Aller au contenu

Les frères ennemis : l'idéalisme moral et l'idéalisme philosophique.

Noter ce sujet


Messages recommandés

65ans Posté(e)
Maroudiji Membre 5 875 messages
Forumeur alchimiste‚ 65ans
Posté(e)


Screenshot_2021-04-18_223303.thumb.jpg.0a0aefe9241e6a790d0b3d9aabd4882f.jpg

Jusqu'à présent Politzer n'a pas défini ce qu'est la science, si ce n'est l'impossibilité de l’envisager autrement que matérialiste. Est matériel les objets perçus par les sens, le reste n'est que littérature. Jugement restrictif et puéril à souhait mais auquel je m'attache pour le présent exercice.

Inspiré par les différents courants de pensée circulant de son vivant, il écrit: «La bourgeoisie n'a rien fait pour éclairer la situation, bien au contraire.» Nous sommes à peine au début de son livre, page 26, et on pressent la difficulté de trouver une définition de la science, en l'occurrence à cause des classes: bourgeois et prolétaires s'affrontent dans une colère rouge, irréductible à une entente. Ces derniers travaillent dans les usines et sont exploités jusqu'au sang. Ils ne sont pas éduqués à l'instar des bourgeois. Souvent, ils sont bêtes, illettrés. Pour évoluer, ils doivent envoyer leurs enfants dans les institutions tenues par les bourgeois. Vous voyez le topo... C'est le chien qui se mord la queue. Car nous savons que la transmission du savoir se fait par l'éducation, et non à travers les instints, comme chez les singes ou les animaux. Il est malheureux que les philosophes ne connaissent pas cette distinction.* Pourtant, l'instinct n'est pas une abstraction... Déjà se profile la difficulté d'une définition de la science. Elle est surtout due à l'idéologie que nous allons constater à lire les critiques de Politzer (si j'en ai la force et si Dieu le veut, la Covid rôdant dans les parages, il y a lieu de s'inquiéter, mais bon...) Feuerbach, Marx, Engels, Lénine (ou Darwin), pour ne citer qu'eux, sont tous des bourgeois, très influents. Les prolétaires s’abreuvaient spirituellement à leurs idées. Il n'était pas question de science dans le sens qu'il put exister un choix parmi des hypothèses, la source idéologique était unique. La transmission se fait donc par les bourgeois; elle est verticale, hiérarchique et canalisée. Les publicistes de l'époque savaient tout cela. Il faut donc garder à l'esprit que c'est du promotoir de athéisme que Politzer émet ses jugements pour le moins catégorique mais qui est dans l'air du temps. Avec la révolution marxiste et léniniste, les athées ont le vent en poupe, puisque que les doctrines religieuses battent de l'aile et le glas de leur agonie sonne dans toutes les villes, jusque dans les campagnes.

* Je veux vous en parler davantage, surtout du point de vue musulman. Ceux-là sont en vérité les promoteurs de cette vision du monde, naïve et romantique, mais ô combien dommageable pour l'esprit sain (à ne pas confondre avec l'esprit saint). Il s'agit de la génération spontanée et de l'intuition divine.

PS. Pour ce qui est du titre, je penserai à compléter mon idée... Ou plutôt celle de Politzer. Ou les deux à la fois. J'ai pris beaucoup de temps à concocter mon image au lieu de compléter ce texte. Mais bon!

 

Modifié par Maroudiji
  • Waouh 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
149ans Posté(e)
Annalevine Membre 2 566 messages
Forumeur alchimiste‚ 149ans
Posté(e)

Il y a une certaine mauvaise foi de rendre compte de la pensée de Politzer comme vous le faites.

Je rappelle que Politzer fut avant tout un homme d’action. La pensée d’un homme d’action n’est pas la même que celle  d’un intello assis derrière un bureau.

L’homme d’action est pris dans des contraintes temporelles intenses, il est contraint à la lutte le plus souvent physique, parfois même c’est ce que vous appelez instinct qui lui donne la force de se battre.

Politzer est un français d’origine juive hongroise né en 1903. Marxiste, communiste, il anima un cours de matérialisme dialectique à l’université ouvrière de Paris. 
En 1940 il rentre dans la résistance. En 1942 il est arrêté avec sa femme, Mai. 
En 1942 il est fusillé, en 1943 sa femme meurt à Auschwitz.

Politzer n’est pas un professionnel de la pensée spéculative. Une pensée engagée dans l’action, jusqu’à en mourir, est une pensée d’une autre nature que la pensée spéculative. Entre autres il est impossible de rendre compte de la pensée d’un homme d’action sans spécifier les conditions sociales, historiques, politiques dans lesquelles cette pensée s’est forgée.

Vous n’êtes pas honnête avec Politzer surtout lorsque vous avez le culot de lui opposer votre pensée musulmane alors que vous le savez pétri de culture juive. Vous le dénoncez même comme athée ! Alors que jusqu’à présent il ne me semble pas coupable d’être athée. L’athéisme m’est insupportable quand il devient une idéologie défendue par les petits bourgeois planqués de 2021, mais à l’époque l’athéisme n’était pas une idéologie, mais une condition combattante pour se défaire de l’idéologie bourgeoise chrétienne.

Que  les occidentaux, les Francais , les Juifs vous aient humilié ne peut pas vous permettre de vous confire dans le ressentiment.

Après  tout, puisque vous n’avez que la Covid à affronter, et non les pelotons d’exécution des Allemands, vous pourriez vous permettre de prendre du champ et de cesser de caricaturer Politzer.

  • Waouh 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
65ans Posté(e)
Maroudiji Membre 5 875 messages
Forumeur alchimiste‚ 65ans
Posté(e)
Le 19/04/2021 à 09:46, Annalevine a dit :

Vous n’êtes pas honnête avec Politzer surtout lorsque vous avez le culot de lui opposer votre pensée musulmane alors que vous le savez pétri de culture juive. Vous le dénoncez même comme athée ! Alors que jusqu’à présent il ne me semble pas coupable d’être athée.

Je me garderais une petite gêne à votre place. Pourquoi exposer ainsi tant de méconnaissance du sujet jusqu'à débiter des incohérences qui n'apportent rien à l'échange ? Évidemment qu'il était athée...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
65ans Posté(e)
Maroudiji Membre 5 875 messages
Forumeur alchimiste‚ 65ans
Posté(e)

 

20210331_115600.jpg

Cette image et ce texte sont en rapport avec cet autre sujet que j'avais débuté sur Georges Politzer

Politzer : « Il ne faut pas confondre, en effet, idéalisme moral et l'idéalisme philosophique.» C'est là en effet que le bât blesse. Il s’imagine que dans la pratique cette distinction est aisée. L'amalgame idéologique peut être évacué par la porte, il ressurgit par la fenêtre. C'est le cas de l’islamophobie aujourdhui. Certains jugent que ce vocable désigne un problème moral qui affecte des individus musulmans dans leur intégrité, et d'autres qu'il s'agit d'un problème philosophique et politique global. Mais il est très difficile de pratiquer une distinction claire et nette entre ces deux critères.
La vie de Politzer fait bien ressortir cette difficulté lorsqu'il s'intéressa passionnément à la psychologie. Il était persuadé que Freud creusait une veine scientifique, s'agissant du mental. Il se rendait compte finalement les freudiens dérivaient vers l’idéalisme philosophique qu'il abhorre. Car «l'idéalisme philosophique est une doctrine qui a pour base l'explication du monde par l'esprit.» Face à cette réalité spirituelle immanente qu'il dénigre du fond de ses viscères, il finit par tout rejeter: Freud, les freudiens et cette soi-disant science qui sent le capitalisme et la bourgeoisie à plein nez. Il estime, en outre, que la psychanalyse s'aventure trop du côté du bon Dieu. La science n'a pas besoin de Lui. Elle peut, croit-il, désormais expliquer les phénomènes de la nature et les mouvements de l'esprit sans passer par l'hypothèse de la création divine ou des dieux. Tout cela est rétrograde, selon lui, Engels, Marx, Lénine et Feuerbach, filiation qui remonte jusqu'aux Grecs, jusqu'à Épicure. Il croit dur comme fer que l'homme, et avant lui les singes et les animaux, les plantes et les poissons, est un produit de la matière. Il pense que c'est elle qui donne naissance à la conscience, en non l'inverse.

Politzer est mort depuis longtemps. Il ne reste plus grand-chose du marxisme et du communiste tels qu'il les connaissait. Le matérialisme scientifique ou dialectique peinent à garder la tête hors de l'eau, malgré la propagande. Cette perspective philosophique est devenu de plus en plus insoutenable à mesure que les connaissances se démocratisent et qu'elles échappent aux idéologies institutionnelles.

En réalité, juifs, chrétiens et musulmans ont le même discours plus ou moins sophistiqué. Il suffit de s'intéresser à l'histoire des idées et des religions pour s'en apercevoir. Autrefois, juifs, et surtout les musulmans, plus tard, sont influencés par les Grecs.* Je vous avais dit que je vous parlerais de cette notion triviale selon laquelle l'homme posséderait des instincts. Cela me permettra de vous expliquer que les athées, partant aussi d’Epicure, Aristote et aboutissant à Spinoza participent plus ou moins à ce discours. Ce qui chagrinait beaucoup Georges Politzer.
____________
* Les musulmans ne parlent jamais de leurs influences de l’Inde qui ne sont pas des moindres.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
Blaquière Membre 13 241 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

@Maroudiji : Félicitation pour ta composition !

Je suis carrément épaté !

@Annalevine : Tu m'en apprends une belle : Maroudiji serait musulman ? Serait "un dur" ? alors que je le croyais Hindou !

(Hindou, un doux... heu, heu, heu !)

 

"Sian poulits... tzer !" (en provençal dans le texte !)

(Nous sommes jolis... tzer)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
Blaquière Membre 13 241 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Est-ce qu'il est possible grâce à la philosophie (il n'est plus question d'idéalisme philosophique mais de philosophie tout court !) de se libérer de l'idéalisme moral ?

Politzer était le premier (au sens de fermement décidé) à vouloir écarter tout idéalisme (l'abstraction, les concepts ne correspondent jamais au réel). D'où sa méfiance envers la psychanalyse qui n'était faite que de concepts... abstraits (pléonasme de précision !)

A la marge nous est posé le problème de savoir s'il est envisageable (pour notre esprit) de se libérer de son conditionnement (en particulier) de classe. Ainsi, un bourgeois ne peut-il qu'évoluer, se déplacer qu'au travers de concepts bourgeois ? Ou encore un juif (de culture juive) peut-il jamais faire abstraction dans ses pensées de son conditionnement culturels religieux ? Bien que les exemples semblent abonder --Spinoza, Marx, Freud, Politzer-- que dire d'une pensée qui s'évertue  par une gymnastique exceptionnelle d'en faire malgré tout une pensée juive et/ou bourgeoise ?

C'est cette gymnastique qui me paraît être à proprement parler "l'idéalisme moral".

Qui vaut dans les deux sens : pour condamner ou pour aduler. "

1) Ces pensées sont à rejeter puisque bourgeoises et/ou juives..."

2) ces pensées sont nécessairement pertinentes puisque bourgeoises et/ou juives..."

A cet instant, Ponce Pilate - Politzer en bon matérialiste me semble un bel exemple. Tout ce qu'il veut savoir c'est si concrètement, Jésus est ou n'est pas le Roi de Juifs... (Celui à qui il devra s'adresser) Le reste il s'en fout lave les mains.

 

Modifié par Blaquière
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×