• billets
    162
  • commentaires
    1 365
  • vues
    161 628

Caïd

Tequila Moor

76 vues

Il m'est revenu qu'être idiot
Est idéal : même être beau
Ne garantit un bonheur chaud
Et doux et fou du ciboulot

J'ai longtemps pensé le contraire
L'intellect fier, ou mieux, austère
Me raidissait le derrière
Plus bombé qu'un Pater Noster


Ma culture semblait accorte
Dans le monde, m'ouvrait des portes
J'allais ainsi, sous bonne escorte
Avec le goût des choses mortes

Enfin... c'est ce que je croyais
Prenant mon cerveau pour un chai
Bien sûr qu'un grand cru y naissait
Ne suivais-je la voie du Vrai ?


Depuis j'ai compris mon erreur
Grâce à votre spécieux labeur
M'intimant d'écouter mes peurs
Et mes intestins ; et ta soeur !

Le "travail, famille, patrie"
De notre époque est l'idiotie
Et le caca et le vomi :
Le médiocre est ce qui ravit


Gonzes, gonzesses, vieillards, gosses
Pauvres choux, vous devenez rosses
Sous l'influence du négoce
De vos dealers, de votre boss

Pas question que passe ma chance
J'embrasse votre malséance
Mais permettez une déviance
Tout ceci manque de violence


Oui, je me rêve en tueur de masse
Celui que l'impuissance agace
Celui qui aux stars et au strass
Préfère la peur et sa crasse

Oui, voici que me prend la fièvre
Du meurtre, au moins du bec-de-lièvre
À vous en décorer les lèvres
À vous en décoller la plèvre


En mon amène solitude
S'aplatissent vos platitudes
S'écrêtent vos décrépitudes
J'achève mon inaptitude

À la vie... L'avis impavide
Tous mes dégoûts sont dans l'avide
En celle ayant horreur du vide
Ma nature ? Je suis caïd

 




0 Commentaire


Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant