L'homosexualité et l'adoption

Pour ou contre autoriser l'adoption pour les homosexuels ?   139 membres ont voté

  1. 1. Pour ou contre autoriser l'adoption pour les homosexuels ?

    • Pour
      74
    • Contre
      54
    • Sans avis
      11

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour voter dans ce sondage.

Kusana Membre 1 126 messages
Forumeur alchimiste‚ 33ans
Posté(e)
C'est expliqué en trois pages, mais pour simplifier en une phrase, je dirais que l'adoption existe pour offrir la possibilité à un orphelin d'avoir des parents équivalents à ses parents biologiques. On a tendance à l'oublier.

Oui mais cela change quoi qu'ils soient différents de lui? Quand un enfant de Haiti est élevé par un couple français, ils n'ont rien en commun avec ses parents d'origines à l'exception du fait que c'est un homme et une femme mais vu que cela ne change en rien l'éducation qu'il aura et la vision du monde qui en découle, qu'est ce que ça change?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
C'est faux. Ce n'est pas l'avis d'une psychanalyste, c'est la thèse de l'inventeur de la psychanalyse j'ai nommé Freud.

Freud a peut-être donné son avis là dessus, mais il n'avait fait aucune étude sur la question (ce n'était pas possible à l'époque). C'était donc une simple hypothèse, une piste pour des recherches futures. En aucun cas l'intuition de Freud ne peut être comparée à une étude sérieuse.

Aujourd'hui, il a été possible de faire des études dessus, et toutes les études vont dans le même sens : les enfants élevés dans des familles homoparentale se portent aussi bien que ceux élevés dans des familles hétéroparentale.

Aussi c'est un dénigrement gratuit et infondé que de prétendre de Claude Halmos qu'elle n'a pas étudié le sujet.

Si jamais elle a étudié le sujet, dans quelle revues scientifiques ont été publié ses résultats ? :cray:

Claude Halmos est peut-être compétente dans son domaine, mais son domaine n'est pas l'homoparentalité. Parmi tous les ouvrage qu'elle a publié, il n'y a aucune étude sur la question des parents homosexuels.

C'est tout le contraire des chercheurs que j'ai cité, qui ont publié une synthèse des résultats sur l'homoparentalité.

Cette synthèse s'appelle "Homoparentalités, état des lieux"

1540.jpg

On en revient au même problème : Que croire ?

  • L'avis d'une psychanalyste qui n'a pas étudié la question, qui n'a pas fait de recherches sur l'homoparentalité ?
  • La synthèse faite par plusieurs chercheurs reconnus, dont certains du CNRS, qui portent sur des études de cas, des études de la réalité du terrain ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Napo Membre 2 346 messages
Forumeur patriote‚
Posté(e)
Oui mais cela change quoi qu'ils soient différents de lui? Quand un enfant de Haiti est élevé par un couple français, ils n'ont rien en commun avec ses parents d'origines à l'exception du fait que c'est un homme et une femme mais vu que cela ne change en rien l'éducation qu'il aura et la vision du monde qui en découle, qu'est ce que ça change?

Un homme et une femme ne sont pas deux hommes ni deux femmes. Soit on nie la différenciation des sexes, soit on ne la nie pas.

L'équivalent des parents biologiques d'un orphelin sont un père qui soit homme et une mère qui soit femme.

Freud a peut-être donné son avis là dessus, mais il n'avait fait aucune étude sur la question (ce n'était pas possible à l'époque).

C'est faux encore une fois. Freud et beaucoup depuis ont mené des études psychanalystes sur le sujet, dans leur domaine, qui sont des études complexes ne prétendant pas détenir LA vérité, mais qui sont respectables.

Aujourd'hui, il a été possible de faire des études dessus, et toutes les études vont dans le même sens : les enfants élevés dans des familles homoparentale se portent aussi bien que ceux élevés dans des familles hétéroparentale.

J'ai même lu une étude qui affirmait que les homosexuels étaient de meilleurs parents, leurs enfants plus épanouies que les autres.

Quand la science a commencé à s'intéresser à la théorie de l'évolution et aux races, elle a conclu presque unanimement et durant des siècles que la race noire était inférieur à la race blanche. Permet moi donc de prendre un peu de recule et de ne pas adhérer aveuglement aux sujet que la science commence à prendre. Il n'y a pas si longtemps que ça la science ¿ qui est très influencée par les idéologies de son temps ¿ nous pondaient des études tout aussi sérieuses pour démontrer que l'homosexualité était une maladie mentale. Ce que n'a jamais fait la psychanalyse.

Encore une fois ma position est celle de la prudence. Tant qu'aucun domaine de compétence ne définit clairement l'homosexualité (que ce soit un défaut dans la construction psychique durant l'enfance ou une alternative sexuel inévitable) et tant que nous avons une liste aussi longue de couples hétéros voulant adopter, j'opte pour que la base adoptive reste le couple hétérosexuel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Freud c'est fin XIXe-début XXe et la psychanalyse ce serait 1896. A l'époque les couples homosexuels élevant un enfant devaient être rarissimes. J'ai donc peine à croire que freud ait étudié la parentalité pour affirmer qu'il fallait nécessairement un homme et une femme.

Cela dit, si tu peux nous citer dans quel ouvrage il le dit, ce sera volontiers que je te présenterai mes excuses.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
(...)Je crois comprendre que certains défendent le fait que d'adopter un enfant est un droit et que de l'empêcher pour un couple homosexuel est discriminatoire.

Ce n'est pas exactement cela. L'adoption n'est pas un droit inaliénable puisqu'on peut se la voir refuser. Seulement, introduire un critère discriminant d'office pour un motif discuté (et abolissant de plus tous les autres critères) bafoue le droit de postuler à l'adoption, ou oblige à procéder par contournement (adoption célibataire) loin d'être une solution optimale.

C'est la blague du jour ! sans parler de l'idéologie dominante ici même qui n'est clairement pas la mienne, celle des médias et assoc qui forment le politiquement correct médiatique est nettement d'idéologie "progressiste", pro-homo et tout ce que ça comporte.

étre pour l'abolition d'un critère discriminatoire n'est pas être pro-homo. Et les discours médiatiques prennent peut-être de la place dans le champ public, ils ne reflètent pas forcément la pensée majoritaire qui est "normal = hétéro".

On peut être contre ma position et mes arguments, mais dire que je n'argumente pas ma position est d'une malhonnêteté rare.

C'était pour t'inciter à balancer ce qui amène ta position. :cray:

====

Je n'apporte pas plus d'importance à ta précoce étude subjective que tu n'en apporte aux études psychanalystes.

Ma position n'est pas celle de l'affirmation à définir l'homosexualité et l'homoparentalité, contrairement à toi. Ma position est celle de la prudence.

Si vos analystes sont en contradiction, cela implique que l'homoparentalité présente plusieurs facettes... et que DONC d'autres facteurs l'influenceraient en bien ou en mal. Cela, toute prudence gardée, est donc un argument de poids pour ne plus exclure l'homoparentalité mais l'insérer dans le processus d'adoption comme une variation et non un handicap systématique.

Aussi un homme et une femme font un enfant, un homme et une femme élèvent un enfant ; pourquoi devrait-on bouleverser cette logique fondamentale (c'est déjà le cas) ?

La vie modifie d'elle-même cette organisation. Le couple n'est qu'une convention sociale, administrative, qui est modulée sans cesse (famille recomposée, monoparentale, adoptants, tribus...)

Les familles monoparentales aussi existent déjà, et sachant que tu nies le fait que l'absence du père dans une famille monoparentale puisse être un problème, il est vain de te faire comprendre que l'homoparentalité puisse en être un.

L'absence d'un père (ou mère) n'est pas comparable à une situation homoparentale.

Dans l'absence d'un des membres du couple, c'est avant tout des critères financiers, de temps de présence, de partage des taches, de confort de vie, de stimulations, de mutualisation, de la discussion, etc... qui entrent en jeu. Il s'agit de la dynamique de couple en elle-même. Un célibataire homo entre exactement dans le même cas.

Le couple en lui-même, homo ou hétéro, offre plus de garanties sur tous les plans.

Un homme et une femme ne sont pas deux hommes ni deux femmes. Soit on nie la différenciation des sexes, soit on ne la nie pas.

L'équivalent des parents biologiques d'un orphelin sont un père qui soit homme et une mère qui soit femme.

Les enfants évoluent-ils coupés de la société et soumis à leurs seuls parents ? Non. Les modèles, on s'en fait également hors de la cellule familiale, en contradiction souvent.

C'est le rejet de l'homosexualité (et non les doutes qui entourent le sujet) qui marginalise l'homoparentalité. Ce qui prime, c'est "parentalité" d'ailleurs. A supposer que le couple homo présente une carence, un membre du sexe opposé dans l'entourage du couple peut présenter une garantie suffisante (comme parrain ou marraine).

Bref, ce modèle ne peut être exclus et un consensus doit être trouvé, pour le devenir des enfants JUSTEMENT, puisque sinon, c'est l'entourloupe de l'adoption homo déguisée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Napo Membre 2 346 messages
Forumeur patriote‚
Posté(e)
Freud c'est fin XIXe-début XXe et la psychanalyse ce serait 1896. A l'époque les couples homosexuels élevant un enfant devaient être rarissimes.

Détrompe toi, l'homoparentalité existe depuis toujours, de manière officieuse et marginale, mais depuis toujours. Il y en a même des célèbres comme le frère de Louis XIV et d'autres encore.

Cela dit, si tu peux nous citer dans quel ouvrage il le dit, ce sera volontiers que je te présenterai mes excuses.

Trois essais sur la théorie sexuelle.

Et les discours médiatiques prennent peut-être de la place dans le champ public, ils ne reflètent pas forcément la pensée majoritaire qui est "normal = hétéro".

Quand tu parles de pensée majoritaire tu fais référence à l'opinion publique ? il faudrait un référendum pour savoir ce qu'en pense les Français, mais les derniers sondages les donnent favorable à la question il me semble.

Les enfants évoluent-ils coupés de la société et soumis à leurs seuls parents ? Non. Les modèles, on s'en fait également hors de la cellule familiale, en contradiction souvent.

L'enfant se construit consciemment et inconsciemment avec l'image de ses parents et la relation qu'ils entretiennent. Je pense que les figures extérieurs sont des influences qui jouent sur la construction du gamin au moment de l'adolescence où il cherche à s'émanciper de ses parents.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Android Membre 910 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)
Je n'ai aucun avis sur oui ou non autoriser les gens homosexuels à adopter un enfant.

Il y a autant de bonnes raisons pour et contre.

Alors je voulais savoir ce que vous en pensiez.

Sondage faussé comme tout les sondages présent sur le site.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Napo Membre 2 346 messages
Forumeur patriote‚
Posté(e)

Je vais mettre de coté une seconde l'adoption pour parler de l'homosexualité en elle même.

L'être humain est hétérosexuel dans son immense majorité, c'est grâce à ce désire qu'il se reproduit et qu'il survit.

En dehors de toute morale ; si on considère que l'homosexualité soit une simple alternative au même titre que l'hétérosexualité, comment doit-on considérer les autres types de sexualités humaines qui existent, telle que la zoophilie, la pédophilie, et j'en passe.

Parmi ces alternatives minoritaires de la sexualité humaine, qu'est-ce qui nous fait accepter l'homosexualité et rejeter la zoophilie ou la pédophilie, si ce n'est la morale ?

Je pense qu'il y a une norme à la sexualité humaine qui est l'hétérosexualité, et que toutes ses alternatives sont le fruit d'une déviance plus ou moins bien expliquée et plus ou moins bien acceptées selon la morale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nytho_0 Membre 1 492 messages
Ambiancieur‚ 29ans
Posté(e)
Toi en revanche, tu te contredis quelque peu.

Non, c'est justement ça que j'essaye de te dire, ton étude dit qu'il faut l'image d'un papa et d'une maman pour avoir un certain équilibre homme/femme (non pas que je sois d'accord avec ça, mais je résume un peu). Or elle ne dit pas qu'un couple homosexuel ne peut pas recréer cet équilibre d'une quelconque manière... C'est pour cela que je dis

Un couple homosexuel peut aussi apporter l'équilibre qui permettra le bon épanouissement de l'enfant et ça, ton étude ne le contredit pas...

Par contre, toi, tu utilises ton étude comme argument pour justifier ton point de vue comme quoi un couple homosexuel est d'office rempli de carence pour bien éduquer un enfant (ce que je contredis) et c'est là tout le problème:

La maternité et la paternité signifient quelque chose, n'en déplaise. Un homme et une femme sont différents, ils sont complémentaire, ils apportent chacun de leur différence de genre à l'enfant qu'ils ont conçu. C'est dans l'ordre des choses.

L'adoption n'est pas un droit mais une faveur qu'on donne selon des critères pragmatiques n'ayant rien à voir avec l'égalité, puisque n'importe qui ne peut pas adopter, même parmi les hétéros. Aussi la liste d'attente des couples hétérosexuels à l'adoption est assez longue pour qu'on ne s'amuse pas à expérimenter l'adoption par les homosexuels. On ne confit pas un enfant à quelqu'un pour lui faire plaisir, ni pour faire plaisir à la déraisonnable émotivité des bien-pensants.

Personne n'est encore capable d'expliquer concrètement ce qu'est l'homosexualité, s'il s'agit d'un trouble de l'identité du genre comme l'explique la psychanalyse, ou autre chose. é partir de là, être pour l'homoparentalité c'est être pour la mise en cobaye d'orphelins. C'est du sentimentalisme irresponsable.

Et tu oses me dire que tu n'utilises pas l'étude à cette fin: dire qu'un couple homosexuel n'est pas en mesure d'apporter autant qu'un couple hetero? C'est bien pour appuyer ton idée qu'un couple homosexuel ne peut pas apporter l'équilibre nécessaire à la bonne éducation de l'enfant que tu nous parles de cette étude, non?

Sinon pourquoi nous l'avoir quotée?

Tu confonds tout. Quand on parle de capacité elle celle de s'occuper techniquement d'un enfant, mais il ne suffit pas de savoir gérer les taches pour créer l'équilibre nécessaire.

Le problème essentiel que pose l'adoption n'est pas de savoir si un homme ou une femme homosexuels sont " capables " d'élever un enfant. Ils le sont à l'évidence ni plus ni moins que n'importe qui. Il est que l'adoption est, pour un enfant que ses géniteurs n'ont pu élever, la possibilité d'avoir des parents équivalents à ses parents biologiques.

Aucune famille hétérosexuelle n'est idéale et l'hétérosexualité des parents n'a jamais été, en tant que telle, une garantie de bien-être pour les enfants. Il s'agit seulement que les enfants adoptés aient les mêmes chances (et les mêmes malchances) que ceux qui sont élevés par leurs parents biologiques.

Donc c'est bien ce que tu dis, un couple homosexuel n'est pas "équivalent"...

Et tu me sors que je me contredis?

Tu utilises l'étude comme argument pour dire ça, donc tu lui fais dire ce qu'elle n'ose pas dire clairement:

-Pour toi l'étude prouve que tu as raison (un couple homosexuel ne peut pas apporter l'équilibre nécessaire).

-Pour moi, elle est trop limitée et ne permet pas d'appuyer ton point de vue.

Pas plus que toi mon grand, chacun défend sa position. Ce n'est pas la première fois que je débat de l'homosexualité en général, et je dois dire qu'à la base j'étais simplement pour l'adoption et tout le reste comme les bons sentiments tendent à le faire. Alors comprend que ta remarque me fasse doucement sourire.

Je te signale que je suis aussi intervenu contre des gens du même avis que moi, alors pour la remise en question, j'essayes quand même de voir plus loin que le bout de mon point de vue...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Toto75019
Invité Toto75019 Invités 0 message
Posté(e)
Je vais mettre de coté une seconde l'adoption pour parler de l'homosexualité en elle même.

L'être humain est hétérosexuel dans son immense majorité, c'est grâce à ce désire qu'il se reproduit et qu'il survit.

En dehors de toute morale ; si on considère que l'homosexualité soit une simple alternative au même titre que l'hétérosexualité, comment doit-on considérer les autres types de sexualités humaines qui existent, telle que la zoophilie, la pédophilie, et j'en passe.

Parmi ces alternatives minoritaires de la sexualité humaine, qu'est-ce qui nous fait accepter l'homosexualité et rejeter la zoophilie ou la pédophilie, si ce n'est la morale ?

Je pense qu'il y a une norme à la sexualité humaine qui est l'hétérosexualité, et que toutes ses alternatives sont le fruit d'une déviance plus ou moins bien expliquée et plus ou moins bien acceptées selon la morale.

la notion de consentement est cruciale

un mineur n'est pas en responsabilité d'estimer ce qu'il veut vraiment, donc son consentement n'a pas la même valeur qu'un adulte

la loi protège les mineurs contre les abus sexuels.

pareil pour les animaux à quelques lois différentes près

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sylvano Membre 4 949 messages
Partisan de la non-violence‚ 105ans
Posté(e)

Si c'est une question d'ordre éducatif, je vois pas en quoi un couple homo serait moins bien placé qu'un couple hétéro.

Ya tant d'enfants qui demandent qu'un foyer. Je pense pas que ça les traumatisera.

Mais à dire que ce sera plus rose qu'un couple hétéro... Là faut voir, je pense que ça dépend des couples et des individus, pas de l'orientations sexuelles.

Chaque parent aura la décence de ne pas faire d'exhibition devant des enfants, enfin j'ose espérer..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
Détrompe toi, l'homoparentalité existe depuis toujours, de manière officieuse et marginale, mais depuis toujours. Il y en a même des célèbres comme le frère de Louis XIV et d'autres encore.

Argument capillotracté. Philippe d'Orléans était homosexuel, marié et le couple eut des enfants (peut-être pas les siens, va savoir). Mais il ne s'agit pas d'un couple homosexuel élevant des enfants.

C'est là-dessus que tu t'appuies ? Les excuses ne sont pas pour tout de suite.

L'enfant se construit consciemment et inconsciemment avec l'image de ses parents et la relation qu'ils entretiennent.

Cela voudrait dire qu'un enfant d'homosexuels deviendrait homosexuel par la suite, or ce n'est pas systématique, loin de là.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sylvano Membre 4 949 messages
Partisan de la non-violence‚ 105ans
Posté(e)

hey ! La preuve que les enfants d'hétéro ne sont pas forcément hétéro ! :cray:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
C'est faux encore une fois. Freud et beaucoup depuis ont mené des études psychanalystes sur le sujet, dans leur domaine, qui sont des études complexes ne prétendant pas détenir LA vérité, mais qui sont respectables.

Mais arrête de raconter n'importe quoi. A l'époque de Freud il n'y avait pas ou presque pas de familles homoparentales. Il n'était donc pas possible de faire une étude sur le sujet.

D'ailleurs, dans les écrits de Freud, il n'y a aucune étude sur l'homoparentalité. Il y a juste des avis, des pistes de recherches pour le futur. Les études sur l'homoparentalité n'ont pu être faites que récemment, parce que maintenant il existe de nombreuses familles homoparentales.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
Cela dit, si tu peux nous citer dans quel ouvrage il le dit, ce sera volontiers que je te présenterai mes excuses.
Trois essais sur la théorie sexuelle.

Je n'ai pas lu ce livre, mais je constate deux choses :

  • Le résumé ne parle pas de l'homoparentalité
  • L'auteur lui-même prétend que c'est un essai et non pas une étude sur le sujet. Autrement, il s'agirait, selon l'auteur, d'hypothèses risquées qui n'ont pas été confirmées de manière scientifiques

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kusana Membre 1 126 messages
Forumeur alchimiste‚ 33ans
Posté(e)
L'enfant se construit consciemment et inconsciemment avec l'image de ses parents et la relation qu'ils entretiennent. Je pense que les figures extérieurs sont des influences qui jouent sur la construction du gamin au moment de l'adolescence où il cherche à s'émanciper de ses parents.

La socialisation commence des la maternelle, pas à l'adolescence et non pas à l'adolescence.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Napo Membre 2 346 messages
Forumeur patriote‚
Posté(e)
la notion de consentement est cruciale

Oui, elle est moralement cruciale dans son acceptation par la société. Cependant excepté la morale, qu'est-ce qui différencie ces alternatives sexuels de l'homosexualité ?

Non, c'est justement ça que j'essaye de te dire, ton étude dit qu'il faut l'image d'un papa et d'une maman pour avoir un certain équilibre homme/femme (non pas que je sois d'accord avec ça, mais je résume un peu). Or elle ne dit pas qu'un couple homosexuel ne peut pas recréer cet équilibre d'une quelconque manière...

C'est que tu n'as pas compris la nuance, pourquoi le mot capacité est entre guillemets dans l'étude. J'ai essayé de te l'expliquer plus simplement qu'elle mais je m'exprime sans doute mal.

[*]L'auteur lui-même prétend que c'est un essai et non pas une étude sur le sujet. Autrement, il s'agirait, selon l'auteur, d'hypothèses risquées qui n'ont pas été confirmées de manière scientifiques

Mais cesse donc tes bêtises, la psychanalyse n'est pas la science, une étude psychanalyste n'est pas une étude scientifique. Ne mélange pas tout.

Cela voudrait dire qu'un enfant d'homosexuels deviendrait homosexuel par la suite, or ce n'est pas systématique, loin de là.

En aucun cas on affirme cette systémique.

La socialisation commence des la maternelle, pas à l'adolescence et non pas à l'adolescence.

On ne parle pas simplement de socialisation.

Argument capillotracté. Philippe d'Orléans était homosexuel, marié et le couple eut des enfants (peut-être pas les siens, va savoir). Mais il ne s'agit pas d'un couple homosexuel élevant des enfants.

C'est un exemple célèbre plus qu'un argument en soit. Enfin j'ajouterai à ta décharge que les gens de cette époque et de cette condition sociale n'élevaient sans doute pas leurs enfants eux même, donc tu as raison. Ceci dit je maintiens que l'homoparentalité n'est pas nouvelle.

C'est là-dessus que tu t'appuies ? Les excuses ne sont pas pour tout de suite.

Je ne te demande aucune excuse, c'est une fantaisie de ta part. Cela dit tu me demande dans quel ouvrage Freud avance ses thèses sur l'homosexualité, je te l'ai indiqué, que veux-tu de plus, que je te l'envoi dans un papier cadeau. Trop tard Noël est passé. Mais bonne année !

Modifié par Napo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)

Freud a peut-être donné son avis là dessus, mais il n'avait fait aucune étude sur la question (ce n'était pas possible à l'époque).

C'est faux encore une fois. Freud et beaucoup depuis ont mené des études psychanalystes sur le sujet, dans leur domaine, qui sont des études complexes ne prétendant pas détenir LA vérité, mais qui sont respectables.

Je maintiens que Freud n'a jamais eu l'opportunité d'étudier l'homoparentalité.

On attend toujours que tu justifie ton propos, que tu cites ne serait-ce qu'une seule étude de Freud sur l'homoparentalité.

De plus, qui sont ces "beaucoup" qui ont mené des études psychanalystes sur le sujet ? Quelles sont leurs études ? Quelles sont leurs conclusions ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kusana Membre 1 126 messages
Forumeur alchimiste‚ 33ans
Posté(e)
On ne parle pas simplement de socialisation.

Tu parles de quoi donc?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Napo Membre 2 346 messages
Forumeur patriote‚
Posté(e)
Je maintiens que Freud n'a jamais eu l'opportunité d'étudier l'homoparentalité.

On attend toujours que tu justifie ton propos, que tu cites ne serait-ce qu'une seule étude de Freud sur l'homoparentalité.

Mais tu ne sais même pas ce que veut dire une étude psychanalyste, tu confonds d'ailleurs science et psychanalyse...

Qu'est-ce que tu essayes de prétendre, qu'en un siècle la psychanalyse n'a pas étudié l'homosexualité et tout ce qui s'en suit ? Ridicule.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant