Le langage des jeunes de cités.

Priscilla57 Membre 28 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

et pourtant c'est lié!

comprendre et se faire comprendre voilà ce qu'est la communication..

maintenant je vous laisse..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

kyrilluk Membre 7 507 messages
Anarchiste épistémologique‚ 43ans
Posté(e)

Mort de rire: dire que ce rappeur se considere comme un "artiste". '

J'ai quitte la zup ou j'ai grandi il y a pres de 12 ans maintenant. Resultat: j'ai du mal a comprendre ce qu'il raconte (c'est du francais? :blush: ).

Un rappeur qui s'adresse a Mitterand.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kyrilluk Membre 7 507 messages
Anarchiste épistémologique‚ 43ans
Posté(e)
Par ailleurs, on parle de la qualité des enseignants et de l'échec scolaire comme une excuse à l'absence de maîtrise du français correct. Je pense que l'échec scolaire est plutôt la conséquence d'un rejet de l'éducation. Bourdieu l'a très bien montré, la docilité de l'élève et sa capacité à comprendre et accepter ce que l'on attend de lui joue beaucoup dans la réussite scolaire. Si, donc, on se retrouve dans des classes pleines de gens refusant d'intégrer le français classique et que les enseignants, payés pour enseigner et non faire la police, ne parviennent pas à imposer leur autorité, il ne fait aucun doute que la probabilité de succès des élèves se trouve réduite.

Tout cela pour dire qu'il revient aux élèves de comprendre que l'école est faite pour favoriser la réussite de tous et non pour discriminer. Les parents sont là pour les y aider. Se réfugier dans un sous-language pour ne pas avoir à affronter la difficulté est une réaction des plus puériles et le signe d'un manque flagrant de discernement.

Je pense qu'il s'agit d'une analyse pertinente. Pour avoir appris deux langues, je rajouterais que l'on ne peut pas apprendre une langue a moins d'aimer a la fois cette langue, la culture, et le peuple qui la parle. Si les jeunes des cites ont des parents qui denigrent sans arret les francais, si ils denigrent la culture francaise, alors il ne faut pas s'etonner qu'ils finissent par rejetter la langue francaise.

Je rajouterais que "d'aimer une culture" ne signifie pas adherer a tous les aspects de cette culture. J'aime bien les anglais(es) et j'apprend beaucoup de ce peuple, cependant je trouve que niveau bouf, ils ont beaucoup a apprendre des francais. Les africains qui viennent en France devrait "oublier" le passe colonialiste de la France ou essayer d'en relever les cotes positifs au lieu de se fixer sur le passe au points de mettre en perils leur assimilation.

L'autre aspect c'est que l'on ne peut pas s'imposer non plus. Si les gens ne vous veulent pas alors mieux vaut retourner dans son pays ou aller ailleurs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
AlphaBetaGaga Membre 1 139 messages
Forumeur alchimiste‚ 26ans
Posté(e)

Je ne vois pas en quoi l'argot est une régression...

Après que vous vos seniez aggressés par ce langage par ce que vous assimilez argot=racaille, ça c'est par ce que vous etes bourrés de préjugés envers les personnes habitant les quartiers qui parlent ce langage.

Vous etes dans le shéma classique du français moyen un peu facho.

Faut arrêter de croire que l'argot provient uniquement des arabes et des noirs, ça vient d'un peu partout. Et qu'il n'y a pas que les enfants d'immigrés qui parle ce type de langage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Laguardia Membre 6 639 messages
Inside‚
Posté(e)
Je ne vois pas en quoi l'argot est une régression...

Après que vous vos seniez aggressés par ce langage par ce que vous assimilez argot=racaille, ça c'est par ce que vous etes bourrés de préjugés envers les personnes habitant les quartiers qui parlent ce langage.

Vous etes dans le shéma classique du français moyen un peu facho.

Faut arrêter de croire que l'argot provient uniquement des arabes et des noirs, ça vient d'un peu partout. Et qu'il n'y a pas que les enfants d'immigrés qui parle ce type de langage.

désolée, mais je ne vois pas sur quoi tu t'appuies pour dire ça...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Brownies Membre 4 405 messages
L'ignorant des ignorés‚ 30ans
Posté(e)
Je suis pas d'accord.

Dans la vie de tout les jours c'est le langage que j'utilise et justement ça permet de rencontrer ceux qui ont le même langage que moi.

En quoi un langage utilisé par une minorité est il rassembleur ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
AlphaBetaGaga Membre 1 139 messages
Forumeur alchimiste‚ 26ans
Posté(e)

Sur quoi je m'appuis pour dire que l'argot n'est pas que parlé par des fils d'arabe et des noirs ?

Tu veut que je te sorte des mots argotiques qui provienne d'un passé plus lointain que l'immigration ? Tu trouve que le chanteur Renaud a une tête d'algérien ? Tu crois qu'en cité, il n'y a que des arabes et des noirs ? Sort un peu ma grande, vas faire un tour en cité, t'en vérra des blancs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Laguardia Membre 6 639 messages
Inside‚
Posté(e)
Sur quoi je m'appuis pour dire que l'argot n'est pas que parlé par des fils d'arabe et des noirs ?

Tu veut que je te sorte des mots argotiques qui provienne d'un passé plus lointain que l'immigration ? Tu trouve que le chanteur Renaud a une tête d'algérien ? Tu crois qu'en cité, il n'y a que des arabes et des noirs ? Sort un peu ma grande, vas faire un tour en cité, t'en vérra des blancs.

tu détournes le sujet

j'aimerais du respect et de la correction sur ce topic et en génral

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité pocahontas59
Invité pocahontas59 Invités 0 message
Posté(e)
Oui mais laisse tomber, quand tu respecteras les gens sans tomber dans les sous-entendus insultants du genre que j'ai le cerveau qui fond ou que j'en fais expres de ne pas comprendre et je passe sur ce que tu adresses aux autres, on reprendras éventuellement l'échange d'idée, d'ici là, et en tout cas pour ma part, mes contributions ne s'adressent plus à toi et tu t'épargneras du temps à ne plus y répondre.

@ Leodagan : je ne sache pas que quelque sujet ici soit le pré carré de qui que ce soit.

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Il me semble que qualifier le langage des jeunes de " langage de cités " est réducteur et stigmatisant. Il me semble que ce langage est transversal à toutes les classes sociales et concerne par contre la quasi totalité des jeunes.

La question intéressante serait : pourquoi la nouvelle génération a-t'elle éprouvé le besoin d'utiliser, parallèlement àu français courant qu'elle maîtrise peu ou prou par ailleurs, un français truffé de mots incompréhensibles pour la plupart des adultes, de sorte qu'il devient de fait une langue " étrangère " .

Ce langage fonctionne sur le mode impératif, est souvent humoristique et très imagé, il est extrèmement efficace en s'abstenant de toute circonvolution oiseuse, de sorte que le message est immédiatement compris par le destinataire. Peut-être peut-on y voir le signe d'une volonté de ramener le langage à sa fonction première de communication émetteur / récepteur, en refusant la discrimination inhérente à tout langage sophistiqué qui signerait une appartenance à une classe sociale dite " supérieure ". Ce qui tendrait à indiquer que le rejet des " élites " qui utilisent un langage somme toute hermétique, est massif dans la jeune génération.

Certes, celle-ci utilise le langage comme un signe de reconnaissance, mais il ne s'agit plus d'exclureles classes sociales " inférieures " mais bel et bien d'affirmer son existence propre en tant que population jeune transversalement aux classes sociales.

Sans doute faut-il y voir le ras-le-bol d'une génération à laquelle on laisse trop peu d eplace et qui s'organise et se structure indépendamment des schémas préétablis que la société des adultes voudrait lui imposer.

Le fait est qu'il est stupéfiant de constater le rejet, le mépris des adultes envers le langage des jeunes, y compris chez de nombreux enseignants, y compris chez de nombreux enseignants de français. Comment comprendre que soit étudiée la langue française des siècles passés et pas la langue française parlée, de fait, aujourd'hui, par des millions de jeunes. Comment comprendre que le français soit traité comme ce qu'il n'est pas : une langue morte.

Faut-il rappeller que les enseignants sont payés pour enseigner mais qu'il ne leur appartient pas de jauger la langue française, pas plus que l'identité nationale n'a à être jaugée dans les préfectures ou les ministères. La langue française appartient à tous ceux qui la parlent, quelle que soit leur façon de la parler.

Peut-être est-t'il intéressant de rapprocher le rejet du langage des jeunes du rejet de leurs habitudes vestimentaires, qui provoquent les mêmes braillements de vierges éffarouchées, et se poser la question suivante : ne s'agit'il pas du rejet pur et simple par les adultes d'une jeunesse dorénavant internationalisée qui mettrait en péril les vieux fondamentaux de l'identité française : les mots qu'il faut et ceux qu'il ne faut pas, les vêtementqs qu'il faut et qu'ils ne faut pas, bref tout ce qui n'est pas conforme à une France repliée sur elle-même, affolée de perdre ses repères, incapable de s'adapter à l'évolution du monde.

Qualifier le langage des jeunes de " langage de caillera " , n'est-ce-pas insulter nos enfants et leur signifier la peur qu'ils nous inspirent ?

N'y a-t'il pas là une énorme lâcheté à refuser de voir le monde tel qu'il évolue, ce qui empêche les adultes d'accepter les jeunes tels qu'ils parlent et vivent, partant prendre en compte les nouveaux modes sociétaux, et assumer leurs responsabilité en les préparant à ce que l'avenir leur réserve.

Modifié par pocahontas59

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Laguardia Membre 6 639 messages
Inside‚
Posté(e)
Il me semble que qualifier le langage des jeunes de " langage de cités " est réducteur et stigmatisant. Il me semble que ce langage est transversal à toutes les classes sociales et concerne par contre la quasi totalité des jeunes.

absolument pas!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lily12 Membre 2 037 messages
Forumeur alchimiste‚ 42ans
Posté(e)

C'est sur que de parler en fesant des fautes de Français énnormes et en inventant des mots c'est super enrichissant. :blush:

Le soucis est que ce "langage" remplace le bon Français,celui qui nous permet de communiquer entre nous et de fait de nous intégré dans la société.

Ne pas faire d'éfforts pour endosser une identité "rebelle" ne peut ammener ses individus(souvent défavorisé de par leur milieu) a s'intégré et a respecter les régles les plus élémentaires.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Laguardia Membre 6 639 messages
Inside‚
Posté(e)
Qualifier le langage des jeunes de " langage de caillera " , n'est-ce-pas insulter nos enfants et leur signifier la peur qu'ils nous inspirent ?

N'y a-t'il pas là une énorme lâcheté à refuser de voir le monde tel qu'il évolue, ce qui empêche les adultes d'accepter les jeunes tels qu'ils parlent et vivent, d'assumer leurs responsabilités, partant prendre en compte les nouveaux modes sociétaux, et les préparer à ce que l'avenir leur réserve.

c'est très réducteur et tire vers le bas

C'est sur que de parler en fesant des fautes de Français énnormes et en inventant des mots c'est super enrichissant. :blush:

Le soucis est que ce "langage" remplace le bon Français,celui qui nous permet de communiquer entre nous et de fait de nous intégré dans la société.

Ne pas faire d'éfforts pour endosser une identité "rebelle" ne peut ammener ses individus(souvent défavorisé de par leur milieu) a s'intégré et a respecter les régles les plus élémentaires.

absolument

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

On mélange un peu les sujets...

Il y a :

- l'apprentissage et la maîtrise du français

- les langages propres à certains groupes sociaux

- la cité, le contexte, etc...

- les médias, la culture populaire

Les grandes banlieues urbaines sont des endroits difficiles. Les cours se déroulent parfois dans une ambiance pourrie, classes surchargées, jeunes profs dépassés et pas au top de leur compétence, violences et incivilités diverses, tensions,... tout est plus dense.

Sans parler du contexte de vie des élèves hors de l'école (promiscuité, précarité, dangers, parents peu francophones,...) qui peut aggraver le tout.

