Aller au contenu

Discussion autour d'une toile : L'Angélus de Jean-François Millet

Noter ce sujet


Invité Thyia

Messages recommandés

Invité Thyia
Invités, Posté(e)
Invité Thyia
Invité Thyia Invités 0 message
Posté(e)

Salut à toi forumeur(se) qui a atterri ici plus ou moins sciemment. :cray:

Te voici donc dans un topic où tu pourras raconter ce qu'une toile t'inspire.

Ici, tout le monde est le bienvenu : que tu sois profane, néophyte ou passionné. C'est pas l'art d'être une bille ou pas qui importe mais juste ce que t'inspire une toile.

Ici, tu laisseras les mots qui te viendront en voyant un tableau de maitre. Ici, tu diras les émotions que tu ressens ou pas en laissant tes yeux balayer une ¿uvre.

Commençons donc par l'Angélus de Millet :

the-angelus-by-millet-ca-1857.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre+, Pitbull le matin, ourse le soir, 47ans Posté(e)
CmoiC Membre+ 26 407 messages
47ans‚ Pitbull le matin, ourse le soir,
Posté(e)

La désolation.

Tout est triste dans cette toile, même la lumière.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, ptitevalseuse, 53ans Posté(e)
ptitepao Membre 12 807 messages
53ans‚ ptitevalseuse,
Posté(e)

Sympa, ce topic, Thyia, merci ! :cray:

Depuis petite et sans aucune notion artistique, (je n'en ai d'ailleurs toujours pas), j'ai toujours pris ce tableau pour une image de propagande (ok, à dix ans je ne connaissais pas le mot :p ), un truc genre "regardez comme ils sont pieux et travailleurs ces braves gens de la terre !".

A présent, si je peux apprécier la compo, le travail de la lumière et tout le tralala, je n'arrive toujours pas à me défaire de l'impression d'hypocrisie qui me vient quand je regarde l'Angélus.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 31ans Posté(e)
Karnevil Membre 619 messages
Baby Forumeur‚ 31ans‚
Posté(e)

La foi. La résignation.

On dirait qu'ils attendent que quelque chose se passe, ils ont laissé tomber leurs outils (peut-être parce qu'il n'y arrivaient plus, que leurs efforts étaient vain, vu l'état de leur terre...) et la femme est comme en prière.

Et le levé de soleil au loin (ou couché?) indique peut-être un espoir?

Je n'y connais strictement rien :cray:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Thyia
Invités, Posté(e)
Invité Thyia
Invité Thyia Invités 0 message
Posté(e)

Merci pour vos participations, en tout cas. Vous lire est très intéressant ! :cray:

C'est un tableau dont je vous parlerai d'ici peu car il est un chef d'¿uvre incontesté. Je vous dirai à quelle époque il appartient, à quoi il fait référence non sans vous glisser deux mots sur son auteur. D'ici là, j'aimerais bien lire d'autres ressentis... :p

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
le merle Membre 21 605 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)
Salut à toi forumeur(se) qui a atterri ici plus ou moins sciemment. :cray:

Te voici donc dans un topic où tu pourras raconter ce qu'une toile t'inspire.

Ici, tout le monde est le bienvenu : que tu sois profane, néophyte ou passionné. C'est pas l'art d'être une bille ou pas qui importe mais juste ce que t'inspire une toile.

Ici, tu laisseras les mots qui te viendront en voyant un tableau de maitre. Ici, tu diras les émotions que tu ressens ou pas en laissant tes yeux balayer une ¿uvre.

Commençons donc par l'Angélus de Millet :

the-angelus-by-millet-ca-1857.jpg

bonjour . c 'est une toile très cèlèbre . les deux paysans s ' arrète de travailler dans leurs champs quand l ' angèlus sonne au clocher du village . et , il font une petite prière .voila , si mes souvenirs sont justes ? bonne soirèe .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre+, 51ans Posté(e)
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Baby Forumeur‚ 51ans‚
Posté(e)

J'aime assez les couleurs douces de cette toile, mais avec cette luminosité particulière, impossible de déterminer à quel moment de la journée cela se passe. Début ? Fin ? pas tout à fait. En même temps ça ne fait pas lumière de midi.

Je suis donc allée voir à quel moment se faisait la prière de l'angelus. Damned ! A trois moments possibles (matin, midi et soir vous l'aurez compris :p ). Donc voilà. Frustrée.

Ce tableau a toute une histoire, j'ai hâte que tu viennes nous la raconter, Thyia. :cray:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité David Web
Invités, Posté(e)
Invité David Web
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)

Amen...

En 1963, Dali insiste et obtient du Louvre que le tableau soit radiographié. Sous la peinture, au premier plan, est effectivement masqué le cercueil d'un enfant.
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Dazzling blue², 51ans Posté(e)
eklipse Membre 14 471 messages
51ans‚ Dazzling blue²,
Posté(e)

Ce dégage de cette toile du respect, de l'amour, des prières...fin d'une journée de labeur, la lumière décline...destinée...que sera demain...le temps sera t'il clément ou cruel, la récolte sera t'elle réussie un autre jour, des parasites vont ils attaquer le fruit de leur travail...leur santé sera t'elle assez bonne demain, pour continuer à labourer la terre et la fertiliser.

Espoir et crainte, de l'homme face à la nature, face à sa génétique, face au hasard...prières...voeux souhaités...imaginés afin de conjurer le sort, afin de "maitriser" le sort grâce à des pensées et rythes magiques.

J'aime ce tableau, il exprime la peur, l'espoir, l'amour, le merci, de l'humain face à la Terre, mère.

Respect et attention pour la Terre, que la société du 21 ème siècle à part quelques exceptions, elle méprise allégrement.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Thyia
Invités, Posté(e)
Invité Thyia
Invité Thyia Invités 0 message
Posté(e)

Wouaaah ! Super intéressant tout ça ! :cray: Et ça et là -dans tous les posts, en fait- des éléments fort judicieux, ma foi... Voyons donc cette peinture de plus près.

L'Angélus de Millet est une huile sur toile de 55 cm par 66. Représentez-vous-le, et vous verrez que cette fenêtre n'est trop grande, ni trop petite pour observer la scène que l'artiste a choisi de nous restituer en 1858.

Millet ayant choisi d'illustrer une scène de son temps, nous voilà donc au beau milieu du XIXème siècle. Au beau milieu de champs, aussi. Donc en campagne. Et, côté société et époque, c'est là la particularité de ce tableau.

En effet, qu'y voyons-nous ? Un homme et une femme, au milieu d'un champs, deux personnages figés, des paysans au vu de leurs habits, ont posé leurs effets pour faire une pause et se recueillir. Au loin, la silhouette que l'on distingue à peine d'un clocher. L'Angélus, donc. Or, à la même époque, le style académique battait son plein avec des noms célèbres tels Delacroix, Ingres ou même Constable (en Angleterre). Des scènes emblématiques. Des peintures nobles pour représenter des héros nobles, disait-on... Or, voilà Millet qui se met à représenter de simples paysans, considérés alors comme des rustres comiques, des simples dénués de tout raffinement, simplement recueillis le temps d'un Angélus...

Mais qu'est-ce donc, cet Angélus ? Comme l'a dit Lili_greycat, c'est une prière que les pratiquants Catholiques dédiaient trois fois par jour à la Vierge Marie. Elle fut instituée par le Pape du temps de la Première Croisade (1096 ap. J.C.) en hommage à ceux qui étaient partis. A l'origine, elle ne se pratiquait qu'à midi, dès que retentissait le son du clocher. Au fil du temps, la tradition s'est installée dans les régions pour ensuite devenir triple (06h, midi et 18h) sous Louis XI de France, au XVème siècle.

A l'époque du tableau, il y avait les gens des villes, relativement aisés et les paysans. Mais pour ces derniers, nulle vocation ancrée, ni attachement profond à la terre. On était paysan parce qu'on était né ainsi. On travaillait au champs sans en avoir le choix, ni l'envie. "C'était ainsi". Point.

Une vie dure, à vivre au rythme du temps qui passe et des saisons, tributaires des éléments et des caprices du temps. Une vie sans trop de réflexion. Une vie à répéter inlassablement les mêmes gestes que les générations d'antan, avant de les transmettre aux enfants. Une vie que rythmait le son du clocher. Pour indiquer l'heure, sonner le glas, appeler à la messe, donner l'alerte ou juste marquer une pause dans la journée, tel l'Angélus, comme l'a si bien rappelé le Merle.

Outre le travail impressionnant au niveau des couleurs du tableau (le camaïeu obtenu étant aussi riche que finement exécuté !), Millet réussi le tour de force de nous offrir la parenthèse d'un instant dans un labeur de longue haleine. Car selon vous, combien de temps l'artiste met-il à peindre cette toile ? Une heure ou un amoncellement de plusieurs ? Pourtant, sa toile ne sera que la représentation d'un instant à peine conscient dans la vie de ces gens que l'on observe. Malgré le temps que l'artiste a du passer inlassablement sur son ¿uvre, la sensation de fraicheur de l'instant est préservée pour les observateurs.

Autre paradoxe, c'est bel et bien un signal, un rythme qui va rompre celui de ces personnages pour les obliger à une pause silencieuse et figée. Ils lâchent tout, séance tenante pour obéir à l'injonction. La simple silhouette du clocher au loin laisse raisonner en nous le tintement de la cloche. Magique comme la vue appelle l'ouïe...

Certes, on peut douter de leur foi car ils ne prient surement pas par dévotion suprême, mais simplement parce qu'il le faut, que c'est comme ça qu'on fait. Mais ils le font.

_Dolph indiquait une humilité forcée, tandis que ptitepao évoquait une hypocrisie alors que Karnevil avait identifié une foi, une résignation. En réalité, Millet a peint ce tableau à cause d'un souvenir d'enfance et non par croyance, il n'était pas pratiquant de ce que l'on sait. C'était juste une réminiscence de son passé, en lien avec sa grand-mère.

Millet nous a offert une vision banale dans la vie simple de gens alors considérés comme rustres et sans intérêt. Et pourtant, la simplicité des personnages, l'absence de fioritures, de pauses scéniques et de scènes emblématiques, font toute la force de cette toile. Elle angoisse, apaise mais génère une émotion, qui au fil du temps et à travers les générations mais aussi les cultures et les pays, fera de ce tableau un des plus populaires qui soit à travers le monde.

Souvent copiée, représentée, détournée, nous la retrouverons dans des maisons modestes comme dans des toiles d'autres maitres, dont Dali que ce tableau a fasciné tant et si bien qu'il y consacra un livre et des représentations dans ses propres toiles... C'est d'ailleurs lui qui médiatisa l'anecdote dont parle David Web, au sujet de la forme du petit cercueil qu'on radiographia sous la peinture vernie de Millet :p

201002032027Photo.jpg

Version carte postale...

zlangelus.jpg

A la sauce "fromage"...

:o

En tout cas, un grand merci à tous pour votre participation... en espérant que ça ne soit pas fini !

ah, un dernier détail : avec ces fameuses couleurs, Lili disait qu'il ne pouvait s'agir de la prière de la mi-journée, à cause des ombres étirées. Eklipse évoquait le déclin du jour. Pour ma part, je n'ai aucune certitude, juste une préférence... A l'époque, les paysans étaient reconnus pour se lever tôt, avant le lever du soleil, pour aller au champs. Or, on sait que le soir venu, ils rentraient au bercail, pour préparer le repas du soir, celui qui se prenait autour d'une table, tous réunis, avant la veillée. Ils ne restaient à travailler à la lumière déclinante que lorsque la situation ou les données climatiques l'exigeaient. Il me parait donc plus logique de penser que la scène se déroule à l'aube plutôt qu'au crépuscule... Mais là encore, à chacun son regard et sa sensibilité, sensée ou non. :o°

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre+, Pitbull le matin, ourse le soir, 47ans Posté(e)
CmoiC Membre+ 26 407 messages
47ans‚ Pitbull le matin, ourse le soir,
Posté(e)

Merci pour cette présentation Thyia :cray:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre+, Imperoratriz à temps partiel, Posté(e)
ManhattanStory Membre+ 14 228 messages
Imperoratriz à temps partiel,
Posté(e)

Moi ce qui m'interpelle c'est plutôt le côté "païen" de ces deux orants. Ce n'est pas vers le ciel que leurs regards se dirigent mais vers la terre et leur champs de patates.

Oui ils préfèrent implorer la déité de la pomme de terre, beaucoup plus utile et roborative que l'angélus, qui avouons le, n'a jamais rempli le bidou...:cray:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, .un pavé dans chaque main!, Posté(e)
pyrenne Membre 7 025 messages
.un pavé dans chaque main!,
Posté(e)

moi ça me fait penser aux affreux calendriers des PTT plein de crottes de mouches

:cray:

ahhh je rigole, Thyia, j'aime beaucoup ton idée

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité VirGiniie_B
Invités, Posté(e)
Invité VirGiniie_B
Invité VirGiniie_B Invités 0 message
Posté(e)

Moi, ça m'évoque ma grand-mère ! :cray: J'ai passé beaucoup de temps chez elle, enfant, & je me souviens de cette reproduction qu'elle avait accroché sur un mur de la chambre où je dormais :

Les Glaneuses, ça s'appelait.. & en voulant mettre ici l'image de ce tableau, je viens de réaliser que c'était l'oeuvre de Millet également ! :p :o°

Ceci expliquant cela, donc ! :o

millet_glaneuses913.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, .un pavé dans chaque main!, Posté(e)
pyrenne Membre 7 025 messages
.un pavé dans chaque main!,
Posté(e)
Moi, ça m'évoque ma grand-mère ! :cray: J'ai passé beaucoup de temps chez elle, enfant, & je me souviens de cette reproduction qu'elle avait accroché sur un mur de la chambre où je dormais :

Les Glaneuses, ça s'appelait.. & en voulant mettre ici l'image de ce tableau, je viens de réaliser que c'était l'oeuvre de Millet également ! :p :D

Ceci expliquant cela, donc ! :o

yesss, moi aussi, j'ai eu droit au même décor :D

quand Millet peint ces oeuvres, outre le fait qu'il est un paysan et qu'il représente son monde, le socialisme est en train de naître, les idées des humanistes, Rousseau en tête, sont portées au pinacle

Millet suit ce courant, mais il fait de l'art social malgré lui, ce qu'il exprime d'abord, c'est l'intemporalité de l'Homme, de la Nature

ceci dit, je lui reproche son manque de spontanéité, mais c'était un dessinateur hors pair, un des meilleurs de son siècle

et sur la fin de sa vie, il s'est mis au pastel, et a créé des oeuvres très différentes de celles dont nous parlons, ou il donne libre cours à une sensualité délicate

pour sortir des "paysanneries" dont on finit par penser qu'elles sont les seuls sujets qu'il ait peint:

millet.jpg

Femme nue couchée - vers 1845

ça change du Vanneur, des Glaneuses et de l'Angélus, hein? :o°

Modifié par pyrenne
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
colchique7551 Membre 93 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Bonjour,

Je vois tout de suite la femme qui semble mettre tout son coeur dans cette petite prière. Les mains serrées, elle est consentrée sur la demande, parce qu'on a l'impression qu'elle demande qq chose à Dieu.

Pour cette prière il ont tout laissé, elle son panier, lui sa fourche. Lui me semble moins concentré, j'ai l'impression qu'il fait cette prière parce qu'il faut la faire mais c'est tout. Il semble que c'est le soir, le soleil se couche, et qu'il a hâte de terminer sa jounée.

Ce sont de pommes de terre qu'ils ramassent et pour mettre un peu de gaité, je vais vous dire qu'il a peut-etre peur qu'il pleuve demain, alors les patates seraient fichues.

Moi j'aime beaucoup millet, et cette toile me rappelle les travaux des champs et le village de mon enfance. Travaux que je n'étais pas en âge d'effectuer, c'est peut-etre pour cela que j'aime cette peinture, pas de mauvais souvenirs

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×