Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'élections municipales'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

4 résultats trouvés

  1. Christiane Taubira, "Je préfère la voir dans un arbre après les branches que la voir au gouvernement". Les mots sont d'Anne-Sophie Leclere, candidate du Front national aux élections municipales de Rethel dans les Ardennes. Des propos tenus devant les caméras de l'émission "Envoyé spécial" diffusée hier soir sur France 2. La jeune femme, qui pose sur sa page Facebook en compagnie de Marine Le Pen, était interpellée sur un photomontage partagé sur les réseaux sociaux. On y voyait une une photo de la garde des Sceaux accolée à celle d'un singe. Assumant le cliché - tout de même retiré de la page Facebook après le reportage -, Anne-Sophie Leclere ne cachait pas tout le mal qu'elle pense de la ministre de la Justice : "une sauvage", selon elle, évoquant même "le sourire du diable". La jeune femme assure toutefois qu'elle n'est pas raciste : "J'ai des amis qui sont noirs", explique la candidate, avant de préciser : "Un singe, c'est un animal. Un Noir, ça reste un être humain". source : http://www.lunion.presse.fr/accueil/video-la-candidate-du-fn-a-rethel-compare-christiane-ia0b0n232729
  2. "AFP, publié le jeudi 12 juillet 2018 à 18h45 La République en marche élabore sa stratégie de conquête des mairies en vue des élections de 2020, consciente que son manque d'ancrage territorial la forcera à nouer des alliances ici ou là, y compris avec les édiles sortants. Après le raz-de-marée euphorique de 2017 qui lui a permis d'emporter d'un coup Elysée et Assemblée nationale, le parti d'Emmanuel Macron sait que trois ans d'exercice du pouvoir, conjugués à ses faiblesses structurelles, le contraindront à bien plus de réalisme. L'enjeu est de taille: s'assurer un réseau d'élus locaux étoffé qui permettrait au chef de l'Etat de briller aux sénatoriales de 2020 - après l'échec de l'automne 2017 - puis qui soutiendront Emmanuel Macron en 2022, pour une éventuelle réélection. Dans le même temps, "il y a quasiment un dégagisme au niveau municipal", assure un cadre du parti, qui s'interroge: "Il y a une demande de renouvellement profond mais est-ce qu'on sera en mesure de la capter ?" Le parti réfléchit donc à sa méthode agile pour ratisser le plus large et parachever une recomposition politique engagée avec l'élection d'Emmanuel Macron. Sachant que cela bouillonne à tous les étages, entre une base avide d'en découdre sur le terrain, des ambitions émergentes à assouvir et des maires sortants impatients de voir comment l'inconnue LREM viendra troubler le jeu. Au sommet - le patron Christophe Castaner et son bureau exécutif - on travaille au volet national de la future campagne, à savoir "comment on conceptualise le municipalisme En Marche, en termes de fiscalité, de convergence des politiques publiques etc", décrit un cadre. "Il y aura une circulaire diffusée très prochainement auprès des Marcheurs qui recoupera le récit, les objectifs qualitatifs et réaffirmera qu'il n'y a pas de candidats avant l'heure", ajoute cette même source, affichant le désir de cadrer les débats. Car en parallèle, les comités locaux ont commencé à plancher sur des projets spécifiques pour leurs villes. Et malgré les réticences d'un QG parisien qui a du mal à réguler toutes les ardeurs, des groupes En Marche! se sont créés dans certains conseils municipaux. - "Faire avec l'existant" - Cependant, les trous dans la raquette sont nombreux: avec seulement deux ans d'existence, LREM "manque de cadres" dans certains territoires "et il faut qu'on ouvre toujours plus. On a besoin de réinjecter en permanence des gens qui sont proches de notre philosophie", témoigne une source LREM. La semaine passée, la direction du parti a proposé à ses comités d'organiser un atelier "ancrage local" pour "renforcer le maillage territorial". La feuille de route est d'établir un diagnostic cet été, puis un temps de prise de contact d'ici novembre pour une intégration dans le paysage politique et associatif avant la fin de l'année. Mais parfois, cela ne suffira pas et "il faudra faire avec l'existant", prévient un cadre. "Dans tous les territoires on dit: attention, il y a des maires avec qui on repartira", prévient cette même source, en notant que "certains maires sont aussi conscients qu'on ne peut pas gagner mais qu'on peut les faire perdre". Cette main tendue, qui nécessitera évidemment d'accorder une place importante aux Marcheurs sur la liste, s'effectuera à travers l'adhésion à une "charte des valeurs" prônant notamment "probité, pluralisme, parité". A défaut d'un soutien net aux élections européennes, il sera demandé a minima de ne pas prendre position contre la liste LREM. Premiers visés, les maires Les Républicains tendance modérée et rebutés par la ligne suivie par Laurent Wauquiez, à l'image de Jean-Luc Moudenc (Toulouse), Christian Estrosi (Nice) ou Olivier Carré (Orléans), regroupés au sein du mouvement "La France audacieuse". Ceux-là ont été d'ailleurs reçus par Emmanuel Macron lors d'un dîner à l'Elysée en février, et sont chouchoutés par le Premier ministre issu de leurs rangs, Edouard Philippe, quitte à agacer certains Marcheurs historiques qui soupçonnent Matignon de vouloir "faire les investitures". Avertissement reçu chez LR: alors que M. Wauquiez a reçu mardi 100 maires pour préparer le scrutin, un cadre s'inquiète du "danger mortel" de la tactique LREM. " Et la start-up LREM ne fait rien d'autre que faire ce que tous les partis font depuis des lustres ... magouilles, tripatouillages et combines électorales : changement ? vous avez cru changement ?
  3. "Je suis d'origine algérienne et je ne suis pas d'accord avec certains discours de certains responsables du FN dans mon département." Nadia Portheault, candidate FN à Saint-Alban (Haute-Garonne), jette l'éponge, révèle La Voix du Midi mardi 5 novembre. En cause, selon l'hebdomadaire, "un manque de soutien logistique de la part de son parti mais surtout des propos racistes entendus au sein de la base militante du FN de Haute-Garonne". Nadia Portheault avait été investie tête de liste dans cette commune de 6 000 habitants. Cette mère de famille a écrit un courrier à Marine Le Pen et Serge Laroze, président départemental du FN 31, pour les informer du retrait de sa candidature, précise La Voix du Midi. Selon le journal, elle a également rendu sa carte d'adhérente, tout comme son mari. "Décalage entre le discours de Marine et celui de la base" "Nous constatons qu'il y a un décalage entre le discours de Marine et celui de la base militante, souligne la jeune femme. Cette ambiguïté permanente, entre la vitrine et une arrière-boutique spécialisée dans les blagues vaseuses sur les Arabes et les homos, n’était plus supportable." "Je voulais être candidate sous mon nom de jeune fille, Djelida, poursuit-elle. On m'a vivement conseillé de privilégier mon nom d'épouse, allant même jusqu'à me dire que mon prénom était déjà presque un handicap." Elle se serait même entendue dire par un cadre du FN 31 : "Toi et tes enfants, vous êtes bons pour le four…" Nadia Portheault n'est pas la première candidate FN à démissionner après avoir constaté un décalage entre le discours de la présidente du parti et celui de la base militante. Benoît Girard, deux fois candidat frontiste dans les Ardennes (aux cantonales en 2011 et aux législatives en 2012) a démissionné à deux reprises. "Je me suis senti mal à l'aise face à certaines attitudes xénophobes, voire racistes (...). J'ai pensé, peut-être naïvement, que l'arrivée de Marine Le Pen à la présidence allait me permettre de faire exister une ligne différente, plus républicaine et plus sociale, orientée vers une ligne de réconciliation nationale que je souhaitais défendre…" expliquait-il en 2011 dans les colonnes de L'Union. Un an plus tard, il constate que "le vote FN [procède] beaucoup plus d'un réflexe 'anti-immigré' que d'une aspiration collective à sortir d'un système socio-économique vécu par beaucoup comme une donnée imperméable au questionnement". source : "]http://www.francetvinfo.fr/elections/municipales/municipales-une-candidate-fn-choquee-par-des-propos-racistes-jette-l-eponge_451382.html#xtor=RSS-3-[]
  4. Tourcoing: les Roms aux urnes, des Tourquennois comme les autres Dimanche, une vingtaine de Roms, qui vivent sur le campement près de la gare, sont allés voter. Citoyens européens, résidant à Tourcoing depuis plus de six mois, ils ont fait valoir leur droit, dimanche. Elle s’appelle Emmanuela, elle est Roumaine et n’a pas osé décacheter l’enveloppe qui avait été déposée pour elle au CCAS. Une missive avec le cachet de la République française, qu’elle regarde d’un air mi-incrédule, mi-admiratif. À l’intérieur : une carte d’électeur qu’Emmanuela a tendu aux assesseurs du bureau de vote de l’école Bonnot de Tourcoing. Ils sont vingt-deux Roms installés sur le campement Chateaubriand, près de la gare, à avoir sollicité le droit de voter aux élections municipales et européennes. « C’est parce qu’ils sont Européens qu’ils ont ce droit de vote », rappelle Christine Mathieu, présidente du Collectif Roms Citoyen et Solidaire Tourcoing Vallée de la Lys. À la fin de l’année dernière, elle les a accompagnés en mairie pour s’inscrire. « Je m’étais renseignée auparavant au service élections ; ils m’ont dit que c’était possible. » Ils sont allés armés de leur passeport et d’une attestation de domiciliation au centre communal d’action sociale ou au foyer Bethel. La suite de l'article
×