Aller au contenu

Phôte de Gramme-mère

Messages recommandés

Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

Lorsque l'on connaît la raison principale de ceux qui s'insurgent à la vue de règles de grammaires non respecté mais surtout en voyants les rapporter.. l'envie est trop grande de publier en cliquant sur : Non! à : correction automatique ?               

Devant chez moi, un chien de race Beagle se met à hurler dès lors qu'il aperçoit un autre chien dans son champ de vision pour signifier au groupe que lui, il à vue! A sa décharge, lui c'est un chien.

Le plus comique c'est que la puissance d'un texte, son sens et sa compréhension par d'autres consciences est aussitôt éclipsé par leurs ( cerf-veau ) avec le besoins irrépressible de "Rapporter "  🐶

• TALION •

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
HDXcr4k Membre 183 messages
Forumeur inspiré‚ 21ans
Posté(e)

& su tu savait ce que certain penses des hystériques du clavier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Talon 1 Membre 5 424 messages
Talon 1‚ 72ans
Posté(e)

Si ne pas savoir écrire était aussi dangereux que de ne pas savoir nager…. L'ignorance est un fléau. Mais le pire est l'ignorant arrogant qui veut donner des leçons.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Panem&Circenses Membre 1 839 messages
Forumeur alchimiste‚ 152ans
Posté(e)

Oui, la lecture d'un texte qui déborde de fautes d'orthographe ou de grammaire influence mon opinion. D'autant plus lorsqu'il s'agit d'un texte qui se veut réfléchi et construit. Je fais des fautes (orthographe, grammaire, syntaxe) comme tout le monde mais quand je dois "produire" un texte je fais plus attention qu'à l'habitude et je me relis plusieurs fois.

En postant un texte philosophique sur le forum tu t'exposes aux critiques, quelles qu'elles soient.

Modifié par Panem&Circenses
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
riad** Membre 967 messages
Forumeur accro‚ 46ans
Posté(e)
à l’instant, Panem&Circenses a dit :

Oui, la lecture d'un texte qui déborde de fautes d'orthographe ou de grammaire influence mon opinion. D'autant plus lorsqu'il s'agit d'un texte qui se veut réfléchi et construit. Je fais des fautes (orthographe, grammaire, syntaxe) comme tout le monde mais quand je dois "produire" un texte je fais plus attention qu'à l'habitude et je me relis plusieurs fois.

En postant un texte philosophique sur le forum tu t'exposes aux critiques, quelles qu'elles soient.

C'est du temps perdu, c'est contre-productif. le plus logique c'est de pouvoir "produire" du texte facilement, et que tout le monde peut le faire, et non seulement une poignée d'élites illuminés.

  • Like 1
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dompteur de mots Membre 1 420 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 2 heures, riad** a dit :

C'est du temps perdu, c'est contre-productif. le plus logique c'est de pouvoir "produire" du texte facilement, et que tout le monde peut le faire, et non seulement une poignée d'élites illuminés.

Pourquoi faudrait-il être productif ? Pourquoi faudrait-il produire du texte facilement ? Pourquoi tout le monde devrait être capable de le faire ? N'est-ce pas plutôt la qualité qui compte ? Les textes qui se valent d'être lus ne sont-ils pas ceux qui ont été composés avec amour par leur auteur ?

En ce qui me concerne, un individu qui fait des fautes est un individu qui ne prend pas le temps d'observer ce qu'il écrit, et donc qui ne prend pas le temps d'y réfléchir.

Lorsque l'on réfléchit à chaque mot utilisé, que l'on prend le temps d'en vérifier la définition, que l'on soupèse chaque tournure de phrase, chaque structure verbale afin de s'assurer qu'elles disent bien ce que l'on veut dire, les fautes, on les voit nécessairement.

S'il y a bien des auteurs qui ont développé une certaine esthétique de la faute, ils le faisaient délibérément. Cela signifie qu'ils savaient absolument écrire sans fautes. La transgression volontaire de la règle suppose d'abord que l'on sache y obéir.

Modifié par Dompteur de mots
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
riad** Membre 967 messages
Forumeur accro‚ 46ans
Posté(e)
à l’instant, Dompteur de mots a dit :

Pourquoi faudrait-il être productif ? Pourquoi faudrait-il produire du texte facilement ? Pourquoi tout le monde devrait être capable de le faire ? N'est-ce pas plutôt la qualité qui compte ? Les textes qui se valent d'être lus ne sont-ils pas ceux qui ont été composés avec amour par leur auteur ?

En ce qui me concerne, un individu qui fait des fautes est un individu qui ne prend pas le temps d'observer ce qu'il écrit, et donc qui ne prend pas le temps d'y réfléchir.

Lorsque l'on réfléchit à chaque mot utilisé, que l'on prend le temps d'en vérifier la définition, que l'on soupèse chaque tournure de phrase, chaque structure verbale afin de s'assurer qu'elles disent bien ce que l'on veut dire, les fautes, on les voit nécessairement.

J'entends par qualité : une capacité plus grande pour véhiculer un sens, or à l'orale on s'entend très bien, pourquoi compliquer la communication écrite pour des raisons étymologiques? c'est l'affaire des spécialistes, on s'en fout entre locuteurs des origines des mots, non?
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dompteur de mots Membre 1 420 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 29 minutes, riad** a dit :

J'entends par qualité : une capacité plus grande pour véhiculer un sens, or à l'orale on s'entend très bien, pourquoi compliquer la communication écrite pour des raisons étymologiques? c'est l'affaire des spécialistes, on s'en fout entre locuteurs des origines des mots, non?

C'est-à-dire qu'il m'arrive de consulter des références étymologiques lorsque je doute du sens d'un mot et que j'ai besoin de soupeser jusqu'aux moindres inflexions qui s'y sont historiquement mêlées.

Donc, pour se passer le sel à table, on s'en fout effectivement de l'étymologie. Mais pour faire de la philo, ça peut être très important.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
riad** Membre 967 messages
Forumeur accro‚ 46ans
Posté(e)
à l’instant, Dompteur de mots a dit :

C'est-à-dire qu'il m'arrive de consulter des références étymologiques lorsque je doute du sens d'un mot et que j'ai besoin de soupeser jusqu'aux moindres inflexions qui s'y sont historiquement mêlées.

Donc, pour se passer le sel à table, on s'en fout effectivement de l'étymologie. Mais pour faire de la philo, ça peut être très important.

Oui t'as raison, mais il ne faut pas oublier qu'une langue ça évolue, si les responsables de la standardisation ( Académie française ou je sais pas quoi) ne suivent pas, vous risquez de vous retrouver avec une langue moribonde qui refuse de crever (comme le cas de l'arabe, cette pauvre langue sémitique qu'on refuse toujours d'euthanasier, et qu'on garde sous respiration artificielle depuis l'époque des dinosaures)
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dompteur de mots Membre 1 420 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 20 minutes, riad** a dit :

Oui t'as raison, mais il ne faut pas oublier qu'une langue ça évolue, si les responsables de la standardisation ( Académie française ou je sais pas quoi) ne suivent pas, vous risquez de vous retrouver avec une langue moribonde qui refuse de crever (comme le cas de l'arabe, cette pauvre langue sémitique qu'on refuse toujours d'euthanasier, et qu'on garde sous respiration artificielle depuis l'époque des dinosaures)

Pourquoi ce diagnostic à l'égard de l'arabe ? N'est-ce pas l'une des langues les plus parlées du monde ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
riad** Membre 967 messages
Forumeur accro‚ 46ans
Posté(e)
à l’instant, Dompteur de mots a dit :

Pourquoi ce diagnostic à l'égard de l'arabe ? N'est-ce pas l'une des langues les plus parlées du monde ?

Je ne connais personne au monde qui parle la langue arabe, et le dernier dictionnaire de cette langue a été rédigé en 1290, c'est une langue sans dictionnaire et sans locuteurs.
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PLS maker Membre 3 824 messages
Un Marx et ça repart‚ 30ans
Posté(e)
Il y a 19 heures, Talon 1 a dit :

Si ne pas savoir écrire était aussi dangereux que de ne pas savoir nager…. L'ignorance est un fléau. Mais le pire est l'ignorant arrogant qui veut donner des leçons.

Faute d'orthographe =/= ignorance

La faute ne résulte pas d'un problème d'ignorance, elle résulte généralement d'une confusion entre les règles existantes, bel et bien intégrées. La faute est une norme de secours. 

En général, les fautes ne rendent pas la phrase totalement incompréhensibles (sauf dans de rares cas de fautes entre homophones et d'accord quand plusieurs substantifs, dont un masculin, se trouvent dans une même phrase). Relever les fautes au cours d'une discussion qui se veut civilisée et cultivée est un manque de savoir-vivre à mes yeux plus grave que la non-relecture de ses textes. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
120lola120 Membre 1 826 messages
120 LOLA 120‚
Posté(e)

Coller ce sujet en philo ne le rend pas plus clair.

L'orthographe est une chose (je suis pour la simplification),

La grammaire en est une autre.

Si la phrase est compréhensible et transmet un sens, on peut dire qu'elle est correcte et que les liens entre les éléments de la phrase sont établis.

Le miracle, ici, c'est que l'on est abreuvés de phrases qui n'ont pas de sens clair

Lesquelles sont généralement truffées de fautes qui en compliquent la lecture jusqu'au désagrément.

Vouloir être compris et lu dans ces cas est un brin prétentieux.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mite_Railleuse Membre 15 947 messages
Grégairophobe...‚ 151ans
Posté(e)
il y a 18 minutes, 120lola120 a dit :

Le miracle, ici, c'est que l'on est abreuvés de phrases qui n'ont pas de sens clair

 

Vouloir être compris et lu dans ces cas est un brin prétentieux.

 

Je le trouve parfaitement clair, le sens.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
120lola120 Membre 1 826 messages
120 LOLA 120‚
Posté(e)
il y a 5 minutes, Mite_Railleuse a dit :

Le miracle, ici,

Sur le forum en général.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mite_Railleuse Membre 15 947 messages
Grégairophobe...‚ 151ans
Posté(e)
il y a 4 minutes, 120lola120 a dit :

Sur le forum en général.

Tu m'attribues tes mots ? Etrange...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
120lola120 Membre 1 826 messages
120 LOLA 120‚
Posté(e)

Mais non. J'ai repris bêtement dans la citation la plus proche...

Par pure flemme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mite_Railleuse Membre 15 947 messages
Grégairophobe...‚ 151ans
Posté(e)
il y a 1 minute, 120lola120 a dit :

Mais non. J'ai repris bêtement dans la citation la plus proche...

Par pure flemme.

Incompréhension. Et pourtant, y a pas une seule faute... ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
120lola120 Membre 1 826 messages
120 LOLA 120‚
Posté(e)
Il y a 21 heures, TALION a dit :

Devant chez moi, un chien de race Beagle se met à hurler dès lors qu'il aperçoit un autre chien dans son champ devision pour signifier au groupe que lui, il à vue! A sa décharge, lui c'est un chien.

C'est faux. Les chiens perçoivent même sans voir.

Et " il à vue"(sic), ça veut dire quoi ?

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PLS maker Membre 3 824 messages
Un Marx et ça repart‚ 30ans
Posté(e)
Il y a 19 heures, Dompteur de mots a dit :

En ce qui me concerne, un individu qui fait des fautes est un individu qui ne prend pas le temps d'observer ce qu'il écrit, et donc qui ne prend pas le temps d'y réfléchir.

Lorsque l'on réfléchit à chaque mot utilisé, que l'on prend le temps d'en vérifier la définition, que l'on soupèse chaque tournure de phrase, chaque structure verbale afin de s'assurer qu'elles disent bien ce que l'on veut dire, les fautes, on les voit nécessairement.

J'ai jadis exercé au poste de professeur de français. Je connais les règles de notre langue, je les ai enseignées, je les ai maniées, j'en ai transmis le sens et l'essence. J'ai même écris un mémoire de DEA à la fin de mes jeunes années d'étudiant. 

Pourtant, je fais des fautes. Et j'en ferai toujours. Mon cerveau est ainsi fait que, comme pour bien d'autres individus de ma condition nommée "dysorthographie", il voit les mots comme des entités phonosémantiques, et évacue tous les accessoires de la langue dont il n'a pas besoin pour le sens. Et notre langue en a des accessoires. 

Vous me direz peut-être que je suis un cas à part, et ma condition vainc d'avance toute tentative de généraliser mon exemple. Et vous aurez raison, et tort à la fois. 

Je n'ai pu que très tard mettre un mot sur ladite condition. Auparavant, j'ai eu le temps d'éprouver les critiques dont vous vous faites l'écho, et qui sont vieilles comme l'Académie Française, c'est-a-dire vieille comme la normalisation de l'orthographe de notre langue. 

J'ai longtemps été frappé de ce genre de reproche sans m'y reconnaître. J'essayais d'aller à l'encontre de ces reproches, en faisant tout ce qu'elles m'accusaient de ne pas faire, selon eux par fainéantise. J'ai lu, beaucoup, mais j'ai toujours beaucoup lu donc ça n'a finalement pas changé grand chose. Je me suis relu, beaucoup, ce qu'en revanche je ne faisais jamais auparavant, par honte de mes propres écrit (comme quoi, les reproches ressassés sur l'orthographe, c'est super utile :bo: ). Il n'y a guère eu d'effet ; comment un cerveau qui travaillait, à mon corps défendant, à libérer notre orthographe de ses apparats insensés pouvait-il accepter de travailler de nouveau alors que le sens était bel et bien transmit. Son travail était fini. Ces relectures fastidieuses m'épuisaient ; tout ça pour corriger quelques accords (seuls fautes que j'identifiais aisément, vu qu'en plus des lectures et des relectures, je m'étais mis à compulser, de nouveau, les règles de notre langue qu'on m'accusait de ne pas connaître !). 

Tout ce travail, resté sans résultat probant, a fait mûrir en moi, petit à petit, un travail de relativisation de l'importance de l'orthographe. Oh ! ça a mis un certain temps, le temps que je sois suffisament armé académiquement pour voir que cette relativisation était également le mot d'ordre de ceux-là même qui mettaient des chiffres sur l'évolution de la pratique orthographique en France. Puis j'ai découvert internet, ses espaces de discussion libres, où l'injonction prescriptiviste s'abattait avec moins de force et où des choses formidables se disaient et s'échangeaient malgré une maîtrise branlante de l'écrit correct. 

Ces choses formidables, je les ai vu apparaître aussi dans les copies de mes élèves. Il y avait juste besoin d'un coup de pouce pour que ces écrits, justes et intéressants dans le fond, trouve grâce au yeux de la société. Ca n'a pas marché avec tout le monde, parce que nous, professeur de français, devont faire face à une situation hallucinante qui est la manipulation d'une orthographe considérablement éloignée de la langue. 

Pensez-vous donc ! Les professeurs de lettres eux-mêmes se sentent perdu face à l'enseignement d'une orthographe aussi opaque vis-à-vis des pratiques naïves de notre langue. Alors les gamins... Et les adultes qu'ils deviennent ensuite ! C'est là une bien lourde tâche, pour l'enseignant comme pour l'enseigné. Et pourtant, tandis que l'on trouve toutes les excuses du monde à l'enseignant, on frappe de tous les accablements possibles ceux qui ont un niveau de maîtrise insuffisant. 

C'est pour cela que je considère la remarque sur la faute d'un pire manque de savoir-vivre que les éventuels manques de rigueur vis-à-vis de ses propres écrits. Le forumeur qui fait des fautes est peut-être tout à fait sincère dans sa démarche écrite. On ne sait pas s'il s'agit d'un dysorthographique, d'un dyslexique, d'un autodidacte qui n'a pas eu la chance d'être nourri au sein de l'éducation socialement acceptée par ses paires et qui tente de se rattraper auprès de ceux qui font autorité à ses yeux, d'une personne dégouté de la pratique écrite par des professeurs n'ayant pas eu la patience d'accomplir correctement leur devoir... 

Cependant, le forumeur qui relève les fautes d'apparat social n'est, chaque fois, sincère que dans l'attaque qu'il fait à l'encontre de la personne même de son interlocuteur. 

Est-il si dur de faire abstraction des conventions qui se glisse dans notre écriture, porteuses d'un brassard "sens" qu'elles se sont indûment approprié, le temps d'un écrit au moins, et de demander, poliment, à l'autre de préciser sa pensée dans le cas où l'orthographe influe cette fois-ci sur le sens, le rendant obscure voire inatteignable ? 

Non, ce n'est pas difficile. Mais ça demande de se défaire d'un des symboles de sa domination social. Et ça, même un philosophe n'en est pas forcément capable, on le voit souvent ici. Un tel manque de distance envers un sujet pose néanmoins, dans ce cas, certaines questions quant à la carrure que ces personnes se prêtent ou veulent renvoyer ;)

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité