Aller au contenu

Point de vue d'un chômeur sur la société

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre 35ans Posté(e)
Cyber Plouc Membre 23 messages
Forumeur balbutiant‚ 35ans
Posté(e)

Bonjour,

On ne se connait pas. Je ne suis personne, vraiment. Mais l'important n'est pas qui je suis, mais ce que j'ai à dire.

Comment quelqu'un qui n'est personne aurait-il quelque chose à dire, me demanderez-vous ? Eh bien il suffit d'observer pendant assez longtemps le monde pour avoir des idées.

Je suis chômeur depuis pas mal de temps. Si je galérais déjà avant, les années Macron ont été une catastrophe, j'imagine, aussi bien pour moi que pour d'innombrables personnes.
Et j'aimerais avant tout vous adresser tout mon soutien quand aux épreuves subies et à venir. Macron n'est pas le pire, ni personne d'autre. En fait le pire n'existe pas. Nous fixons nous-même les limites de ce que nous sommes prêt à accepter. Aucun démagogue ne peut imposer quoi-que-ce-soit à un peuple libre. N'empèche que, ils sont très à l'écoute, et on peut indéniablement, si on veut être objectif, leur reconnaître une certaine forme de talent quand il s'agit de faire souffrir les gens pour arriver à leur fin.

Ignorez-les.

Le problème ne vient pas d'eux. Il vient de nous. Ces gens là ont toujours existé et ils existeront toujours. Le problème, selon moi est que nous ne prenons pas la liberté d'être libres. Je dispose de beaucoup de temps pour observer. Cela mériterait d'être développé sur plusieurs paragraphes, mais ce n'est pas non plus infaisable. Je vais donc aborder les choses qui me posent problème point par point. Accrochez-vous.

LE TRAVAIL

Je suis enfermé bien malgré moi dans une bulle de chômage. Malgré mes compétences, je n'ai pas vraiment de réseau. Et il y a aussi le fait que je commence à vieillir. Travailler n'est plus un pré-requis. J'ai par ailleurs la chance de me retrouver dans une situation moins précaire que celles que j'ai connu pendant toute ma vie. Mon objectif sera, je pense, pour les années à venir, de m'occuper de ma santé, aussi bien physique que psychologique, et des personnes autour de moi.

Malheureusement je regarde aussi le monde tomber, et j'aimerais être moins impuissant, d'ou ce message, qui j'espère sera lu ne serait-ce que par quelques personnes.
Les injonctions au travail sont omniprésentes. Le travail permet d'acquérir un statut, et donc une reconnaissance sociale, du respect, et de l'argent pour sortir de l'état de survie dans lequel sont maintenus les gens qui ne travaillent pas.

Être chômeur, ça fait peur. Et il n'est pas donné à tout le monde de reconnaître la poésie qu'il y a dans ce style de vie. C'est une poésie plus subie que choisie. Je le rappelle. Je pense que l'emploi du mot poésie concernant le chômage peut-être considéré comme une provocation pour les gens qui travaillent. Ce n'est pas là ou je veux en venir.
Et contrairement à ce qui disent BFM et consorts : non les chômeurs ne se dorent pas la pillule aux Bahamas sur le dos des gens qui bossent. Ce sont des gens qui ont de sérieuses difficultés.
Bref, pour ma part ce n'est pas une situation choisie mais que, à la longue, j'ai accepté, et que je commence à assumer.
Je peux ainsi observer sans filtre l'incessant ballet des gens qui consomment et travaillent dans nos villes. Et je vois aussi l'absurdité qui se dégage de comportements qui ont été poussés à leurs paroxysmes.

Pourtant, croyez-le ou non, le chômage c'est notre horizon à tous mes amis.
La mécanisation et l'automatisation du "travail" étaient déjà à l'œuvre depuis des années. Mais depuis quelques temps on assiste à une mise en réseau proprement flippante du dit "travail". Cette nouvelle dimension du "travail" s'accompagne d'une tonne de dispositifs de contrôle et de répression sur lequels sont en train de plancher des gens qui sont payés pour le faire.
À terme le "travail" sera assuré par des "intelligences artificielles" qui s'en chargeront très bien. Alors quoi ? Vous ne servirez plus à rien ?

Je vous invite donc à vous emmanciper par un long processus de reflexion (un travail en soi) de la contrainte psychologique qu'exerce sur vous la notion même de travail.
Ce n'est pas forcément un mal que des programmes "intelligent" se chargent de mettre bout à bout des flux d'information de façon automatique et pertinente. Comme ce n'est pas forcément un mal que des machines se chargent d'effectuer physiquement des tâches lourdes et physiquement pénibles.

PETITE PARENTHÈSE SUR MACRON ET LA 5G

Macron, comme tout démagogue, simplifie la complexité des choses et procède par opposition entre un mal nécessaire et un prétendu mal absolu pour faire adhérer à ses idées.
Par exemple : lorsqu'il a parlé de la 5G (nécessaire) en l'opposant (de facto, comme s'il n'y avait pas d'autre choix possible) aux Amish et à la lampe à huile. C'est un mécanisme très subtil pour recueillir votre consentement. Et ça marche. C'est passé comme une lettre à la poste. Ça ne fait plus débat. Et encore une fois, objectivement, c'était un très joli coup.
Résultat, on se grille tous le cerveau avec des "smartphones" qui nous prennent plus de temps de cerveau disponible qu'ils ne nous en font gagner.

À qui profite le crime ?

LES SMARTPHONES

Car c'est un crime. Au delà de nous faire perdre notre temps, ces petits appareils nous enferment dans des bulles de résonnance grâce à des algorythmes qui collent, QUI COLLENT, notez bien l'expression, à notre personnalité, qui analysent nos goûts, recueillent nos préoccupations, grâce à nos recherches, comme des SANGSUES pour nos proposer des merdes à acheter.
Internet est devenu un monde marchand dégueulasse qui se superpose au notre, qui par contraste avec l'ennui qui est ORGANISÉ dans notre monde physique, paraît joyeux et plein de couleurs. Mais en fait il s'agit de la mort elle-même.

Ce n'est pas ce qu'internet était censé être.
Internet était censé être un outil d'emmancipation pour tout le monde.
Avec le "smartphone", Internet est devenu portable, et l'attrait qu'il exerce sur nos indivualités nous invisibilise les uns aux yeux des autres, jusque dans les rues.
Je vais y venir, mais combien de fois je me fais doubler par des gens en bagnole qui regardent leurs smartphones. J'te jure, pour peu que j'ai le malheur de regarder à l'intérieur des cockpits, je vois un pauvre mec (ou une pauvre meuf) les yeux rivés sur son téléphone.

Ils attendent quoi au juste ?
Je n'existe pas pour ces gens, ou très peu.  
L'expectative qu'exerce ce monde virtuel et merveilleux par contraste prend le pas sur le moment présent.
C'est pour ça qu'il est beaucoup plus difficile de parler à quelqu'un dans la rue que sur Tinder.

Au diable cette merde.

LA BAGNOLE
S'il vous plaît, arrêtez la bagnole, ou limitez-en votre utilisation. Il en va de notre qualité de vie à tous. Et si vous êtes pas foutu de comprendre ça, alors vous êtes perdu.
On nous parle de crise écologique, nanani, nanana... regardez un peu passer les bagnoles et comptez le nombre de passager. Y'a quand même pas mal de personnes qui dépensent une énergie monstrueuse pour mettre en branle un bloc de plusieurs tonnes juste pour se déplacer, seuls.

J'hésitais à l'aborder ici, mais je suis cycliste. Je vais vous exposer rapidement mes galères.

Dans le meilleur des cas, nous sommes ignoré. Et alors c'est vraiment une bonne journée. Je suis heureux quand je rentre chez moi en vie.
Mais pour être ignoré sur la route en vélo, il faut : ne pas faire respecter ses droits (sous peine de s'attirer les foudres de Zeus), s'adapter en permanence aux automobilistes, être le plus prévisible possible (ce qui demande une discipline considérable), et anticiper les manœuvres de chacun, car dans la plupart des cas, on est juste invisibles.

Je parlais des gens qui me doublent en bagnole un smartphone à la main plus haut. Je n'accepterai jamais que ma vie ait aussi peu de valeurs, que tout ce que j'ai construis jusque là ne vale pas un SMS. Ce n'est pas l'ideal que je veux pour l'humanité.

Alors vous pouvez construire autant de pistes cyclables que vous voulez (qui bien souvent débouchent au beau milieu de la circulation), tant qu'on ne limitera pas l'usage de la bagnole, nous, cyclistes, piétons et animaux, prendrons tous un risque significatif.

Avis aux détracteurs : si on ne respecte pas certains feux, qu'on grille des stops ect... c'est parce qu'on sait bien que les automobilistes vont démarrer comme des dingues derrière nous. On circule dans les interstices ou on le peut.

J'en veux pour preuve : imaginez l'état de colère et d'exaspération dans lequel vous vous trouveriez si par malheur un cycliste marquait vraiment l'arrêt à un stop comme le veut le code de la route, juste devant vous, vous faisant perdre de précieuses secondes...

Le comportement totalement dingue des automobilistes n'est malheureusement pas totalement de leur fait mais est le miroir d'une société violente, à laquelle ils participent de gré ou de force.
Je connais vos contraintes. Ce que je vous dit : libérez-vous en.

SI VOUS VOUS SENTEZ MAL, C'EST NORMAL.

Et c'est même plutôt bon signe. Il s'agit de résilience. La résilience est un mécanisme psychologique qui se met en place pour surmonter un traumatisme. Le traumatisme peut-être identifié ou il se peut que vous n'en ayez pas conscience, qu'il soit latent. Il y a plein de petites choses dans la vie qui nous affectent.
Je ne vais pas vous dire quoi faire. Ce serait stupide de ma part, moi-même j'essaye des trucs mais je n'ai pas LA VÉRITÉ. Et surtout les choses qui marchent pour moi vont pas forcément marcher pour vous. Je crois par ailleurs que vous êtes assez intelligent pour trouver vos propres solutions.

Le mot de la fin : SOYEZ COMBATIFS.

Hésitez pas à répondre, à contre-dire, à participer. Plus que jamais on a besoin de se parler.
PS : Excusez par ailleurs les fautes, ça fait trois heures que j'écris, et même moi je n'aurais pas plus de temps.

Bien à vous,

 

 

  • Like 5
  • Waouh 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre Posté(e)
Enchantant Membre 11 123 messages
Forumeur confit‚
Posté(e)
il y a 12 minutes, Cyber Plouc a dit :

On ne se connait pas. Je ne suis personne, vraiment. Mais l'important n'est pas qui je suis, mais ce que j'ai à dire.

Le problème de l’emploi de nos jours, est incontestablement un sujet brulant et générateur de souffrance chez un grand nombre, vous en êtes un exemple incontestable.

Là ou vous faites erreurs à mon sens, ce ne sont pas les politiques qui sont à l’origine des transformations profondes du monde du travail peu qualifié, mais l’évolution rapide des communications, la robotisation, les majors américaines avec leur développement de l’esclavage à distance….

C’est relativement nouveau, et nous assistons péniblement aux prémices de la défense des employés de ce secteur, mais il reste beaucoup de chemin à faire...

 

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 31ans Posté(e)
Ambre Agorn Membre 1 606 messages
Forumeur alchimiste‚ 31ans
Posté(e)

@Cyber Plouc

Moi j'adore! J'adore parce que vous prenez la parole, vous témoignez et vous ne vous apitoyez pas sur votre sort.

J'ai compris bien des choses que vous dites et, parfois, mes seules fenêtres sur le monde sont ce forum (et vu que je me connecte rarement en ce moment vu le travail que j'ai... on en reparlera), mes "expéditions en ville" et les gens que je connais mais ne vois plus trop en ce moment!

Oui, je suis un peu marginale et je suis tout à fait consciente de la chance inouïe que j'ai d'être quelque peu épargnée grâce à ma réclusion pas tout à fait choisie. C'est pourquoi je garde ce lien avec le "vif du sujet", ou en tout cas un écho.

J'étais moi aussi au chômage. J'ai commencé à bosser à l'âge de 14ans (c'était une grande fierté à ce moment, car mon père était fier! Quelle bêtise!). J'ai commencé très hard: commis de cuisine en restauration. En 2 ans, j'ai bousillé une santé de fer, une santé de gamine en pleine croissance et je me suis sentie prisonnière de l'engrenage dans lequel je me trouvais. Ma seule porte de sortie visible pour moi alors: me démarquer en tant que femme dans un monde ultra dur, violent, sexiste et quasi totalement masculin. Je devais être la première haut la main dans tout ce que j'entreprenais sous peine d'être écrasée, brimée, harcelée (j'ai eu ma part dans le harcèlement et les attouchements!) et perdue dans l'oubli et l'esclavage. J'ai eu des propositions de travail qui commençaient à être très intéressantes du point de vue de la carrière et puis j'ai eu mes enfants. J'ai voulu m'en occuper moi-même et ça a signé l'arrêt total de ma carrière (mais maintenant j'en suis extrêmement contente). Dès mon retour en entreprise, j'ai été licenciée et mise au chômage.

J'ai en effet eu le temps de culpabiliser et devoir me justifier et prendre le pli de me plaindre auprès de ceux qui ne concevaient pas qu'on puisse vivre épanouie sans travail. J'ai appris à me mettre comme un caméléon et taire le plus possible ma honte d'être sans emploi, de devoir justifier le fait que je veuille m'occuper de mes propres enfants. J'ai fini dans un coin paumé qui m'a accueilli. Depuis j'ai une autre vision de ce que peut être la vie et j'œuvre à faire que, là où je suis, un autre monde s'ouvre et où le travail rémunéré et systématique (d'un système) n'a qu'une place de roue de secours. Le travail que je fais aujourd'hui est concentré sur une ouverture d'esprit qui se voit dans les actes et les travaux, un travail sur moi-même pour enrayer tous les processus qui font que l'on est nourri par la matrice (merci Matrix pour ces images parlantes!)

  • Like 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 150ans Posté(e)
Totolasticot Membre 553 messages
Forumeur forcené‚ 150ans
Posté(e)

le chômeur de longue durée passe par 3 étapes paraît-il (lutte, résignation, acceptation).

une fois que t'as compris la combine, tu vas pas crier sur tous les toits de faire pareil.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 31ans Posté(e)
Ambre Agorn Membre 1 606 messages
Forumeur alchimiste‚ 31ans
Posté(e)
il y a 3 minutes, Totolasticot a dit :

le chômeur de longue durée passe par 3 étapes paraît-il (lutte, résignation, acceptation).

une fois que t'as compris la combine, tu vas pas crier sur tous les toits de faire pareil.

Lutte de quoi, contre quoi? Ce processus d'étape est un processus psychologique, et pas le seul fait du chômeur. Celui qui est atteint d'un cancer suivra les mêmes étapes, la personne violée aussi, la personne endeuillée, et tous ceux qui subissent un choc psychologique et qui n'en sont pas détruites. Vous parlez de processus psychologique et vous le collez au chômeur. En plus, vous ne vous êtes apparemment pas renseigné car vous dites "paraît-il". Pour continuer dans la psychologie, le fait de rester "coincé" dans une étape sans pouvoir passer à la suivante et terminer le processus empêche la résilience. Il est donc d'une utilité sanitaire et salvatrice d'entamer et terminer un processus qui montre une bonne santé mentale..

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 150ans Posté(e)
Totolasticot Membre 553 messages
Forumeur forcené‚ 150ans
Posté(e)
il y a 11 minutes, Ambre Agorn a dit :

Lutte de quoi, contre quoi? Ce processus d'étape est un processus psychologique, et pas le seul fait du chômeur. Celui qui est atteint d'un cancer suivra les mêmes étapes, la personne violée aussi, la personne endeuillée, et tous ceux qui subissent un choc psychologique et qui n'en sont pas détruites. Vous parlez de processus psychologique et vous le collez au chômeur. En plus, vous ne vous êtes apparemment pas renseigné car vous dites "paraît-il". Pour continuer dans la psychologie, le fait de rester "coincé" dans une étape sans pouvoir passer à la suivante et terminer le processus empêche la résilience. Il est donc d'une utilité sanitaire et salvatrice d'entamer et terminer un processus qui montre une bonne santé mentale.. 

j'ai lu ça quelque part sur internet, l'histoire des 3 étapes, dans le rapport d'un obscur sociologue qui s'était penché sur la question... je trouvais bon de le mentionner, une façon de remettre une pièce dans le juke-box... le "paraît-il" montre bien le sérieux avec lequel il faut traiter ce sujet.

bref, que l'auteur commence à se libérer avant de vouloir libérer les autres.

ps : la voiture c'est très bien, il en faut une pour aller à la déchetterie, la mairie collecte pas les encombrants pas assez encombrants et avec le tri sélectif on peut plus écouler ses vieux vêtements dans la poubelle (la faute aux écolos).

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 31ans Posté(e)
Ambre Agorn Membre 1 606 messages
Forumeur alchimiste‚ 31ans
Posté(e)
à l’instant, Totolasticot a dit :

j'ai lu ça quelque part sur internet, l'histoire des 3 étapes, dans le rapport d'un obscur sociologue qui s'était penché sur la question... je trouvais bon de le mentionner, une façon de remettre une pièce dans le juke-box... le "paraît-il" montre bien le sérieux avec lequel il faut traiter ce sujet.

bref, que l'auteur commence à se libérer avant de vouloir libérer les autres.

ps : la voiture c'est très bien, il en faut une pour aller à la déchetterie, la mairie collecte pas les encombrants pas assez encombrants et avec le tri sélectif on peut plus écouler ses vieux vêtements dans la poubelle (la faute aux écolos).

Vous parlez de sérieux, vous parler de façon dont il faut traiter un sujet, vous parlez de besoin qui est bien, etc. Je ne remets pas en cause les actions et réactions, mais les mots et notions utilisés.

Pourquoi devrait-on traiter des sujets avec sérieux et d'autre sans sérieux? Qui décide du sérieux d'un sujet si ce n'est celui-la même qui en parle. Mais à partir du moment où il doit être discuté ou apporté en public, alors il y a un rapport avec le respect qui nous fera réagir d'une façon ou d'une autre. Pourquoi telle ou telle réaction est mal vue et méprisée? Parce qu'en général, elle ne fait pas l'unanimité et reste minoritaire. La minorité doit être écrasée sou peine de mettre en danger les forces en mouvement. Mais que vaut une force de groupe qui écrase l'individu? Que vaut une force qui scie la branche sur laquelle elle est assise?

Il est un phénomène remarquable qui est celui-là: il y a une gloire à avoir un travail et une honte à ne pas en avoir. Pourquoi? Pourquoi ce gars a reçu votre moquerie, ou en tout cas votre mépris? Avez-vous ressentit qu'il se prenait trop au sérieux et qu'il exhortait ses lecteurs à faire quelque chose? Quelque chose que vous ne pouviez ou ne vouliez pas accepter? Mais tout le monde fait ça: parler pour exhorter ou pousser les autres à faire quelque chose, non?

Non, la voiture ce n'est ni bien ni mal. La voiture n'est pas la cause de ce qui est bien ou mal, mais la façon dont nous nous en servons et l'abus ou pas que nous entretenons. Non, il ne faut pas une voiture pour aller à la déchetterie, qu'il y en ait besoin dans certains cas est incontestable, ce n'est pas une obligation pour autant.

Oui, enfin je pourrai continuer pendant des heures sans pour autant que vous m'écoutiez ou que je veuille que vous m'écoutiez. Le monde est sourd et on parle dans le vide. Moi, je voulais donner de l'écho à ce qu'écrivait cet intervenant sans qu'il s'enlise dans un mal-être qui ne sert à personne si ce n'est peut-être à ceux qui arriverait à vendre des "pilules d'oubli".

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
le merle Membre 15 210 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

bonsoir

les générations suivantes seront "pacifié " par ce qui  fut donné à la population romaine au temps des empereurs romains : du pain et des jeux .

l'intelligence artificielle sera partout et pour tout mais , la production des machines devra ètre écoulé .

le peuple devra acheter avec l'argent qu'il recevra sans travailler ou autres systèmes  ?

mais trop de population posera d'autres problèmes inconnus de notre époque ?

bon , pour nous , pas de problème car , il y aura longtemps que nous mangerons les pissenlits par la racine .

bonne soirée

 

 

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×