Aller au contenu

Dévaluer notre monnaie

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre 57ans Posté(e)
MASSOT Membre 254 messages
Forumeur activiste‚ 57ans
Posté(e)

Notre économie est devenue  beaucoup plus faible, hélas. La France doit impérativement dévaluer sa monnaie pour la remettre au même niveau que son économie.

De Gaulle l'avait fait, nous étions repartie sur de bonnes bases!

Le déséquilibre est énorme entre un euro qui n'est pas adapté à notre marché national. Il faudra bien trouver une solution sinon nous finirons comme les pays pauvres.

Condamnés au tourisme pour les pays riches.

  • Like 1
  • Haha 2
  • Confus 2
  • Triste 1
  • Colère 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre 74ans Posté(e)
G2LLOQ Membre 1 962 messages
Forumeur alchimiste‚ 74ans
Posté(e)

Les pays "européens "   n'arrivent pas a se mettre d'accord sur de nombreux points , parfois mineurs ;   alors de la a dévaluer l'€uro  .....  encore une idée venue des "beaux quartiers " 

  • Like 2
  • Haha 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
pluc89 Membre 4 256 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 1 heure, MASSOT a dit :

La France doit impérativement dévaluer sa monnaie pour la remettre au même niveau que son économie.

De Gaulle l'avait fait, nous étions repartie sur de bonnes bases!

J’ai vécu les dévaluations successives des années 60 et 70. Elles ont entraîné une inflation de 1971 à de près de 150 % en 10 ans ! Par comparaison, elle a été de 18.46% de 2000 à 2009, elle est inférieure à 12 % sur les 10 dernières années.

Non, les dévaluations ne permettent pas de repartir sur de bonnes bases. Ce serait trop simple.

  • Like 5
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 30ans Posté(e)
Totof44 Membre 2 235 messages
Forumeur alchimiste‚ 30ans
Posté(e)

C'est une idée...

Prenons des chiffres faux, mais ronds pour bien comprendre.

Si 1€ = 2$, un produit qui vaut 100€ se vend donc 200$ sur le marché. A l'inverse, un produit qui vaut 100$ se vend 50€.

Et si 2$ = 1€, un produit qui vaut 100€ se vend donc 50$ sur le marché contre un autre qui vaut 100$ et se vent 200€.

On voit bien que l'euro fort nuit à la compétitivité.

Et puis dévaluer, c'est réduire la dette. On doit, je crois, quelque chose comme 1 300 000 000 000 d'euros. Si l'euro baisse, ce chiffre n'est plus si élevé.

Attention toutefois, dévaluer, c'est aussi faire perdre de la valeur à ce qui se trouve sur les comptes bancaires (bon, ça pénalise plus les riches, alors c'est du dommage collatéral), mais aussi ce qui est dans le porte-monnaie de chacun, et si cette inflation n'est pas due à une augmentation des salaires, les plus modestes ne s'y retrouvent pas forcément.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
pluc89 Membre 4 256 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

J'ai écrit ce qui suit en 2018. C'est un peu long, j'en suis désolé. Mais les effets d'une dévaluation ne sont pas si simples, et, demandent une explication détaillée. Ne me demandez pas de citer mes sources car ce sont mes souvenirs? Cependant vous pourrez toujours vérifier les informations qui se sont glissées dans mon texte.

"Nostalgie du franc ? Et, pourquoi pas de l’Ancien Franc ? Certains sont en âge, comme moi, malheureusement, de se souvenir de nos bons vieux « anciens francs ». Mais, au fait, pourquoi les avions-nous quittés ? Pour dévaluer me répondrez-vous. D’accord, mais on avait dévalué avant, et l’on a dévalué après, sans pour autant diviser la valeur par 100 ! Mais au fait (encore !), pourquoi dévaluait-on ? A cause de l’inflation me répondrez-vous.

C’est vrai qu’en ces temps là, l’inflation était fréquemment à 2 chiffres, 10% et plus, jusqu’à près de 14% par an, mazette !

Ce qui signifie qu’à 10 %, ce qui coûtait 1000 francs anciens, en début d’année, en coûtait 1100  à la fin de l’année. Évidemment, les salariés ne pouvaient accepter une telle dégradation de leur pouvoir d’achat. Ils réclamaient, à juste titre, une augmentation de salaire, qu’il finissait par obtenir. Les salaires sont une partie significative des coûts de production des biens et des services ; l’augmentation des salaires entraînait une augmentation des prix de revient. Pour ne pas être amené à travailler pour rien, et voire, moins que rien, c'est-à-dire à perte, et donc rapidement, à faire faillite, il fallait bien augmenter le prix de vente, donc de créer de l’inflation. Aie ! Voilà le chien qui se mort la queue !

Mais, ce n’est pas tout ! A cette époque, je me souviens qu’une Renault 4 CV coûtait 500 000 francs (toujours anciens). Imaginons qu’au début de l’année, Fiat, Volkswagen, Austin produisaient une voiture concurrente, au même prix. Admettons, pour la démonstration, que l’inflation dans ces pays était nulle ou très faible (ce qui était le cas de nos voisins allemands). Voilà qu’à la fin de l’année, ma 4 CV valait 550 000 anciens francs ; 10% plus chère que les voitures concurrentes. Évidemment, il était préférable de choisir ces dernières. Catastrophe, si nos usines ne vendent plus de 4 CV, il devient inutile d’en fabriquer. Le spectre du chômage pointait le bout de son nez, la récession, le marasme…Il fallait faire quelque chose et vite !

Alors, on décidait arbitrairement de dévaluer notre monnaie. Ainsi, s’il fallait 1 DM pour acheter 500 anciens francs, il fallait, à un allemand, 1000 DM pour acheter une 4 CV en début d’année. Un an après, du fait de l’augmentation des prix en France, il lui fallait 1100DM. Mais si le franc était dévalué de 10 %, alors avec 1 DM il pouvait acheter 550 anciens francs. Il ne fallait plus que 1000 DM pour acheter 550 000 francs, donc pour qu’il se paye une 4 CV.

Le tour était joué, nos produits étaient redevenus compétitifs. L’activité économique était relancée.

Hélas, cela ne durait que quelques mois. En effet, si nos produits étaient moins chers car il fallait moins de monnaies étrangères pour acheter des francs, à l’inverse il fallait plus de francs pour acquérir les devises étrangères. De ce fait, les matières premières que nous étions obligés d’acheter et de payer en dollar, pour produire nos biens exportables et consommables en France, nous coûtaient plus chers. Augmentation des prix de revient, augmentation des prix de ventes, donc inflation, donc perte de pouvoir d’achat, donc augmentation des salaires, donc augmentation des coûts, donc perte de compétitivité et … dévaluation.

Bien sûr, nous n’étions pas les seuls à pratiquer de la sorte. L’Italie, l’Espagne, pour vendre fruits et légumes, production industrielle, faisaient la même chose. Les dévaluations créaient ainsi une concurrence anarchique et stérile, la dévaluation de l’un étant contrée par celle des autres.

De dévaluation en dévaluation, les centimes d’anciens francs ne permettaient plus d’acheter quoi que ce soit. Aussi, avons-nous, à l’occasion d’une nième dévaluation, divisé notre ancien franc par 100, pour en faire naître un nouveau, pour éviter de nous retrouver dans la situation de l’Allemagne d’avant guerre, où les ménagères dépensaient des millions de Marks pour faire leurs courses quotidiennes. (Inflation en Allemagne en 1921, 60 %, en 1922, 5 300%, non il n’y a pas de faute de frappe, et en 1923 de 16 580 000 %),

Et alors, et alors…. L’Europe est arrivée… le Serpent Monétaire Européen, l’Ecu, et puis l’Euro.

Quelle serait la situation du franc aujourd’hui s’il n’y avait pas eu le Serpent monétaire, limitant la fluctuation des monnaies européennes dans des limites étroites, puis l’Euro qui l’a totalement supprimée ? Quelle serait sa valeur par rapport au dollar ? Tiens, je vais faire plaisir à Jean-Marie Le Pen et à Marine, je vais citer Philippe Pétain : « Français, vous avez la mémoire courte ».

  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 57ans Posté(e)
MASSOT Membre 254 messages
Forumeur activiste‚ 57ans
Posté(e)
il y a 3 minutes, pluc89 a dit :

J'ai écrit ce qui suit en 2018. C'est un peu long, j'en suis désolé. Mais les effets d'une dévaluation ne sont pas si simples, et, demandent une explication détaillée. Ne me demandez pas de citer mes sources car ce sont mes souvenirs? Cependant vous pourrez toujours vérifier les informations qui se sont glissées dans mon texte.

"Nostalgie du franc ? Et, pourquoi pas de l’Ancien Franc ? Certains sont en âge, comme moi, malheureusement, de se souvenir de nos bons vieux « anciens francs ». Mais, au fait, pourquoi les avions-nous quittés ? Pour dévaluer me répondrez-vous. D’accord, mais on avait dévalué avant, et l’on a dévalué après, sans pour autant diviser la valeur par 100 ! Mais au fait (encore !), pourquoi dévaluait-on ? A cause de l’inflation me répondrez-vous.

C’est vrai qu’en ces temps là, l’inflation était fréquemment à 2 chiffres, 10% et plus, jusqu’à près de 14% par an, mazette !

Ce qui signifie qu’à 10 %, ce qui coûtait 1000 francs anciens, en début d’année, en coûtait 1100  à la fin de l’année. Évidemment, les salariés ne pouvaient accepter une telle dégradation de leur pouvoir d’achat. Ils réclamaient, à juste titre, une augmentation de salaire, qu’il finissait par obtenir. Les salaires sont une partie significative des coûts de production des biens et des services ; l’augmentation des salaires entraînait une augmentation des prix de revient. Pour ne pas être amené à travailler pour rien, et voire, moins que rien, c'est-à-dire à perte, et donc rapidement, à faire faillite, il fallait bien augmenter le prix de vente, donc de créer de l’inflation. Aie ! Voilà le chien qui se mort la queue !

Mais, ce n’est pas tout ! A cette époque, je me souviens qu’une Renault 4 CV coûtait 500 000 francs (toujours anciens). Imaginons qu’au début de l’année, Fiat, Volkswagen, Austin produisaient une voiture concurrente, au même prix. Admettons, pour la démonstration, que l’inflation dans ces pays était nulle ou très faible (ce qui était le cas de nos voisins allemands). Voilà qu’à la fin de l’année, ma 4 CV valait 550 000 anciens francs ; 10% plus chère que les voitures concurrentes. Évidemment, il était préférable de choisir ces dernières. Catastrophe, si nos usines ne vendent plus de 4 CV, il devient inutile d’en fabriquer. Le spectre du chômage pointait le bout de son nez, la récession, le marasme…Il fallait faire quelque chose et vite !

Alors, on décidait arbitrairement de dévaluer notre monnaie. Ainsi, s’il fallait 1 DM pour acheter 500 anciens francs, il fallait, à un allemand, 1000 DM pour acheter une 4 CV en début d’année. Un an après, du fait de l’augmentation des prix en France, il lui fallait 1100DM. Mais si le franc était dévalué de 10 %, alors avec 1 DM il pouvait acheter 550 anciens francs. Il ne fallait plus que 1000 DM pour acheter 550 000 francs, donc pour qu’il se paye une 4 CV.

Le tour était joué, nos produits étaient redevenus compétitifs. L’activité économique était relancée.

Hélas, cela ne durait que quelques mois. En effet, si nos produits étaient moins chers car il fallait moins de monnaies étrangères pour acheter des francs, à l’inverse il fallait plus de francs pour acquérir les devises étrangères. De ce fait, les matières premières que nous étions obligés d’acheter et de payer en dollar, pour produire nos biens exportables et consommables en France, nous coûtaient plus chers. Augmentation des prix de revient, augmentation des prix de ventes, donc inflation, donc perte de pouvoir d’achat, donc augmentation des salaires, donc augmentation des coûts, donc perte de compétitivité et … dévaluation.

Bien sûr, nous n’étions pas les seuls à pratiquer de la sorte. L’Italie, l’Espagne, pour vendre fruits et légumes, production industrielle, faisaient la même chose. Les dévaluations créaient ainsi une concurrence anarchique et stérile, la dévaluation de l’un étant contrée par celle des autres.

De dévaluation en dévaluation, les centimes d’anciens francs ne permettaient plus d’acheter quoi que ce soit. Aussi, avons-nous, à l’occasion d’une nième dévaluation, divisé notre ancien franc par 100, pour en faire naître un nouveau, pour éviter de nous retrouver dans la situation de l’Allemagne d’avant guerre, où les ménagères dépensaient des millions de Marks pour faire leurs courses quotidiennes. (Inflation en Allemagne en 1921, 60 %, en 1922, 5 300%, non il n’y a pas de faute de frappe, et en 1923 de 16 580 000 %),

Et alors, et alors…. L’Europe est arrivée… le Serpent Monétaire Européen, l’Ecu, et puis l’Euro.

Quelle serait la situation du franc aujourd’hui s’il n’y avait pas eu le Serpent monétaire, limitant la fluctuation des monnaies européennes dans des limites étroites, puis l’Euro qui l’a totalement supprimée ? Quelle serait sa valeur par rapport au dollar ? Tiens, je vais faire plaisir à Jean-Marie Le Pen et à Marine, je vais citer Philippe Pétain : « Français, vous avez la mémoire courte ».

L'euro a été mis au même niveau du Mark de l'économie allemande, quand à la France c'était 6,55957 de différence. ENORMEet nous ne tenons plus.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
pluc89 Membre 4 256 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a une heure, Totof44 a dit :

Attention toutefois, dévaluer, c'est aussi faire perdre de la valeur à ce qui se trouve sur les comptes bancaires (bon, ça pénalise plus les riches, alors c'est du dommage collatéral),

C'est aussi payer plus cher ce que l'on importe, à commencer par le pétrole, les matières premières, tout ce qui n'est pas produits en France.

C'est donc renchérir le coût des productions françaises qui utilisent ces produits, l'énergie importée, c'est donc alimenter l'inflation, c'est de nouveau être moins compétitifs, et donc se retrouver à être contraint de dévaluer. C'est une spirale infernale encouragée, amplifiée par le jeu des spéculateurs qui parient sur la prochaine dévaluation, et qui finissent par gagner en empochant de confortables gains sur les écarts de change.

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 49ans Posté(e)
DroitDeRéponse Membre 76 156 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 49ans
Posté(e)
il y a une heure, pluc89 a dit :

J’ai vécu les dévaluations successives des années 60 et 70. Elles ont entraîné une inflation de 1971 à de près de 150 % en 10 ans ! Par comparaison, elle a été de 18.46% de 2000 à 2009, elle est inférieure à 12 % sur les 10 dernières années.

Non, les dévaluations ne permettent pas de repartir sur de bonnes bases. Ce serait trop simple.

Ce serait pourtant un excellent moyen pour abaisser le coût des retraites et faire évaporer les assurances vie , bref rééquilibrer le ratio revenu du travail sur revenu de la rente et permettre à nos jeunes de racheter les biens immobiliers des anciens avec des crédits remboursés en monnaie de singe :sleep:

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
pluc89 Membre 4 256 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 3 minutes, MASSOT a dit :

L'euro a été mis au même niveau du Mark de l'économie allemande, quand à la France c'était 6,55957 de différence. ENORMEet nous ne tenons plus.

Pour tenir, il faut moderniser nos outils de production, investir, être devant les évolutions à venir. Jouer avec la monnaie ne résout rien.C'est un leurre.

Prenez la peine de lire ce que j'ai écrit. Je publierai une autre petite histoire qui montre bien les effets de la dévaluation.

Juste un rappel :

-mi 2016, le RU vote le Brexit

-la livre perd très vite 25%

-fin 2016, l’inflation au RU est multipliée par ... 10

C'est l'effet domino, toute action en économie à sa réaction. Les difficultés sont le dosage et la maîtrise des effetsindasirables.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 49ans Posté(e)
DroitDeRéponse Membre 76 156 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 49ans
Posté(e)
il y a 4 minutes, pluc89 a dit :

C'est aussi payer plus cher ce que l'on importe, à commencer par le pétrole, les matières premières, tout ce qui n'est pas produits en France.

La France étant importateur net .

il y a 4 minutes, pluc89 a dit :

C'est donc renchérir le coût des productions françaises qui utilisent ces produits, l'énergie importée,

Pas grave il suffit que le gouvernement baisse la TIPP pour compenser et diminue d’autant le service public et/où les retraites : fastoche !

il y a 4 minutes, pluc89 a dit :

c'est donc alimenter l'inflation, c'est de nouveau être moins compétitifs, et donc se retrouver à être contraint de dévaluer. C'est une spirale infernale encouragée, amplifiée par le jeu des spéculateurs qui parient sur la prochaine dévaluation, et qui finissent par gagner en empochant de confortables gains sur les écarts de change.

Ca a super bien marché pour la révolution bolivarienne qui a tant inspiré Mélenchon, pourquoi pas nous ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
pluc89 Membre 4 256 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 5 minutes, DroitDeRéponse a dit :

permettre à nos jeunes de racheter les biens immobiliers des anciens avec des crédits

A quels taux ! Au début des années 80, j'ai enfin pu acheter mon habitation principale au taux exceptionnel de 10 % seulement, grâce à un copain de régiment devenu directeur d'une agence bancaire !

il y a 2 minutes, DroitDeRéponse a dit :

La France étant importateur net .

Je vois ...

il y a 3 minutes, DroitDeRéponse a dit :

Pas grave il suffit que le gouvernement baisse la TIPP pour compenser et diminue d’autant le service public et/où les retraites : fastoche !

que vous avez ...

il y a 3 minutes, DroitDeRéponse a dit :

Ca a super bien marché pour la révolution bolivarienne qui a tant inspiré Mélenchon, pourquoi pas nous ?

le sens de l'humour ;

J'ai failli marcher ! ;)

Bonne nuit

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Répy Membre 18 549 messages
scientifique‚
Posté(e)
il y a une heure, Totof44 a dit :

On voit bien que l'euro fort nuit à la compétitivité.

Ce n'est pas vrai dans tous les cas !

 L'euro fort pénalise les allemands qui exportent beaucoup plus qu'ils importent mais avantage les français qui importent davantage qu'ils n'exportent.

 Si on dévalue l'euro, les allemands seront avantagés par leurs exportations déjà excédentaires mais les français seront pénalisés par leurs importations supérieures à leurs exportations.

 

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 25ans Posté(e)
Jim69 Membre 3 984 messages
Forumeur alchimiste‚ 25ans
Posté(e)

Lol 

Comme ça ton épargne ne vaut plus rien, ton salaire ne vaut plus rien et les prix augmentent.

Seuls les gens qui ont un crédit à taux fixe pris avant y gagnent.

Une idée à la con très en vogue dans les années 70 et 80.

Modifié par Jim69
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
pluc89 Membre 4 256 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 12 heures, Jim69 a dit :

Seuls les gens qui ont un crédit à taux fixe pris avant y gagnent.

Oui, lorsque le crédit est fait et remboursé dans la même monnaie.
Les organismes ou société s qui empruntent sur le marché international sont perdantes. Il faut débourser plus de monnaie dévaluée pour acquérir la devise étrangère (le $ le plus souvent) nécessaire au remboursement.

Même Marine Le Pen a compris ça. Elle ne prône plus la sortie de l'Euro. Elle a compris que cela entraînerait une dépréciation du nouveau-nouveau franc de 30 à 40 % (dixit son ex-partenaire ... politique, Monsieur Florian Philippot). Et en conséquence le coût du remboursement de sa dette envers les russes augmenterait d'autant.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 49ans Posté(e)
DroitDeRéponse Membre 76 156 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 49ans
Posté(e)
Il y a 16 heures, pluc89 a dit :

A quels taux ! Au début des années 80, j'ai enfin pu acheter mon habitation principale au taux exceptionnel de 10 % seulement, grâce à un copain de régiment devenu directeur d'une agence bancaire !

Avec une inflation à 20% et des salaires qui suivent c’est une affaire !

Tout dépend du contexte 

Il y a 16 heures, pluc89 a dit :

Je vois ...

que vous avez ...

le sens de l'humour ;

J'ai failli marcher ! ;)

Bonne nuit

 

:p

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
pluc89 Membre 4 256 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Souvenez-vous, lors de la précédente campagne électorale présidentielle, Madame Marine Le Pen, militait encore pour la sortie de l'UE et surtout de l'Euro, encouragée par Florian Philippot avec lequel elle n'était pas encore fâchée.

Florian expliquait que la sortie de l'Euro entraînerait une dépréciation( dévaluation subie) de la nouvelle monnaie française, le Nouveau Franc², de 30 à 40 %. Il affirmait que cela serait excellent pour la santé de l'économie française.

Marine pour calmer les inquiétudes des français expliquait alors que pour le commun des mortels cela ne changerait rien. Le jour du grand saut, on fixerai volontairement la parité du F² avec l'E. Ainsi le prix de la baguette de passerait de 1 € à 1 F².

J'ai donc imaginé cette petite histoire que j'ai dû publier à l'époque et que je vous offre à nouveau :

LA BAGUETTE DE PAIN A 1 FRANC (cette historiette est inspirée de ce qui s’est passé au Royaume-Uni au cours de 2ème semestre 2016, toute ressemblance avec ce qui pourrait se passer dans un autre pays serait purement fortuite et le fruit du plus grand des hasards)

Dans un pays qui s’appelle « Illusion »,  l’histoire d’une petite baguette de pain qui coûtait 1 €.

Par la volonté de Madame Présidente, un jour, elle devient la baguette de pain à 1 franc.

Le lendemain Monsieur Quidam va chercher  sa baguette et la paie … 1 franc.

Tout va bien, la Présidente nous a dit la vérité. Les jours passent et la baguette de pain coûte toujours 1 franc. Tout va bien, la Dame ne nous a pas menti.

Les semaines passent et Monsieur Boulanger ouvre son courrier et  trouve une première facture, sa facture de gaz … majorée de 30 % !

« -Allo, Madame GDF, il y a une erreur sur ma facture … + 30 %,

-Que nenni, répond GDF, comme nous l’a annoncé Florian (un énarco-politicard devenu ministre des Finances) le franc a perdu 30% par rapport au dollar, et nous payons nos importations en dollar. Désormais il faut dépenser 30% de plus pour acheter un dollar, donc 30% de plus pour acheter des dollars pour payer le gaz que nous importons, donc le gaz coûte 30% plus cher ».

Boulanger ouvre une deuxième enveloppe, c’est la facture de la farine qui elle aussi a augmenté…

« -Allo, Monsieur le Meunier, il y a erreur sur le tarif … 

-Que nenni, répond Le Meunier, vous savez bien que les céréaliers ont bloqué la France pour obtenir une augmentation du prix des céréales et que nous avons dû céder »

« -Allo Monsieur Céréalier, pourquoi avez-vous fait ça ?

- Comme nous l’avait annoncé Florian, notre Ministre des Finances, répond Céréalier, le franc a perdu 30% par rapport au dollar, et nous payons nos importations en dollar. Désormais il faut dépenser 30% de plus pour acheter un dollar, donc 30% de plus pour acheter des dollars pour payer le pétrole avec lequel on fait du carburant, donc le carburant coûte plus cher. Vous vous en êtes bien rendu-compte avec le prix de l’essence et du diesel à la pompe. »

J’ai déjà entendu ça quelque part se dit Boulanger…

Le lendemain Monsieur Quidam va chercher sa baguette de pain. Il tend 1 franc à Mme Boulanger qui tient la caisse de la boutique. « C’est 1 franc 30, Monsieur Quidam… ». La suite vous l’avez devinée. Comme tout augmente, le jeune Mitron et Mademoiselle Vendeuse qui travaillent chez Monsieur et Madame Boulanger sont venus réclamer une augmentation à leur patron qui va augmenter le prix de la baguette en conséquence. C’est ce qu’on appelle la spirale infernale de l’inflation (voir notre histoire des années 1960 à 1980)

Ceci n’est pas la théorie d’un quelconque expert, c’est ce qui se passe actuellement au Royaume-Uni, qui n’est pas sorti de l’Euro puisque qu’il n’y était pas, mais seulement en train de sortir de l’UE !!! Sortir de l’Euro + sortir de l’UE = double cause = double peine. Vous ne me croyez-pas ! Consultez, par exemple :

http://www.courrierinternational.com/article/royaume-uni-finances-le-trou-noir-du-brexit

 ou le site Chine-Europe : http://french.xinhuanet.com/2016-11/24/c_135853958.htm

ou encore : http://fr.euronews.com/2016/12/13/royaume-uni-l-inflation-accelere

ou : http://fr.global-rates.com/statistiques-economiques/inflation/indice-des-prix-a-la-consommation/ipc/grande-bretagne.aspx d’où j’ai extrait pour vous, chers lecteurs, le tableau  ci-dessous retraçant l’inflation mensuelle depuis avril 2016 en GB :

PC GB derniers mois

 période

inflation

Mars 2017 et         

Février 2017        janvier 2017

2,30 %

1,909 %

 décembre 2016

1,595 %

 novembre 2016

1,097 %

 octobre 2016

0,897 %

 septembre 2016

0,898 %

 août 2016

0,598 %

 juillet 2016

0,600 %

 juin 2016

0,399 %

 mai 2016

0,300 %

   
   

Vous lirez aussi sur ces sites les déclarations de M. Philip Hammond, responsable du Trésor et des Finances de GB qu’on ne pas accuser de vouloir raconter des bobards aux électeurs français dont il se contrefiche.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Mr_Fox Membre 14 182 messages
Animal sauvage‚
Posté(e)
Il y a 17 heures, pluc89 a dit :

 

-fin 2016, l’inflation au RU est multipliée par ... 10

 

Selon qui ?

Pour rappel l'inflation en France est décidée dans le cabinet du président de la république depuis le mandat de Sarkozy si ce n'est avant.

Ce n'est pas une donnée statistique, mais médiatique et politique, pour empêcher la réévaluation des salaires qui en découlerait si l'inflation atteignait 2%, elle atteint donc 1,99%.

Toute information officielle est par nature le contraire des faits.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 30ans Posté(e)
Totof44 Membre 2 235 messages
Forumeur alchimiste‚ 30ans
Posté(e)
Il y a 18 heures, Répy a dit :

 L'euro fort pénalise les allemands qui exportent beaucoup plus qu'ils importent mais avantage les français qui importent davantage qu'ils n'exportent.

Oui, enfin, @pluc89 a raison de dire que la dévaluation peut entrainer une spirale infernale, mais l'euro fort également. Tu regardes le solde de la balance commerciale, mais plus en renchérit la monnaie, plus il est compliqué d'exporter, et plus on délocalise, et donc plus on importe.

Mais je pense qu'on se rejoint : la dévaluation n'est pas une solution miracle.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
pluc89 Membre 4 256 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a une heure, Mr_Fox a dit :

Selon qui ?

Au choix, et il en a des dizaines d'autres ... mais

image.thumb.png.4777e2f0963f10f769c0b74168a8bd35.png

MAIS, mais, mais

il y a une heure, Mr_Fox a dit :

Toute information officielle est par nature le contraire des faits.

:rofl:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×