• billets
    109
  • commentaires
    741
  • vues
    435 539

Je suis tombé amoureux

Jedino

64 vues

Lisez! Voilà ma petite histoire. Oh, elle est toute personnelle, pleine d'une banalité. Vous verrez. Mais, constatez plutôt.

Il est vrai, je suis tombé amoureux, amoureux du désespoir. J'avais toujours imaginé, pourtant, aimer une fille, peut-être un garçon, quelque chose en tout cas qui porte un nom et peut créer ou détruire de ses mains. Choses plaisantes, choses trompeuses. Tu vois un paysage radieux là où seul existe le cimetière. Celui de nos amours, celui de nos espérances.

Lisez! Et apprenez que des morts peuvent pousser les fleurs et la vie. Moi-même, j'ai eu la chance d'aller cueillir celle qui m'attendait, là, seule, magnifique, au clair de lune absent. Jamais je n'avais vu pareille beauté : morte, fanée d'avoir trop aspirée la lumière et le monde. Morte, parce que là est son destin. Le sublime n'existe que dans l'éphémère, et il me fallait le rencontrer, à mon tour, comme tant d'autres avant moi, et comme tant d'autres encore après moi.

Lisez, oui! Parce que nous le devons bien. Que ce soit notre passé ou notre avenir, nous lisons, avec amertume parfois, avec curiosité souvent. Curiosité étrange où l'intérêt manque. Mais là n'est pas le propos.

J'aimais, donc, la seule folie qui méritait fidélité. Que voulez-vous, sans un Dieu à qui abandonner nos vies, il nous faut une idole à qui consacrer nos peines. Et quelle meilleure idole que l'âme des peines elle-même? Ainsi, j'avais rencontré l'humain désespoir qui paraissait être une femme. Si je devais philosopher là-dessus, je vous dirais sûrement que la perdition n'a pas de sexe.

Laissons tomber les mots, laissons tomber les politesses. Et oublions, également, nos quêtes assassines. Il n'y a de vérité que la mort, et de mort que la vie. Allons, jeune idiot, nul n'irait croire que la mort est la vie et la vie, la mort. J'ai longtemps pensé que le désespoir consistait à douter à un suprême degré de la foi en une nouvelle respiration, en un doute qui pousse à chercher l'expiration. Je me suis trompé. Les suicidés sont les êtres les plus vivants que je connaisse. Ils aimaient tant vivre qu'ils étaient prêts au sacrifice le plus grand pour enfin la trouver. Car lorsque je me promène, tout le jour, lorsque je voyage d'un endroit à un autre, je n'y vois que des corps en putréfaction, des êtres qui n'en ont que l'apparence. Regardez! Combien vont trouver leur existence dans la douleur et la souffrance? Combien irait au bagne pour saisir, rien qu'une unique fois, ce qu'ils ont toujours cru avoir?

Je suis tombé amoureux, oui, et j'ai compris. J'ai compris que ni la déchirure, ni la mort, ne me faisaient peur. Que je suis, en réalité, profondément suicidaire. Suffisamment pour me condamner à vivre encore et encore, jusqu'au terme qui m'est échu. Un jour, peut-être, parlerai-je de masochisme existentiel.

Lisez bien ceci, car il sera le dernier.


4 personnes aiment ça


20 Commentaires


Dans l'expression "je suis tombé amoureux", ce " tombé " est quand même significatif. Et là ça se voit bien.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

J'ai lu, j'ai apprécié lire ton texte, Jedino ... contrairement à toi, j'ai peur de la mort.

J'ai pas pu voir le cadavre de mon père, avant qu'il soit incinéré. C'était au dessus de mes forces.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

C'est gentil! Et j'ai envie de te répondre que craindre la mort n'est pas anormal, bien au contraire.

Amoureuse de la vie, hein ;)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Avec une telle injonction dès le premier mot, incontournable, j'étais bien obligée de lire -_-

Ca prend aux tripes, bravo Jedino. (ça m'énerve tous ces gens qui savent écrire :/)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

(j'ai le droit de signaler des fautes que tu as laissé passer ?: "trop aspiré(e) la lumière" - "Combien irai(en)t au bagne". Si j'ai pas le droit, n'hésite pas à supprimer ce com'!)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Avec une telle injonction dès le premier mot, incontournable, j'étais bien obligée de lire -_-

Ca prend les tripes, bravo Jedino. (ça m'énerve tous ces gens qui savent écrire :/)

Déjà que Jedino nous prive des titres absurdes et sans rapport avec le contenu qui faisaient partie de sa signature, voilà qu'il se met au racolage, tout ça pour être lu par une sorcière. Vous devriez avoir honte de vous, tous les deux. sleep8ge.gif

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

(Je me demandais si c'était moi ou si j'avais réellement évité l'erratum! Ma foi, j'ai ma réponse, maintenant!)

konvicted : quel jaloux tu fais! T'en fais pas, si j'en écris un autre, je ferai un titre à la kon rien que pour renouer avec le bon vieux temps!

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Avec une telle injonction dès le premier mot, incontournable, j'étais bien obligée de lire -_- Ca prend les tripes, bravo Jedino. (ça m'énerve tous ces gens qui savent écrire :/)
Déjà que Jedino nous prive des titres absurdes et sans rapport avec le contenu qui faisaient partie de sa signature, voilà qu'il se met au racolage, tout ça pour être lu par une sorcière. Vous devriez avoir honte de vous, tous les deux. sleep8ge.gif

Au moins il est lu, lui. Ça valait bien un titre correct.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

J'ai aussi voté en louzdé, l'écriture est fluide et le texte touchant;)

Par contre n'ayant pas visionné le clip, je me suis demandée si c'était la traduction d'une chanson ou bien une production spéciale Jedino.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Tout de même, je choisis d'avoir plutôt peur de la vie.

Bah c'est plus facile d'avoir peur de la vie que de la mort : nous y sommes plus souvent confrontés. :smile2:

Un jour, peut-être, parlerai-je de masochisme existentiel.

Friedrich s'y est déjà attelé : à part lui faire pousser moustache et syphilis, ça n'a rien donné... Laisse tomber !

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Tout de même, je choisis d'avoir plutôt peur de la vie.

Bah c'est plus facile d'avoir peur de la vie que de la mort : nous y sommes plus souvent confrontés. :smile2:

Ça tombe bien, la facilité est l'une de mes deux spécialités. L'autre, c'est la difficulté, mais j'y excelle tellement que j'ai décidé de l'éviter, pour me confronter au challenge et ne pas tomber dans la facilité.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Winona : Hahaha! Non, ce n'est pas une traduction de la/d'une chanson!

Tequila : Ah, ceci explique cela! Je comprends mieux pourquoi je l'aime bien! (Et, je songeais justement à la moustache)

Pti Charlot : C'est gentil

Cela dit, ça me gêne quand même, j'le trouve pas plus réussi que ça, pour le coup, le texte. J'en préfère d'autres, m'enfin!

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant