Rodolphe YTTRIUM

Membre
  • Compteur de contenus

    2 501
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Rodolphe YTTRIUM

  • Rang
    Forumeur alchimiste

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    Paris
  • Intérêts
    psychologie, nature, société

Visiteurs récents du profil

2 272 visualisations du profil
  1. http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/11/26/on-a-teste-suivre-les-conseils-de-l-imam-google-pour-se-convertir-a-l-islam_4818228_4408996.html https://www.google.fr/webhp?sourceid=chrome-instant&rlz=1C1CHWA_frFR615FR615&ion=1&espv=2&ie=UTF-8#q=sites salafistes http://www.sounnah.free.fr/web_salafi.htm QUELQUES EXEMPLES PARMI TANT D'AUTRES DE LA MAINMISE DES SALAFISTES SUR LES MEDIAS !!!
  2. http://www.leparisien.fr/laparisienne/societe/arabie-saoudite-le-cinema-un-espoir-pour-les-femmes-28-03-2016-5667055.php http://www.rtl.fr/actu/international/arabie-saoudite-festival-de-cinema-dans-un-pays-sans-salles-obscures-7776665994 Je suis sidéré d'apprendre qu'il n'y a pas de salles de cinéma en Arabie saoudite !!! Incroyable... Pourtant ils ont bien la télévision internationale ?? Pauvres arriérés !! Et pourtant je peux témoigner que lorsqu'ils sont en France, il n'y a plus d'austérité qui compte !! J'ai eu des témoignages de portiers d'hôtels de luxe à qui ces saoudiens demandaient des "bonnes adresses" pour des p..s (hallal ?)
  3. TOUS LES PARTIS POLITIQUES sans exception ont une grande responsabilité ! Mais pas uniquement en France comme on a pu le voir recemment en Allemagne et en Belgique. Il y avait toujours cette obsession du racisme et dce l'islamophobie, qui a fait que...on a rien fait ! Et encore...j'ai presque envie de dire "heureusement" qu'il y a eu les attentats et qu'on s'est enfin décidé à envoyer nos "services" infiltrer les mosquées radicales et surveiller internet ! Sinon... Il y a des types comme Mohamed Sifaoui et bien d'autres qui crient au loup depuis de nombreuses années en vain ! Il faut dire qu'il y a une très grande manipulation et infiltration de certains médias par les salafistes, pour embrouiller le discours et faire passer la lutte contre le radicalisme pour de l'islamophobie !!! Ils sont très, très fort dans l'art de manipuler, c'est vraiment leur fond de commerce... Quand je lis un certain XXX sur le forum dire : "les femmes ont le "droit" de porter le voile, donc laissons-les en paix" Comme si les mêmes règles de droit et de démocratie devraient prévaloir vis à vis de gens qui méprisent ouvertement ladite démocratie ???
  4. C'EST "CA" QU'IL FAUT COMBATTRE !!! C'EST "EUX" LES INTOLERANTS, PAS TOUS LES MUSULMANS (Dieu merci, si je puis dire)
  5. Ce qui nous choquent profondément, nous autres chrétiens ou de "culture judéo-chrétienne", c'est le fait que ces fanatiques salafistes veulent faire régresser des individus !! On s'est débarrassé une bonne fois pour toutes de nos moeurs moyenâgeuses, de tous les nombreux excès, persécutions, guerres, dûes aux religions, et EUX VOUDRAIENT, en quelque sorte, revenir à l'époque du prophète en pensant que c'était "le bon vieux temps" et que nous sommes, avec nos démocraties et nos libertés individuelles des êtres "en perdition" Ce qui nous frappe aussi, est ce qui semble une "résignation" des musulmans"normaux" par rapport à ces phénomènes intégristes...On prend ça, à tort ou à raison, comme une forme de connivence, de complicité. Je crois qu'en fait ils ont peur, en dénonçant ces brebis galeuses qui leur font probablement plus de tort qu'à nous, de passer pour des "traîtres à le cause de la communauté musulmane".
  6. A partir du moment où l'on a la prétention de réunir TOUS les hommes avec une même pensée, une même philosophie, une même religion ou un même courant politique, on est sûr d'aller droit dans le mur et on est OBLIGE de l'imposer par la force physique ou morale. On a essayé le communisme, dans le même "esprit" que les religions monothéistes et on a vu ce que ça a donné !!! Certes l'individualisme actuel est une réaction a tout celà, sans doute, et ça n'est pas une "bonne chose", mais l'individualité est inhérente au genre humain et elle DOIT demeurer la règle. Etre un individu n'a JAMAIS été incompatible avec la vie en commun, le partage et le respect des autres. Les intégristes et autres fachistes de tout poil ne veulent pas en entendre parler, craignant sans doute qu'il ne mène à l'anarchie, ce en quoi ils se trompent lourdement à mon avis. Historiquement, c'est toujours l'excès de contrainte et l'absence de liberté qui a mené à l'anarchie (ni Dieu, ni Maître).
  7. Voici un lien vers un court, mais passionnant entretien avec un chercheur qui explique très bien les raisons du succès du salafisme dans nos société occidentales... http://www.scienceshumaines.com/salafisme-les-raisons-d-un-succes-entretien-avec-samir-amghar_fr_25724.html Il ne faut pas voir que l'aspect "religieux" dans ce rejet d'un certain nombre de nos valeurs et habitudes de vie, par les salafistes et par d'autres musulmans tout aussi bien d'ailleurs... N'oublions pas que dans toutes les religions, les notions de paix, de paradis, d'enfer, de péché et d'haram ne concernent que les croyants, les autres étant disons-le franchement considérés au mieux comme des "âmes perdues, errant dans la nature" Par essence, la croyance en un (très, très) hypothétique "dieu" étant une pure construction de l'esprit (pas très sain(t), disons-le) il y a toujours chez eux, l'obséssion de "perdre" la foi ou de "douter". Ainsi "caricaturer "Dieu" ou "Allah", c'est mettre en péril l'édifice improbable qu'ils ont réussi à mettre en place au prix d'effort absolument surhumains, au fil des siècles... A ce titre, le mécréant, l'infidèle, l'athée, sont des "bêtes à abattre", ce qui pour des fanatiques devient une sorte de devoir sacré et licite !!
  8. je pense et ceci est un autre problème, qui nécessite un débat sérieux, les mécanismes de la démocratie dans le monde doivent subir une révision complète Justement !!! C'est surtout pas ce que "nous" souhaitons pour la démocratie ! Aucune transaction sur des principes UNIVERSELS, que sont les droits de l'homme et de la femme de disposer de leur corps comme il l'entendent, sans contraintes concernant leur croyances, leurs moeurs (gays, lesbiennes etc.), le travail qu'ils exercent, avec qui ils veulent se marier etc., etc. Ce sont des valeurs que nous appliquont en France, mais ce sont des valeurs concernant L'ENSEMBLE DES ÊTRES HUMAINS DE LA PLANETE !! Il n'y a pasq de "sous-liberté" sous des ridicules et rétrogrades principes religieux, dont le but est ern réalité de pouvoir continuer à exercer toutes sortes de contraintes sur les femmes, comme "au bon vieux temps" du prophète !! Quand à "l'éradication" du salafisme en France, je n'y crois pas du tout à court terme, son interdiction me semble dangeureuse, mais l'idée de le classer dans les "sectes" tout à fait approprié, puisque la religion musulmane n'a jamais prescrit la plupart des "interdits" que mettent en avant les intégriste-fondamentalistes salafistes. On ne peut que regretter, à cet égard qu'il n'existe pas de procédure d'excommunication, à l'instar de celle des catholiques. Cela règlerait le problème sans doute...
  9. Merci pascou pour le fil. Très interessant en effet ! J'en recopie quelques extraits... "Ce prosélytisme a affecté la pratique de l'islam dans le monde sunnite en le rendant de plus en plus conservateur. En occident, il a produit une communauté ultra-rigoriste, cherchant à reconstruire une société idéale, de l'entre-soi. Ainsi on peut s'inquiéter en France du problème sociétal que pose la croissance de cet islam puritain, d'autant que certains de ses partisans peuvent, en raison de certaines de leur pratiques, entrer en conflit avec les lois républicaines. Mais il ne faut pas tout mélanger. Salafisme n'est pas synonyme de djihadisme." Pas synonyme de djihadisme : d'accord, mais synonyme d'extrème intolérance (pas à leurs yeux, mais aux nôtres !!) vis à vis des femmes. Que ce soit dans la tenue vestimentaire, la pratique de sports, la mixité, l'exercice d'une profession, le fait de serrer la main d'un homme, le fait d'être soigné par un médecin homme etc., etc., etc. Tout celà étant, pour nous "occidentaux" (et d'ailleurs surtout pour les femmes "occidentale"), absolument intolérable, et signe d'une régression que l'on voudrait nous imposer !! On est à l'opposé de ce que l'immense majorité des français souhaite ardemment : avoir la paix une bonne fois pour toutes avec ces problèmes d'intégration, de religion, d'intolérance, de prosélytisme, de communautarisme etc. Ces salafistes, malins, voyant que nous ne céderons jamais sur nos principes fondamentaux, exercent toutes sortes de pressions pour grappiller ça et là quelques droits, ou plutôt passe-droits. Bien évidemment il le font sur un échelon local, municipal, et les quelques maires qui finissent par céder de guerre lasse, le regrêttent amèrement lors d'élections municipales, ou en termes de popularité... Ils ont réussi dans certains pays "nordiques" et au Royaume-Uni, à imposer le port du voile y compris aux agents de police et à tous les fonctionnaires qui le souhaitent. Il existe, malheureusement un certyain nombre de français qui considèrent que le port du voile, dont la signification est d'abord et avant tout religieuse est tout à fait acceptable et ne "dérange" personne...Cette attitude complètement irresponsable est guidée par la volonté de ne pas paraître "islamophobe" et à se donner une apparence de tolérance, qu'ils ne resentent pas forcément, mais qui est "valorisante". La religion est ET DOIT RESTER du domaine strictement privé et l'on a pas à "imposer" les signes extérieurs de "croyances" qu'un bon nombre de français considère comme rétrogrades, voire moyenâgeuses !
  10. suite de la description du SALAFISME en france d'après wikipédia LE SALAFISME EN FRANCE La présence du salafisme en France est identifiée depuis les années 1990. Pour le politologue Gilles Kepel, les émeutes de 2005 dans les banlieues françaises "permettent, à côté de la participation politique massive des enfants de l'immigration musulmane, l'émergence d'une minorité salafiste visible et agissante qui prône le "désaveu" (al bara'a) d'avec les valeurs de l'occident "mécréant" et l'allégeance exclusive (al wala') aux oulémas saoudiens les plus rigoristes". Selon des sources policières, la France compterait 90 lieux de culte d'obédience salafiste sur 2 500 lieux de prière recencés en 2 015, soit deux fois plus qu'en 2010, et environ cinq fois plus qu'en 2005. D'après la Direction Générale De La Sécurité Intérieure (DGSI), le nombre de fidèles affiliés au courant a quand à lui triplé entre 2010 et 2015, passant de 5 000 à 15 000. Cette progréssion a lieu essentiellement dans les grands centres urbains (région Parisienne, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur). Le courant quiétiste est largement majoritaire dans le salafisme français. L'essor de la mouvance serait dû à l'effacement des Frères Musulmans représentés au sein de l'Union des Organisations Islamique de France. Par exemple, la mosquée Assalam de Nantes a fait l'objet d'une vive controverse lors de sa construction commencée en 2009 et achevée en 2012. Elle est la plus grande mosquée de sa région. La mosquée est souvent classée parmi les exemples des efforts du Qatar pour exporter le wahhabisme, leur version extrème et souvent intolérante de l'islam, dans toute l'Europe. En 2 012, son "sulfureux" imam, Rachid Abou Houdeyfa, avait affirmé que ne pas porter le voile, c'était s'exposer au viol. Selon le sociologue Samir Amghar, "[...] le salafisme s'est implanté grâce à la prédication des premiers diplômés européens revenus d'Arabie Saoudite où ils étaient allés suivre une formation en sciences religieuses.[...] Les ouvrages des théologiens salafis sont de plus en plus présents dans les librairies islamistes, ils deviennent des références pour beaucoup de musulmans, même pour ceux qui appartiennent aux autres tendances de l'islam (frères musulmansd, tablighis...). Le salafisme s'impose de plus en plus comme une orthodoxie religieuse. Cette prédication est tellement efficace que le mouvement a vu ses effectifs doubler en cinq ans, passant de 5 000 en 2004 à plus de 12 000 aujourd'hui (en 2012)". Et de relever une évolution récente : "Internet est devenu la principale source d'information religieuse mais aussi le principal pourvoyeur de radicalité. Ce n'est plus tant dans les mosquées (radicales), lieux traditionnels du débat mais aussi du recrutement des djihadistes avant le 11 septembre 2001, et où les imams (salafistes) se savent aujourd'hui très surveillés par les services de renseignement [...]". En effet, même les salafistes djihadistes reprennent avec succès les codes du Web et les principes du marketing 2.0 pour embrigader la jeunesse et l'inciter à rompre totalement avec le reste de la société dite mécréante. Pour les spécialistes de l'islam, cette progression s'explique par la perte d'influence de l'Union des Organisations Islamiques de France, branche française des Frères Musulmans. Si les salafistes français sont dans leur grande majorité des quiétistes qui dénoncent le djihad armé, le chercheur Haoues Seniguer estime que "le néosalafisme d'aujourd'hui peut être un sas vers le djihadisme". Pour le sociologue Samir Amghar, l'autre raison est à chercher dans la "demande de normes très strictes". Cette affiliation à "des groupes religieux intensifs forts, capables d'offrir des codes de sens et une sécurité apaisante" serait aussi vécue comme un "défi manifeste à l'opinion majoritaire". C'est pourquoi, "le salafisme fascine ceux qui ont un différent avec l'ordre social". Toutefois, d'après Médiapart, le salafisme français "est le fait de petits groupes informel ne cherchant pas à se fédérer à l'échelon national. Aucun de ses représentants ne siège dans l'instance de dialogue avec l'islam, lancée par Manuel Valls le 15 juin 2015 pour réfléchir à la formation des imams et au financement des mosquées"
  11. En fait à une certaine époque aux U.S.A., si j'ai bien compris, c'était une expréssion méprisante pour ne pas dire carrément raciste pour désigner ou stigmatiser les noirs ?
  12. nouvelle suite de wikipedia : CRITIQUE DU SALAFISME Le djihadisme salafiste est essentiellement vu sous le prisme de deux paradigmes. L'un est le considérer comme un épiphénomène isolé et séparé de l'islam comme postulé par les tenants de la guerre contre le terrorisme, qui discrimine alors les "mauvais musulmans" et des "bons" musulmans, et la vaste majorité des musulmans se dissociera volontiers des djihadistes. L'autre paradigme, plus ancré dans une grille de lecture du "choc des civilisations", estime que cette dichotomie entre musulmans, reviens à sous-estimer les connections idéologiques, spirituelles, culturelles et sociales qui lient les djihadistes au reste des musulmans plus modérés, et les tenants de ce paradigme seront alors d'avis que le phénomène djihadiste représente une tendance inhérente du salafisme, lui même s'inscrivant dans l'islam. En France ces différents paradigmes ont été synthétisés par Olivier Roy, comme étant "l'islamisation de la radicalité" ou "la radicalisation de l'islam", ils sont l'objet de querelles dans le milieu universitaire français Le député de Charente-Maritime, Olivier Forlani, appelle les pouvoirs publics à s'attaquer à cette "idéologie qui considère la république comme une mécréance", avertissant que "le salafisme est le carburant du djihadisme" Compte tenu de la pression contraignante qu'il compare à celle des mafias, l'historien André Ropert suggère de "classer le salafisme parmi les dérives sectaires", soulignant que "le salafisme djihadiste travaille à la déstabilisation mentale, à l'embrigadement des mineurs, développe un discours anti-social pour ne rien dire du trouble à l'ordre public" Le journaliste Mohamed Sifaoui est encore plus virulent à l'égard du salafisme qu'il qualifie d' "idéologie nihiliste" : "depuis plusieurs années, je plaider, malgré les cris d'orfraies, à la criminalisation de l'idéologie salafiste et à l'interdiction pure et simple des organisations s'inspirant de la pensée des frères musulmans"
  13. Cette branche de l'islam qu'est le salafisme représente un réel danger, et bien que peu nombreux ils sont extrèmement virulents partout en Europe et depuis une bonne trentaine d'années. Il aura fallu les attentats pour qu'on s'en aperçoive enfin !! Ce que je cherche à démontrer dans ce sujet est qu'ils ne peuvent pas "rentrer dans le rang" et accepter nos règles. Sauf à renoncer à être des salafistes, ce qui est impossible évidemment !
  14. Je pense BEAUCOUP de mal de TOUTES les religions, mais n'éxagérons tout de même pas non plus ! Par contre il ne faut JAMAIS laisser le pouvoir politique aux religieux et les cantonner dans la sphère privée. Vive la laïcité à la française qu'il nous faut préserver QUOIQU'IL arrive !!!