Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'syndicats'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

17 résultats trouvés

  1. Les syndicats sont financés par : - les cotisations des adhérents - les entreprises - les collectivités locales sous forme de subventions - des subventions publiques d'état Selon le journal " Le Parisien" La cotisation des syndiqués ne représente que 3 à 4 % de la part du budget syndical alors qu'à l'étranger elle s'élève à 80%. "Les syndicats français n’ont pas besoin de syndiqués Les conséquences de ces modes de financement sont multiples. Les syndicats français n’ont pas besoin de syndiqués, et n’en ont effectivement pas beaucoup. Leurs permanents proviennent du secteur public et défendent en priorité les intérêts des salariés publics. Ces permanents sont nombreux et peuvent être mobilisés facilement pour l’organisation de grèves ou de manifestations. Ces syndicats sont riches : immeubles variés, dont de nombreux châteaux, trésoreries disponibles abondantes (CFDT : 308 millions d’euros ; CGT : 87 millions d’euros). Ils peuvent ainsi facilement bloquer des réformes qui ne leur conviennent pas comme l’a constaté le gouvernement socialiste pour la loi El Khomri. Comme la loi a rendu leurs biens insaisissables, ils ne craignent pas les condamnations judiciaires." https://www.contribuables.org/2017/02/pourquoi-il-faut-mettre-fin-au-financement-public-des-syndicats/
  2. Cela est arrivé quelquefois dans l'histoire du syndicalisme que le paiement des jours de grève soit un préalable à la reprise du travail. Mais il me semblerait pour le moins malvenu de la part des cheminots de l'exiger, compte tenu des ennuis causés à la population, et accessoirement du manque à gagner de l'entreprise.
  3. grandfred

    FNSEA : double jeu

    « Faire une série de retours sur l’histoire de la FNSEA, nous permet de mieux comprendre la dose de violence et d’impunité consentie par l’État aux agriculteurs. La FNSEA a toujours eu un comportement ambigu ; d’un côté, elle attise la colère des agriculteurs, et de l’autre, elle se pose en médiatrice incontournable entre eux et l’État pour régler les crises à sa façon ; quitte à se faire huer par sa base comme ce fut le cas à Paris en septembre 2015 pour Xavier Beulin, homme d’affaires et capitaliste notoire [1] et président de ladite FNSEA. ............................(......................................)............................................ Dans les décennies suivantes, au gré des crises (surproduction, sécheresse, etc), caillassages de préfectures, blocus de gares, descentes dans les supermarchés, etc deviendront monnaie courante. Le paroxysme sera atteint en 1976, quand des viticulteurs en colère tueront un commandant de CRS à la carabine approvisionnée en munitions pour gros gibier et en blesseront 28 autres. L’enquête n’aboutira jamais, conformément à une tradition d’impunité solidement ancrée et qui resurgira avec les bonnets rouges . En 2013, la FDSEA [3], encouragée par son président, Thierry Merret, met en mouvement les légumiers de Bretagne mécontents des contraintes fiscales et administratives. Ils incendient le centre des impôts et les locaux de la MSA de Morlaix ; ils vont jusqu’à retarder l’arrivée des pompiers par un ballet de tracteurs et en leur déversant des tonnes d’artichauts sous les pieds. Ils ont droit alors aux plus vives félicitations de Thierry Merret (alors qu’au regard du droit, certains faits sont d’une extrême gravité). Trois jours plus tard, conjointement rédigé par le syndicat et la chambre d’agriculture de Bretagne, un communiqué hypocrite tout à la fois regrettait « le recours à des actions violentes » et les justifiait en affirmant que « La profession tout entière n’encourage pas à l’excès, mais elle ne sait plus comment se faire entendre afin que des mesures efficaces et rapides soient prises ! ». En fait, notre impression est qu’elle sait trop bien comment se faire entendre ! Malgré l’enquête, Thierry Merret ne sera pas inquiété et les forces de l’ordre feront mine de ne pas pouvoir identifier les auteurs des faits. A l’image de feu X. Beulin, les dirigeants FNSEA sont des notables souvent de droite, maires de leurs villages, administrateurs de coopératives, de la MSA et/ou du crédit agricole. Malgré que les manif’ organisées par la FNSEA aient causé des centaines de millions FF de dégâts, François Guillaume, après de bons et loyaux services (1979 à 1986) comme président de la FNSEA, devient ministre de l’agriculture sous Chirac, entre 1986 et 1988. Cette nomination est un signal clair en direction de la FNSEA et de ses méthodes. C’est une reconnaissance pure et simple, par l’État, de ses actions violentes ; pour le passé et l’avenir. Au fur et à mesure, la FNSEA s’est professionnalisée et aujourd’hui son expertise est appréciée jusqu’à Bruxelles. Elle est devenue une entreprise capitaliste plus soucieuse de ses parts de marchés et de ses profits que du monde agricole et des agriculteurs. Si les agriculteurs de la Fédération nationale des jeunes exploitants familiaux (FNJEF), liée au Modef, déclarent  : « Si le système ne fonctionne pas, il faut changer le système » et que la Confédération paysanne déclare que « les plans d’allégements des charges ne changent rien car on ne s’attaque pas aux racines du mal », nous savons qu’ils sont uniquement motivés par une volonté de s’assurer des privilèges. Si nous sommes d’accord sur le principe qu’il faut changer de système, nous ne sommes pas, pour autant, d’accord avec les objectifs corporatistes poursuivis par les différentes organisations d’agriculteurs. Adhérer à la FNSEA, c’est aussi bénéficier de réductions diverses, façon comité d’entreprise, avec la « carte moisson » (réductions pour matchs de foot, pour décathlon, etc), y compris chez… le grand ennemi (carrefour & co). Les fédérations encaissent, au passage, un pourcentage sur les ventes ; ce qui revient à pratiquer ce que la FNSEA, elle-même, dénonce, à savoir, les marges arrières. Bien entendu, les exploitants agricoles ne se doutent pas des rétrocessions au profit des FDSEA. ....................................(.................................)................ Beaucoup d’exploitants agricoles sont empêtrés dans des situations difficiles, criblés de dettes et de problèmes juridiques. Coincés, ils sont souvent obligés d’adhérer à la FNSEA malgré leur aversion car c’est elle qui octroie prêts et « facilités ». La baisse continuelle du nombre d’agriculteurs depuis un demi siècle est la preuve d’une politique délibérée d’asservissement et d’une guerre d’usure contre les petits paysans. La FDSEA n’hésite pas à les mobiliser contre leurs intérêts tout en les manœuvrant dans des actions spectaculaires afin d’entretenir chez eux l’illusion d’actions efficaces, sauf que l’efficacité est, en définitive, destinée à promouvoir une politique de grands propriétaires. La FNSEA est, également, bien implantée au niveau des commissions d’installation ce qui lui permet de favoriser ceux qui y adhèrent ; obligeant ceux qui souhaiteraient rester indépendants ou qui voudraient se tourner ailleurs, à la rejoindre. Le nombre d’exploitants agricoles ayant été divisé par quatre entre 1955 et 2015, il est aujourd’hui inférieur à 500 000. C’est là le résultat de la politique agricole menée par l’État et la FNSEA qui s’est faite au bénéfice des agriculteurs les plus riches, dirigeants ou membres importants de ce syndicat. Ces dirigeants sont les gagnants de cette politique car ils ont pu moyennant les aides du Crédit Agricole (où ils ont leurs entrées) agrandir leurs propriétés en rachetant les terres abandonnées par leurs anciens collègues et en même temps s’enrichir en profitant, en tant que notables, du formidable développement du système coopératif agricole. Le crédit agricole, au niveau bancaire, et les coopératives, au niveau de l’agro-industrie, sont des puissances économiques de premier ordre. Malgré les manifestations fréquentes et spectaculaires, il y a une profonde identité de vue entre l’État et la FNSEA sur un objectif à long terme, connu sous le terme de PAC et fixé par la loi de modernisation de l’agriculture française de 1962 : Bâtir une agro-industrie puissante, centralisée et fortement capitalisée. Si la FNSEA doit prendre quelques libertés avec les règles en chemin pour protéger et développer ce secteur, qu’elle les prenne. Les pouvoirs publics ferment les yeux. Dans une confusion des genres, Bernard Lannes de la Coordination rurale (proche de l’extrême-droite), concurrente de la FNSEA, dénonçait : « … la FNSEA [qui] organise des pseudo-manifestations pour râler contre des décisions prises en cogestion avec l’État ». » en entier sur http://www.socialisme-libertaire.fr/2018/04/fnsea-double-jeu.html
  4. Le sujet n 'étant pas sur le principe du syndicalisme et de la défense des droits mais sur la dérive de nos syndicats français qui ne sont pas à l'écoute des salariés mais qui sont juste là pour faire leur pub, histoire de faire croire qu'ils se battent pour des idéaux Exemple : Travail de nuit chez Sephora (parfumeur) Les syndicats feront appel contre Sephora et le travail de nuit : l'obligation de fermer à 21 h menacerait plus de 45 emplois avec 20 % du chiffre d'affaires se faisant en soirée, le magasin fermant à 1 h 00 du matin. ... Un argument qui fait rire :smile2: : un risque accru du cancer du sein chez les femmes !! Et les femmes salariées qui disent : mais on est mieux payé et surtout plus disponible pour nos enfants ... A elles de choisir non ??? Même problématique pour le travail le dimanche .... Si le syndicats ne sont pas là pour défendre et répondre à la demande des travailleurs, pourquoi existent -ils ???
  5. La CFDT et le Medef font reculer l’âge de la retraite http://www.monde-dip...complementaires
  6. Les fascistes n' hésitent plus à défiler dans nos rues ! ""le réseau identitaire tisse sa toile dans le Nord-Pas-Calais. Une manifestation d'extrême droite de grande ampleur, organisée le 8 octobre à Lille par la Maison flamande de Lambersart – ou Het Vlaams Huis -, inquiète les pouvoirs publics. Quelques 600 manifestants venus des quatre coins de la France (Paris, Lyon, Montbéliard), mais également de Belgique, sont attendus pour défiler dans les rues lilloises, avant une "fête du cochon contre le tout hallal". Un rassemblement qui rappelle ceux organisés, en mai dernier à Paris et à Lyon, où des incidents avaient éclaté. Autant d'éléments qui ont poussé Martine Aubry a alerter mardi le préfet de Région via une lettre : "Je vous demande de bien vouloir tout mettre en oeuvre afin que l'ordre public soit respecté et que les mesures que vous estimez nécessaires puissent être prises en temps utile", demande la maire de Lille."" lire en entier l' article sur : - http://www.metrofrance.com/lille/la-manifestation-identitaire-nationale-a-lille-inquiete-les-autorites/mkio!9kU6WbBUJDtW2/ une autre source : ""La mobilisation monte contre la manif d'extrême droite d'ampleur nationale ...prévue à Lille le 8 octobre (notre édition du 15 septembre). « On aura des identitaires, des fachos et des néonazis : la droite de l'extrême droite », souligne Gérard Minet. Le délégué régional de la Ligue des droits de l'homme (LDH) met la pression sur les autorités avec trois courriers envoyés ces derniers jours."" lire l' article en entier : http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Metropole_Lilloise/actualite/Secteur_Metropole_Lilloise/2011/09/23/article_manif-d-extreme-droite-du-8-octobre-a-li.shtml Un appel de camarades antifascistes : Une manifestation antifasciste d’ampleur, la seule solution pour barrer la route à l’extrême droite le 8 octobre ! Profitant d’un contexte social tendu et d’une crise du capitalisme sans précédent, l’extrême droite entend poursuivre son implantation tout azimut. Partout en France et en Europe, elle distille son racisme et sa xénophobie sous la forme de l’anti-islam et de l’ultra nationalisme ainsi que de l’homophobie et du sexisme. Le 8 octobre 2011 à Lille, c’est un ensemble de groupuscules fascisants provenant de toute la France qui appelle à se rassembler et à manifester. Toute la frange la plus dure de l’extrême droite française sera présente, des nationalistes autonomes aux identitaires en passant par les néo-nazis. Face à cette provocation de l’extrême droite, nous nous organisons en conséquence ! Pour ne pas laisser étaler leur politique de haine, de racisme et de stigmatisation de l’immigration, opposons-leur la solidarité des travailleurs-euses face aux idées de l’extrême droite. Ensemble soyons uni-e-s, déterminé-e-s et solidaires dans l’action contre le fascisme qui est le bras armé du capitalisme. Rendez-vous samedi 8 octobre 2011 à 15h devant le marché couvert de Wazemmes (Lille) Une soupe sera proposée par le CSP 59 à l’arrivée du cortège place de la République > Premiers signataires (à la date du 27 septembre, 18h) : ACF, Alliance Rouge et Noire, AL, Alternatifs, APU Moulins, CGT conseil général du Nord, CGT unions locales d’Auchel-Béthune-Bruay-Isbergues-Lillers, CNT, Comité « Libérez-les », Comité Solidarité Basque, Cordillera, Coordination Communiste 59/62, CSP 59, FA Béthune, Flamands Roses, Front Syndical de Classe, Gauche Unitaire, GDALE-CGA, Initiative Communiste Ouvrière, JC Lille, LDH, Le Cri du Coron, MRAP 59/62, NPA, Parti de Gauche, PCF Lille, PRCF, Solidaires 59/62, Spartak Lillois, SUD éducation 59/62, SUD étudiant-e Lille, Turbulences Sociales… > Mise à jour des documents téléchargeables : La liste des signataires figurant sur les tracts et sur l’affiche noire & blanche (format pdf) a été actualisée le 26 septembre à 14h30. La mise à jour des autres documents sera faite prochainement. http://www.cnt-f.org/59-62/ un article sur ces nationalistes autonomes : Cinq skinheads suspectés d'agressions en série SOCIETE - Trois jeunes majeurs et deux mineurs, membres d'un groupuscule d'extrême droite, ont été déférés mercredi matin au parquet de Nancy qui a ouvert une information judiciaire pour "violences volontaires aggravées". A la mi-journée, ils étaient en cours de présentation devant un juge d'instruction en vue de leur mise en examen à l'issue d'une enquête préliminaire portant sur une dizaine d'agressions commises ces derniers mois. Le parquet a requis que quatre d'entre eux soient placés en détention provisoire. Il s'agit de "jeunes gens qui montaient en puissance" et auxquels il fallait "donner un coup d'arrêt", indique Amaury Lacôte, vice-procureur de Nancy. Ils feraient partie d'un groupe d'extrême droite baptisé "Autonomes lorrains". Celui qui apparaît comme "le leader de ce mouvement" est l'un des trois majeurs, étudiant en droit. Selon le parquet, les policiers de la brigade des violences urbaines ont découvert "des éléments qui laissent à penser qu'ils sont d'extrême droite, comme des tracts ou un t-shirt avec une croix gammée et une inscription évoquant les camps de concentration". "Les suspects "s'en prenaient à des gens d'extrême gauche ou qu'ils pensaient d'extrême gauche. Ils agissaient en groupe, ils étaient souvent alcoolisés, et pour l'un des faits ils chantaient un chant nazi. Ils ont demandé à l'une de leurs victimes si elle était juive". "Ils reconnaissent une partie des faits, la quasi totalité", précise le vice-procureur, mais pas l'agression dont avait été victime une militante de l'Unef, molestée devant sa cité universitaire. Leurs victimes ont été passées à tabac. Leurs blessures ont entraîné des interruptions temporaires de travail importantes, pouvant aller jusqu'à 45 jours. Pour l'une des agressions une chaîne de vélo a été utilisée."" source : http://www.libestrasbourg.fr/actu/2011/02/cinq-skinheads-suspectes-dagressions-en-serie.html Un truc plus réaliste, plus informé venant de militants antifascistes : - http://documents.actionantifasciste.fr/histonaso/histonaso.html et pour finir la lecture : - http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/category/nationalistes-autonomes/ NO PASARAN !!!!!
  7. Malgré la propagande, le FHAINE n' est pas pour nous, les salariés !!!!! à lire : FN, le pire ennemi des salarié-e-s mar, 01/03/2011 - 01:48 | Anonyme L’association VISA vient de publier une brochure intitulée : « FN, le pire ennemi des salarié-e-s » Son but est d’aider les militants syndicaux à expliquer et démonter le discours du FN qui trompe les salarié-e-s au moment où ces derniers, fragilisé-e-s par la crise, le chômage, la précarité... peuvent facilement se faire piéger (19 % des ouvriers et 16 % des chômeurs ont voté FN aux régionales de 2010 !). Alors qu’il prétend défendre les salarié-e-s, le programme du FN sur les retraites, l’emploi, les salaires, le temps de travail, le droit du travail et les syndicats est purement antisocial et particulièrement régressif. Cette brochure décrypte le programme du FN sur ces thèmes et livre aux militants syndicaux des arguments pour combattre les idées d’extrême droite sur leur lieu de travail. - Cette brochure est gratuite. Deux exemplaires peuvent être envoyés sur simple indication de votre adresse postale à (Les frais d'envoi sont pris en charge par une structure syndicale membre de VISA). Pour un envoi plus important, il sera demandé une participation aux frais. - Elle est aussi 'feuilletable' en ligne. | """ Je vous conseille de lire aussi ces liens : - http://www.politique.net/2007122602-enquete-sur-la-fortune-de-le-pen.htm - http://tempspresents.wordpress.com/2010/04/25/sylvain-crepon-tournant-anti-capitaliste-du-front-national/ - http://www.forumfr.com/sujet395427-le-pen-l-argent-la-suisse-une-belle-histoire-d-amour.html -http://iresmo.jimdo.com/2011/01/30/le-fn-permanences-et-mutations-d-un-parti-d-extr%C3%AAme-droite/ - Voir « Pourquoi la CGT combat l’extrême droite », 
Note économique, nº 108, mars 2007. -http://dailleursnoussommesdici.org/2011/05/immigres-une-boite-a-outils-pour-repondre-a-marine-le-pen-et-nicolas-sarkozy-11-mai-2011-par-carine-fouteau/ etc............. Au royaume des aveugles, un borgne était roi !!!!!!!!!!
  8. L'enquête qui flingue les syndicats: "Beaucoup d’argent part dans les poches" Roger Lenglet et Jean-Luc Touly, auteurs du livre "Syndicats, corruption, dérives, trahisons", ont dénoncé mercredi sur BFMTV le fonctionnement actuel des syndicats en France. "Syndicats, corruption, dérives, trahisons", l'énumération est cruelle. Le livre de Roger Lenglet et Jean-Luc Touly, qui paraîtra jeudi, n'épargne pas le monde syndical, en y dénonçant de nombreuses dérives. Après plus de trois années d’enquêtes au sein d'entreprises publiques comme privées, les deux journalistes ont mis au jour un "système mafieux", qu'ils ont décrit sur BFMTV mercredi midi. Corruption et détournements Roger Lenglet et Jean-Luc Touly rappellent que la dernière loi sur les syndicats date de 1884, et qu'en vertu de ce texte, ni les organisations syndicales ni les comités d’entreprise n’ont l'obligation de faire certifier leurs comptes. "Dans les grands comités d’entreprises comme la SNCF, la RATP, EDF ou Air France, on constate que des centaines de millions d’euros sont attribués chaque année aux comités d’entreprises; une grande partie est dévoyée et va malheureusement dans les fédérations syndicales des secteurs d’activités concernés", explique Jean-Luc Touly. "Ça se joue sur des milliards, renchérit Roger Lenglet, si l'on regarde toutes les sources de financement, y compris le fait de siéger dans des organismes paritaires comme le 1% logement, la Sécurité sociale, la formation professionnelle. Beaucoup d’argent part dans des poches personnelles, à travers des systèmes de fausses facturations de rétrocommissions, ou tout simplement de fausses factures". Harcèlement moral et licenciement abusif Les deux journalistes rappellent que l’ancien numéro un de la CGT, Bernard Thibault, avait réussi à faire embaucher son épouse et ses enfants au sein du comité central de la SNCF. Ils citent aussi le cas du prestataire de service chargé d’organiser l’arbre de noël du comité central de la SNCF: "Il avait été obligé de payer une publicité dans le journal de la fédération CGT des cheminots pour pourvoir avoir le marché". Les deux journalistes ont réussi à recueillir de nombreux témoignages de l'intérieur, mais non sans peine, et dénoncent à propos "un véritable système de harcèlement moral et de licenciement". Ainsi, "le contrôleur de gestion a été licencié de façon abusive", selon eux, après les avoir informés. Ils ajoutent aussi que de nombreux syndicalistes sont ulcérés par les pratiques internes et veulent faire bouger les choses. Une "insulte" pour Laurent Berger Quelques bonnes feuilles de cette enquête ont déjà été publiées dans L’Express cette semaine, titré en une "Pourquoi les syndicats sont nuls", sur un montage de photos de trois militants vus de dos et portant les logos de la CGT, de la CFDT et de FO. La couverture a déjà fait réagir le numéro un de la CFDT, Laurent Berger. "La couverture de L'Express aujourd'hui est une insulte à l'action des militants de terrain et aux plus de 800.000 adhérents de la CFDT", affirme-t-il dans un tweet. "Les syndicats sont peut-être imparfaits mais ils ne sont pas nuls", a-t-il ajouté dans un autre tweet. BFMTV
  9. Des vacances en plus ? Les suisses disent non merci Appelés aux urnes pour voter un allongement des vacances, nos voisins suisses s’y sont opposés à 66,5%. Un résultat incompréhensible pour des Français. Obtenir deux semaines de congés en plus par an… L’idée aurait sans doute séduit de nombreux salariés français. Mais la question a été posée de l’autre côté des rives du lac Léman et les citoyens suisses n’ont pas, mais alors pas du tout, été sensibles à cette proposition. Consultés dimanche dans le cadre d’une votation (un référendum) fédéral, ils ont été 67% à rejeter sans états d’âme cette « initiative ». Les Suisses romands (les francophones) ont été les plus mesurés : un peu plus de 49% des électeurs dans le canton du Jura étaient ainsi prêts à se laisser tenter, tandis qu’en Suisse alémanique, les avis étaient nettement plus tranchés, 78% d’électeurs farouchement opposés dans le canton de Schwyz, ou 74% contre dans le très riche canton de Zoug… Pas question donc de porter les congés payés annuels de quatre à six semaines, comme le réclamait le syndicat Travail. Suisse. Pour justifier sa proposition, l’organisation avait pourtant souligné que rallonger les vacances aurait permis de lutter efficacement contre le stress professionnel, un mal qui rongerait 30% des salariés helvétiques. Cet argument a laissé les votants de marbre. Et ce, alors même que la Confédération est un des pays européens où le nombre de jours de vacances est le plus bas d’Europe et les journées travaillées les plus longues. « Les citoyens ont le sens des réalités », s’est enthousiasmé Hans-Ulrich Bigler, le directeur de l’Union suisse des arts et métiers, résumant ainsi le sentiment des patrons helvètes qui redoutaient que cette mesure ne grignote la compétitivité des entreprises. Inquiets pour l’avenir de leur économie, les Suisses avaient également en tête l’exemple de leurs voisins français. Et, à leurs yeux, les 35 heures sont un… repoussoir. « Les Français ont nettement plus de temps libre que les Suisses et cela n’a pas apporté grand-chose au pays », a ainsi estimé Economiesuisse, l’organisation patronale. Et d’enfoncer le clou : « Le taux de chômage est élevé, l’économie est affaiblie et les Français se font porter pâle deux fois plus souvent que les Suisses. » Ambiance… Après ce cuisant revers, les syndicats suisses ne veulent toutefois pas en rester là. Ils souhaitent à présent lancer le débat au niveau des branches professionnelles pour parvenir, au cas par cas, à alléger la charge de travail des salariés. Leur tâche s’annonce difficile… Le parisien
  10. Les dommages versés aux ex-salariés seraient un frein à l'embauche Samedi 07 Juillet - 23:44 Laurence Parisot souhaite discuter avec les syndicats d'un plafonnement des dommages et intérêts accordés par les tribunaux aux anciens salariés de petites entreprises, déclare-t-elle dans un entretien au Journal du dimanche. La présidente du Medef tient ces propos à la veille de l'ouverture de la grande conférence sociale qui doit permettre de lancer, en concertation avec le patronat et les syndicats, les premiers grands chantiers du quinquennat de François Hollande. «Je veux (...) discuter avec les syndicats du plafonnement des dommages et intérêts accordés par les tribunaux aux ex-salariés de Petites et moyennes entreprises (PME) et très petites entreprises (TPE)», déclare Laurence Parisot ... «Un frein majeur à l'embauche» «Lorsqu'ils atteignent des montants qui vont jusqu'à deux ans de salaire, voire plus, ils mettent en péril la survie des petites entreprises. Ce risque est un frein majeur à l'embauche», ajoute-t-elle. Suite de l'article... Source: 20 Minutes
  11. Grève des enseignants : public et privé ensemble Mardi 27 septembre - 07:48 Ce mardi, les enseignants font grève à l'appel de leurs syndicats, public comme privé réunis de manière inhabituelle. Dans la ligne de mire des grévistes : les suppressions de postes. Après une rentrée avec des classes surchargées, le budget 2012 prévoit encore 14000 suppressions de postes et doit passer demain en conseil des ministres. Reste à savoir si cette manifestation qui s'annonce très suivie saura peser sur la décision du gouvernement. CmoiC
  12. doug

    Faut-il nationaliser ?

