Aller au contenu

Bac philo 2016 - Les sujets

Messages recommandés

Théia VIP 11 748 messages
Θεία‚ 124ans
Posté(e)

Les sujets commencent à tomber. Une petite pensée d'encouragement à tous les lycéens qui planchent dessus en ce moment.

- Savons-nous toujours ce que nous désirons ?

- Pourquoi avons-nous intérêt à étudier l’histoire ?

- Travailler moins, est-ce vivre mieux ?

- Faut-il démontrer pour savoir ?

- Pour être juste, suffit-il d’obéir aux lois ?

- Pouvons-nous toujours justifier nos croyances ?

- Nos convictions morales sont-elles fondées sur l’expérience ?

- Le désir est-il par nature illimité ?

Hier, aux Antilles-Guyane :

- Le désir nous éloigne-t-il du vrai ?

- La technique ne sert-elle qu’à nous rendre maîtres de la nature ?

- L’histoire peut-elle éclairer l’avenir ?

- Être libre, est-ce ne rencontrer aucun obstacle ?

- Le réel se réduit-il à ce que l’on en perçoit ?

- La politique est-elle l’affaire de tous

===========

Plus précisément :

Le sujets de dissertation

Série L :

Nos convictions morales sont-elles fondées sur l’expérience ?

Le désir est-il par nature illimité ?

Série S :

Travailler moins, est-ce vivre mieux ?

Faut-il démontrer pour savoir ?

Série ES :

Savons-nous toujours ce que nous désirons ?

Pourquoi avons-nous intérêt à étudier l’histoire ?

Les commentaires de texte

Série L :

Est-ce qu’il existe aucun fait qui soit indépendant de l’opinion et de l’interprétation ? Des générations d’historiens et de philosophes de l’histoire n’ont-elles pas démontré l’impossibilité de constater des faits sans les interpréter, puisque ceux-ci doivent d’abord être extraits d’un chaos de purs événements (et les principes du choix ne sont assurément pas des données de fait), puis être arrangés en une histoire qui ne peut être racontée que dans une certaine perspective, qui n’a rien à voir avec ce qui a eu lieu à l’origine ? Il ne fait pas de doute que ces difficultés, et bien d’autres encore, inhérentes (1) aux sciences historiques, soient réelles, mais elles ne constituent pas une preuve contre l’existence de la matière factuelle, pas plus qu’elles ne peuvent servir de justification à l’effacement des lignes de démarcation entre le fait, l’opinion et l’interprétation, ni d’excuse à l’historien pour manipuler les faits comme il lui plaît. Même si nous admettons que chaque génération ait le droit d’écrire sa propre histoire, nous refusons d’admettre qu’elle ait le droit de remanier les faits en harmonie avec sa perspective propre ; nous n’admettons pas le droit de porter atteinte à la matière factuelle elle-même. Pour illustrer ce point, et nous excuser de ne pas pousser la question plus loin : durant les années vingt (2), Clémenceau, peu avant sa mort, se trouvait engagé dans une conversation amicale avec un représentant de la République de Weimar (3) au sujet des responsabilités quant au déclenchement de la Première Guerre mondiale. On demanda à Clémenceau : “À votre avis, qu’est-ce que les historiens futurs penseront de ce problème embarrassant et controversé ?” Il répondit : “Ça, je n’en sais rien, mais ce dont je suis sûr, c’est qu’ils ne diront pas que la Belgique a envahi l’Allemagne.”

Hannah Arendt, “Vérité et politique”, in La Crise de la culture (1964)

Série S :

Je n’ignore pas que beaucoup ont pensé et pensent encore que les choses du monde sont gouvernées par Dieu et par la fortune (1), et que les hommes, malgré leur sagesse, ne peuvent les modifier, et n’y apporter même aucun remède. En conséquence de quoi, on pourrait penser qu’il ne vaut pas la peine de se fatiguer et qu’il faut laisser gouverner le destin. Cette opinion a eu, à notre époque, un certain crédit du fait des bouleversements que l’on a pu voir, et que l’on voit encore quotidiennement, et que personne n’aurait pu prédire. J’ai moi-même été tenté en certaines circonstances de penser de cette manière.

Néanmoins, afin que notre libre arbitre (2) ne soit pas complètement anéanti, j’estime que la fortune peut déterminer la moitié de nos actions mais que pour l’autre moitié les événements dépendent de nous. Je compare la fortune à l’un de ces fleuves dévastateurs qui, quand ils se mettent en colère, inondent les plaines, détruisent les arbres et les édifices, enlèvent la terre d’un endroit et la poussent vers un autre. Chacun fuit devant eux et tout le monde cède à la fureur des eaux sans pouvoir leur opposer la moindre résistance. Bien que les choses se déroulent ainsi, il n’en reste pas moins que les hommes ont la possibilité, pendant les périodes de calme, de se prémunir en préparant des abris et en bâtissant des digues de façon à ce que, si le niveau des eaux devient menaçant, celles-ci convergent vers des canaux et ne deviennent pas déchaînées et nuisibles.

Il en va de même pour la fortune : elle montre toute sa puissance là où aucune vertu n’a été mobilisée pour lui résister et tourne ses assauts là où il n’y a ni abris ni digues pour la contenir.

Machiavel, Le Prince (1532)

Série ES :

[…] Parce que nous savons que l’erreur dépend de notre volonté, et que personne n’a la volonté de se tromper, on s’étonnera peut-être qu’il y ait de l’erreur en nos jugements. Mais il faut remarquer qu’il y a bien de la différence entre vouloir être trompé et vouloir donner son consentement à des opinions qui sont cause que nous nous trompons quelquefois. Car encore qu’il n’y ait personne qui veuille expressément se méprendre, il ne s’en trouve presque pas un qui ne veuille donner son consentement à des choses qu’il ne connaît pas distinctement : et même il arrive souvent que c’est le désir de connaître la vérité qui fait que ceux qui ne savent pas l’ordre qu’il faut tenir pour la rechercher manquent de la trouver et se trompent, à cause qu’il les incite à précipiter leurs jugements, et à prendre des choses pour vraies, desquelles ils n’ont pas assez de connaissance.

René Descartes, Principes de la philosophie (1644)

Les sujets du bac technologique

Pour être juste, suffit-il d’obéir aux lois ?

Pouvons-nous toujours justifier nos croyances ?

Commentaire d’un extrait de Causeries, de Merleau-Ponty (1948).

Les sujets du bac en Guyane

Série L :

Le réel se réduit-il à ce que l’on aperçoit ?

La politique est-elle l’affaire de tous ?

Commentaire d’un extrait de “Doctrine de la vertu” (Métaphysique des mœurs), de Kant.

Série S :

Le désir nous éloigne-t-il du vrai ?

La technique nous sert-elle à être maître de la nature ?

Commentaire d’un extrait du Traité politique de Spinoza.

Série ES :

L’histoire peut-elle éclairer l’avenir ?

Être libre, est-ce ne rencontrer aucun obstacle ?

Commentaire d’un extrait de De l’amitié de Cicéron.

Bac technologique :

Pouvons-nous nous passer de l’art ?

Toutes les croyances se valent-elles ?

Questions autour d’un extrait de Cahiers pour une morale de Sartre.

Modifié par Théia
Mise à jour

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

Certains de ces sujets ont deja été evoqués ici.

Les 2 sujets que je trouve les plus interessants par la profondeur qu'ils recèlent :

Le désir nous éloigne-t-il du vrai ?

Le réel se réduit-il à ce que l’on en perçoit ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pila Membre 9 742 messages
Forumeur alchimiste‚ 58ans
Posté(e)

1/ Perte de temps;

2/ Il n'y a pas de travail;

3/ Je connais une jeune fille qui a fait de bonnes études de lettres (sa mère est directrice de collège) et cette fille ne trouve pas de travail. Elle galère depuis deux ans.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ThomasMann Membre 3 895 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)

Je connais beaucoup de jeunes qui ont les larmes aux yeux , ou qui baissent les yeux rougissant, devant moi, car ils n'ont pas ce foutu diplôme pour passer un malheureux concours d'entrée aux Ecoles de soins ou de Moniteurs Educateurs ...alors qu'ils auraient du travail à la sortie ou pendant la formation .

C'est là qu'ils comprennent et avouent avoir glandé ' connement' au Lycée ! :mouai: :mouai: :mouai:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
exilée Membre 674 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

- Pourquoi avons-nous intérêt à étudier l’histoire ?

sujet de classe de troisième en 1967

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anna Kronisme Membre 2 090 messages
[Sans sous-titre - Version Originale Intraduisible]‚
Posté(e)

- Savons-nous toujours ce que nous désirons ?

Non, voilà à quoi sert la méthode psychanalytique (entre autres et même en 2016) développée par S. Freud et quelques autres.

--> N'importe quoi... 0/20

- Pourquoi avons-nous intérêt à étudier l’histoire ?

Pour évoluer dignement... quoique...

--> Justifiez votre "quoique", quel dommage ! Peut mieux faire. 10/20

- Travailler moins, est-ce vivre mieux ?

Non, car rester assis devant son ordinateur à regarder des vidéos débiles en mangeant des chips et buvant du soda peut entraîner des troubles de la santé mentale et physique.

--> Bravo ! 20/20

- Faut-il démontrer pour savoir ?

Ou pas...

--> Bravo ! 20/20

- Pour être juste, suffit-il d’obéir aux lois ?

Tout le monde ne peut pas se prénommer Juste, madame... -__-"

--> Si vos connaissances philosophiques atteignaient la hauteur de votre culture cinématographique, vous auriez eu 20 ! 0/20

- Pouvons-nous toujours justifier nos croyances ?

Nous pouvons justifier pourquoi et comment nous croyons et en quoi nous croyons mais pas justifier que ce en quoi nous croyons est justifié.

--> Where is Charlie ? 2/20 pour la présentation et l'orthographe.

- Nos convictions morales sont-elles fondées sur l’expérience ?

Oui, elles sont en partie l'héritage de notre éducation et donc basées sur l'expérience de nos aïeuls ; puis notre propre confrontation au monde et donc notre expérience personnelle qui peut parfois modifier celles héritées de notre éducation.

--> En êtes-vous convaincu ? 13/20

- Le désir est-il par nature illimité ?

S'il est en 4G, faut voir...

--> Votre humour est sans limite, lui ! 0/20

Aux Antilles-Guyane, je n'y suis jamais allée...

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Théia VIP 11 748 messages
Θεία‚ 124ans
Posté(e)

Elève Anna Kronisme, pour l'ensemble de votre oeuvre : 20/20 ! (et deux heures de colle)

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anna Kronisme Membre 2 090 messages
[Sans sous-titre - Version Originale Intraduisible]‚
Posté(e)

2h de colle... :|

Ai-je le droit de signaler votre abus de pouvoir, madame ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Théia VIP 11 748 messages
Θεία‚ 124ans
Posté(e)

Dans la mesure où le pouvoir n'est qu'une illusion, vous pouvez signaler pourquoi et comment vous croyez à un abus de pouvoir et en quoi vous y croyez mais pas signaler que ce en quoi vous croyez est une illusion d'abus de pouvoir.

(Vous utiliserez vos deux heures de colle à déchiffrer cette phrase et à me l'expliquer :/)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anna Kronisme Membre 2 090 messages
[Sans sous-titre - Version Originale Intraduisible]‚
Posté(e)

Deux heures plus tard...

"Le pouvoir sans abus perd le charme." Paul Valéry

Le charme étant un arbre fort remarquable (pouvant atteindre 20 mètres de haut), je ne comprends pas comment il pourrait être perdu en cas de non-abus, aussi, je ne suis ni pour ni contre mais, perchée. Un végétal ne se déchiffre pas, il s'effeuille !

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
deja-utilise Membre 4 736 messages
If you don't want, you Kant... ‚
Posté(e)

Et bien, Les pauvres gamins ! Autant de questions à résoudre pendant leur examen, alors que chacune est difficile, ils ne leur font pas de cadeau à nos cerveaux en pleine métamorphose...

Étant un peu cancre sur les bords, je vais m'inspirer d'Anna, pour ce petit moment de détente/récréation:

- Savons-nous toujours ce que nous désirons ? Oui nous le savons, on n'a jamais vu quelqu'un attraper à la main une bouteille par mégarde, même si la mémoire de ce geste est furtive pour ceux souffrant d'une pathologie, en revanche ce que nous ignorons la plupart du temps, c'est pourquoi les choses sont ainsi !

- Pourquoi avons-nous intérêt à étudier l’histoire ? Mauvaise question, la question aurait dû être pour des considérations historiques justement, pourquoi n'avons-nous aucun intérêt à étudier ou nous soucier de l'histoire ? Héraclite: on ne se baigne jamais ( strictement ) deux fois dans la même rivière ! Effet papillon: une petite cause peut engendrer un grand effet pour les phénomènes chaotiques, sensibles aux conditions initiales, or la vie des hommes est de ce type !

- Travailler moins, est-ce vivre mieux ? Tout dépend d'une part du niveau de vie nécessaire et/ou attendu et/ou souhaité, ainsi que de l'assistanat aux individus, et d'autre part, de la réalisation de l'être au sein de la société, puisque la travaille reste certainement le dernier bastion contre l'isolement le plus total des uns et des autres.

- Faut-il démontrer pour savoir ? La réponse est dépendante de la façon d'interpréter la notion de démonstration, au sens logico-mathématique, il n'est pas nécessaire de le faire pour seulement savoir, mais pour vérifier la pertinence de ce savoir, dans d'autres situations en revanche, comme l'amour par exemple, il faut faire monstration de ses sentiments à autrui pour qu'il sache qu'on l'aime, ce n'est pas en ne prêtant pas attention à l'autre qu'on lui démontre notre affection.

- Pour être juste, suffit-il d’obéir aux lois ? Visions trop dichotomique de la justesse, le philosophe qui aura développé aussi la vertu du juste et de l'injuste, peut fort bien s'éloigner des conventions de la société particulière dans laquelle il s'inscrit, néanmoins si l'on entend juste dans le sens restreint d'être en rapport à la justice, alors effectivement il faudra suivre les dites lois, on peut aussi s'intéresser à la justesse des lois d'un pays, soit dans leur énonciation, soit dans leurs applications, dans le rendu des jugements, et là on peut également constater qu'entre le désir premier des Lumières à instaurer un système équitable, dans la réalité des faits, il y a nombre de ratés, le système judiciaire étant de ce fait comme corrompu, involontairement ou pas, s'en remettre aux seules lois de l'État, est un peu comme s'en remettre à une divinité de la mythologie grecque d'hier, et d'être jugé à l'aune de ces dieux.

- Pouvons-nous toujours justifier nos croyances ? Plus de vingt siècles qu'on n'y arrive pas, on se doute un tantinet, amis lecteurs, que je ne vais pas fournir la réponse définitive en deux lignes, si ? D'un autre coté, l'homme est particulièrement doué, non pour justifier à proprement parler, mais pour prétexter, ses actions passées, présentes ou à venir, ne l'oublions pas !

- Nos convictions morales sont-elles fondées sur l’expérience ? Mais à l'inverse qu'est-ce qui ne serait pas basé sur l'expérience ? Si la réponse est négative, alors en appliquant le raisonnement par tiers-exclus, on en déduit qu'inévitablement les constructions morales reposent sur nos expériences proches ou lointaines, directes ou indirectes, ce qui ne voudrait pas dire que le sens moral lui, soit concomitant aux contingences de l'existence, il les précède, comme l'intelligence précède le langage, sinon il nous serait tout bonnement impossible d'apprendre à parler !

- Le désir est-il par nature illimité ? Puisque les manifestations du désir peuvent être des combinaisons d'un nombre incalculable de paramètres, on peut résumé en disant qu'effectivement les désirs sont illimités dans leurs objets, dans leurs buts, en revanche si l'on parle du moteur même désirant, alors ce dernier est unique, il n'y a qu'une seule force qui veut en chaque être, comme il y a corrélativement celle unique qui refuse, qui ne veut pas. Au même titre qu'il n'existe pas différents type de jalousie, mais que celle-ci peut se produire ou s'appliquer à mille et une choses, dont on ne peut pas cerner l'étendue en toute une vie, ni celles de tous les hommes, ce qui qualifie assez bien la notion d'illimité ou d'infinie.

Hier, aux Antilles-Guyane :

- Le désir nous éloigne-t-il du vrai ? Si ce désir est de connaitre le vrai, on peut d'ores et déjà répondre qu'il nous en rapproche, même par tâtonnements, ou par des chemins tortueux, autrement dit de manière asymptotique sur le long terme , nous nous en approchons, ce qui contredit l'énoncé, et à défaut de démonstration parfaitement logique, l'argument est suffisamment fort et robuste, pour venir à bout des esprits les plus retords, qui on le sait, sont des plus nombreux à l'éducation nationale, mais là je m'égare, enfin bref ce n'est pas le sujet, dommage cela dit en passant, parce que là, y'a toute une saga à écrire, m'enfin passons...

- La technique ne sert-elle qu’à nous rendre maîtres de la nature ? Faut croire que non, car à moins que tout soit nature, quand j'écris bleu sur blanc et à qui je m'adresse, par l'intermédiaire de l'outil technique que j'utilise, ou quand j'envoie un SMS à ma copine, c'est juste que ça m'évite de me déplacer et d'aller la voir ou qu'elle me laisse tranquille pour le reste de la soirée, c'est donc par flegmatisme ou pragmatisme, ma fin n'est certainement pas de maitriser la nature présentement, mais de vous clouer le bec, avec vos questions débil**

- L’histoire peut-elle éclairer l’avenir ? Ah mais c'est qu'ils insistent les bougres, elle peut éventuellement l'éclairer, mais c'est pas cet éclairage qui marche et prend le chemin de travers, c'est celui qui tient la lanterne, dit autrement, il éclaire bien là où ça l'arrange !!!

- Être libre, est-ce ne rencontrer aucun obstacle ? Ce n'est plus de la liberté, c'est vivre seul, dans un monde construit de toute pièce, où chaque chose réagit conformément à notre volonté, où tous nos désirs sont exhaussés, si le moindre obstacle disparait, la liberté n'a plus de support sur lequel s'appuyer pour lutter contre ce qui l'entrave, le principe même de tendre vers la liberté, c'est cette lutte contre ce qui l'en empêche, si aucune résistance n'existe, le mouvement de résistance n'existe plus parallèlement, l'un ne va pas sans l'autre, tout comme la police trouve sa raison d'exister pour lutter contre ceux qui ne respecte pas la loi, si chacun respecte scrupuleusement la loi, la police devient parfaitement inutile ainsi que tout le système de justice, rétablir un équilibre, un préjudice n'a de raison d'être que si des injustices sont commises, de même la liberté n'a de raison d'exister que si des obstacles s'immiscent dans la partie, les entraves sont donc une condition sine qua none de l'ontologie de la liberté !

- Le réel se réduit-il à ce que l’on en perçoit ? J'aurais envie de répondre brièvement, est-ce que ce que vous allez percevoir de moi par les écrits reflètera fidèlement ce que je suis ? Intuitivement et par expérience, la réponse est non ! Je pense qu'il n'est pas besoin de poursuivre la réflexion plus avant, puisqu'un seul contre-exemple aura suffit à ruiner une telle hypothèse de départ.

- La politique est-elle l’affaire de tous ? Si comme Aristote le pense, l'homme est un animal politique, alors nécessairement oui. Maintenant, si l'on considère que la politique actuelle est affaire d'une nouvelle forme d'aristocratie, d'une part, nous ne sommes pas/plus également des êtres politiques, mais également survient le désir ne plus s'y intéresser, car ce système régissant la fonctionnement de la société, est perverti jusqu'à la moelle, la politique est donc scinder en deux, ceux qui ont un pouvoir et font en sorte de le maintenir entre les mêmes mains, et ceux qui jouent avec des règles, à un jeu dont ils ne font que participer pour le folklore local, pour la tradition, par habitude, mais les effets attendus de changements sont toujours déçus, c'est devenu une substance vide de contenu pour la plupart des gens en droit d'y participer. Elle devrait l'être en théorie, mais en réalité, concrètement, elle n'est affaire que d'une poignée d'individus, au même titre que l'économie est affaire de tous, mais dont il est aisé de constater que nous n'avons pas les mêmes billes en main pour faire pencher la balance ou agir sur le système fortement inertiel, entre le fait que nous soyons tous concernés en tant qu'acteur et le fait d'avoir un quelconque pouvoir, il y a une incommensurable brèche...

Modifié par deja-utilise

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Théia VIP 11 748 messages
Θεία‚ 124ans
Posté(e)

Et bien, Les pauvres gamins ! Autant de questions à résoudre pendant leur examen, alors que chacune est difficile, ils ne leur font pas de cadeau à nos cerveaux en pleine métamorphose...

Attends, tu es sérieux ? tu ne crois quand même pas qu'ils doivent cogiter sur chacune de ces questions :acute: . Ils ont 4h pour en traiter une au choix. Je ne t'ai pas encore lu mais cette bourde te vaut déjà 3 points de moins sur ta note !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anna Kronisme Membre 2 090 messages
[Sans sous-titre - Version Originale Intraduisible]‚
Posté(e)

En lisant deja-utilise, j'éprouve de l'empathie pour les profs de philo qui s'étayent sur l'alcool pour entretenir leur vocation.

Moi je lui mettrais un zéro pointé ! **Smiley pervers**

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blaquière Membre 5 575 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Y'a un truc qui m'a étonné pour ne pas dire choqué, le jour de l'épreuve. Sur BFMTV, je crois.

"Quand l'épreuve sera finie nous ferons paraître un corrigé sur notre site" (ou un truc du genre.).

Un corrigé !

Comme pour un problème de math !

Les sujets de philo ont leur solution !

C'est vrai que quand on voit les jeunes donner leurs impressions à leur sortie, on peut se dire : mon dieu qu'il sont gamins !

(Je me revois à cet âge et je me demande ce que je pouvais bien penser ! Mais j'avais tendance à me dire -ça je m'en souviens- "étant donné tel sujet, qu'est-ce que je peux vraiment en dire, moi (tout seul).

Le fondement de la philo devrait être d'apprendre à réfléchir soi-même, à sa façon sur un sujet, et pas de sortir LA solution.

C'est l'idéologie dominante de la pensée unique.

Les premiers de la classe doivent régurgiter ce qu'il y a lieu de penser...

Pour tel sujet de philo, il faut penser, ça et ça.

En politique, il faut réformer.

En économie il faut la croissance

Et pendant l'Euro, tout le monde doit s'intéresser au foot.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anna Kronisme Membre 2 090 messages
[Sans sous-titre - Version Originale Intraduisible]‚
Posté(e)

Oui, tu as raison, Blaquière... Ce devrait être une proposition de correction et non pas un corrigé.

La philo devrait être présente dès l'école maternelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
deja-utilise Membre 4 736 messages
If you don't want, you Kant... ‚
Posté(e)

Attends, tu es sérieux ?

Et toi ? :mef2: Une piste: si je te dis que j'ai passé un bac en mon temps, tu crois que ça pourrait t'aider !? :smile2:

N'as-tu pas vu le guet-apens, le traquenard fourbe derrière un simulacre de béotisme et d'autodérision ? :cool:

Mais pour ce qui est de la fessée, y'a qu'à prendre rendez-vous, maitresse...

Modifié par deja-utilise

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Théia VIP 11 748 messages
Θεία‚ 124ans
Posté(e)

Et toi ? :mef2: Une piste: si je te dis que j'ai passé un bac en mon temps, tu crois que ça pourrait t'aider !? :smile2:

Oui mais depuis l'eau a coulé sous les ponts, les neurones se sont atrophiés, des réseaux entiers se sont évaporés, ceci aurait pu expliquer cela ! :D

Mais pour ce qui est de la fessée, y'a qu'à prendre rendez-vous, maitresse...

Je ne pratique qu'en public :hehe:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
deja-utilise Membre 4 736 messages
If you don't want, you Kant... ‚
Posté(e)

En lisant deja-utilise, j'éprouve de l'empathie pour les profs de philo qui s'étayent sur l'alcool pour entretenir leur vocation.

Moi je lui mettrais un zéro pointé ! **Smiley pervers**

Comme Freud qui se goinfrait de barbituriques, la faute n'en revient pas aux patients, mais à ses propres faiblesses !

Qu'est-ce qui justifierait une telle note mon tendre bourreau ? Es-tu insensible à ce point au cri du coeur, la philo se vit avec ses tripes également, et non par régurgitation d'immondices avalées à la hâte, sans prendre le temps de les mâcher, contrevenant ainsi à les digérer convenablement !? :baby:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anna Kronisme Membre 2 090 messages
[Sans sous-titre - Version Originale Intraduisible]‚
Posté(e)

Moi, ce que j'ai pas digéré, c'est les 2h de colle alors que toi, t'as juste eu 3 pts en moins.

La philo, c'est trop injuste !

1.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
deja-utilise Membre 4 736 messages
If you don't want, you Kant... ‚
Posté(e)

Oui mais depuis l'eau a coulé sous les ponts, les neurones se sont atrophiés, des réseaux entiers se sont évaporés, ceci aurait pu expliquer cela ! :D

Un autoportrait, une projection sur bibi !? :sleep:

Je ne pratique qu'en public :hehe:

Ah ben tant pis, comme qui dirait je repars les bras ballants entre les épaules alors... :o°

Moi, ce que j'ai pas digéré, c'est les 2h de colle alors que toi, t'as juste eu 3 pts en moins.

Question de chromosomes qui se suivent sans doute, parce que la maitresse n'a même pas lu le contenu, de son propre aveu !

D'un autre coté, ton jugement est un peu prématuré, dans la mesure où c'était " pour commencer ", alors que ta sentence elle est définitive, le ciel semble toujours plus bleu ailleurs qu'au-dessus de soi, et pourtant...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation