Aller au contenu

Le bar de Sevran interdit aux femmes, un gros bidonnage ?


frunobulax

Messages recommandés

Membre, Posté(e)
frunobulax Membre 12 082 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)

En cause: le reportage intitulé «Quand les femmes deviennent indésirables dans les lieux publics» et diffusé le 7 décembre dernier au 20 heures de France 2.

L'enquête réalisée par la journaliste Caroline Sinz accuse Amar Salhi d'interdire l'accès de son établissement aux femmes.
Dans l'une des séquences filmées en caméra cachée, deux militantes de l'association «La brigade des mères», Nadia Remadna et Aziza Sayah, se sont rendues au Jockey Club. La vidéo montre les deux jeunes femmes subir des critiques relatives à leur présence dans le café. Dans le bar, il semble n'y avoir que des hommes. L'un des clients les somme d'attendre «dehors».

Selon Caroline Sinz, cette discrimination serait étroitement liée à la religion du gérant puisqu'il est musulman. 
«Pourquoi les hommes rejettent-ils les femmes? Un problème de tradition, de culture mais aussi de religion», commente ainsi la journaliste en voix-off. 

Pour le propriétaire du Jockey Club, la journaliste de France 2 de n'a pas fait correctement son travail. 
«Elle n'a jamais mis les pieds ici. Elle n'a pas mené d'enquête. Confier une caméra cachée à une tierce personne sans ensuite faire son travail de vérification, c'est délirant, s'insurge-t-il. Comment faire un travail journalistique sérieux sans venir sur place et en déformant la réalité pour coller à ses idées». 

Le propriétaire de 59 ans tente depuis plusieurs semaines de récupérer la vidéo intégrale enregistrée dans son bar, qui durerait 24 minutes.

Vendredi (10 mars), le Bondy Blog a publié une contre-enquête pointant du doigt le reportage diffusé en décembre dernier. 
«Au total, nous nous sommes rendues au Jockey Club à quatre reprises dont deux sans prévenir de notre arrivée. Et à chaque fois, nous y sommes restées plusieurs heures, sans aucun problème», expliquent les journalistes Nassira El Moaddem et Sabrina Alves qui affirment que le café est fréquenté tant par des femmes que des hommes.

Même constat pour Matthieu Fauroux, journaliste pour l'émission Complément d'Enquête - diffusée sur France 2 - qui s'était rendu dans l'établissement en janvier dernier.
«J'ai passé une journée là-bas, j'ai même été voir d'autres cafés. Dans ce bar PMU précisément, oui, j'ai bien vu qu'il y avait des femmes et que c'était des clientes fidèles, je leur ai parlé», affirme-t-il.

Contactée par Le Figaro, Caroline Sinz n'a pas souhaité réagir.

LE FIGARO - 14/03/2017

Fichtre ...
Le Figaro aurait-il viré "islamo-gauchiste" ??
:smile2:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, Posté(e)
Garlaban Membre 5 682 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)
il y a 52 minutes, frunobulax a dit :

En cause: le reportage intitulé «Quand les femmes deviennent indésirables dans les lieux publics» et diffusé le 7 décembre dernier au 20 heures de France 2.

L'enquête réalisée par la journaliste Caroline Sinz accuse Amar Salhi d'interdire l'accès de son établissement aux femmes.
Dans l'une des séquences filmées en caméra cachée, deux militantes de l'association «La brigade des mères», Nadia Remadna et Aziza Sayah, se sont rendues au Jockey Club. La vidéo montre les deux jeunes femmes subir des critiques relatives à leur présence dans le café. Dans le bar, il semble n'y avoir que des hommes. L'un des clients les somme d'attendre «dehors».

Selon Caroline Sinz, cette discrimination serait étroitement liée à la religion du gérant puisqu'il est musulman. 
«Pourquoi les hommes rejettent-ils les femmes? Un problème de tradition, de culture mais aussi de religion», commente ainsi la journaliste en voix-off. 

Pour le propriétaire du Jockey Club, la journaliste de France 2 de n'a pas fait correctement son travail. 
«Elle n'a jamais mis les pieds ici. Elle n'a pas mené d'enquête. Confier une caméra cachée à une tierce personne sans ensuite faire son travail de vérification, c'est délirant, s'insurge-t-il. Comment faire un travail journalistique sérieux sans venir sur place et en déformant la réalité pour coller à ses idées». 

Le propriétaire de 59 ans tente depuis plusieurs semaines de récupérer la vidéo intégrale enregistrée dans son bar, qui durerait 24 minutes.

Vendredi (10 mars), le Bondy Blog a publié une contre-enquête pointant du doigt le reportage diffusé en décembre dernier. 
«Au total, nous nous sommes rendues au Jockey Club à quatre reprises dont deux sans prévenir de notre arrivée. Et à chaque fois, nous y sommes restées plusieurs heures, sans aucun problème», expliquent les journalistes Nassira El Moaddem et Sabrina Alves qui affirment que le café est fréquenté tant par des femmes que des hommes.

Même constat pour Matthieu Fauroux, journaliste pour l'émission Complément d'Enquête - diffusée sur France 2 - qui s'était rendu dans l'établissement en janvier dernier.
«J'ai passé une journée là-bas, j'ai même été voir d'autres cafés. Dans ce bar PMU précisément, oui, j'ai bien vu qu'il y avait des femmes et que c'était des clientes fidèles, je leur ai parlé», affirme-t-il.

Contactée par Le Figaro, Caroline Sinz n'a pas souhaité réagir.

LE FIGARO - 14/03/2017

Fichtre ...
Le Figaro aurait-il viré "islamo-gauchiste" ??
:smile2:

C'est très simple rendez vous au Val Fourré à Mantes la Jolie... Sur la place du centre commercial, il y a plusieurs cafés avec terrasses aux beaux jours. L'après midi en semaine c'est plein, ambiance Marrakech garantie ... Si vous croisez une seule femme n'hésitez pas à la photographier discrètement pour en faire un poster....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité fx.
Invités, Posté(e)
Invité fx.
Invité fx. Invités 0 message
Posté(e)

Merde, ça va faire une bonne excuse de moins pour taper sur Clémentine Autain.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 111ans Posté(e)
stvi Membre 20 709 messages
Mentor‚ 111ans‚
Posté(e)
Il y a 1 heure, frunobulax a dit :

En cause: le reportage intitulé «Quand les femmes deviennent indésirables dans les lieux publics» et diffusé le 7 décembre dernier au 20 heures de France 2.

L'enquête réalisée par la journaliste Caroline Sinz accuse Amar Salhi d'interdire l'accès de son établissement aux femmes.
Dans l'une des séquences filmées en caméra cachée, deux militantes de l'association «La brigade des mères», Nadia Remadna et Aziza Sayah, se sont rendues au Jockey Club. La vidéo montre les deux jeunes femmes subir des critiques relatives à leur présence dans le café. Dans le bar, il semble n'y avoir que des hommes. L'un des clients les somme d'attendre «dehors».

Selon Caroline Sinz, cette discrimination serait étroitement liée à la religion du gérant puisqu'il est musulman. 
«Pourquoi les hommes rejettent-ils les femmes? Un problème de tradition, de culture mais aussi de religion», commente ainsi la journaliste en voix-off. 

Pour le propriétaire du Jockey Club, la journaliste de France 2 de n'a pas fait correctement son travail. 
«Elle n'a jamais mis les pieds ici. Elle n'a pas mené d'enquête. Confier une caméra cachée à une tierce personne sans ensuite faire son travail de vérification, c'est délirant, s'insurge-t-il. Comment faire un travail journalistique sérieux sans venir sur place et en déformant la réalité pour coller à ses idées». 

Le propriétaire de 59 ans tente depuis plusieurs semaines de récupérer la vidéo intégrale enregistrée dans son bar, qui durerait 24 minutes.

Vendredi (10 mars), le Bondy Blog a publié une contre-enquête pointant du doigt le reportage diffusé en décembre dernier. 
«Au total, nous nous sommes rendues au Jockey Club à quatre reprises dont deux sans prévenir de notre arrivée. Et à chaque fois, nous y sommes restées plusieurs heures, sans aucun problème», expliquent les journalistes Nassira El Moaddem et Sabrina Alves qui affirment que le café est fréquenté tant par des femmes que des hommes.

Même constat pour Matthieu Fauroux, journaliste pour l'émission Complément d'Enquête - diffusée sur France 2 - qui s'était rendu dans l'établissement en janvier dernier.
«J'ai passé une journée là-bas, j'ai même été voir d'autres cafés. Dans ce bar PMU précisément, oui, j'ai bien vu qu'il y avait des femmes et que c'était des clientes fidèles, je leur ai parlé», affirme-t-il.

Contactée par Le Figaro, Caroline Sinz n'a pas souhaité réagir.

LE FIGARO - 14/03/2017

Fichtre ...
Le Figaro aurait-il viré "islamo-gauchiste" ??
:smile2:

le Figaro s'appuie sur une contre enquête du Bondy blog qui a envoyé deux journalistes s'asseoir dans ce café ...chose qui n'a posé aucun problème ....forcément le gérant n'allait pas renouveler l'expérience 

l'exploit ...:gurp:

maintenant ça va être exceptionnel qu'une femme puisse s'asseoir dans un café  du 93 sans se faire virer ... j'ai regardé  le reportage que je n'avais pas vu  ,il n'a pas l'air du tout d'être bidonné 

http://www.francetvinfo.fr/societe/societe-quand-les-femmes-sont-indesirables-dans-les-lieux-publics_1958225.html

Vendredi, le Bondy Blog a publié une contre-enquête pointant du doigt le reportage diffusé en décembre dernier. «Au total, nous nous sommes rendues au Jockey Club à quatre reprises dont deux sans prévenir de notre arrivée. Et à chaque fois, nous y sommes restées plusieurs heures, sans aucun problème», expliquent les journalistes Nassira El Moaddem et Sabrina Alves qui affirment que le café est fréquenté tant par des femmes que des hommes.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
frunobulax Membre 12 082 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)
il y a 28 minutes, stvi a dit :

le Figaro s'appuie sur une contre enquête du Bondy blog qui a envoyé deux journalistes s'asseoir dans ce café ...chose qui n'a posé aucun problème ....forcément le gérant n'allait pas renouveler l'expérience 

C'est ballot de ne pas lire les posts en entier ... du coup  on passe un peu pour une truffe ...

Même constat pour Matthieu Fauroux, journaliste pour l'émission Complément d'Enquête qui s'était rendu dans l'établissement en janvier dernier .
«J'ai passé une journée là-bas, j'ai même été voir d'autres cafés. Dans ce bar PMU précisément, oui, j'ai bien vu qu'il y avait des femmes et que c'était des clientes fidèles, je leur ai parlé», affirme-t-il.

il y a une heure, Garlaban a dit :

C'est très simple rendez vous au Val Fourré à Mantes la Jolie... Sur la place du centre commercial, il y a plusieurs cafés avec terrasses aux beaux jours. L'après midi en semaine c'est plein, ambiance Marrakech garantie ... Si vous croisez une seule femme n'hésitez pas à la photographier discrètement pour en faire un poster....

Ok ...
Donc, pour savoir si les femmes sont les bienvenues ou pas dans un bar à Sevran, il faut que j'aille vérifier ... à Mantes La Jolie ??
 

Vous êtes en plein forme, les gars, bravo !
:smile2:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 111ans Posté(e)
stvi Membre 20 709 messages
Mentor‚ 111ans‚
Posté(e)
il y a 12 minutes, frunobulax a dit :

C'est ballot (ou de très mauvaise foi ?) de ne pas lire les articles en entier ...

Même constat pour Matthieu Fauroux, journaliste pour l'émission Complément d'Enquête qui s'était rendu dans l'établissement en janvier dernier.
«J'ai passé une journée là-bas, j'ai même été voir d'autres cafés. Dans ce bar PMU précisément, oui, j'ai bien vu qu'il y avait des femmes et que c'était des clientes fidèles, je leur ai parlé», affirme-t-il.

si si ,je l'ai vu mais ,l'avis d'un seul journaliste fut il collaborateur de complément d'enquête ne fait pas foi .....je ne l'ai pas cité car  un avis personnel ne peut être opposé à un reportage filmé ....Ce serait trop facile de faire tomber n'importe quelle enquête qui demande des jours voire des mois de préparation ,en affirmant tout bonnement que ça n'existe pas ....

Mathieux Fourroux que je ne connais pas s'exprime à titre personnel ...je fais beaucoup plus confiance à des associations de quartier qui dénoncent ce genre de discrimination ....

Tu as l'air de croire dur comme fer qu'il s'agit d'un bidonnage ...il ne faut surtout pas qu'on puisse dire qu'il y a chez les musulmans un traitement particulier de la femme ....perso ça ne me dérange pas ..Si les musulmanes sont assez connes pour se laisser dominer par des abrutis ,c'est leur problème ...

  

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
frunobulax Membre 12 082 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)
il y a 23 minutes, stvi a dit :

si si ,je l'ai vu mais ,l'avis d'un seul journaliste fut il collaborateur de complément d'enquête ne fait pas foi .....je ne l'ai pas cité car  un avis personnel ne peut être opposé à un reportage filmé ....Ce serait trop facile de faire tomber n'importe quelle enquête qui demande des jours voire des mois de préparation ,en affirmant tout bonnement que ça n'existe pas ....

Mathieux Fourroux que je ne connais pas s'exprime à titre personnel ...je fais beaucoup plus confiance à des associations de quartier qui dénoncent ce genre de discrimination ....  

En complément, une autre "contre-enquête" réalisée par France Bleue.
https://www.francebleu.fr/infos/societe/bar-pmu-sevran-1489344727

Et celle du Bondy Blog
http://www.bondyblog.fr/201703101815/bar-pmu-de-sevran-la-contre-enquete-du-bondy-blog/#. WMRmhBh7Q6U

Avec ce passage intéressant:
"Nous (les deux journalistes du Bondy Blog) interrogeons Nadia Remadna (de la Brigade des Mères et l'auteure de la vidéo) sur les femmes que nous avons vues dans le bar PMU, des clientes d’ailleurs fidèles.
Ni moi, ni Aziza n’avons dit qu’il n’y avait aucune femme qui rentrait dans ce bar. Ce sont les politiques qui ont ensuite surenchéri. Je ne suis pas responsable de ce que disent les gens”, affirme Nadia Remadna"

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Garlaban Membre 5 682 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)

Il fut un temps où la gauche défendait mordicus le droit des femmes qu'elles soient bourgeoises ou prolétaires. Les piliers de comptoir étaient définitivement estampillés de "Dupont Lajoie" ... Aujourd'hui cette même gauche passe son temps à rechercher du sens à des propos de bledards et traiter de bidonneuses celles qui les dénoncent.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 111ans Posté(e)
stvi Membre 20 709 messages
Mentor‚ 111ans‚
Posté(e)

"Un sentiment de retour dans l'Algérie de 1990

En ligne le 13 décembre 2016

Nadia Remadna, fondatrice de l’association Brigade des Mères, s’est rendue dans un café de Sevran, filmée en caméra cachée par France 2. "Le mieux, c’est d’attendre dehors. Ici, il n’y a que des hommes", leur conseille le tenancier du bar, qui conclut : "Dans ce café, il n’y a pas de mixité". Après le tollé suscité par ces images, Nadia Remadna interpelle l’opinion publique dans une tribune publiée par le Plus Nouvel Obs. Nous reproduisons ici son texte in extenso :

Je ne m’attendais pas du tout à ce que ce passage de l’émission de France 2, dans lequel je rentre dans un café officieusement réservé aux hommes à Sevran, circule autant et génère tous ces commentaires sur internet.

Cette séquence en caméra cachée a été tournée il y a quelques mois, j’en avais même oublié son existence. Mais c’est une bonne chose que le manque de mixité et d’égalité homme-femme fasse réagir. C’est pour ça que je me bats : pour mettre un terme à l’enfermement culturel, religieux et coutumier qui règne en maître aujourd’hui en France dans certains quartiers.

J’ai le sentiment d’être de retour en Algérie en 1990

Dans cette vidéo, on me voit rentrer dans un café de Sevran (Seine-Saint-Denis) avec Aziza Sayah, une autre militante de l’association La Brigade des Mères, que j’ai créé en 2014 pour faire appliquer les lois de la République, là où l’État échoue. Aujourd’hui, notre association est aussi partenaire de FATE (Families against terrorism and extremism) dans le cadre de son action contre la radicalisation."

bon maintenant il faut donc accuser ces femmes de bidonnage.... et même si ça l'était ce genre de situation  correspond à la réalité d'une forme d'enfermement de la femme ...même si l'exemple de celui ci n'est pas l'exact reflet de ce qui se passe,quoique  ,on ne pourra pas nier une volonté d'islamiser la société ,en commençant par les endroits  où la concentration de musulmans et la plus élevée  ....

uniquement le fait de s'extasier de pouvoir s’asseoir pour une femme dans un café ,et de le faire savoir comme une victoire tout en dénonçant un bidonnage est tout à fait surnaturel ....

la question ne devrait même pas se poser ...  

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines après...
Membre, Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis, 50ans Posté(e)
DroitDeRéponse Membre 81 746 messages
50ans‚ Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis,
Posté(e)

https://www.marianne.net/societe/sevran-les-femmes-accueillies-partout-mais-bras-fermes

 

Entre la scène captée par France 2 et les femmes interrogées par le Bondy blog dans ce café devenu emblématique, qui dit vrai ? Surtout, au-delà du simple cas de cet établissement, qu’en est-il des pressions masculines qui seraient faites aux femmes à Sevran ? Pour Mohamed, présent au moment des faits, ces pressions "n’existent pas". "Il faut arrêter de nous stigmatiser", dit-il, surpris que la situation d’un PMU de Sevran passe au JT de 20h. "Il n’y a pas d’autres sujets à traiter en France, l’emploi, le chômage ?" Le débat s’engage alors parmi les clients.

Cadre chez un grand groupe français, Jean*, la quarantaine aux allures de hipster, reconnaît l’existence "d’inégalités" entre hommes et femmes à Sevran, d’où il est originaire, dans la répartition et l’accès de l’espace public, entre autres. Mais il ne veut pas y voir une spécificité propre à sa ville, insiste-t-il. Les politiques "sont venus chercher l’exemplarité dans un bar parmi les gens d’en bas, constate-t-il, alors qu’en haut la culture machiste domine tout autant. Sauf qu’elle se reflète autrement. Dans ma boîte les grands dirigeants sont tous des hommes, parfois ils sortent directement des cabinets des ministres." Et de conclure : "Vous avez compté le nombre de femmes à l’Assemblée ?" (155 sur 577, ndlr) "Le nombre d’affaires de sexisme voire d’abus sexuel qui touche la classe politique ? Georges Tron par exemple…"

Pas un endroit pour elles...

Ce n’est pas "qu’on n'aime pas les femmes ou qu’on les refuse", assure par conséquent Jean, qui estime par ailleurs que certaines femmes "reproduisent" cette culture "machiste" en choisissant elles-mêmes de ne pas fréquenter tel ou tel endroit, à l’instar des bars. Le quadragénaire ne nie donc pas la situation mais refuse de la limiter à Sevran et aux gens "d'en bas". Quant au patron du PMU qui dit pourtant ne vouloir interdire l'entrée à personne, il semble avoir une idée bien arrêtée sur la présence de jeunes femmes dans son établissement. "Que viendraient faire des gamines de 25 ans" chez lui ? Dans le bar les "insultes" fusent, les hommes "crient" devant les courses, ce n’est pas vraiment, explique-t-il, un endroit pour elles.

 

Un "snap" à la chicha ou au bar et t’es une "pute"

Pas un endroit pour elles. Certaines femmes l'ont bien intériorisé. "Les bars c’est guez**", explique Nina*, 15 ans. Il n’y a que des hommes." Avec sa copine, Nacerine*, 15 ans également, elle préfère se poser au centre commercial ou au quartier, comme aujourd’hui, sur un banc niché entre la cité Rougemont et les pavillons coquets qui l’entourent. Là, les deux amies, qui paraissent plus mûres que leur âge, lunettes de soleil sur la tête, en débardeurs, écoutent de la musique - Booba - fument la chicha et prennent le soleil, bientôt rejointes par le petit ami de Nina, Popey*, 19 ans. Ensemble, ils acceptent d’évoquer les pressions masculines dans leur quartier et l’affaire du Jockey Club. "Bien sûr qu’ici les femmes n’ont pas le droit d’aller au bar !", énonce d’emblée Popey, un jeune garçon d’origine marocaine, avenant, la voix posée. Vêtu d’un maillot de foot, le jeune homme, aux traits fins, explique tout simplement que "c’est logique, c’est comme ça".

Bien sûr qu’ici les femmes n’ont pas le droit d’aller au bar !

Popey

"C’est mal vu", renchérit Nacerine, Française aux yeux verts d’origine tunisienne, qui aimerait poursuivre ses études en filière générale aéronautique. Pourquoi ? "On a tous eu une éducation à l’arabe, poursuit-elle. Les filles à la maison. Rester vierge jusqu’au mariage." Là se situerait pour les filles aussi bien que pour les garçons le nœud du "problème". "Tous mes potes veulent une meuf vierge", raconte en effet Popey. D’où l’importance de la réputation. Et la réputation avec les réseaux sociaux se joue aujourd’hui très vite. Un"snap" à la chicha ou au bar et t’es une "pute". Un "snap" en boîte et t’es une "salope". "Parce qu’on sait bien comment ça se finit, croit savoir Popey. On sait bien que quand on sort, en boîte par exemple, la fille elle va finir à l’hôtel." Et puis, "la boîte c’est sale, les filles y vont que pour se frotter."

La religion ou les traditions disent "non", la société dit "oui"

Ce qui ne l’empêche pas d’y aller, en boîte, concède-t-il. Certaines filles, celles qui ont le droit, s’y retrouvent aussi. Nina, dont les parents algériens sont séparés et dont le frère a déjà fondé une famille, confie s’y rendre régulièrement. Nacerine à l’inverse, dont le père est décédé, n’a pas le droit de sortir le soir. Les mères, elles, ne "sortent pas". Consciente de sa condition, Nacerine revient sur ce tiraillement, "la religion" ou les traditions "qui disent non" et la société "qui dit oui". Mais pour elle, les coutumes "se modernisent". "On a tous des parents qui sont nés au bled, musulmans… mais les musulmans suivent les Français." Popey acquiesce. "Les gens vraiment pratiquants sont de plus en plus rares."

...........

Comme Jean, le client du Jockey Club précédemment évoqué, elle pense que les hommes ne sont pas les seuls responsables de la situation. "Les femmes participent à ces pressions, elles ont accepté de céder". En particulier depuis la mise en place de la politique des grands frères. "Avant, on avait les femmes médiatrices, rappelle Nadia. Seulement, après les émeutes de 2005, on les a remplacées par les grands frères qu’on a embauchés, grâce à des contrats aidés, pour faire la paix dans les quartiers". Ces derniers se sont politisés, dit-elle, "ça a été un enchaînement…"

Avec cette vidéo, Nadia Remadna a été accusée de faire le jeu de l’extrême droite. Amar Salhi, lui, aurait préféré que son PMU n'attire pas l'oeil des caméras. Par leurs visions si différentes, ils dépeignent deux Sevran, deux territoires qui vivent l'un aux côtés de l'autre sans se comprendre voire s'accepter.

=======================================

Après libre à chacun bien sur de parler bidonnage et de considérer la brigade des mères comme des menteuses . Mais sur quelle base autre que son intime conviction ?

 

 

http://www.arretsurimages.net/breves/2017-03-21/PMU-Sevran-on-a-ete-les-premieres-choquees-brigade-des-meres-id20518

 

La contre-enquête du Bondy Blog n'a toujours pas fait son chemin dans les esprits. Lundi soir, l'émission d'Arte 28 Minutes évoquait cette enquête qui démentait le reportage du JT de France 2 selon lequel les femmes étaient interdites dans un café à Sevran. En plateau, l'une des deux auteures de la caméra cachée pour la chaîne publique, Nadia Remadna, n'a pas voulu en entendre parler.

 

 

============================

Donc oui fruno peut être un bidonnage , ou peut être pas, mais si c'est un bidonnage ce sont ces deux mères qui sont à mettre en cause, mais j'entends bien que ce soit moi confortable que "les médias" .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis, 50ans Posté(e)
DroitDeRéponse Membre 81 746 messages
50ans‚ Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis,
Posté(e)

Le reportage suspecté de bidonnage ( gros )

 

des figurants ?

Une partie de la contre-argumentation :

Le lendemain de la diffusion , Autain conseillère municipale de Sevran a pu y prendre incognito un the , et les jours suivants des femmes ont pu s'y rendre . Des témoignages contredisent , mais lesquels ?

Des amis issus de la diversité me disent si il s'agit d'une femme mariée d'un certain âge c'est pas comparable , vrai , faux ?

Le restaurateur de trappes une fois gaule serait il assez con pour continuer à refuser des voilées ?

Quelle différence entre le contre reportage de Marianne et le reportage soupçonné bidonné ?

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×