Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'Ardennes'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

14 résultats trouvés

  1. Christiane Taubira, "Je préfère la voir dans un arbre après les branches que la voir au gouvernement". Les mots sont d'Anne-Sophie Leclere, candidate du Front national aux élections municipales de Rethel dans les Ardennes. Des propos tenus devant les caméras de l'émission "Envoyé spécial" diffusée hier soir sur France 2. La jeune femme, qui pose sur sa page Facebook en compagnie de Marine Le Pen, était interpellée sur un photomontage partagé sur les réseaux sociaux. On y voyait une une photo de la garde des Sceaux accolée à celle d'un singe. Assumant le cliché - tout de même retiré de la page Facebook après le reportage -, Anne-Sophie Leclere ne cachait pas tout le mal qu'elle pense de la ministre de la Justice : "une sauvage", selon elle, évoquant même "le sourire du diable". La jeune femme assure toutefois qu'elle n'est pas raciste : "J'ai des amis qui sont noirs", explique la candidate, avant de préciser : "Un singe, c'est un animal. Un Noir, ça reste un être humain". source : http://www.lunion.presse.fr/accueil/video-la-candidate-du-fn-a-rethel-compare-christiane-ia0b0n232729
  2. CHARLEVILLE-MEZIERES (08). Leur fils était mort électrocuté dans le logement loué à Espace Habitat à Charleville-Mézières, dans les Ardennes. Le bailleur social est condamné. Publié le 18/12/2013 - Mis à jour le 18/12/2013 à 09:02 Par Carl Hocquart On est soulagé car après huit ans de procédures, la justice nous a entendus et notre fils pourra désormais reposer en paix », a déclaré hier Eddy Piot, le père de la victime à la suite de l’arrêt de la Cour de cassation qui est tombé le 11 décembre 2013. Celle-ci a, en effet, rejeté le pourvoi du bailleur social Espace Habitat qui avait été jugé responsable du décès par électrocution du jeune Dylan, six ans, par la cour d’appel de Reims, le 29 mai 2012. C’est donc l’épilogue d’une longue bataille judiciaire pour les parents du garçon qui, en juin 2005, alors qu’ils occupaient un logement à Charleville-Mézières, loué à Espace Habitat, n’avait pu que constater la mort de Dylan et l’électrisation d’un de ses frères cadets brûlé au troisième degré aux jambes. En cause, un lampadaire halogène doté d’une fiche deux pôles de terre connectée à une prise sans terre. La Cour de cassation a donc estimé qu’elle ne pouvait donner suite à la requête du bailleur social qui s’appuyait sur l’avis d’une expertise diligentée en 2005, puis en 2008, dont le rapport avait conclu que « la responsabilité d’Espace Habitat ne peut être recherchée dans ce dramatique accident puisque l’habitation construite en 1968 était bien conforme » lire l'article en entier sur : http://www.lunion.presse.fr/accueil/un-bailleur-social-condamne-pour-la-mort-d-un-enfant-ia0b0n269722
  3. CHARLEVILLE-MEZIERES (08). Le corps de l’ex-employé communal a été retrouvé « 10 à 15 jours après sa mort » au fond d’une cour, malgré l’attention de sa famille. ......(......)........ Mon père n’est pas mort dans l’indifférence » souligne l’une des filles de Thierry, dont le corps a été retrouvé il y a quelques jours au fond d’une cour, avenue du 91e Régiment d’infanterie, dans le quartier du Faubourg-de-Pierre à Mézières. Les policiers ont indiqué que sa mort, due à une hémorragie œsophagienne (une maladie souvent liée à l’alcoolisme) remontait à « au moins dix à quinze jours ». Mais la fin tragiquement solitaire de cet ex-employé communal de Blagny, devenu sans domicile fixe, ne reflète pas l’attention que lui portait sa famille. « Nous ne l’avons pas abandonné, ni mis dehors », explique sa fille, « il lui restait cinq enfants, dont la dernière a 14 ans et il avait six petits-enfants ». Tous tentaient régulièrement de conserver le contact avec lui, malgré ses longs silences, qui pouvaient durer parfois plus de 6 mois. « Il s’est mis à boire de plus en plus » « Il y a 11 ans, il avait tué accidentellement ma sœur, à la chasse dans un bois de Euilly, près de Carignan », révèle-t-elle avec peine, « l’arme s’est déclenchée d’un coup ». Suite à ce drame, Thierry a perdu son travail. « Et puis il a perdu son permis de conduire, et s’est mis à boire de plus en plus. » Il vivait dans la rue depuis quatre ou cinq ans, après s’être peu à peu coupé de ses proches. « Mon dernier contact avec lui remonte à deux ans. Il ne pouvait plus vivre avec ça, c’est pour cette raison qu’il s’est mis à boire. Pour oublier l’accident, pour oublier ma sœur », souffle sa fille, encore choquée par le décès de son père. Il avait 54 ans, « mais paraissait 75 ans ». Hanté par son passé, l’ex-employé communal dormait souvent dans un foyer. C’est d’ailleurs là qu’une chaîne nationale de télévision avait immortalisé son visage il y a trois ans, dans le cadre d’un reportage diffusé au journal de 13 heures. http://www.lunion.pr...ue-ia0b0n259296
  4. extraits : UN soir de 2009, son fils a été frappé violemment. « Hier soir vers 22 heures, je me trouvais à pied rue des écoles à Carignan […] », explique ce jeune homme d'à peine dix-huit ans à l'époque dans son dépôt de plainte. « .......(......)...... Leçon de vie, plutôt que répression Aujourd'hui, elle émet le souhait de faire de la prévention contre la violence, la drogue et l'alcool dans les établissements scolaires et des ateliers éducatifs. Le projet était en cours, jusqu'à ce qu'un accident la handicape beaucoup au quotidien. Elle estime que les professionnels, les éducateurs notamment, sont largement débordés la réalité. C'est pourquoi elle lance un appel aux acteurs associatifs, recommande une mobilisation de citoyens pour organiser des ateliers en partenariat avec le milieu scolaire, « comme ce qui se fait au Luxembourg ». C'est-à-dire « des travaux manuels, des jeux de rôle pour réfléchir sur la vie en société, l'apprentissage d'une utilisation intelligente d'internet, l'incitation à fabriquer, évoluer et innover ». Cette mère a suivi le dossier de son fils de près pendant quatre ans, jusqu'à la condamnation de l'agresseur en appel à Reims, en mai dernier. La peine du jeune homme, mineur au moment des faits : 19 000 euros d'amende, quatre ans de mise à l'épreuve mais pas de prison ferme. « Je ne le souhaitais pas car je comprends que les jeunes n'ont pas toujours conscience de leurs actes comme des adultes. Il leur faut une leçon de vie. » lire en entier sur : http://www.lunion.pr...-jna3b25n227926
  5. PARANORMAL. Tout est revenu à la normale à la Cressonnière, dans les Ardennes. Les objets ont cessé de s’y déplacer et les couverts de se planter dans les murs. Les mauvais esprits continueraient cependant d’y rôder. ..............(.................)............. Denise, qui trépigne, finit par oser : « C’est de la magie noire ici, Madame. C’est le gamin qui était visé. » « C’est bien pire qu’au Moyen âge, se laisse piéger Rosa qui repart de plus belle, parce que personne ne nous croit plus. Je suis venue au monde dans la malédiction, prétend-elle, mais je ne l’ai compris que tard ». Après les événements de 1987, précise-t-elle. « Après que les fourchettes font bzz quand elles se piquaient. » La mamie de Frédéric se rappelle « d’un tas de trucs qui voltigeaient. Des casseroles, des louches… Il fallait voir le travail, tout filait comme ça ! » À l’en croire, « ce n’était pas à la vue de tout le monde ». Et puis d’un coup, plus rien. « Sauf qu’ils étaient autour de moi. » Rosa explique être sous la domination de démons. « Ils sont là, autour de moi, invisibles. Ils me ruinent », se plaint-elle. « Je suis dans une noirceur terrible ! Ils viennent dans mon lit, ils me font souffrir ! Au point que j’en ai du mal à marcher. » ......................(..........)...................... a vieille femme s’en est ouverte au procureur de la République, auprès duquel elle a porté plainte, il y a quelques années. « Il m’a dit que ce n’était pas pénal », se souvient-elle. « Évidemment, puisque c’est criminel ! Il y a toute une équipe, une secte diabolique, qui cherche à me faire mourir. » Si elle tient bon, c’est grâce à Jean Paul II. « Je suis sous sa protection, je ne crains presque rien », se vante-t-elle. Et de montrer l’ongle de son pouce droit, « qu’il m’a miraculeusement réparé, après qu’il s’est fendu en deux. » Bien que venus de toutes parts, les médiums n’ont pas eu la même efficacité il y a vingt-sept ans. « Ils ont tenté de nous protéger avec des sorts, mais les membres de la secte détruisent tout quand ça s’estompe avec le temps… C’est Satan, conclut Rosa, s es démons habitent ici. Je ne connaîtrai jamais le bonheur, je suis au bout de la vie. » la vidéo : http://www.dailymotion.com/video/x1qhnnp_la-cressoniere-de-viel-saint-remy-n-est-plus-hantee_news en entier sur : http://www.lunion.presse.fr/accueil/video-elles-pensent-vivre-avec-des-demons-ia0b0n335951
  6. extrait : BERGNICOURT (08). Une tireuse à bière a été dérobée dans la nuit de mercredi à jeudi dans une brasserie artisanale « Magne-toi, j’arrive dans quelques minutes avec un fusil. » L’écriteau prête à rire. C’est pour l’heure la seule arme de Fabrice Devie. Le brasseur artisanal de Bergnicourt, qui a inauguré son établissement le week-end dernier, a été cambriolé dans la nuit de mercredi à jeudi. « Le ou les auteurs m’ont volé une tireuse à bière toute neuve, que j’avais depuis trois semaines et qui m’avait coûté 700 euros. » Un pupitre de remuage en bois également, dont il comptait se servir pour décorer la brasserie. .......................(...........)........... Les malfaiteurs ont forcé la porte donnant accès au bar de la brasserie artisanale. « Cela devait être des pros, elle n’était pratiquement pas abîmée. Ils ont fait une visite en règle, et ont même tenté de briser l’alarme avec un marteau que j’ai retrouvé sur le sol. » Ils n’ont heureusement pas eu le temps de voler de la bière commercialisée sous la marque de « La Margoulette ». « C’est mon deuxième cambriolage en trois mois », confie le brasseur. Le premier épisode remontant au mois de mars. « Dorénavant, je laisse la caisse enregistreuse ouverte et j’y colle mon écriteau. Mais il est prévu que je sécurise les lieux très prochainement, en m’équipant notamment de caméras de surveillance. » http://www.lunion.presse.fr/accueil/une-brasserie-artisanale-cambriolee-ia0b0n356072
  7. CHARLEVILLE-MEZIERES (Ardennes). En vacances à Antibes, un jeune Carolomacérien, Alexandre, étudiant en pharmacie, a été victime d'une violence inconcevable. Conséquence : nez cassé et entorse au pied. «ON assiste à un virage inquiétant dans une certaine frange de la société. Si en plus ce virage inquiétant est issu d'un milieu pseudo-éduqué, on a de quoi se poser des questions. Est-ce normal que dans un pays comme la France avec ses valeurs, on tabasse quelqu'un qui est au sol en se basant uniquement sur des critères raciaux ? » Cette réflexion nous a été communiquée par Alexandre Jabbour. Cet étudiant carolo d'origine syrienne, inscrit en 2e année de pharmacie, a été victime d'une terrible et horrible agression raciste, le 16 août dernier lors de ses vacances d'été à Antibes. Son agresseur : un « vrai » Ardennais, sans origine étrangère, issu du milieu aisé des Ardennes. En effet les parents de l'auteur des faits sont des chefs d'entreprise bien connus dans le secteur de l'imprimerie ardennaise. « Si je témoigne aujourd'hui, c'est pour ceux qui se font insulter à longueur de journée à cause de leur couleur de peau ou à cause de leur origine et qui n'ont pas les moyens de se défendre. Je suis d'origine syrienne et je ne tolère pas les propos racistes ni envers moi, ni envers les autres. Je considère ceux qui m'ont fait cette misère, comme des lâches qui méritent que la justice leur donne une bonne leçon. Comme ils ont les moyens grâce à la situation sociale et financière de leurs parents, ils ont l'impression que tout leur est permis et ils se sentent protéger. J'ai toujours respecté les gens, alors aujourd'hui, j'ai bien l'intention de me faire respecter » a encore expliqué le fils du docteur Jabbour, médecin en neurologie à Charleville-Mézières. L'étudiant en pharmacie ne décolère pas, et l'expression « sale bougnoule » qu'un autre Ardennais lui a crachée au visage, résonne encore dans sa tête telle la détonation d'un canon de la Seconde Guerre mondiale. LIRE EN ENTIER SUR : http://www.lunion.presse.fr/article/ardennes/insultes-racistes-et-coups-les-fils-a-papa-derapent
  8. REIMS (Marne). Une cinquantaine de personnes sont actuellement en train de défiler autour du centre ville de la cité des Sacres pour rendre hommage à Rémi, 23 ans, mort dans son sommeil dans la nuit de lundi à mardi. Ce jeune homme vivait sous une tente, parmi une dizaine d'autres compagnons. Partis du foyer Ozanam, travailleurs sociaux et compagnons de Rémi ont tenu à lui rendre un dernier hommage avant ses obsèques célébrées, demain, dans les Ardennes. T.D. http://www.lunion.presse.fr/article/faits-divers/marche-blanche-pour-remi-sdf-decede-pendant-son-sommeil REIMS (Marne) C'est une grande tente bricolée de bric et de broc posée au fond d'un terrain vague, entre l'autoroute et le canal de Reims, face à l'avenue Brébant. Plusieurs SDF en ont fait leur abri de fortune. Hier matin, l'un d'eux s'est inquiété de ne pas voir son camarade se réveiller. Il s'est rendu compte que celui-ci âgé seulement de 23 ans semblait en état de mort apparente. Alertés à 8 h 45, les secours n'ont pu que constater le décès survenu au cours de la nuit. La victime ne présentait aucune trace de violence. L'enquête a conclu à une mort naturellement, probablement par crise cardiaque. http://www.lunion.presse.fr/article/marne/un-sdf-de-23-ans-meurt-dans-sa-tente?xtcr=4&xtmc=reims%20sdf
  9. Festival Les enfants du Cinéma Dimanche 02 janvier - 14:04 Du mardi 1er février au vendredi 18 février 2011 aura lieu la 21ème édition du Festival des Enfants du Cinéma. Maladroites, amusantes, poignantes parfois, toujours belles, les histoires filmées (une vingtaine) venues des cinq continents s'enchaînent devant un public de tous âges où les générations se retrouvent pour rendre hommage à un cinéma d'auteur qui renoue, dans les salles de plusieurs villes ardennaises, avec toutes ses lettres de noblesse. Suite de l'article... Source: L\'ARTino
  10. Voici des extraits d' un article : BENOÏT GIRARD QUITTE LE FN «MÊME si je savais que je m'exposais à ce type de problèmes, je me suis senti mal à l'aise face à certaines attitudes xénophobes, voire racistes qui ne sont pas conformes à mes valeurs personnelles. J'ai pensé peut-être naïvement que l'arrivée de Marine Le Pen à la présidence du FN allait me permettre de faire exister une ligne différente, plus républicaine et plus sociale, orientée vers une ligne de réconciliation nationale que je souhaitais défendre. » Espoirs déçus… ....(....)...... Benoît Girard regrette que les militants frontistes de base ne soient pas prêts à entendre son discours. « Pour eux, mes propos reviennent à renier les fondamentaux idéologiques du Front ». Ayant ainsi senti qu'il n'arriverait pas à faire partager ses convictions et qu'au contraire, celles-ci provoquaient des divisions, l'enseignant ardennais se demandait depuis quelques semaines s'il allait encore sacrifier son temps, son énergie et sa réputation à un parti « laissant prospérer en son sein des positionnements de type « racialistes » ou prétendument identitaires ». Pascal REMY blog de l' UNION mercredi 27 juillet 2011 à lire en entier sur :-http://www.lunion.pr...rd-quitte-le-fn Et toi non plus tu n'as pas changé Toujours le même parfum léger Toujours le même petit sourire Qui en dit long sans vraiment le dire Non toi non plus tu n'as pas changé l :smile2:::smile2::smile2:
  11. Bonjours,je cherche stage ou garde d'enfant dans les ardennes s'il vous plait.J'ai 14ans je suis adorable avec les enfants,je suis pas méchante et je les déja fais plusieur fois yavais aucun probléme Si vous voulez me contacter venez en priver Merci .... !!
  12. GRATREUIL (51). Qu’un Ardennais chasse le sanglier, quoi de plus normal ? Mais de nuit, aux phares de voitures, sur un terrain militaire et sans permis de chasse, c’est interdit. Qui plus est en pleine saison de brame. Publié le 18/06/2014 Par Franck BRENNER Pour combler les fins de mois difficiles et remplir son réfrigérateur, un habitant de Vouziers n’a pourtant pas hésité à tirer le sanglier une nuit de septembre dernier, à Gratreuil, sur une propriété de la société de chasse militaire du camp de Suippes, bravant ainsi le code pénal et celui de l’environnement. Ayant emprunté le fourgon d’un de ses voisins ainsi que la carabine du neveu de ce dernier, l’homme, âgé de 39 ans et ancien chasseur, avait déjoué la barrière d’enceinte électrisée du terrain avant de s’y enfoncer puis de tuer l’animal de deux balles, éclairé par les phares du véhicule. Des agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), en mission de prévention, l’avaient alors surpris dans sa basse œuvre avant qu’il ne soit interpellé un peu plus tard par les gendarmes de Mourmelon, la dépouille du sanglier chargé dans le fourgon. ....................(...............)..................... « Je voulais un sanglier pour faire des terrines, a-t-il expliqué à la barre de la juridiction. Le réfrigérateur commençait à être vide. Avec 1500 euros par mois, ce n’est pas facile. » ...(.......................)................. en entier sur : http://www.lunion.presse.fr/region/l-ardennais-braconnait-pour-remplir-le-refrigerateur-ia18b0n363989
  13. TRIBUNAL CORRECTIONNEL | CHARLEVILLE-MEZIERES (08). Six mois avec sursis pour cet éducateur de 24 ans. Il avait été interpellé sur le festival carolo vendant du cannabis… à la criée « amplifiée ». La présidente Picoury, le procureur adjoint Fournié et même l’avocat du prévenu, Me Desingly en ont convenu : jamais ils n’avaient eu à juger ou défendre un trafiquant de stups qui appâtait le chaland avec un mégaphone. « Bonbons, chocolat… et marijuana ! » a même ironisé le défenseur de ce jeune homme de 24 ans, dont le profil social a aussi ému les juges. Ce Vosgien est bachelier, a été étudiant en médecine avant de s’orienter vers l’ostéopathie, et, par ailleurs titulaire d’un Bafa, dirige des centres de vacances ou des classes « découverte » durant les congés. « Bel exemple pour les plus jeunes. J’espère que vous savez les ravages que peut occasionner la consommation de drogue, même le cannabis : ça détruit les neurones » a sermonné la présidente. L’amateur de musique amplifiée et ponctuellement vendeur à la criée amplifiée souhaitait donc, à l’occasion du festival de rock carolo, arrondir son traitement de saisonnier. Il a investi 650 € pour acquérir 75 grammes de résine. Lorsque prévenue par la sécurité du festival, la police l’a interpellé, il avait déjà vendu 53 grammes et plus de 1 000 € furent saisis dans sa sacoche. « Toupet ou inconscience ? » s’est interrogé le procureur adjoint, sachant que quelques effluves parfumés mais non licites avaient sans doute altéré le sens des réalités du mis en cause. Et le représentant du parquet de noter : « On ne peut admettre cela, car un festival de rock, ce n’est pas fait pour vendre ou consommer de la drogue. » Puisqu’il s’agissait bien d’acquisition et de cession de stupéfiants, la présidente avait d’entrée apostrophé le prévenu, rappelant que la loi prévoit jusqu’à dix ans de prison pour ce type de délit. en entier sur : http://www.lunion.presse.fr/accueil/avec-son-megaphone-il-vendait-du-shit-au-cabaret-vert-ia0b0n265054 Publié le 10/12/2013 Par Philippe Mellet
  14. CHARLEVILLE-MEZIERES (08). Une vache et son veau ont sauté hier d’un véhicule en marche sur la rocade. La vache a blessé des piétons, chargé la police et traversé la Meuse. Elle a été abattue par six policiers. .................................(........................).................. La « corrida urbaine » se poursuit quai Roussel. Un homme prend peur et se réfugie dans un véhicule de police. Au bout du quai, sans se poser de question, l’animal saute dans le fleuve et nage jusqu’à la rive opposée, au pied du plateau de Berthaucourt. C’est ce qui va causer sa perte. Alors que plusieurs dizaines de pompiers et de policiers (12 de la police nationale, 6 de la municipale) sont à ses trousses, entre Mézières et la Citadelle et Berthaucourt, la bête se retrouve cernée près de la station d’épuration. Lorsque les policiers arrivent sur place, tout va très vite. Les vétérinaires contactés afin d’anesthésier la bête sont injoignables : le premier est à Paris, le second ne répond pas. Le commissaire Éric Krust, qui commande directement les opérations sur place, ne veut à aucun prix que l’animal reparte vers la ville. La bête menaçant de charger à tout moment, le chef de la police donne l’ordre à ses hommes de tirer. Six policiers se mettent en rang et au signal, abattent le bovin avec leur arme de poing. Pas moins de soixante-dix balles sont tirées sur la vache, comme exécutée devant les murs des anciens fours à chaux. Le hasard faisant parfois mal les choses, l’animal s’écroule au cœur de la réserve naturelle de la côte de Bois-en-Val, qui a pour objectif de préserver les espèces végétales et animales. lire en entier sur : http://www.lunion.presse.fr/accueil/video-une-vache-seme-la-panique-avant-d-etre-abattue-ia0b0n318726
×