    Bonjour, Ces temps-ci, en France, le mot nationalisation revient avec insistance. Après Florange des syndicats des chantiers navals de Saint-Nazaire réclament que l'État devienne actionnaire majoritaire de leur groupe. Honnêtement, l'idée de nationaliser ne me déplaît pas, mais à y regarder de plus près l'argent ne coule plus à flots. Les grands groupes se meurent et la concurrence devient plus rude. Pires encore, les fusions et acquisitions arrivent très rarement à être concrétisées d'où mon interrogation ? Faut-il nationaliser partiellement ou totalement (et pendant un laps de temps) une entreprise en difficulté ?
  13. Bonjour, Syndicats et patronat de la quasi-totalité des orchestres et opéras français ont lancé lundi un appel aux décideurs politiques pour le maintien des orchestres permanents, menacés dans le monde entier. "Il est assez inhabituel qu'on se retrouve ensemble", a souligné lundi Philippe Fanjas, directeur de l'Association française des orchestres, lors d'une conférence de presse commune des associations d'employeurs (Chambre professionnelle des directions d'opéras, Syndicat national des orchestres et théâtres lyriques, etc.) et des syndicats d'artistes (CGT, FO, Unsa et SUD). "Cette campagne est un cri d'alarme pour rappeler aux responsables politiques le rôle essentiel de service public que les orchestres jouent sur le terrain", a souligné M. Fanjas. Récemment, le licenciement massif des artistes permanents de l'Opéra de Rome (182 musiciens et choristes), après la disparition de l'Orchestre de la Radio d'Athènes, puis celle de l'Orchestre de chambre de Copenhague, ont alerté la Fédération internationale des musiciens (www.fim-musicians.org). Même le prestigieux Royal Concertgebouw d'Amsterdam est menacé par les coupes budgétaires. En Allemagne, la radio RWE a programmé la fusion de ses deux orchestres pour 2016. Suite
  14. los Ghosn lors d'une conférence le 10 janvier 2012. STAN HONDA / AFP AUTOMOBILE - Le constructeur français l’a confirmé mardi à «20 Minutes»… Après les 8.000 suppressions d'emploi de PSA, c'est au tour de Renault. Le groupe entend réduire son effectif de 7.500 personnes d'ici 2016 en France afin d'améliorer sa compétitivité, a annoncé mardi une porte-parole du constructeur automobile. Le groupe, qui a tenu ce jour une sixième réunion de négociations avec ses syndicats, compte notamment pour cela sur 5.700 départs naturels, et exclut tout plan de départs volontaires. Les suppressions de postes envisagées représentent 14% environ de l'effectif actuel de Renault en France. suite http://www.20minutes...rance-dici-2016 la descente au enfer des entreprises continus que fait le gouvernement pour ça :gurp:
  15. extrait : Le FN avait besoin de reprendre une initiative plus ou moins spectaculaire, après les difficultés de positionnement tactique auxquelles se sont livrés récemment ses dirigeants, face aux manifestations contre le « Mariage pour tous ». Aussi avait-il besoin de réinvestir le terrain « social », ou plus exactement, celui du discours empreint de démagogie sociale. L’Accord sur l’emploi, signé le 11 janvier 2013 par une partie des confédérations syndicales représentatives (CFDT, CFTC et CFE-CGC) – mais critiqué par d’autres (CGT, Solidaires, FSU, FO...) – et les organisations d’employeurs (MEDEF, CGPME, UPA), lui en fournit l’occasion. Depuis le 17 janvier, le parti d’extrême droite a mis en ligne sur son site une pétition contre cet accord, qualifié par Marine Le Pen de « déclaration de guerre aux salariés ». Bien qu’il n’appartienne pas à VISA, en tant que collectif unitaire qui s’adresse à tous les syndicalistes pour combattre ensemble l’extrême droite, de prendre position sur le contenu même de l’accord, il est de notre tâche d’analyser les buts poursuivis par le FN sur ce terrain. ......(.......)...... Marine Le Pen prétend que « cet accord est conçu pour servir les intérêts du Medef et de la grande entreprise. Ce sont eux seuls qui sortent gagnants. » Ce prétendu constat est faux. Sans même aborder la question (controversée) de savoir si les contreparties négociées par les confédérations syndicales signataires peuvent ou non satisfaire les travailleurs, le constat est faux au sein même du patronat : La CGPME, représentant les petites et moyennes entreprises, ainsi que l’UPA (Union patronale de l’artisanat) ont signé l’accord du 11 janvier, aux côtés du Medef. Pour les mêmes raisons, Marine Le Pen a encore tort quand elle prétend que l’accord du 11 janvier peut se caractériser ainsi : « Rien pour les PME-PMI, de graves reculs pour les salariés (…) et tout pour les grands groupes. » Ou encore quand elle caractérise l’accord de déclaration de guerre aux salariés « sans apporter le moindre appui à nos petites et moyennes entreprises. » lire en entier sur : http://www.visa-isa.org/node/12528 merci à http://www.raslfront...dex-557584.html un petit rappel : http://tempspresents...front-national/
  16. L'emploi des jeunes au coeur de la rencontre des partenaires sociaux Mardi 08 Février - 08:32 Le patronat et les syndicats se retrouvent mardi 8 février au siège du Medef à Paris pour débattre de l'emploi des jeunes, une question unanimement jugée cruciale mais qui ne devrait pas connaître de solution révolutionnaire. L'emploi des jeunes, ou plutôt leurs difficultés d'emploi puisqu'un jeune actif sur quatre est sans travail, est un des sujets prioritaires de l'agenda social 2011-2012 dont sont convenus les syndicats (CFDT, CFE-CGC, CFTC et Force ouvrière) et le patronat (Medef, UPA, Confédération générale des petites et moyennes Entreprises) le 10 janvier, à l'ouverture de leur cycle de négociations sociales. "La situation est grave", déclarait récemment lors d'un colloque consacré à cette question Laurent Berger, de la CFDT, en soulignant que le bond que le chômage des jeunes avait fait depuis septembre 2008 et la dégradation générale de l'emploi sur fond de crise financière internationale. Suite de l'article... Source: 20minutes.fr
  17. RÉGION. Pris à partie lors de la manifestation des agriculteurs, hier mercredi à Châlons-en-Champagne, les inspecteurs du travail en appellent à leur ministre. Les images d’une voiture en feu véhicule siglée « Direccte Champagne Ardenne » lors de la manifestation des agriculteurs, hier mercredi à Châlons, aura été celle de trop. Les représentants CGT des inspecteurs du travail de Champagne-Ardenne ont écrit ce matin au ministre du travail, François Rebsamen, à leur DRH et à leur direction afin d’exiger « de l’ensemble de la ligne hiérarchique une condamnation immédiate, publique et sans équivoque de ces actes et la tenue d’une réunion en urgence au plus haut niveau ». « Dix ans après le double assassinat d’inspecteurs à Saussignac en Dordogne, La FDSEA de la Marne et de Champagne-Ardenne multiplient des appels à la violence contre les agents de l’Inspection du travail, dénonce Anthony Smith de la CGT Champagne-Ardenne. Le 24 octobre dernier, on voit passer dans un journal agricole un article titré « contrôleurs vous êtes prévenus » avec en dessous la photo d’une de nos voitures à qui on a enlevé toutes les roues. Mercredi, c’est l’entrée des locaux de l’inspection du travail qui a été murée avec un slogan « Stop » tagué en gros puis dans l’après-midi une voiture avec le logo de notre direction a été violemment détruite et brûlée lors de la manifestation. Sans parler des appels à mobilisation en cas de contrôle… (> Relire le direct) Un seuil est en train d’être franchi avec ces appels dangereux et totalement irresponsables. Il suffit que cela tombe dans l’oreille de certains agriculteurs un peu plus chauds que d’autres pour que l’on arrive à des drames. » Plainte après du procureur de la République http://www.lunion.presse.fr/region/les-inspecteurs-du-travail-denoncent-les-appels-a-la-ia0b0n434971
×