Aller au contenu

La course à la fusion nucléaire


January

Messages recommandés

Modérateur, ©, 105ans Posté(e)
January Modérateur 55 552 messages
105ans‚ ©,
Posté(e)

Le rêve de l’énergie illimitée et propre issue de la fusion nucléaire échappait à l’homme depuis un demi-siècle. Mais des start-up, financées par les plus grands noms de l’économie numérique, la promettent d’ici à dix ans.

New York, 2050. Le plasma d’hydrogène vient de s’enflammer à 150 millions de degrés Celsius. Les atomes d’hydrogène fusionnent et dégagent une immense quantité d’énergie. Le réacteur, qui abrite la réaction thermonucléaire, a la taille d’un conteneur de semi-remorque. Malgré ses dimensions modestes, il alimente près de 150 000 foyers. Plus loin, un réacteur identique pousse un cargo géant de 200 000 tonnes à l’assaut des océans. À quelques centaines de kilomètres dans le ciel, une navette spatiale accélère. Propulsée par la fusion nucléaire, elle rejoindra Mars en à peine un mois. Six fois plus vite que les sondes traditionnelles !

La mise au point, entre 2025 et 2050, d’une multitude de petits réacteurs à fusion nucléaire par des sociétés nord-américaines est une révolution. En reproduisant la réaction qui a lieu au cœur du Soleil, le monde peut désormais produire une grande quantité d’électricité à partir d’un combustible quasi illimité, l’hydrogène, sans engendrer de gaz à effet de serre ni de déchets. De l’autre côté de l’Atlantique, à Cadarache (Bouches-du-Rhône), Iter, avec son gigantesque tokamak, l’installation capable de produire les conditions pour obtenir la fusion, est à l’arrêt. Ce méga-projet, financé par sept pays et l’Union européenne, est entré en service en 2025. Il a réalisé ses premières fusions en 2029, offrant une compréhension inédite de la physique des plasmas à la communauté scientifique. Mais trop coûteux, trop complexe, il n’est jamais devenu le modèle préindustriel escompté.

Science-fiction ? Bien sûr ! Mais ce scénario optimiste nourrit les ambitions d’une nouvelle génération d’entrepreneurs. Dans les années 1950, le monde de la physique promettait la fusion avant l’an 2000… Mais face à un défi technologique immense et à la concurrence de grands projets (comme l’Initiative de défense stratégique, la fameuse Guerre des étoiles lancée par le président Ronald Reagan en 1983, qui a monopolisé beaucoup de cerveaux), la fusion semblait tombée dans les oubliettes de l’histoire.

LE PARI DE LA NOUVELLE ÉCONOMIE

Aujourd’hui, elle renaît de ses cendres, sous l’impulsion de start-up, aux États-Unis et au Canada, qui construisent dans leurs garages les prototypes de futurs réacteurs à fusion. Leurs noms : General Fusion, Helion Energy, Tri Alpha Energy. D’illustres inconnues. Pourtant, avec quelques dizaines de salariés, des budgets de moins de 100 millions de dollars et des petites machines, ces start-up prétendent pouvoir dépasser le réacteur Iter, en cours de construction à Cadarache, avec ses 23 000 tonnes et son budget de 15 milliards d’euros. Mieux ! Là où Iter annonce des premières expérimentations pour 2025-2030, elles prévoient de livrer des réacteurs fonctionnels et commerciaux dès 2025 ! Fol espoir pour certains, arrogance pour d’autres… Sauf qu’en septembre dernier, la société californienne Tri Alpha a bluffé le monde entier. Elle venait de confiner un plasma de 10 millions de degrés Celsius pendant cinq millisecondes dans un réacteur utilisant un champ magnétique inversé, une technologie complètement différente de celle d’Iter.

Suite http://www.usinenouv...cleaire.N378725

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, scientifique, Posté(e)
Répy Membre 20 361 messages
scientifique,
Posté(e)

Contrairement à l'informatique, un "garage " ne suffit pas au début pour fabriquer ces machines !

c'est une fiction écrite par des gens qui ignorent que :

- la fusion thermonucléaire produit des neutrons mortels dont il faut se protéger par de gros blindages

- le dispositif d'allumage est colossal et énergivore. il faut beaucoup de place.