Dans ces conditions, apprendre le français et avoir un parcours scolaire décent peut être difficile, pas tout à fait possible. La densité est le problème majeur : une poignée de gens peut tout pourrir.

De plus, la coutume jeune est de s'adapter au langage de la rue qu'imposent certaines bandes, à l'usure. Essayez de parler un français courtois et dans 5 secondes, vous entendrez raisonner " waah bouffon ! ".

Parler la rue, avoir les codes de la cité, c'est une sorte de protection, de connivence contre le monde qu'on a déjà classé dans "totalement hostile" à 12 ans, à cause des discours crétins de certaines personnes.

Mais ce "langage des cités" est minoritaire, même dans la cité. C'est la tchatche d'exhibition, la démonstration à coup de " Ouais gros inch allah ah wallah t'inkiète !" et tapage dans les mains. :)

La plupart des gens en banlieue parlent un français moyen, parfois teinté d'accents divers.

Quelques jeunes particulièrement à la masse ont du mal à parler le français lambda, normal, de base. Ils sont immergés dans un certain milieu et de toute façon, ils ne veulent pas vraiment en sortir. Ils sont résignés/complaisants.

Pour le reste, la crise de l'apprentissage et surtout la PRATIQUE du français est générale.

L'enseignement et ses errances (méthode globale, etc...) cumulé à l'attractivité des médias de divertissement (qui surfent sur le mal-parler, la coolitude), des nouvelles technologies (qui donnent de mauvaises habitudes, prennent de la place et parasite la pratique de la langue aux débutants en français) en sont les raisons principales.

Le reste, ce sont des variations locales plus ou moins fortes. :bo:

=======================================================

======== :D === Pavé spécial AlphaBetaGaga === :D ===========

C'est quoi ces clichés sur la banlieue... Dans le 92 les gens parlent un français très chatié, et n'on aucun problème à trouver un travail (même à l'EPAD).

éa dépend des endroits. Aux Francs-Moisins (93) ce qu'on entend dans les rues, c'est pas ça du tout. Mais encore faut-il faire la part des choses entre ce qu'on entend et ce qui est réellement.

Les jeunes de banlieues qui se coupent de l'enseignement, qui se sectarisent, créent le bâton pour s'isoler et se faire battre par le monde cruel du travail. Mais c'est pareil pour un jeune campagnard, en fait.

Un petit bourgeois blanc de Paris, vas avoir plus de moyens pour rester longtemps à étudier la langue, chez lui on parle français depuis des générations, ses amis sont français depuis des générations, sa famille est aisée, ses profs ne vivent pas dans le stress.

Maintenant, Mohamed, qui vit avec deux parents bledards qui parlent pas trop français, ils font un travail fatiguant et ne peuvent se consacrer réellement à l'éducation de leurs enfant, n'ont pas les moyens de payer des cours particulier à leurs enfant, et Mohamed à des potes qui sont dans le même cas que lui.

Mais un banlieusard blanc qui vit dans une cité de merde avec des parents RMistes et laxiste aura le même décalage avec le fils de l'immigré diplomate. :)

Comme l'a dit Yiauthli, l'immigration n'est pas forcément un facteur lésant. Au contraire, dans ma famille, bien parler français était une exigence primordiale. Mon père immigré à 7 ans l'avait bien appris, il ne supportait pas que je massacre la langue ou que je parle mal. Milieu moyen modeste. Pour certaines famille francophone, le français n'est pas aussi prioritaire et on parle le beauf durant des générations...

C'est une question de conscience, de valeurs éducatives.On peut avoir des parents écrivains et zapper totalement le français... et l'inverse.

Maintenant, je vois pas en quoi le parler de cité serait une régréssion, c'est le signe que notre langue est vivante.

C'est un enrichissement quand il y a des apports, notamment dans le vocabulaire. Les emprunts ne me dérange pas. C'est l'utilisation !

Quand je vois des jeunes répéter des phrases comme des robots, sans vraiment de sens... j'ai peur pour eux. Quand je vois qu'ils sont incapable de structurer des phrases ou même de me définir ce qu'ils disent, j'ai peur aussi.

On n'enrichit une langue que si on la connaît déjà bien. :)

Mais bon dans la vie privé on tutois son entourage, alors que l'on vouvoi son entourage professionel, on sait faire la différence, pourquoi imaginer que les gens des cités en seraient incapables ?

Certains en sont incapables, d'autres ont des difficultés. La plupart des jeunes, je pense, savent faire la transition, mais sont quand même marqué par ce langage "rue". Ils ne sont plus assez confrontés à d'autres contextes qui les forceraient à employer un langage moins familier.

Chacun fait ce qu'il veut en privé, je m'en tape, mais il faut savoir parler normalement. Un minimum. :coeur:

Vive la diversité du langage.

Oui, mais la diversité c'est aussi sortir du " Ah wallah t'inquiète !" pour aller vers " La perversion de la cité commence par la fraude des mots. " :snif: La diversité, c'est dans les deux sens !

Tu parles de clichés, surtout qu'il s'agit de deux exemple métant en valeur mes propos, et non pas d'une généralisation globale. Ce sont des illustration où les traits sont grossi, pour que la majorité des gens soient interpelés.

Bein si, ce sont des clichés ! :blush: Des caricatures même ! Mais qui se vérifient.

Tu préfères que je dise qu'en banlieue il est plus difficile de bien parler français que dans le reste de la france ? comme ça je ne suis pas dans le cliché ? :bo:

éa dépend pour qui, et ça vaut pour d'autres endroits.

j'habite en banlieue parisienne, je pense être un peu plus apte que la majorité des gens pour parler des personnes habitant en cité.

J'ai passé mon enfance et mon adolescence dans le 93, dans une des banlieues la plus pourrie. J'ai de la famille dans des banlieues plus aisées. Et j'ai migré vers d'autres contrées plus rurales. J'ai donc la comparaison de plusieurs milieux. Je suis encore plus apte que toi, NA ! :D

Je ne vois pas en quoi c'est des insultes, a moi que tu insultes les gens en les traitant de nabab... et je penses personellement, que la majorité des français utilisent l'expression "un chouia" plutot que "sale bolos".

On s'en fout de ça. La question c'est pas le vocabulaire importé de la langue arabe. La question est de savoir COMMENT les jeunes des cités pratiquent la langue, leur jargon et les répercussions que ça a sur leur vie, leurs capacités à communiquer et s'intégrer.

On constate qui ne pas sortir du langage de la téci, c'est porter un sacré boulet. Qu'il faut donc agir ailleurs que sur l'enseignement : dans la confrontation à la langue, au quotidien.

Savoir le français commun, c'est capital. Et c'est pas demander la lune !!

========================================

========================================

Lorsque quelqu'un s'adresse à moi en faisant usage du "parlé des banlieues", je me sens agressé et mal à l'aise (pas tant par le vocabulaire que par l'intonation), et je n'ai qu'une envie: mettre fin à la conversation.

Il s'agit du mode de fonctionnement de ce parler.

On est dans l'exhibition et aussi la protection/agression. Ce langage de la rue est volontiers virulent, rapide, faussement familier (tutoiement). Il porte toute cette mentalité.

Quand c'est Laurent Gerra qui imite, tu ne te sens pas agressé, je pense. C'est le contexte d'usage qui va décider.

En général, quand on vient vers moi et qu'on me dit " Vas-y mec, t'as pas une garo ?! ", avec le ton qu'il ne faut pas, je me sens aussi agressé. Pas violemment, mais manque de respect, de politesse, d'effort dans la demande. Du coup, je file pas.

Par contre, un jeune qui va faire l'effort de bien demander, même en parlant mal, je suis plus enclin à le satisfaire. :snif:

=========================================

=========================================

(...)

En revanche, se servir de l'origine étrangère de ses parents pour légitimer un échec scolaire me semble facile et particulièrement insultant pour les géniteurs.

(...)

ma grand-mère ne sait pas écrire le français et n'est jamais allée à l'école, elle parle mal la langue, mais mes grands-parents ont su inculquer à leurs enfants des valeurs et leur volonté d'intégration et de réussite par le travail.

(...)

Etant enfant, j'avais dans ma classe en 6e une jeune vietnamienne, tout à fait brillante à l'école. Je ne vous cache pas mon étonnement lorsque je suis allée pour la première fois chez elle et ai constaté que ses parents ne parlaient pas un mot de français et qu'elle ne communiquait qu'en vietnamien avec eux.

Tout cela pour dire qu'être enfant d'immigré ne légitime en aucun cas un échec scolaire. Au contraire, la dureté de la vie des parents doit être un leitmotiv pour s'en sortir mieux et les aider à l'avenir.

:snif: She's right !

Y'a pas de systématisme, mais en tout cas je me reconnais dans les situations que tu décris : on m'a appris à respecter la langue et à être poli. Ce qui me sert encore aujourd'hui. Pourtant, ma grand-mère baragouine à peine le français et c'est mon grand-père qui traduit tout.

Par ailleurs, on parle de la qualité des enseignants et de l'échec scolaire comme une excuse à l'absence de maîtrise du français correct. Je pense que l'échec scolaire est plutôt la conséquence d'un rejet de l'éducation. Bourdieu l'a très bien montré, la docilité de l'élève et sa capacité à comprendre et accepter ce que l'on attend de lui joue beaucoup dans la réussite scolaire. Si, donc, on se retrouve dans des classes pleines de gens refusant d'intégrer le français classique et que les enseignants, payés pour enseigner et non faire la police, ne parviennent pas à imposer leur autorité, il ne fait aucun doute que la probabilité de succès des élèves se trouve réduite.

Je plussoie, c'est encore une cause parmi d'autre.

Tout cela pour dire qu'il revient aux élèves de comprendre que l'école est faite pour favoriser la réussite de tous et non pour discriminer. Les parents sont là pour les y aider. Se réfugier dans un sous-language pour ne pas avoir à affronter la difficulté est une réaction des plus puériles et le signe d'un manque flagrant de discernement.
Enfin, pour moi, ce "language des cités" n'est en rien le propre des jeunes d'origine étrangères mais bien lié à une condition sociale. J'habite depuis un an à Chalon-sur-Saône ( la ville dont est issu le gamin de Neuilly sa mère) et je trouve certains jeunes particulièrement agressifs dans leur façon de parler, vulgaires, et manquant clairement de savoir-vivre. Si leur origine semble bien locale, leurs tenues et leur language sont caractéristiques d'un certain milieu social et de certains quartiers de la ville et il ne fait aucun doute que ces gens auront le plus grand mal à s'intégrer s'ils ne parviennent à comprendre que leur mode d'expression n'est pas acceptable en milieu professionnel.

J'ai constaté la même chose à Lorient -ville à faible mixité sociale, en quelques années. Un sorte de gangrène qui s'est étendue. Ces codes de la rue qui sont arrivé, ces incivilités, impolitesses, sectarisme imbécile et glorification de mal-parler. :coeur:

====================================

====================================

Le langage des cités ? laisser le se développer!!!!!

(...)

Et bien, qui sait? le langage des cités c'est peut être du créole!!

Le créole a une structure et même si -comme le breton- il s'agit d'un dérivé du français, ce n'est pas comparable au "patois des cités" qui n'est pas vraiment un langage.

De toute façon, personne n'empêche quiconque de parler comme il veut. :snif:

Sauf qu'on s'inquiète de voir des jeunes ne plus être capables de biter du français de base, encore moins de le parler, et de les voir parler un baratin hyper basique qui ne va pas leur ouvrir les portes de la communication ou de la philosophie.

Essaye de philosopher en langage de rue... :o° Impasse. D'où la nécessité de ne pas s'y retrouver enfermé !

"Quant au journaliste de canal+ qui osait dire que miss France faisait 3 fautes de français par phrase... comme si le fait d'être officiel faisait du français notre langue maternelle, les fautes de français on les revendique"
comprendre et se faire comprendre voilà ce qu'est la communication..

Tu parles de l'importance de la communication et tu soutiens le discours "Vive le mal-parleeeer " ?

D'ailleurs, il n'y a pas que la communication mais la construction de son identité, les capacités de réflexions, ... qui dépendent du langage.

Si les jeunes étaient tous bilingues téci/français, ce serait super, mais ce n'est pas le cas.

===== Fin du pavé

:bo: ======

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PASDEPARANOIA Membre 27 326 messages
In girum imus nocte et consumimur igni ‚ 44ans
Posté(e)

On peut très bien avoir un langage châtié et élégant.

Les jeunes de toute façon veulent se différencier, s'émanciper. Adopter un code oral propre à leur contexte est plutôt salutaire. Il n'y a rien de plus navrant que de voir des jeunes déjà vieux, copie conforme des parents.

Dire que cela ne permet pas de s'intégrer, c'est faux. Notre très vénéré président en est l'exemple le plus probant. Il néglige de façon affligeante sa syntaxe, s'exprimant dans un français plus qu'approximatif. Il est quand même le chef de tous les Français non ?

Et j'ajouterai aussi que le wesh wesh est un tremplin pour manier la grammaire, les rimes, les figures de style par le biais du rap. Des artistes comme Oxmo Puccino, Abdel Malik, tiennent haute la dragée aux vedettes à deux sous qui polluent nos écrans de télévision.

Et puis s'intégrer pour faire quoi ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité pocahontas59
Invité pocahontas59 Invités 0 message
Posté(e)

Bon sang j'étais justement en train de révasser à Nicolas Sarkozy et son " casse toi pauv' con ", et je me disais qu'il maniait la langue française avec pertinence, puisqu'il répondait ainsi à un jeune d'origine étrangère qui venait de lui dire " touche moi pas tu m'salis ".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
AlphaBetaGaga Membre 1 139 messages
Forumeur alchimiste‚ 26ans
Posté(e)

J'ai l'impression qu'ici en réalité ce n'est pas le parlé des banlieue que l'on juge mais plutot les banlieusards... et je sens qu'il y en a quelque uns qui tendent un peu vers le délis de faciesse.

En réalité c'est leur attitude qui vous debecte...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
Et j'ajouterai aussi que le wesh wesh est un tremplin pour manier la grammaire, les rimes, les figures de style par le biais du rap. Des artistes comme Oxmo Puccino, Abdel Malik, tiennent haute la dragée aux vedettes à deux sous qui polluent nos écrans de télévision.

Leur discours est justement d'aimer la langue, d'aller la découvrir, d'être curieux, de jouer avec... et donc d'en acquérir la maîtrise.

Et puis s'intégrer pour faire quoi ?

éa dépend à quoi tu t'intègres :blush: mais ce qui est bon, c'est d'avoir la possibilité de le faire. Ne pas s'exclure de certains milieux par défaut, par incapacité mais par volonté personnelle.

Ne serait-ce que papoter sur un forum nécessite de savoir la base du français commun.

J'ai l'impression qu'ici en réalité ce n'est pas le parlé des banlieue que l'on juge mais plutot les banlieusards... et je sens qu'il y en a quelque uns qui tendent un peu vers le délis de faciesse.

Des noms !!!

Mais délit de sale gueule, ça va être dur sur un forum...

En réalité c'est leur attitude qui vous debecte...

Moi, je suis juste triste de voir des gens se couper de certaines choses enrichissantes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité pocahontas59
Invité pocahontas59 Invités 0 message
Posté(e)
absolument pas!

Tu peux étayer cette affirmation péremptoire, s'il te plaît ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Laguardia Membre 6 639 messages
Inside‚
Posté(e)
Tu peux étayer cette affirmation péremptoire, s'il te plaît ?

je te retourne la question, je faisais écho à ce que tu as affirmé:

Il me semble que ce langage est transversal à toutes les classes sociales et concerne par contre la quasi totalité des jeunes.

:blush:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
AlphaBetaGaga Membre 1 139 messages
Forumeur alchimiste‚ 26ans
Posté(e)

Le délit de sale gueule, je parlais des banlieusard en général dans le vie réelle, par sur le chat.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant