Aller au contenu

cricket

Membre
  • Contenus

    3814
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de cricket

  • Rang
    Ne se refuse rien
  • Date de naissance 04/21/1988

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays
  • Lieu
    Sur le tchat
  • Intérêts
    Me déplacer en sautillant. Frétiller des antennes. Murmurer à l'oreille des pantins.

Visiteurs récents du profil

36074 visualisations du profil
  1. Cette erreur et d'autres encore :
  2. Chouette encore une analogie qui pose les femmes dans une position d’objet de convoitise et de passivité. Alors ça c'est original, presque révolutionnaire. Ça a dû demander beaucoup d'années de recherche et d'analyse. J'en suis soufflée.
  3. Non, le plus efficace c'est d'intervenir avant l'adolescence justement pour éviter les premiers changements dus à la puberté. La mue de la voix sous l'effet du pic de testostérone, elle, est irréversible. On pourrait croire que la question à se poser porte sur l'âge requis pour émettre un tel choix en toute connaissance de cause, mais... en fait c'est surtout celle du désaccord des parents entre eux. Parce que les parents restent les responsables, et au final c'est à eux de prendre les décisions concernant leur enfant mineur. Cette autorité peut elle moralement décider de modifier le sexe de son enfant, contre l'avis de l'autre parent voire sans l'avis de l'enfant lui même ? Il semblerait que quand c'est pour conformer les organes génitaux des enfants intersexes sans nécessité de santé, cela ne pose de problème à personne de considérer le mineur comme devant subir le choix de ses parents. https://www.liberation.fr/debats/2018/09/10/pour-l-arret-des-mutilations-des-enfants-intersexes_1676943
  4. Tacitement ? Mais comment peut on s'être engagé dans un contrat dont on n'a jamais clairement défini les termes ? Personnellement, mon mode implicite c'est au contraire qu'une relation n'est pas engageante tant que l'inverse n'a pas été décidé. Et tant qu'à faire décidé explicitement, parce que c'est bien beau les non-dits mais c'est quand-même le meilleur moyen de se planter, en croyant que notre vision du couple et nos limites seraient universels.
  5. Tu as une incroyable capacité à répondre à coté de la plaque à chacun de mes arguments. Quand je te parle de l’intérêt des hommes à croire au mystère féminin, tu crois que je parle de l’intérêt des femmes à faire croire à ce mystère. Quand je me répète, tu me parles des hommes n'y croyant pas. Tu es en roue libre avec des réponses préétablies. Tu ne me feras pas croire que les hommes vantant les mérites de LA femme n'y tirent que souffrance, c'est faux. Je l'ai déjà démontré dans ma première participation à ce topic et je ne suis pas la seule à avoir expliqué que rechercher LA femme ce n'est pas aimer les femmes, mais aimer son propre fantasme et donc soi même. Définir et imposer une vision de LA femme est un moyen de les contraindre à se conformer au modèle. Si elles ne le font pas, ces hommes pourront rejeter leur parole et dénigrer leur identification même au genre féminin. C'est assez violent de s'entendre dire qu'on est pas une vraie femme, surtout sur des jeunes qui ne savent pas forcément comment se comporter, qui elles sont et ce qu'elles "valent". Et ça, pour les misogynes, c'est confortable. Ils laissent le choix aux femmes soit de se conformer soit de nier leur féminité, leur légitimité en tant que femme. Ce sont alors des lesbiennes, des mal-baisés, des aigries, des connasses, bref des féministes tout le contraire de LA femme. LA femme qui est conciliante, à l’écoute, chaude mais qui n'a pas l'air d'y toucher, épanouie sexuellement mais qu'avec eux et leur pénis magique, intelligente parce qu'elle les trouve intelligents. Haaa LA femme, ce doux rêve.
  6. C'était une question rhétorique. Je ne parlais pas de l’intérêt des femmes mais de celui des homme à croire qu'il y a un mystère féminin. "Cf mon premier post" parce que je répondais à cette question... Ah oui on en est là ! Bah il suffit de gratter de moins en moins longtemps pour que ça ressorte, c'est fou.
  7. C'est à dire que ça fait quand même quelques années qu'on est nombreuses à justement te dire qu'il n'y a pas de mystère féminin, et pourtant tu y crois encore. Ça laisse à penser que ce sont les hommes croyant à LA femme qui ont intérêt à ne pas lâcher leur croyance. Quel est leur intérêt ? cf mon premier post.
  8. Tu dois avoir du boulot sur les sujets d'Hell-spawn. Surtout que lui, contrairement à moi, il est sérieux... Je te souhaite bon courage.
  9. Et la généralisation juste au dessus ne t'a pas dérangée? Ça se voit pas que je grossis le trait volontairement? Moi qui croyais avoir réussi mon effet de style. Ah les hommes, ils sont susceptibles
  10. C’était vachement bien l’époque des chevaliers puisque les hommes, seuls habilités à transmettre leur vécu via l’écriture, le racontent. Il faut les croire s'ils vous disent que ça roulait. Tout s'est gâté dès qu'on a laissé les femmes témoigner, on a eu un autre son de cloche. Déjà la première écrivaine à vivre de ses livres, Christine de Pisan, était une vraie chieuse, qui osait avoir des idées politiques et à critiquer des auteurs misogynes (Oh bah tiens Aristote est dans la liste , quelle surprise !). Ah les femmes, toujours à se plaindre. https://femmessavantes2.pressbooks.com/chapter/christine-de-pisan-femme-de-lettres-1365-1431/ Ça fait des siècles que des femmes tentent d'expliquer aux hommes qu'il n'y a pas de mystère féminin. Pendant ce temps là les types regardent en l'air en rêvassant à LA femme. Je crois qu'à un moment il faut atterrir, un déni aussi long ça devient inquiétant. Et dire que la rationalité est censée être une caractéristique masculine, la bonne blague.
×