Pour ou contre l'avortement

Savonarol Membre 9 587 messages
Esprit de contradiction‚ 40ans
Posté(e)

La chose la plus perverse qui soit serait d'imposer un enfant à une femme qui n'en veut pas, quelles que soient les raisons de son refus. Que l'avortement ne soit pas une méthode de contraception, tout le monde est d'accord mais parfois la contraception ne fonctionne pas comme on l'aurait voulu. Alors qu'est-ce qu'on fait? On impose? Pauvre gosse, pauvre mère et pauvre géniteur. Il n'y a que des perdants dans l'affaire!.

Le fait que l'adoption existe et que les demandes sont toujours plus fortes que l'offre implique qu'il n y a pas d'imposition d'un enfant à sa mère, simplement de la responsabilité de mener sa grossesse à terme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

nonobonobo Membre 9 387 messages
X-Banni-X‚ 36ans
Posté(e)

Le fait que l'adoption existe et que les demandes sont toujours plus fortes que l'offre implique qu'il n y a pas d'imposition d'un enfant à sa mère, simplement de la responsabilité de mener sa grossesse à terme.

C'est pas "imposer",mais "responsabiliser" quand on voudrait obliger une femme qui ne le désire pas, de mener sa grosses à terme?

2 poids, 2 mesures, bien vu. :D

Non il arrive que certaines femmes n'aient juste pas envie de mener une grossesse à terme, malgré de bonnes conditions sanitaires, sociales, familiales, etc... Si elle ne le veulent pas, ben elles ont le droit de ne pas le faire.

C'est comme si demain on ne parlait pas "d'imposer" la vasectomie, mais de "responsabiliser" les violeurs... :clapping:

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 8 100 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 49ans
Posté(e)

La liberté à disposer de son corps est un droit naturel.

J'avoue que je serai intéressé par ta conception du droit naturel, de son périmètre et de ses limites.

Le droit naturel en tant que tel est un sujet passionnant qui n'est pas exempt de limites tant qu'il n'a pas de corollaires dans le droit positif et tant qu'il n'est pas assis sur une conception stable et partagée sur la condition humaine.

ça tombe bien, l'avortement est dans le droit positif, mais est il dans le droit naturel ?

Il n'existe aucun texte bien évidemment, le droit naturel étant par essence une nature supérieure et profondément attachée à la nature humaine.

La question de l'avortement, néanmoins, ne relève pas tant des libertés individuelles que de la conception que l'on se fait de la vie humaine.

Ton prémisse est de considérer que l'enfant à naitre n'est qu'une pâle extension de la mère.

Et c'est vrai dans le droit positif.

Alors justement, cette prémisse est elle toujours valable si tu me fais référence au droit naturel ?

Tu prends comme prémisse qu'un embryon n'est pas un être humain même s'il n'est qu'un être humain en devenir,

et moi je te répondrai que du point de vue du droit naturel, en fonction de l'idée qu'un être humain ne peut attenter à la vie d'un autre, tu pourras très bien défendre le droit à la vie et à la liberté d'un enfant que ce soit avant ou après sa naissance.

Sur ce point du droit naturel, je te pose donc une question.

En vertu de quel principe de droit naturel acceptes tu qu'un embryon de 15 semaines ne puisse plus être avorté alors qu'un embryon de 14 semaines ne te pose aucun problème de conscience ?

Ah, tu comprends enfin que l'on ne tue aucun "enfant à naître".

C'est bien, un nouveau pas en avant.

Je n'ai jamais dit qu'on tuait un enfant à naître.

Le terme avortement me va parfaitement.

Certain ont porté le terme de crime, je peux comprendre leur point de vue, ce n'est pas le mien.

Il n'en reste que cela n'est pas un acte banal.

C'est bien. Et vu que le droit à disposer de son corps est un droit naturel et non une responsabilité, on ne peut pas être irresponsable.

Donc tu vas finir par comprendre que tu agis de manière machiste et abominable vis-à-vis des femmes en les accusant d'être irresponsables sous prétexte qu'elles agissent en accord avec leur droit naturel à disposer de leurs corps, droit qui n'est pas le tien, car tu n'es pas une femme, et ne peut donc exiger d'avoir le droit à disposer de leurs corps.

Je pense que tu n'est pas à l'aise avec le périmètre du droit naturel, de ses forces, de ses faiblesses, du caractère universel et reconnu de ce droit donc de son périmètre et de ses limites.

Tu ne trouveras aucune définition universellement partagée parce que le droit naturel fait appel au concept de condition humaine.

Et selon ma conception, faire l'amalgame entre un embryon de 14 semaines et un kleenex qu'on jette est très très contestable...

Je rêve d'un jour où il n'y aura plus d'hommes pour se permettre de dire qu'une femme n'a pas le droit de disposer de son corps sous prétexte qu'il n'aime pas ça... Un peu idéaliste dans l'âme je sais...

Il faudrait que je tienne ce discours pour que tu puisses me combattre sur ce point.

Arrête de rêver et travaille ta compréhension.

Modifié par zenalpha
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Savonarol Membre 9 587 messages
Esprit de contradiction‚ 40ans
Posté(e)

@bonobo C'est de ça qu'on discute : si le "droit" à avorter ne se base plus que sur des éléments de conforts, et non sur une réelle mise en danger de la femme qui porte l'enfant, alors il n'est pas anormal de reconsidérer ce "droit" à l'aune de ce qu'est devenu le monde.

Modifié par Savonarol

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Ce droit ne pourra être remis en question que lorsqu'il existera une contraception efficace à 100% et sans effet indésirable, pour les femmes... Ou pour les hommes. Alors on pourra dire que les femmes qui avortent abusent de ce droit.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Savonarol Membre 9 587 messages
Esprit de contradiction‚ 40ans
Posté(e)

On en revient à ce que je dis sur une société qui ne se base jamais sur le risque zéro pour fixer le cadre de sa loi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lucdf Membre 3 190 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Le fait que l'adoption existe et que les demandes sont toujours plus fortes que l'offre implique qu'il n y a pas d'imposition d'un enfant à sa mère, simplement de la responsabilité de mener sa grossesse à terme.

Bien oui, et les femmes qui ont "fauté" pour employer un vocabulaire de cul béni, sont dégradées au rang de matrice pour les couples sans enfants? Bravo!. Qu'une femme décide librement de porter son enfant pour ensuite le faire adopter, c'est une chose et son choix est respectable mais dans ce domaine je ne vois pas comment imposer quoi que ce soit. Et ce sont les mêmes gens qui sont contre la PMA et la GPA pour les homos. Bravo la contradiction.!

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
casdenor Membre 11 203 messages
Bubon baveux de Belzébuth‚ 29ans
Posté(e)

La question de l'avortement, néanmoins, ne relève pas tant des libertés individuelles que de la conception que l'on se fait de la vie humaine.

Ton prémisse est de considérer que l'enfant à naitre n'est qu'une pâle extension de la mère.

Ah merde, t'avais presque réussi, mais tu viens de retomber dans le concept;

En vertu de quel principe de droit naturel acceptes tu qu'un embryon de 15 semaines ne puisse plus être avorté alors qu'un embryon de 14 semaines ne te pose aucun problème de conscience ?

Ceci implique que c'est en vertu d'un droit naturel que j'accepte qu'un embryon de 15semaines ne puisse plus être avorté. Merci de poser des questions valables.

Il n'en reste que cela n'est pas un acte banal.

Banal: dépourvu d'originalité, normal.

L'avortement est un acte banal, désolé.

Il faudrait que je tienne ce discours pour que tu puisses me combattre sur ce point.

Arrête de rêver et travaille ta compréhension.

C'est ce que tu fais depuis le début sur ce sujet en fait. Et j'aimerais bien que ce ne soit qu'un rêve, je n'aurais qu'à me réveiller. Malheureusement...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Savonarol Membre 9 587 messages
Esprit de contradiction‚ 40ans
Posté(e)

Bien oui, et les femmes qui ont "fauté" pour employer un vocabulaire de cul béni, sont dégradées au rang de matrice pour les couples sans enfants? Bravo!. Qu'une femme décide librement de porter son enfant pour ensuite le faire adopter, c'est une chose et son choix est respectable mais dans ce domaine je ne vois pas comment imposer quoi que ce soit. Et ce sont les mêmes gens qui sont contre la PMA et la GPA pour les homos. Bravo la contradiction.!

Je ne considère pas la grossesse comme une dégradation, à titre personnel j'ai beaucoup de considération pour le statut de mère. Ensuite, je sais bien que c'est le sentiment d'une bonne partie des gens de considérer la maternité comme une insulte ou une dégradation. Je pense l'inverse.

Ce que je dis, c'est qu'il existe une alternative à la mort. Et ma position c'est que les alternatives à la mort devraient être prises en compte au lieu d'être balayée d'un revers de main, parce qu'élaborer sa manière de voir le monde autour du mépris de la vie me semble dangereux.

On me parle de risque zéro, je dis qu'il n'existera jamais. On me parle de choix de la femme à être mère, je réponds qu'il existe l'adoption plutôt que l'IVG, pour peu qu'on ait à choisir entre l'un et l'autre.

Et il n y a aucune contradiction là-dedans, l'adoption légale en France n'a pas attendu les lubies des gays pour être débordée en terme de demande.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nonobonobo Membre 9 387 messages
X-Banni-X‚ 36ans
Posté(e)

@bonobo C'est de ça qu'on discute : si le "droit" à avorter ne se base plus que sur des éléments de conforts, et non sur une réelle mise en danger de la femme qui porte l'enfant, alors il n'est pas anormal de reconsidérer ce "droit" à l'aune de ce qu'est devenu le monde.

Mais sur quels critères objectifs et scientifique peut on juger du "confort" de l'avortement?

J'ai demandé, il y a quelques pages de ça, une définition concrète et valable de la notion "d'avortements évitables"... Il n'y en a eu aucune.

Et je vis te faire une révélation ;)

Il n'y en aura jamais, parce qu'aucune femme ne peut être considérée comme prioritaire à l'avortement.

Aucune femme ne doit faire l'objet d'une discrimination au droit d'avorter.

Et même si cette femme a recours à son 4° avortement, elle n'est pas plus condamnable ou irresponsable qu'une qui demande à subir son 1er.

Ce que vous ne comprenez pas c'est que l'avortement "de confort" n'existe que dans les cerveaux les plus obtus et réfractaires à ce droit. Que cet acte est toujours douloureux pour une femme (sans parler de psychologie, n'en oublions pas pour autant ces conséquences sur le physique).

Et que même si certaines femmes peuvent "abuser" de ce droit (au sens prédéfini par certains, pas par moi), il n'empêche qu'on ne peut pas "légalement" limiter ce droit.

Avec les exemples que j'ai donné vous n'arrivez pas encore à saisir le truc? Vous êtes au mieux désespérants, au pire machistes.

Trouvez vous une femme qui vous fera autant d'enfant que vous le souhaiterez, mais par pitié laissez libres ces femmes qui, malgré les excès de certaines, n'auront recours à cette pratique qu'une seule et douloureuse fois dans leur vie..... :snif:

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Savonarol Membre 9 587 messages
Esprit de contradiction‚ 40ans
Posté(e)

Mais sur quels critères objectifs et scientifique peut on juger du "confort" de l'avortement?

J'ai demandé, il y a quelques pages de ça, une définition concrète et valable de la notion "d'avortements évitables"... Il n'y en a eu aucune.

Quand une femme refuse une grossesse alors qu'elle n'encourt pas de risque de santé particulier parce que le pays où elle vit est doté d'un système de santé en bon état (pour l'instant) et qu'elle ne risque pas de se retrouver à la rue avec son enfant, quand son enfant peut être confié à l'adoption, mais qu'elle refuse quand même; on peut donc parler d'IVG de confort puisque c''est cela qu'elle privilégie. Ce qui ouvre une autre question " le confort est-il plus légitime que la vie?"

Comme je l'ai dit, la pédagogie se fait en amont. Nous vivons dans une société de consommation, un monde narcissique ou le rapport à l'autre n'existe que par rapport à soi. C'est une mauvaise chose que de déresponsabiliser les gens, et en particulier lorsqu'une vie est en jeu.

Après il y a tout un tas de questions connexes, genre la surpopulation, etc... Je ne suis pas contre étudier de réserver le droit à un enfant ( comme ce fut le cas en Chine) , par contre notre rapport à l'enfant qui autorise à qu'on en fasse ce qu'on en voudrait alors qu'il est déjà là; ça ça me gêne.

Et je vis te faire une révélation wink1.gif

Il n'y en aura jamais, parce qu'aucune femme ne peut être considérée comme prioritaire à l'avortement.

Aucune femme ne doit faire l'objet d'une discrimination au droit d'avorter.

Et même si cette femme a recours à son 4° avortement, elle n'est pas plus condamnable ou irresponsable qu'une qui demande à subir son 1er.

Pourquoi ? Au nom de quel principe ? De quelle règle immuable ? De quelle loi sacrée?

Rien n'est immuable, tout change.

Ce que vous ne comprenez pas c'est que l'avortement "de confort" n'existe que dans les cerveaux les plus obtus et réfractaires à ce droit. Que cet acte est toujours douloureux pour une femme (sans parler de psychologie, n'en oublions pas pour autant ces conséquences sur le physique).

Et que même si certaines femmes peuvent "abuser" de ce droit (au sens prédéfini par certains, pas par moi), il n'empêche qu'on ne peut pas "légalement" limiter ce droit.

Avec les exemples que j'ai donné vous n'arrivez pas encore à saisir le truc? Vous êtes au mieux désespérants, au pire machistes.

Trouvez vous une femme qui vous fera autant d'enfant que vous le souhaiterez, mais par pitié laissez libres ces femmes qui, malgré les excès de certaines, n'auront recours à cette pratique qu'une seule et douloureuse fois dans leur vie..... :snif:

C'est parce que tu ne connais pas le sens des mots que tu emploies, comme beaucoup d'autres personnes d'ailleurs.

Quand tu entends "confort" tu visualises un type dans un canapé avec un martini. Tu as l'image d'épinal du mot.

Si tu ne veux plus que j'utilise "confort" pour nommer l'avortement qui se fait sans autre raison que le confort individuel de la mère potentielle à ne pas l'être ( c'est à dire qui ne risque ni la mort ni la pauvreté , ni l'ostracisation par la société) alors dis moi quel qualificatif il est confortable pour toi que j'utilise?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

C'est marrant que certains aient des capacités d'empathie pour un embryon, mais pas pour une femme enceinte, pas pour une parturiente, pas pour un enfant adopté ou une femme qui a mis sa vie 9 mois entre parenthèses pour abandonner un bébé.

Le plus drôle c'est d'imaginer la tête des géniteurs dont la moitié de leur patrimoine génétique est donné à des étrangers...

  • Like 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 8 100 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 49ans
Posté(e)

Ah merde, t'avais presque réussi, mais tu viens de retomber dans le concept;

Une des caractéristique de l'homme, c'est sa capacité à conceptualiser.

Le droit naturel que tu évoques est un concept à la différence d'un embryon...

Ceci implique que c'est en vertu d'un droit naturel que j'accepte qu'un embryon de 15semaines ne puisse plus être avorté. Merci de poser des questions valables.

Et bien tu as un droit naturel qui t'est très personnel.

Et c'est normal puisque le droit naturel n'a rien d'universel.

L'évoquer ne justifie donc rien d'autre que tes états d'âme personnels.

Il faut t'en rendre compte.

Banal: dépourvu d'originalité, normal.

L'avortement est un acte banal, désolé.

Ce sont ces discours totalement irresponsables que finissent par entendre les jeunes filles.

Pourquoi faire attention, pourquoi se protéger en effet si l'avortement est d'une telle banalité...

C'est ce que tu fais depuis le début sur ce sujet en fait. Et j'aimerais bien que ce ne soit qu'un rêve, je n'aurais qu'à me réveiller. Malheureusement...

