Aller au contenu

DKKRR

Membre
  • Contenus

    580
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de DKKRR

  • Rang
    Forumeur forcené
  • Date de naissance 02/16/1990

Informations Personnelles

  • Pays
  • Lieu
    Bordeaux
  • Intérêts
    Françafrique

Visiteurs récents du profil

671 visualisations du profil
  1. Entretenir en nous un désir, posséder une attirance envers quelqu'un ou quelque chose ne légitime pas automatiquement l'assouvissement de ce désir. Certains possèdent une attirance envers les enfants, un désir pour des personnes, qu'elles soient de même sexe ou non, ayant un certain âge. C'est gens là ne deviennent pas ainsi en discutant ou en fréquentant d'autres personnes comme elles. On est ainsi ou on ne l'est pas. Et pourtant si l'on se fie à la logique qui meut votre discours, il faudrait alors considérer comme normal le fait que ceux-ci puissent exprimer des penchants conçus par vous comme naturels (puisque vous semblez signifier que la seule existence d'un désir suffit à légitimer sa satisfaction). Vous comprendrez ainsi qu'il est inepte de raisonner de la sorte même si je m'attends inévitablement en retour à "c'est pas la même chose". J'ai déjà répondu à votre positionnement concernant le fait qu'il ne faille pas développer d'avis sur des sujets semblant, en apparence, ne pas nous concerner (puisqu'aucun être humain n'a jamais procédé de la sorte, y compris vous-même). D'autant plus qu'il est tout à fait erroné, selon moi, d'affirmer que ces pratiques ne nous concernent pas car s'il est vrai que nous ne les possédons pas nous personnellement, il est faux de dire qu'elles n'ont pas d'impact sur le façonnement d'une société dans laquelle l'on évolue au quotidien et sur les futurs enfants qui seront malheureusement appelés à subir les choix de ceux qui seront officiellement leurs parents. Si demain des femmes en tchador se mettaient à accompagner vos enfants lors de sorties scolaires, si celles-ci décidaient d'envahir les plages l'été pour se baigner, si les boutiques halal remplaçaient quasiment toutes les boutiques de l'endroit où vous habitez, si des repas de substitution étaient servis pour les enfants Musulmans à la cantine de leur école, si les jeunes Musulmans refusaient d'aller participer à la journée d'appel etc.... alors vous vous offusquerez assurément ouvertement de ces attitudes qui pourtant ne vous soustrairaient rien en terme de droits et ne seraient nullement attentatoire à la sécurité de notre pays. Mais en réalité ce qui constituerait la motivation première à l'origine de vos réactions belliqueuses serait la conception supérieure qui serait la vôtre concernant la société idéale-type dans laquelle vous aimeriez évoluer. Ainsi, l'homme sage et soucieux du bien-être de la majorité s'intéresse à tout ce qui serait susceptible d'orienter la société vers telle ou telle voie qu'il jugerait personnellement plus ou moins néfaste. De ce fait, par votre angle d'attaque vous vous condamnez vous-même ainsi que tous les êtres humains de façon générale puisque vous procédez exactement comme moi sur bien des sujets. Nous avons tous une conception du bien et du mal et en conséquence "luttons" afin que notre conception du bien puisse s'appliquer et c'est bien ce que vous me reprochez (en l'occurrence ne pas penser comme vous). L'intolérance constitue toujours la caractéristique de celui qui pense différemment. Si vous remarquez bien je ne vous affuble pas de ce terme lors même que vous, tout comme moi, rejetez d'autres manières de penser que les vôtres. Au final, tout deux développons des visions qui diffèrent, à la différence que l'un d'entre-nous ne l'accepte pas et considère que toute pensée autre constitue de l'intolérance (le tolérant serait donc celui qui se constitue à notre image).
  2. Comprendre ne signifie pas approuver. D'une part, je dois dire que j'ai tenté de comprendre, je tente toujours de comprendre comment l'on peut avoir des relations sexuelles et éprouver une certaine attirance pour des personnes de même sexe mais malgré tout je n'y parviens pas. C'est pour moi gravement attentatoire à plusieurs principes essentiels qui fondent toute communauté humaine et à ce titre je m'y oppose fermement. D'autre part, il n'existe pas un seul être humain sur terre qui soit indifférent à absolument toutes les pratiques qui ne le concernent pas. De la même façon que le niqab cause certainement en vous quelques réticences que vous pourriez exprimer verbalement ou gestuellement à l'encontre de celles qui le portent ou qui agréent son port, vous imaginez bien que moi aussi je développe des perceptions spécifiques à l'égard de nombre de pratiques qui ne me concernent qu'indirectement. Ainsi, je pense toujours qu'il est nécessaire de comprendre les autres, ce qui motive leurs pensées et les actions consécutives à celles-ci mais cela ne signifie pas qu'il faille être éternellement neutre en n'ayant jamais d'avis sur quelque sujet que ce soit. L'on peut se positionner de telle façon tout en restant cependant ouvert au changement si d'aventure certains éléments venaient bouleverser nos schèmes de perception actuels.
  3. Méfiez-vous, de la même façon que, en réalité, il n'y a pas de personne plus déterminée que celle qui se pense libre face aux multiples conditionnements auxquels l'on a à faire face en tant qu'acteurs sociaux, il n'y a peut-être pas de personne plus ignorante et dépourvue de sagesse que celle qui ne doute jamais et qui a acquis la certitude d'être dans le vrai tandis que ceux ne partageant pas ses schèmes de perception, eux, se situeraient dans les ténèbres. Pour ma part je suis en proie quotidienne au doute. L'introspection est fréquente chez moi et je remets incessamment en question mes pensées en m'enquérant de celles des autres afin de progresser vers ce que j'imagine être une vérité. Je ne crois pas que vous ayez rien compris à la vie, je pense simplement que nous empruntons des chemins différents avec tout deux une démarche sincère bien que je n'approuve pas votre voie.
  4. Exactement, dont ceux qui défendent l'homosexualité contre ceux qui la condamnent. D'un côté, certains (comme moi) ne supportent pas ce qu'ils considèrent comme une déviance, des pratiques contre-nature abominables et de l'autre, certains ne supportent pas que l'on puisse développer un regard aussi dépréciatif à l'égard d'une pratique qu'ils agréent sans trop de difficultés.
  5. D'une part si vous considérez que nous nous éloignons du sujet alors je vous invite à ne pas poursuivre plus loin cet éloignement. De mon côté je me permets de vous répondre car je ne considère pas qu'il s'agit là d'un hors-sujet. Vous parlez du droit de la femme à décider d'aller, ou non, au bout d'une grossesse. Si l'on prend en compte le fait qu'à partir d'un certain moment c'est un être humain qui habitera dans son corps, alors la liberté que vous souhaiteriez lui octroyer consisterait à pouvoir assassiner (dans la perspective où celle-ci ait la possibilité d'arrêter sa grossesse quel que soit le terme de celle-ci). C'est peut-être acceptable pour vous, de la même façon que pour d'autres les parents devraient peut-être avoir le droit de tuer leurs enfants s'ils en avaient marre de les supporter mais ce n'est pas ma conception des choses ni celle de la loi Française.
  6. Je ne comprends pas le rapport, si vous pouvez mieux m'expliquer ?
  7. DKKRR

    L'écriture inclusive

    Je considère cela comme minable mais tellement révélateur d'une époque. Personnellement je ne l'utilise pas et ne l'utiliserai jamais, c'est du mauvais Français, c'est moche, illisible et cela n'est qu'une mode passagère de certaines personnes vivant un profond mal-être (les féministes en l'occurrence et tous ces hommes castrés mentalement qui sont à leurs pieds).
  8. En l'occurrence je ne pense pas. Il s'agit de considérer si l'avortement, en fonction du délai où celui-ci intervient, revient à sacrifier, ou non, la vie d'un être humain. En conséquence, être femme ou homme n'offre, à-priori, aucune légitimité supplémentaire pour se positionner sur la question. Cela est inexact à plusieurs titres. Premièrement il s'agit d'un bébé conçu en collaboration avec un autre être humain (un homme en l'occurrence) et ce nouvel être n'appartient pas à l'un plus qu'à l'autre quand bien même la femme le porte. Deuxièmement il s'agit potentiellement d'un être humain (suivant le délai où l'avortement pourrait intervenir) donc il n'est plus question que du corps de la femme mais du corps d'un autre être également donc la question est bien plus complexe que "c'est son corps elle en fait ce qu'elle veut".
  9. Oui je crois c'est 3 mois moteur-boite mais en réalité ça doit être très difficile à obtenir. J'imagine qu'il est plus compliqué d'entamer une procédure, de payer un avocat et de se battre pendant de longs mois et des années plutôt que de ne rien faire.
  10. Il faut qu'il ait moins de 6 mois mais ça ne veut rien dire car, pour peu que l'on connaisse le contrôleur, celui-ci nous le fera passer même si la voiture a des problèmes relevant du CT. Franchement, ce n'est pas moins risqué d'acheter à un pro qu'à un particulier si ce n'est même l'inverse étant donné que ceux-ci s'arrangent pour masquer les principaux défauts de la voiture et sont souvent d'accointances avec les contrôleurs technique. Le mieux étant d'aller voir la voiture avec une personne s'y connaissant.
  11. C'est-à-dire que pour nous Français ce choix est heureux car il nous permet de vivre dans le confort pendant qu'une grande partie de la planète vit dans la misère la plus totale, avec la guerre, les persécutions etc.... Par-contre si vous posez la même question à un Libyen, un Irakien, un Palestinien, un Somalien, un Chilien, un Iranien, pas sûr que le choix soit le même. C'est dire si ce dernier est profondément relatif et qu'il n'émane donc de celui-ci aucune vérité incontestable sur la nature réelle des régimes que vous opposez. Lisez le livre noir du capitalisme et vous constaterez les nombreux méfaits de celui-ci. Communisme et Capitalisme sont pour moi les deux faces d'une même pièce en terme d'atrocités générées. Seulement, il faut porter le regard plus loin que son propre cadre de vie pour se rendre compte de tout cela (ce n'est pas un reproche).
  12. De la même façon Bush fut invité le 6 Juin 2004, sans que personne ne semble remettre en cause le bien-fondé de cette invitation, et pourtant il a fait bien pire que Poutine en détruisant gratuitement un pays et en le replongeant dans les ténèbres avec des conséquences visibles encore actuellement (l'état islamique par-exemple). Obama fut également invité et pourtant il était passé maitre dans l'art de l'assassinat "illégal" par des drones en violant l'intégrité des frontières d'autres pays. Quant à la main basse des Soviétiques sur l'est, le partage du monde qui permit aux Soviétiques de s'accaparer ces territoires fut avalisé par les Occidentaux lors des différences conférences inter-alliés durant la guerre (Téhéran; Yalta notamment). Les Anglos-Américains ont également soutenu la dictature des colonels en Grèce et ont financé de nombreuses dictatures dans le monde (Amérique du Sud notamment) dans leur combat contre le communisme. Pour conclure, la logique finale de votre raisonnement est qu'il ne faudrait donc inviter personne lors des cérémonies du débarquement. Ce n'était pas un sondage effectué uniquement en France mais dans le monde Occidental en général donc je ne pense pas que cet argument soit fondé.
  13. Je ne pense pas que cela soit vraiment opportun de refaire l'histoire par des "si les alliés avaient fait ceci, s'ils n'avaient pas fait cela etc...". Il y a tellement d'événements qui ont fait pencher la balance en faveur des Allemands ou des Soviétiques (l'hiver, l'incroyable incompétence militaire d'hitler, les erreurs du commandement soviétique, la guerre contre la Grèce, Richard Sorge etc...) que l'on ne peut isoler un événement en particulier (le débarquement) et supputer des conséquences potentielles de sa non-existence. Raison pour laquelle il me semble que l'on devrait plutôt uniquement se contenter des faits. En l'occurrence, les Soviétiques ont incontestablement payé le plus lourd tribut parmi les forces ayant lutté contre les nazis. Ils ont également fourni l'effort de guerre le plus conséquent et cela on ne peut leur enlever. D'après une "étude", un sondage avait été fait en Occident juste après la seconde guerre mondiale et une partie écrasante de l'opinion publique considérait que les Soviétiques avaient joué le rôle le plus déterminant qui soit pour la victoire. Quelques décennies après, un même sondage révélait que cette fois-ci les gens considéraient que c'étaient les alliés qui avaient joué le rôle le plus important. C'est dire si la perspective est fortement influencée par l'école et les médias qui jouent un rôle essentiel dans la perception de ce conflit et qui n'ont assurément pas mis assez en valeur l'effort de guerre des Soviétiques.
  14. Etant donné que je mange mes ongles, ce serait une très mauvaise idée je pense bien.
  15. Tout d'abord je suis heureux de constater que personne, pas même vous, ne remet en cause mon affirmation selon laquelle le pire régime de l'histoire en terme de morts est athée et profondément anti-religieux. Ce qui permet d'éviter la logique que mettent en avant certains athées qui mettent en accusation les religions du simpliste fait que des horreurs furent commises par des régimes y étant officiellement affiliés. Ensuite, je trouve cela étrange que vous remettiez en cause mon raisonnement sous prétexte que je ne citais "que" la SS ("force" qui a vu passé dans ses rangs plus d'un million d'hommes) lors même que vous ne citez qu'un seul homme (Hitler en l'occurrence). Concernant le ceinturon, je réitère ce que j'ai dit, il ne s'agissait là que de la reprise symbolique d'une devise militaire. Les nazis étaient friands de symboles remémorant un passé conçu comme glorieux (chevaliers teutoniques, opération barbarossa etc...) sans pour autant que cela nécessite que l'on prenne tout à la lettre. Quant à l'église, dire que le régime nazi était favorable à celle-ci sous prétexte qu'Hitler fonda des alliances avec elle (avec tout ce qui lui permettait d'asseoir ses desseins en réalité tels que les Japonais par-exemple qui ne correspondaient pour autant pas à ses critères de race pure), cela revient exactement à la même chose que de dire que les nazis étaient favorables au communisme sous prétexte qu'Hitler sut, un temps, s'adjoindre ses services. Il faut voir les choses dans la globalité. Hitler était profondément anticlérical. Il a combattu en de nombreuses occasions l'église et a su habilement manoeuvrer pour en tirer profit quand il en avait besoin. Le numéro 2 ou 3 (Himmler en l'occurrence) de son régime était connu pour sa haine pour le Catholicisme et son goût pour les "sciences occultes" et les religions paganistes d'antan. Selon certains auteurs, le nazisme était lui-même une religion. Certains de ses dignitaires, dont Hitler, semblaient fascinés par les anciens cultes Germaniques qu'ils voulaient réinstaurer sous une forme nouvelle. Les religions monothéistes traditionnelles étaient une ineptie pour Hitler et à ce propos il a tenu, en de nombreuses occasions, des propos laissant penser qu'il préférait l'Islam au Catholicisme qu'il abhorrait. Nombreux sont d'ailleurs ses propos où il montre ouvertement sa détestation pour le Christianisme. Je vous en cite un : Si, à Poitiers, Charles Martel avait été battu, le monde aurait changé de face. Puisque le monde était déjà condamné à l'influence judaïque (et à son sous-produit le christianisme, une chose si insipide), il aurait mieux valu que l'islam triomphe. Cette religion récompense l'héroïsme, promet au guerrier les joies du septième ciel. Animé d'un esprit semblable, les Germains auraient conquis le monde. Ils en ont été empêchés par le christianisme» Donc non le régime nazi n'était pas religieux au sens où il ne s'inspirait d'aucune religion "officielle". Il était même plutôt farouchement opposé aux religions monothéistes (dont l'une qu'il a tenté d'éradiquer). Il n'y avait aucun principe religieux qui motivait son action si ce n'est au contraire la négation de ceux qui constituent la base de toutes les religions.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité