la journée de la jupe

Ozy Mandias Membre 1 187 messages
Homme sur terre, Sur-homme aux cieux.‚ 92ans
Posté(e)

Steph tu a été prof dans quel banlieue?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Diable Boiteux Membre 39 messages
Forumeur balbutiant‚ 107ans
Posté(e)
Je te rappelle Loosha que je suis quelqu'un de gauche, mais si tu as envie de penser que je suis un gros con fasho... Libre à toi... Par contre, passe un jour par la banlieue, va y habiter ensuite on pourra parler...

Salut

LooSha m'a tout l'air d'être une de ces gens de gauche de beau quartier, qui s'est conçu une idée fantasmée de la banlieue, et qui fait une crise d'urticaire dès que ce qu'on dit évoque la véritable jungle que c'est là-bas. Il faudrait les envoyer en stage, ces gens-là, même 3 jours.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Zak B. Membre 586 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

Steph,

Pourriez-vous me communiquer les statistiques sur lesquelles vous vous basez ?

Des chiffres significatifs montrent l'existence de problèmes réels, tandis que des chiffres faibles correspondent davantage à des perceptions de faits anecdotiques.

Merci !

Modifié par Zak B.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ozy Mandias Membre 1 187 messages
Homme sur terre, Sur-homme aux cieux.‚ 92ans
Posté(e)
Steph,

Pourriez-vous me communiquer les statistiques sur lesquelles vous vous basez ?

Des chiffres significatifs montrent l'existence de problèmes réels, tandis que des chiffres faibles correspondent davantage à des perceptions de faits anecdotiques.

Merci !

Et je me mais un rideau devant la face.... lalalalala :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Zak B. Membre 586 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

Madame, Monsieur,

Le comportement de ces jeunes doit être traité comme conséquence d'un problème et non pas comme le problème lui-même.

Il faut d'abord diagnostiquer la nature du problème qui entraîne ces jeunes à adopter de tels comportements.

***

Les comportements et les attitudes généralement perçus comme antisociaux, ''antirépublicains'' ou tout simplement aciviques et ayant des apparences religieuses sont généralement des conséquences de problèmes de tout autre nature. L'habillage religieux leur permet de s'exprimer plus facilement.

Selon mon humble perception, les problèmes des ''banlieusards'' n'ont absolument rien de religieux. C'est plutôt une sorte de jacquerie, une révolte, l'expression d'un ras-le-bol d'un large pan de la société marginalisé.

Il faudrait chercher les causes qui sont certainement de nature socio-économique et amplifiées par les attitudes et les comportements de dirigeants et de politiciens coupés de ce pan de société.

Les problèmes des banlieusards qu'on a stigmatisés sous les termes de révoltes de jeunes, de beurs, d'intégration non-réussie, sont d'abord économiques et d'exclusion.

Si on commençait par relancer l'emploi et l'ouverture des perspectives de développement intégré à cette population, au lieu de faire du théâtre en organisant des thèmes de type ''La journée de la jupe'' qui ne profitent en réalité qu'à ces comédiennes et comédiens, bien des attitudes et des comportements commenceraient à changer. En réalité, ce film joue davantage dans le sensationnalisme et l'activisme. Pire encore, il stigmatise davantage les gens qu'il prétend aider.

Par ailleurs, l'association ''ni pute ni soumise'' pourrait contribuer à faire mieux connaître la cause de ce qu'on qualifie de banlieusards, en agissant pour la création d'emplois et l'ouverture du travail à tous ces damnés de France.

Zak B. :smile2:

Modifié par Zak B.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Charles Martel Membre 548 messages
Forumeur forcené‚ 107ans
Posté(e)

Zakouille, les politiques de gauche qui tenaient ce discours il y a 15 ans ont eux même renonçé à continuer de le tenir... :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
LooSHA Membre 4 598 messages
Je porte un chat d'or, et alors ?‚ 9ans
Posté(e)

Ok je la refais :

J'ai été prof de banlieue... C'était un cauchemar !!! Le pire c'est que le film n'exagère rien... J'ai eu une élève violée, et peut-être plusieurs... D'autres sont reparties au pays... Négociées dans des mariages forcés... La condition de la femme en banlieue est effroyable...

Le pire c'est qu'il ne faut pas en parler... C'est politiquement incorrect et vous êtes de suite catalogué de facho...

Nawak. C'est mieux ?

LooSHA, tu es prof en banlieue?

Non, je suis encore moins socialisée que toi ;)

Je te rappelle Loosha que je suis quelqu'un de gauche, mais si tu as envie de penser que je suis un gros con fasho... Libre à toi... Par contre, passe un jour par la banlieue, va y habiter ensuite on pourra parler...

J'y ai habité et étudié, je ne te juge pas :smile2:

LooSha m'a tout l'air d'être une de ces gens de gauche de beau quartier, qui s'est conçu une idée fantasmée de la banlieue, et qui fait une crise d'urticaire dès que ce qu'on dit évoque la véritable jungle que c'est là-bas. Il faudrait les envoyer en stage, ces gens-là, même 3 jours.

tartragnan.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité goldored
Invité goldored Invités 0 message
Posté(e)

j't'avais compris moi looloo :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Diable Boiteux Membre 39 messages
Forumeur balbutiant‚ 107ans
Posté(e)

Si on commençait par relancer l'emploi et l'ouverture des perspectives de développement intégré à cette population, au lieu de faire du théâtre en

Je ne sais pas ou tu es, mais vas-y, emploie-les ! C'est incroyable tous ces gens qui nous parlent d'employer dans les banlieues et qui ne le font pas eux-mêmes. "Richesse pour la France", "diversité", etc, eh ben qu'est ce que t'attend ! Fais ton business, recrute tes commerciaux parmi les casseurs de banlieue ! Go !

Les gauchos s'accordent à dire que les patrons ne s'intéressent qu'au profit et au gain. Il est surprenant que si dans les banlieues il y ait autant d'employés de génie, ils ne les embauchent pas: ce serait la croissance et le gain assurés !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
LooSHA Membre 4 598 messages
Je porte un chat d'or, et alors ?‚ 9ans
Posté(e)
recrute tes commerciaux parmi les casseurs de banlieue ! Go !

C'est fini, oui ?

Les gauchos s'accordent à dire que les patrons ne s'intéressent qu'au profit et au gain.

Non, certains "théoriciens" du capitalisme affirment sans rire que le seul but de l'entreprise est de faire du profit. Ce ne sont pas des gauchos.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kyrilluk Membre 7 507 messages
Anarchiste épistémologique‚ 43ans
Posté(e)
Je te réponds Loosha : bien sûr, pas sur la prise d'otage d'élèves par leur prof... Par contre le quotidien d'un prof de banlieue :

-Insultes

-agressions

-élèves armés (pas de bazooka mais couteaux et revolvers magnum)

-viols (très fréquents et le plus souvent les victimes se taisent par peur des représailles... Surtout celles qui n'ont pas de grand frères...)

-tout le monde se tait d'ailleurs par peur des représailles...

-tenues vestimentaires codifiées... (ni jupe, ni décolletés, ni sacs à main) ou insultes, viols, agressions.

-Impossibilité de faire cours normalement. Et s'il y a de bon élèves (souvent des filles) elles se taisent et deviennent médiocres... De toute façon elles n'osent pas parler et si elles parlent elles ont des problèmes...

-Le matin impossible de garer normalement ta voiture : il faut louer un garages, et le soir attendre tes collègues pour rentrer à plusieurs...

-Ne pas prendre le train de banlieue quand on est prof... (d'ailleurs ne pas le prendre à certaines heures, surtout pour une femme). Et puis tu te rends compte que ce sont aussi tes élèves qui agressent les voyageurs des trains.

-Ne pas compter sur la police... Elle a peur, elle ne va pas en banlieue... Trop dangereux, à moins d'y aller à plusieurs voitures... Et encore...

Je pourrais continuer comme ça longtemps... J'ai tellement d'anecdotes que je peux en faire un roman... Et je maintiens tout à fait que des filles repartent "au pays", moi je l'ai constaté, mais les statistiques et les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon le journal de vingt heures, il manque en France 140 000 filles (mariages forcés) c'est une réalité, pas une connerie ou une fiction, et le chiffre est sûrement en dessous de la réalité...

Je te rappelle Loosha que je suis quelqu'un de gauche, mais si tu as envie de penser que je suis un gros con fasho... Libre à toi... Par contre, passe un jour par la banlieue, va y habiter ensuite on pourra parler...

Salut

:smile2: ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
Non, je suis encore moins socialisée que toi ;)

C'est possible? :smile2:

Faudrait qu'on crée un club. ;)

j't'avais compris moi looloo ;)

Ah ben comme je te fais confiance, goldored, c'est que moi je n'ai rien compris.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
LooSHA Membre 4 598 messages
Je porte un chat d'or, et alors ?‚ 9ans
Posté(e)
C'est possible? :smile2:

Faudrait qu'on crée un club. ;)

Par principe, ce n'est pas possible voyons non.gif

Ah ben comme je te fais confiance, goldored, c'est que moi je n'ai rien compris.

C'est moi qui ai oublié la mise en gras au début, d'où mauvaise interprétations, toutes mes confuses.

Modifié par LooSHA

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
flo3183 Membre 2 420 messages
Forumeur alchimiste‚ 34ans
Posté(e)
Je ne sais pas ou tu es, mais vas-y, emploie-les ! C'est incroyable tous ces gens qui nous parlent d'employer dans les banlieues et qui ne le font pas eux-mêmes. "Richesse pour la France", "diversité", etc, eh ben qu'est ce que t'attend ! Fais ton business, recrute tes commerciaux parmi les casseurs de banlieue ! Go !

Les gauchos s'accordent à dire que les patrons ne s'intéressent qu'au profit et au gain. Il est surprenant que si dans les banlieues il y ait autant d'employés de génie, ils ne les embauchent pas: ce serait la croissance et le gain assurés !

Impossible: ils ont déjà trouver une parade

.................

.........

....

(attention, accroche-toi)

ILS ONT ESSAYE, ILS ONT JUGE, ILS ONT DONNE LEURS AVIS, ET RéSULTAT: LES PRéJUGES S'ACCROCHENT.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
LooSHA Membre 4 598 messages
Je porte un chat d'or, et alors ?‚ 9ans
Posté(e)

Sois un peu plus clair flo1299, parce qu'à force de troller, il peut être difficile de comprendre le message que tu veux faire passer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
Quand jupe égale pute

L'alternative possible du pantalon féminin ayant facilité cette évolution (car on le suppose plus décent ce qui est loin d'être toujours le cas), la jupe a pris aussi le sens de fille facile. Mot de vieux, car aujourd'hui on dit plutôt « pute », au point d'empêcher l'immense majorité des collégiennes d'enfiler le vêtement traditionnel de leur genre, pourtant hypervalorisé par la mode. En 2006, Diam's chantait : « Dans ma bulle, le romantisme a pris une gifle, / Les actrices de films X sont devenues des artistes. / Dans ma bulle, on critique les femmes en jupe, / Mais t'as pas besoin d'venir d'la ZUP pour te faire traiter de pute. / Dans ma bulle, ça parle cash, ça partage, ça parle mal, / Ca part au quart de tour, ça part au chtar, / Dans ma bulle, l'amour est en garde à vue, / Non, y'a plus de love dans les rues de ma bulle. » Fadela Amara évoque dans les quartiers difficiles l'existence de « résistantes » à la féminité « agressive », hypermaquillées. Les violences sexistes cristallisées par l'allure vestimentaire, l'association « Ni putes ni soumises » les dénonce depuis 2003. L'équation « jupe = pute » s'est banalisée, partout et pas seulement dans les cités.

En 2006, au lycée agricole privé d'étrelles, dans le canton de Vitré, à 40 km de Rennes, très blanc et très catholique, l'association « Libertés couleurs », spécialisée dans la prévention des conduites à risques, anime un atelier sur la sexualité. Habilement guidés par l'éducateur-animateur, les élèves de première prennent conscience de ce que représente désormais la jupe : un nouveau tabou. La documentariste Brigitte Chevet suit ces débats avec sa caméra. Les adultes découvrent une culture juvénile trans-classes marquée par un mélange de puritanisme plus ou moins religieux, aucune religion n'en ayant l'exclusivité, et une influence du « porno » et de ses avatars.


[/POLICE][/JUSTIFIER]
Suite de l'article...
Source: laviedesidees.fr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Steph78000 Membre 10 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Je réponds à pas mal de monde...

Sur le travail : évidemment pour mes élèves des problèmes à l'embauche. Mais je comprends tout à fait les employeurs : ils ne sont pas fous, masos, suicidaires au point d'embaucher mes élèves... Trop agressifs et complètement ingérables... A part quelques filles... En une minute, montre en main, dans un bureau, le patron comprends a qui il a affaire... (une minute sans exagération)

D'ailleurs, pourquoi je parle de travail ? C'est déjà colossal d'obtenir un stage... Je parlerai donc de stages... Parfois, j'ai pensé en moi même et j'ai eu envie de dire à l'employeur : "excusez-moi, mais celui-ci est pour vous... ça va être dur... Très dur... C'est même impossible que cela se déroule normalement jusqu'à la fin"... Diplomatiquement j'essayais de faire comprendre à l'employeur que nous n'étions plus là dans un cadre de travail ou d'apprentissage, mais dans un rôle de sociabilisation...

Résultats pour moi, pour les collègues de l'établissement : nous avions tellement honte de nos stagiaires, cela se passait si mal (quand il étaient présents), que je changeais de trottoir quand je croisais un maître de stage dans la rue... Et lui aussi d'ailleurs...

Et arrêtez les leçons de morale messieurs les bobos... Je les connais par coeur, je les ai toutes utilisées...

Encore quelques anecdotes :

-Une sortie avec les élèves : vous partez à 25 (avec les accompagnateurs) : vous êtes responsable des élèves... Certains décident de ne pas venir (cela vaut mieux d'ailleurs). Certains décident de venir pour sécher les cours, mais en ont rapidement marre... Certains rentrent par leurs propres moyens, d'autres vont manger un morceau et vous disent de les reprendre en passant... D'autres disparaissent dans la nature pour y faire des conneries... Je vous passe les coups de gueule et les conflits permanents... Bref arrivé à l'entreprise il vous en reste un certains nombre... Deux refusent d'entrer et préfèrent attendre dehors à fumer (conflit). Et là, pour ceux qui restent vous priez que tout se passe bien... Qu'ils soient polis (impossible). Qu'il ne pique rien (impossible à part si il n'y a rien à piquer). Qu'il ne se moquent pas ouvertement des gens... Qu'ils ne téléphonent pas pendant la visite...

Vous repartez finalement : la sortie n'a servi à rien (à gaspiller l'argent du contribuable). Les gens qui vous ont accueillis espèrent ne jamais vous revoir, et savent où il ne faudra jamais prendre de stagiaires, sous peine de problèmes graves (même s'ils restent diplomates et gentils...). Et vous, vous vous demandez à quoi vous servez...

Je vous raconte maintenant l'invitation d'une troupe de théâtre dans nos locaux... Spectacle organisé pour eux (pas du Racine ou du Molière !!!) Du théâtre de rue qui parle de leurs problèmes...

-Prévoir deux surveillants pour garder les voitures et la fougonette de la troupe...

-collègue de français sur les nerfs qui tente de faire assoir les élèves (elle s'est mise plus tard en maladie, jusqu'à obtenir sa mutation...)

-le pire : dans le silence du spectacle (qui pourtant parlait RAPP et Tags...) : "rentre chez toi...", "Zarma comme elle est bonne..." "T'es un juif toi..." "T'as trop une tête de préservatifs"... "sur le Coran, la vie de ma mère toi l'acteur j'te retrouve"...

- des coups de téléphone... Des insultes,

-puis des élèves qui quittent le spectable, d'autres qui reviennent...

Finalement nous nous sommes dit avec les acteurs rappeurs qui étaient louches eux aussi : ça s'est bien passé, y'a pas eu trop d'embrouilles, pas de blessés...

Suite au prochain épisode... Je vous raconterai comment une de mes collègues a pris un coup de chaise... Et comme elle saignait du cuir chevelu, il a fallu appeler une ambulance... Et comme l'ambulance refusait de venir seule, il a fallu qu'elle se fasse accompagner par la police... Et comme la police est venue, y'a eu de l'embrouille et de la caillasse...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
LooSHA Membre 4 598 messages
Je porte un chat d'or, et alors ?‚ 9ans
Posté(e)
Finalement nous nous sommes dit avec les acteurs rappeurs qui étaient louches eux aussi : ça s'est bien passé, y'a pas eu trop d'embrouilles, pas de blessés...

delarue5.gif

ddr555.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Charles Martel Membre 548 messages
Forumeur forcené‚ 107ans
Posté(e)
Je réponds à pas mal de monde...

Sur le travail : évidemment pour mes élèves des problèmes à l'embauche. Mais je comprends tout à fait les employeurs : ils ne sont pas fous, masos, suicidaires au point d'embaucher mes élèves... Trop agressifs et complètement ingérables... A part quelques filles... En une minute, montre en main, dans un bureau, le patron comprends a qui il a affaire... (une minute sans exagération)

D'ailleurs, pourquoi je parle de travail ? C'est déjà colossal d'obtenir un stage... Je parlerai donc de stages... Parfois, j'ai pensé en moi même et j'ai eu envie de dire à l'employeur : "excusez-moi, mais celui-ci est pour vous... ça va être dur... Très dur... C'est même impossible que cela se déroule normalement jusqu'à la fin"... Diplomatiquement j'essayais de faire comprendre à l'employeur que nous n'étions plus là dans un cadre de travail ou d'apprentissage, mais dans un rôle de sociabilisation...

Résultats pour moi, pour les collègues de l'établissement : nous avions tellement honte de nos stagiaires, cela se passait si mal (quand il étaient présents), que je changeais de trottoir quand je croisais un maître de stage dans la rue... Et lui aussi d'ailleurs...

Et arrêtez les leçons de morale messieurs les bobos... Je les connais par coeur, je les ai toutes utilisées...

Encore quelques anecdotes :

-Une sortie avec les élèves : vous partez à 25 (avec les accompagnateurs) : vous êtes responsable des élèves... Certains décident de ne pas venir (cela vaut mieux d'ailleurs). Certains décident de venir pour sécher les cours, mais en ont rapidement marre... Certains rentrent par leurs propres moyens, d'autres vont manger un morceau et vous disent de les reprendre en passant... D'autres disparaissent dans la nature pour y faire des conneries... Je vous passe les coups de gueule et les conflits permanents... Bref arrivé à l'entreprise il vous en reste un certains nombre... Deux refusent d'entrer et préfèrent attendre dehors à fumer (conflit). Et là, pour ceux qui restent vous priez que tout se passe bien... Qu'ils soient polis (impossible). Qu'il ne pique rien (impossible à part si il n'y a rien à piquer). Qu'il ne se moquent pas ouvertement des gens... Qu'ils ne téléphonent pas pendant la visite...

Vous repartez finalement : la sortie n'a servi à rien (à gaspiller l'argent du contribuable). Les gens qui vous ont accueillis espèrent ne jamais vous revoir, et savent où il ne faudra jamais prendre de stagiaires, sous peine de problèmes graves (même s'ils restent diplomates et gentils...). Et vous, vous vous demandez à quoi vous servez...

Je vous raconte maintenant l'invitation d'une troupe de théâtre dans nos locaux... Spectacle organisé pour eux (pas du Racine ou du Molière !!!) Du théâtre de rue qui parle de leurs problèmes...

-Prévoir deux surveillants pour garder les voitures et la fougonette de la troupe...

-collègue de français sur les nerfs qui tente de faire assoir les élèves (elle s'est mise plus tard en maladie, jusqu'à obtenir sa mutation...)

-le pire : dans le silence du spectacle (qui pourtant parlait RAPP et Tags...) : "rentre chez toi...", "Zarma comme elle est bonne..." "T'es un juif toi..." "T'as trop une tête de préservatifs"... "sur le Coran, la vie de ma mère toi l'acteur j'te retrouve"...

- des coups de téléphone... Des insultes,

-puis des élèves qui quittent le spectable, d'autres qui reviennent...

Finalement nous nous sommes dit avec les acteurs rappeurs qui étaient louches eux aussi : ça s'est bien passé, y'a pas eu trop d'embrouilles, pas de blessés...

Suite au prochain épisode... Je vous raconterai comment une de mes collègues a pris un coup de chaise... Et comme elle saignait du cuir chevelu, il a fallu appeler une ambulance... Et comme l'ambulance refusait de venir seule, il a fallu qu'elle se fasse accompagner par la police... Et comme la police est venue, y'a eu de l'embrouille et de la caillasse...

LooSHa a déja extrait une phrase pour ne pas répondre à l'ensemble, j'attends les autres réactions avec impatience, parcequ'en soit, il n'y a rien à rétorquer à un tel témoignage... :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
LooSHA Membre 4 598 messages
Je porte un chat d'or, et alors ?‚ 9ans
Posté(e)

Pourquoi répondre à un témoignage ? Il faut absolument répondre du genre "c'est bien/c'est pas bien" ou "c'est lamentable/c'est super" ?

Si c'est juste pour déplorer l'état de l'école dans les quartiers délaissés, ou faire de la critique négative de la banlieue, je ne vois pas trop l'intérêt.

Ou alors on parle du film, mais bon le sujet a été lancé façon troll (déjà dit).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant