Aller au contenu

Le Croisic. L’éolienne flottante est bien arrivée


Nephalion

Messages recommandés

Modérateur, A ghost in the shell, 47ans Posté(e)
Nephalion Modérateur 31 870 messages
47ans‚ A ghost in the shell,
Posté(e)
Le Croisic. L’éolienne flottante est bien arrivée

Le Croisic. L’éolienne flottante est bien arrivée


  L’éolienne flottante est partie dimanche 29 avril de Saint-Nazaire, là où elle a été construite. Elle se trouve désormais sur son lieu de démonstration, au large du Croisic, lundi 30 avril.


  

Sans bonnes jumelles ni téléobjectif d’appareil photo, il est impossible de voir la nouveauté à l’horizon. Pourtant, au large du Croisic, Floatgen, éolienne flottante, est arrivée.

Elle est partie de Saint-Nazaire dimanche 29 avril. L’éolienne a été tirée et poussée de la forme Joubert par deux remorqueurs.



Suite de l'article...


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

60 mètres de haut, des pales de 40 mètres, j’ai beau savoir que les ingénieurs ont tout prevu pour qu’elle résiste aux tempêtes, il subsiste un doute. Sans oublier qu’il ne suffira pas d’avoir des eoliennes isolees mais de parcs d’éoliennes, avec tous les bateaux qui croisent le long des côtes, il y a risque de collisions par mauvais temps. Ça c’est mon côté, crainte par anticipation. 

Mais si ça marche, c’est génial, avec le littoral que nous avons il y a de quoi produire. 

Un autre questionnement, les nuisances sonores inhérentes aux éoliennes, ne le seront-elles pas pour tout ce qui vit dans l’océan ? Des études ont-elles éte faites ? 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Forumeur confit, Posté(e)
Enchantant Membre 13 297 messages
Forumeur confit,
Posté(e)
Il y a 9 heures, Ines Presso a dit :

60 mètres de haut, des pales de 40 mètres, j’ai beau savoir que les ingénieurs ont tout prevu pour qu’elle résiste aux tempêtes, il subsiste un doute.

Bonjour Ines Presso,

Pour ma part, je reste intimement convaincu que ce type de déclinaison de la production énergétique du vent, à partir de ce concept-là, est un potentiel de réussite à venir.

·         Pas de problème de voisinage avec la pollution visuelle et auditive pour les riverains.

·         Possibilité de déplacer l’éolienne flottante pour la ramener à Saint Nazaire pour contrôle technique et entretien dans quelques années.

·         Des emplois pour nos pays de Loire.

Quand aux poissons, comme la pêche sera interdite dans ces zones-là, de leur réserver des zones spécifiques pour leur permettre de se reproduire, pour les protéger de la surpêche, c’est dans l’intérêt de tous.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

Bonjour @Enchantant

Oui, je sais bien que les éoliennes terrestres posent le problème de nuisances auditives, en plus de visuelles, mais, ces nuisances auditives, ne vont-elles pas être aussi des nuisances pour les espèces marines ? 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, scientifique, Posté(e)
Répy Membre 20 399 messages
scientifique,
Posté(e)
Il y a 9 heures, Ines Presso a dit :

60 mètres de haut, des pales de 40 mètres, j’ai beau savoir que les ingénieurs ont tout prevu pour qu’elle résiste aux tempêtes, il subsiste un doute. Sans oublier qu’il ne suffira pas d’avoir des eoliennes isolees mais de parcs d’éoliennes, avec tous les bateaux qui croisent le long des côtes, il y a risque de collisions par mauvais temps. Ça c’est mon côté, crainte par anticipation. 

Mais si ça marche, c’est génial, avec le littoral que nous avons il y a de quoi produire. 

Un autre questionnement, les nuisances sonores inhérentes aux éoliennes, ne le seront-elles pas pour tout ce qui vit dans l’océan ? Des études ont-elles éte faites ? 

Quand on sait la violence des tempêtes, je doute que le chaînage au fond résiste à des houles de 20 m de creux. dès lors ces objets monstrueux iraient se fracasser sur les côtes.

Ces éoliennes flottantes sont ilot qui est un petit navire avec forte prise  aux déferlantes.

Je ne comprends pas pourquoi on refuse de faire des éoliennes ancrées en mer : un pylone présente moins de surface aux déferlantes.

De plus ce pylone peut se terminer en tripode pour le scèlement au fond et pour protéger ces pylones on meut mettre un enrochement artificiel qui est très attendu par les poissons quand il n'y a qu'un fond plat en sable. le pêcheurs japonais créesnt des rochers artificiels dans les fonds pour augmenter les cavités offertes aux poixxons pour leur reproduction et la multiplication de la diversité. sur les fonds plats de Noirmoutier-Le Croisic il n'y a beaucoup de sable ce qui n'est bon que pour les oles et les coquilles St Jacques.

Côté risque de collision maritime, un pylone est plus facile à éviter qu'un radeau ! Et pour l'esthétique, flottant ou fixe, ce qui est visible est toujours identique : pylone, nacelle et pales.

Enfin, si les chaines d'ancrage se rompent, l'élolienne à la dérive ira chambouler les autres éoliennes du parc. bonjour les dégâts sans comper les pb des cables électriques.

Bref les éoliennes flottantes sont un gadget lancé pour faire plaisir à quelques uns qui sous-estiment les risques.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, scientifique, Posté(e)
Répy Membre 20 399 messages
scientifique,
Posté(e)
il y a 6 minutes, Ines Presso a dit :

Bonjour @Enchantant

Oui, je sais bien que les éoliennes terrestres posent le problème de nuisances auditives, en plus de visuelles, mais, ces nuisances auditives, ne vont-elles pas être aussi des nuisances pour les espèces marines ? 

Ceux qui se plaignent des nuisances auditives ne se sont jamais placés à 500m ( distance minimum légale aux maisons) munis d'un sonomètre pour mesurer cette "nuisance auditive" qu'ils invoquent.

Pour être allé plusieurs fois à proximité et dans les éoliennes, cette nuisance est très exagérée. Quant à la distance de 500 on n'entend rien de rien !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
il y a 17 minutes, Répy a dit :

Quand on sait la violence des tempêtes, je doute que le chaînage au fond résiste à des houles de 20 m de creux. dès lors ces objets monstrueux iraient se fracasser sur les côtes.

Ces éoliennes flottantes sont ilot qui est un petit navire avec forte prise  aux déferlantes.

Je ne comprends pas pourquoi on refuse de faire des éoliennes ancrées en mer : un pylone présente moins de surface aux déferlantes.

De plus ce pylone peut se terminer en tripode pour le scèlement au fond et pour protéger ces pylones on meut mettre un enrochement artificiel qui est très attendu par les poissons quand il n'y a qu'un fond plat en sable. le pêcheurs japonais créesnt des rochers artificiels dans les fonds pour augmenter les cavités offertes aux poixxons pour leur reproduction et la multiplication de la diversité. sur les fonds plats de Noirmoutier-Le Croisic il n'y a beaucoup de sable ce qui n'est bon que pour les oles et les coquilles St Jacques.

Côté risque de collision maritime, un pylone est plus facile à éviter qu'un radeau ! Et pour l'esthétique, flottant ou fixe, ce qui est visible est toujours identique : pylone, nacelle et pales.

Enfin, si les chaines d'ancrage se rompent, l'élolienne à la dérive ira chambouler les autres éoliennes du parc. bonjour les dégâts sans comper les pb des cables électriques.

Bref les éoliennes flottantes sont un gadget lancé pour faire plaisir à quelques uns qui sous-estiment les risques.

Dans l’article j’ai lu que c’était une eolienne d’experimentation, Et qu’elle était retenue par des cables et des ancres. Peut-être parce que c’est une expérimentation. 

Mais n’y-a-t-il pas déjà des parcs d’éoliennes ailleurs, qui ont  prouvé la viabilite et  la solidité de ce genre dinstallations ? 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)
il y a 11 minutes, Répy a dit :

Ceux qui se plaignent des nuisances auditives ne se sont jamais placés à 500m ( distance minimum légale aux maisons) munis d'un sonomètre pour mesurer cette "nuisance auditive" qu'ils invoquent.

Pour être allé plusieurs fois à proximité et dans les éoliennes, cette nuisance est très exagérée. Quant à la distance de 500 on n'entend rien de rien !

Ok, donc nuisances dans le parc d’éoliennes et autour à une distance raisonnable. Mais est-ce qu’il n’y a vraiment aucun risque pour les espèces marines ?  Si l’on veut produire beaucoup d’électricité, il faudra beaucoup de ces parcs, à 20kilomètres des côtes en méditerannée les fonds ne doivent pas être trop profonds, mais qu’en est-il dans le golfe de gascogne ? 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, scientifique, Posté(e)
Répy Membre 20 399 messages
scientifique,
Posté(e)
il y a 30 minutes, Ines Presso a dit :

Ok, donc nuisances dans le parc d’éoliennes et autour à une distance raisonnable. Mais est-ce qu’il n’y a vraiment aucun risque pour les espèces marines ?  Si l’on veut produire beaucoup d’électricité, il faudra beaucoup de ces parcs, à 20kilomètres des côtes en méditerannée les fonds ne doivent pas être trop profonds, mais qu’en est-il dans le golfe de gascogne ? 

Dans le golfe de Gascogne les éoliennes implantées au fond c'est impossible. En Méditerranée les fonds ressemblent à ceux du Golfe de Gascogne. On ne dispose pas de "plateau" côtier.

En revanche de la pointe du Raz jusqu'à Oléron, le plateau continental est très étendu. ( entre 50 et 150 km). Il y a une grande surface pour implanter un très grand nombre d'éoliennes entre la côte et le trajet des cargos qui vont du cap Finistere espagnol jusqu'à Brest. Le gisement d'énergie éolienne y est considérable. Et là une implantation de plusieurs milliers d'éolienne est concevable et rentable compte tenu du fait que le coût des lignes électriques immergées est rentabilisé par le grand nombre de générateurs. Je ne suis pas un fana des éoliennes mais c'est là qu'il faut les placer en gand nombre pluôt que de miter le paysage de la campagne avec des lots de 3, 5 ou 6 éoliennes à faible rendement.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Modérateur, A ghost in the shell, 47ans Posté(e)
Nephalion Modérateur 31 870 messages
47ans‚ A ghost in the shell,
Posté(e)

Cette éolienne est bien un prototype, un démonstrateur qui va servir à tester le fonctionnement, la tenue aux éléments, l'impact sur l'environnement, à vérifier le rendement obtenu ...

On en est pas encore à la ferme d'éoliennes de ce type installée au large de St Nazaire.

 

Pour ce qui de la tenue aux éléments, d'autres structures offshores ancrées existent, les plateformes pétrolières opérant sur les grands fonds par exemple.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, scientifique, Posté(e)
Répy Membre 20 399 messages
scientifique,
Posté(e)
il y a 44 minutes, Nephalion a dit :

Cette éolienne est bien un prototype, un démonstrateur qui va servir à tester le fonctionnement, la tenue aux éléments, l'impact sur l'environnement, à vérifier le rendement obtenu ...

On en est pas encore à la ferme d'éoliennes de ce type installée au large de St Nazaire.

 

Pour ce qui de la tenue aux éléments, d'autres structures offshores ancrées existent, les plateformes pétrolières opérant sur les grands fonds par exemple.

Les plateformes pétrolières sont en leur très grande majorité posées sur d'immenses piliers piqués sur le fond et solidement accrocés. Elles ne dérivent pas malgré l'assaut des grandes houles ( en Norvège on a mesusé une fois des creux de 30 m !) Sachant que l'énergie des vagues est proportionnelle au carré de l'amplitude de la houle ( creux) on voit que les grosses houles pourraient avoir un effet de destruction pour deux sens : oscillations verticales et dérive latérale. Quand on voit la taille des chaînes d'ancre des gros navires, on se dit que pour chaque éolienne il faut en mettre au moins 3 sinon 4 pour les maintenir sur place et les empêcher de tourner sur leur pivot.

Bref, c'est autrement plus diffice à résoudre qu'une installation terrerste ou fixée au fond.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Modérateur, A ghost in the shell, 47ans Posté(e)
Nephalion Modérateur 31 870 messages
47ans‚ A ghost in the shell,
Posté(e)

Je suis bien d'accord avec toi.

Quand il n'y a pas beaucoup de fond, le jacket est plus interessant que les ancres.

Par contre quand il y a beaucoup de fond c'est une autre histoire.

 

L'autre avantage des structures flottantes ancrées, c'est la facilité de mise en place.

Pas besoin d'un navire spécifique pour leur installation, elles sont tractée sur le lieux d'exploitation et les ancres sont installées avec des moyens bien moins exceptionnels que des navires semi-submersibles.

 

Au large du Croisic, même si il peut y avoir du mauvais temps et des tempêtes, on est pas non plus dans les conditions de la Mer du Nord.

Ca explique sans doute l'intérêt pour cette éolienne de recherche.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Forumeur confit, Posté(e)
Enchantant Membre 13 297 messages
Forumeur confit,
Posté(e)
il y a une heure, Nephalion a dit :

Par contre quand il y a beaucoup de fond c'est une autre histoire.

Paradoxalement, les plateformes flottantes dans les hauts fonds sont plus facilement stabilisées en cas de tempête annoncée, pour cela, il procède au remplissage en eau de mer, du ballast de pied, augmentant considérablement le tirant d’eau, donc l’enfoncement de l’engin flottant.

Dans les faibles fonds, c’est une autre histoire, les vagues déferlent et brisent tout sur leur passage.

Toute réussite technique est indissociable de l’échec, il n’y a que ceux qui ne tentent rien auxquels ils n’arrivent jamais rien.

Quant à savoir si les petits poissons seront perturbés par le vent dans les pales, je propose d’inventer des boules Quies spécial en cire, pour nos amis du monde sous-marin !:drinks:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, scientifique, Posté(e)
Répy Membre 20 399 messages
scientifique,
Posté(e)
il y a 19 minutes, Enchantant a dit :

Paradoxalement, les plateformes flottantes dans les hauts fonds sont plus facilement stabilisées en cas de tempête annoncée, pour cela, il procède au remplissage en eau de mer, du ballast de pied, augmentant considérablement le tirant d’eau, donc l’enfoncement de l’engin flottant.

Dans les faibles fonds, c’est une autre histoire, les vagues déferlent et brisent tout sur leur passage.

Toute réussite technique est indissociable de l’échec, il n’y a que ceux qui ne tentent rien auxquels ils n’arrivent jamais rien.

Quant à savoir si les petits poissons seront perturbés par le vent dans les pales, je propose d’inventer des boules Quies spécial en cire, pour nos amis du monde sous-marin !:drinks:

D'accord sur le modèle expérimental.

Cependant pour les houles exceptionnelles, la tempête Xynthia n'était qu'une tempête modeste. Elle a été accompagnée d'une sur-vague (soliton) qui a déferlé sur la côte de la Loire jusqu'à Oléron, 1h45 avant la pleine mer. Elle a hissé des bateaux sur des digues et cassé des digues. C'est après ces dégats que l'eau a envahi l'arrière pays à la pleine mer. Curieusement on ne parle jamais de ce soliton dévastateur. Sur la commune de La Tranche en Vendée, un riverain s'est levé la nuit pour voir. La houle venait du sud-ouest mais tout à coup un "mur d'eau" venu de l'ouest lui a emporté 4 m de sa propriété ! J'ai un amis de St jean de Mont qui a vu son garage (porte du côté de la mer) se faire enfoncer et la vague noyer ses collections d'insectes accumulées depuis des décennies.

La mer ce n'est pas des tourbillons ordinaires !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 74ans Posté(e)
Scrongneugneu Membre 5 400 messages
Mentor‚ 74ans‚
Posté(e)
Le 02/05/2018 à 00:08, Ines Presso a dit :

60 mètres de haut, des pales de 40 mètres, j’ai beau savoir que les ingénieurs ont tout prevu pour qu’elle résiste aux tempêtes, il subsiste un doute. Sans oublier qu’il ne suffira pas d’avoir des eoliennes isolees mais de parcs d’éoliennes, avec tous les bateaux qui croisent le long des côtes, il y a risque de collisions par mauvais temps. Ça c’est mon côté, crainte par anticipation. 

Mais si ça marche, c’est génial, avec le littoral que nous avons il y a de quoi produire. 

Un autre questionnement, les nuisances sonores inhérentes aux éoliennes, ne le seront-elles pas pour tout ce qui vit dans l’océan ? Des études ont-elles éte faites ? 

Donc, il n'y a pas que les éoliennes qui ventilent et qui flottent, les esprits aussi.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 68ans Posté(e)
jacky29 Membre 27 481 messages
Maitre des forums‚ 68ans‚
Posté(e)
Le 2 mai 2018 à 09:46, Répy a dit :

Quand on sait la violence des tempêtes, je doute que le chaînage au fond résiste à des houles de 20 m de creux. dès lors ces objets monstrueux iraient se fracasser sur les côtes.

Ces éoliennes flottantes sont ilot qui est un petit navire avec forte prise  aux déferlantes.

Je ne comprends pas pourquoi on refuse de faire des éoliennes ancrées en mer : un pylone présente moins de surface aux déferlantes.

De plus ce pylone peut se terminer en tripode pour le scèlement au fond et pour protéger ces pylones on meut mettre un enrochement artificiel qui est très attendu par les poissons quand il n'y a qu'un fond plat en sable. le pêcheurs japonais créesnt des rochers artificiels dans les fonds pour augmenter les cavités offertes aux poixxons pour leur reproduction et la multiplication de la diversité. sur les fonds plats de Noirmoutier-Le Croisic il n'y a beaucoup de sable ce qui n'est bon que pour les oles et les coquilles St Jacques.

Côté risque de collision maritime, un pylone est plus facile à éviter qu'un radeau ! Et pour l'esthétique, flottant ou fixe, ce qui est visible est toujours identique : pylone, nacelle et pales.

Enfin, si les chaines d'ancrage se rompent, l'élolienne à la dérive ira chambouler les autres éoliennes du parc. bonjour les dégâts sans comper les pb des cables électriques.

Bref les éoliennes flottantes sont un gadget lancé pour faire plaisir à quelques uns qui sous-estiment les risques.

bien le bonjour répy, selon tes dires, ne faisons rien et tout ira bien... ok? 

Le 2 mai 2018 à 15:15, Répy a dit :

D'accord sur le modèle expérimental.

Cependant pour les houles exceptionnelles, la tempête Xynthia n'était qu'une tempête modeste. Elle a été accompagnée d'une sur-vague (soliton) qui a déferlé sur la côte de la Loire jusqu'à Oléron, 1h45 avant la pleine mer. Elle a hissé des bateaux sur des digues et cassé des digues. C'est après ces dégats que l'eau a envahi l'arrière pays à la pleine mer. Curieusement on ne parle jamais de ce soliton dévastateur. Sur la commune de La Tranche en Vendée, un riverain s'est levé la nuit pour voir. La houle venait du sud-ouest mais tout à coup un "mur d'eau" venu de l'ouest lui a emporté 4 m de sa propriété ! J'ai un amis de St jean de Mont qui a vu son garage (porte du côté de la mer) se faire enfoncer et la vague noyer ses collections d'insectes accumulées depuis des décennies.

La mer ce n'est pas des tourbillons ordinaires !

http://www.lemonde.fr/cop21/article/2015/10/03/la-pensee-verte-des-pays-nordiques_4781922_4527432.html

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, scientifique, Posté(e)
Répy Membre 20 399 messages
scientifique,
Posté(e)
à l’instant, jacky29 a dit :

bien le bonjour répy, selon tes dires, ne faisons rien et tout ira bien... ok? 

Pas question de ne rien faire !

puisqu'il faut diversifier les sources d'électricité et que l'éolien en mer est l'investissement éolien le plus productif, il faut le choisir. J'ai seulment dit que l'éolien flottant posera au moins autant de pb que l'éolien fixé au fond.

La tenue des ancrages doit être de la m^me solidité dans les deux cas puisque la contrainte est double : réaction du vent sur le rotor et le pylone et effort des vagues sur le pylone ou la plateforme flottante. Cette action des vagues sur la plateforme sera beaucoup plus forte que sur le pylone fixé au fond, puisque la force dépend de la surface.

Enfin, j'ai déjà dit que sur les fonds sableux envisagés, la création d'un massif d'enrochement est une aubaine pour abriter les divers poissons et augmenter la biodiversité.

L'hostilité des marins pour l'encombrement en surface devrait augmenter envers les structure flottantes beaucoup plus larges qu'un pylone et qui peuvent dériver alors que les pylones fixes sont cartographiés avec précision !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 74ans Posté(e)
hybridex Membre 6 326 messages
Maitre des forums‚ 74ans‚
Posté(e)
Le 02/05/2018 à 13:21, Répy a dit :

Les plateformes pétrolières sont en leur très grande majorité posées sur d'immenses piliers piqués sur le fond et solidement accrocés. Elles ne dérivent pas malgré l'assaut des grandes houles ( en Norvège on a mesusé une fois des creux de 30 m !) Sachant que l'énergie des vagues est proportionnelle au carré de l'amplitude de la houle ( creux) on voit que les grosses houles pourraient avoir un effet de destruction pour deux sens : oscillations verticales et dérive latérale. Quand on voit la taille des chaînes d'ancre des gros navires, on se dit que pour chaque éolienne il faut en mettre au moins 3 sinon 4 pour les maintenir sur place et les empêcher de tourner sur leur pivot.

Bref, c'est autrement plus diffice à résoudre qu'une installation terrerste ou fixée au fond.

Pourquoi ne pas immerger les flotteurs à 20 ou 30 m sous l'eau de sorte qu'ils ne soient plus soumis aux influences de la houle?

Je verrais bien moi, un socle très lourd simplement posé sur le fond, le flotteur immergé tendant des chaînes accrochées au fond, un contrepoids sous le flotteur pour la stabilité du mat et un mat  haubané au flotteur  au niveau bas des pales. Les impératifs ne sont pas les mêmes que ceux d'une plateforme pétrolière qui doit se maintenir immobile par rapport au fond.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, scientifique, Posté(e)
Répy Membre 20 399 messages
scientifique,
Posté(e)
il y a 40 minutes, hybridex a dit :

Pourquoi ne pas immerger les flotteurs à 20 ou 30 m sous l'eau de sorte qu'ils ne soient plus soumis aux influences de la houle?

Je verrais bien moi, un socle très lourd simplement posé sur le fond, le flotteur immergé tendant des chaînes accrochées au fond, un contrepoids sous le flotteur pour la stabilité du mat et un mat  haubané au flotteur  au niveau bas des pales. Les impératifs ne sont pas les mêmes que ceux d'une plateforme pétrolière qui doit se maintenir immobile par rapport au fond.

Mais alors ça coûterait bien moins cher de faire des pylones directement implantés au fond !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 74ans Posté(e)
hybridex Membre 6 326 messages
Maitre des forums‚ 74ans‚
Posté(e)
il y a 8 minutes, Répy a dit :

Mais alors ça coûterait bien moins cher de faire des pylones directement implantés au fond !

Pas sur du tout.

J'imagine que l'implantation du pylône en  profondeur est beaucoup moins simple et beaucoup plus couteuse que la simple immersion d'un socle en matériau brut.

Le pylône bien plus haut est lui même nettement plus cher à fabriquer.

Dans la solution que je propose l'ensemble éolienne, mât et flotteurs peut être assemblé à terre puis remorqué jusqu’au  point d'arrimage

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×