Aller au contenu

Pour « une fin de vie dans la dignité »

Messages recommandés

soisig Membre 9636 messages
Devezh mat‚ 127ans
Posté(e)

« Je me retrouve dans la situation où le corps médical est impuissant à soigner ma pathologie orpheline. […] Pour moi à ce jour, je ne suis plus dans une situation de vie digne ! Me maintenir en vie coûte chaque année entre 200 000 et 500 000 euros. Je demande simplement à partir dans la dignité, avec une assistance active du corps médical », a écrit, le 20 juillet 2020, Alain Cocq à Emmanuel Macron. Il précise être « dans la situation d'un esprit sain » dans « un corps dysfonctionnel et perclus de douleurs ».

Article ...

 

 

 

@Dzag en effet, chacun est libre de penser ce qu'il veut.

Simplement, dans une situation totalement anormale.... difficile de savoir si on aurait un comportement normal. Mais ça personne ne peut vraiment le savoir avant d'y être confronté. Je sais pas grand chose.... mais ça je l'ai appris.  Les grands discours parfois.... ne sont pas grand chose quand on est confronté à une épreuve tellement difficile que tu n'es plus vraiment en mesure de raisonner normalement. Mais ouais, tu as raison, chacun pense ce qu'il veut.

@Beltégeuse C'est vrai, ça doit être très dur de laisser partir son enfant... là dans mon canapé avec le PC sur les genoux, je dis ceci, je dis cela, mais qu'est-ce que je ferai si j'étais confrontée à un tel tourment ?

 

C'est vrai qu'il est toujours aisé d'écrire ce qu'on ferait, ou pas, dans une telle situation... toutefois, il y a eu deux cas "Vincent", et je pense sincèrement que je serais incapable de ne pas répondre aux attentes de mon enfant. Maintenant, je ne souhaite à personne de se retrouver dans une telle situation. 

  • Like 2
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
CAL26 Membre 3809 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)

Retenons que selon Alain Cocq, la loi Léonetti ne lui éviterait pas d'atroces souffrances de plusieurs jours.

Quand l'euthanasie permettra-t-elle, en France,  à ceux qui l'auront choisi en toute lucidité de mourir dignement et d'éviter une souffrance inutile?

Juste laisser le choix.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 69750 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 48ans
Posté(e)

La mort par sédation est sans douleur .

 

il y a 5 minutes, CAL26 a dit :

Retenons que selon Alain Cocq, la loi Léonetti ne lui éviterait pas d'atroces souffrances de plusieurs jours.

Et donc c’est vrai ?

Citation

Quand l'euthanasie permettra-t-elle, en France,  à ceux qui l'auront choisi en toute lucidité de mourir dignement et d'éviter une souffrance inutile?

Juste laisser le choix.

La loi leonetti laisse ce choix . Reste le

point de la progressivité de la morphine qu’il évoque . @chanou 34, J’en ai eu longtemps et souvent , je ne vois pas , pourriez vous éclairer ma lanterne je ne vois pas ...

“Mais la morphine est un anesthésiant progressif. J’aurai préféré une vraie loi pour mourir dans la dignité, en m’endormant d’un coup, sans souffrir.“

 

L’effet n’est certes pas immédiat mais c’est assez rapide , et on ne peut pas injecter avant d’arrêter tout le bastringue ?

Modifié par DroitDeRéponse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 69750 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 48ans
Posté(e)

Pourquoi 3 à 7 jours s’il est sédaté ?

Et si il est dans d’atroces souffrances depuis des plombes , 3 à 7 jours de plus est-ce impensable alors qu’il sursoit de 1 mois sa décision ?

Dans un mois il n’aura pas plus le droit d’être euthanasié , l’Elysée n’a pas ce pouvoir 

Laura souffrait : la Belgique a failli lui donner la mort qu’elle souhaitait, mais ne souhaitait finalement plus quelques semaines après . La date de sa mort aurait été programmée à une autre date , elle serait morte ....

Vincent Lambert n’avait pas donné de consignes. Par contre une fois ce point juridique levé puisqu’il n’était pas possible de connaître son souhait , la loi leonetti lui a permis une mort digne ( ie sans souffrance, les deux étant devenus synonymes si j’ai bien compris )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
fullmetal06 Membre 4135 messages
Forumeur alchimiste‚ 152ans
Posté(e)
il y a 41 minutes, soisig a dit :

« Je me retrouve dans la situation où le corps médical est impuissant à soigner ma pathologie orpheline. […] Pour moi à ce jour, je ne suis plus dans une situation de vie digne ! Me maintenir en vie coûte chaque année entre 200 000 et 500 000 euros. Je demande simplement à partir dans la dignité, avec une assistance active du corps médical », a écrit, le 20 juillet 2020, Alain Cocq à Emmanuel Macron. Il précise être « dans la situation d'un esprit sain » dans « un corps dysfonctionnel et perclus de douleurs ».

Article ...

 

 

 

@Dzag en effet, chacun est libre de penser ce qu'il veut.

Simplement, dans une situation totalement anormale.... difficile de savoir si on aurait un comportement normal. Mais ça personne ne peut vraiment le savoir avant d'y être confronté. Je sais pas grand chose.... mais ça je l'ai appris.  Les grands discours parfois.... ne sont pas grand chose quand on est confronté à une épreuve tellement difficile que tu n'es plus vraiment en mesure de raisonner normalement. Mais ouais, tu as raison, chacun pense ce qu'il veut.

@Beltégeuse C'est vrai, ça doit être très dur de laisser partir son enfant... là dans mon canapé avec le PC sur les genoux, je dis ceci, je dis cela, mais qu'est-ce que je ferai si j'étais confrontée à un tel tourment ?

 

C'est vrai qu'il est toujours aisé d'écrire ce qu'on ferait, ou pas, dans une telle situation... toutefois, il y a eu deux cas "Vincent", et je pense sincèrement que je serais incapable de ne pas répondre aux attentes de mon enfant. Maintenant, je ne souhaite à personne de se retrouver dans une telle situation. 

Que compte faire la macronie !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 69750 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 48ans
Posté(e)

Ramener ca a un choix uniquement personnel ne fonctionne que si l’on vit sans proche . Mon proche bipolaire aurait disparu bien jeune si elle avait eu la force dans ses périodes dépressives d’aller en Suisse , alors que là les suicides ratés succédaient des périodes heureuses , et sa mort 40 ans avant aurait certainement impacté ma bien. Donc y voir un choix qui n’impacte que soit c’est un peu court ....

D’ailleurs sinon pourquoi faudrait il l’accord parental pour les parents en Belgique ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
CAL26 Membre 3809 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)
il y a 30 minutes, DroitDeRéponse a dit :

 

 

L’effet n’est certes pas immédiat mais c’est assez rapide , et on ne peut pas injecter avant d’arrêter tout le bastringue ?

Est-il nécessaire de tout miser sur la morphine? Elle a ses limites par la tolérance au produit et il semble absurde de dire "vous allez mourir dans un certain nombre de jours durant lesquels on arrêtera tout traitement mais on essaiera de soulager vos douleurs. Bon voyage en fin de vie..."

Il est vrai que c'est beaucoup plus acceptable moralement qu'un choix infâme qu'on laisserait au patient de perdre s'il le souhaite ces jours de fin de vie voire d'agonie pour mourir plus rapidement. Il ne pourrait même pas profiter de l'agonie, ce serait immoral.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 69750 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 48ans
Posté(e)
il y a une heure, CAL26 a dit :

Est-il nécessaire de tout miser sur la morphine?
 

La morphine ne tue pas . Elle évite de souffrir 

Citation

Elle a ses limites par la tolérance au produit
 

La sédation profonde ne marcherait donc pas pour tous ?

Je veux bien l’entendre mais alors je veux bien une preuve .

Citation

 

et il semble absurde de dire "vous allez mourir dans un certain nombre de jours durant lesquels on arrêtera tout traitement mais on essaiera de soulager vos douleurs. Bon voyage en fin de vie..."

En quoi est-ce absurde de dire vous allez mourir car votre corps ne vous permets plus de vivre par vous même , mais tout sera fait pour vous éviter de souffrir ?

Citation

Il est vrai que c'est beaucoup plus acceptable moralement qu'un choix infâme qu'on laisserait au patient de perdre s'il le souhaite ces jours de fin de vie voire d'agonie pour mourir plus rapidement. Il ne pourrait même pas profiter de l'agonie, ce serait immoral.

 

 

Blabla rhétorique. Dans un cas on ne peut mourrir que si l’individu n’est rattaché à la vie que par une action extérieure , dans l’autre la mort est donnée sur un principe X à définir . En Belgique une hypothétique souffrance et un hypothétique choix soi disant éclairé mais qui ne l’est pas puisqu’il s’applique à des cas de personnes psychologiquement trouble et qui ne décéderait pas d’elle même , elles ne sont pas branchées .... Donc dans un cas l’autre agit en maintenant une vie qui sans cette action s’éteindrait , dans l’autre cas ( euthanasie) l’autre est prié de tuer pour abréger une souffrance à quantifier sauf à considérer que la mort par autrui est un droit inaliénable en toute circonstance. Une liberté individuelle qui finalement s’imposerait à autrui ....

Le premier cas est d’une grande cohérence et relève du droit naturel , sans ton intervention je meurs , laisse moi mourir . Et autrui évite la souffrance induite au mieux . Dans l’autre un droit positif dont il faut nécessairement déterminer le contour puisque la mort n’est alors plus un inéluctable mais une décision prise sous un critère X .

Quel est ce critère X ?

Là est ma question rien de plus ....

Dans ce genre de loi le diable se niche dans les détails , sinon il y a dérive ...

Bref mon intérêt ne se porte pas sur la morale , mais sur le législatif dès lors que l’on part sur du droit positif : quel(s) critère(s) pour injecter le produit létal pour les mineurs et pour les majeurs ?

Contrairement au droit naturel , le droit positif à toujours des conséquences imprévus . Je te branche car la vie fut elle maintenue par les hommes est sacrée , à merde effet secondaire , pas de deuil , une vie à aller au chevet d’une personne qui statistiquement ne s’en sortira probablement pas inch’allah , bon alors que fait on , nan mais finalement c’était une connerie , le sacré c’est moi , je choisis si je veux mourir de ma belle mort , nan mais c’est rude car du coup ça dure , bon faut que ça aille vite ( on appelle ça digne ) , j’entends et Je comprends (j’ai ramassé à l’hosto ) , mais du coup quels critères , mesures ?

Sinon c’est de la branlette , le médecin DOIT savoir quand injecter pour être dans les clous ou quand il est autorisé à délivrer le chti produit

 

Modifié par DroitDeRéponse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Forum@ Membre 504 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
Il y a 2 heures, soisig a dit :

« Je me retrouve dans la situation où le corps médical est impuissant à soigner ma pathologie orpheline. […] Pour moi à ce jour, je ne suis plus dans une situation de vie digne ! Me maintenir en vie coûte chaque année entre 200 000 et 500 000 euros. Je demande simplement à partir dans la dignité, avec une assistance active du corps médical », a écrit, le 20 juillet 2020, Alain Cocq à Emmanuel Macron. Il précise être « dans la situation d'un esprit sain » dans « un corps dysfonctionnel et perclus de douleurs ».

Article ...

 

 

 

@Dzag en effet, chacun est libre de penser ce qu'il veut.

Simplement, dans une situation totalement anormale.... difficile de savoir si on aurait un comportement normal. Mais ça personne ne peut vraiment le savoir avant d'y être confronté. Je sais pas grand chose.... mais ça je l'ai appris.  Les grands discours parfois.... ne sont pas grand chose quand on est confronté à une épreuve tellement difficile que tu n'es plus vraiment en mesure de raisonner normalement. Mais ouais, tu as raison, chacun pense ce qu'il veut.

@Beltégeuse C'est vrai, ça doit être très dur de laisser partir son enfant... là dans mon canapé avec le PC sur les genoux, je dis ceci, je dis cela, mais qu'est-ce que je ferai si j'étais confrontée à un tel tourment ?

 

C'est vrai qu'il est toujours aisé d'écrire ce qu'on ferait, ou pas, dans une telle situation... toutefois, il y a eu deux cas "Vincent", et je pense sincèrement que je serais incapable de ne pas répondre aux attentes de mon enfant. Maintenant, je ne souhaite à personne de se retrouver dans une telle situation. 

Merci d'avoir repris le sujet. 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
stvi Membre 18801 messages
Forumeur alchimiste‚ 109ans
Posté(e)
il y a une heure, DroitDeRéponse a dit :

a morphine ne tue pas . Elle évite de souffrir 

sauf en cas d'overdose , déclenche une détresse respiratoire et la mort ...

plus le malade souffre, plus on peut augmenter le débit de la pompe à morphine , mais on ne peut pas attendre du corps médical qu'il tue , alors que sa fonction est de soigner ...

Modifié par stvi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
CAL26 Membre 3809 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)
Il y a 3 heures, DroitDeRéponse a dit :

La morphine ne tue pas . Elle évite de souffrir 

 

Oui prend moi pour un imbécile. Je sais que la morphine n'est pas utilisée pour tuer mais quand je demandais s'il fallait tout miser sûr la morphine j'interrogeais sur sa capacité a réellement supprimer la douleur même sur des personnes qui ont déjà beaucoup reçu de cette substance. Pourquoi Alain Cocq suppose qu'il va souffrir à l'arrêt de ses traitements même en sédation?

 

Il y a 3 heures, DroitDeRéponse a dit :

En quoi est-ce absurde de dire vous allez mourir car votre corps ne vous permets plus de vivre par vous même , mais tout sera fait pour vous éviter de souffrir ?

Blabla rhétorique. Dans un cas on ne peut mourrir que si l’individu n’est rattaché à la vie que par une action extérieure , dans l’autre la mort est donnée sur un principe X à définir . En Belgique une hypothétique souffrance et un hypothétique choix soi disant éclairé mais qui ne l’est pas puisqu’il s’applique à des cas de personnes psychologiquement trouble et qui ne décéderait pas d’elle même , elles ne sont pas branchées .... Donc dans un cas l’autre agit en maintenant une vie qui sans cette action s’éteindrait , dans l’autre cas ( euthanasie) l’autre est prié de tuer pour abréger une souffrance à quantifier sauf à considérer que la mort par autrui est un droit inaliénable en toute circonstance. Une liberté individuelle qui finalement s’imposerait à autrui ....

Le premier cas est d’une grande cohérence et relève du droit naturel , sans ton intervention je meurs , laisse moi mourir . Et autrui évite la souffrance induite au mieux . Dans l’autre un droit positif dont il faut nécessairement déterminer le contour puisque la mort n’est alors plus un inéluctable mais une décision prise sous un critère X .

Quel est ce critère X ?

Là est ma question rien de plus ....

Dans ce genre de loi le diable se niche dans les détails , sinon il y a dérive ...

Bref mon intérêt ne se porte pas sur la morale , mais sur le législatif dès lors que l’on part sur du droit positif : quel(s) critère(s) pour injecter le produit létal pour les mineurs et pour les majeurs ?

Contrairement au droit naturel , le droit positif à toujours des conséquences imprévus . Je te branche car la vie fut elle maintenue par les hommes est sacrée , à merde effet secondaire , pas de deuil , une vie à aller au chevet d’une personne qui statistiquement ne s’en sortira probablement pas inch’allah , bon alors que fait on , nan mais finalement c’était une connerie , le sacré c’est moi , je choisis si je veux mourir de ma belle mort , nan mais c’est rude car du coup ça dure , bon faut que ça aille vite ( on appelle ça digne ) , j’entends et Je comprends (j’ai ramassé à l’hosto ) , mais du coup quels critères , mesures ?

Sinon c’est de la branlette , le médecin DOIT savoir quand injecter pour être dans les clous ou quand il est autorisé à délivrer le chti produit

 

Donc pour éviter un vrai choix, la médecine interrompt les soins et laisse mourir le patient en pensant supprimer toute souffrance.

Mais il faut dans ce cas également décider l'instant où on interrompra les soins et ça pourrait être l'instant où on provoque l'euthanasie. En quoi décider d'arrêter les soins alors qu'on pourrait les poursuivre pour prolonger la vie pose moins de problèmes législatifs que d'injecter un produit ? Certes après la fin des soins pour un cas désespéré un miracle pourra par intervention divine ramener le mourant à la vie mais la probabilité est si faible qu'elle ne me semble pas justifier qu'on laisse faire l'agonie.

Le cadre de l'euthanasie se fera sûrement par des voeux dûments écrits par le patient et authentifiés, un dossier médical précisant que compte tenu des connaissances médicales du moment le patient ne pourra pas être guéri de sa ou de ses pathologies et le médecin qui comptera parmi les volontaires pour pratiquer l'euthanasie pourra faire l'injection létale.

Ensuite il est des pays où l'euthanasie peut se faire par anticipation. C'est encore un choix laissé à chacun et qui me semblerait être un véritable progrès.

Petite remarque, j'ai eu du mal à bien comprendre ton avant-dernier paragraphe de 6 lignes : compte tenu du sujet tu pourrais faire l'effort d'écrire en français intelligible jusqu'au bout. Simple question de respect.

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
soisig Membre 9636 messages
Devezh mat‚ 127ans
Posté(e)
Il y a 10 heures, DroitDeRéponse a dit :

 

Laura souffrait : la Belgique a failli lui donner la mort qu’elle souhaitait, mais ne souhaitait finalement plus quelques semaines après . La date de sa mort aurait été programmée à une autre date , elle serait morte ....

 

Ben ouais, l'euthanasie n'est pas un jeu et le protocole n'est pas dans les mains de médiums. Et c'est pour laisser aux personnes, la possibilité de se rétracter, que le cocktail létal n'est pas donné le jour même. Puisque la volonté réelle de Laura n'était pas de mourir, si la mort avait été programmée à une autre date, elle se serait rétractée à cette autre date. 

Il y a 10 heures, fullmetal06 a dit :

Que compte faire la macronie !

On le saura après le 25 aout

Il y a 10 heures, CAL26 a dit :

Est-il nécessaire de tout miser sur la morphine? Elle a ses limites par la tolérance au produit et il semble absurde de dire "vous allez mourir dans un certain nombre de jours durant lesquels on arrêtera tout traitement mais on essaiera de soulager vos douleurs. Bon voyage en fin de vie..."

 

Tout à fait d'accord et pour ma part, je suis intolérante à la morphine elle me donne des nausées terribles.

Il y a 10 heures, DroitDeRéponse a dit :

La morphine ne tue pas . Elle évite de souffrir 

 

 

pas forcément. Dans mon cas, la morphine me rend malade mais ne me soulage pas.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Beltégeuse Membre 1557 messages
Forumeur alchimiste‚ 112ans
Posté(e)

Bonjour à toutes et tous, oui la morphine ne tue pas mais elle peut provoquer des nausées et quand on souffre déjà, pas facile de vivre en plus avec ces envies de vomir.

J'espère que Macron sera sensible à ce problème parce s'il dit qu'il y a déjà cette loi léonetti qui ne propose que l'arrêt des soins, l'arrêt de l'alimentation, les plus de 87% de personne qui veulent un vrai débat et une vrai loi sur la fin de vie pour les malades incurables resteront sur leur faim et ne seront pas (comme d'habitude) entendues !

Il y avait eu cette dame qui souffrait le martyre à cause d'une tumeur sur un œil, elle avait demandé à partir dans la dignité, on lui a refusé cette option, elle s'est suicidée par médicaments...

Merci Soisig d'avoir ouvert ce topic,

Bonne journée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 69750 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 48ans
Posté(e)
Il y a 9 heures, stvi a dit :

sauf en cas d'overdose , déclenche une détresse respiratoire et la mort ...

Ca arrivé lors des sédations profondes ?

Et si oui quelles conséquences non voulues ?

Il y a 9 heures, stvi a dit :

plus le malade souffre, plus on peut augmenter le débit de la pompe à morphine , mais on ne peut pas attendre du corps médical qu'il tue , alors que sa fonction est de soigner ...

La loi leonetti répond à ce point 

il y a 51 minutes, soisig a dit :

Ben ouais, l'euthanasie n'est pas un jeu et le protocole n'est pas dans les mains de médiums. Et c'est pour laisser aux personnes, la possibilité de se rétracter, que le cocktail létal n'est pas donné le jour même. Puisque la volonté réelle de Laura n'était pas de mourir, si la mort avait été programmée à une autre date, elle se serait rétractée à cette autre date. 
 

Non puisque comme de nombreux dépressifs ce qui est vrai un jour ne l’est pas le lendemain . Mon proche ne se pendait que certains jours , pas d’autres 

il y a 51 minutes, soisig a dit :

On le saura après le 25 aout

Tout à fait d'accord et pour ma part, je suis intolérante à la morphine elle me donne des nausées terribles.

pas forcément. Dans mon cas, la morphine me rend malade mais ne me soulage pas.

En ce cas est ce à dire que la sédation profonde ne marche pas ?

@chanou34 ?

La sédation profonde est ce par morphine ?

Le midazolam ne marche pas ?

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 69750 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 48ans
Posté(e)
il y a 31 minutes, Beltégeuse a dit :

Bonjour à toutes et tous, oui la morphine ne tue pas mais elle peut provoquer des nausées et quand on souffre déjà, pas facile de vivre en plus avec ces envies de vomir.

Le midazolam c’est de la morphine ? Nausées?

Bon en clair beaucoup de spécialistes sur le topic , un petit article sur le fait que la sédation profonde ne marche pas ?

Merci

il y a 31 minutes, Beltégeuse a dit :

J'espère que Macron sera sensible à ce problème parce s'il dit qu'il y a déjà cette loi léonetti qui ne propose que l'arrêt des soins, l'arrêt de l'alimentation, les plus de 87% de personne qui veulent un vrai débat et une vrai loi sur la fin de vie pour les malades incurables resteront sur leur faim et ne seront pas (comme d'habitude) entendues !

Ce vrai débat a eu lieu plusieurs fois en France et aura à nouveau lieu 

il y a 31 minutes, Beltégeuse a dit :

 


 

Il y avait eu cette dame qui souffrait le martyre à cause d'une tumeur sur un œil, elle avait demandé à partir dans la dignité, on lui a refusé cette option, elle s'est suicidée par médicaments...

Merci Soisig d'avoir ouvert ce topic,

Bonne journée

Pas compris pourquoi l’autre a été fermé 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Beltégeuse Membre 1557 messages
Forumeur alchimiste‚ 112ans
Posté(e)
il y a 2 minutes, DroitDeRéponse a dit :

Le midazolam c’est de la morphine ? Nausées?

Bon en clair beaucoup de spécialistes sur le topic , un petit article sur le fait que la sédation profonde ne marche pas ?

Merci

Ce vrai débat a eu lieu plusieurs fois en France et aura à nouveau lieu 

Pas compris pourquoi l’autre a été fermé 

Coucou DDR, j'avais eu de la morphine mais me souviens plus du nom du générique, ça m'avait rendu malade, d'un côté je souffrais et de l'autre j'avais la tête sur la cuvette des toilettes à me vider... bon sang m'en souviens encore... vendredi mon petit fils a été opéré en urgence pour torsion de testicule, il a eu de la morphine et en a lui aussi souffert comme moi, j'ai passé ma nuit de vendredi à samedi à l'aider à tenir une bassine et lui tenir la tête pour se libérer des nausées.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
soisig Membre 9636 messages
Devezh mat‚ 127ans
Posté(e)
il y a 12 minutes, DroitDeRéponse a dit :

 

 Mon proche ne se pendait que certains jours , pas d’autres 

 

:hum:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 69750 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 48ans
Posté(e)
Il y a 7 heures, CAL26 a dit :

Oui prend moi pour un imbécile. Je sais que la morphine n'est pas utilisée pour tuer mais quand je demandais s'il fallait tout miser sûr la morphine j'interrogeais sur sa capacité a réellement supprimer la douleur même sur des personnes qui ont déjà beaucoup reçu de cette substance. Pourquoi Alain Cocq suppose qu'il va souffrir à l'arrêt de ses traitements même en sédation?

J’ai parlé morphine car elle a été évoqué .

La sédation profonde c’est le midazolam de ce que j’ai lu , @chanou34 ?

Alain Cocq peut supposer ce qu’il veut , ca ne peut pas être une base législative. Par contre si tu as des preuves scientifiques que la sédation profonde ne marche pas , alors évidemment ça change les termes du débat et ca justifierait pleinement que la loi leonetti soit réexaminée 

Citation

 

Donc pour éviter un vrai choix, la médecine interrompt les soins et laisse mourir le patient en pensant supprimer toute souffrance.

Il y a un vrai choix , maintien d’une vie artificiellement ou pas . Pourquoi “pensant” ?

Encore une fois merci de prouver que la sédation profonde ne marcherait pas et que le médecin penserait à tort que ça fonctionne 

Citation

Mais il faut dans ce cas également décider l'instant où on interrompra les soins et ça pourrait être l'instant où on provoque l'euthanasie. En quoi décider d'arrêter les soins alors qu'on pourrait les poursuivre pour prolonger la vie pose moins de problèmes législatifs que d'injecter un produit ?

On peut injecter un produit à un dépressif comme en Belgique évoqué sur les topics euthanasie comme le top de l’humanisme, et le tuer ...

On peut débrancher un dépressif , il ne l’est pas .

Par nature la mort par débranchement ne peut concerner que des personnes qui meurent si elles ne sont pas maintenues en vie 

Citation


Certes après la fin des soins pour un cas désespéré un miracle pourra par intervention divine ramener le mourant à la vie mais la probabilité est si faible qu'elle ne me semble pas justifier qu'on laisse faire l'agonie.

Laura en Belgique c’était un miracle ?

La femme de Vincent Lambert au début n’etait pas pour son débranchement , il agonisait ?

Le souci avec l’agonie c’est que c’est souvent dans les débats une projection du bien portant sur une situation altérée dont il ne sait pas grand chose . 
Mais encore une fois tu ne réponds pas . Quel critère ?

Refuser d’y répondre , c’est parler et ne pas permettre une loi , car si loi il y a alors il faudra critère !

Citation

Le cadre de l'euthanasie se fera sûrement par des voeux dûments écrits par le patient et authentifiés, un dossier médical précisant que compte tenu des connaissances médicales du moment le patient ne pourra pas être guéri de sa ou de ses pathologies et le médecin qui comptera parmi les volontaires pour pratiquer l'euthanasie pourra faire l'injection létale.

C’est donc le cas de Laura dépressive , qui n’a finalement pas été tué juste parce que la date est tombé sur une période coup de bol .

Et pour les mineurs quel critère ?

Citation

Ensuite il est des pays où l'euthanasie peut se faire par anticipation. C'est encore un choix laissé à chacun et qui me semblerait être un véritable progrès.

Tu peux préciser ?

Citation

Petite remarque, j'ai eu du mal à bien comprendre ton avant-dernier paragraphe de 6 lignes : compte tenu du sujet tu pourrais faire l'effort d'écrire en français intelligible jusqu'au bout. Simple question de respect.

 

Et donc finalement tu l’as compris , mais il était important que tu partes sur ce terrain n’est ce pas ;)

Question de respect  

 

il y a 19 minutes, soisig a dit :

:hum:

Toujours sur le cas Laura ....

Oui mon proche a fait de multiples tentatives de suicide selon qu’il était au creux de la vague , pas simple pour les enfants , ou au top de la vague . Ces enfants manquaient d’humanisme du haut de leur 7 ans et n’auraient pas compris qu’on respecte le souhait du trimestre  de la mère d’en finir .

Modifié par DroitDeRéponse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 69750 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 48ans
Posté(e)
il y a 37 minutes, Beltégeuse a dit :

Coucou DDR, j'avais eu de la morphine mais me souviens plus du nom du générique, ça m'avait rendu malade, d'un côté je souffrais et de l'autre j'avais la tête sur la cuvette des toilettes à me vider... bon sang m'en souviens encore... vendredi mon petit fils a été opéré en urgence pour torsion de testicule, il a eu de la morphine et en a lui aussi souffert comme moi, j'ai passé ma nuit de vendredi à samedi à l'aider à tenir une bassine et lui tenir la tête pour se libérer des nausées.

J’en ai eu à petite dose nausée , en massif , pas vu le jour . 
Mais bon je ne sais plus qui a abordé la morphine , mais sauf erreur de ma part et après verif , on parle de midazolam pour la sédation profonde ...

A l’anesthésie aussi j’ai parfois eu la gerbe , mais ....

Toujours rien sur un début de preuve que la sédation profonde ne marche pas ...,

Merci de vos retours ...

De même sur les critères , et pas du flou merci , comment pour les mineurs , et qui a le droit inaliénable à la mort assistée . Sinon il n’y a pas de débat , juste une nième discussion de café du commerce . Laura Belgique , oui on euthanasie asap ?

Modifié par DroitDeRéponse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
soisig Membre 9636 messages
Devezh mat‚ 127ans
Posté(e)
Il y a 1 heure, DroitDeRéponse a dit :

 

Oui mon proche a fait de multiples tentatives de suicide selon qu’il était au creux de la vague 

Oui mais quand tu te pends, en règle générale, tu meurs. Alors le mec qui se pend plusieurs fois, excuse moi, mais soit il s'est pendu avec du papier crépon, soit il est clair qu'il ne voulait pas mourir.

De plus, on parle d'Euthanasie et tu nous parles de dépression. Dans les pays où l'Euthanasie est légale, elle n'est pas pratiquée pour répondre aux attentes de dépressifs chroniques, mais bel et bien pour des cas de personnes souffrant de maladies incurables, les faisant souffrir physiquement, ou moralement (dans le cas où on doit être assisté, voire totalement pris physiquement en charge). Et avant la prise du cocktail létal, tu auras consulté des médecins, des psychiatres ou psychologues, tu auras présenté un dossier médical, justifiant ta demande. Une personne "simplement" dépressive, ne pourra prétendre à être euthanasiée. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×