Aller au contenu

La Suède, pays pionnier de la reconnaissance des transgenres, revoit son protocole vis à vis des mineurs

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre 91ans Posté(e)
Flower00 Membre 2 007 messages
Forumeur alchimiste‚ 91ans
Posté(e)

Depuis 10 ans, des milliers d’adolescents suédois sont devenus des Suédoises et vice versa. Une contagion, –ce mot est mis entre guillemets par le Figaro- qui a conduit le plus prestigieux hôpital de Suède à revoir son protocole et à ne plus donner d’hormones aux mineurs, explique le journal. Et on lira le témoignage d’Asa qui raconte ce qui est arrivé à sa fille : « elle est tombée malade, l’anorexie. A l’hôpital, j’ai remarqué qu’elle suivait des comptes transgenres sur les réseaux sociaux. Elle m’a annoncé qu’elle souffrait de dysphorie de genre, qu’elle ne supportait plus son corps. Et elle a décidé de devenir Kasper, un garçon »..

https://www.google.com/amp/s/www.radioclassique.fr/magazine/articles/la-suede-pays-pionnier-de-la-reconnaissance-des-transgenres-revoit-son-protocole-vis-a-vis-des-mineurs/amp/

  • Like 1
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre 128ans Posté(e)
soisig Membre 13 610 messages
Devezh mat‚ 128ans
Posté(e)
il y a 22 minutes, Flower00 a dit :

 Elle m’a annoncé qu’elle souffrait de dysphorie de genre, qu’elle ne supportait plus son corps. Et elle a décidé de devenir Kasper, un garçon »..

 

Je pense que la première chose à faire aurait du être de lui faire consulter un psy. La majorité des ados se cherchent à l'adolescence ...

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 43ans Posté(e)
Pheldwyn Membre 14 009 messages
Explorateur de Nuages‚ 43ans
Posté(e)

Et c'est une très bonne chose. 

Personnellement, la dysphorie m'interroge réellement : qu'est-ce que cela veut dire de ne pas se sentir de son sexe biologique, ou plus en avant de se sentir de l'autre ? 

Comment un individu, qui n'a de fait qu'une expérience humaine, peut savoir ce que cela veut dire d'être de l'autre sexe ? D'ailleurs, même, tant les différences existent entre individus de même sexe, on peut aussi s'interroger sur le fait de sentir appartenir à son sexe : il y aurait déjà à discuter. Je suis un homme. Je ne me sens pas pour autant "homme", je me sens surtout moi, car je suis la seule expérience de vécu que je connaisse. 

Alors bien évidemment, derrière ça, en fond, on se doute que ce qui joue ce n'est pas ce que l'on se sent être ou non, mais la proximité ou non que l'on ressent face aux archétypes, aux préjugés, ... qui accompagnent notre sexe dans la société, ce à quoi elle nous renvoie. 

Mais nous sommes dès lors dans une vision éminemment sexiste des individus et de leur sexe : est-ce la vision que nous souhaitons encourager dans nos sociétés modernes ? C'est à mon sens là le paradoxe de le modernité autour de la question de la transidentité : je ne peux m'empêcher d'y voir une vision datée des sexes, une accréditation de la notion sexiste de genre (qui est en sociologie est une constation et non pas une vocation).

J'ai donc toujours trouvé étrange que la science et la médecine valident cette logique, cette pensée selon laquelle il y aurait des cerveaux féminins et des cerveaux masculins (ou des âmes tant qu'on y est) qui echoueraient parfois dans le mauvais corps biologique. Car cela revient à ça. À faire du genre une réalité biologique, alors que sa définition propre est purement sociologique ou culturel. 

Bref, ces réserves que j'ai déjà pour ma part sont d'autant plus fortes en ce qui concerne les adolescents qui sont en pleine période de confrontation et de refus d'eux mêmes, de construction : ils sont encore plus propices à tomber dans une vision erronée, sexiste, de ce que devrait être un homme et une femme... et absolument pas en position de faire ce choix ! 

Lorsque l'on voit le phénomène en Suède, ou encore les enfants de star aux US où c'est la dernière tendance "moderne" que d'avoir un enfant qui entame une transition... Je me dis que c'est une bonne chose que la Suède s'interroge Je pense que l'on devrait s'interroger même plus grandement. 

Modifié par Pheldwyn
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 48ans Posté(e)
CAL26 Membre 4 858 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)
il y a 18 minutes, Pheldwyn a dit :

Et c'est une très bonne chose. 

Personnellement, la dysphorie m'interroge réellement : qu'est-ce que cela veut dire de ne pas se sentir de son sexe biologique, ou plus en avant de se sentir de l'autre ? 

Comment un individu, qui n'a de fait qu'une expérience humaine, peut savoir ce que cela veut dire d'être de l'autre sexe ? D'ailleurs, même, tant les différences existent entre individus de même sexe, on peut aussi s'interroger sur le fait de sentir appartenir à son sexe : il y aurait déjà à discuter. Je suis un homme. Je ne me sens pas pour autant "homme", je me sens surtout moi, car je suis la seule expérience de vécu que je connaisse. 

Alors bien évidemment, derrière ça, en fond, on se doute que ce qui joue ce n'est pas ce que l'on se sent être ou non, mais la proximité ou non que l'on ressent face aux archétypes, aux préjugés, ... qui accompagnent notre sexe dans la société, ce à quoi elle nous renvoie. 

Mais nous sommes dès lors dans une vision éminemment sexiste des individus et de leur sexe : est-ce la vision que nous souhaitons encourager dans nos sociétés modernes ? C'est à mon sens là le paradoxe de le modernité autour de la question de la transidentité : je ne peux m'empêcher d'y voir une vision datée des sexes, une accréditation de la notion sexiste de genre (qui est en sociologie est une constation et non pas une vocation).

J'ai donc toujours trouvé dérangeant que la science et la médecine valident cette logique, cette pensée selon laquelle il y aurait des cerveaux féminins et des cerveaux masculins (ou des âmes tant qu'on y est) qui echoueraient parfois dans le mauvais corps biologique. Car cela revient à ça. 

Bref, ces réserves que j'ai déjà pour ma part sont d'autant plus fortes en ce qui concerne les adolescents qui sont en pleine période de confrontation et de refus d'eux mêmes, de construction : ils sont encore plus propices à tomber dans une vision erronée, sexiste, de ce que devrait être un homme et une femme... et absolument pas en position de faire ce choix ! 

Lorsque l'on voit le phénomène en Suède, ou encore les enfants de star aux US où c'est la dernière tendance "moderne" que d'avoir un enfant qui entame une transition... Je me dis que c'est une bonne chose que la Suède s'interroge Je pense que l'on devrait s'interroger même plus grandement. 

Il ne s'agit pas de définir un cerveau féminin ou masculin t il ne s'agit pas de définir une sexualité (c'est une évidence de dire que les homosexuels ne sont pas des transgenres).  Cette identité est très subjective au delà de l'adhésion simpliste  aux stéréotypes.

Je ne sais pas si on peut donner un rôle précis à la physiologie et à la psychologie sociale pour définir le transgenre, mais toutes ces (les) dimensions de la personne participant à l'identité définissent aussi le genre que l'on identifie comme le sien.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 43ans Posté(e)
Pheldwyn Membre 14 009 messages
Explorateur de Nuages‚ 43ans
Posté(e)
il y a 1 minute, CAL26 a dit :

Il ne s'agit pas de définir un cerveau féminin ou masculin t il ne s'agit pas de définir une sexualité (c'est une évidence de dire que les homosexuels ne sont pas des transgenres). 

Je ne parle pas de sexualité (d'attirance sexuelle, si tu préfères).
D'ailleurs, c'est faux, un homosexuel (c'est à dire un individu d'un sexe biologique attiré sexuellement par des individus du même sexe) peut également - en parallèle - "se sentir" de l'autre sexe biologique.
Les deux questions peuvent être totalement indépendantes (même si, dans le cas de notre article, il peut y avoir confusion chez les plus jeunes).

Bref je parle bien du "sexe psychologique", le sexe auquel on ressentirait appartenir. 
 

il y a 1 minute, CAL26 a dit :

Cette identité est très subjective au delà de l'adhésion simpliste  aux stéréotypes.

Mais tout le combat féministe (et anti-sexiste) consiste justement à déconstruire ces stéréotypes, et, justement, les notions de genre.

Bref, à désolidariser la réalité biologique (le sexe) de toute construction ou imposition sociale (le genre).
En d'autres termes, à gommer le genre social, pour offrir une altérité à chaque individu.

 

il y a 1 minute, CAL26 a dit :

Je ne sais pas si on peut donner un rôle précis à la physiologie et à la psychologie sociale pour définir le transgenre, mais toutes ces (les) dimensions de la personne participant à l'identité définissent aussi le genre que l'on identifie comme le sien.

Bah tu identifies ton genre toi ? Tu te poses ou t'es posé la question de savoir si tu étais davantage un homme ou une femme ? (enfin, pas biologiquement du coup, mais "psychologiquement").

Personnellement, je suis biologiquement un homme. Pour le reste ... bah je suis moi. 

Je comprends que l'on puisse souffrir des préjugés de la société du fait de son sexe (d'ailleurs, je les combats) : mais dans le cas des transgenres, j'ai l'impression qu'il s'agit davantage de ne pas remettre en cause ces préjugés, de les accréditer même, et de choisir, vis-à-vis de ces préjugés, de se positionner en dehors ou à l'autre bout (l'autre genre).
En tout les cas, j'y vois là davantage une considération sociologique/psychologique, une opinion et des convictions, qu'une altération biologique à laquelle remédier par la médecine.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 48ans Posté(e)
CAL26 Membre 4 858 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)
il y a 36 minutes, Pheldwyn a dit :

Je ne parle pas de sexualité (d'attirance sexuelle, si tu préfères).
D'ailleurs, c'est faux, un homosexuel (c'est à dire un individu d'un sexe biologique attiré sexuellement par des individus du même sexe) peut également - en parallèle - "se sentir" de l'autre sexe biologique.
Les deux questions peuvent être totalement indépendantes (même si, dans le cas de notre article, il peut y avoir confusion chez les plus jeunes).

Bref je parle bien du "sexe psychologique", le sexe auquel on ressentirait appartenir. 
 

Mais tout le combat féministe (et anti-sexiste) consiste justement à déconstruire ces stéréotypes, et, justement, les notions de genre.

Bref, à désolidariser la réalité biologique (le sexe) de toute construction ou imposition sociale (le genre).
En d'autres termes, à gommer le genre social, pour offrir une altérité à chaque individu.

 

Bah tu identifies ton genre toi ? Tu te poses ou t'es posé la question de savoir si tu étais davantage un homme ou une femme ? (enfin, pas biologiquement du coup, mais "psychologiquement").

Personnellement, je suis biologiquement un homme. Pour le reste ... bah je suis moi. 

Je comprends que l'on puisse souffrir des préjugés de la société du fait de son sexe (d'ailleurs, je les combats) : mais dans le cas des transgenres, j'ai l'impression qu'il s'agit davantage de ne pas remettre en cause ces préjugés, de les accréditer même, et de choisir, vis-à-vis de ces préjugés, de se positionner en dehors ou à l'autre bout (l'autre genre).
En tout les cas, j'y vois là davantage une considération sociologique/psychologique, une opinion et des convictions, qu'une altération biologique à laquelle remédier par la médecine.

Tu n'as pas bien lu la cohérence de mon propos ce qui fait que ta réponse en tranches n'est pas cohérente : j'aborde la sexualité justement pour séparer la question de l'identité sexuelle et l'identité de genre.

Ensuite, ce que je veux dire c'est donc qu'ont ne peut pas lier facilement les stéréotypes à la fois sexuels et genrés à la démarche transgenre donc il me semble essentiel de complexifier ce besoin intime et personnel de changer biologiquement de sexe.

Notamment parce que la démarche reste encore rare, on ne peut pas y voir seulement les effets de la psychologie sociale. Il conviendrait donc de donner un sens à la très complexe identité sexuelle, qui est à la fois biologique et sociale, pour essayer de comprendre cette démarche marginale  consistant à changer son sexe biologique. 

Modifié par CAL26
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 71ans Posté(e)
boeingue Membre 7 033 messages
Forumeur alchimiste‚ 71ans
Posté(e)

moi ,mon chat veux changer !!

il veut devenir un clebs !!

ça promet !

je vais le montrer à un psychat !

  • Haha 4
  • Triste 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 53ans Posté(e)
lepequenot Membre 3 468 messages
Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche‚ 53ans
Posté(e)
Il y a 14 heures, Flower00 a dit :

Depuis 10 ans, des milliers d’adolescents suédois sont devenus des Suédoises et vice versa.

Dans le second cas, le problème doit être de trouver un donneur, à moins que les premiers... :D

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 39ans Posté(e)
uno Membre 3 901 messages
Forumeur alchimiste‚ 39ans
Posté(e)

L'éléphant dans le corridor c'est que la transition de sexe à coup d'hormones et de chirurgie n'est que mutilation de corps sains avec très souvent comme conséquence la stérilité. Mais bon y voir une saloperie nuisible consistant à mutiler des corps pour soit disant régler un problème à la base psychologique cela est aujourd'hui du registre de la haine. Ensuite les adultes font ce qu'ils veulent mais perturber le développement hormonales de gamins mal dans leur peau avec toutes les conséquences irréversibles que cela peut avoir sur la santé c'est clairement une dérive et je pèse mes mots.

Modifié par uno
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
chanou 34 Membre 15 819 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 2 heures, uno a dit :

Ensuite les adultes font ce qu'ils veulent mais perturber le développement hormonales de gamins mal dans leur peau avec toutes les conséquences irréversibles que cela peut avoir sur la santé c'est clairement une dérive et je pèse mes mots.

Tout à fait d'accord avec ça.
Sans compter ce qui va inévitablement se multiplier ; les demandes de restitution après chirurgie de ré-assignation.

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1158136012001132

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
ouest35 Membre 17 525 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Attention les mecs ... les féministes partisanes de la misanderie vont tous vous trans-former en nanas !!!! :D

J'rigole mais tout ça me dépasse .... j'ai surtout peur encore là des apprentis sorciers ....

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×