Aller au contenu

Naissance du concept d’existence

Messages recommandés

Maroudiji Membre 4 365 messages
Forumeur alchimiste‚ 63ans
Posté(e)
à l’instant, Blaquière a dit :

C'est quand même dommage que tu ne puisses pas, ne veuilles pas réfléchir là dessus... 

Ce qui est dommage c'est que tu oublies tout et que tu renverses la situation. J'ai déjà critiqué ce concept de l'être. En outre, je viens de te répondre et abonder dans ton sens : l'être n'est qu'un concept "fourre-tout".

Je n'ai pas envie également d'accaparer le sujet. Tout cela est du ressort de la spéculation gratuite. C'est la raison pour laquelle les penseurs rationnels se sont détournés de la philosophie. 

il y a 20 minutes, Blaquière a dit :

Il faut en venir à l'essentiel, à l'irréductible qui bien sûr n'est pas l'essence mais... l'existence !

L'existence... (Oui, je sais, la vie est belle. Elle vaut la peine d'être vécue.) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Blaquière Membre 7 857 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 1 heure, Maroudiji a dit :

Ce qui est dommage c'est que tu oublies tout et que tu renverses la situation. J'ai déjà critiqué ce concept de l'être. En outre, je viens de te répondre et abonder dans ton sens : l'être n'est qu'un concept "fourre-tout".

Je n'ai pas envie également d'accaparer le sujet. Tout cela est du ressort de la spéculation gratuite. C'est la raison pour laquelle les penseurs rationnels se sont détournés de la philosophie. 

L'existence... (Oui, je sais, la vie est belle. Elle vaut la peine d'être vécue.) 

Ben, c'est parfait ! On est d'accord ! Don't act !

Je croyais que ta réplique avec l'oignon, c'était pour ridiculiser ce que j'avais dit ! Mais non : quand on a épluché toutes les peaux il ne reste rien.

 

Un autre exemple de mal entendu : si je dis :

"L'être, c'est une hypothèse gratuite bien propre que je fabrique et mets en place pour me masquer l'absurdité de la réalité. "

Que je parle de l'essentiel qui n'est pas l'essence mais l'existence (cette existence donc absurde)

et que tu réponds : "L'existence... (Oui, je sais, la vie est belle. Elle vaut la peine d'être vécue.) "

Je crois qu'on se fait l'un comme l'autre des procès d'intention ! Il faudrait faire plus attention...  Mais peut-être aussi être plus clairs dans nos exposés. Dans notre expression.

De toute façon, s'attarder sur l'opposition être/existence dans un sujet sur l'existence, c'est pas  vraiment s'accaparer le sujet ni être hors lui.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sera-angel Membre 4 256 messages
invisible‚ 101ans
Posté(e)
Le 07/07/2018 à 15:08, Blaquière a dit :

 

Mais non ! La Justice est une notion, un concept humain. Une fabrication. Un mythe.

"Ne pouvant faire que ce qui fut juste fut fort on fit que ce qui fut fort fut juste!" Je ne sais plus qui a dit ça, mais ça a une gueule de J-J Rousseau !

Pour le reste, (sur fond noir) j'hésite à détailler : C'EST TOUT FAUX ! Faut-il mettre les points sur les Zi ?

J'y vas !

"Le prince Nimi qui deviendra bouddha dans une existence future..."

Il n'y a pas d'existence future : ou c'est la même à la suite ou c'est pas ! On voit l'habileté du scribe ! Parler d'une existence future, ça sous entend ENORMEMENT. en particulier qu'il y a plusieurs existences pour chacun. C'est juste faux on n'en a qu'une.

"Visite les Trois Mondes sur le char du dieu Indra..." Ben il n'y a qu'un monde. Là ça tourne à l'opéra galactique : "Il y a très longtemps dans une galaxie très éloignée..." STAR WARS ! Mais non ! c'est du cinéma !

"La loi de rétribution de actes, qui conditionne la renaissance des ÊTRES aux enfers ou au paradis ."

Là, ça tombe bien ! Ni les enfers ni les paradis n'existent ! On peut donc dire n'importe quoi !

"Grâce au pouvoir spirituel que procure la méditation..."

(Je me retiens tant que je peux, mais... je pouffe ! je pouffe !!!)

"Le moine "un tel" voit les existences passées et à venir"... non ! il les imagine ! le passé n'existe plus, n'est plus rien, et donc pas visible. L'avenir n'existe pas (encore) et n'est rien : pas visible non plus !

 

 

 

 

 

 

Je ne suis pas d accord là...tu t en doutes :)

 

C est bien les résultantes de ton passé qui font ce que tu es, ou, là où tu en es aujourd'hui dans ton présent...et c est bien ce que tu feras dans ce présent qui orientera ton futur.. et ton futur sera déterminé par tes actes présents qui sera à ce moment là ..ton passé.

 

Lorsque l on s ancre à la terre on peut ressentir la nausée..c est la ruse de la raison rendue insupportable par un évènement non rationnel dans son effet. Ce que Jung appelle "le centre unifié de l'être"

Apulée dans le livre des métamorphoses racontait sa veillée au temple d Isis " j approchais du trépas..je foulai du pied le seuil de Proserpine et j en revins en passant par tous les éléments..au milieu de la nuit je vis le soleil briller de son éblouissant éclat"

Les oppositions intérieures et extérieures complémentaires se résolvent en une tension créatrice..le rayonnement de l esprit

Nausée veut dire vibrations.. 

l'abîme opposé au Nirvana.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Maroudiji Membre 4 365 messages
Forumeur alchimiste‚ 63ans
Posté(e)
Il y a 10 heures, Blaquière a dit :

De toute façon, s'attarder sur l'opposition être/existence dans un sujet sur l'existence, c'est pas  vraiment s'accaparer le sujet ni être hors lui.

C'est tout simplement perdre son temps avec les arcanes de la conscience, une occupation si chère aux abstracteurs de quintessence qui ne trouvent de lumière qu'en reconstituant la réalité grâce à des faits idéologiques et offensifs, c'est dire qu'ils sont allergiques à la sagesse. (Comme on en avait un ici, Chapati, qui exprimait son acrimonie avec zèle en citant son maître à penser: sieur Gilles Deleuze). 

C'est pas mon truc. 

Il y a 11 heures, Blaquière a dit :

Mais peut-être aussi être plus clairs dans nos exposés. Dans notre expression.

En plus tu ne me trouves pas assez clair. images.jpeg.f6dfe2bae8fdb25977b9dcaaf71c4253.jpeg

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blaquière Membre 7 857 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 6 heures, sera-angel a dit :

Je ne suis pas d accord là...tu t en doutes :)

 

C est bien les résultantes de ton passé qui font ce que tu es, ou, là où tu en es aujourd'hui dans ton présent...et c est bien ce que tu feras dans ce présent qui orientera ton futur.. et ton futur sera déterminé par tes actes présents qui sera à ce moment là ..ton passé.

 

Lorsque l on s ancre à la terre on peut ressentir la nausée..c est la ruse de la raison rendue insupportable par un évènement non rationnel dans son effet. Ce que Jung appelle "le centre unifié de l'être"

Apulée dans le livre des métamorphoses racontait sa veillée au temple d Isis " j approchais du trépas..je foulai du pied le seuil de Proserpine et j en revins en passant par tous les éléments..au milieu de la nuit je vis le soleil briller de son éblouissant éclat"

Les oppositions intérieures et extérieures complémentaires se résolvent en une tension créatrice..le rayonnement de l esprit

Nausée veut dire vibrations.. 

l'abîme opposé au Nirvana.

J'ai des difficultés à te comprendre, à te suivre ! Là j'y suis revenu, ça va déjà mieux, encore une fois ou deux et ça devrait aller !  (Faut dire que quand je vois écrit "Jung" ça a plutôt  tendance à me défriser ! :smile2: En ce moment je lis un truc important de lui... et c'est dur ! je suis tombé sur un passage et je me suis dit : "là il est enfin clair!" pour me rendre compte qu'il y citait Freud ! c'est dire ! Mais je persiste, je vais y arriver !)

 

Il y a 2 heures, Maroudiji a dit :

C'est tout simplement perdre son temps avec les arcanes de la conscience, une occupation si chère aux abstracteurs de quintessence qui ne trouvent de lumière qu'en reconstituant la réalité grâce à des faits idéologiques et offensifs, c'est dire qu'ils sont allergiques à la sagesse. (Comme on en avait un ici, Chapati, qui exprimait son acrimonie avec zèle en citant son maître à penser: sieur Gilles Deleuze). 

C'est pas faux !

C'est pas mon truc. 

En plus tu ne me trouves pas assez clair.

C'est plutôt l'un par rapport à l'autre. Comme l'idéologie dont tu parles au dessus qu'on croit lire chez l'autre et qui n'y est pas forcément mais qui met en oeuvre automatiquement la notre propre comme a contrario !!! En tout cas, je parle pour moi !

Quand je suis d'accord, je le dis clairement, ça évite les quiproquos. Tu dois être trop subtil pour moi !... Mea culpa ! Je continue comme un bourrin sur ma lancée ! C'est mon inertie...:)

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
satinvelours Membre 812 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)

La philosophie de Gabriel Marcel est une ontologie de la présence à soi, à l’autre, au monde. Mais cette notion d’intersubjectivité ne peut pas se comprendre comme constituants d’un « état ». Elle est bien plutôt ce qui se donne à vivre au travers de chacune de nos rencontres ou expériences, fussent-elles les plus ténue. En effet, aucune action ne se fait « seul », mais toujours en référence à l’autre, fût-il absent.

La solitude n’est pas l’absence totale de l’autre, des autres mais sa/leur suspension pour un temps donné, car, en effet dans ma solitude, je me rapporte à l’autre, ne serait-ce que pour éprouver pour l’éprouver comme absent. 

Nous sommes donc profondément des êtres enracinés, qui ne pouvons exister qu’en plongeant nos racines dans ce que Merleau-Ponty appelait « la chair du monde » : langage, gestualité, attitude, comportements. 

Tout nous relie à cette humanité et à son ouverture vers l’Etre. Il y a, de ce point de vue, dans toute communauté - fut-elle ratée - une promesse de communion. Le mal n’est pas autre chose que se repli sur nous, que cette fermeture désolée et désolante qui scelle  aussi notre éloignement de l’Etre.

L’Etre n’est pas ce qui est bon en soi mais ce qui fait lever en nous le Bien dont nous sommes capables. C’est peut-être ce fond d’obscurité nécessaire pour que quelque part, loin en nous s’allume une quelconque lumière. (Un homme de Dieu et La Chapelle ardente).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
satinvelours Membre 812 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)

Sartre ou l’existence comme facticité et liberté 

C’est le penseur le plus important pour l’existentialisme, celui qui va initier ce mouvement.

On peut considérer ces deux termes, facticité et liberté, et leur relation, comme étant au centre. Les deux termes de facticité et de liberté constituent les deux concepts majeurs autour desquels se constitue la philosophie sartrienne que l’on appelle vraiment l’existentialisme, au sens restreint et pur du terme.

Non seulement ces deux notions, mais aussi leur relation.

Facticité : en effet pour Sartre, il s’agit de nous découvrir comme des êtres qui sont de l’ordre du fait. C’est-à-dire que l’existence se constate mais ne se démontre pas, ne se déduit pas (La nausée).

Notre existence est donc factuelle, et le substantif qui a été fabriqué par Sartre est un mélange entre quelque chose qui est factuel, de l’ordre du fait, et quelque chose qui est fabriqué, factice, donc le produit de l’intervention humaine et non pas quelque chose de naturel.

Il y a ce mélange volontaire de la part de Sartre.

À la fois nous sommes de l’ordre du fait ce qui va nous faire réfléchir sur la contingence. Mais il y a dans le terme même de facticité l’idée que cet être que nous sommes de l’ordre du fait, c’est nous-mêmes qui le construisons, qui l’élaborons, qui le fabriquons.

Autrement dit, rien n’est naturel en nous, mais tout est de l’ordre de la construction, et donc du choix qui est le nôtre par rapport à nous-mêmes.

Donc facticité est un terme extrêmement important qui ouvre sur « la grande découverte » de Sartre de l’existentialisme, du moins de sa thématisation, et de sa radicalisation. Sartre va se réemparer de la contingence et en tirer des implications qui seront des implications engageant nos vies dans leur aspect le plus concret.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
satinvelours Membre 812 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)

Facticité ouvre sur contingence.

Nous ne sommes pas des êtres nécessaires. Nous sommes là, mais nous aurions très bien pu ne pas être là, avec toutes les implications qu’il faudra tirer. Mais de l’autre côté facticité, parce que justement induisant l’idée d’une construction de soi, d’une élaboration de soi, et donc un choix de soi, s’articule nécessairement sur le concept de liberté.

On ne peut comprendre l’existentialisme sartrien si on désimplique facticité et liberté. L'une conduit nécessairement à l’autre.

Ce qui n’est pas évident d’un certain point de vue car on pourrait dire que si nous sommes des êtres factuels, si nous somme de l’ordre du fait, nous n’avons pas la liberté d’être là. C’est la seule liberté que l’on n’ait pas : d’avoir été mis au monde. Cela nous n’y sommes pour rien. 

Mais à partir du moment où nous sommes là, tout découle de nous. À partir du moment où notre développement permet un certain degré d’autonomisation il nous appartient d’orienter notre existence. 
Et notre existence sera totalement traversée, occupée, « préoccupée » à découvrir la liberté et en faire quelque chose. 

D’en faire quelque chose peut aussi être négatif. Cela veut dire aussi ne pas vouloir l’assumer, ne pas vouloir la considérer, tenter de la fuir et donc, chez Sartre, le « salaud  » c’est celui qui se fuit lui-même.

Facticité et liberté sont deux termes absolument centraux dans la philosophie sartrienne. On pourrait dire que l’étude de ces thèmes, de ces concepts et de leurs liens constitue l’étude de l’existentialisme en tant que tel. « L’existence est un humanisme » ed. Nagel coll. Pensées

Sartre fait figure de géant de son siècle sur tous les plans : plan de la pensée bien sûr, plan littéraire – abondance de l’œuvre littéraire y compris de la critique littéraire. En même temps l’homme est incontournable  par ses engagements politiques.



 

Modifié par satinvelours

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
satinvelours Membre 812 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)

Quelques  repères biographiques de la vie se Sartre

21 juin 1905 - 15 avril 1980

Dans ces 75 années Sartre aura connu les deux guerres mondiales. Il participe d’une drôle de façon à la seconde. Mobilisé il va travailler dans le service météorologique, c’est-à-dire qu’il ne fait pratiquement rien et ce sera une occasion d’écrire, pendant cette période, « Carnets de la drôle de guerre ». Cette immobilité lui sera fortement reprochée par Simone de Beauvoir.

En 1940 il est fait prisonnier à Padoux puis déporté dans un stalag près de Trêves et libéré.

À partir des années de la fin de la guerre, au moment où il fait cette célèbre conférence sur l’existentialisme, Sartre va commencer une vie de voyages.

1946 : USA - Canada

1954 : URSS - mais rompt rapidement avec le PC lors de l’insurrection soviétique en Hongrie en 1956

1957 : Écrit des textes contre la torture lors de la guerre d’Algérie et s’oppose violemment au général De Gaulle

1958 : il se rend à Cuba puis au Brésil et milite contre la guerre du Vietnam.

1966 : accepte de participer au tribunal fondé par Bertrand Russell. Tribunal chargé d’enquêter sur les crimes de guerre au Vietnam

1967 séjour en Égypte, en Israël. Milite pour favoriser un dialogue Moyen-Orient

1968 : participative activement aux événements et s’insurge contre l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie

C’est à partir de ce moment que commence la grande période gauchisante, carrément gauchiste de Sartre, jusqu’en 1973 où il prend la direction de la « Cause du peuple  » 

 

1974 : visite au terroriste Andreas Bader dans sa prison de Stuttgart

1979 : reçu par Giscard d’Estaing à l’Élysée avec Raymond Aron pour soutenir la cause des boat people.
Puis  Sartre va participer à une série d’émissions télévisuelles qui lui sont consacrées et paraîtront après sa mort.

Cet homme qui a tellement écrit, tellement produit, a été tout le temps sur tous les fronts en faisant réellement bouger les choses.

Au travers de cette vie passée à s’engager pour des causes jugées importantes, l’on aperçoit une dette marxiste, dette qu’il n’a jamais contestée. Sartre est un penseur marxiste pour les trois quarts de ses écrits. 

Mais ce que Sartre retient de Marx, c’est le Marx théoricien, dialecticien qui essaie de faire travailler les contradictions de l’histoire pour accélérer le processus de libération des hommes. Ce n’est pas le Marx idéologue et fondateur du PC. D’ailleurs il se désolidarise relativement rapidement du PC ce qui lui vaudra des attaques féroce de celui-ci.


 

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blaquière Membre 7 857 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 1 heure, satinvelours a dit :

Quelques  repères biographiques de la vie se Sartre

21 juin 1905 - 15 avril 1980

Dans ces 75 années Sartre aura connu les deux guerres mondiales. Il participe d’une drôle de façon à la seconde. Mobilisé il va travailler dans le service météorologique, c’est-à-dire qu’il ne fait pratiquement rien et ce sera une occasion d’écrire, pendant cette période, « Carnets de la drôle de guerre ». Cette immobilité lui sera fortement reprochée par Simone de Beauvoir.

En 1940 il est fait prisonnier à Padoux puis déporté dans un stalag près de Trêves et libéré.

À partir des années de la fin de la guerre, au moment où il fait cette célèbre conférence sur l’existentialisme, Sartre va commencer une vie de voyages.

1946 : USA - Canada

1954 : URSS - mais rompt rapidement avec le PC lors de l’insurrection soviétique en Hongrie en 1956

1957 : Écrit des textes contre la torture lors de la guerre d’Algérie et s’oppose violemment au général De Gaulle

1958 : il se rend à Cuba puis au Brésil et milite contre la guerre du Vietnam.

1966 : accepte de participer au tribunal fondé par Bertrand Russell. Tribunal chargé d’enquêter sur les crimes de guerre au Vietnam

1967 séjour en Égypte, en Israël. Milite pour favoriser un dialogue Moyen-Orient

1968 : participative activement aux événements et s’insurge contre l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie

C’est à partir de ce moment que commence la grande période gauchisante, carrément gauchiste de Sartre, jusqu’en 1973 où il prend la direction de la « Cause du peuple  » 

 

1974 : visite au terroriste Andreas Bader dans sa prison de Stuttgart

1979 : reçu par Giscard d’Estaing à l’Élysée avec Raymond Aron pour soutenir la cause des boat people.
Puis  Sartre va participer à une série d’émissions télévisuelles qui lui sont consacrées et paraîtront après sa mort.

Cet homme qui a tellement écrit, tellement produit, a été tout le temps sur tous les fronts en faisant réellement bouger les choses.

Au travers de cette vie passée à s’engager pour des causes jugées importantes, l’on aperçoit une dette marxiste, dette qu’il n’a jamais contestée. Sartre est un penseur marxiste pour les trois quarts de ses écrits. 

Mais ce que Sartre retient de Marx, c’est le Marx théoricien, dialecticien qui essaie de faire travailler les contradictions de l’histoire pour accélérer le processus de libération des hommes. Ce n’est pas le Marx idéologue et fondateur du PC. D’ailleurs il se désolidarise relativement rapidement du PC ce qui lui vaudra des attaques féroce de celui-ci.


 

C'est bien ; les faits rien que les faits. C'est à la mode aujourd'hui de critiquer Sartre. Perso quand je lis un truc de lui, je suis presque toujours ébloui. ! Et par la profondeur de la pensée et l'élégance, la beauté simple du style.

-- Dans la chronologie, il faudrait peut-être rajouter qu'en 1964 il a refusé le prix Nobel de littérature. Peu de gens seraient capables d'oser faire ça...

Révélation

Mon père admirait Frédéric Mistral (le poète provençal) qui l'avait accepté en 1904 et qui avait consacré sa "prime" (au lieu de la garder pour lui) à la réalisation du "Museon Arlatenc" en disant : "je n'y touche pas, ça c'est l'argent des poètes"...

http://www.lefigaro.fr/histoire/culture/2014/10/22/26003-20141022ARTFIG00081-prix-nobel-de-litterature-les-raisons-du-refus-de-sartre.php

Je l'ai gardé en mémoire, vu que c'était en classe de philo, la première dissert que le prof nous avait proposée :

"Sartre a-t-il eu raison de refuser le Pris Nobel".

je l'ai déjà dit, mais je n'ose même pas imaginer l'inexistence de ce que j'avais pu en dire !

Notre prof avec qui j'ai longtemps gardé une bonne relation avait mis la barre bien haut pour des débutants en philosophie ! Un type explosif d'intelligence !...

 

 

Modifié par Blaquière
  • Merci 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
satinvelours Membre 812 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)

J’ai omis en effet cet épisode de la vie de Sartre, geste assez inhabituel pour être rapporté. Merci de l’avoir souligné et d’avoir fait figurer le lien où il explique les raisons de son refus.

Sartre est très déconsidéré, mais ne brûle-t-on pas ce que l’on a adoré ?

Je savais que Frédéric Mistral avait obtenu le prix Nobel, mais j’ignorais à quoi il l’avait destiné.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
saxopap Membre 3 954 messages
SaXo‚ 99ans
Posté(e)

 

Le 07/06/2019 à 15:02, Blaquière a dit :

C'est bien ; les faits rien que les faits. C'est à la mode aujourd'hui de critiquer Sartre. Perso quand je lis un truc de lui, je suis presque toujours ébloui. ! Et par la profondeur de la pensée et l'élégance, la beauté simple du style.

ooooh ouiiiiii ! une merveille "...accablé d'enfants...puisqu'il renonçait à fumer les esprits, un de ses fils formerait les âmes....éluder la vocation paternelle...le gout du sublime....il mis son zèle à fabriquer de grandes circonstances avec de petits événements........"

Un nombre considérable de ses mots son inscrits dans ma mémoire...une merveille cet homme.

Le 07/06/2019 à 15:02, Blaquière a dit :

-- Dans la chronologie, il faudrait peut-être rajouter qu'en 1964 il a refusé le prix Nobel de littérature. Peu de gens seraient capables d'oser faire ça...

 

Avant tout, merci Blaquière pour ce lien ( que j'ai lu attentivement)

 

Le 07/06/2019 à 15:02, Blaquière a dit :
  Masquer le contenu

Mon père admirait Frédéric Mistral (le poète provençal) qui l'avait accepté en 1904 et qui avait consacré sa "prime" (au lieu de la garder pour lui) à la réalisation du "Museon Arlatenc" en disant : "je n'y touche pas, ça c'est l'argent des poètes"...

http://www.lefigaro.fr/histoire/culture/2014/10/22/26003-20141022ARTFIG00081-prix-nobel-de-litterature-les-raisons-du-refus-de-sartre.php

Je l'ai gardé en mémoire, vu que c'était en classe de philo, la première dissert que le prof nous avait proposée :

"Sartre a-t-il eu raison de refuser le Pris Nobel".

je l'ai déjà dit, mais je n'ose même pas imaginer l'inexistence de ce que j'avais pu en dire !

Notre prof avec qui j'ai longtemps gardé une bonne relation avait mis la barre bien haut pour des débutants en philosophie ! Un type explosif d'intelligence !...

 

 

J'aurais bien aimé te lire, connaitre ton sentiment meme s'il n'est pas opportun de l'exprimer en philo du BAC ( thèse anti thèse ..Alors voici mon point de vue qui je l'espère traitera à charge et à décharge:

je résumerai évidement: partie 1: 

_ il reçoit l'info de sa nomination tardivement. Il s'en offusque ou plutôt s'en étonne car il ne peux comprendre ( sans animosité) que l'on ne demande pas l'avis de l'interressé avant l'octroi du prix. 

-Il argumente ensuite du fait que sa signature changera ( ...SArte, prix Nobel etc...) 

- enfin il s(inquiète de l'incidence que cela aura sur ses lecteurs, soucieux de leurs éventuels aprioris.

 

Je fut déçu de lire cela, enfin, à peine, compte tenue de l'immense respect que j'ai pour lui. Il m'a semblait tellement facile de ne pas ajouter " prix Nobel" sur signature. J'ai eu du mal à comprendre qu'il devait avoir une grande confiance en ses lecteurs, et hormis certain troues du cul aristo etc...qui aurait pu etre juge par anticipation de son prochain ouvrage, qui aurait pu ne plus parvenir à s'immerger dans son texte au motif qu'il était devenu Nobel?

partie2 :

- ...décliner les distinctions officielles,...concerver son libre arbitre, la peur de chercher à plaire plutôt qu' créer l'émotion.

-  une inquiétude politique légitime, rien à redire !

- une comparaison maladroite avec le prix " LENINE" ( qu'il aurait alors, selon ses mots, était obligé d'accepter!  Comparer NOBEL et LENINE ???   bien, ok, s'il l'a ressenti ainsi je respect, Maus grrrrrr, je bouillonne!  

la bise à vous deux 

 

 

il y a 35 minutes, satinvelours a dit :

j’ai omis en effet cet épisode de la vie de Sartre, geste assez inhabituel pour être rapporté. Merci de l’avoir souligné et d’avoir fait figurer le lien où il explique les raisons de son refus.

Sartre est très déconsidéré, mais ne brûle-t-on pas ce que l’on a adoré ?

Je savais que Frédéric Mistral avait obtenu le prix Nobel, mais j’ignorais à quoi il l’avait destiné.

 

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blaquière Membre 7 857 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 2 heures, saxopap a dit :

 Il m'a semblé tellement facile de ne pas ajouter " prix Nobel" sur signature.

Oui ! L'argumentation est un peu tiré par les cheveux !

Mon père (encore lui !) s'en amusait en me disant "tu as remarqué on ne dit jamais Victor Hugo de-l'Académie-Française ! On ne dit que "Victor Hugo" !". Sartre aurait été Sartre sans avoir besoin de la précision "Prix Nobel de littérature ! Même s'il l'avait eu. Mais il faut reconnaître que ce Prix Nobel (De littérature : pour les sciences je ne saurais dire) a une connotation assez idéologique et politique.  C'est l'effet qu'il me fait en tout cas. Je peux me tromper...

Bon on est hors sujet, là ! :)

En tout cas, ça, c'est beau : "il mis son zèle (Sartre) à fabriquer de grandes circonstances avec de petits événements" !

Modifié par Blaquière

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
satinvelours Membre 812 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)

Cette dette marxiste on la trouve dans l’ensemble de la philosophie sartrienne, dans tout ce qui concerne la grande pensée de la liberté. Et de l’autre côté cette vie à penser et à s’engager, et donc à pousser plus loin sa pensée, pourrait passer pour l’illustration de la 11e thèse sur Fuerbach que travaille Marx.

« Jusqu’à présent les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde, il s’agit maintenant de le transformer » Marx

Fuerbach était un idéologue du XIXe siècle, durement critiqué par Marx, surtout connu par un ouvrage majeur « L’essence du christianisme » dans lequel Fuerbach, qui pourtant était quelqu’un de progressiste, essayait de démontrer qu’il y avait des valeurs dans le christianisme qui étaient susceptibles de faire évoluer les sociétés.

Marx va critiquer Fuerbach en montrant que tant que l’on reste dans des perspectives religieuses, ce progrès trouve assez rapidement une limite, notamment parce qu’il y a certains types d’actions et un devenir de l’homme qui échappent à l’homme. Par définition une opposition religieuse suppose que l’on s’en remette à la décision divine quant à son destin.

C’est ce qui, aux yeux de Marx, il faut effacer.

Cette 11e thèse, comme la dernière, montre que certes la philosophie a une utilité, puisque c’est une activité qui consiste à penser le monde, mais penser le monde n’est pas suffisant. Il s’agit de le transformer.

La pensée ne sert à rien si elle ne se concrétise pas, et si elle ne libère pas une modalité d’action.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
satinvelours Membre 812 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)

À la suite de Marx, Sartre prend sur lui cette thèse et tente de l’appliquer, de la réaliser.

Il emprunte à Marx, dans la dette marxiste, le concept purement marxiste de pratique théorique.

Jusqu’à Marx les philosophes ont dûment séparé la théorie de la pratique si bien que cela a abouti à ce type d’adage : ce qui est vrai en théorie ne l’est pas en pratique. Il y a un hiatus, voire un abîme entre la théorie et la pratique.

Marx va se trouver avec cet héritage : comment articuler la théorie sur la pratique ?

Cela va donner chez Marx le concept de principe théorique. Non seulement il est possible d’articuler théorie et pratique, mais la pensée est déjà une forme de pratique.

Être théoricien sur l’économie, sur l’histoire c’est déjà militer dans le monde, imposer des valeurs, soutenir des intérêts. Alors la théorie est une forme de pratique, elle n’est qu’une modalité de la pratique. 

L’un des effets secondaires de ce concept, pratique théorique, que reprend Sartre [concept  très important dans sa pensée], c’est l’idée que l’intellectuel n’est pas quelqu’un d’à part. Au contraire l’intellectuel a une tâche propre en tant qu’intellectuel, c’est de vivre parmi ses semblables, d’expérimenter, de monter sur les barricades et non pas de rester terré pour produire théoriquement.

Il doit s’exposer pour comprendre l’histoire, comprendre la vie,  ne pas développer de grands systèmes théoriques et s’étonner que dans la pratique cela ne fonctionne pas particulièrement.

Cette notion de pratique théorique est importante, car elle a permis à Marx de constituer le concept moderne de l’intellectuel, de l’intellectuel comme homme engagé.
 
C’est ce qui sera repris par Sartre est mis en pratique.

Modifié par satinvelours

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité