Aller au contenu

écrivez l'horreur

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre Posté(e)
QUENTIN Antuoro Membre 28 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Écrirver un court texte d'honneur                        ( 5 a 10 ligne ) 

Exemple

Lors d'un solstise d'hiver, la ou la lune éclair les ténèbres, une jeune femme rentre cher elle. Elle marche doucement et distinctes, au detour d'une rue, un masse sombre. Après quelques seconde de silence... un immense fracas retentie. Tétanisé par la peur, elle reste immobile. Mais après avoir cru mourir de peur, elle court est se jete sur la mystérieuse créature et découvre que cet chose était...         un simple drat noir.

  • Haha 1
  • Peur 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre Posté(e)
QUENTIN Antuoro Membre 28 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)
à l’instant, peudetemps a dit :

c'est sur l'honneur ou l'horreur

l'horreur

 

il y a 1 minute, Panem&Circenses a dit :

Avec un u entre le g et le e, sinon ça se prononce "jeule"

Ok

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 48ans Posté(e)
CAL26 Membre 4 749 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)
il y a 11 minutes, QUENTIN Antuoro a dit :

l'horreur

 

 

 

Ecrire "honneur" à la place d'horreur ce  n'est pas que de la dysorthographie.

Ton sujet ressemble à du foutage de jeule.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Sittelle Membre 6 289 messages
Un oiseau la tête en bas !‚
Posté(e)
il y a 35 minutes, QUENTIN Antuoro a dit :

Ta geule ( je suis disortografique ) 

Moi aussi mais j'ai apprit à utiliser un correcteur d'orthographe. Alors certes il en reste encore mais pas une à chaque mot.

Et je parviens aussi à ne pas insulter tout le monde. Essayez,  vous verrez c'est plus facile qu'il n'y parait !

Modifié par Sittelle
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Sittelle Membre 6 289 messages
Un oiseau la tête en bas !‚
Posté(e)
il y a une heure, peudetemps a dit :

ok, pas mon truc :) 

Perso c'est le format (5-10 lignes ) qui ne me convient pas .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 121ans Posté(e)
Panem&Circenses Membre 6 550 messages
Morituri te salutant‚ 121ans
Posté(e)
il y a 48 minutes, Mite_Railleuse a dit :

Tiens, les ayatollahs de l'orthographe ont planté les banderilles... :dev:

Je ne suis pas un intégriste de la langue, mais ce serait mentir à l'auteur de lui écrire que je peux apprécier son texte en faisant fi de la forme.

En toute sincérité bienveillante...

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 100ans Posté(e)
Nutkin Membre 786 messages
Forumeur accro‚ 100ans
Posté(e)
Il y a 1 heure, QUENTIN Antuoro a dit :

Ta geule ( je suis disortografique ) 

La dysorthographie n'est point incompatible avec la politesse. =|

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • January a modifié le titre en écrivez l'horreur
Membre 36ans Posté(e)
Criterium Membre 2 812 messages
Nyctalope‚ 36ans
Posté(e)

Court texte d'horreur.

Quentin rentra chez lui un soir d'hiver. Il avait l'habitude d'un petit rituel, à chaque fois : déposer les chaussures soigneusement à côté de la porte, changer d'habits, se laver le visage avec un peu d'eau fraîche. Puis il préparait une boisson chaude ; un café corsé. Il savait que ça n'était pas recommandé le soir, que d'autres pratiquaient plutôt cela le matin. Mais ça ne gênait pas son sommeil — et désormais, il en avait même besoin. De plus, n'était-ce pas toujours agréable que de partager cette tasse avec sa femme ? Si fidèle, si patiente. Oui, elle apprécierait vraiment ces arômes et ces effluves. C'est pourquoi Quentin prit soin de tout préparer : la table, les deux chaises côte-à-côte, une fleur déposée comme une petite attention... un véritable gentleman. Il pensait vraiment à tout. C'était facile : ne le faisait-il pas simplement par amour ? Après tout cela — il ouvrit la porte de l'armoire. À l'intérieur : — le cadavre déjà fort âgé de l'ex-Quentine.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 36ans Posté(e)
Criterium Membre 2 812 messages
Nyctalope‚ 36ans
Posté(e)

Le livreur de pizza.

C'était soirée de fête au 40, rue Quentin Antuoro. L'on entendait les vibrations des basses, quelque peu étouffées, et les rythmes des musiques résonner dans tout le quartier. Parfois s'y adjoignaient des rires et des cris enjoués. Du moment que cela ne dure pas jusqu'à la nuit... — Pour le moment, les voisins ne disaient rien.

*ding*

La sonnette tinta. Les fêtards, avec de grands sourires, ouvrirent ; voilà donc que la pizza était prête ! Les cartons, déjà un peu huileux, changèrent de main, pendant que l'hôte de la fête s'approcha. La commande avait déjà été réglée sur Internet, mais il tenait à offrir au livreur — si jeune, si maigre — un billet de quelques euros. Était-ce cela ? Le visage du livreur alterna des expressions contraires : surprise, gratitude, mélancolie ? Il accepta le billet et s'échappa rapidement. Ce n'était pas le livreur habituel. Celui-ci paraissait étrange, différent ; en fait, même un peu louche.

— "Mais WTF !" : un cri dans la pièce d'à côté.

On avait ouvert les cartons de pizza. La margharita était jonchée de morceaux de doigts. De phalanges humaines. Grotesques, découpés à la va-vite, déposés sur la sauce tomate.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 36ans Posté(e)
Criterium Membre 2 812 messages
Nyctalope‚ 36ans
Posté(e)

Longue Nuit.

Une fois encore, Quentin avala les somnifères. Ceux-là donnaient la promesse d'une nuit médicamenteuse, sans rêves, sans souvenirs. Le Noir complet — puis déjà le matin. Il avait beau se réveiller de plus en plus groggy, il ne pouvait pas imaginer faire autrement. Et déjà il lui apparaissait clairement qu'il devait continuer à augmenter la dose... il maudissait son corps, son foie, qui manifestement s'habituaient à la substance, la rendaient moins efficace.

Il s'affala sur les draps en soie noire. Le Sommeil... — —

Il se réveilla dans une position incertaine. Il faisait encore nuit. Quelque chose flottait dans l'air ; une impression que quelque chose n'était pas à sa place. Le silence était trop profond, lui aussi — il était complice. Et puis, presque tout naturellement, il identifia la source de la bizarrerie. C'était très simple, au juste : la grande horloge, là au fond, à côté de son bureau... dont les aiguilles cliquetaient... à l'envers...

Une profonde terreur s'empara de son être, comme les griffes d'un prédateur qui se refermeraient sur lui... sur son crâne... car donc : il dormait... il rêvait. — Donc... encore... le maudit cauchemar... la Présence qui viendrait tôt ou tard... et torturerait son corps de tous les supplices... une fois encore... la douleur, le sang, les cris, le fouet et les clous...

  • Waouh 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 36ans Posté(e)
Criterium Membre 2 812 messages
Nyctalope‚ 36ans
Posté(e)

Dernière balade.

Quentin dut se rendre à l'évidence : il s'était perdu en forêt. Ah, ils riraient bien, ses amis, s'ils savaient ! Et puis ses parents aussi, qui depuis longtemps lui avaient avoué qu'ils le voyaient comme un bon-à-rien : ne verraient-ils pas là une nouvelle preuve de ce verdict ? Tout ça parce qu'il avait décidé d'enfin prendre sa vie en main, de ré-organiser son emploi du temps, de faire de l'exercice... c'était ainsi que, tous les samedis matin, il joggait jusqu'aux bois — à chaque fois un peu plus loin — pour démarrer son week-end sur une note énergisante. Et cette fois-ci, il était allé un peu trop loin.

Les sentiers serpentaient, avec trop de chemins alternatifs et de virages pour tout à fait s'y retrouver. D'habitude, chacun est marqué par des petits indicateurs colorés ; mais pas ici. Il aurait quand même dû prendre une carte... il ne s'était juste pas imaginé que s'égarer par ici fût possible. Et pourtant, il l'avait fait. — Alors il tournait en rond, tentait de se ré-imaginer des souvenirs d'avoir déjà vu tel ou tel arbre ; se demandait s'il devait résoudre le problème comme un labyrinthe, en tournant à droite à chaque intersection et en laissant de petites marques (cailloux, branches pliées) derrière lui.

La lumière s'obscurcissait. Il n'arrivait pas à savoir si la journée était déjà passée, ou si ça n'étaient que les prémisses — quelle veine — d'une averse et d'un orage. Bientôt, il faisait aussi sombre qu'au crépuscule. Les pas, sur les sentiers mal entretenus et trop racineux, se faisaient de plus en plus imprécis. Mais ce ne fut pas ça qui soudain lui glaça le sang. Non. — ce fut plutôt, doucereuse, menaçante, rusée... : la voix...

— "Quentin... Le märchand de säble va venir te chercher..."

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 46ans Posté(e)
Paul hochon Membre 4 238 messages
Chaussette à trou‚ 46ans
Posté(e)
Le 06/06/2021 à 22:10, Panem&Circenses a dit :

Je ne suis pas un intégriste de la langue, mais ce serait mentir à l'auteur de lui écrire que je peux apprécier son texte en faisant fi de la forme.

En toute sincérité bienveillante...

Rien de sincère ni de bienveillant.

Se moquer pour son petit public de vieux, voila tout.

Le 06/06/2021 à 22:22, Nutkin a dit :

La dysorthographie n'est point incompatible avec la politesse. =|

Et la suffisance ? 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 100ans Posté(e)
Nutkin Membre 786 messages
Forumeur accro‚ 100ans
Posté(e)
il y a 9 minutes, Paul hochon a dit :

Et la suffisance ? 

En effet, je trouve que ce terme qualifie aussi l'auteur du sujet. Merci pour votre esprit d’à-propos.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×