié par Surimuchan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gardiane Membre 1 068 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

J'ai toujours été marginale malgré moi...c'est pas faute d'avoir essayé de m'intégrer, surtout à l'école quand j'étais gamine, et même plus tard au collège / lycée. Je viens d'une famille où tout le monde l'est , de façon différente...par la personnalité, par le look, par les goûts... et mes frères l'ont vécu de façon différente de la mienne.

Ma mère pensait qu'ayant un tempérament plus doux, je m'adapterais mieux mais en fait non. Marginal et trop passif c'est souvent synonyme de "victime" désignée.

En réalité on a le choix entre plusieurs positions : le mouton noir, le solitaire ou le meneur.

M'enfin, je crois que pour une personne plus ou moins marginale ... l'erreur est de penser qu'il faut creuser dans la marginalité pour s'y retrouver. Il faut plutôt se demander "en quoi suis je semblable aux autres?" parce que c'est là que ça devient intéressant.

On peut vite avoir tendance à se creuser les méninges autour de son nombril et à se désoler de tout ce qui peut nous éloigner d'un idéal normatif qui nous faciliterais sans doute grandement la vie ... mais c'est beaucoup plus productif d'essayer d'inverser la cogitation.

Il n'y a pas un moule , il y a des moules ...pas un groupe mais des groupes. On peut très bien gérer son ptit truc de son côté, suivre de l'autre, tenter des choses, en fait on est multiple ... comme tout le monde dans l'absolu. On peut juste en avoir un peu plus conscience parce qu'il est nécessaire de "s'intégrer" ou de s'adapter d'une façon ou d'une autre.

Des gens qui nous ressemblerait complètement, il n'y en a pas...mais trouver des échos de ci de là ... c'est toujours possible. Il y a toujours une part de nous qui existe ailleurs.

Et puis , avec le temps, on relativise pas mal. Des barges et des gens à côté de la plaque, y'en a plein partout. Les gens qui collent trop à l'image de la "normalité" me mettent mal à l'aise...mais j'en croise pas si souvent. Pourtant j'habite une ville de province, je bosse dans une PME de Province ( on dirait que le boss fait exprès d'embaucher des cas sociaux )

Les gens regardent ce que regarde leur entourage, ils lisent ce que lit leur entourage, ils s'imprègnent des idées de leur entourage. C'est un mouvement. Quand tu croises des gens qui ont des goûts ou des idées douteuses ou limitées, il faut parfois creuser, parfois du temps....et tu te rends compte qu'ils peuvent évoluer, le biais affectif joue généralement bien plus que le reste.

Par contre, j'ai croisé bien des personnes "différentes" qui s'enfermaient dans leur trip et dévoilaient juste une banalité affligeante en grattant un peu. Parce que le rejet, de part et d'autre...amène uniquement à la médiocrité. Tu as celui qui se croit supérieur parce qu'il est "au dessus" de la masse et se contente de cette image de lui même, en y trouvant la justification à une vie "en dehors des clous" parce qu'il n'a pas trouvé sa place...et ceux qui ne se sentent pas aimés , qui sont mal à l'aise et qui excluent. En gros, il ne faut pas trop se braquer.

Avant, j'avais une certaine attirance / empathie vers les marginaux ... maintenant j'ai plus tendance à laisser leur chance aux personnes de cœur. Je me rends compte que les personnes qui sont proches de moi depuis longtemps, qui ont toujours assuré, toujours été là ( en dehors de ma famille ) , sont des personnes simples avec un grand coeur. "Juste quelqu'un de bien" comme dit la chanson.

Bien sûr "différent" et avec un grand coeur , c'est encore mieux :smile2:

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
femzi Membre+ 5 626 messages
débatteur invétéré‚ 32ans
Posté(e)

en fait plutot qu'une revendication du type qui crierait:

_Retournez vous, vous marchez tous a contre sens!

il faut comprendre ce post comme un message de:

_Mais bon sang pourquoi je ne rame pas dans le meme sens que tout le monde?

enfin j'entend par ramer, le fait de me prendre la tete sur des trucs auquels personne ne semble donner de l'importance.

d'ailleurs combien de fois ai je entendu dire:

_Pfff, femzi ya vraiment que toi pour penser a des choses pareils! ca t'apporte quoi ca?

et parfois (souvent?) ils ont raison je trouve les gens de me dire ca.

je m'interroge sur cette obsession, ce quasi-reflex que j'ai de vouloir tout analyser et apprehender dans l'espoir de tout controler, tout anticiper. (quelle absurdite hein!?)

alors j'essaye de me forcer a me dire que "ceci" et "cela" ne sont pas si important enfait,

que ca ne me sert a rien de tergiverser sur tout et sur rien constamment comme ca.

bref de me laisser aller. quoi.

pour en revenir plus precisement au sujet (car on est quand meme dans la rubrique societe et non pas chez mon psy) je m'ettone par exemple a ne pas aimer les memes trucs que les gens que je rencontre. j'ai l'impression de passer pour le raleur negatif qui s'interresse a rien comme tout le monde.

le mec qui dit toujours "bof mouai pourquoi pas" des qu'on propose une activite, mais qui n'en propose jamais aucun.

(cf >>> mon sujet sur "est il possible de ne s'interresser vraiment a rien?")

donc etre marginal et different est definitevement un sujet qui me concerne et m'interroge beaucoup.

pour l'instant j'ai encore l'espoir qu'a 26ans ca va me passer, se soigner tout seul, que je finirai bien par trouver un (ou des) groupes dans lesquels je me sentirai appartenir et a l'aise sans hyprocrisie ou courtoisie forcee.

ou peut etre qu'au contraire, je resterai toujours le loup solitaire, le bernard-l'hermite, mais qu'a la longue on s'y habitue et ca ne gene plus. ca en devient normal.

jsai pas trop.

shrunkface.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gardiane Membre 1 068 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

On cogite parce qu'on est mal ... on analyse, on décortique, on anticipe parce qu'on est flippé. Y'a aussi une part d'ennui, de remplissage de vide

derrière tout ça.

L'illusion de contrôle demande beaucoup d'énergie et ne sert pas à grand chose. Tu peux toujours te dire que tu as un filet de sécurité...mais se sentir "en vie" c'est aussi être comme sur des skis, avec des réactions subites, quasi instinctives.

Quand on anticipe trop et qu'on s'écoute trop on ne fait plus rien : pure logique, on a toutes les raisons du monde de rester enfermer et tout à craindre des expériences non contrôlées. Mais au delà de ça, on a tout à craindre d'une vie qu'on aura pas vécu.

Je ne pense pas qu'on puisse se changer à ce point là , mais la cogitation devrait permettre de se connaître suffisamment pouvoir savoir quand s'écouter et ne pas s'écouter.

Perso, je suis plutôt du genre très solitaire et j'aime pas beaucoup mettre le nez dehors sans raison valable ... mais aujourd'hui je me force à dire oui quand on me propose un truc, même quand je pense "non". J'ai plus de trente ans et je pense avoir perdu pas mal de temps à m'écouter. Je dirais que globalement ça me réussit bien même si j'ai toujours aussi peur de l'envahissement.

Quand on veut tout anticiper , la surprise est toujours à 90% négative, c'est l’élément qu'on a pas vu venir ou bien celui qu'on a pas voulu voir ... et on s'enfonce encore plus dans l'anticipation anxieuse à la moindre occasion alors qu'on devrait essayer de trouver la mesure entre se protéger et vivre (je dis ça, je ne dis pas que j'ai la solution pour moi même ... je me prends encore des trucs dans les dents mais bon ... on survit , c'est pas la mort )

C'est bien de temps en temps de baisser les barrières de sécurité et de se laisser aller.

Les gens peuvent être plus intéressants qu'on ne le croit, moins stéréotypés, moins "normaux".

Enfin , l'ennui ... source de cogitation intensive.... il me semble que quand on a des journées bien remplies, on se sent mieux de façon générale. Quand on va travailler et qu'on a pas un boulot trop horrible ... même si on est obligé de fréquenter des gens qu'on aurait pas fréquenté en dehors, c'est pas forcément une mauvaise chose, c'est une forme d'adaptation / de sociabilisation.

J'ai pas encore trouvé le bouton magique qui me fasse dire "oui" au ménage plutôt qu'à traîner sur le net, à jouer ou regarder des séries...pourtant chuis sûre que ça aussi ça me ferait du bien :smile2:

Et puis, ben chacun à son avis là dessus ... sortir d'un certain mal être, on peut penser que cogiter , décortiquer , analyser ça aide. Peut être que voir un professionnel ça aide....j'en suis pas persuadée, je pense que ça dépend de chacun. Je pense qu'il faut juste apprendre à vivre avec soi. On est plus ou moins bien loti sur ce chemin là.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mamanloulou Membre 532 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

Femzi, je me souviens que tu avais ouvert un sujet "lucidité, cette malédiction" en février 2012.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
femzi Membre+ 5 626 messages
débatteur invétéré‚ 32ans
Posté(e)

@ gardianne:

je dois t'avouer que je suis 100% d'accord avec tout ce que tu as dit!

blush.gif

tous tes propos sont nuances, reflechis, pleins de bon sens et RAISONNABLES!

ralala c'est une sacree precieuse lecon de vie que tu viens de me donner en quelques lignes.

et le plus ironique c'est que tout ce que tu as dit je le sais deja!

(c'est surment pour ca que je suis autant d'accord)

bref le passage qui m'a donner l'impression que tu me "violais" mes pensees c'est:

Je ne pense pas qu'on puisse se changer à ce point là , mais la cogitation devrait permettre de se connaître suffisamment pouvoir savoir quand s'écouter et ne pas s'écouter. [...] on devrait essayer de trouver la mesure entre se protéger et vivre.

c'est un parfait resume de mon principal probleme actuel >>> trouver mon equilibre mental. sachant que je penche tres clairement du cote "se proteger/s'enfermer/se bariccader.

mais je ne cherche pas a me detruire en faisant ca hein! c'est une defense face a la douleur de mes echecs lorsque j'ai tenter de prendre certains "risques". mais comme tu dis, il ne faut pas.

il parait que lorsqu'on tombe de cheval il faut depasser le traumatisme et remonter aussitot dessus.

moi je bloque encore un peu (beaucoup) sur cette phase, convaincu que si je remonte ca ne sera que pour retomber deux fois plus fort plutot que de galoper les cheveux dans le vent.

crying8vr.gif

mais ca va aller.

tout va bien se passer. au pire il me faut laisser du temps au temps.

prendre progressivement confiance en moi.

y croire surtout. un jour. peut etre. surement?

merci gardianne!

thumbsup.gif

*****************************************************

@ mamanloulou

tu as une excellente memoire,

bravo!

laugh.gif

en effet j'avais creer ce sujet la a l'epoque.

comme quoi c'est un "boulet" psychologique que je traine depuis bien longtemps deja.

wacko.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
latin-boy30 Membre+ 9 575 messages
Jeteur de pavés dans les mares‚
Posté(e)

je me retiens autant que possible de verser dans l'arrogance et la pretention surtout.

mais ca me choque d'avoir cette sensation d'etre le seul lucide aux yeux ouverts sur une population ayant massivement et globalement les yeux fermes.

Je crois que l'on peut appeler cela être persuadé d'avoir raison là où les autres auraient tord. Mais après tout je peux me tromper aussi ...

y a til des gens ici sur le forum qui connaissent cette sensation de marginalite?

Moi, je me sens marginal. Je me sens réactionnaire pour être plus précis. J'ai l'impression que j'aurais du avoir 20 ans dans les années 50-60 plutôt que 2010.

Je trouve notre société parfois un peu déclinante dans ses comportements et ses opinions. J'ai l'impression que les autres me voient comme un beauf, mais moi aussi, quelque part je me dis "Non les beaufs c'est eux" ....

Dans ma tête, il y a comme une sorte de duel entre ma modernité à moi et celle des autres.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité