Aller au contenu

La science détruit la poésie et le merveilleux, critique récurrente.. Mais n'est-ce pas plutôt le contraire ?


'moiselle jeanne

Messages recommandés

Annonces
Maintenant
Membre, Serial profiler, 47ans Posté(e)
Bart_Sylvain Membre 1 696 messages
47ans‚ Serial profiler,
Posté(e)

La volonté d'opposer la science et l'art est une aberration.

Ces 2 disciplines sont propres à l'Homme et on ne doit en aucun cas en faire la compétition, ça équivaut à ce jeu puéril et inutile de celui qui pisse le plus loin ...

D'ailleurs les grands génies comme De Vinci excellaient dans les 2.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
'moiselle jeanne Membre 4 675 messages
Forumeur Débutant‚
Posté(e)

Le sujet posé ici est celui de la science créatrice de poésie et de merveilleux.

Pas celui de discuter sur des bienfaits respectifs avec l' art d'un côté et et de la science de l'autre ; et encore moins de les opposer par hiérarchie, ce qui bien évidement n'a aucun sens.

Mais celui de savoir combien et comment, la science crée et comporte de l'émotion, du rêve, du sens du beau...

Le lien illustre cela très bien.;)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, scientifique, Posté(e)
Répy Membre 20 363 messages
scientifique,
Posté(e)

La question posée ici est celle de la science créatrice de poésie et de merveilleux.

Pas de mettre (ni en compétition, ni en comparaison) art d'un côté et science de l'autre en les dissociant.

Au contraire, savoir quelle part la science crée et apporte aux domaines de l'émotion, du rêve, du sens du beau...

------------------------

Je pense aux photos sublimes de Hubble sur l'univers ou bien les photos au microscope à balayage pour la biologie microscopique.

Dans les deux cas ces images vous "élèvent l'âme" !

Dans un autre domaine les images composées à parti des fractales sont d'une variété stupéfiante.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Serial profiler, 47ans Posté(e)
Bart_Sylvain Membre 1 696 messages
47ans‚ Serial profiler,
Posté(e)

Le sujet posé ici est celui de la science créatrice de poésie et de merveilleux.

ah OK j'ai mal compris. Le titre du sujet est interprétable différemment : le contraire de "la science détruit la poésie" peut être "la poésie détruit la science" :p

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 32ans Posté(e)
Virtuose_en_carnage Membre 4 713 messages
Maitre des forums‚ 32ans‚
Posté(e)

La science détruit clairement la poésie. La poésie, c'est l'art de faire sentir et comprendre par delà les mots, en clair c'est transcender le langage. La science, elle, repose sur le langage et les règles de raisonnements qu'elle se donne. On est enfermé dans un système quand on fait "de la science".

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
'moiselle jeanne Membre 4 675 messages
Forumeur Débutant‚
Posté(e)

La science détruit clairement la poésie. La poésie, c'est l'art de faire sentir et comprendre par delà les mots, en clair c'est transcender le langage. La science, elle, repose sur le langage et les règles de raisonnements qu'elle se donne. On est enfermé dans un système quand on fait "de la science".

En es-tu si sûr ? La science ne permet-elle pas justement d'en créer, de la poésie, en ouvrant de nouveaux champs de connaissances ?

Tu devrais ouvrir mon lien -celui dans l'en-tête-.. ;)

Ou quand la théorie quantique dit que si un arbre tombe alors qu'il n'y a aucune oreille pour l'entendre, il ne fait pas de bruit, cela dépoétise t-il la nature, ou au contraire élargit-il la complexité du monde et les multiples regards qu'on peut y poser ?

« La science, comme la poésie, se trouve, on le sait, à un pas de la folie » ;)

ah OK j'ai mal compris. Le titre du sujet est interprétable différemment : le contraire de "la science détruit la poésie" peut être "la poésie détruit la science" tongue.gif

:smile2:

J'y ai même pas pensé.. .

Bon, le reste du post et surtout le lien -magnifique- sont assez explicites (je croyais en tout cas). il faut vraiment l'ouvrir, ce lien !

On peut aussi dire, comme Apollinaire, que la poésie crée la science :

« Tant que les avions ne peuplaient pas le ciel, la fable d'Icare n'était qu'une vérité supposée. Aujourd'hui, ce n'est plus une fable. (…) Je dirai plus, les fables s'étant pour la plupart réalisées et au-delà c'est au poète d'en imaginer des nouvelles que les inventeurs puissent à leur tour réaliser. »

Je pense aux photos sublimes de Hubble sur l'univers ou bien les photos au microscope à balayage pour la biologie microscopique.

Dans les deux cas ces images vous "élèvent l'âme" !

Dans un autre domaine les images composées à parti des fractales sont d'une variété stupéfiante.

Oui, par exemple..

Et aussi la macrophoto..

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité filochard
Invités, Posté(e)
Invité filochard
Invité filochard Invités 0 message
Posté(e)




Existe en version plus courte ,ca devrait s'insérer correctement.
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 32ans Posté(e)
Virtuose_en_carnage Membre 4 713 messages
Maitre des forums‚ 32ans‚
Posté(e)

En es-tu si sûr ? La science ne permet-elle pas justement d'en créer, de la poésie, en ouvrant de nouveaux champs de connaissances ?

Tu devrais ouvrir mon lien -celui dans l'en-tête-.. ;)

Ou quand la théorie quantique dit que si un arbre tombe alors qu'il n'y a aucune oreille pour l'entendre, il ne fait pas de bruit, cela dépoétise t-il la nature, ou au contraire élargit-il la complexité du monde et les multiples regards qu'on peut y poser ?

« La science, comme la poésie, se trouve, on le sait, à un pas de la folie » ;)

Ce qui est ballot, c'est que ton image m'indiffère. J'ai toujours eu horreur de l'astrophysique, ainsi que tout ce qui concerne les planètes et les étoiles. Comme d'habitude, on mélange tout, et surtout science et application de la science. Chose fondamentalement différente. On est en train de parler de science et de science en soi, pas de science appliquée. Et la science en soi ne transcende pas son univers. Je ne dis pas qu'il n'y a pas une esthétique propre aux sciences, mais il n'y a clairement pas une esthétique poétique. En soi, les raisonnements mathématiques sont très beaux (comme par exemple avoir l'idée d'étudier un problème adjoint d'une solution d'EDP pour pouvoir dire quelque chose de cette dernière, comme le théorème de Gödel, et beaucoup d'autres), mais ils sont tout sauf poétique. Ils démontrent rationnellement, froidement et sans doutes.

Tu prêtes des propos poétiques la où il n'y en a point. La théorie quantique ne dit rien de ça. Elle avance des hypothèses et des démonstrations.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
'moiselle jeanne Membre 4 675 messages
Forumeur Débutant‚
Posté(e)

Filochard a dit

Existe en version plus courte ,ca devrait s'insérer correctement.

Merci pour la vidéo ! Je la regarderais (celle-là, la longue..) dès que j'aurais le temps.. commencé un peu et ça me plaît bien..

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
'moiselle jeanne Membre 4 675 messages
Forumeur Débutant‚
Posté(e)

Tu prêtes des propos poétiques la où il n'y en a point. La théorie quantique ne dit rien de ça. Elle avance des hypothèses et des démonstrations.

C'est ton choix de ne pas vouloir en voir ni de t'en inspirer. Pas une règle universelle que tout le monde devrait suivre.

Ce qui est ballot, c'est que ton image m'indiffère. J'ai toujours eu horreur de l'astrophysique, ainsi que tout ce qui concerne les planètes et les étoiles.

Idem, tes goûts et couleurs.. qui n'enlèvent en rien la réalité des sensations qu'elle procure.

On est en train de parler de science et de science en soi, pas de science appliquée.

"On" ? c'est qui, "on" ? libre à toi de ne vouloir parler que sous un angle strict.. mais merci de ne pas y astreindre les autres.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Agitateur Post Synaptique, 53ans Posté(e)
zenalpha Membre 17 441 messages
53ans‚ Agitateur Post Synaptique,
Posté(e)

Je trouve ce sujet passionnant mais autant l'aborder petit à petit au gré des points de vue différents.

Ton lien fait référence au cosmos et je trouve celà d'autant plus intéressant qu'éthymologiquement, le cosmos est lié à l'esthétique comme dans cosmétique par exemple.

Et il me semble qu'un des plus petits communs multiples de la science et de la poésie c'est le cosmos vu comme le plus merveilleux poème de la nature.

Si je me réfère à Platon, les mathématiques et la géométrie est l'angle par lequel ce cosmos doit être appréhendé avant l'esthétisme ou l'art

Dans Phèdre, "l'espace qui s'étend au dessus du ciel n'a pas encore été chanté par aucun des poètes d'ici bas et ne sera jamais chanté dignement"...

Le poète travaille les mots.

Les mots sont pure invention humaine. Le langage.

L'inconscient est structuré comme un langage selon Lacan

Il n'y a rien d'universel dans les mots

Le scientifique n'a pas grand chose à dire sur les mots... le poète en aurait il davantage sur l'univers ?

Il faut croire que oui vu le nombre de vers et de poètes qui auront eu les yeux émerveillés par la contemplation d'une étoile ou d'un astre ou du spectacle de la nature...

Alors personnellement, je veux voir leur poésie comme l'étrange rencontre entre le cosmos et l'homme dont ce dernier fait partie et qui lui rend sa beauté.

Un monde sans conscience pour l'appréhender qui serait stérile et non conscient de lui même ne se différencierait pas du néant.

Donc la rencontre de la science et de la poésie, c'est aussi la rencontre de cette poésie profondément humaine avec la représentation la plus étendue de cette réalité constamment vivante, constamment changeante, aux diverses parties liées intimement dès le premier instant, intriquées et qui se pénètrent mutuellement.

C'est faire l'amour aux mots que d'invoquer la science et je vois le scientifique véritable comme quelqun riche de ce qu'il est, riche de son acquis, riche de son savoir et surtout riche de ses lacunes et de ses doutes, riche de son intuition divinatrice et divine actrice qui se crée sa compréhension équilibrée et synthétique du monde comme un poète des équations et un équilibriste de l'imagination.

Quelqun aux yeux d'enfant qui reste fasciné par les mystères qu'ouvrent la science et qu'elle ne fait qu'entrouvrir parfois.

Alors est que la science crèe l'émotion ?

Non, c'est l'émotion qui crèe la science parce qu'un scientifique est un homme et qu'un homme rit, pleure aime et qu'au fonds de la science se cache le chaos, l'harmonie, la symétrie et l'ensemble de la beauté de notre cosmos et de son lien étrange avec la conscience de ses poussières d'étoiles.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
'moiselle jeanne Membre 4 675 messages
Forumeur Débutant‚
Posté(e)

:bo:

J'aime beaucoup ton analyse (si tant est que le mot soit correct.. ton ressenti ?

c'est l'émotion qui crèe la science

Elle rejoint celle d’Apollinaire quand il dit : « Tant que les avions ne peuplaient pas le ciel, la fable d’Icare n’était qu’une vérité supposée. Aujourd’hui, les fables s’étant pour la plupart réalisées et au-delà, c’est au poète d’en imaginer des nouvelles que les inventeurs puissent à leur tour réaliser. »

Et l'inventeur pour réaliser, doit être ouvert à cette imagination ; vouloir aller-delà, métamorphoser les apparences pour toujours découvrir et explorer des perspectives, marier intuition et conscience avec un zeste d'audace dans l'inspiration..

En fait, comme le poète..

Parfois, l'un en cache un autre..

Comme Charles Cros, Omar Khayyam, JP Luminet, J.Roubaud..

c'est l'émotion qui crèe la science

Comme elle crée aussi la poésie.. qui créera ou re-créera de l'émotion et créera à son tour d'autres poésies ;)

La science fonctionne aussi ainsi, une création en amènera une autre puis une nouvelle, avec son lot d'émotions

qui se re-nourirront .

Victor Hugo disait " Entre un savant et un poète, il y a la même différence qu'entre un jardin botanique et une forêt"

Pourtant, ses poèmes à lui sont très structurés et travaillés, sans une syllabe choisie au hasard.. Un "éco-système des mots", la poésie ? ça dépend... elle peut être, selon l'auteur, un potager, un jardin à l'anglaise, une mangrove ...

https://fr.wikiquote...ki/Omar_Khayyam

http://blogs.futura-...es.com/luminet/

http://www.telerama....chie,109188.php

http://www.lepoint.f...1456560_494.php

http://fides-lumen.com/?page_id=177

Un lave linge est très poétique. Surtout pour une femme. Je comprends.

Réponse très scientifique, d'une poésie qui atteint au sublime..

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Constantinople Membre 18 232 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)

C'est très joliment Dit. Moi je formulerais les choses différemment : comment est il encore possible qu'en découvrant tous les jours les miracles de la vie, que ce soit dans l'infiniment petit, ou grand, que ce soit dans notre ADN ou dans le Big Bang, et prétendre que le mystère de cette création n'avait aucune ambition poétique lorsque s'est décidé quelque part que la vie allait surgir pour ouvrir les yeux et apprécier la magnificence de ce qui nous entoure et nous compose.

Question de point de vue :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 32ans Posté(e)
Virtuose_en_carnage Membre 4 713 messages
Maitre des forums‚ 32ans‚
Posté(e)

La métaphysique, ce n'est pas de la science. Ce n'est pas parce qu'il vous arrive de dormir dans une voiture qu'une voiture est un lit. Comme ce n'est pas parce qu'il vous arrive de trouver de la poésie dans la science que la science est poétique.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Agitateur Post Synaptique, 53ans Posté(e)
zenalpha Membre 17 441 messages
53ans‚ Agitateur Post Synaptique,
Posté(e)

La langue contient beaucoup de richesse et de finesse, d'imprécision aussi.

Elle est didactique, riche, complexe, contradictoire, évolutive à l'image de l'homme qui porte rationnalité et intuition, vérité et illusion.

La science est précise, modélisable, reproductible et d'ailleurs quand on s'intéresse à la "déraisonnable efficacité des mathématiques dans les sciences physiques", cette citation bien connue m'amène deux remarques sur ce sujet science / langage lequel langage est l'outil de la poésie.

D'une part comme bien souvent avec la langue, il y a plus qu'imprécision dans cette citation, c'est un faux ami.

La citation originelle est anglaise et plutôt que déraisonnable, la traduction précise voudrait qu'on dise "l'efficacité des mathématiques n'est pas raisonnable..." ce qui n'a pas du tout la même signification.

La langue est trompeuse, connotée, personnelle,...

Dire "le temps passe" et s'intéresser à ce que suppose la langue dans sa vision du temps versus la "réalité physique du temps" ...

Qui a vu passer le temps face à lui ? Il passe par rapport à quoi ?

La physique ne répond même pas du reste.

D'autre part l'expression 'langage mathématique' est aussi sémantiquement intéressante.

Les mathématiques sont elles un langage ?

Est on devant le langage de la nature ? Celui de l'homme qui contraint la nature ?

Le langage de la nature outil du scientifique est il différent du langage outile du poète ?

Sous quel aspect ?

Bref, du coup, dans cette opposition science et poésie, j'aurai cette question.

Est ce que pour un scientifique, le mot poésie est suffisamment 'valide' pour déterminer que la science ne contient pas des ingrédients de poésie ?

Attention, je ne dis pas que la science est poétique.

Je dis qu'elle ouvre davantage de voies vers la poésie qu'elle n'en ferme au sens personnel et subjectif que je me fais de la poésie.

Parle t'on d'un concept aussi précis que 'égalité' ou que le chiffre 2 ?

Si on dit que la science n'est pas poétique au sens où elle est indépendante de la poésie, quelle est donc la définition scientifique de poésie ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, scientifique, Posté(e)
Répy Membre 20 363 messages
scientifique,
Posté(e)

'zenalpha'

La langue contient beaucoup de richesse et de finesse, d'imprécision aussi.

Elle est didactique, riche, complexe, contradictoire, évolutive à l'image de l'homme qui porte rationalité et intuition, vérité et illusion.

La science est précise, modélisable, reproductible ...

La langue est trompeuse, connotée, personnelle,...

D'autre part l'expression 'langage mathématique' est aussi sémantiquement intéressante.

-> Excellente synthèse !

Les mathématiques sont elles un langage ?

-> Oui au sens où un langage a une structure prédéfinie. La langue mathématique est un ensemble d'axiomes suivi de théorèmes et leurs conséquences imbriquées de façon logique et rigoureuse à la façon des règles de grammaire, et d'orthographe ainsi que le vocabulaire

Si on ne connaît pas les règles, et le vocabulaire on perd tout ou partie de la compréhension.

Est-on devant le langage de la nature ? Celui de l'homme qui contraint la nature ?

Le langage de la nature outil du scientifique est il différent du langage outile du poète ?

Sous quel aspect ?

Bref, du coup, dans cette opposition science et poésie, j'aurai cette question.

Est ce que pour un scientifique, le mot poésie est suffisamment 'valide' pour déterminer que la science ne contient pas des ingrédients de poésie ?

Attention, je ne dis pas que la science est poétique.

Je dis qu'elle ouvre davantage de voies vers la poésie qu'elle n'en ferme au sens personnel et subjectif que je me fais de la poésie.

-> Quand Victor Hugo parle de "Cette obscure clarté qui tombe des étoiles" il parle en poête.

Cependant le physicien sait bien que le ciel noir et étoilé vu dans un désert n'est pas obscur et noir comme dans un tunnel !

"La terre est bleue comme une orange" version surréaliste choque tout le monde

Certes la terre est ronde comme une orange. mais une orange n'est pas bleue et ce choix poétique de couleur est en opposition avec l'évidence : La terre, en particulier vue de l'espace n'est pas de couleur orange !

Idem avec les quatre saisons chères aux poêtes et à Vivaldi.

Dans les climats tempérés, les 4 saisons sont strictement conventionnelles. on peut avoir des automnes torrides et des printemps glaciaux. Le scientifique préfère parler de 2 saisons chaude et froide.

En musique, le musicien parle d'intervalle , là où le physicien voit des rapports de fréquence.

ainsi un intervalle d'octave est en réalité un doublement ( ou division par 2 de la fréquence)

De m^me le "timbre d'un instrument" est lié à la répartitions des diverses fréquences de résonance de l'instrument.

Si divers instruments jouent le La3 ( 440 Hz) celui de la tonalité de ligne du téléphone

on reconnaîtra les divers instruments selon leur production d'harmoniques n°2,3,4,5...dont les fréquences seront 880, 1320, 1760 Hz...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Agitateur Post Synaptique, 53ans Posté(e)
zenalpha Membre 17 441 messages
53ans‚ Agitateur Post Synaptique,
Posté(e)

Ces scientifiques ou poètes jouent avec nos méninges et avec nos sensibilités usant les poèmes comme des codes

"L'obscure clarté" renvoie à cet oxymore qui oppose obscur et clarté et ici le message est de montrer ce paradoxe de la nuit sombre condition sine qua non à l'apparition des étoiles lumineuses.

Du yin vient le yang l'un n'étant rien sans l'autre

"La terre est bleue" comme une orange renvoie à ce lien qu'Eluard faisait entre la femme et le cosmos sa propre femme qui était sa muse ayant les yeux bleux et la chevelure orange

Quant à la musique, je vois bach comme le prodige du contrepoint et sa connection divine transcende la fréquence des sons qui font que le tout est supérieur à la somme des parties

Bref la poésie contient ses codes humains sans lesquels ils apparaissent opposés à la raison si on appréhende pas toutes les raisons

Mais oui science et poésie procèdent de méthodologies et d'approches différentes qui sont autant d'hymne à notre raison et à nos émotions à nos représentations aussi

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 32ans Posté(e)
Virtuose_en_carnage Membre 4 713 messages
Maitre des forums‚ 32ans‚
Posté(e)

-> Oui au sens où un langage a une structure prédéfinie. La langue mathématique est un ensemble d'axiomes suivi de théorèmes et leurs conséquences imbriquées de façon logique et rigoureuse à la façon des règles de grammaire, et d'orthographe ainsi que le vocabulaire

Si on ne connaît pas les règles, et le vocabulaire on perd tout ou partie de la compréhension.

Par pitié, arrêtez de parler des mathématiques, c'est une horreur pour les yeux. Je suis loin d'être un logicien, mais pour le peu que j'en sais, c'est que la langue mathématique est tout sauf composée d'axiome. Un langage, c'est un langage, c'est indépendant de la valeur de vérité attribués aux assertions formulées dans ce langage. En français, l'assertion "il existe un éléphant rose" s'énonce, ce n'est pas pour autant qu'elle est vraie. J'ai vraiment l'impression de ne lire que des littéraires sur ce sujet.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×