Aller au contenu

Est-ce que le mensonge est un acte social ?

Noter ce sujet


Messages recommandés

Invités Posté(e)
Invité Groenland Invités 0 message
Posté(e)

Une des conditions nécessaire pour qu’un dialogue se construise entre deux personnes c’est qu’il faut qu’il y est une compréhension mutuelle de la parole prononcée. Ainsi lorsque par exemple je dis à quelqu’un : « Je vois un arbre », dans un premier temps j’ai moi-même une compréhension de ce que je dis c’est-à-dire que je vois quelque chose qui a un tronc, des branches et des feuilles, et j’ai une compréhension de cette chose qui est représenté pour moi par le terme « arbre ». Dès lors je prononce le mot « arbre » pour la personne à qui je parle, cette personne l’entend et dans un processus similaire elle se reconstitue une compréhension de ce qu'elle entend en partant du terme « arbre », au final une compréhension commune se créer entre nos deux personnes.

Imaginons maintenant le cas d’une personne hypocrite ou d’un menteur, par exemple la personne voit un oiseau mais elle prononce consciemment une phrase mensongère : « Je vois un arbre ». Dès lors il n’y a plus de « compréhension » entre le menteur et son interlocuteur même s’il n’y a que la personne qui ment qui en est conscient car la personne qui reçoit le mensonge ne peut pas le savoir. Par conséquent puisqu’il n’y a plus de compréhension, il n’y a alors plus d’acte de parole. C’est en ce sens qu’on peut dire en fait que « les menteurs ne parlent pas » ou dans un certains sens le menteur est en fin de compte dans un « monologue ».

Par ailleurs on sait que la véritable parole a une dimension sociale essentielle, or comme on vient de le dire le fait de prononcer des mensonges ne peut pas être considéré comme un acte de parole à cause du manque de compréhension mutuelle entre les personnes. On peut donc en conclure que contrairement à ce qu’on pourrait parfois entendre le mensonge n’est pas un acte social car déjà celui qui prononce des mensonges ne fait pas un acte de parole ou on pourrait encore dire qu'en fait "il ne parle pas", CQFD.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Invités Posté(e)
Invité Groenland Invités 0 message
Posté(e)

Par "compréhension" je n'entends pas le fait de comprendre la ou les phrases prononcées. Il ne s'agit pas de comprendre le sens d'une phrase dite dans une certaine langue, en français par exemple. Par compréhension j'entends le fait que les deux personnes qui dialoguent puissent avoir les mêmes représentations mentales de ce qui est en train d'être dit. Si le menteur a dans son esprit l'image d'un "oiseau" alors qu'il prononce le mot "arbre" il ne sera pas en compréhension avec son interlocuteur qui lui en entendant le mot "arbre" aura effectivement l'image d'un arbre dans son esprit. En fait compréhension ici veut dire avoir les mêmes représentations mentales des choses.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 75ans Posté(e)
Talon 1 Membre 17 635 messages
Talon 1‚ 75ans
Posté(e)
Il y a 3 heures, Groenland a dit :

au final une compréhension commune se créer entre nos deux personnes.

Illusion, car les concepts sont sûrement différents. Tous les mots ont un sens et une signification différente. Sauf en géométrie et les sciences pures.

 

Il y a 3 heures, Groenland a dit :

Par conséquent puisqu’il n’y a plus de compréhension, il n’y a alors plus d’acte de parole.

La sophistique vous démontrera le contraire. Parler, c'est agir sur l'auditeur.

 

Il y a 3 heures, Groenland a dit :

le mensonge n’est pas un acte social

Les fictions sont sociales. La Fontaine et Esope l'ont prouvé.

 

il y a une heure, Groenland a dit :

les mêmes représentations mentales

L'essence.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invités Posté(e)
Invité Groenland Invités 0 message
Posté(e)
il y a 3 minutes, Talon 1 a dit :

Illusion, car les concepts sont sûrement différents. Tous les mots ont un sens et une signification différente. Sauf en géométrie et les sciences pures.

Ici il est question du mensonge, d'un faux. Vous en conviendrez que prononcer le mot "arbre" tout en ayant l'image d'un "oiseau" en tête c'est quand même différent du fait que deux personnes peuvent ne pas avoir exactement la même représentation mentale du mot "arbre" ?

il y a 7 minutes, Talon 1 a dit :

La sophistique vous démontrera le contraire. Parler, c'est agir sur l'auditeur.

Oui parler est un acte, c'est aussi agir sur l'auditeur. Mais agir sur l'auditeur veut-il dire tromper l'auditeur ? Et même si c'était le cas, je maintiendrait que tromper l'auditeur n'est pas dialoguer avec l'auditeur, le menteur est dans un monologue puisqu'il n'y a que lui qui comprend ce qu'il dit. Or, il n'y a parole que si et seulement s'il peut y avoir "compréhension" par autrui.

il y a 13 minutes, Talon 1 a dit :

Les fictions sont sociales. La Fontaine et Esope l'ont prouvé.

Une fiction n'est pas un mensonge. Lorsque La Fontaine raconte une fable ou une fiction il a exactement en esprit ce qu'il écrit sur papier. Il ne pense pas à un "éléphant" en prononçant le mot "renard", donc il y a une compréhension entre lui et son lecteur.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 75ans Posté(e)
Talon 1 Membre 17 635 messages
Talon 1‚ 75ans
Posté(e)

REVERIE D'UN PROMENEUR SOLITAIRE

Mentir, c'est cacher une vérité que l'on doit manifester.

Donc taire une vérité qu'on n'est pas obligé de dire n'est pas mentir. Et dire le contraire de la vérité, dans ce cas, n'est donc pas mentir, car donner de la fausse monnaie à qui l'on ne doit rien, c'est le tromper mais pas voler.

Ne pas dire ce qui est vrai et dire ce qui est faux sont deux choses bien différentes, dont peut résulter le même effet.

Partout où la vérité est indifférente (sans effet), l'erreur contraire est indifférente aussi. Croire que le sable de la mer est blanc ou rouge n'importe pas plus que de l'ignorer. Cela ne nuit à personne, et ce n'est pas une injustice puisqu'aucun tort n'est fait à autrui.

La vérité utile au bien commun est supérieure à celle utile à une personne.

Mentir pour son avantage propre est imposture, mentir pour l'avantage d'autrui est fraude, mentir pour nuire est calomnie, c'est la pire espèce de mensonge.

Si l'obligation de dire la vérité n'est fondée que sur son utilité, comment être juge de cette utilité ?

Si je ne fais aucun tort à personne en le trompant, s'ensuit-il que je n'en fasse pas à moi-même, et suffit-il de n'être jamais injuste pour être toujours innocent ?

Dire faux n'est mentir que par l'intention de tromper, et l'intention même de tromper a quelquefois un but tout contraire de vouloir nuire.

Ne pas dire ce qui est vrai et dire ce qui est faux sont deux choses bien différentes, dont peut résulter le même effet.

Mentir sans profit ni préjudice de soi ni d'autrui n'est pas mentir : ce n'est pas mensonge, c'est fiction.

Tout ce qui, contraire à la vérité, blesse la justice en quelque façon que ce soit, c'est mensonge.

Mais tout ce qui, contraire à la vérité, n'intéresse la justice en aucune façon, n'est que fiction.

JJ Rousseau

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invités Posté(e)
Invité Groenland Invités 0 message
Posté(e)

@Talon 1

Le texte de Rousseau est fort intéressant et pertinent. 

Mais hormis les questions morales et éthique, qu'on nuise à autrui ou pas en disant un "mensonge", que faire de cette réalité qu'il y a dans le mensonge un décalage net entre ce qui est représenté dans l'esprit du menteur et ce qui est représenté dans l'esprit de celui qui reçoit le mensonge ? Ce décalage n'est-il pas profondément antisocial ? Que je crois que le sable de la mer est blanc et que mon voisin puisse le croire rouge, n'a sûrement pas d'importance en apparence... mais si la moitié de la société croit le sable de la mer blanc et l'autre moitié le croit rouge, c'est à mon avis là que commenceront les ennuis futurs ! 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 75ans Posté(e)
Talon 1 Membre 17 635 messages
Talon 1‚ 75ans
Posté(e)
Il y a 2 heures, Groenland a dit :

@Talon 1

Le texte de Rousseau est fort intéressant et pertinent. 

Mais hormis les questions morales et éthique, qu'on nuise à autrui ou pas en disant un "mensonge", que faire de cette réalité qu'il y a dans le mensonge un décalage net entre ce qui est représenté dans l'esprit du menteur et ce qui est représenté dans l'esprit de celui qui reçoit le mensonge ? Ce décalage n'est-il pas profondément antisocial ? Que je crois que le sable de la mer est blanc et que mon voisin puisse le croire rouge, n'a sûrement pas d'importance en apparence... mais si la moitié de la société croit le sable de la mer blanc et l'autre moitié le croit rouge, c'est à mon avis là que commenceront les ennuis futurs ! 

Essayez de regarder un  triangle et de dire carré. C'est difficultueux. Essayez de dire rouge quand vous voyez vert.

Bref ! Le même mot n'a pas le même retentissement chez l'orateur que chez l'auditeur. Ce décalage n'est pas antisocial mais expérimental. Si vous découvrez le mot amour en recevant une gifle, quand quelqu'un vous dira qu'il vous aime, vous aurez tendance à vous protéger le visage.

Ce qui est social est ce qui est admis par tous. Et il n'y a que les sciences pures qui le soient vraiment. Un triangle a les mêmes propriétés en Alaska et chez les Zoulous. Ce qui est antisocial, ce sont les préjugés.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 69ans Posté(e)
Francois_de_Dijon Membre 49 messages
Forumeur balbutiant‚ 69ans
Posté(e)
Il y a 12 heures, Groenland a dit :

Une des conditions nécessaire pour qu’un dialogue se construise entre deux personnes c’est qu’il faut qu’il y est une compréhension mutuelle de la parole prononcée. Ainsi lorsque par exemple je dis à quelqu’un : « Je vois un arbre », dans un premier temps j’ai moi-même une compréhension de ce que je dis c’est-à-dire que je vois quelque chose qui a un tronc, des branches et des feuilles, et j’ai une compréhension de cette chose qui est représenté pour moi par le terme « arbre ». Dès lors je prononce le mot « arbre » pour la personne à qui je parle, cette personne l’entend et dans un processus similaire elle se reconstitue une compréhension de ce qu'elle entend en partant du terme « arbre », au final une compréhension commune se créer entre nos deux personnes.

Imaginons maintenant le cas d’une personne hypocrite ou d’un menteur, par exemple la personne voit un oiseau mais elle prononce consciemment une phrase mensongère : « Je vois un arbre ». Dès lors il n’y a plus de « compréhension » entre le menteur et son interlocuteur même s’il n’y a que la personne qui ment qui en est conscient car la personne qui reçoit le mensonge ne peut pas le savoir. Par conséquent puisqu’il n’y a plus de compréhension, il n’y a alors plus d’acte de parole. C’est en ce sens qu’on peut dire en fait que « les menteurs ne parlent pas » ou dans un certains sens le menteur est en fin de compte dans un « monologue ».

Par ailleurs on sait que la véritable parole a une dimension sociale essentielle, or comme on vient de le dire le fait de prononcer des mensonges ne peut pas être considéré comme un acte de parole à cause du manque de compréhension mutuelle entre les personnes. On peut donc en conclure que contrairement à ce qu’on pourrait parfois entendre le mensonge n’est pas un acte social car déjà celui qui prononce des mensonges ne fait pas un acte de parole ou on pourrait encore dire qu'en fait "il ne parle pas", CQFD.

Mon avis est que le mensonge est un acte antisocial car il est utilisé pour manipuler, tromper l'autre. Pour moi c'est aussi simple que ça !

Moi qui n'attend rien de personne (mon Dieu occupe toi de mes amis, moi je m'occupe de mes ennemis) je n'ai pas besoin de faire l'effort de mentir ou de paraître. J'avoue même éprouver une certaine jouissance à parler librement sans aucune censure. Vous savez ce qu'avait dit Guy Béart : "Celui qui dit la vérité sera fusillé". Cela prouve que la vérité est insupportable, il faut faire taire ceux qui la dise. Depuis peu sur ce forum j'ai pu vérifier l'exactitude de cette chanson.

Modifié par Francois_de_Dijon
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 44ans Posté(e)
Fraction Membre 2 857 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)
Le 11/01/2021 à 05:35, Groenland a dit :

Une des conditions nécessaire pour qu’un dialogue se construise entre deux personnes c’est qu’il faut qu’il y est une compréhension mutuelle de la parole prononcée. Ainsi lorsque par exemple je dis à quelqu’un : « Je vois un arbre », dans un premier temps j’ai moi-même une compréhension de ce que je dis c’est-à-dire que je vois quelque chose qui a un tronc, des branches et des feuilles, et j’ai une compréhension de cette chose qui est représenté pour moi par le terme « arbre ». Dès lors je prononce le mot « arbre » pour la personne à qui je parle, cette personne l’entend et dans un processus similaire elle se reconstitue une compréhension de ce qu'elle entend en partant du terme « arbre », au final une compréhension commune se créer entre nos deux personnes.

Imaginons maintenant le cas d’une personne hypocrite ou d’un menteur, par exemple la personne voit un oiseau mais elle prononce consciemment une phrase mensongère : « Je vois un arbre ». Dès lors il n’y a plus de « compréhension » entre le menteur et son interlocuteur même s’il n’y a que la personne qui ment qui en est conscient car la personne qui reçoit le mensonge ne peut pas le savoir. Par conséquent puisqu’il n’y a plus de compréhension, il n’y a alors plus d’acte de parole. C’est en ce sens qu’on peut dire en fait que « les menteurs ne parlent pas » ou dans un certains sens le menteur est en fin de compte dans un « monologue ».

Par ailleurs on sait que la véritable parole a une dimension sociale essentielle, or comme on vient de le dire le fait de prononcer des mensonges ne peut pas être considéré comme un acte de parole à cause du manque de compréhension mutuelle entre les personnes. On peut donc en conclure que contrairement à ce qu’on pourrait parfois entendre le mensonge n’est pas un acte social car déjà celui qui prononce des mensonges ne fait pas un acte de parole ou on pourrait encore dire qu'en fait "il ne parle pas", CQFD.

Bonjour,

J'ai entendu une bêtise dans je ne sais quelle émission, prononcée par je ne sais quel journaliste, donc je la répète bêtement :

"Les hommes mentent pour séduire, les femmes mentent pour protéger l'autre."

La fin justifie les moyens, et si la vérité est moins bonne que cette fin, l'argument pragmatique peut court-circuiter l'argument de légitimité.

Le problème, quand on crame sa crédibilité, c'est qu'il devient difficile de la faire renaître de ses cendres, car la crémation, la putréfaction, et la nécrose, sont des phénomènes irréversibles.

 

Le mythe du Père Noël ou du Bon Dieu instille aux enfants un sentiment de générosité naturelle, et ma foi, ça peut avoir un effet suggestif vertueux.

Mais les omniscients savent bien que la nature n'est généreuse que par stricte nécessité, et non par bonté ni par abondance de moyens.

Heureux les simples d'esprit qui croient que tout est possible et qu'il n'y a pas de limites.

Le Grand Schtroumpf a plafonné leur âge mental dans son immense magnanimité philanthrope. 

Certains préfèrent suivre les marchands d'illusions, les démagogues, et les séducteurs, et je ne leur jette pas la pierre.

Tout dépend de nos choix directeurs, inscrits dans notre temps propre.

 

Le mensonge hollywoodien est évidemment assumé, et le focus médiatique ne revendique pas l'exclusivité de sa référence.

Chacun est à sa place, et le faux doit y rester.

Le faux nous offre du rêve, du cauchemar, quand la réalité est trop inertielle pour répondre à nos fantasmes, nos désirs, et nos ambitions intimes.

Hollywood n'a pas de projet, pas de design convergent, c'est un manipulateur sans but, sans finalité, autre que l'expression du possible, du crédible, et du séduisant.

 

"_ Monsieur le Président. Ca y est, le parlement vient enfin d'interdire le mensonge et la malhonnêteté intellectuelle.

_ Très bien, mais qui diable a éteint la lumière ???

_ C'est la loi, Monsieur le Président."

Cordialement, Fraction

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invités Posté(e)
Invité Groenland Invités 0 message
Posté(e)
Il y a 2 heures, Fraction a dit :

Bonjour,

J'ai entendu une bêtise dans je ne sais quelle émission, prononcée par je ne sais quel journaliste, donc je la répète bêtement :

"Les hommes mentent pour séduire, les femmes mentent pour protéger l'autre."

La fin justifie les moyens, et si la vérité est moins bonne que cette fin, l'argument pragmatique peut court-circuiter l'argument de légitimité.

Le problème, quand on crame sa crédibilité, c'est qu'il devient difficile de la faire renaître de ses cendres, car la crémation, la putréfaction, et la nécrose, sont des phénomènes irréversibles.

 

Le mythe du Père Noël ou du Bon Dieu instille aux enfants un sentiment de générosité naturelle, et ma foi, ça peut avoir un effet suggestif vertueux.

Mais les omniscients savent bien que la nature n'est généreuse que par stricte nécessité, et non par bonté ni par abondance de moyens.

Heureux les simples d'esprit qui croient que tout est possible et qu'il n'y a pas de limites.

Le Grand Schtroumpf a plafonné leur âge mental dans son immense magnanimité philanthrope. 

Certains préfèrent suivre les marchands d'illusions, les démagogues, et les séducteurs, et je ne leur jette pas la pierre.

Tout dépend de nos choix directeurs, inscrits dans notre temps propre.

 

Le mensonge hollywoodien est évidemment assumé, et le focus médiatique ne revendique pas l'exclusivité de sa référence.

Chacun est à sa place, et le faux doit y rester.

Le faux nous offre du rêve, du cauchemar, quand la réalité est trop inertielle pour répondre à nos fantasmes, nos désirs, et nos ambitions intimes.

Hollywood n'a pas de projet, pas de design convergent, c'est un manipulateur sans but, sans finalité, autre que l'expression du possible, du crédible, et du séduisant.

 

"_ Monsieur le Président. Ca y est, le parlement vient enfin d'interdire le mensonge et la malhonnêteté intellectuelle.

_ Très bien, mais qui diable a éteint la lumière ???

_ C'est la loi, Monsieur le Président."

Cordialement, Fraction

Ok je vois ce que vous défendez. Je reformule alors la question initiale : "Est-ce que le mensonge est un acte social dans TOUTE société ?". Et si je ne sais pas mentir que dois-je faire dans ce type de société que vous avez en tête ? Doit-on considérer ceux qui ne savent pas ou qui ne peuvent pas mentir comme des asociaux ? Des autistes ou des cas sociaux ? 

Par ailleurs, j'ai développé dans ce topic un argument philosophique issue de la philosophie du langage qui dit que pour qu'il y est parole ou dialogue il faut qu'il y est compréhension, or si je dis noir à mon interlocuteur alors que je vois blanc, il ny aura pas de compréhension entre les personnes donc il n'y a pas de dialogue non plus. Ceci étant, en philosophie de langage on considère le "parler" comme une activité, et le fait de mentir semble à première vue comme étant une activité (ou un jeu) également, ce qui me fait alors douter dans mon argumentaire. Bref, le mensonge serait une activité de parole sans qu'il y est compréhension entre les personnes, que faut-il en penser réellement ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 44ans Posté(e)
Fraction Membre 2 857 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)
il y a 5 minutes, Groenland a dit :

Ok je vois ce que vous défendez. Je reformule alors la question initiale : "Est-ce que le mensonge est un acte social dans TOUTE société ?". Et si je ne sais pas mentir que dois-je faire dans ce type de société que vous avez en tête ? Doit-on considérer ceux qui ne savent pas ou qui ne peuvent pas mentir comme des asociaux ? Des autistes ou des cas sociaux ? 

Par ailleurs, j'ai développé dans ce topic un argument philosophique issue de la philosophie du langage qui dit que pour qu'il y est parole ou dialogue il faut qu'il y est compréhension, or si je dis noir à mon interlocuteur alors que je vois blanc, il ny aura pas de compréhension entre les personnes donc il n'y a pas de dialogue non plus. Ceci étant, en philosophie de langage on considère le "parler" comme une activité, et le fait de mentir semble à première vue comme étant une activité (ou un jeu) également, ce qui me fait alors douter dans mon argumentaire. Bref, le mensonge serait une activité de parole sans qu'il y est compréhension entre les personnes, que faut-il en penser réellement ?

La Nature a une omniscience d'avance sur nous, pauvres mortels.

Or, la nature a choisi le mensonge plutôt que la vérité, l'illusion plutôt que la réalité.

Nous ne sommes pas sur la planète de l'intelligence, ni du travail.

Nous sommes sur la planète des représentations et des illustrations.

 

Certains esprits malvoyants ou malveillants y percevront un machiavélisme d'intérêt privé.

Mais moi, ce que je perçois de la Nature, c'est qu'elle ne joue pas pour des intérêts privés qui nous seraient étrangers.

La Nature joue pour nous, comme une Sainte Vierge dévolue.

La Nature et son mensonge n'ont aucun intérêt privé.

La Nature n'est ni animée ni instruite par aucune mafia, avide ni d'argent, ni d'amour, ni de reconnaissance.

La Nature doit être conçue comme un don, même si le mal se donne, lui aussi.

A nous d'apprendre volontairement à lui rétribuer son salaire, celui qui lui est dû, celui que nous lui reconnaissons.

L'illusion oui, mais laquelle ? Celle qui s'apparente le plus à la vérité.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invités Posté(e)
Invité Groenland Invités 0 message
Posté(e)
il y a 11 minutes, Fraction a dit :

La Nature a une omniscience d'avance sur nous, pauvres mortels.

Or, la nature a choisi le mensonge plutôt que la vérité, l'illusion plutôt que la réalité.

Nous ne sommes pas sur la planète de l'intelligence, ni du travail.

Nous sommes sur la planète des représentations et des illustrations.

 

Certains esprits malvoyants ou malveillants y percevront un machiavélisme d'intérêt privé.

Mais moi, ce que je perçois de la Nature, c'est qu'elle ne joue pas pour des intérêts privés qui nous seraient étrangers.

La Nature joue pour nous, comme une Sainte Vierge dévolue.

La Nature et son mensonge n'ont aucun intérêt privé.

La Nature n'est ni animée ni instruite par aucune mafia, avide ni d'argent, ni d'amour, ni de reconnaissance.

La Nature doit être conçue comme un don, même si le mal se donne, lui aussi.

A nous d'apprendre volontairement à lui rétribuer son salaire, celui qui lui est dû, celui que nous lui reconnaissons.

L'illusion oui, mais laquelle ? Celle qui s'apparente le plus à la vérité.

 

Le menteur aurait-il donc une affinité profonde avec la Nature ? 

Et moi l'honnête homme, ne ferais-je donc pas partie de cette Nature ? Comment est-ce possible ?

Je me sentais pourtant plus en harmonie avec la Nature que tous ces fourbes !...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 44ans Posté(e)
Fraction Membre 2 857 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)
il y a 1 minute, Groenland a dit :

Le menteur aurait-il donc une affinité profonde avec la Nature ? 

Et moi l'honnête homme, ne ferais-je donc pas partie de cette Nature ? Comment est-ce possible ?

Je me sentais pourtant plus en harmonie avec la Nature que tous ces fourbes !...

La Nature joue pour nous, croyez-le, même si vous ne croyez pas en Dieu.

Mais la Nature est polluée par notre néant.

A l'origine, le Néant n'était qu'un système de tarification :

Le Bien est bien, mais il est polluant, il a donc besoin d'une réciprocité tarifaire.

Chaque fois qu'un homme jouira de son bonheur, on lui fera payer le coût de cette entropie, de son désordre et de son ramollissement énergétique.

 

Puis, le néant est devenu toxique et contre-productif : régressif.

Son bienfondé systémique a fini par s'en prendre aux nôtres, à nos parents théistes, nos parents civilisationnels, nos parents consuméristes, etc...

La Nature est dissociée, et analytiquement, elle a donc le comportement d'un voyoucrate, même si sa vertu précède ontologiquement son vice.

Condamner la nature n'a pas de sens, mais initier les hommes à la vérité naturelle a du sens, pour qu'ils apprennent à se prémunir de ses caprices causaux irrépressibles.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invités Posté(e)
Invité Groenland Invités 0 message
Posté(e)
Il y a 19 heures, Fraction a dit :

Chaque fois qu'un homme jouira de son bonheur, on lui fera payer le coût de cette entropie, de son désordre et de son ramollissement énergétique.

Cette vérité en cache une autre : Tout homme n'est pas capable de jouir de son bonheur. C'est justement pour cela qu'on veut faire payer aux hommes véritables la joie de leur bonheur.

J'ai donc une proposition : Rassemblons tous les hommes capables de joie ensemble et séparons les de ceux incapables de joie. Tout ce qui se ressemble doit s'assembler, voilà la véritable néguentropie, protégeons les forts des faibles !

Amen.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 44ans Posté(e)
Fraction Membre 2 857 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)
il y a 24 minutes, Groenland a dit :

Cette vérité en cache une autre : Tout homme n'est pas capable de jouir de son bonheur. C'est justement pour cela qu'on veut faire payer aux hommes véritables la joie de leur bonheur.

J'ai donc une proposition : Rassemblons tous les hommes capables de joie ensemble et séparons les de ceux incapables de joie. Tout ce qui se ressemble doit s'assembler, voilà la véritable néguentropie, protégeons les forts des faibles !

Amen.

Bonjour,

Interdire la peine et l'angoisse reviendrait à interdire le doute.

Nous serions tous des imbéciles heureux, faute de sens critique.

La joie ne va pas sans son ombre intrinsèque, ce sont les deux faces d'une même pièce.

La joie est en inflation, comme une théorie peut l'être.

Ensuite, le doute vient offrir un coût conditionnel à la théorie, comme la pesanteur de son improbabilité.

Et c'est cette danse différentielle entre ombre et lumière qui valide la théorie, la pérennise.

 

Personnellement, je suis inapte au bonheur, stressé que je suis par mes persécuteurs et mes mâtons imaginaires.

Mais je ne fais pas du bonheur une finalité ultime.

Ma chosification et ma rationalisation m'offrent des satisfactions froides qui valent largement le bonheur.

Je ne peux plus invoquer la réalité avec le cœur, mais je peux encore l'invoquer avec la raison, le focus objectif.

La ségrégation que vous proposez ne m'apparaît pertinente que dans les soirées jetset, où les dépressifs et les névrosés ne sont pas invités.

Mais la vie est bien plus qu'une soirée jetset.

Cordialement, Fraction.

Modifié par Fraction
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invités Posté(e)
Invité Groenland Invités 0 message
Posté(e)
il y a 3 minutes, Fraction a dit :

Bonjour,

Interdire la peine et l'angoisse reviendrait à interdire le doute.

Nous serions tous des imbéciles heureux, faute de sens critique.

La joie ne va pas sans son ombre intrinsèque, ce sont les deux faces d'une même pièce.

La joie est en inflation, comme une théorie peut l'être.

Ensuite, le doute vient offrir un coût conditionnel à la théorie, comme la pesanteur de son improbabilité.

Et c'est cette danse différentielle entre ombre et lumière qui valide la théorie, la pérennise.

 

Personnellement, je suis inapte au bonheur, stressé que je suis par mes persécuteurs et mes mâtons imaginaires.

Mais je ne fais pas du bonheur une finalité ultime.

Ma chosification et ma rationalisation m'offrent des satisfaction froides qui valent largement le bonheur.

Je ne peux plus invoquer la réalité avec le cœur, mais je peux encore l'invoquer avec la raison, le focus objectif.

La ségrégation que vous proposez ne m'apparaît pertinente que dans les soirées jetset, où les dépressifs et les névrosés ne sont pas invités.

Mais la vie est bien plus qu'une soirée jetset.

Cordialement, Fraction.

Mais je n'interdit aucunement la peine et l'angoisse. Il nous faut à la façon de la dialectique hegelienne absorber la peine dans la joie, la thèse dans son antithèse pour au final obtenir la synthèse : c'est cette synthèse que j'appelle l'homme véritable ou le surhomme. Car il n'y a que ce type d'homme qui aurait réussi à résorber la peine dans la joie qui sera capable de la véritable joie, cette joie qui agace et qui engendre tant d'hostilité. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 44ans Posté(e)
Fraction Membre 2 857 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)
il y a une heure, Groenland a dit :

Mais je n'interdit aucunement la peine et l'angoisse. Il nous faut à la façon de la dialectique hegelienne absorber la peine dans la joie, la thèse dans son antithèse pour au final obtenir la synthèse : c'est cette synthèse que j'appelle l'homme véritable ou le surhomme. Car il n'y a que ce type d'homme qui aurait réussi à résorber la peine dans la joie qui sera capable de la véritable joie, cette joie qui agace et qui engendre tant d'hostilité. 

La science, la philosophie, ou même la religion, sont promptes à offrir une armature à notre optimisme fondamental.

Notamment dans notre rapport au temps.

Cette armature résiste au doute même par mauvais temps, malgré l'épreuve.

Même si la dépression déflationniste guette chacun d'entre nous, même les plus forts.

 

La plupart des surhommes ne savent jouer que pour gagner.

Ce ne sont que des bulles spéculatives tributaires des conjonctures.

Les USA ne jouent que pour gagner, alors que les russes savent jouer pour perdre.

Ce qui en fait des adversaires redoutables.

Modifié par Fraction
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Animateur Posté(e)
goods Animateur 32 265 messages
.‚
Posté(e)
Le 12/01/2021 à 13:17, Fraction a dit :

"_ Monsieur le Président. Ca y est, le parlement vient enfin d'interdire le mensonge et la malhonnêteté intellectuelle.

_ Très bien, mais qui diable a éteint la lumière ???

_ C'est la loi, Monsieur le Président."

Ce sont des répliques tirées d'un film?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 44ans Posté(e)
Fraction Membre 2 857 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)
à l’instant, goods a dit :

Ce sont des répliques tirées d'un film?

Bonjour,

Non, c'est de moi.

C'est une anticipation de la réalité quantique

Lorsque la lumière n'est pas observée, elle n'est que fonction d'onde.

Mais lorsqu'elle a vocation à être observée, elle devient particule rétroactivement.

Malheureusement, cette vérité quantique révolutionnaire n'est pas connue du grand public, ni même de nos élus.

Cordialement, Fraction

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×