- la chaleur produite ne donne que 1/3 d'énergie utile. la thermodynamique est implacable et rebelle aux "yaka"

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Modérateur, ©, 105ans Posté(e)
January Modérateur 55 552 messages
105ans‚ ©,
Posté(e)

Que penses-tu du MIT répy, qui annonce le développement d'ici à dix ans du réacteur "ARC" en utilisant les nouveaux matériaux supraconducteurs ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 111ans Posté(e)
stvi Membre 20 709 messages
Mentor‚ 111ans‚
Posté(e)

Repy n'a aucune empathie pour toutes les idées qui s'appuient sur la fiction ...

toutes les phrases qui commencent par "que penses tu de...?" vont être automatiquement observées à la loupe de la science et de la technique passée ou actuelle et jamais avec l'optique que les techniques peuvent évoluer ....

comme pour beaucoup de scientifiques il y a quelques années ,les énergies renouvelables étaient une vue de l'esprit ,alors qu'elles représentent maintenant 20% de notre consommation d'énergie ,35% en Allemagne et jusqu'à 55% en Suède ....

pour cette raison les mini réacteurs à fusion nucléaire sont dans la lignée des réalisations qui ont cristallisé les critiquent du monde des scientifiques ...comme la vitesse insensée des trains en 1850 ....

Mais s'il y en a un sur ce forum capable de décortiquer une évolution technique à l'aune de la science actuelle c'est bien Repy ..hi.gif

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Modérateur, ©, 105ans Posté(e)
January Modérateur 55 552 messages
105ans‚ ©,
Posté(e)

La construction d'Iter a pourtant été jugée impossible pendant longtemps ;)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis, 50ans Posté(e)
DroitDeRéponse Membre 80 919 messages
50ans‚ Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis,
Posté(e)

Iter pâtit tout simplement des tensions internationales USA / Russie et du fait que c'est un projet international. Où en est on ?

http://www.franceinfo.fr/emission/ils-ont-fait-l-actu/2014-2015/que-devient-le-projet-iter-23-09-2014-06-23

Dans les faits l'article présente donc les choses de façon biaisée, les US ont un pied des DEUX côtés de l'Atlantique. Si une techno est meilleure qu'une autre et va plus vite je dirai tant mieux !

Iter recrute des posts docs .

http://www.iter.org/fr/accueil

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, scientifique, Posté(e)
Répy Membre 20 361 messages
scientifique,
Posté(e)

Que penses-tu du MIT répy, qui annonce le développement d'ici à dix ans du réacteur "ARC" en utilisant les nouveaux matériaux supraconducteurs ?

----------------------------

je n'ai jamais dit que le MIT et quelques prestigieuses fondations ne s'intéressaient pas à la fusion thermonucléaire.

Aux USA ce genre de pari capitalo-scientifique est courant. Et c'est très bien.

En revanche je ne retire rien de ce que j'ai écrit sur les 3 obstacles à surmonter.

Il est courant de dire que la fusion ne produit pas de déchets. C'est faux ! mais heureusement ils sont moins nombreux et moins dangereux que ceux produits par la fission. Les flux intenses de neutrons produits par la fusion sont captés par les matériaux alentour qui deviennent des isotopes lourds instables et donc radioactifs.

Donc un tel réacteur dans une voiture ou un camion est une vue de l'esprit !

La chaleur dégagée par la fusion sera convertie en électricité soit par effet thermoélectronique direct (rendement 10%) soit par la thermodynamique classique (R 35%)

Que faire de la chaleur inutilisée qu'il faudra bien évacuer ? Là encore le réacteur devra être placé à proximité d'un gros consommateur de chaleur si on ne veut pas chauffer inutilement l'air et l'environnement.

Donc je pense et j'espère que l'on finira par maîtriser cette source d'énergie mais sa miniaturisation évoquée en préambule de ce sujet n'est pas prêt d'aboutir.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Modérateur, ©, 105ans Posté(e)
January Modérateur 55 552 messages
105ans‚ ©,
Posté(e)

Ah mais c'était une vraie question hein :)

Tu sais je m'intéresse au nucléaire depuis très longtemps, seulement voilà, je ne comprends pas toujours tout, alors je pose des questions quand c'est comme ça. Et d'ailleurs je te remercie pour tes explications.

Et ces fameux supraconducteurs (Rebco) qu'en penses-tu ?

L'article le dit que c'est de la science fiction et que c'est loin d'être pour tout de suite !

Il dit aussi ceci, l'article : 10 grammes de deutérium et 15 grammes de tritium, deux isotopes de l’hydrogène, suffisent à alimenter en énergie un habitant d’un pays développé pendant toute sa vie ! Les réserves de deutérium dans l’océan se chiffrent en millions d’années. Quant au tritium, il se forme dans le réacteur à partir de lithium. Un réacteur de 1000 mégawatts (l’équivalent d’une centrale nucléaire française) émettrait pour seul déchet 250 kilogrammes d’hélium par an, un gaz inerte. En cas d’incident, le plasma se disperserait en quelques secondes et le réacteur s’arrêterait, sans autre conséquence.

Ca fait rêver (sauf que 10 et 15 grammes ça me paraît énorme ?) !

Seulement voilà, quand on est limité comme moi, on cherche ce qu'est le deutérium, le tritium, jusque-là ça va. Là où ça se complique et où l'on a besoin d'explications, c'est quand on commence à se poser la question suivante : comment obtient-on (isole-t-on ?) ces deux isotopes ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Linkstory
Invités, Posté(e)
Invité Linkstory
Invité Linkstory Invités 0 message
Posté(e)

On a déjà trop fait de nucléaire, nos parents nous laisse une quantité de déchets qui ne disparaitront qu'avec nous. Une énergie pas chère et inépuisable oui mais alors sans risque ni déchets. Il faut revoir notre politique de consommation énergétique et arrêter de nous mettre en danger pour cela

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Modérateur, ©, 105ans Posté(e)
January Modérateur 55 552 messages
105ans‚ ©,
Posté(e)

Une énergie pas chère et inépuisable oui mais alors sans risque ni déchets.

Il faut chercher pour trouver... Il n'y a rien à faire. Beaucoup de gens se sont mis en danger et en ont mis d'autres en danger pour des découvertes et des évolutions qui, si elles n'étaient pas là aujourd'hui, nous feraient cruellement défaut. C'est ainsi, qu'aujourd'hui on vous dira que telle ou telle chose est formidable, sans danger, etc etc.. Et demain, vous apprendrez que non, que vous vous servez de quelque chose de toxique depuis longtemps.

Mais c'est comme ça, il faut chercher pour trouver, il faut appliquer pour prouver.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 62ans Posté(e)
pila Membre 18 571 messages
Baby Forumeur‚ 62ans‚
Posté(e)
boum.gif
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Modérateur, ©, 105ans Posté(e)
January Modérateur 55 552 messages
105ans‚ ©,
Posté(e)

A

Ca fait rêver (sauf que 10 et 15 grammes ça me paraît énorme ?) !

Seulement voilà, quand on est limité comme moi, on cherche ce qu'est le deutérium, le tritium, jusque-là ça va. Là où ça se complique et où l'on a besoin d'explications, c'est quand on commence à se poser la question suivante : comment obtient-on (isole-t-on ?) ces deux isotopes ?

Et derrière, comment les conserve-t-on, les travaille-t-on ?

Personne pour répondre à ma question ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité au-temps-pour-moi
Invités, Posté(e)
Invité au-temps-pour-moi
Invité au-temps-pour-moi Invités 0 message
Posté(e)

L'énergie quasi illimitée et gratuite, ça se fera un jour.

Dans 10 ans, dans 50 ans... Et quelles en seront les conséquences ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
art-chibald Membre 3 636 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Et derrière, comment les conserve-t-on, les travaille-t-on ?

Personne pour répondre à ma question ?

Tape " fabrication eau lourde" dans google et tu auras l'explication.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, scientifique, Posté(e)
Répy Membre 20 361 messages
scientifique,
Posté(e)

Et derrière, comment les conserve-t-on, les travaille-t-on ?

Personne pour répondre à ma question ?

---------------------------

Si , mais j'ai été absent une partie de la journée

l'hydrogène H est le plus simple de tous les atomes : au centre un proton + et autour un électron-. c'est l'élément chimique le plus abondant de l'univers.

Le deutérium D est de l'hydrogène "lourd" . Au centre il y a un proton et un neutron cette variété d'hydrogène est beaucoup moins abondante que H et il a une masse double de H.

le tritium T contient au centre 1 proton et 2 neutrons. Il est très légèrement radioactif n'est pas présent dans la nature.

Dans les étoiles, la fusion de noyaux légers comme H et D produit de l'hélium He (2 protons et 2 neutrons sauf qu'il faut une température de près de 100 millions de degrés. on parle de fusion thermonucléaire. Donc 4 H qui fusionnent donnent He + énergie

Cette énergie provient de la perte de masse car 4 H est plus lourd que He selon E= mc².

Mais sur Terre pas facile d'avoir 100 millions de degrés. 10 millions serait le minimum si on utilise un autre mélange de départ : D + T ainsi

1 deutérium fusionnant avec 1 tritium donne 1 hélium + 1 neutron + énergie

C'est ce qui se passe dans la bombe H dont l'allumette est une bombe A à fission de plutonium (Hiroshima)

Comme on le voit la fusion dégage de l'énergie de chaleur mais aussi des neutrons mortels . pour arrêter certainement les neutrons il faut mettre un blindage d'eau de plus de 8 m d'épaisseur ou bien 40 cm de plomb.

je vois mal comment on pourra miniaturiser ces réacteurs si on arrive a les maîtriser.

Donc Stvi qui me raille à plaisir semble ignorer les neutrons et leurs dangers !

Le deutérium est présent dans l'eau puisque l'eau lourde est de formule D²O alors que l'eau ordinaire est H²O.

Le tritium doit être fabriqué par des réactions nucléaires annexes comme Li + neutron....

voilà un début d'explications

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
art-chibald Membre 3 636 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

---------------------------

Si , mais j'ai été absent une partie de la journée

l'hydrogène H est le plus simple de tous les atomes : au centre un proton + et autour un électron-. c'est l'élément chimique le plus abondant de l'univers.

Le deutérium D est de l'hydrogène "lourd" . Au centre il y a un proton et un neutron cette variété d'hydrogène est beaucoup moins abondante que H et il a une masse double de H.

le tritium T contient au centre 1 proton et 2 neutrons. Il est très légèrement radioactif n'est pas présent dans la nature.

Dans les étoiles, la fusion de noyaux légers comme H et D produit de l'hélium He (2 protons et 2 neutrons sauf qu'il faut une température de près de 100 millions de degrés. on parle de fusion thermonucléaire. Donc 4 H qui fusionnent donnent He + énergie

Cette énergie provient de la perte de masse car 4 H est plus lourd que He selon E= mc².

Mais sur Terre pas facile d'avoir 100 millions de degrés. 10 millions serait le minimum si on utilise un autre mélange de départ : D + T ainsi

1 deutérium fusionnant avec 1 tritium donne 1 hélium + 1 neutron + énergie

C'est ce qui se passe dans la bombe H dont l'allumette est une bombe A à fission de plutonium (Hiroshima)

Comme on le voit la fusion dégage de l'énergie de chaleur mais aussi des neutrons mortels . pour arrêter certainement les neutrons il faut mettre un blindage d'eau de plus de 8 m d'épaisseur ou bien 40 cm de plomb.

je vois mal comment on pourra miniaturiser ces réacteurs si on arrive a les maîtriser.

Donc Stvi qui me raille à plaisir semble ignorer les neutrons et leurs dangers !

Le deutérium est présent dans l'eau puisque l'eau lourde est de formule D²O alors que l'eau ordinaire est H²O.

Le tritium doit être fabriqué par des réactions nucléaires annexes comme Li + neutron....

voilà un début d'explications

Et pédagogue en plus :plus:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 111ans Posté(e)
stvi Membre 20 709 messages
Mentor‚ 111ans‚
Posté(e)

---------------------------

Si , mais j'ai été absent une partie de la journée

l'hydrogène H est le plus simple de tous les atomes : au centre un proton + et autour un électron-. c'est l'élément chimique le plus abondant de l'univers.

Le deutérium D est de l'hydrogène "lourd" . Au centre il y a un proton et un neutron cette variété d'hydrogène est beaucoup moins abondante que H et il a une masse double de H.

le tritium T contient au centre 1 proton et 2 neutrons. Il est très légèrement radioactif n'est pas présent dans la nature.

Dans les étoiles, la fusion de noyaux légers comme H et D produit de l'hélium He (2 protons et 2 neutrons sauf qu'il faut une température de près de 100 millions de degrés. on parle de fusion thermonucléaire. Donc 4 H qui fusionnent donnent He + énergie

Cette énergie provient de la perte de masse car 4 H est plus lourd que He selon E= mc².

Mais sur Terre pas facile d'avoir 100 millions de degrés. 10 millions serait le minimum si on utilise un autre mélange de départ : D + T ainsi

1 deutérium fusionnant avec 1 tritium donne 1 hélium + 1 neutron + énergie

C'est ce qui se passe dans la bombe H dont l'allumette est une bombe A à fission de plutonium (Hiroshima)

Comme on le voit la fusion dégage de l'énergie de chaleur mais aussi des neutrons mortels . pour arrêter certainement les neutrons il faut mettre un blindage d'eau de plus de 8 m d'épaisseur ou bien 40 cm de plomb.

je vois mal comment on pourra miniaturiser ces réacteurs si on arrive a les maîtriser.

Donc Stvi qui me raille à plaisir semble ignorer les neutrons et leurs dangers !

Le deutérium est présent dans l'eau puisque l'eau lourde est de formule D²O alors que l'eau ordinaire est H²O.

Le tritium doit être fabriqué par des réactions nucléaires annexes comme Li + neutron....

voilà un début d'explications

loin de moi ,la simple idée de te railler ...j'ai beaucoup trop de respect pour ton savoir ...cependant il faut bien reconnaître que tu ne peux pas tout posséder sur tous les domaines par exemple ce mur d'eau de 8m peut être considérablement réduit si on y incorpore du brome ...... et puis un accident sur ce type de réacteur serait bénin ,et n'impacterait qu'un nombre réduit de personnes

CA2548139A1

Numéro de publicationEP1729307 B1Type de publicationOctroiNuméro de demandeEP20060252743Date de publication18 juin 2014Date de dépôt26 mai 2006Date de priorité26 mai 2005Autre référence de publicationCA2548139A1, 4 autre(s) »InventeursSteven G. CaldwellDéposantKennametal Inc.Exporter la citationBiBTeX, EndNote, RefManClassifications (9), Événements juridiques (16)Liens externes: Espacenet, Registre européen des brevets

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, scientifique, Posté(e)
Répy Membre 20 361 messages
scientifique,
Posté(e)

loin de moi ,la simple idée de te railler ...j'ai beaucoup trop de respect pour ton savoir ...cependant il faut bien reconnaître que tu ne peux pas tout posséder sur tous les domaines par exemple ce mur d'eau de 8m peut être considérablement réduit si on y incorpore du brome ...... et puis un accident sur ce type de réacteur serait bénin ,et n'impacterait qu'un nombre réduit de personnes

---------------------

au lieu du brome qui est un élément chimique agressif comme le chlore, je pense que c'est le bore que l'on utilise déjà dans l'industrie nucléaire. Le bore est l'un des multiples composants des barres que l'on plonge dans le coeur des réacteurs nucléaires actuels soit pour en arrêter le fonctionnement soit pour en moduler la puissance.

Cependant il te manque encore une info : dans les réacteurs à fission, il suffit de capter un excédent de neutrons de l'ordre du 1/10 pour que la réaction de fission s'arrête. Dans un réacteur à fusion chaque fusion libère 1 neutron. Compte tenu du vide qui règne, ce neutron va sortir obligatoirement alors que dans le réacteur à fission les neutrons produits vont soit déclencher une autre fission soit (pour les plus nombreux) être absorbé par la matière présente et en particulier fabriquer du plutonium à parti de l'uranium 238.

Non les neutrons de la fusion ne sont pas une plaisanterie facile à contourner d'un revers de main, avec un grand Yaka de bore !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Modérateur, ©, 105ans Posté(e)
January Modérateur 55 552 messages
105ans‚ ©,
Posté(e)

---------------------------

Si , mais j'ai été absent une partie de la journée

l'hydrogène H est le plus simple de tous les atomes : au centre un proton + et autour un électron-. c'est l'élément chimique le plus abondant de l'univers.

Le deutérium D est de l'hydrogène "lourd" . Au centre il y a un proton et un neutron cette variété d'hydrogène est beaucoup moins abondante que H et il a une masse double de H.

le tritium T contient au centre 1 proton et 2 neutrons. Il est très légèrement radioactif n'est pas présent dans la nature.

Dans les étoiles, la fusion de noyaux légers comme H et D produit de l'hélium He (2 protons et 2 neutrons sauf qu'il faut une température de près de 100 millions de degrés. on parle de fusion thermonucléaire. Donc 4 H qui fusionnent donnent He + énergie

Cette énergie provient de la perte de masse car 4 H est plus lourd que He selon E= mc².

Mais sur Terre pas facile d'avoir 100 millions de degrés. 10 millions serait le minimum si on utilise un autre mélange de départ : D + T ainsi

1 deutérium fusionnant avec 1 tritium donne 1 hélium + 1 neutron + énergie

C'est ce qui se passe dans la bombe H dont l'allumette est une bombe A à fission de plutonium (Hiroshima)

Comme on le voit la fusion dégage de l'énergie de chaleur mais aussi des neutrons mortels . pour arrêter certainement les neutrons il faut mettre un blindage d'eau de plus de 8 m d'épaisseur ou bien 40 cm de plomb.

je vois mal comment on pourra miniaturiser ces réacteurs si on arrive a les maîtriser.

Donc Stvi qui me raille à plaisir semble ignorer les neutrons et leurs dangers !

Le deutérium est présent dans l'eau puisque l'eau lourde est de formule D²O alors que l'eau ordinaire est H²O.

Le tritium doit être fabriqué par des réactions nucléaires annexes comme Li + neutron....

voilà un début d'explications

Merci beaucoup Répy, un plaisir de discuter avec toi :)

Prendre le temps comme toi de me répondre avec une explication aussi limpide, c'est inestimable ! Merci encore.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, scientifique, Posté(e)
Répy Membre 20 361 messages
scientifique,
Posté(e)

...cependant il faut bien reconnaître que tu ne peux pas tout posséder sur tous les domaines par exemple ce mur d'eau de 8m peut être considérablement réduit si on y incorpore du brome ...... et puis un accident sur ce type de réacteur serait bénin ,et n'impacterait qu'un nombre réduit de personnes

------------------------

suite de la réponse à Stvi.

Quelle serait la quantité de bore nécessaire pour arrêter tous les neutrons produits par la fusion ?

La fusion a pour équation que D + T -> He + n

en raisonnant par masse atomique cela donne 2 + 3 -> 4 + 1

Le bore a 2 isotopes stables 10 et 11 dont les proportions dépendent du minerai originel

Chaque bore capte un seul neutron. Donc à chaque fusion pour absorber le neutron produit il faut disposer de 10 ou 11 g de bore. Si ce bore est en solution dans l'eau sous une forme chimique comme le borax alors on aura vite atteint la limite de solubilité.

de plus le bore à 3 neutrons est radioactif. Que va-t-on en faire ? voilà un nouveau déchet :

Donc ajouter du bore pour absorber les neutrons et diminuer le volume de l'enceinte de protection anti neutrons ne fait que déplacer le problème. Conclusion la miniaturisation d'un réacteur à fusion est impossible ! Donc adieu, voitures camions avions avec cette énergie en mode direct.

Autre argument en faveur des centrales à fusion de taille ..industrielle.

On n'a pas encore parlé des conditions d'allumage de la réaction !

il faut atteindre 10 millions de degrés dans un mélange de deutérium et de tritium.

cette température n'est atteinte que par deux procédés : un courant électrique intense ou un flash laser

- le courant intense ( des millions d'ampères) fait fondre les conducteurs. il faut donc utiliser la supraconduction qui exige des températures de -250°C dans certains métaux. Miniaturiser une telle installation est impossible donc adieu la "fusion de poche" !

- le flash laser provient de lasers de plusieurs tonnes groupés par dizaines et tirent ensemble sur une cible contenant D+T : adieu encore la "fusion de poche"

Enfin dernier argument économique sur la taille du réacteur :

au-dessous d'une certaine taille la réaction ne peut pas démarrer.

à la bonne taille ça va mais ce n'est pas rentable : gain = dépense

Il faut donc monter en taille pour qu'il y ait un gain supérieur à la dépense. Donc la fusion tout comme la fission exigent des installations de très grande taille.

Je ne suis absolument pas contre les recherche d'énergies nouvelles mais il y a un abîme entre les écrits de vulgarisation et les réalisation possibles et rentables.

Les littéraires ne sont pas des scientifiques

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×