Aller au contenu

Extension du domaine de la mort


Messages recommandés

DAR Invité 3 messages
Baby Forumeur‚ 48ans
Posté(e)

EXTENSION DU DOMAINE DE LA MORT

 

« Pendant quelques années il avait vécu, mangé, ri, aimé, espéré, comme tout le monde. Et c’était fini, pour lui, fini pour toujours. Une vie ! quelques jours, et puis plus rien ! On naît, on grandit, on est heureux, on attend, puis on meurt. Adieu ! homme ou femme, tu ne reviendras point sur la terre ! Et pourtant chacun porte en soi le désir fiévreux et irréalisable de l’éternité, chacun est une sorte d’univers dans l’univers, et chacun s’anéantit bientôt complètement dans le fumier des germes nouveaux. Les plantes, les bêtes, les hommes, les étoiles, les mondes, tout s’anime, puis meurt pour se transformer. Et jamais un être ne revient, insecte, homme ou planète ! »

Guy de Maupassant, Bel-Ami (1885)

Dans la conception aristotélicienne, qui domine les représentations savantes en Occident jusqu’à l’avènement de la science moderne, l’Univers est centré sur la Terre, le Soleil et les autres planètes tournant autour. Il est aussi divisé en deux parties radicalement distinctes, la région sublunaire, où se trouve la Terre, et le monde supralunaire, allant de la Lune jusqu’à ses limites. Les corps sublunaires sont sujets aux changements et, partant, mortels ; les supralunaires sont au contraire immuables et éternels. Il faut attendre, au début du XVIIe siècle, les découvertes de Galilée pour comprendre que les cieux sont soumis aux mêmes lois que le monde terrestre.

Désormais, il ne peut plus être question de l’incorruptibilité des cieux, non plus que d’une distinction entre la région céleste et la région sublunaire. [François Picavet]

La mise en évidence au XIXe siècle d’une évolution biologique, d’une transformation irréversible des espèces vivantes, dont la nôtre, au cours des temps géologiques, porte ensuite un coup décisif à l’idée d’une création spéciale de l’humanité.

Le plus important des événements récents – le fait que « Dieu est mort », que la croyance au Dieu chrétien a été ébranlée – commence déjà à projeter sur l’Europe ses premières ombres. [Friedrich Nietzsche]

La théorie de l’Évolution […] détruit la position privilégiée de l’espèce humaine non seulement comme couronnement mais aussi comme finalité de la création, et foule aux pieds la moitié des religions de la planète. [Ian Stewart]

L’homme est un animal comme le hérisson, mais il ne vient à l’idée de personne que le hérisson pourrait vivre une vie après sa mort. [Michel Onfray]

Le caractère mortel de notre propre civilisation devient vraiment palpable avec la Première Guerre mondiale.

Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles. Nous avions entendu parler de mondes disparus tout entiers, d’empires coulés à pic avec tous leurs hommes et tous leurs engins […]. Mais ces naufrages, après tout, n’étaient pas notre affaire. Élam, Ninive, Babylone étaient de beaux noms vagues, et la ruine totale de ces mondes avait aussi peu de signification pour nous que leur existence même. […] Et nous voyons maintenant que l’abîme de l’Histoire est assez grand pour tout le monde. [Paul Valéry]

À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, avec les bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki, la prise de conscience s’étend à la mort de l’espèce.

Depuis l’aube de la conscience jusqu’au milieu de notre siècle, l’Homme a dû vivre avec la perspective de sa mort en tant qu’individu ; depuis Hiroshima, l’humanité dans son ensemble doit vivre avec la perspective de son extinction en tant qu’espèce biologique. [Arthur Koestler]

Homo sapiens, nous le savons aujourd’hui, a coexisté et s’est même croisé avec d’autres espèces humaines à présent déjà éteintes, qui ont donc contribué à la construction de notre génome.

L’éventuelle découverte d’une forme de vie extraterrestre ne ferait qu’achever de transformer l’apparition de la vie de miracle en statistique :

Abandonnons la vieille prétention, qui était en réalité une croyance, d’être les seuls habitants de l’Univers. L’affluence des exoplanètes nous incite évidemment à une extrême modestie. Adieu le monde de la Bible, évidemment, mais aussi le monde d’Aristote, et même de Copernic, de Newton, de Laplace. Adieu « le monde », tout simplement. Le géocentrisme, l’héliocentrisme, tout cela a volé en éclats. Nous ne sommes au centre de rien, pas plus que notre Soleil, qui n’est, au fond, qu’une étoile très ordinaire. [Michel Cassé]

Les êtres humains, ridicules éphémères, se trouvent, sauf exceptions, en perpétuel « arrêt sur image » vis-à-vis des objets astrophysiques. Des modèles scientifiques de leur évolution dans le temps ont cependant pu être progressivement établis. Ainsi nous a été dévoilée l’existence entière de notre étoile, depuis sa formation dans un nuage de gaz interstellaire jusqu’à sa future extinction sous forme d’objet dégénéré. La transformation du Soleil en géante rouge puis en naine blanche scelle tout aussi inéluctablement le destin de la biosphère terrestre. Rien en vérité ne subsistera de ce que nous connaissons à la surface de la planète. Plantes et animaux, rivières et montagnes, océans et continents disparaîtront. Et, plus tard, aussi les étoiles du firmament. Tout disparaîtra.

Les structures matérielles qui caractérisent notre Univers (atomes, molécules, êtres vivants, planètes, étoiles, galaxies, etc.) sont marquées par un devenir irréversible. Formées à différents moments du passé, elles finiront par s’évanouir, l’une après l’autre.

Au cours du XXe siècle, l’idée de commencement, d’évolution et d’extinction s’élargit finalement à l’Univers dans son ensemble. Lui-même a une histoire – complexe, riche en événements et d’une durée inimaginablement longue. Non seulement le destin complet du genre humain ne semble plus s’inscrire que dans un minuscule intervalle du temps et de l’espace cosmiques mais cet Univers ne nous apparaît plus être qu’une figure de transition vers le chaos. Qui finira par l’emporter.

Que tous les travaux du passé, toute la dévotion, toute l’inspiration, tout le génie humain sont voués à l’extinction, que le temple des exploits de l’Homme est condamné à l’enterrement sous les débris de l’Univers en ruines – toutes ces choses sont maintenant si certaines qu’aucun système philosophique ne peut les ignorer. [Bertrand Russell]

Quatre siècles de science moderne n’ont ainsi fait qu’amplifier dans notre esprit l’emprise de la Mort. Le sentiment de plénitude que l’être humain a pu éprouver sous la voûte étoilée cédera-t-il la place à une mélancolie généralisée ?

La mélancolie est une maladie qui consiste à voir les choses comme elles sont. [Gérard de Nerval]

Ou peut-être pire encore ?

Les sciences, dont chacune tend dans une direction particulière, ne nous ont pas fait trop de mal jusqu’à présent ; mais un jour viendra où la synthèse de ces connaissances dissociées nous ouvrira des perspectives terrifiantes sur la réalité et la place effroyable que nous y occupons : alors cette révélation nous rendra fous, à moins que nous ne fuyions cette clarté funeste pour nous réfugier dans la paix et la sécurité d’un nouvel âge de ténèbres. [Howard Phillips Lovecraft]

Cependant, une étape supplémentaire semble en passe d’être franchie. Leibniz (se) posait à l’aube du siècle des Lumières la question philosophique ultime :

Pourquoi [y a-t-il] plutôt quelque chose que rien ? Car le rien est plus simple et plus facile que quelque chose.

Mais y a-t-il réellement quelque chose plutôt que rien ? Le principe de relativité semble s’imposer comme principe philosophique général s’appliquant à toute propriété existante. Il nous mène à la compréhension de l’absence d’existence absolue des diverses propriétés constitutives des êtres physiques, et donc, en dernier ressort, de ces êtres eux-mêmes…

« Je n’existais pas. J’ai existé. Je me souviens. Je n’existe plus. Je m’en moque. »

Épitaphe de Donnia Italia, morte à l’âge de vingt ans (Lactora / Lectoure, IIe siècle de notre ère)

  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
zenalpha Membre 10 184 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 49ans
Posté(e)

Un petit bémol de mon point de vue : la relativité restreinte a tué la notion d'absolu hormis pour la vitesse de la lumière, c'est vrai.

On est passé d'une vision substantielle (du temps par exemple) à une notion relationnelle 

L'espace lui même est sorti de la scène de théâtre absolue pour se déformer en fonction de la masse de son contenu.

Mais le relationnel ou la relativité en physique n'est pas le relativisme et encore moins le relativisme absolu.

On s'est approché du "chemin de vérité" et la relativité fonctionne bien.

Ce qu'il a fallu abandonner, ce sont nos absolues certitudes qui, elles, étaient....fausses.

Serait on moins homme à comprendre ce qui EST ?

Je me rends compte que le doute est si ancré en moi que je suis probablement un ange.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Don Juan Membre 429 messages
Forumeur survitaminé‚ 63ans
Posté(e)
Il y a 12 heures, zenalpha a dit :

Un petit bémol de mon point de vue : la relativité restreinte a tué la notion d'absolu hormis pour la vitesse de la lumière, c'est vrai.

On est passé d'une vision substantielle (du temps par exemple) à une notion relationnelle 

L'espace lui même est sorti de la scène de théâtre absolue pour se déformer en fonction de la masse de son contenu.

Mais le relationnel ou la relativité en physique n'est pas le relativisme et encore moins le relativisme absolu.

On s'est approché du "chemin de vérité" et la relativité fonctionne bien.

Ce qu'il a fallu abandonner, ce sont nos absolues certitudes qui, elles, étaient....fausses.

Serait on moins homme à comprendre ce qui EST ?

Je me rends compte que le doute est si ancré en moi que je suis probablement un ange.

Y aurait-il un être humain qui rôderait en ces lieux ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 10 184 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 49ans
Posté(e)

Je crains bien davantage de l'homme que de la science.

Adam Smith signalait déjà dans la richesse des nations que l'objet le plus simple qui nous cotoie serait absolument impossible à reconstruire à partir de rien, la division du travail et la spécialisation des tâches s'étant opérée générations après générations à notre insu et guidée uniquement par nos égoïsmes personnels.

L'altruisme qui serait un communisme bienveillant serait presque moins créatif que nos côtés obscurs laissés dans une relative jungle urbaine et guidés par la main invisible 

La main invisible qui est l'humanité. Une vision bien plus grande qui organise pour nous ce que nous croyons guider.

A quand la baffe invisible ? 

Enfin..quand elle viendra...on s'en rendra mieux compte que la main qui nous la donnera.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DAR Invité 3 messages
Baby Forumeur‚ 48ans
Posté(e)
Le 04/08/2018 à 19:14, zenalpha a dit :

Un petit bémol de mon point de vue : la relativité restreinte a tué la notion d'absolu hormis pour la vitesse de la lumière, c'est vrai.

On est passé d'une vision substantielle (du temps par exemple) à une notion relationnelle 

L'espace lui même est sorti de la scène de théâtre absolue pour se déformer en fonction de la masse de son contenu.

Mais le relationnel ou la relativité en physique n'est pas le relativisme et encore moins le relativisme absolu.

Bonjour, merci pour votre réaction.

Je ne pense pas qu'il soit question de relativisme cognitif dans ce dernier paragraphe.

L'absence d'existence absolue ou d'existence propre est la définition de la relativité dans la science actuelle. Etre et ne pas être, telle est la nature de la position, de l'orientation, du mouvement, de la gravitation...

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DAR Invité 3 messages
Baby Forumeur‚ 48ans
Posté(e)

Du texte ci-dessus, découle logiquement l'interrogation suivante :

Pourquoi se préoccuper de l’avenir d’un monde condamné ? [Robert Oppenheimer]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité