Aller au contenu

21 membres de l'OMS ont abusé sexuellement de femmes en RDC,

Noter ce sujet


Petit ours

Messages recommandés

Membre 18ans Posté(e)
Petit ours Membre 4 054 messages
Forumeur expérimenté‚ 18ans‚
Posté(e)

Dont certaines victimes âgées de seulement 13 ans. 29 filles sont tombées enceinte, la plupart ont dû avorter de force... 60 autres membres contractés par l'OMS sont aussi cités parmi les violeurs potentiels.

https://www.theguardian.com/global-development/2021/sep/28/humbled-and-heartbroken-who-finds-its-ebola-staff-abused-women-and-girls

L'Organisation mondiale de la santé s'est décrite comme "le cœur brisé" après qu'une enquête indépendante qu'elle a commandée a révélé que des dizaines de femmes et de filles avaient été agressées sexuellement par des travailleurs humanitaires lors de l' épidémie dévastatrice d' Ebola de 2018-2020 en République démocratique du Congo.

Les résultats ont été décrits comme une « lecture poignante » par le directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, tandis que sa directrice régionale pour l' Afrique , Matshidiso Moeti, a déclaré qu'elle était « humiliée, horrifiée et navrée ».

La commission, qui a examiné environ 80 cas de femmes et de filles âgées de 13 à 43 ans, a identifié 21 employés travaillant pour l'organisme mondial de santé des Nations Unies parmi les auteurs d'abus graves, dont un certain nombre d'allégations de viol. Selon le rapport, les abus ont conduit à 29 grossesses, certains des auteurs insistant pour que les femmes avortent. Le rapport a ajouté que les auteurs de l'OMS comprenaient du personnel local et international.

Des sources diplomatiques occidentales ont déclaré que quatre personnes avaient été licenciées et deux placées en congé administratif, sur la base d'un briefing à huis clos impliquant l'OMS qui a été fourni aux diplomates à Genève mardi.

Le rapport détaille une répartition profonde des responsabilités en matière de protection contre l'exploitation et les abus sexuels en cas d'urgence sanitaire dans une région peu sûre, largement dominée par les intervenants masculins.

Les enquêteurs ont découvert que la plupart des victimes étaient des femmes « hautement vulnérables », souvent des femmes plus jeunes dans des situations économiques précaires, certains des agresseurs ayant la responsabilité de prévenir l'exploitation et les abus sexuels.

"Je suis désolé. Je suis désolé pour ce qui vous a été fait par des personnes employées par l'OMS pour vous servir et vous protéger », a déclaré Tedros. « Je suis désolé pour la souffrance continue que ces événements doivent causer. Je suis désolé que vous ayez dû les revivre en parlant à la commission de vos expériences. Merci pour votre courage en le faisant.

Le panel a publié ses conclusions mardi, des mois après que les médias ont rapporté que la haute direction de l'OMS avait été informée de plusieurs allégations d'abus en 2019, mais n'avait pas réussi à mettre fin au harcèlement, et avait même promu l'un des responsables impliqués.

L'équipe d'examen a pu obtenir l'identité de 83 auteurs présumés – ressortissants congolais et étrangers. Dans 21 cas, l'équipe a établi avec certitude que les auteurs présumés étaient des employés de l'OMS lors de la riposte à Ebola.

Les conclusions de la commission confirment les informations selon lesquelles les travailleurs impliqués dans les efforts de secours contre Ebola ont exigé des relations sexuelles en échange de contrats de travail, menacé les moyens de subsistance des femmes si elles refusaient et, dans les cas les plus graves, ont été impliqués dans des agressions sexuelles.

Il décrivait comment « Jolianne », qui serait la plus jeune des victimes présumées, a raconté qu'un chauffeur de l'OMS s'était arrêté pour lui proposer de la raccompagner chez elle alors qu'elle vendait des cartes téléphoniques au bord d'une route dans la ville de Mangina en avril 2019. « Au lieu de cela, il l'a emmenée dans un hôtel où elle dit qu'elle a été violée par cette personne », indique le rapport.

Malick Coulibaly, un membre du panel, a déclaré lors d'un point de presse mardi qu'il y avait neuf allégations de viol. Les femmes interrogées ont déclaré que les agresseurs n'avaient utilisé aucun moyen de contraception, ce qui a entraîné certaines grossesses. Certaines femmes ont déclaré que les hommes qui les avaient maltraitées les avaient forcées à avorter, a déclaré Coulibaly.

L'enquête met en lumière le dernier d'une série de scandales d'exploitation parmi les travailleurs de l'aide et du développement et intervient après que des allégations similaires aient été formulées contre des travailleurs d'Oxfam en Haïti après le tremblement de terre de 2010 et contre des soldats de la paix de l'ONU en République centrafricaine.

Les abus en RDC se sont produits lors d'une épidémie d'Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri - des zones marquées par l'instabilité politique et le conflit armé au cours desquelles 2 280 personnes sont mortes en deux ans.

Après que les allégations ont émergé, le directeur général de l'OMS a demandé à Aïchatou Mindaoudou, l'ancienne ministre des Affaires étrangères du Niger, et à la militante congolaise des droits humains Julienne Lusenge, qui a beaucoup travaillé avec les victimes de violences sexuelles, d'enquêter.

Certaines des femmes qui disent avoir été maltraitées par des fonctionnaires de l'OMS espéraient que les personnes impliquées seraient sévèrement punies ; d'autres ont déclaré que discipliner les employés de l'OMS contribuerait grandement à mettre fin à la violence à l'égard des femmes.

"J'attends ce grand moment depuis plus d'un mois pour voir comment l'OMS sanctionnera ces [médecins]", a déclaré Anifa, qui a affirmé avoir reçu une offre de sexe contre travail. « Nous voudrions que justice soit rendue. »

Julie Londo, membre de l'Union congolaise des femmes des médias, une organisation de femmes qui lutte contre le viol et les abus sexuels au Congo, a applaudi l'OMS pour avoir puni le personnel, mais a déclaré qu'il fallait davantage.

« L'OMS doit également penser à la réparation des femmes traumatisées par les viols et des dizaines d'enfants nés avec des grossesses non désirées à la suite des viols », a-t-elle déclaré. « Il y a une dizaine de filles à Butembo et Beni qui ont eu des enfants avec des médecins pendant l'épidémie d'Ebola, mais aujourd'hui d'autres sont renvoyées par leurs familles car elles ont eu des enfants avec des étrangers. Nous continuerons notre combat pour mettre fin à ces abus. »

  • Peur 1
  • Colère 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre 51ans Posté(e)
jimetpam Membre 1 737 messages
Forumeur inspiré‚ 51ans‚
Posté(e)
il y a une heure, Petit ours a dit :

Dont certaines victimes âgées de seulement 13 ans. 29 filles sont tombées enceinte, la plupart ont dû avorter de force... 60 autres membres contractés par l'OMS sont aussi cités parmi les violeurs potentiels.

https://www.theguardian.com/global-development/2021/sep/28/humbled-and-heartbroken-who-finds-its-ebola-staff-abused-women-and-girls

L'Organisation mondiale de la santé s'est décrite comme "le cœur brisé" après qu'une enquête indépendante qu'elle a commandée a révélé que des dizaines de femmes et de filles avaient été agressées sexuellement par des travailleurs humanitaires lors de l' épidémie dévastatrice d' Ebola de 2018-2020 en République démocratique du Congo.

Les résultats ont été décrits comme une « lecture poignante » par le directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, tandis que sa directrice régionale pour l' Afrique , Matshidiso Moeti, a déclaré qu'elle était « humiliée, horrifiée et navrée ».

La commission, qui a examiné environ 80 cas de femmes et de filles âgées de 13 à 43 ans, a identifié 21 employés travaillant pour l'organisme mondial de santé des Nations Unies parmi les auteurs d'abus graves, dont un certain nombre d'allégations de viol. Selon le rapport, les abus ont conduit à 29 grossesses, certains des auteurs insistant pour que les femmes avortent. Le rapport a ajouté que les auteurs de l'OMS comprenaient du personnel local et international.

Des sources diplomatiques occidentales ont déclaré que quatre personnes avaient été licenciées et deux placées en congé administratif, sur la base d'un briefing à huis clos impliquant l'OMS qui a été fourni aux diplomates à Genève mardi.

Le rapport détaille une répartition profonde des responsabilités en matière de protection contre l'exploitation et les abus sexuels en cas d'urgence sanitaire dans une région peu sûre, largement dominée par les intervenants masculins.

Les enquêteurs ont découvert que la plupart des victimes étaient des femmes « hautement vulnérables », souvent des femmes plus jeunes dans des situations économiques précaires, certains des agresseurs ayant la responsabilité de prévenir l'exploitation et les abus sexuels.

"Je suis désolé. Je suis désolé pour ce qui vous a été fait par des personnes employées par l'OMS pour vous servir et vous protéger », a déclaré Tedros. « Je suis désolé pour la souffrance continue que ces événements doivent causer. Je suis désolé que vous ayez dû les revivre en parlant à la commission de vos expériences. Merci pour votre courage en le faisant.

Le panel a publié ses conclusions mardi, des mois après que les médias ont rapporté que la haute direction de l'OMS avait été informée de plusieurs allégations d'abus en 2019, mais n'avait pas réussi à mettre fin au harcèlement, et avait même promu l'un des responsables impliqués.

L'équipe d'examen a pu obtenir l'identité de 83 auteurs présumés – ressortissants congolais et étrangers. Dans 21 cas, l'équipe a établi avec certitude que les auteurs présumés étaient des employés de l'OMS lors de la riposte à Ebola.

Les conclusions de la commission confirment les informations selon lesquelles les travailleurs impliqués dans les efforts de secours contre Ebola ont exigé des relations sexuelles en échange de contrats de travail, menacé les moyens de subsistance des femmes si elles refusaient et, dans les cas les plus graves, ont été impliqués dans des agressions sexuelles.

Il décrivait comment « Jolianne », qui serait la plus jeune des victimes présumées, a raconté qu'un chauffeur de l'OMS s'était arrêté pour lui proposer de la raccompagner chez elle alors qu'elle vendait des cartes téléphoniques au bord d'une route dans la ville de Mangina en avril 2019. « Au lieu de cela, il l'a emmenée dans un hôtel où elle dit qu'elle a été violée par cette personne », indique le rapport.

Malick Coulibaly, un membre du panel, a déclaré lors d'un point de presse mardi qu'il y avait neuf allégations de viol. Les femmes interrogées ont déclaré que les agresseurs n'avaient utilisé aucun moyen de contraception, ce qui a entraîné certaines grossesses. Certaines femmes ont déclaré que les hommes qui les avaient maltraitées les avaient forcées à avorter, a déclaré Coulibaly.

L'enquête met en lumière le dernier d'une série de scandales d'exploitation parmi les travailleurs de l'aide et du développement et intervient après que des allégations similaires aient été formulées contre des travailleurs d'Oxfam en Haïti après le tremblement de terre de 2010 et contre des soldats de la paix de l'ONU en République centrafricaine.

Les abus en RDC se sont produits lors d'une épidémie d'Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri - des zones marquées par l'instabilité politique et le conflit armé au cours desquelles 2 280 personnes sont mortes en deux ans.

Après que les allégations ont émergé, le directeur général de l'OMS a demandé à Aïchatou Mindaoudou, l'ancienne ministre des Affaires étrangères du Niger, et à la militante congolaise des droits humains Julienne Lusenge, qui a beaucoup travaillé avec les victimes de violences sexuelles, d'enquêter.

Certaines des femmes qui disent avoir été maltraitées par des fonctionnaires de l'OMS espéraient que les personnes impliquées seraient sévèrement punies ; d'autres ont déclaré que discipliner les employés de l'OMS contribuerait grandement à mettre fin à la violence à l'égard des femmes.

"J'attends ce grand moment depuis plus d'un mois pour voir comment l'OMS sanctionnera ces [médecins]", a déclaré Anifa, qui a affirmé avoir reçu une offre de sexe contre travail. « Nous voudrions que justice soit rendue. »

Julie Londo, membre de l'Union congolaise des femmes des médias, une organisation de femmes qui lutte contre le viol et les abus sexuels au Congo, a applaudi l'OMS pour avoir puni le personnel, mais a déclaré qu'il fallait davantage.

« L'OMS doit également penser à la réparation des femmes traumatisées par les viols et des dizaines d'enfants nés avec des grossesses non désirées à la suite des viols », a-t-elle déclaré. « Il y a une dizaine de filles à Butembo et Beni qui ont eu des enfants avec des médecins pendant l'épidémie d'Ebola, mais aujourd'hui d'autres sont renvoyées par leurs familles car elles ont eu des enfants avec des étrangers. Nous continuerons notre combat pour mettre fin à ces abus. »

Quelle est la question ?

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 18ans Posté(e)
Petit ours Membre 4 054 messages
Forumeur expérimenté‚ 18ans‚
Posté(e)
il y a 3 minutes, jimetpam a dit :

Quelle est la question ?

C'est pas une question mais une  information.

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 51ans Posté(e)
jimetpam Membre 1 737 messages
Forumeur inspiré‚ 51ans‚
Posté(e)
il y a 2 minutes, Petit ours a dit :

C'est pas une question mais une  information.

Sauf exception les informations qui sont données ici on les connait déjà car on suit nous aussi l'actualité.

Un forum n'est pas un journal c'est un endroit où on dialogue et svt  c'est question-réponses. Mais chacun(e) fait ce qu'il veut. Ca me fait penser à Raphaël Mezrahi et sa célèbre question : "La statue est dans la cour. ET vous ?" :)

  • Confus 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 51ans Posté(e)
jimetpam Membre 1 737 messages
Forumeur inspiré‚ 51ans‚
Posté(e)
il y a 10 minutes, jimetpam a dit :

Sauf exception les informations qui sont données ici on les connait déjà car on suit nous aussi l'actualité.

Un forum n'est pas un journal c'est un endroit où on dialogue et svt  c'est question-réponses. Mais chacun(e) fait ce qu'il veut. Ca me fait penser à Raphaël Mezrahi et sa célèbre question : "La statue est dans la cour. ET vous ?" :)

SI tu veux que je réagisse à ton information postée pose une question.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre Posté(e)
zebusoif Membre 10 315 messages
Forumeur alchimiste ‚
Posté(e)

Ça a l’air d’être une habitude, Serge Garde accusait des cadres de Orange dans certains pays d’Afrique...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 18ans Posté(e)
Petit ours Membre 4 054 messages
Forumeur expérimenté‚ 18ans‚
Posté(e)
il y a 6 minutes, zebusoif a dit :

Ça a l’air d’être une habitude, Serge Garde accusait des cadres de Orange dans certains pays d’Afrique...

C'est pour ça que je ne donne pas d'argent au associations humanitaire entre les bénévoles pédophile les aliments envoyé périmée etc. 

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 41ans Posté(e)
samba223 Membre 1 195 messages
Forumeur survitaminé‚ 41ans‚
Posté(e)
il y a 2 minutes, Petit ours a dit :

C'est pour ça que je ne donne pas d'argent au associations humanitaire entre les bénévoles pédophile les aliments envoyé périmée etc. 

Moi aussi. C'est uniquement du main à la main.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Animatrice Dindasse prête à servir !!! V.I.Pintade, 43ans Posté(e)
titenath Animatrice 38 680 messages
43ans‚ Dindasse prête à servir !!! V.I.Pintade,
Posté(e)
il y a 31 minutes, jimetpam a dit :

Sauf exception les informations qui sont données ici on les connait déjà car on suit nous aussi l'actualité.

Un forum n'est pas un journal c'est un endroit où on dialogue et svt  c'est question-réponses. Mais chacun(e) fait ce qu'il veut. Ca me fait penser à Raphaël Mezrahi et sa célèbre question : "La statue est dans la cour. ET vous ?" :)

Et dans ton sujet, quelle était la question ?

 

il y a 23 minutes, jimetpam a dit :

SI tu veux que je réagisse à ton information postée pose une question.

Alors ne réagit pas et passe ton chemin, cf art. 3 des CGU.

  • Like 2
  • Merci 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre forumeuse acharnée, Posté(e)
querida13 Membre 36 745 messages
forumeuse acharnée,
Posté(e)
Il y a 2 heures, Petit ours a dit :

Dont certaines victimes âgées de seulement 13 ans. 29 filles sont tombées enceinte, la plupart ont dû avorter de force... 60 autres membres contractés par l'OMS sont aussi cités parmi les violeurs potentiels.

https://www.theguardian.com/global-development/2021/sep/28/humbled-and-heartbroken-who-finds-its-ebola-staff-abused-women-and-girls

L'Organisation mondiale de la santé s'est décrite comme "le cœur brisé" après qu'une enquête indépendante qu'elle a commandée a révélé que des dizaines de femmes et de filles avaient été agressées sexuellement par des travailleurs humanitaires lors de l' épidémie dévastatrice d' Ebola de 2018-2020 en République démocratique du Congo.

Les résultats ont été décrits comme une « lecture poignante » par le directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, tandis que sa directrice régionale pour l' Afrique , Matshidiso Moeti, a déclaré qu'elle était « humiliée, horrifiée et navrée ».

La commission, qui a examiné environ 80 cas de femmes et de filles âgées de 13 à 43 ans, a identifié 21 employés travaillant pour l'organisme mondial de santé des Nations Unies parmi les auteurs d'abus graves, dont un certain nombre d'allégations de viol. Selon le rapport, les abus ont conduit à 29 grossesses, certains des auteurs insistant pour que les femmes avortent. Le rapport a ajouté que les auteurs de l'OMS comprenaient du personnel local et international.

Des sources diplomatiques occidentales ont déclaré que quatre personnes avaient été licenciées et deux placées en congé administratif, sur la base d'un briefing à huis clos impliquant l'OMS qui a été fourni aux diplomates à Genève mardi.

Le rapport détaille une répartition profonde des responsabilités en matière de protection contre l'exploitation et les abus sexuels en cas d'urgence sanitaire dans une région peu sûre, largement dominée par les intervenants masculins.

Les enquêteurs ont découvert que la plupart des victimes étaient des femmes « hautement vulnérables », souvent des femmes plus jeunes dans des situations économiques précaires, certains des agresseurs ayant la responsabilité de prévenir l'exploitation et les abus sexuels.

"Je suis désolé. Je suis désolé pour ce qui vous a été fait par des personnes employées par l'OMS pour vous servir et vous protéger », a déclaré Tedros. « Je suis désolé pour la souffrance continue que ces événements doivent causer. Je suis désolé que vous ayez dû les revivre en parlant à la commission de vos expériences. Merci pour votre courage en le faisant.

Le panel a publié ses conclusions mardi, des mois après que les médias ont rapporté que la haute direction de l'OMS avait été informée de plusieurs allégations d'abus en 2019, mais n'avait pas réussi à mettre fin au harcèlement, et avait même promu l'un des responsables impliqués.

L'équipe d'examen a pu obtenir l'identité de 83 auteurs présumés – ressortissants congolais et étrangers. Dans 21 cas, l'équipe a établi avec certitude que les auteurs présumés étaient des employés de l'OMS lors de la riposte à Ebola.

Les conclusions de la commission confirment les informations selon lesquelles les travailleurs impliqués dans les efforts de secours contre Ebola ont exigé des relations sexuelles en échange de contrats de travail, menacé les moyens de subsistance des femmes si elles refusaient et, dans les cas les plus graves, ont été impliqués dans des agressions sexuelles.

Il décrivait comment « Jolianne », qui serait la plus jeune des victimes présumées, a raconté qu'un chauffeur de l'OMS s'était arrêté pour lui proposer de la raccompagner chez elle alors qu'elle vendait des cartes téléphoniques au bord d'une route dans la ville de Mangina en avril 2019. « Au lieu de cela, il l'a emmenée dans un hôtel où elle dit qu'elle a été violée par cette personne », indique le rapport.

Malick Coulibaly, un membre du panel, a déclaré lors d'un point de presse mardi qu'il y avait neuf allégations de viol. Les femmes interrogées ont déclaré que les agresseurs n'avaient utilisé aucun moyen de contraception, ce qui a entraîné certaines grossesses. Certaines femmes ont déclaré que les hommes qui les avaient maltraitées les avaient forcées à avorter, a déclaré Coulibaly.

L'enquête met en lumière le dernier d'une série de scandales d'exploitation parmi les travailleurs de l'aide et du développement et intervient après que des allégations similaires aient été formulées contre des travailleurs d'Oxfam en Haïti après le tremblement de terre de 2010 et contre des soldats de la paix de l'ONU en République centrafricaine.

Les abus en RDC se sont produits lors d'une épidémie d'Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri - des zones marquées par l'instabilité politique et le conflit armé au cours desquelles 2 280 personnes sont mortes en deux ans.

Après que les allégations ont émergé, le directeur général de l'OMS a demandé à Aïchatou Mindaoudou, l'ancienne ministre des Affaires étrangères du Niger, et à la militante congolaise des droits humains Julienne Lusenge, qui a beaucoup travaillé avec les victimes de violences sexuelles, d'enquêter.

Certaines des femmes qui disent avoir été maltraitées par des fonctionnaires de l'OMS espéraient que les personnes impliquées seraient sévèrement punies ; d'autres ont déclaré que discipliner les employés de l'OMS contribuerait grandement à mettre fin à la violence à l'égard des femmes.

"J'attends ce grand moment depuis plus d'un mois pour voir comment l'OMS sanctionnera ces [médecins]", a déclaré Anifa, qui a affirmé avoir reçu une offre de sexe contre travail. « Nous voudrions que justice soit rendue. »

Julie Londo, membre de l'Union congolaise des femmes des médias, une organisation de femmes qui lutte contre le viol et les abus sexuels au Congo, a applaudi l'OMS pour avoir puni le personnel, mais a déclaré qu'il fallait davantage.

« L'OMS doit également penser à la réparation des femmes traumatisées par les viols et des dizaines d'enfants nés avec des grossesses non désirées à la suite des viols », a-t-elle déclaré. « Il y a une dizaine de filles à Butembo et Beni qui ont eu des enfants avec des médecins pendant l'épidémie d'Ebola, mais aujourd'hui d'autres sont renvoyées par leurs familles car elles ont eu des enfants avec des étrangers. Nous continuerons notre combat pour mettre fin à ces abus. »

Il faut vraiment être mort de faim pour aller avoir des relations sexuelles en Afrique subsaharienne où sévissent ebola et sida...Quoiqu' à la réflexion, certains mériteraient bien d'en être frappés.

  • Like 1
  • Colère 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 18ans Posté(e)
Petit ours Membre 4 054 messages
Forumeur expérimenté‚ 18ans‚
Posté(e)
il y a 1 minute, querida13 a dit :

Il faut vraiment être mort de faim pour aller avoir des relations sexuelles en Afrique subsaharienne où sévissent ebola et sida...Quoiqu' à la réflexion, certains mériteraient bien d'en être frappés.

Il faut surtout être un individu horrible humainement pour profiter de la détresse des autres pour user de son pouvoir :|

  • Like 3
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre forumeuse acharnée, Posté(e)
querida13 Membre 36 745 messages
forumeuse acharnée,
Posté(e)

Les sites balance ton porc et me too sont remplis des témoignages de femmes qui ont eu affaire à eux.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 35ans Posté(e)
.iO Membre 1 002 messages
Forumeur survitaminé‚ 35ans‚
Posté(e)

Il paraît que ces organisations missions humanitaires et autres ONG regroupent également des pédophiles.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 18ans Posté(e)
Petit ours Membre 4 054 messages
Forumeur expérimenté‚ 18ans‚
Posté(e)
il y a 3 minutes, .iO a dit :

Il paraît que ces organisations missions humanitaires et autres ONG regroupent également des pédophiles.

Oui j"avais vu  histoire d'un pédophile qui dirigeait une association d'adoption d'orphelin...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 41ans Posté(e)
samba223 Membre 1 195 messages
Forumeur survitaminé‚ 41ans‚
Posté(e)

N'oublions pas que les violences sexuelles sont monnaie courante en RDC de la part d'autochtones.

Et que nombre d' ONG font un gros travail.

https://www.msf.fr/actualites/rdc-des-violences-sexuelles-endemiques-amplifiees-par-les-conflits-et-un-manque-critique-de-prise-en-charge

Pour la seule année 2020, les équipes MSF qui travaillent en République démocratique du Congo (RDC) ont pris en charge près de 11 000 victimes de violences sexuelles. Que ce soit dans des provinces touchées par des conflits armés (Ituri, Sud-Kivu, Nord-Kivu) ou d’autres zones considérées comme plus stables (Kasaï central, Maniema, Haut-Katanga), les violences sexuelles sont endémiques, et les victimes peinent à trouver des soins et une prise en charge adéquate. Une récente analyse des données de MSF met en exergue l’ampleur de ces urgences médicales et la faiblesse de la réponse dans ce domaine.

 

Evitons de généraliser.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre Posté(e)
zebusoif Membre 10 315 messages
Forumeur alchimiste ‚
Posté(e)
il y a une heure, samba223 a dit :

Moi aussi. C'est uniquement du main à la main.

Oui moi aussi, quand je donne de l’argent pour les enfants c’est directement au proxénète 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre Posté(e)
chanou 34 Membre 16 714 messages
Mentor‚
Posté(e)
il y a une heure, querida13 a dit :

Il faut vraiment être mort de faim pour aller avoir des relations sexuelles en Afrique subsaharienne où sévissent ebola et sida...Quoiqu' à la réflexion, certains mériteraient bien d'en être frappés.

Ebola n'est pas une IST

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 51ans Posté(e)
jimetpam Membre 1 737 messages
Forumeur inspiré‚ 51ans‚
Posté(e)
Il y a 6 heures, titenath a dit :

Et dans ton sujet, quelle était la question ?

 

Alors ne réagit pas et passe ton chemin, cf art. 3 des CGU.

Quelle mauvaise foi : dans ma question sur la police municipale non armée de 'Hidalgo c'est implicitement êtes-vous pour ou contre ? Là il nous dit que l'OMS a fait des viols. Doit-on comprendre implicitement que la question est : êtes-vous pour ou contre ? :D Toi y en a comprendre la différence ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×