Pour ou contre l'avortement

Invité Long Nao
Invité Long Nao Invités 0 message
Posté(e)
1395604629[/url]' post='8876588']

on est sur une forme de vie pré humaine avancée

Ah, cette précision signifie que tu n'as plus envie de parler des spermatozoïdes. biggrin.gif

Quoique je me doutais déjà de ça, vu que t'as majestueusement snobé ma remarque. Rhétorique, rhétorique...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Blatte Membre 3 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Il n'empêche qu'il ne t'aura pas échappé qu'il y a une différence entre un foetus et un kleenex car évidemment, on est sur une forme de vie pré humaine avancée qui comprend et le patrimoine génétique de la mère et du père à la différence du kleenex.

Ce n'est pas un argument. Imagines que le corps rejette le foetus, la femme a commis un crime parce qu'elle a rejeté le foetus comme un kleenex alors qu'il avait le "patrimoine génétique du père et de la mère", ce qui est faux au passage ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Long Nao
Invité Long Nao Invités 0 message
Posté(e)
1395604964[/url]' post='8876592']

Or aujourd'hui, à part dans le cas d'un viol, qu'est ce qui produit une grossesse non-désirée ? Un manque d'éducation ? Il est possible d'y remédier. Un choix ? Si porter un enfant est compliqué, j'imagine qu'avorter n'est pas non plus un situation désirée par les femmes.

Le préservatif qui craque, la pilule qui n'a pas l'effet voulu, la pilule du lendemain qui ne marche pas, une vasectomie qui s'inverse spontanément, tu ranges ça dans quelle catégorie ?

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blatte Membre 3 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Je que j'ai dit au troll, hier, c'est la disparition du foetus n'implique pas la mort de la mère, mais le choix de l'avortement implique la mort du foetus.

Ce qu'il a répondu que c'était une évidence. D'ailleurs, puisque tu ramènes à la discussion d'hier, j'aimerais bien que tu me répondes sur une question que j'ai souvent répétée hier également, sans obtenir de réponse:

En quoi une femme est moins importante que l'embryon qu'elle porte ?

:hehe:

Modifié par Blatte

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 7 570 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 47ans
Posté(e)

Ce n'est pas un argument. Imagines que le corps rejette le foetus, la femme a commis un crime parce qu'elle a rejeté le foetus comme un kleenex alors qu'il avait le "patrimoine génétique du père et de la mère", ce qui est faux au passage ?

Le foetus contient en effet souvent le code génétique de la mère et du facteur.

Merci d'avoir remis sa place à l'adultère.

Modifié par zenalpha

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Savonarol Membre 8 771 messages
Esprit de contradiction‚ 39ans
Posté(e)

Il est très facile derrière la sémantique ou derrière le droit de feindre de ne pas comprendre le fonds d'un discours.

Donc ce que dit en gros Savoranol, c'est qu'un embryon est un être humain en devenir et que décider de mettre un terme à cette future vie sans qu'il n'ait aucun recours est une forme d'homicide.

Cela s'appellerait homicide si c'était un être humain.

N'étant qu'un embryon appelle cela avortement.

Il est clair que l'embryon n'a aucun droit et que du point de vue du droit, c'est un kleenex.

Si le droit dit autant de conneries, laisse lui le droit d'assimiler cela a un homicide.

Tuer un homme est un homicide, point. On arrête pas d'être un homme à partir de 90 ans et ont ne commence pas à l'être avant d'être créé. C'est tout.

La notion d'humanité découle du fait qu'on est humain. Même mort, un humain reste un humain qui a été, alors un humain qui est avorté est un humain en devenir. C'est exactement la même logique.

Quand une chatte est pleine, on oserait pas demander quelle est la nature de ce qu'elle porte dans son ventre. C'est une évidence pour tout le monde qu'il s'agit d'un être vivant, pourquoi serait-ce différent avec les humains ? Au nom de quoi douterions nous de l'authenticité de notre progéniture ?

A partir du moment où l'on convient que le foetus est un être humain en devenir, alors on ne bute pas sur le terme d'homicide (d'infanticide en l'occurrence ) on l'accepte et on le légitime ou non.

Je n'ai aucun problème à discuter avec un homme honnête qui m'explique que l'homme peut très bien être la mesure de lui même et convenir de qui de son espèce doit vivre ou mourir, mais si mon interlocuteur ne reconnait même pas son humanité à un membre de mon espèce, il n y a pas de débat puisqu'il n y a pas de sujet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blatte Membre 3 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Le foetus contient en effet souvent le code génétique de la mère et du facteur.

Merci d'avoir remis sa place à l'adultère.

En fait, le patrimoine génétique des géniteurs est copié et détruit.

La biologie pour les nuls, c'est bien aussi :hehe:

Tuer un homme est un homicide, point. On arrête pas d'être un homme à partir de 90 ans et ont ne commence pas à l'être avant d'être créé. C'est tout.

La notion d'humanité découle du fait qu'on est humain. Même mort, un humain reste un humain qui a été, alors un humain qui est avorté est un humain en devenir. C'est exactement la même logique.

Quand une chatte est pleine, on oserait pas demander quelle est la nature de ce qu'elle porte dans son ventre. C'est une évidence pour tout le monde qu'il s'agit d'un être vivant, pourquoi serait-ce différent avec les humains ? Au nom de quoi douterions nous de l'authenticité de notre progéniture ?

A partir du moment où l'on convient que le foetus est un être humain en devenir, alors on ne bute pas sur le terme d'homicide (d'infanticide en l'occurrence ) on l'accepte et on le légitime ou non.

Je n'ai aucun problème à discuter avec un homme honnête qui m'explique que l'homme peut très bien être la mesure de lui même et convenir de qui de son espèce doit vivre ou mourir, mais si mon interlocuteur ne reconnait même pas son humanité à un membre de mon espèce, il n y a pas de débat puisqu'il n y a pas de sujet.

Et toute cette bavasserie, quel rapport avec l'ivg :hehe: ?

Ah lala la philosophie érigée en fumisterie :sleep:

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Savonarol Membre 8 771 messages
Esprit de contradiction‚ 39ans
Posté(e)

Ce qu'il a répondu que c'était une évidence. D'ailleurs, puisque tu ramènes à la discussion d'hier, j'aimerais bien que tu me répondes sur une question que j'ai souvent répétée hier également, sans obtenir de réponse:

En quoi une femme est moins importante que l'embryon qu'elle porte ?

:hehe:

Elle l'est autant. Si elle avorte, l'un meurt, l'autre vit. Si elle n'avorte pas : les deux vivent. N'importe qui de sain d'esprit comprendra pourquoi la solution n°2 est plus saine que la logique numéro 1.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 7 570 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 47ans
Posté(e)

En fait, le patrimoine génétique des géniteurs est copié et détruit.

La biologie pour les nuls, c'est bien aussi :hehe:

S'il est copié et détruit, il est copié.

SI je fais une copie de tes discours à deux balles et que j'efface les précédents, ce sera toujours tes discours à deux balles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Savonarol Membre 8 771 messages
Esprit de contradiction‚ 39ans
Posté(e)

En fait, le patrimoine génétique des géniteurs est copié et détruit.

La biologie pour les nuls, c'est bien aussi :hehe:

Et toute cette bavasserie, quel rapport avec l'ivg :hehe: ?

Ah lala la philosophie érigée en fumisterie :sleep:

fat.gif

Allez hop, dans mon ignore list le boulet.

Lorsqu'on discutera de la légitimité d'exécuter les boulets pour une cause commune à l'humanité, je penserai à toi, j'espère que ça n'influencera pas mon jugement, après tout même les handicapés mentaux ont le droit de vivre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Long Nao
Invité Long Nao Invités 0 message
Posté(e)

Tu le mets en ignoré ?

Génial, comme ça tu vas avoir le temps de répondre à ma question précédente (je laisse tomber les remarques sur le massacre des spermatozoïde, la mauvaise foi ayant été aveuglé par ce fait) :

Le préservatif qui craque, la pilule qui n'a pas l'effet voulu, la pilule du lendemain qui ne marche pas, une vasectomie qui s'inverse spontanément, tu ranges ça dans quelle catégorie ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blatte Membre 3 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Elle l'est autant. Si elle avorte, l'un meurt, l'autre vit. Si elle n'avorte pas : les deux vivent. N'importe qui de sain d'esprit comprendra pourquoi la solution n°2 est plus saine que la logique numéro 1.

Ca ne répond pas à la question comme elle est posée: j'oppose le choix de la femme a disposer de son corps par rapport à un truc sans importance (l'embryon). Or, les antis-ivg oublient systématiquement qu'il s'agit d'une personne, en érigeant la nécessaire vie de l'embryon, comme tu viens de le faire d'ailleurs.

C'est absurde, parce que cela vient à considérer que la "vie" de ce machin est bien plus important que la vie de la femme.

La preuve, tu l'as met au même niveau: pour toi, un embryon, ça a la même valeur qu'une personne. Ca montre très bien la rhétorique dans laquelle se situe les antis-ivg.

Alors, tu as vu Zénalpha ? Savanarol considère bien l'embryon comme une personne à part entière, c'est-à-dire comme peut l'être la femme. Ca me semble clair :D

S'il est copié et détruit, il est copié.

SI je fais une copie de tes discours à deux balles et que j'efface les précédents, ce sera toujours tes discours à deux balles.

Il est copié, et détruis.

Je rappelle que chaque embryon construit ses propres mutations, à partir du patrimoine génétique de ses deux géniteurs. Il y a des caractères hérités, et des caractères propres à chaque individu. C'est en fait. Suffit d'ouvrir un traité en génétique, tu verras, tu apprendras des choses :hehe:

Tu le mets en ignoré ?

:D

Mis à part ça, il est là pour le "débat" et la "discussion".

Mais en fait, je crois qu'il est surtout là pour étaler sa pseudo philosophie de bac à sable pour essayer d'enfumer ses contradicteurs.

Fais attention, à force de demander des réponses concrètes, tu risques de te trouver en "ignoré", aussi. T'imagines ? Chercher à discuter, d'avoir des réponses... Quelle horreur :hehe: !

Modifié par Blatte

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 7 570 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 47ans
Posté(e)

Alors, tu as vu Zénalpha ? Savanarol considère bien l'embryon comme une personne à part entière, c'est-à-dire comme peut l'être la femme. Ca me semble clair :D

Très honnêtement, tu quotes une phrase que tu déformes complètement.

Il dit qu'il préfère que vivent la mère et l'embryon et tu en conclues qu'il considère l'embryon comme une personne à part entière.

C'est à désespérer de ta compréhension.

Il est copié, et détruis.

Je rappelle que chaque embryon construit ses propres mutations, à partir du patrimoine génétique de ses deux géniteurs. Il y a des caractères hérités, et des caractères propres à chaque individu. C'est en fait. Suffit d'ouvrir un traité en génétique, tu verras, tu apprendras des choses :hehe:

Tu as l'air content d'inventer l'eau chaude ou le fil à couper le beurre, je me trompe ?

1 personne aime ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Long Nao
Invité Long Nao Invités 0 message
Posté(e)

Fais attention, à force de demander des réponses concrètes, tu risques de te trouver en "ignoré", aussi. T'imagines ?

Ça me fendrait le coeur :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blatte Membre 3 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Ça me fendrait le coeur :snif:

Tu perds la possibilité de discuter avec un grand, que dis-je, un énorme philosophe. Mais bon... Un de perdu... Malheureusement dix de retrouvés :D

Très honnêtement, tu quotes une phrase que tu déformes complètement.

Je suis surtout tordu de rire. Ca doit être mon doigt, il glisse tout le temps :hehe:

Il dit qu'il préfère que vivent la mère et l'embryon et tu en conclues qu'il considère l'embryon comme une personne à part entière.

C'est à désespérer de ta compréhension.

Non non, c'est très clair. Les deux sont des "vies". Remarques, je pourrais faire mon mea culpa en disant qu'il ne parle pas d'êtres humains, que ce soit pour la femme ou pour l'embryon, mais de "vies" :hehe:

Tu as l'air content d'inventer l'eau chaude ou le fil à couper le beurre, je me trompe ?

Bon, si c'est une évidence, pour quelle raison as-tu contesté ma précédente affirmation qui allait dans le même sens la fois précédente, hum ?

Modifié par Blatte

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)

Vous avez lu la formule qui circule partout sur le net : "j'invite tous les hommes qui parlent d'IVG de confort à se faire faire une vasectomie de détente".

Au delà de la question éthique de la vie humaine de l'embryon et bla bla bla, c'est assez amusant d'entendre des hommes parler d'IVG comme un confort alors que jamais ils ne subiront les douleurs de l'avortement, de la grossesse et de l'accouchement.

Ce qui n'est en rien une justification de l'IVG, mais un simple constat sur cette appellation d'IVG de confort, qui me hérisse. :(

3 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Savonarol Membre 8 771 messages
Esprit de contradiction‚ 39ans
Posté(e)

Tu le mets en ignoré ?

Génial, comme ça tu vas avoir le temps de répondre à ma question précédente (je laisse tomber les remarques sur le massacre des spermatozoïde, la mauvaise foi ayant été aveuglé par ce fait) :

Le préservatif qui craque, la pilule qui n'a pas l'effet voulu, la pilule du lendemain qui ne marche pas, une vasectomie qui s'inverse spontanément, tu ranges ça dans quelle catégorie ?

Je range ça dans la catégorie des possibles, mais comme je l'ai expliqué, le risque zéro n'existe pas, les lois et les règles se font en dépit du risque zéro.

Malgré la prévention routière, un automobiliste peut se manger un platane, glisser sur une flaque d'huile, se faire distraire et empacher une bagnole.

Pour autant, on attend pas d'atteindre le risque zéro pour délivrer les permis de conduire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Savonarol Membre 8 771 messages
Esprit de contradiction‚ 39ans
Posté(e)

Vous avez lu la formule qui circule partout sur le net : "j'invite tous les hommes qui parlent d'IVG de confort à se faire faire une vasectomie de détente".

Au delà de la question éthique de la vie humaine de l'embryon et bla bla bla, c'est assez amusant d'entendre des hommes parler d'IVG comme un confort alors que jamais ils ne subiront les douleurs de l'avortement, de la grossesse et de l'accouchement.

Ce qui n'est en rien une justification de l'IVG, mais un simple constat sur cette appellation d'IVG de confort, qui me hérisse. :(

Je ne crois pas avoir utilisé ce terme, en revanche, ce que je dis c'est qu'elle pourrait être soit évitée via la contraception, soit assumée et vécue via les multiples moyens qui sont fournis de nos jours comme alternative à l'IVG (l'adoption par exemple) .

A partir du moment où elle peut être évitée ou transcender, l'IVG perd de son importance. Mais comme je le disais, c'est toute la société qui est à repenser. J'imagine mal l'éducation nationale dispenser des cours d'éthique , donc bon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zenalpha Membre 7 570 messages
Agitateur Post Synaptique‚ 47ans
Posté(e)

L'avortement de confort est une terminologie reprise et exploité par Marine Le Pen qui a utilisé pour se faire les propos du Docteur Grégoire.

Initialement, c'est issu de la littérature anglo saxonne et le docteur Grégoire l'avait utilisé dans le cadre de l'allongement de 12 à 14 semaines car l'échographie pouvait alors montrer un membre mal formé qui a déclenché ce souhait d'IVG.

Il parle ici d'une quinzaine de cas en France.

Marine Le Pen l'a repris et amplifié en faisant référence à des IVG de confort en visant des avortements de mères récidivistes qui utilisaient ce moyen en dérive en substitution de moyens de contraception.

Et ma foi je trouvais cette idée odieuse mais quand je vois sur ce forum la liaison directe entre avortement et difficulté pour les femmes à gérer le refus de leur partenaire à utiliser des moyens de contraception, je me demande ce qu'il en est réellement de ces dérives.

En tout cas, c'est clair, comme je le disais, l'avortement peut arriver et les accidents, les erreurs sont humaines.

Mais je pense urgent de bien comprendre la responsabilité sur cet acte et d'arrêter de renvoyer la balle sur les problèmes de communication dans le couple.

Si monsieur ne veut pas prendre sa part aux moyens contraceptifs, si le couple ne trouve pas ses solutions, c'est certainement pas en banalisant les avortements qu'on évitera ces dérives et j'avoue que je finis par penser qu'il y en a.

2 personnes aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Savonarol Membre 8 771 messages
Esprit de contradiction‚ 39ans
Posté(e)

Il y a quelques années, je m'étais engueulé avec Maëster suite à un de ses dessins à propos de l'IVG pour avoir utilisé ce terme pour souligner le risque de "consommation" d'une méthode médicale lorsqu'elle devient banalisée dans l'esprit des gens ( ce qui ne veut pas dire qu'elle en devient agréable, je parle là de conséquences pas de causes)

En fait, le terme "confort" est vachement impropre, mais il me semble qu'il s'inspire de la manière dont certaines américaines vivent leur sexualité. Pas de pilule parce que ça fait grossir, pas de capote parce que c'est "leur droit" de jouir sans latex, du coup l'IVG n'est une possibilité de contraception a posteriori au même titre que la pilule l'est à priori.

Evidemment, l'acte d'avortement n'est pas confortable, l'utilisation de "confort" réside dans la manière d'envisager sa sexualité sans entrave en se reposant sur la possibilité, quoiqu'il arrive, de revenir sur une erreur ou un accident par des moyens médicaux, sans se rendre compte avant de l'impact psychologique après.

Modifié par Savonarol

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant