Rama Yade défend l'homosexualité en affirmant que c'est un choix


madoka Membre 5 163 messages
Mexican pig‚ 42ans
Posté(e)
C'est pas une croyance, c'est la realite. On ne nait pas homo, on le devient. C'est pas dans les genes si tu preferes. Il y a tout un tas de facteurs qui font que quelqu'un va devenir homo (relation avec le pere, abus sexuel, environoment, etc..).

SI j'ai tout compris, pour toi le fait que l'environnement soit "responsable" de l'homosexualité d'une personne, cela signifie que c'est le choix de la personne

EN quoi choisit-on l'environnement dans lequel on grandit ? Il est où le choix dans ton histoire ?

Mais bien sûr toi, tu peux affirmer que c'est un choix car tu connais bien mieux le sujet que tous les homo qui vivent cette situation tous les jours. :snif:

De plus le genre de cliché "il est homo il a été violé par son père" faudrait peut-être voir à en sortir un peu. C'est loin d'être le cas de tous les homo.

On ne choisit pas d'être homo mais juste de l'assumer ou de le cacher.

Maintenant concernant Rama Yade, je ne sais que penser, le terme est plutôt malvenu mais ce n'est peut-être qu'un loupé. :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Black Survitual Membre 1 513 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)
On ne choisit pas d'être homo mais juste de l'assumer ou de le cacher.

Maintenant concernant Rama Yade, je ne sais que penser, le terme est plutôt malvenu mais ce n'est peut-être qu'un loupé. :snif:

Ce n'est pas mon avis. Tout est choix dans la sexualité. L'homosexualité est une construction sociale et personnelle. Que je couche avec une nana ou un mec c'est toujours moi qui choisi. J'ai choisi une nana pour longtemps, j'aurais aussi bien pu choisir un autre mec.

Le débat est freiné par des attitudes partisanes et réductrices. Je regrette que Willem Reich soi si ignoré par les laudateurs du non choix. Et pourtant Reich n'avait rien d'un homophobe de droite...

B.S.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SteCatherine Membre 1 327 messages
Femme Poulpeuse‚ 38ans
Posté(e)
Ce n'est pas mon avis. Tout est choix dans la sexualité. L'homosexualité est une construction sociale et personnelle. Que je couche avec une nana ou un mec c'est toujours moi qui choisi. J'ai choisi une nana pour longtemps, j'aurais aussi bien pu choisir un autre mec.

Le débat est freiné par des attitudes partisanes et réductrices. Je regrette que Willem Reich soi si ignoré par les laudateurs du non choix. Et pourtant Reich n'avait rien d'un homophobe de droite...

B.S.

Sauf que tu te définis toi même comme bisexuel ce qui rend la notion de "choix" plus facile. En matière de sexualité, on parle d'abord d'envies.

Mes envies sont homosexuelles, ce n'est pas un choix de ma part. Le choix de ne pas coucher avec des hommes reviendrait à "je ne tiens pas à m'autovioler en m'imposant des relations sexuelles non desirées sur l'autel de la normalité" ... Les hommes ne m'attirent pas, je n'ai aucun désir envers eux , en quoi est ce un choix ?

Ensuite, si on étend à la notion amoureuse et de recherche du bonheur : le choix serait entre "je choisis d'être malheureux et sans amour toute ma vie" et "je tente ma chance"...sans oublier le caractère parfois passionnel de l'amour qui fait qu'on devient un peu limité mentalement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
madoka Membre 5 163 messages
Mexican pig‚ 42ans
Posté(e)
Ce n'est pas mon avis. Tout est choix dans la sexualité. L'homosexualité est une construction sociale et personnelle. Que je couche avec une nana ou un mec c'est toujours moi qui choisi. J'ai choisi une nana pour longtemps, j'aurais aussi bien pu choisir un autre mec.

Le débat est freiné par des attitudes partisanes et réductrices. Je regrette que Willem Reich soi si ignoré par les laudateurs du non choix. Et pourtant Reich n'avait rien d'un homophobe de droite...

B.S.

ET bien moi je ne suis pas d'accord avec toi, je choisis avec quelle fille je veux être oui, mais je n'ai pas véritablement le choix entre une fille et un garçon.

L'intimité avec un garçon ne m'attire pas et ne me procure aucun plaisir. Il n'y a donc à mes yeux pas de réel choix entre homme et femme, puisque ce choix se résumerait à vivre soit une sexualité épanouie, soit une sexualité sans plaisir limite "forcée"...

Si tu peux sans différence de ressenti émotionnel ou physique choisir indiféremment d'avoir une relation intime avec un homme ou une femme, pour moi c'est que tu es bisexuel.

@ SteCatherine : je n'ai vu ton post qu'après avoir posté le mien... Je suis tout à fait d'accord avec toi, sauf que tu le dis mieux que moi ! :snif:

Modifié par madoka

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kyrilluk Membre 7 507 messages
Anarchiste épistémologique‚ 43ans
Posté(e)
SI j'ai tout compris, pour toi le fait que l'environnement soit "responsable" de l'homosexualité d'une personne, cela signifie que c'est le choix de la personne

EN quoi choisit-on l'environnement dans lequel on grandit ? Il est où le choix dans ton histoire ?

Mais bien sûr toi, tu peux affirmer que c'est un choix car tu connais bien mieux le sujet que tous les homo qui vivent cette situation tous les jours. :snif:

De plus le genre de cliché "il est homo il a été violé par son père" faudrait peut-être voir à en sortir un peu. C'est loin d'être le cas de tous les homo.

On ne choisit pas d'être homo mais juste de l'assumer ou de le cacher.

Maintenant concernant Rama Yade, je ne sais que penser, le terme est plutôt malvenu mais ce n'est peut-être qu'un loupé. :snif:

Le choix il est le meme que pour quelqu'un qui a grandit aimant par exemple plus la physique que la biologie. Il ne se rappelle pas quand ses choix ou comment son environement ont faconne ses gouts en la matiere. Il n'en demeure pas moins que l'on ne nait pas physiciens ou biologiste.

Aujourdhui, si l'on devait me proposer de travailler dans labo avec des biologistes, je dirais "berk", ca ne m'interesse pas. C'est pas pour autant que j'irais jusqu'a pretendre que 1) je n'ai pas le choix, 2) que je suis nee avec un gene qui m'oblige a devenir physicien.

C'est pareille avec la sexualite. Je me rappelle que beaucoup se sont emus des dire de sarko selon lesquels la pedophilie etait innee. En faite, je doute que beaucoup de pedophiles aient l'impression d'avoir le choix. Et pourtant, a ma connaissance il n'y a pas de gene "homo", ou "pedo" ou "hetero". Par consequent, ce que l'on devient, les personnes que l'on aime etc.., decoules de choix que nous avons pris et dont nous n'avons plus forcement le souvenir. Il ne s'agit pas de se reveillez un bon matin et dire "tiens et si je devenais hetero", mais plutot de choix que nous avons pris et que notre environement a encourage a prendre qui nous a influencer de maniere a devenir hetero, homo, pedophile, zoophile, necrophile, etc...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Black Survitual Membre 1 513 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)
Mes envies sont homosexuelles, ce n'est pas un choix de ma part. Le choix de ne pas coucher avec des hommes reviendrait à "je ne tiens pas à m'autovioler en m'imposant des relations sexuelles non desirées sur l'autel de la normalité" ... Les hommes ne m'attirent pas, je n'ai aucun désir envers eux , en quoi est ce un choix ?

Je dirais que ton point de vue t'as justement été imposé par l'idéologie de la normalité. C'est une autre forme de normalité qui, finalement, rejoint la première.

L'Homosexualité n'est pas nouvelle dans l'Histoire de l'Humanité, mais ce qui est nouveau c'est l'attitude partisane des association homosexuelle, et la notion de non choix. C'est un pur produit de la bien pensence de la société moderne...

B.S.

SOURCE

L'irruption de la morale sexuelle - Etude des origines du caractère compulsif de la morale sexuelle

9782228902571FS.gif

Cette étude sur l'irruption de la morale sexuelle compulsive dans la société fut écrite en 1931.

Elle précédait donc La Psychologie de masse du fascisme et La Révolution sexuelle : c'était la première étape des efforts de Wilhelm Reich (1897-1957) pour tenter de résoudre le problème des névroses de masse. Partant de l'examen de la question cruciale des origines de la répression sexuelle, cette tentative d'explication historique des troubles et des névroses d'ordre sexuel se fonde sur les recherches ethnologiques de Morgan, Engels et surtout Malinowski.

Les remarquables études de ce dernier sur la vie sexuelle et les coutumes des Trobriandais vinrent en effet confirmer les découvertes cliniques de Reich.

L'ORIGINE DE LA REPRESSION SEXUELLE

  • L'économie sexuelle dans la société matriarcale
  • Contradictions économiques et sexuelles chez les Trobriandais
  • L'irruption du moralisme antisexuel
  • Démocratie du travail originelle - Matriarcat ; Propriété privée de moyens de production - Patriarcat
  • Confirmation de la théorie de Morgan-Engels et retouches nécessaires
  • L'origine de la division en clans et de l'interdiction de l'inceste

LE PROBLEME DE L'ECONOMIE SEXUELLE

  • Bref aperçu historique
  • Satisfaction des besoins et réalité sociale
  • Production et reproduction de la morale sexuelle

ROHEIM ET SA " PSYCHANALYSE DES CULTURES PRIMITIVES "

  • La méthode roheimienne de recherche ethnologique
  • Interprétation fantaisiste et exagération grotesque des concepts erronés usuels
  • Roheim se réfute lui-même et confirme l'irruption de la morale sexuelle compulsive
  • L'angoisse infantile est-elle une donnée sociale ou biologique ?
  • Pourquoi Roheim gagne-t-il en importance ?

Wilhelm Reich Pierre Kamnitzer (Traducteur) Broché Paru le : 03/10/2007 Editeur : Payot Collection : Petite Bibliothèque Payot ISBN : 978-2-228-90257-1 EAN : 9782228902571 Nb. de pages : 263 pages Poids : 165 g Dimensions : 11cm x 17cm x 1,7cm

SOURCE

biographie de Wilhem Reich

Willem.Reich (1897-1957) Médecin et psychanalyste américain d'origine autrichienne (Dobrzcynica, 1897 - pénitencier de Lewisburg, Pennsylvanie, 1957).

Né dans une famille juive, Reich commence des études de droit, puis s'oriente vers la médecine. Diplômé en 1922, il s'enthousiasme pour les idées de Freud, et est bientôt admis à la Société psychanalytique de Vienne en 1919.

Très influencé par les conceptions freudiennes mettant en exergue l'aspect purement sexologique des névroses, il publie la « Fonction de l'orgasme » en 1927. Dans ce premier ouvrage, il affirme que les névroses prennent leur source dans une impuissance « orgastique » (le terme est de Reich) , liée à une incapacité d'accomplissement total de l'acte sexuel.

Reich, qui ne manque aucune occasion révolutionnaire, s'engage au parti communiste et élabore un travail original de synthèse entre Marx et Freud. Pour lui, la répression sexuelle joue un rôle fondamental dans le maintien au pouvoir du système capitaliste. La révolution prolétarienne doit passer par la libération sexuelle. En 1929, il publie Matérialisme dialectique et Psychanalyse.

En 1930, Reich part pour Berlin et fonde la SEXPOL, association pour une politique sexuelle prolétarienne. Il s'éloigne de plus en plus de l'orthodoxie freudienne, réfute l'universalité du complexe d'¿dipe et rejette la pulsion de mort en tant que négation de la sexualité. Il critique l'organisation de la famille comme incarnation de la morale bourgeoise répressive responsable de la misère sexuelle et sociale (la lutte sexuelle des jeunes, 1932; l'Irruption de la morale sexuelle, 1932). Le personnage dérange et en 1934, Ernest Jones, le chasse de l'Association psychanalytique internationnale (IPA). Reich va se retrouver sans interlocuteurs à sa pointure et commencer de soutenir des positions qui le mèneront à sa perte.

Pendant la montée de l'hitlérisme, il écrit Psychologie de masse du fascisme et l'Analyse caractérielle (1933), ouvrages dans lesquels il établit un lien direct entre impuissance « orgastique » et fascisme. On se doute qu'avec de telles idées, il doive quitter l'Allemagne en 1934 pour la Norvège, puis la Suède. Là, il consacre ses recherches à la captation de l'activité sexuelle par des appareillages de sa construction. Il isole des entités porteuses d'une énergie biologique, transition entre le vivant et le non-vivant (les Bions, 1938).

Il émigre aux états-Unis en 1938 et continue ses recherches sur les « bions » et leur rôle dans le développement des cancers (Biopathie du cancer). Il croit avoir découvert une énergie vitale cosmique, « l'orgone ». Pour la capter, il construit les «boîtes à orgones», sortes d'accumulateurs destinées à guérir certaines affections psychiques et somatiques provoquées par la stagnation de « l'orgone ». Reich met ses machines sur le marché mais l'affaire tourne mal, accusé d'escroquerie, il est condamné et incarcéré. Ses livres sont détruits. Il meurt en prison en 1957. Parmi ses ouvrages, il faut citer également la Révolution sexuelle (1945), et écoute, petit homme (1948), deux ouvrages s'inscrivant dans le courant de pensée « libéré » des années 60-70 évoqué précédemment.

On retiendra que Wilhelm Reich , disciple du fondateur de la Psychanalyse, compte parmi ses plus célèbres continuateurs. Il a développé la pensée du maître, et donné à la Psychanalyse une nouvelle dimension : le corps. On admet les travaux de Reich comme étant à l'origine de toutes les démarches analytiques intégrant la dimension corporelle. Le corps dévoile l'histoire psychologique de la personne et, il s'agit d'apprendre à l'observer, le lire pour mieux interpréter les messages transmis par les attitudes, les postures, la gestuelle, les tensions ou les blocages. Alors que la Psychanalyse se contente d'échanges verbaux, la thérapie de Reich va aider la personne à prendre conscience d'elle-même à travers la perception de son corps. C'est grâce aux développements apportés par Reich que le concept d'énergie prend une place prépondérante dans la compréhension de l'être humain.

Modifié par Black Survitual

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kyrilluk Membre 7 507 messages
Anarchiste épistémologique‚ 43ans
Posté(e)
Je dirais que ton point de vue t'as justement été imposé par l'idéologie de la normalité. C'est une autre forme de normalité qui, finalement, rejoint la première.

L'Homosexualité n'est pas nouvelle dans l'Histoire de l'Humanité, mais ce qui est nouveau c'est l'attitude partisane des association homosexuelle, et la notion de non choix. C'est un pur produit de la bien pensence de la société moderne...

B.S.

Tout a fait d'accord. D'autant qu'aucune etudes serieuses ne defend le carractere inne de l'homosexualite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gordon Membre 26 messages
Forumeur balbutiant‚ 47ans
Posté(e)

Tout à fait d'accord avec Madoka et SteCatherine.

De toute façon, seuls des homos peuvent répondre de manière intelligente à cette question du choix. Comment peut on élaborer de grandes théories quand on ne sait même pas de quoi on parle?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SN3 The last. Membre 6 166 messages
Forumeur alchimiste‚ 38ans
Posté(e)

Non les braves gens n'aiment pas que

L'on suive une autre route qu'eux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
madoka Membre 5 163 messages
Mexican pig‚ 42ans
Posté(e)
Non les braves gens n'aiment pas que

L'on suive une autre route qu'eux.

:snif: indémodable n'est-il pas ?

@gordon : :snif:

@kyrilluk : est-ce que tout ce qui est du domaine de l'acquis peut être considéré comme un choix ?

Suis-je homo à cause de choix que j'ai fait quand j'avais 4 ou 5 ans ? Et quels genre de choix cela peut-il être, j'aimerai bien savoir...

En tout cas ton discours est là différent de celui de BS qui affirme que c'est aujourd'hui que je choisis d'être homo et chaque jour que je passe avec une fille... Alors que d'après ce que je comprends pour toi ce choix date d'il y a tellement longtemps que je ne peux plus m'en souvenir...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kyrilluk Membre 7 507 messages
Anarchiste épistémologique‚ 43ans
Posté(e)
@kyrilluk : est-ce que tout ce qui est du domaine de l'acquis peut être considéré comme un choix ?

C'est difficile comme question. Je dirais que ca depend si tu consideres etre responsable ou non de tes actes et de tes choix. Je peux etre influence par une pub sur le coca sans m'en appercevoir. Mais si je me met a achetter cette boisson, meme si j'ai ete influence/manipule, je m'estime responsable et donc j'estime que j'avais le choix.

Suis-je homo à cause de choix que j'ai fait quand j'avais 4 ou 5 ans ? Et quels genre de choix cela peut-il être, j'aimerai bien savoir...

En tout cas ton discours est là différent de celui de BS qui affirme que c'est aujourd'hui que je choisis d'être homo et chaque jour que je passe avec une fille... Alors que d'après ce que je comprends pour toi ce choix date d'il y a tellement longtemps que je ne peux plus m'en souvenir...

Oui.

Un autre aspect, c'est que tu as choisi ta partenaire. Tu peux avoir des sentiments pour les femmes, qui peuvent echapper a ton control. D'une certaine maniere, tu n'as pas vraiment le choix, dans la maniere dont tu es structure affectivement, mais tu as le choix dans la maniere que tu vas exprimer ton affection. En d'autre terme, choisir de te mettre en couple EST un choix que tu as pris aujourdhui ou il y 4-5 ans. Celui d'avoir de l'affection vis a vis des personnes de ton sexe est par contre quelque chose qui decoule des choix que tu as pris il y a longtemps en adaptation avec ton environement.

Modifié par kyrilluk

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cbar Membre+ 5 806 messages
avec Cbar, point de cafard‚
Posté(e)

Le seul choix est celui de l'afficher aux yeux de tous ou pas¿ choix possible dans nos pays heureusement, ce n'est pas général :snif: .

De toutes façons pourquoi faire une différence avec/contre les homos ? On ne choisit pas d'être hétéro¿ ou bi¿

Ou alors on parle du choix de franchir le pas quand on hésite sur son orientation sexuelle¿

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)

C'est pas une croyance, c'est la realite. On ne nait pas homo, on le devient. C'est pas dans les genes si tu preferes. Il y a tout un tas de facteurs qui font que quelqu'un va devenir homo (relation avec le pere, abus sexuel, environoment, etc..).

SI j'ai tout compris, pour toi le fait que l'environnement soit "responsable" de l'homosexualité d'une personne, cela signifie que c'est le choix de la personne

EN quoi choisit-on l'environnement dans lequel on grandit ? Il est où le choix dans ton histoire ?

Mais bien sûr toi, tu peux affirmer que c'est un choix car tu connais bien mieux le sujet que tous les homo qui vivent cette situation tous les jours. :snif:

De plus le genre de cliché "il est homo il a été violé par son père" faudrait peut-être voir à en sortir un peu. C'est loin d'être le cas de tous les homo.

On ne choisit pas d'être homo mais juste de l'assumer ou de le cacher.

Maintenant concernant Rama Yade, je ne sais que penser, le terme est plutôt malvenu mais ce n'est peut-être qu'un loupé. :snif:

Je suis d'accord avec toi. Il me semble que kyrilluk fait l'amalgame entre caractère acquis et caractère choisi.

A ma connaissance, il existe différentes explications possibles quant à l'origine de l'homosexualité, et aucune ne prétend que l'homosexualité est choisie. La première explication, est l'origine innée, et elle est défendues par certaines études, comme celle ci : Une nouvelle étude sur l'origine génétique de l'homosexualité.

Il existe aussi la théorie psychanalitique, qui propose plutôt une homosexualité acquise, mais là encore, c'est une homosexualité acquise mais non choisie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Black Survitual Membre 1 513 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)
A ma connaissance, il existe différentes explications possibles quant à l'origine de l'homosexualité, et aucune ne prétend que l'homosexualité est choisie. La première explication, est l'origine innée, et elle est défendues par certaines études, comme celle ci : Une nouvelle étude sur l'origine génétique de l'homosexualité.

Bof Tetu qui reprend les salades des médecins psychiatres biologistes, ça me fait froid dans le dos. Quand on sait ce que vaut l'attitude des biologistes on en reste Koi...

B.S.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Coast liners Membre 3 802 messages
Forumeur out‚ 27ans
Posté(e)

Comme si qu'on avait le choix! On ne choisit pas d'être homosexuel ou pas sinon personne ne le serait à cause de la discrimination...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
konvicted Membre+ 26 419 messages
I. C. Wiener‚ 26ans
Posté(e)
Je n'ai pas à juger, et personne n'a à juger si tel ou tel est homosexuel. Il a choisi de l'être, voilà tout. On ne va pas le mettre en prison pour celà. On ne va pas lui couper la tête ou le lapider comme on le fait en Iran.

Je me demande si dire cette absurdité est dû à un choix, une prédisposition génétique...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
konvicted Membre+ 26 419 messages
I. C. Wiener‚ 26ans
Posté(e)
Comme si qu'on avait le choix! On ne choisit pas d'être homosexuel ou pas sinon personne ne le serait à cause de la discrimination...

Certaines personnes font fi de ce que l'on peut bien penser d'elles et vivent leur vie sans penser à leur image. D'autres, provocateurs, aiment même à faire ce qui est jugé comme "anormal" ou "mal". L'emploi du terme "personne" me semble donc un peu excessif. Cela dit, je suis d'accord sur le fait que l'on ne choisit pas son attirance.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SteCatherine Membre 1 327 messages
Femme Poulpeuse‚ 38ans
Posté(e)

Le soucis dans ces histoires de choix c'est de systématiser la question du "tu choisis inconsciemment parce que tu as eu un traumatisme sur le pot alors que ta mère avait cessé de te donner le sein blablabla"... l'inné est tout aussi crétin dans la mesure où on serait déjà défini avant même de penser.

Honnêtement, je me fiche de savoir quelle est l'origine de ma sexualité puisque je n'ai pas de problème avec elle. C'est juste "différent" de la norme. On ne demande pas aux hétéros s'ils ont choisi, ni pourquoi, ni comment...personne ne se pose de question parce que cette orientation semble "évidente". Il n'empêche qu'en voulant chercher ce qui est acquis et ce qui est inné , on s'amuserait sans doute beaucoup ( autant qu'en tentant de dénouer un sac de noeud qui aurait passé dix ans sous la mer et sur lequel les moules se seraient installées )

Parler de choix quand on aborde la construction de la personnalité au travers des expériences de l'enfance, c'est du blabla. C'est comme prôner la bisexualité sous pretexte que c'est théoriquement plus intelligent. L'acte sexuel se fiche pas mal de théorie, de même que le désir , ou le plaisir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

Je ne crois pas non plus au fait que l'homosexualité soit un choix.

Inné ou acquis ? Un peu des deux ? Allez savoir! Même les scientifiques s'étant penchés sur la question n'en savent rien!

Pour exemple, mon meilleur ami :

Nous nous connaissons depuis nos 11 ans.

A cette époque, il ne pensait pas du tout être homosexuel. En fait, il ne se posait aucune question.

Et ce, jusqu'à l'âge d'environ 13-14 ans.

A ce moment, il a commencé à se demander : "pourquoi ne suis-je pas attiré par les filles, pourquoi n'ai-je pas envie de les draguer, comme mes copains...?"

Lorsque nous étions invités à une "boum" (terme des années 80 pour désigner une fête entre ados), il ne dansait qu'avec moi...parce-que j'étais sa meilleure copine!

Il détestait les sports dits "de mecs" mais n'a jamais été efféminé (je tiens à le préciser, car les préjugés ont la vie dure).

A 16 ans, il m'a avoué son attirance pour le sexe mâle...non sans réticence : il craignait de perdre mon amitié!

Ce ne fut pas le cas, bien évidemment.

Je l'ai encore vu hier et il me disait : "Je ne serai décidément jamais attiré par les filles. Je serais incapable d'avoir une relation sexuelle avec une femelle...excepté toi, peut-être (il est tellement galant ce petit! :snif: )!"

Pour résumer, le corps du sexe opposé le dégoûte, il n'éprouve envers ce dernier aucune attirance sexuelle.

Il n'a rien choisi, c'est l'homosexualité qui l'a choisi. Lui, il l'accepte et fait front devant l'intolérance.

Il n'a jamais rien caché à son entourage. Il y a laissé quelques plumes, mais il est épanoui, heureux de vivre et se moque du regard des autres.

Un jour, un membre de ma famille et moi-même sommes partis visiter un monument parisien en sa compagnie et celle de son petit ami du moment : il l'a embrassé, devant tout le monde...j'ai trouvé cela vraiment émouvant!

Non pas que deux personnes s'embrassent, mais que deux homosexuels le fassent : il faut un certain courage pour supporter les regards désapprobateurs de la société "bien-pensante".

Nous sommes les meilleurs amis du monde et je jetterai dans un puit le premier qui ose l'agresser à cause de son homosexualité!

Pouvons-nous contrôler nos attirances ?

Oui, jusqu'à certain point.

Autre exemple, autre ami :

Lui, je l'ai connu à la même époque (il faisait partie de notre bande :snif: ).

Il a voulu ignorer son homosexualité, pour préserver le "paraître".

Résultat : Il s'est marié, a eu deux enfants (à la grande surprise de la bande qui était persuadée de son homosexualité!)...puis a fini par divorcer pour vivre avec l'homme de sa vie!

Avant de franchir le pas, il a tout de même eu quelques amants : difficile de freiner ses pulsions.

Peut-être aurait-il pu continuer de "faire semblant" ad vitam aeternam, mais au prix de son bonheur.

Lui non plus n'a rien choisi, il a même tenté de se voiler la face. Mais son excellence Homosexualité a eu raison de lui! :snif:

Petite précision : aucun des deux n'a eu une enfance "à problème", bien au contraire!

Modifié par Valtesse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zumy Membre 17 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

c'est étonnant qu'on définisse la personne homosexuelle par son orientation sexuelle...on ne définit pas un hétérosexuel en se basant sur son hétérosexualité...

choix ou pas..après tout?

moi avant d'être homo, j'aime une femme...pour le reste c'est les autres qui le disent :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant