Aller au contenu

DKKRR

Membre
  • Contenus

    498
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de DKKRR

  • Rang
    Forumeur survitaminé
  • Date de naissance 16/02/1990

Informations Personnelles

  • Pays
  • Lieu
    Bordeaux
  • Intérêts
    Françafrique

Visiteurs récents du profil

578 visualisations du profil
  1. Je ne respecte pas les pratiquants de MMA car je considère qu'il faut être profondément stupide pour se lancer dans une telle discipline qui ne mérite même pas le qualificatif de sport à mes yeux. Voir un mec assis sur un autre le visage en sang lui assénant des coups de poings jusqu'à l'arrêt de l'arbitre, j'appelle ça de la bêtise animale. De même, quand j'observe la liberté d'action au mma, je considère qu'il n'y a pas de règles, pour moi c'est un sport d'animaux. D'ailleurs c'est le seul sport où l'on peut voir un arbitre rappeler l'intégralité des règles juste avant le combat étant donné qu'elles sont si peu nombreuses. Rien à avoir avec d'autres sports comme la boxe, le karaté ou autres qui s'avèrent être bien plus "nobles" dans la pratique. Vous prenez la boxe, impossible de voir un champion du monde qui ne soit pas extrêmement fort techniquement (à l'exception notable d'un wilder), tandis qu'en mma cela n'est pas vrai du tout. Il suffit de voir un Ngannou, un Junior Dos Santos, un Fabricio Werdum, un Antonio Silva, un Cheikh Congo ou autres qui ont tous, à un moment ou un autre, postuler au titre pour se rendre compte que dans les catégories supérieures, il suffit juste d'être un gros bourrin pour prétendre gagner (dans quel autre sport de combat vous arrivez "uniquement" avec votre force physique et une technique minimaliste et vous allez facilement jusqu'au titre suprême ?) Pour finir, je dirai que la cage symbolise parfaitement l'état de cette discipline pour arriérés mentaux.
  2. Très sincèrement s'il y a bien un sport de combat que je ne trouve pas "noble", c'est bien le mma. Un sport où deux mecs entrelacés au sol, la tête en sang, s'étranglent ou se foutent des coups l'un assis sur l'autre, on dirait plutôt des animaux plus que des combattants. Je préfère de très loin la boxe qui reste un sport plus technique avec des règles au moins que ces espèces de bagarre de rue dans des cages. La France a très bien fait d'interdire ce sport pour débiles mentaux.
  3. Ils ont dans le crâne ce que leurs parents et la société civile (c'est à dire vous, moi, nous tous en fait) leur ont transmis. En d'autres termes, ils sont à l'image de cette société que nous contribuons à créer. Nous ne pouvons donc plus nous défausser de nos responsabilités en nous imaginant à l'écart complet de ce cercle vicieux car nous sommes tous acteurs au sein de cette société qui produit tant de maux, en particulier sur les jeunes générations. La violence est partout présente, il n'est pas étonnant qu'elles se reproduisent dans les comportements de ces jeunes ados. Nous la voyons à l'oeuvre (cette violence) dans les films que nous regardons, dans les séries, dans les émissions de téléréalité, dans les débats politiques dont nous nous délectons (ce sont les clashs que l'on retient et qui nous intéressent au fond et pas les débats entre techniciens longs et cordiaux), dans les musiques, dans nos comportements au quotidien avec nos collègues, nos subordonnés, notre hiérarchie, notre famille, nos congénères dans les métros, les bus, au volant etc..... Le sexe et la violence, voilà deux choses qui sont au coeur de nos vies et à travers lesquelles l'on peut facilement se retrouver si l'on porte un regard un tant soit peu inquisiteur sur notre mode de vie. Cette violence que nous fustigeons présentement n'émane pas de nulle part, un jeune est le produit de son environnement, il ne crée pas quelque chose à partir de rien, il s'inspire de ce qu'il y a autour de lui et devient à l'image de ce qui l'entoure. Donc oui ces phénomènes qui sont dénoncés dans ce sujet sont très graves mais oui également nous sommes pleinement responsables de ceux-ci.
  4. DKKRR

    Suicides dans la police

    Si je peux me permettre de dire deux choses. Premièrement je pense que si les conditions d'exercice d'un métier ne nous conviennent pas, alors nous sommes toujours libres d'aller en exercer un autre autre part au lieu de continuellement se plaindre. Deuxièmement, j'ai remarqué que les occidentaux sont très faibles psychologiquement parlant. En comparaison avec d'autres peuples, les gens semblent craquer, pleurer, déprimer pour très peu de choses parfois. Je me souviens d'une collègue ayant pris un arrêt de travail et se voyant réconforté par les autres collègues suite à sa dispute avec une autre qui l'avait insultée (la pauvre était traumatisée et avait été déposer une main courante si je me souviens bien). Ou encore une autre choquée pendant plusieurs minutes (et reparlant encore de cette histoire plusieurs jours après) du fait du ton qu'un allocataire avait employé avec elle. Tandis qu'à l'opposé j'ai une anecdote d'un ami Algérien étant allé chez le médecin parce qu'il ne se sentait pas bien (physiquement). Celui-ci (le médecin) n'arrivant pas à trouver l'origine de son mal lui avait dit "peut-être faites-vous une dépression" et le premier de répondre "dépression ? qu'est ce que c'est que cette maladie ?" (véridique, il ne jouait pas la comédie). Peut-être est-ce dû à notre confort de vie qui influe très largement sur notre résistance mentale puisque nous ne savons plus ce que c'est que de vivre à la dure, toujours est-il que je trouve que les gens dramatisent souvent à l'extrême les situations et ne perçoivent que le côté négatif des choses (l'on focalise toute son attention sur des détails dont l'on exagère l'incidence et qui au fond ne revêtent que peu d'importance) sans se rendre des opportunités qui sont les leurs comparativement à bien d'autres personnes qui n'ont pas leur chance. C'est simple, l'on se plaint continuellement de tout. Donc bon, voir des policiers pleurer concernant le sort en sachant, d'une part, qu'ils sont en partie responsables, par leur comportement, de l'image que la population s'est forgée les concernant, et d'autre part, qu'ils ont la possibilité de démissionner si les conditions ne leur conviennent pas (personne ne les force à rester s'ils n'ont pas la capacité mentale pour faire face aux contraintes de ce métier), cela ne m'arrache pas particulièrement de larmes.
  5. DKKRR

    le cas mendiants

    Je pense que cette phrase illustre un problème qui semble biaiser le jugement général que vous portez à l'égard des personnes à la rue. A savoir le "moi je". En effet, vous vous cherchez, vous, vous vous battez pour vous en sortir mais les gens ne sont pas tous comme vous. Vous avez une histoire qui est la vôtre et qui ne ressemble pas à celles des autres. Vous avez des qualités que d'autres n'ont pas mais également des défauts que d'autres n'ont pas. Ainsi, vous vous orientez dans telle ou telle voie mais ce n'est pas parce que vous en avez la capacité que d'autres l'ont. Vos ressources mentales ne sont pas les mêmes que celles de tous les autres. Si vous vous contentez de juger les autres à partir de vos propres capacités en imaginant que tout le monde doit être capable de faire ce que vous pouvez faire, doit être capable d'endurer ce que vous pouvez endurer, alors non seulement vous vous fourvoierez incessamment dans vos illusions et vous risqueriez de subir les mêmes jugements dépréciatifs de la part de ceux disposant de plus de capacités que vous et vous reprochant de ne pas être à leur niveau (de la même façon que vous reprochez à certains de ne pas être à votre niveau). Toutes les histoires sont singulières. On ne peut juger de la situation d'une personne sans connaitre son histoire, sans savoir ce que sont ses souffrances, sans se situer dans sa tête pour connaitre sa force mentale. Certains sombrent face à de petites épreuves et ne parviennent pas à relever la tête sans être lourdement accompagnés, d'autres parviennent à rebondir malgré que de fortes épreuves se soient présentées à eux. Pour finir, n'oubliez pas qu'en pointant du doigt quelqu'un, vos 4 autres doigts vous pointent en retour.
  6. DKKRR

    Fin de DAESH

    Oui mais je n'y interviens plus beaucoup étant donné qu'en "cette période" (j'ai souvenir d'autres périodes ou les intervenants sur bladi étaient forts différents) là-bas beaucoup trop de gens partagent mes visions (globalement) et que ce qui m'intéresse c'est d'être confronté à des gens pensant fort différemment (car je ne vois pas d'intérêt à débattre avec quelqu'un pensant peu ou prou comme moi si c'est juste pour dire "oui tu as raison"; "oui je suis d'accord").
  7. Des femmes peuvent, en effet, considérer les hommes comme des objets mais cela est infiniment moins fréquent que l'inverse car l'apparence pour l'homme, contrairement à la femme, influe de façon bien moindre sur les interactions qu'il est amené à avoir avec autrui. La femme est avant tout définie par son apparence, l'homme l'est pour la réunion d'autres critères (la force physique, le charisme, l'intellectualité, la richesse, le caractère etc....). D'autant plus que la société occidentale conforte ces schémas à travers tout un tas d'éléments qui peuvent sembler parfois parfaitement insignifiants mais qui réduisent inlassablement la femme à être avant tout un corps (femmes défilant en slip entre les rounds de boxe, avant des courses de voitures, devant des voitures exposés, à moitié dénudées pour vendre un yaourt dans les pubs, insistance sur ses atouts corporels par-exemple dans certains jeux comme une fameuse épreuve dans fort boyard etc...). Le corps de la femme est plus érotisé que celui d'un homme, de ce fait l'apparence est prépondérante en ce qui la concerne et cela la conduit à une certaine aliénation au quotidien qui est devenue imperceptible ici en Occident. Quant aux hommes exigeant le voile, il ne s'agit pas là d'une façon de s'approprier les femmes. Ces gens portent cette revendication car ils veulent que les interdits et les obligations Islamiques soient traduites dans le droit. De la même façon qu'ils insistent pour que les femmes portent un voile, ils insistent également pour que l'alcool ne soit pas vendu, mais encore pour que le voleur se voit couper la main, mais encore pour que les non-Musulmans payent l'impôt qui leur est spécifique etc... En réalité, ils veulent juste défendre leur vision de l'Islam et cela dans les domaines qui concernent également la femme. Ceux qui s'opposent à leurs interprétations, surtout en ce qui concerne le statut des femmes, créent un faux prétexte (avec l'histoire de la volonté de se rendre maitres des femmes) afin de donner plus de poids à leur lutte (en rhétorique cette manoeuvre sophistique s'appelle un épouvantail). Aussi bien les hommes que les femmes sont concernés par les interdits et les obligations qu'ils promulguent et ils ne font pas de fixette sur les femmes contrairement à ce que l'on veut bien retenir ici en Occident.
  8. Réponse en droit Français.
  9. DKKRR

    Fin de DAESH

    N'oublions pas qu'ils ont été accueillis en libérateurs par les populations sunnites du nord de l'Irak, qui les soutinrent par la suite d'ailleurs, suite aux exactions qu'ils subissaient de la part des forces chiites inféodées au pouvoir Irakien mis en place par les usa. A ce propos, les milices chiites et l'armée irakienne qui les accompagnait se montrèrent coupables de diverses exactions lors de la libération des localités qu'ils reprirent à l'état islamique. C'est dire si dans ces guerres il n'y a pas d'un côté les gentils et les méchants mais que tout est infiniment plus complexe et que les méchants sont de tous les côtés (y compris du nôtre).
  10. Vous savez, en occident, bon nombres d'hommes vous considèrent aussi comme un objet. Ils vous évaluent et vous attribuent une valeur selon votre potentiel de séduction. A leurs yeux vous êtes avant tout une source potentielle de jouissance qu'ils chercheront à conquérir si vous êtes séduisante. La considération des gens à votre égard sera corrélée à votre sex-appeal et votre apparence deviendra, de fait, constitutive de votre être (elle sera au coeur de votre vie et nombreuses seront les actions, nombreux seront les efforts que vous ferez pour la soignez au mieux). Vous ne savez pas les commentaires qui sont ceux des hommes suite à votre passage dans un garage, dans une boutique etc.... (elle est bonne; je lui paye l'hôtel quand elle veut; c'est un thon etc... je les ai tellement entendus et continue à les entendre fréquemment et ce de personnes de tout âge, de tous milieux sociaux). Je me suis déjà suffisamment épanché sur le sujet pour ne pas épiloguer plus longuement là-dessus mais je doute de la pertinence d'une conclusion attestant de l'existence duale de sociétés aux femmes objets opposées aux sociétés aux femmes valorisées. Globalement dans toutes les sociétés les femmes ont été et sont toujours déconsidérées. Leur situation, en terme d'appréciation des hommes, n'est pas nécessairement meilleure en occident qu'en orient. Je dirais même l'inverse puisqu'ici l'on peut constater, du point de vue d'un homme qui ne vous est malheureusement pas accessible (ce qui biaise nécessairement vos perceptions), que la femme n'est qu'un bout de chair destinée (qui fait tous les efforts pour) à séduire l'autre sexe. Je pense que ce qui illustre merveilleusement ce phénomène, ce sont toutes ces jeunes femmes que l'on peut voir aux bras d'hommes âgés MAIS fortunés. L'inverse n'étant pas vrai (du moins incomparable en terme de proportion). La femme existe pour et par le regard des autres et à ce titre il nous faut balayer devant notre porte avant de pointer du doigt les autres sociétés (se faisant, nos 4 autres doigts nous pointent en retour).
  11. DKKRR

    Fin de DAESH

    Au final, nous sommes donc assez similaires.
  12. Je ne comprends pas ce que la biologie vient faire dans le débat si l'on se réfère à la définition du mot "érogène" : Se dit d'une partie du corps susceptible de provoquer une excitation sexuelle. De ce fait, cela renvoie à une appréciation qui est, par-essence, subjective. Les hommes peuvent éprouver une excitation sexuelle à la vue d'une chevelure (un élément parmi d'autres mais concourant au résultat final) embellissant la femme (tandis que le voile peut faire disparaitre cette excitation par la moindre mise en valeur du corps féminin qui en résultera). Et comme celle-ci est subjective, elle est propre aux individus et aucune n'a vocation à supplanter toutes les autres en niant leur droit d'existence. Ainsi, vous ne pouvez dire "les choses sont ainsi que je les perçois, seules mes perceptions sont valides et je renie à une femme le droit de considérer, en toute indépendance, son corps". Quant à l'inéquité, ainsi que je l'ai expliqué, elle ne signifie pas égalité (car c'est d'égalité que vous parlez en évoquant le fait qu'une femme se cache la chevelure tandis qu'un homme n'a pas à le faire). De la même façon, les femmes s'épilent tandis que la majorité des hommes ne le font pas, une femme se cache la poitrine tandis que les hommes ne le font pas, une femme enfante tandis que les hommes ne le font pas. Tout cela est inégal mais pas inéquitable. L'inéquité serait que vous, cubes2, imposiez aux femmes une manière d'agir en fonction de la subjectivité inhérente à votre personne tandis que vous, vous seriez libre.
  13. Que des Iraniennes ne veulent pas du voile c'est un fait mais ce n'est pas parce que certaines personnes dans la population veulent d'une chose qu'il faut nécessairement l'accorder. Ainsi, en France, des Françaises veulent le niqab et pourtant vous serez d'accord pour dire qu'il ne faut pas respecter leur volonté, d'autres veulent des horaires aménagés dans les piscines (et vous serez contre aussi j'imagine), d'autres veulent ceci ou cela etc.... (certains pays dénoncent la France pour le dédain dont elle fait preuve à l'encontre des revendications de certaines Femmes, Musulmanes en l'occurrence). Que certaines composantes de la population se battent pour tenter de concrétiser dans le droit leurs idéaux est un fait qui existe dans tous les pays du monde. Ce n'est pas un scoop que de le faire savoir. Encore une fois, chacun défend ses visions mais le dernier mot revient logiquement au pouvoir. Nous pouvons, nous Français, être, ou non, en accord avec les revendications de tels ou tels groupes dans les populations des pays étrangers mais cela ne reste qu'un avis subjectif (ainsi par-exemple je ne partage pas le vôtre concernant l'Iran). Quant aux deux photos que vous postez et qui traduisent une évolution (non pas de la femme Iranienne car bien entendu toutes les femmes n'étaient pas telles que celle que vous présentez sur la première photo, j'ai même l'intuition qu'elles étaient minoritaires à être ainsi) passant d'un idéal féminin (selon vous) à une profonde aliénation. En ce qui me concerne j'inverserais plutôt les conclusions, c'est dire s'il s'agit de considérations personnelles qui n'ont rien d'universelles et qui ne reflètent uniquement qu'une partie de notre paradigme.
  14. Moi je déteste l'acte, c'est criminel à mon sens mais je peux comprendre que la société favorise ce genre d'actes. Je ne déteste pas les personnes (c'était le cas avant) car nous avons tous nos qualités et nos défauts et nous pouvons fauter (nous sommes humains). Auparavant je souhaitais même que s'applique une peine très sévère à l'encontre de ces gens là et puis après avoir travaillé quelques années en bureau avec énormément de collègues féminins, j'ai fini par m'attacher particulièrement à l'une d'entre-elles (qui était en couple et avait un enfant) et sans m'en rendre compte au fil du temps j'ai commencé à l'aimer et je pense que c'était réciproque. Je me dis que si j'avais continué ce travail, avec cette promiscuité dans laquelle l'on vivait, plusieurs heures par jour, ensemble, alors peut-être que j'aurais fini par appartenir à la catégorie des gens que jusque là je détestais (et pourtant mes convictions n'avaient pas changé). C'est dire que malgré nos convictions, l'on peut parfois fauter en glissant petit à petit, en fonction de conditions "favorables", sans le réaliser. On est faibles et même si l'adultère est une abomination, je ne suis guère étonné du fait qu'il soit répandu dans notre société actuelle car toutes les conditions sont réunies pour que ça soit le cas.
  15. Je vous remercie pour le conseil mais étant donné que j'apprécie particulièrement vos posts, je souhaiterais remettre le dodo à un peu plus tard (si vous me l'autorisez) histoire de profiter encore un peu de votre présence
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité