Aller au contenu

Messages recommandés

Marie Vaillant Membre 189 messages
Forumeur inspiré‚ 29ans
Posté(e)

Le chlore contenu dans l’eau serait-il nuisible à la peau ?

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Niou Membre 8363 messages
Petite fée des nougats‚
Posté(e)
il y a 16 minutes, Marie Vaillant a dit :

Le chlore contenu dans l’eau serait-il nuisible à la peau ?

Non, seul le chlore sous forme gazeuse est nocif. Un fois dissous dans l'eau, d'une piscine par exemple, il perd ses propriétés toxiques. Par contre, à long terme et à fréquence élevée, on a remarqué une légère adaptation du corps des nageurs de haut-niveau. Mais je n'en sais pas plus, à confirmer.

Tu peux aller à la piscine tranquille ! :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
soisig Membre 2937 messages
Devezh mat‚
Posté(e)

Le chlore assèche la peau et les cheveux, d'où l'importance de bien se rincer, après la piscine. 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Répy Membre 10972 messages
scientifique‚
Posté(e)
il y a 20 minutes, Fuck Them All a dit :

Oui c'est clairement cancérigène, c'est chimique.

N'importe quoi ! C'est une affirmation sans fondement !

Le traitement du sucre à partir de la betterave ou de la canne à sucre est une opération qui utilise un peu de chimie. ce sucre ( saccharose) n'est pas cancérigène !

Quelque chose qui est "chimique" n'est pas forcément cancérigène et quelque chose de "biologique" peut être un redoutable cancérigène !

le chlore n'est pas cancérigène mais certaines moisissures (du pain et de la pomme) sont des cancérigènes avérés.

Enfin un cancérigène agit par répétition. Manger des traces de moisissure cancérigène ne donnera pas le cancer en 1 fois.

Modifié par Répy
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fuck Them All Membre 6035 messages
Membre ++‚ 36ans
Posté(e)
il y a 27 minutes, Répy a dit :

N'importe quoi ! C'est une affirmation sans fondement !

Le traitement du sucre à partir de la betterave ou de la canne à sucre est une opération qui utilise un peu de chimie. ce sucre ( saccharose) n'est pas cancérigène !

Quelque chose qui est "chimique" n'est pas forcément cancérigène et quelque chose de "biologique" peut être un redoutable cancérigène !

le chlore n'est pas cancérigène mais certaines moisissures (du pain et de la pomme) sont des cancérigènes avérés.

Enfin un cancérigène agit par répétition. Manger des traces de moisissure cancérigène ne donnera pas le cancer en 1 fois.

Son utilisation pour la désinfection de l'eau potable ou des piscines génère des sous-produits dangereux, dont certains gazeux comme les chloramines, particulièrement au contact de la sueur et de l'urine[23]. Certains sont toxiques, d'autres peuvent entraîner des défauts de naissance, d'autres encore sont génotoxiques et enfin certains sont des cancérigènes connus[24],[25].

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Chlore

Abstrait

Les sous-produits de désinfection (DBP) se forment lorsque les désinfectants (chlore, ozone, dioxyde de chlore ou chloramines) réagissent avec la matière organique naturelle, les contaminants anthropiques, le bromure et l'iodure lors de la production d'eau potable. Nous passons ici en revue 30 ans de recherche sur l’occurrence, la génotoxicité et la cancérogénicité de 85 DBP, dont 11 sont actuellement réglementés par les États-Unis et dont 74 sont considérés comme des DBP émergents en raison de leurs niveaux d’occurrence et / ou de leurs propriétés toxicologiques modérés. Parmi ceux-ci figurent les halonitrométhanes, les iodoacides et d’autres halo-acides non régulés, les iodo-trihalométhanes (THM) et d’autres halométhanes non régulés, les halofuranones (MX [3-chloro-4- (dichlorométhyl) -5-hydroxy-2 (5H) - furanone] et les DBP MX bromés), les haloamides, les haloacétonitriles, le tribromopyrrole, les aldéhydes, et la N-nitrosodiméthylamine (NDMA) et d'autres nitrosamines. Les pratiques de désinfection alternatives se traduisent par une eau de boisson dont la matière organique extraite est moins mutagène que les extraits d’eau chlorée. Cependant, les désinfectants alternatifs (principalement l'ozone ou les chloramines) augmentent les niveaux de nombreux SPD émergents par rapport à la chloration, et de nombreux SPD émergents sont plus génotoxiques que certains des SPD réglementés. Notre analyse a identifié trois catégories de SPD présentant un intérêt particulier. La catégorie 1 contient huit DBP présentant tout ou partie des caractéristiques toxicologiques des agents cancérigènes humains: quatre régulés (bromodichlorométhane, acide dichloroacétique, acide dibromacétique et bromate) et quatre régulateurs non régulés (formaldéhyde, acétaldéhyde, MX et NDMA). Les catégories 2 et 3 contiennent 43 DBP émergents présents à des concentrations modérées (moins de 1 tasse / L): la catégorie 2 en contient 29 génotoxiques (y compris l'hydrate de chloral et le chloroacétaldéhyde, également cancérogènes pour les rongeurs); la catégorie 3 comprend les 14 autres pour lesquels peu ou pas de données toxicologiques sont disponibles. En général, les DBP bromés sont à la fois plus génotoxiques et carcinogènes que les composés chlorés, et les DBP iodés étaient les plus génotoxiques, mais n'ont pas été testés pour déterminer leur cancérogénicité. Il y avait des lacunes dans les données toxicologiques pour même certains des 11 DBP réglementés, ainsi que pour la plupart des 74 DBP émergents. Une évaluation systématique de la génotoxicité des DBP a été réalisée pour environ 60 DBP pour les dommages causés à l'ADN dans les cellules de mammifères et 16 pour la mutagénicité pour Salmonella. Une étude épidémiologique récente a montré qu'une grande partie du risque de cancer de la vessie associé à l'eau potable était associée à trois facteurs: taux de THM, douches / bains / natation (exposition cutanée / inhalation) et génotype (gène GSTT1-1). . Cette découverte, ainsi que des études mécanistes, souligne l’importance croissante de l’exposition par voie cutanée / par inhalation aux THM, ou éventuellement à d’autres SPD, ainsi que le rôle du génotype dans le risque de cancer de la vessie associé à l’eau de boisson. Plus de 50% de l'halogène organique total (TOX) formé par la chloration et plus de 50% du carbone organique assimilable (COA) formé par l'ozonation n'ont pas été identifiés chimiquement. Les interactions potentielles entre les 600 DBP identifiés dans le mélange complexe d'eau de boisson auquel nous sommes exposés de différentes manières ne sont reflétées dans aucune des études de toxicologie de DBP individuels. Les catégories de SPD décrites ici, les lacunes identifiées en matière de données et le rôle émergent de l'exposition cutanée / par inhalation fournissent des indications pour la recherche sur l'eau potable et la santé publique.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17980649

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Répy Membre 10972 messages
scientifique‚
Posté(e)
il y a 8 minutes, Fuck Them All a dit :

Son utilisation pour la désinfection de l'eau potable ou des piscines génère des sous-produits dangereux, dont certains gazeux comme les chloramines, particulièrement au contact de la sueur et de l'urine[23]. Certains sont toxiques, d'autres peuvent entraîner des défauts de naissance, d'autres encore sont génotoxiques et enfin certains sont des cancérigènes connus[24],[25].

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Chlore

Abstrait

Les sous-produits de désinfection (DBP) se forment lorsque les désinfectants (chlore, ozone, dioxyde de chlore ou chloramines) réagissent avec la matière organique naturelle, les contaminants anthropiques, le bromure et l'iodure lors de la production d'eau potable. Nous passons ici en revue 30 ans de recherche sur l’occurrence, la génotoxicité et la cancérogénicité de 85 DBP, dont 11 sont actuellement réglementés par les États-Unis et dont 74 sont considérés comme des DBP émergents en raison de leurs niveaux d’occurrence et / ou de leurs propriétés toxicologiques modérés. Parmi ceux-ci figurent les halonitrométhanes, les iodoacides et d’autres halo-acides non régulés, les iodo-trihalométhanes (THM) et d’autres halométhanes non régulés, les halofuranones (MX [3-chloro-4- (dichlorométhyl) -5-hydroxy-2 (5H) - furanone] et les DBP MX bromés), les haloamides, les haloacétonitriles, le tribromopyrrole, les aldéhydes, et la N-nitrosodiméthylamine (NDMA) et d'autres nitrosamines. Les pratiques de désinfection alternatives se traduisent par une eau de boisson dont la matière organique extraite est moins mutagène que les extraits d’eau chlorée. Cependant, les désinfectants alternatifs (principalement l'ozone ou les chloramines) augmentent les niveaux de nombreux SPD émergents par rapport à la chloration, et de nombreux SPD émergents sont plus génotoxiques que certains des SPD réglementés. Notre analyse a identifié trois catégories de SPD présentant un intérêt particulier. La catégorie 1 contient huit DBP présentant tout ou partie des caractéristiques toxicologiques des agents cancérigènes humains: quatre régulés (bromodichlorométhane, acide dichloroacétique, acide dibromacétique et bromate) et quatre régulateurs non régulés (formaldéhyde, acétaldéhyde, MX et NDMA). Les catégories 2 et 3 contiennent 43 DBP émergents présents à des concentrations modérées (moins de 1 tasse / L): la catégorie 2 en contient 29 génotoxiques (y compris l'hydrate de chloral et le chloroacétaldéhyde, également cancérogènes pour les rongeurs); la catégorie 3 comprend les 14 autres pour lesquels peu ou pas de données toxicologiques sont disponibles. En général, les DBP bromés sont à la fois plus génotoxiques et carcinogènes que les composés chlorés, et les DBP iodés étaient les plus génotoxiques, mais n'ont pas été testés pour déterminer leur cancérogénicité. Il y avait des lacunes dans les données toxicologiques pour même certains des 11 DBP réglementés, ainsi que pour la plupart des 74 DBP émergents. Une évaluation systématique de la génotoxicité des DBP a été réalisée pour environ 60 DBP pour les dommages causés à l'ADN dans les cellules de mammifères et 16 pour la mutagénicité pour Salmonella. Une étude épidémiologique récente a montré qu'une grande partie du risque de cancer de la vessie associé à l'eau potable était associée à trois facteurs: taux de THM, douches / bains / natation (exposition cutanée / inhalation) et génotype (gène GSTT1-1). . Cette découverte, ainsi que des études mécanistes, souligne l’importance croissante de l’exposition par voie cutanée / par inhalation aux THM, ou éventuellement à d’autres SPD, ainsi que le rôle du génotype dans le risque de cancer de la vessie associé à l’eau de boisson. Plus de 50% de l'halogène organique total (TOX) formé par la chloration et plus de 50% du carbone organique assimilable (COA) formé par l'ozonation n'ont pas été identifiés chimiquement. Les interactions potentielles entre les 600 DBP identifiés dans le mélange complexe d'eau de boisson auquel nous sommes exposés de différentes manières ne sont reflétées dans aucune des études de toxicologie de DBP individuels. Les catégories de SPD décrites ici, les lacunes identifiées en matière de données et le rôle émergent de l'exposition cutanée / par inhalation fournissent des indications pour la recherche sur l'eau potable et la santé publique.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17980649

 

il y a 8 minutes, Fuck Them All a dit :

Son utilisation pour la désinfection de l'eau potable ou des piscines génère des sous-produits dangereux, dont certains gazeux comme les chloramines, particulièrement au contact de la sueur et de l'urine[23]. Certains sont toxiques, d'autres peuvent entraîner des défauts de naissance, d'autres encore sont génotoxiques et enfin certains sont des cancérigènes connus[24],[25].

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Chlore

Abstrait

Les sous-produits de désinfection (DBP) se forment lorsque les désinfectants (chlore, ozone, dioxyde de chlore ou chloramines) réagissent avec la matière organique naturelle, les contaminants anthropiques, le bromure et l'iodure lors de la production d'eau potable. Nous passons ici en revue 30 ans de recherche sur l’occurrence, la génotoxicité et la cancérogénicité de 85 DBP, dont 11 sont actuellement réglementés par les États-Unis et dont 74 sont considérés comme des DBP émergents en raison de leurs niveaux d’occurrence et / ou de leurs propriétés toxicologiques modérés. Parmi ceux-ci figurent les halonitrométhanes, les iodoacides et d’autres halo-acides non régulés, les iodo-trihalométhanes (THM) et d’autres halométhanes non régulés, les halofuranones (MX [3-chloro-4- (dichlorométhyl) -5-hydroxy-2 (5H) - furanone] et les DBP MX bromés), les haloamides, les haloacétonitriles, le tribromopyrrole, les aldéhydes, et la N-nitrosodiméthylamine (NDMA) et d'autres nitrosamines. Les pratiques de désinfection alternatives se traduisent par une eau de boisson dont la matière organique extraite est moins mutagène que les extraits d’eau chlorée. Cependant, les désinfectants alternatifs (principalement l'ozone ou les chloramines) augmentent les niveaux de nombreux SPD émergents par rapport à la chloration, et de nombreux SPD émergents sont plus génotoxiques que certains des SPD réglementés. Notre analyse a identifié trois catégories de SPD présentant un intérêt particulier. La catégorie 1 contient huit DBP présentant tout ou partie des caractéristiques toxicologiques des agents cancérigènes humains: quatre régulés (bromodichlorométhane, acide dichloroacétique, acide dibromacétique et bromate) et quatre régulateurs non régulés (formaldéhyde, acétaldéhyde, MX et NDMA). Les catégories 2 et 3 contiennent 43 DBP émergents présents à des concentrations modérées (moins de 1 tasse / L): la catégorie 2 en contient 29 génotoxiques (y compris l'hydrate de chloral et le chloroacétaldéhyde, également cancérogènes pour les rongeurs); la catégorie 3 comprend les 14 autres pour lesquels peu ou pas de données toxicologiques sont disponibles. En général, les DBP bromés sont à la fois plus génotoxiques et carcinogènes que les composés chlorés, et les DBP iodés étaient les plus génotoxiques, mais n'ont pas été testés pour déterminer leur cancérogénicité. Il y avait des lacunes dans les données toxicologiques pour même certains des 11 DBP réglementés, ainsi que pour la plupart des 74 DBP émergents. Une évaluation systématique de la génotoxicité des DBP a été réalisée pour environ 60 DBP pour les dommages causés à l'ADN dans les cellules de mammifères et 16 pour la mutagénicité pour Salmonella. Une étude épidémiologique récente a montré qu'une grande partie du risque de cancer de la vessie associé à l'eau potable était associée à trois facteurs: taux de THM, douches / bains / natation (exposition cutanée / inhalation) et génotype (gène GSTT1-1). . Cette découverte, ainsi que des études mécanistes, souligne l’importance croissante de l’exposition par voie cutanée / par inhalation aux THM, ou éventuellement à d’autres SPD, ainsi que le rôle du génotype dans le risque de cancer de la vessie associé à l’eau de boisson. Plus de 50% de l'halogène organique total (TOX) formé par la chloration et plus de 50% du carbone organique assimilable (COA) formé par l'ozonation n'ont pas été identifiés chimiquement. Les interactions potentielles entre les 600 DBP identifiés dans le mélange complexe d'eau de boisson auquel nous sommes exposés de différentes manières ne sont reflétées dans aucune des études de toxicologie de DBP individuels. Les catégories de SPD décrites ici, les lacunes identifiées en matière de données et le rôle émergent de l'exposition cutanée / par inhalation fournissent des indications pour la recherche sur l'eau potable et la santé publique.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17980649

Belle documentation que j'ai déjà parcourrue.

Quand j'ai écrit "Non, n'importe quoi", je réagissait au "chlore c'est cancérigène, c'est chimique".

La toxicité des dérivés de composé chlorés par substitution par le chlore est bien connue dan sles stations de préparation d'eau potable.

C'est bien pour cette raison que l'on utilise l'ozone en tête de traitement pour oxyder les éventuelles matières organiques. le chlore dans l'eau potable n'est ajout qu'à la fin du traitement afin de tuer les éventuels microbes dans les canalisations.

Pour les piscines, le chlore est indispensable comptetenu des matières organiques (squames, cheveux, poils, sueur) rejetés par les nageurs. De plus certains pensent qu'une piscine c'est pour se laver. C'est pour cette raison que l'eau des piscines est changée totalement au moins deux fois par an.

D'ailleurs il est question de diminuer le chlore et de le remplacer par de l'ozone.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
shyiro Membre 9953 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 7 minutes, Répy a dit :

C'est pour cette raison que l'eau des piscines est changée totalement au moins deux fois par an.

 

2 fois/an seulement ! c degueux ! :smile2:

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fuck Them All Membre 6035 messages
Membre ++‚ 36ans
Posté(e)
il y a 14 minutes, Répy a dit :

 

Belle documentation que j'ai déjà parcourrue.

Quand j'ai écrit "Non, n'importe quoi", je réagissait au "chlore c'est cancérigène, c'est chimique".

La toxicité des dérivés de composé chlorés par substitution par le chlore est bien connue dan sles stations de préparation d'eau potable.

C'est bien pour cette raison que l'on utilise l'ozone en tête de traitement pour oxyder les éventuelles matières organiques. le chlore dans l'eau potable n'est ajout qu'à la fin du traitement afin de tuer les éventuels microbes dans les canalisations.

Pour les piscines, le chlore est indispensable comptetenu des matières organiques (squames, cheveux, poils, sueur) rejetés par les nageurs. De plus certains pensent qu'une piscine c'est pour se laver. C'est pour cette raison que l'eau des piscines est changée totalement au moins deux fois par an.

D'ailleurs il est question de diminuer le chlore et de le remplacer par de l'ozone.

Et bien le chlore est bien cancérigène comme le révèle cette étude, surtout dans les piscines où mélangées à des produits organiques forment des DBP. Tout les produits chimiques sont cancérigènes et/ou toxiques lorsque leur concentration dépasse un seuil. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Répy Membre 10972 messages
scientifique‚
Posté(e)
il y a 5 minutes, Fuck Them All a dit :

Et bien le chlore est bien cancérigène comme le révèle cette étude, surtout dans les piscines où mélangées à des produits organiques forment des DBP. Tout les produits chimiques sont cancérigènes et/ou toxiques lorsque leur concentration dépasse un seuil. 

Non ce n'est pas le chlore direct qui est cancérigène mais certains dérivés organiques !

et surtout les dérivés organique du brome qui a d'ailleurs été supprimé des désinfectants de piscines.

Modifié par Répy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fuck Them All Membre 6035 messages
Membre ++‚ 36ans
Posté(e)
il y a 2 minutes, Répy a dit :

Non ce n'est pas le chlore direct qui est canbcérigène mais certains dérivés organiques !

Ces dérivés organiques sont justement formés par le chlore !!! Ils seraient inexistants si il n'y avait pas de chlore ! Donc l'origine est bien le chlore ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Répy Membre 10972 messages
scientifique‚
Posté(e)
à l’instant, Fuck Them All a dit :

Ces dérivés organiques sont justement formés par le chlore !!! Ils seraient inexistants si il n'y avait pas de chlore ! Donc l'origine est bien le chlore ! 

Si on ne met pas de chlore dans les piscines, en moins d'une semaine elles auront une odeur de mare pestilentielle dans laquelle il sera impossible de se tremper sans prendre de gros risques sanitaires.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fuck Them All Membre 6035 messages
Membre ++‚ 36ans
Posté(e)
il y a 12 minutes, Répy a dit :

Si on ne met pas de chlore dans les piscines, en moins d'une semaine elles auront une odeur de mare pestilentielle dans laquelle il sera impossible de se tremper sans prendre de gros risques sanitaires.

 

Ben oui ! C'est pour cette raison que je préfère me baigner et nager dans des milieux naturel, lacs, rivières, étangs que dans les piscines bien plus néfastes à la santé.

Modifié par Fuck Them All

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PINOCCHIO Membre 22851 messages
Pantin contestataire‚ 74ans
Posté(e)
Il y a 11 heures, Marie Vaillant a dit :

Le chlore contenu dans l’eau serait-il nuisible à la peau ?

 

Une saloperie, mais indispensable pour éviter d'attraper une maladie, a éviter quand on peut

Au fait dans l'eau de mer y a t-il du chlore aussi ? :o°

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Répy Membre 10972 messages
scientifique‚
Posté(e)
Il y a 2 heures, PINOCCHIO a dit :

Une saloperie, mais indispensable pour éviter d'attraper une maladie, a éviter quand on peut

Au fait dans l'eau de mer y a t-il du chlore aussi ? :o°

Non ce n'est pas du chlore moléculaire Cl2, un oxydant puissant.

Dans la mer il y a en moyenne 35 g/litre de sels dont les ions chlorures Cl- qui ne sont pas oxydants.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Niou Membre 8363 messages
Petite fée des nougats‚
Posté(e)
Il y a 10 heures, Fuck Them All a dit :

Ben oui ! C'est pour cette raison que je préfère me baigner et nager dans des milieux naturel, lacs, rivières, étangs que dans les piscines bien plus néfastes à la santé.

Heu... Les milieux naturels sont pollués et dangereux, pleins de bactéries et matières organiques :d

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PINOCCHIO Membre 22851 messages
Pantin contestataire‚ 74ans
Posté(e)
il y a 25 minutes, Répy a dit :

Non ce n'est pas du chlore moléculaire Cl2, un oxydant puissant.

Dans la mer il y a en moyenne 35 g/litre de sels dont les ions chlorures Cl- qui ne sont pas oxydants.

Merci, mon cher ami !:)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fuck Them All Membre 6035 messages
Membre ++‚ 36ans
Posté(e)
il y a une heure, Niou a dit :

Heu... Les milieux naturels sont pollués et dangereux, pleins de bactéries et matières organiques :d

Si tu prends un litre d'eau de piscine que tu compares à un litre d'eau de mer ou 1 litre d'eau d'un lac ou rivière, tu verras que le litre d'eau de piscine est beaucoup plus polluée et surtout chimique. Quand aux matières organiques, vu le nombre de personnes qui pissent dans les piscines...

À force de mettre du chlore dans les piscines, dont l'eau est peu renouvellé et en stagnation, au final il y a rien de naturel là dedans. Les eaux dans les espaces naturelle sont renouvellées en permanence par la pluie. Ensuite les bactéries sont partout et ne sont pas forcément mauvaises, elles sont mêmes souvent utiles.

Modifié par Fuck Them All

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chanou 34 Membre 9501 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 12 heures, Fuck Them All a dit :

Et bien le chlore est bien cancérigène comme le révèle cette étude,

L'oxygène aussi. https://peerj.com/articles/705/

On n'a plus où se réfugier...:o°

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Niou Membre 8363 messages
Petite fée des nougats‚
Posté(e)
il y a 1 minute, Fuck Them All a dit :

Si tu prends un litre d'eau de piscine que tu compares à un litre d'eau de mer ou 1 litre d'eau d'un lac ou rivière, tu verras que le litre d'eau de piscine est beaucoup plus polluée et surtout chimique.

Je ne suis pas sûre car le chlore a pour but de désinfecter. Le côté chimique n'est pas nécessairement mauvais. Tout est chimique dans la nature. Notre corps aussi.

il y a 2 minutes, Fuck Them All a dit :

À force de mettre du chlore dans les piscines, dont l'eau est peu renouvellé et en stagnation, au final il y a rien de naturel là dedans.

L'eau est également régulièrement et ne stagne pas, dans la piscine près de chez moi, l'eau qui déborde coule dans des rigoles qui l'amène à être filtrée puis réinjectée. Qu'il n'y ait rien de naturel là dedans me rassure. Les cancers sont naturels, par exemple.

il y a 4 minutes, Fuck Them All a dit :

Les eaux dans les espaces naturelle sont renouvellées en permanence par la pluie.

L'eau de pluie n'est pas propre à la consommation et n'a pas été filtrée.

il y a 4 minutes, Fuck Them All a dit :

Ensuite les bactéries sont partout et ne sont pas forcément mauvaises, elles sont mêmes souvent utiles.

A voir si les bactéries dans les lacs sont mauvaises ou pas...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité