Aller au contenu

Réforme de l'université : l'université de province en miettes


Invité Magus

Messages recommandés

Invité Magus
Invités, Posté(e)
Invité Magus
Invité Magus Invités 0 message
Posté(e)
forum

La course aux regroupements des universités de Province : le prix à payer


01/02/12



Loïc Grard, professeur de droit public à l'Université de Bordeaux fustige la réforme de l'université

    [...]Ces machines à simplifier la carte universitaire française ne sont-elles pas en train de compliquer le fonctionnement des universités ? Bordeaux : à la place des trois universités vont cohabiter un nombre indéterminé de collèges, de pôles et de départements dont il va falloir de surcroît coordonner l'action. Simplifier la tâche de l'Etat en matière d'enseignement supérieur aura pour prix la bureaucratisation du fonctionnement des universités, qui finira par échapper aux universitaires, pour revenir à des administrateurs ou mieux ou pire à des managers !

Lire l'article

forum Source: Le Monde
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Invité Grenadine33
Invités, Posté(e)
Invité Grenadine33
Invité Grenadine33 Invités 0 message
Posté(e)

On pile, on brade le service public, c'est une honte, il n'y a que les riches qui vont pouvoir se soigner, étudier, ou être en sécurité.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Long Nao
Invités, Posté(e)
Invité Long Nao
Invité Long Nao Invités 0 message
Posté(e)

Et l'UMP, accompagnés de quelques journalistes, qui brandissent la réforme des université comme une grande réussite du quinquennat de Sarkozy.. :mef:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Conscient55 Membre 1 128 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Je pense que Sarkozy et son team band n'a qu'un modèle : le système US, l'un des plus inégalitaires de la planète, la loi de la jungle qui génère une criminalité effrayante.

Sauf pour les très riches qui savent se protéger.

A comparer avec le système Suédois ou allemand où la réussite économique profite à chacun selon ses compétences et où personne n'est laissé sur le bord de la route.

En ce qui concerne l'enseignement supérieur, c'est simple : il faut le privatiser.

Les critères d'admission seront fixés librement par chaque université : le basket, le foot, l'argent via les droits d'inscription sélectifs,.

Chaque université se verra obligée d'inventer ses propres programmes par manque de programmes nationaux.

Le bordel américain quoi, géré par le fric, où la ségrégation sociale va régner en maîtresse incontestée.

Il est grand temps qu'il aille "faire de l'argent" comme il l'a dit.

Il n'a peut-être pas compris que personne ne le retient.:mef:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Magus
Invités, Posté(e)
Invité Magus
Invité Magus Invités 0 message
Posté(e)

Je ne suis absolument pas d'accord avec la privatisation qui va à l'encontre même du principe de l'université, en introduisant des logiques de rentabilité et de marché où la recherche, la préservation des savoirs et leur transmission doivent êtres les seuls leitmotiv. L'université existe là où la rencontre entre les élèves et les professeurs a lieu ; communauté dotée par l'Etat pour éviter tout profit quand le seul intellect, et son édification, doit compter.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 31ans Posté(e)
Mirisme Membre 1 346 messages
Baby Forumeur‚ 31ans‚
Posté(e)

Pourtant les autres pays s'accomodent très bien d'université privée sans pour autant sacrifier la recherche, leur préservation et leur transmission, je pense au MIT, à Harvard, à Princeton ou Yale.

Néanmoins en France on est loin de parler de privatisation mais plutôt d'autonomie des université (ce qui n'a absolument rien à voir et qui malgré qu'on en parle n'est pas fait).

Quand on regarde ce qui se passe on assiste à une pression top-down afin que l'état soit satisfait, ce n'est pas une logique libérale (mais plutôt étatiste).

Pour parler du sujet, je me trouve plutôt bien placé car je vis de l'intérieur ces changements, je suis actuellement étudiant à Bordeaux II, je connais très bien quelqu'un qui étudie à Bordeaux I en biologie et qui subit une restructuration des dîplome tout à fait arbitraire et autoritaire (l'état a dit que deux diplomes de biologie dans deux université c'était pas bien alors il a forcé Bordeaux I et Bordeaux II à unifier les deux dîplomes) ce qui fait qu'elle se trouve en licence 3 de biologie en ayant l'obligation de passer en master car si elle échoue, ses trois années précédentes n'auront servi à rien et elle pourra recommencer une licence, s'ajoutant à ça que les professeurs ont du créer un programme spécifique pour cette année ci, que le programme est un fourre tout sans nom, on tient bien l'intervention étatique qui fout le bordel là où elle est censée régler les problémes (qui n'en sont que pour elle car je le signale, s'il y a deux licence c'est parce qu'il y a deux parcours, un parcours biologie santé et un parcours biologie/géologie).

Autant je ne trouve pas absurde une coopération universitaire autant ce qui est fait est absurde (et pas libéral du tout).

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Magus
Invités, Posté(e)
Invité Magus
Invité Magus Invités 0 message
Posté(e)

Le système anglais ? Celui où il faut désormais débourser le double qu'il y a 10 ans, à savoir 3500/4000 euros, pour une inscription ? Je ne suis pas sûr que ça colle vraiment avec des aspirations telle que la réduction des inégalités entre citoyens riches et pauvres.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×