Aller au contenu

Pôle chef ou comment mépriser une profession


Invité Vilaine

Messages recommandés

Invité Vilaine
Invités, Posté(e)
Invité Vilaine
Invité Vilaine Invités 0 message
Posté(e)

Le secteur de l’hôtellerie-restauration recrute, mais peine cruellement à pourvoir ses postes. Face à ce constat, Pôle emploi Languedoc-Roussillon s’est inspiré des émissions de téléréalité culinaires pour lancer « Pôle chef », une opération créée l’an dernier et reconduite cette année.

L’ambition du programme : « valoriser ces postes et faire émerger, chez les demandeurs d’emploi, des vocations dans les métiers de la cuisine », explique à La Dépêche du Midi Hervé Lantelme, directeur d’une antenne locale de Pôle emploi.

Cinq candidats aux fourneaux de la Maison du cassoulet

Des candidats souhaitant tenter une expérience dans l’univers de la cuisine professionnelle ont ainsi été recrutés, et cinq d’entre eux se sont retrouvés aux fourneaux de la Maison du cassoulet et de l’Hôtel du Centre et du Lauragais, où ils avaient à préparer trois assiettes, dont un plat de poisson à partir de cabillaud. La lauréate de cette édition, Mouna Boumaïz, a été informée du concours par voie d’affichage puis est venue se renseigner auprès de sa conseillère.

« Mon objectif, c’est avant tout un emploi. En cuisine ou ailleurs, je veux un emploi stable. Je me suis inscrite à ce concours mais viens d’un autre secteur (la petite enfance) », s’est-elle confiée au quotidien local. « Cela ne veut pas dire que les candidats vont forcément travailler dans ce secteur, mais certains peuvent programmer une formation, un stage et bénéficier d’un accompagnement de Pôle emploi ou bien tester un contrat saisonnier et pourquoi pas envisager une carrière professionnelle », conclut Hervé Lantelme.

Source: http://www.20minutes.fr/economie/1617163-20150528-pole-emploi-concours-facon-top-chef-recruter-restauration

Cet article soulève plusieurs questions...Où sont donc les cuisiniers, les bons? A-ton vraiment besoin de créer une certaine émulation pour faire émerger des nouveaux talents, des nouvelles passions? Est-ce que concours n'est pas une énième façon de mépriser la profession? Assiste-t-on à une popularisation de la profession, laissant croire que le métier de cuisiner être pratiqué par n'importe qui, du moment qu'il a deux mains (et encore, un candidat de top chef n'avait qu'un moignon)? Est-ce un métier de "passions" ou juste un métier "alimentaire" permettant simplement d'assurer une stabilité professionnelle comme le souligne bien la lauréate?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, Esprit de contradiction, 45ans Posté(e)
Savonarol Membre 10 346 messages
45ans‚ Esprit de contradiction,
Posté(e)

Disons que c'est une profession dans laquelle il y a si peu de chômage qu'ils tentent de trouver des trucs pour la rendre populaire.

Comme aujourd'hui c'est la télé qui donne le la, les employeurs de cuisiniers espère que les cuisiniers chômeurs auront envie de passer de devant leur poste, le cul dans leur fauteuil, à derrière les fourneaux.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 111ans Posté(e)
stvi Membre 20 709 messages
Mentor‚ 111ans‚
Posté(e)

que ce soit cuisinier ,coiffeur..il suffit d'avoir les fonds pour acheter un établissement ,embaucher un CAP et "vogue galère " on a le droit de faire de la bouffe ,ou de cramer les cheveux d'une cliente ....

N'importe quel salarié présent dans l'entreprise et titulaire du BP suffit désormais pour respecter la condition de qualification alors qu'auparavant, la présence du collaborateur personne qualifiée (avec mention dans le contrat de travail) ou celle du chef d'entreprise était exigée.

Alors, dévaloriser une profession en y faisant travailler n'importe qui ,ce n'est pas nouveau ...

Il n'y a que 8 métiers qui nécessitent que ce soit un diplômé qui effectue lui même les opérations de maintenance ou de soins ...

  • l'entretien et la réparation des véhicules et des machines ;
  • la construction, l'entretien et la réparation des bâtiments ;
  • la mise en place, l'entretien et la réparation des réseaux et des équipements utilisant les fluides, ainsi que des matériels et équipements destinés à l'alimentation en gaz, au chauffage des immeubles et aux installations électriques ;
  • le ramonage ;
  • l'activité de maréchal-ferrant ;
  • les soins esthétiques à la personne autres que médicaux et paramédicaux et les modelages esthétiques de confort sans finalité médicale ;
  • la réalisation de prothèses dentaires ;
  • la préparation ou la fabrication de produits frais de boulangerie, pâtisserie, boucherie, charcuterie et poissonnerie, ainsi que la préparation ou la fabrication de glaces alimentaires artisanales.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Raph01 Membre 314 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Certains diront que ça occupe les chômeurs. Non mais sérieux c'est quoi cette connerie ?

Une personne qui recherche activement un emploi a autre chose à foutre que de préparer un cassoulet afin de quémander une formation. Je reste dubitatif. C'est quoi la prochaine étape ? Un CAF Express pour que les bénéficiaires du RSA apprennent à vivre et à squatter avec moins d'un euro par jour ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Raven, 40ans Posté(e)
Mak Marceau Membre 5 456 messages
40ans‚ Raven,
Posté(e)

Source: http://www.20minutes.fr/economie/1617163-20150528-pole-emploi-concours-facon-top-chef-recruter-restauration

Cet article soulève plusieurs questions...Où sont donc les cuisiniers, les bons? A-ton vraiment besoin de créer une certaine émulation pour faire émerger des nouveaux talents, des nouvelles passions? Est-ce que concours n'est pas une énième façon de mépriser la profession? Assiste-t-on à une popularisation de la profession, laissant croire que le métier de cuisiner être pratiqué par n'importe qui, du moment qu'il a deux mains (et encore, un candidat de top chef n'avait qu'un moignon)? Est-ce un métier de "passions" ou juste un métier "alimentaire" permettant simplement d'assurer une stabilité professionnelle comme le souligne bien la lauréate?

Quand je vois tout les cons de ce monde, je me dis que ça pourrait être une belle tentative mais on sais même si on va savoir que ça marche.

Pour ce qui est du métier de cuisinier, je crois bien que tout le monde peut le devenir avec un cours et formation. Et la grande ligne pour commencer est: Le temps de cuisson à la minutes et donc compter, pas aléatoire comme mes super parents.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Esprit de contradiction, 45ans Posté(e)
Savonarol Membre 10 346 messages
45ans‚ Esprit de contradiction,
Posté(e)

Quand je vois tout les cons de ce monde, je me dis que ça pourrait être une belle tentative mais on sais même si on va savoir que ça marche.

Pour ce qui est du métier de cuisinier, je crois bien que tout le monde peut le devenir avec un cours et formation. Et la grande ligne pour commencer est: Le temps de cuisson à la minutes et donc compter, pas aléatoire comme mes super parents.

Oui c'est vrai qu'à moins de viser les étoiles michelin, c'est pas vraiment un métier qui demande un intellect de limier. Mon arrière-arrière grand-mère était cuisinière pour la cour de Napoléon III (véridique) et elle n'avait bien évidement jamais appris le métier autrement qu'en devant se mettre aux fourneaux pour faire à manger à sa famille.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Raven, 40ans Posté(e)
Mak Marceau Membre 5 456 messages
40ans‚ Raven,
Posté(e)

Oui c'est vrai qu'à moins de viser les étoiles michelin, c'est pas vraiment un métier qui demande un intellect de limier. Mon arrière-arrière grand-mère était cuisinière pour la cour de Napoléon III (véridique) et elle n'avait bien évidement jamais appris le métier autrement qu'en devant se mettre aux fourneaux pour faire à manger à sa famille.

Mais même pour les étoiles michelin. Je dis que c'est une connaissance et expérience qui peut être donner à n'importe qui. Il est vraie que ceux qui ont fait ces menus et qui on acquis cette connaissance et expérience dans les grande étoiles sont plus doués. Et aussi il faut dire que pour des nouveaux plats de haute qualité, il faudrait possiblement être plus brillant et de la chance peut être aussi.

En passant, j'ai 33 ans et je sais même pas si il y en a des plus brillant que d'autres(Sauf moi et encore là, je me pose question). J'attends toujours la science là dessus et pour le moment j'ai que des test de QI plustot vague en arguments. Par contre j'admets qu'il y a des état mental et que l'age est le facteur numéro un.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 64ans Posté(e)
lactance77 Membre 1 580 messages
Baby Forumeur‚ 64ans‚
Posté(e)

Source: http://www.20minutes.fr/economie/1617163-20150528-pole-emploi-concours-facon-top-chef-recruter-restauration

Cet article soulève plusieurs questions...Où sont donc les cuisiniers, les bons? A-ton vraiment besoin de créer une certaine émulation pour faire émerger des nouveaux talents, des nouvelles passions? Est-ce que concours n'est pas une énième façon de mépriser la profession? Assiste-t-on à une popularisation de la profession, laissant croire que le métier de cuisiner être pratiqué par n'importe qui, du moment qu'il a deux mains (et encore, un candidat de top chef n'avait qu'un moignon)? Est-ce un métier de "passions" ou juste un métier "alimentaire" permettant simplement d'assurer une stabilité professionnelle comme le souligne bien la lauréate?

l'hôtellerie pour les salariés c'est le bagne tout simplement...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Vilaine
Invités, Posté(e)
Invité Vilaine
Invité Vilaine Invités 0 message
Posté(e)

Une personne qui recherche activement un emploi a autre chose à foutre que de préparer un cassoulet afin de quémander une formation.

Oui, il est trop occupé à faire la queue au supermarché pour s'approvisionner en chips et en pack de bières. Plus sérieusement, je pense qu'il y a une certaine oisiveté chez eux qui pourrait être solutionnée par ce genre de concours, ne serait-ce que pour renforcer leur mental et les pousser à se dépasser.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Raph01 Membre 314 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Oui, il est trop occupé à faire la queue au supermarché pour s'approvisionner en chips et en pack de bières. Plus sérieusement, je pense qu'il y a une certaine oisiveté chez eux qui pourrait être solutionnée par ce genre de concours, ne serait-ce que pour renforcer leur mental et les pousser à se dépasser.

Franchement, si durant ma période d'inactivité de 3 mois, l'ANPE m'avait proposé un concours de cassoulet je ne sais vraiment pas comment je l'aurai pris....Et j'étais bien trop occupé à retrouver une activité.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 56ans Posté(e)
essayeur Membre 3 422 messages
Baby Forumeur‚ 56ans‚
Posté(e)

Il y a 7 ans, quand je suis arrivé à Marseille, j'en avais assez de l'informatique et voyant les émissions gente "top chef", je me suis dit, tiens, si je passais un CAP, ensuite j'ouvrirais mon restaurant avec ma compagne au Vietnam... J'avais déjà 41 ans.

J'ai passé eu obtenu ce CAP sans problème notable, il y avait d'ailleurs de nombreux candidats comme moi, issus d'autres professions, qui voulaient faire cette expérience.

Seulement déjà pendant les deux périodes d'application en entreprise j'ai déchanté : les patrons n'ont fait aucune école de cuisine, ce sont des gestionnaires, si bien qu'ils n'ont pas appris les bases que nous apprenons en CAP : quand il y a trop de monde, on prévient poliment les clients qu'il va y avoir un peu d'attente, on respecte aussi des règles d'hygiène strictes, le HACCP.

Bref en résumé : j'ai été confronté à une profession épouvantable, inhumaine, jamais plus jamais et si j'ouvre un restaurant, je ne me comporterai sans doute pas ainsi avec mon personnel.

Ce n'est pas pour rien si tu ne trouves plus personne. C'est dégradant. Tu fais 70 heures par semaine et tu te fais insulter par les clients pressés, ou par le fils du patron quand il est bourré et qu'il vient passer ses nerfs sur les employés de papa. En plus tous les patrons trichent, ile ne te déclarent pas à 70 heures et les heures sup ne te sont pas payées comme heures supplémentaires.

C'est la Jungle mais c'est aussi la faute de l'état qui doit revoir les conditions de travail dans ce métier particulier, ainsi que les conditions d'imposition, car un restaurant coûte énormément. Les restaurateurs dès qu'il n'y a pas de client ça signifie : bouffe achetée qu'on doit jeter. C'est très stressant et les lois françaises avec leurs charges fixes et énormes, sont inadaptées à la comptabilité d'un restaurant.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines après...
Membre, Greuh, 41ans Posté(e)
The_Dalek Membre 21 012 messages
41ans‚ Greuh,
Posté(e)

J'adore voir les gens qui n'ont jamais fait autre chose dans un restau que foutre les pieds sous la table pontifier sur la cuisine professionnelle, franchement vous n'êtes au courant que de ce que la télé vous dit et c'est au mieux pitoyable

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×