Ce que je fais, c'est d'éveiller les responsabilités.

Si je continue de te répondre, c'est uniquement pour limiter l'irresponsabilité du discours de banalisation.

Continue de dormir, tu le fais bien.

Modifié par zenalpha
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nonobonobo Membre 9 387 messages
X-Banni-X‚ 36ans
Posté(e)

Quand une femme refuse une grossesse alors qu'elle n'encourt pas de risque de santé particulier parce que le pays où elle vit est doté d'un système de santé en bon état (pour l'instant) et qu'elle ne risque pas de se retrouver à la rue avec son enfant, quand son enfant peut être confié à l'adoption, mais qu'elle refuse quand même; on peut donc parler d'IVG de confort puisque c''est cela qu'elle privilégie. Ce qui ouvre une autre question " le confort est-il plus légitime que la vie?"

Ok alors donne moi la différence scientifique entre une femme mariée sans enfant (et qui n'en veut pas) et une autre, déjà mère de 3, qui n'en veut plus....

Quelles raison scientifique et objective peux tu invoquer pour différencier ces deux femmes là? :o°

Comme je l'ai dit, la pédagogie se fait en amont. Nous vivons dans une société de consommation, un monde narcissique ou le rapport à l'autre n'existe que par rapport à soi. C'est une mauvaise chose que de déresponsabiliser les gens, et en particulier lorsqu'une vie est en jeu.

Si tu parles de "déresponsabiliser", tu sous entend la notion d'irresponsable, oui? non?

Alors tu sauras que ce n'est pas parce qu'une femme peut avoir recours, une fois dans sa vie, à l'IVG qu'elle en est pour autant "irresponsable"... :gurp:

Après il y a tout un tas de questions connexes, genre la surpopulation, etc... Je ne suis pas contre étudier de réserver le droit à un enfant ( comme ce fut le cas en Chine) , par contre notre rapport à l'enfant qui autorise à qu'on en fasse ce qu'on en voudrait alors qu'il est déjà là; ça ça me gêne.

"Il est déjà là" dans ton corps, dans ton âme, dans ta vie? NON. :sleep:

Stop aux extrapolations fumeuses.

Pourquoi ? Au nom de quel principe ? De quelle règle immuable ? De quelle loi sacrée?

Rien n'est immuable, tout change.

Au nom du respect de reconnaitre à la femme le droit de disposer librement de son corps? :o°

C'est parce que tu ne connais pas le sens des mots que tu emploies, comme beaucoup d'autres personnes d'ailleurs.

Quand tu entends "confort" tu visualises un type dans un canapé avec un martini. Tu as l'image d'épinal du mot.

Si tu ne veux plus que j'utilise "confort" pour nommer l'avortement qui se fait sans autre raison que le confort individuel de la mère potentielle à ne pas l'être ( c'est à dire qui ne risque ni la mort ni la pauvreté , ni l'ostracisation par la société) alors dis moi quel qualificatif il est confortable pour toi que j'utilise?

Juste un mot....le "respect". Qu'une femme ne désire pas mener une grossesse à terme ne doit pas en faire une sous citoyenne,

Vas y, fais toi plaisir et fais toi pratiquer une "vasectomie" d'aisance, puisque tu défends à ce point l'enfant à naître, ne te rends surtout pas responsable d'un grossesse non désirée. :hehe:

Modifié par nonobonobo
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
The_Dalek Membre 18 089 messages
IPH‚ 36ans
Posté(e)

ça commence a me blaser de me faire mettre un vent a chaque fois

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
casdenor Membre 11 203 messages
Bubon baveux de Belzébuth‚ 29ans
Posté(e)

Et bien tu as un droit naturel qui t'est très personnel.

Et c'est normal puisque le droit naturel n'a rien d'universel.

L'évoquer ne justifie donc rien d'autre que tes états d'âme personnels.

Il faut t'en rendre compte.

Euh. Tu ne sais pas lire ? Je te dis que ça n'a aucun rapport avec un droit naturel, et tu me rétorques que j'ai un droit naturel très personnel ?

Est-ce que tu pourrais essayer de lire ce que j'écris ?

Le droit naturel est celui à disposer de son corps.

Ce sont ces discours totalement irresponsables que finissent par entendre les jeunes filles.

Pourquoi faire attention, pourquoi se protéger en effet si l'avortement est d'une telle banalité...

HAHAHAHAHA.

Typique de la réplique machiste. "hey, arrête, tu n'as pas le droit de laisser aux femmes le droit à disposer de leurs corps !"

Ce que je fais, c'est d'éveiller les responsabilités.

Si je continue de te répondre, c'est uniquement pour limiter l'irresponsabilité du discours de banalisation.

Continue de dormir, tu le fais bien.

Ce que tu fais c'est d'essayer de faire culpabiliser des personnes en mettant en place un système dans lequel on leur aurait fait une faveur dont elles devraient se montrer dignes.

Ce que tu fais, c'est essayer de reprendre le contrôle sur le corps des femmes parce que tu ne supportes pas qu'elles exigent d'avoir les mêmes droits que toi.

Et la seule raison pour laquelle je te réponds c'est parce qu'il est hors de question que les réactionnaires ne se trouvent pas contredit et continuent à gagner du terrain.

@Dalek: Il ne va pas te répondre, ça signifierait qu'il devrait avouer qu'il n'en a aucune idée et qu'il se base sur TF1.

Modifié par casdenor
  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 8 100 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 49ans
Posté(e)

Euh. Tu ne sais pas lire ? Je te dis que ça n'a aucun rapport avec un droit naturel, et tu me rétorques que j'ai un droit naturel très personnel ?

Est-ce que tu pourrais essayer de lire ce que j'écris ?

Le droit naturel est celui à disposer de son corps.

Voila que tu arrives à dire une chose et son contraire dans une même phrase...

HAHAHAHAHA.

Typique de la réplique machiste. "hey, arrête, tu n'as pas le droit de laisser aux femmes le droit à disposer de leurs corps !"

Tu parles à ma place ou tu parles tout seul quand tu mets des guillemets ?

Les guillements sont réservées aux citations ou aux personnages de romans.

Pas aux monologues...

Ce que tu fais c'est d'essayer de faire culpabiliser des personnes en mettant en place un système dans lequel on leur aurait fait une faveur dont elles devraient se montrer dignes.

Ce que tu fais, c'est essayer de reprendre le contrôle sur le corps des femmes parce que tu ne supportes pas qu'elles exigent d'avoir les mêmes droits que toi.

Et la seule raison pour laquelle je te réponds c'est parce qu'il est hors de question que les réactionnaires ne se trouvent pas contredit et continuent à gagner du terrain.

Quelle faveur ont elles ?

Tu confonds avec les feux de l'amour...

On parle de faire valoir ses droits et de responsabilité, pas de faveur...

Ce serait intéressant aussi que tu t'intéresses au sens des mots tels que réactionnaires.

Il est clair que lorsqu'un intervenant trouve qu'une loi est parfaite et que le droit qu'elle octroie aux femmes doit être appliqué, c'est vachement réactionnaire...

Quant à la prise de contrôle sur le corps des femmes, c'est très amusant...

Si j'avais pensé un jour à une prise de contrôle sur quelqun, j'aurai plutôt pensé à la tête plutôt qu'au corps.

ça renvoie peut être un de tes fantasme.

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Savonarol Membre 9 587 messages
Esprit de contradiction‚ 40ans
Posté(e)

C'est marrant que certains aient des capacités d'empathie pour un embryon, mais pas pour une femme enceinte, pas pour une parturiente, pas pour un enfant adopté ou une femme qui a mis sa vie 9 mois entre parenthèses pour abandonner un bébé.

Le plus drôle c'est d'imaginer la tête des géniteurs dont la moitié de leur patrimoine génétique est donné à des étrangers...

Pourquoi ma sympathie s'exercerait à l'aune de la mort de l'un des deux partis ? En quoi souhaiter la vie pour tout le monde est un acte de haine envers celle qui la porte?

Ok alors donne moi la différence scientifique entre une femme mariée sans enfant (et qui n'en veut pas) et une autre, déjà mère de 3, qui n'en veut plus....

Quelles raison scientifique et objective peux tu invoquer pour différencier ces deux femmes là? :o°

Si tu parles de "déresponsabiliser", tu sous entend la notion d'irresponsable, oui? non?

Alors tu sauras que ce n'est pas parce qu'une femme peut avoir recours, une fois dans sa vie, à l'IVG qu'elle en est pour autant "irresponsable"... :gurp:

"Il est déjà là" dans ton corps, dans ton âme, dans ta vie? NON. :sleep:

Stop aux extrapolations fumeuses.

Au nom du respect de reconnaitre à la femme le droit de disposer librement de son corps? :o°

Juste un mot....le "respect". Qu'une femme ne désire pas mener une grossesse à terme ne doit pas en faire une sous citoyenne,

Vas y, fais toi plaisir et fais toi pratiquer une "vasectomie" d'aisance, puisque tu défends à ce point l'enfant à naître, ne te rends surtout pas responsable d'un grossesse non désirée. :hehe:

Tu ne comprends strictement rien à ce que je t'écris, est-ce que tu t'en rends au moins compte ?

J'ai l'impression de parler avec une boîte de mécano qui cherche "la bonne combinaison" pour pouvoir rester en lisse avec ses 4 roues crevées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
casdenor Membre 11 203 messages
Bubon baveux de Belzébuth‚ 29ans
Posté(e)

Voila que tu arrives à dire une chose et son contraire dans une même phrase...

*

Non, toujours pas.

Va falloir vraiment que tu apprennes à lire.

Tu parles à ma place ou tu parles tout seul quand tu mets des guillemets ?

Les guillements sont réservées aux citations ou aux personnages de romans.

Pas aux monologues...

Je fais référence à ce que tu dis. De rien pour l'explication, je sais que tu es lent.

Quelle faveur ont elles ?

Tu confonds avec les feux de l'amour...

On parle de faire valoir ses droits et de responsabilité, pas de faveur...

D'après toi elles ont la faveur du droit à disposer de leur corps.

Et il n'y a pas de responsabilité dans le fait de disposer de son corps; C'est un droit naturel.

Ce serait intéressant aussi que tu t'intéresses au sens des mots tels que réactionnaires.

Il est clair que lorsqu'un intervenant trouve qu'une loi est parfaite et que le droit qu'elle octroie aux femmes doit être appliqué, c'est vachement réactionnaire...

Lorsque cette personne considère qu'il faut culpabiliser les femmes pour les empêcher d'avorter, c'est également réactionnaire.

Parce que oui, dire aux femmes "soyez dignes et responsables" c'est l'équivalent de dire que le droit à disposer de leur corps est quelque chose d'octroyé, et non de reconnu (ce que tu as dit sur ce sujet), c'est à dire quelque chose qui pourrait être ôté. (c'est ce qui découle de ton discours)

Quant à la prise de contrôle sur le corps des femmes, c'est très amusant...

Si j'avais pensé un jour à une prise de contrôle sur quelqun, j'aurai plutôt pensé à la tête plutôt qu'au corps.

ça renvoie peut être un de tes fantasme.

De mieux en mieux. Chez Zenalpha, la tête ne fait pas partie du corps \o/

Modifié par casdenor
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Savonarol Membre 9 587 messages
Esprit de contradiction‚ 40ans
Posté(e)

Juste un mot....le "respect". Qu'une femme ne désire pas mener une grossesse à terme ne doit pas en faire une sous citoyenne,

Vas y, fais toi plaisir et fais toi pratiquer une "vasectomie" d'aisance, puisque tu défends à ce point l'enfant à naître, ne te rends surtout pas responsable d'un grossesse non désirée. :hehe:

fat.gif

Qu'est ce qui peut bien te faire croire que je libère le père de sa responsabilité de père dans ce que je t'explique de ce que je pense?

Putain mais la lourdeur.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant