Aller au contenu

DKKRR

Membre
  • Contenus

    143
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de DKKRR

  • Rang
    Forumeur inspiré
  • Date de naissance 16/02/1990

Informations Personnelles

  • Sexe
  • Pays
  • Lieu
    Bordeaux
  • Intérêts
    Françafrique

Visiteurs récents du profil

157 visualisations du profil
  1. DKKRR

    Il faut réduire le caquet au coq Gaulois

    Je me dois de reconnaitre que vous avez totalement raison et qu'en effet ce que j'énonçais ne réglerait probablement rien (les hommes trouveraient toujours d'autres prétextes pour exprimer la violence inhérente à leur être). Cependant, même si cela ne relève peut-être que du symbole, je me dis qu'il serait peut-être mieux de cesser les manifestations trop ostensibles d'un certain patriotisme qui, au lieu de faire "reconnaître", de faire aimer un peu plus sa patrie par les autres, peut au contraire accroître (ou créer) la haine de certains à l'égard de celle-ci. Je vous donne un exemple. Lors du quart de finale perdue contre la France face à l'Allemagne en 2010. Je me souviens qu'à l'issue immédiate du match, dans une rue très passante de ma ville d'alors, se tenait un homme à une fenêtre avec un drapeau Allemand qu'il agitait en criant sa joie (certainement celui-ci n'avait aucune mauvaise intention et ne voulait que, par pur réflexe patriote, démontrer sa "fierté" d'appartenir à ce pays qu'est l'Allemagne). Le problème c'est qu'en faisant cela, les gens pouvaient considérer cette attitude comme relevant de la provocation. La frustration de la défaite était encore pleinement présente et voir "l'adversaire" "narguer" de la sorte pouvait créer chez les gens une certaine forme de haine à l'égard de toute la nation que représentait cet homme avec ce drapeau.
  2. En ce qui me concerne, je préfère n'être atteint ni par un cancer ni par une pneumonie (vous n'êtes pas obligés de choisir et êtes en possibilité de rejeter ces deux formes de collaboration). Il est vrai que l'argent est supérieur à la morale et que bien des gens vendraient leur âme au diable afin d'en obtenir toujours plus. C'est ainsi qu'est l'humain. Il n'y a rien de surprenant à cette information. Les entreprises Occidentales (pas qu'elles bien entendu) ont toujours collaboré avec des régimes d'assassins quitte à parfois financer des guerres afin d'obtenir des marchés intéressants.
  3. DKKRR

    Le sexe c'est pêché

    Tout le monde se retrouve, à un moment donné, sur un sujet donné, en contradiction avec ses propres principes. Cela n'est nullement l'exclusivité des prêtres ou des religieux en général. Il est vrai que ce reproche est plus facilement imputable aux religieux du fait que ceux-ci, de par la foi qui est la leur, usent de prosélytisme (cela n'est pas péjoratif dans ma bouche) et propagent en conséquence une certaine parole concernant, notamment, la morale que l'on se devrait d'avoir. Il est donc plus aisé de dénoter les contradictions qui se créent entre la parole donnée et l'attitude qui est la leur sur certains points. Cependant personne n'échappe à cette règle. La question qui me paraît être essentielle est celle-ci : Le fait de ne pas respecter un principe que l'on énonce, déconsidère t-il automatiquement ce principe ou, en tant qu'humains, nous ne sommes pas les gardiens de la vérité (au sens où celle-ci existe indépendamment de nous et notamment de nos actions qui ne peuvent nullement lui causer du tort quand bien même l'on s'en revendique tout en s'en écartant en fait) ?
  4. DKKRR

    l'avortement et le pape François

    Du fait de quel principe faudrait-il se prononcer sur des sujets qui n'impactent que son sexe ? Pourquoi d'ailleurs faudrait-il sexualiser les sujets et non pas les "ethniciser" ou les "religioniser" ou encore les "classocialiser" (ainsi, seuls les ouvriers s'exprimeraient sur les sujets afférents à la classe ouvrière, seuls les Musulmans sur les sujets concernant la religion etc.... Vous rendez-vous compte du caractère inepte d'une telle revendication. Ainsi je m'oppose à ce que je considère comme des meurtres et comme un certain état d'esprit particulièrement décadent consistant à multiplier les coucheries tout en faisant preuve de beaucoup de veulerie au moment d'assumer les effets indésirables de ces attitudes malsaines et ce nonobstant le fait que je ne suis pas une femme.
  5. DKKRR

    l'avortement et le pape François

    Je ne comprends pas. Lorsque vous êtes opposé au port du voile, ce n'est non pas pour vous-même mais pour les autres ? Pourquoi donc vous refuser à ce que d'autres développent des principes similaires sur des sujets divergents ? Quant aux normes religieuses, il n'y a pas plus (ni plus ni moins) de volonté d'imposition à tous de celles-ci que de volonté d'imposition de normes de quelque autre nature que ce soit. Chacun idéalise un monde qu'il aimerait voir se concrétiser. Il n'y a rien de mal à cela, c'est une caractéristique des humains que tous partageons sans exceptions.
  6. DKKRR

    l'avortement et le pape François

    Pensez-vous que celui qui se réfère à des normes religieuses s'avère être un individu plus bête qu'un autre agissant différemment ? "Faire marcher sa tête" entendu dans le sens "ne penser que par soi-même" ne constitue qu'une ineptie puisque nous sommes tous sous l'influence, plus ou moins consciente et volontaire, de structures qui nous surpassent. Le fait même d'être religieux implique une soumission à des préceptes extérieurs. A la différence que cette soumission est consciente contrairement à l'individu areligieux lambda qui, lui aussi, est soumis, mais de façon inconsciente, à tout un tas de normes sociétales dont il ne perçoit plus le caractère contraignant. Il n'y a pas ceux "qui font marcher leur tête" et qui disposent de la lumière de la sagesse qui leur permet d'appréhender au mieux la vérité et ceux qui "ne font pas marcher leur tête" en s'astreignant volontairement au respect de prescriptions Divines. Ps: De manière plus générale, lorsque je fais face à une problématique qui requiert une "réponse religieuse" et que celle-ci n'est pas référencée, alors je me renseigne et je demande conseil et si les avis divergent, alors je suis celui que mon coeur considère comme étant le plus juste et ce nonobstant les perceptions des gens (en effet, que m'importe la considération que l'on entretient à mon égard lorsque je tente de suivre ce que me recommande mon Seigneur).
  7. Mais qui peut juger, si ce n'est la subjectivité inhérente à notre être, de la valeur de telle ou telle idée ? En quoi êtes-vous meilleur juge des idées que moi ? Qu'est-ce qui, si ce ne sont vos croyances, vous permet de dire que vos idées sont supérieures ?
  8. C'est l'impression que nous donne toute échelle un peu trop différente de la nôtre. Je n'échappe pas à cette règle lorsque je considère votre échelle mais je vous respecterai néanmoins lorsque vous nous la partagerez.
  9. De la même façon je m'exprime en mon nom et je ne cherche pas plus à imposer mes croyances puisqu'à l'instar de ce que vous faites je ne fais que les exprimer (en somme, je suis contre l'homosexualité et contre l'adoption d'enfants par des couples homosexuels). Quant à la preuve de ma croyance quant au caractère contre-nature de l'homosexualité. Comment voulez-vous que l'on vous prouve un paradigme ? Cela revient à la même chose que de demander à quelqu'un qui affirme que le chocolat est meilleur que la fraise, de le prouver. Ici, il ne s'agit que de croyances, de perceptions, d'interprétations. De la même façon que vous ne pourrez pas prouver que l'homosexualité est aussi naturelle que l'hétérosexualité. Vous ne pourrez que l'énoncer (selon vous).
  10. Et pourtant sachez bien que j'exerce quotidiennement mon doute et ce sur tous les sujets auxquels je peux réfléchir, même ceux où mon adhésion à telle ou telle thèse apparait la plus forte. Nous partageons tous en commun le fait d'avoir des certitudes. Lorsque vous me jugez sur mes propos, vous ne faites que retranscrire des certitudes qui sont les vôtres et qui vous poussent à fortement déprécier une pensée s'établissant à contre-courant de vos certitudes sur le sujet évoqué. Chaque reproche qui me sera fait à ce niveau là (idées reçues; certitudes; croyances etc....) ne fera qu'acter le fait que l'auteur de celui-ci sera conforme à l'image de moi qu'il abhorrera (cela me fait penser à quelqu'un qui me disait : "quand tu pointes du doigt une personne, n'oublie pas que tes 4 autres doigts te pointent en retour"
  11. Pour ce qui est de l'absence de complémentarité, je me base sur mon bon-sens qui m'indique qu'une femme et un homme sont essentiellement différents, ne développent pas les mêmes capacités et n'ont pas les mêmes sensibilités et qu'en conséquence, un couple homosexuel est dépourvu de cette complémentarité inhérente aux couples hétérosexuels. Quant au fait qu'il s'agit d'une attitude contre-nature, deliquescente et autres, je me fonde sur des principes moraux que nous partageons assurément et qui nous poussent à juger, selon nos croyances, les attitudes en les hiérarchisant sur une échelle de valeurs. Vous me reprochez le fait que mon échelle ne soit pas à l'exacte image de la vôtre. Soit. Je peux comprendre la désapprobation qui peut être la nôtre confronté à un certain degré d'altérité mais je ne peux rien y changer.
  12. A titre personnel, je ne considère par le mot "homophobe" comme relevant de l'insulte car s'il consiste à rejeter l'homosexualité, alors oui je revendique ce titre. En effet, je rejette des attitudes qui m'apparaissent gravement déliquescentes, et déviantes et fortement nuisibles à la société. A l'instar de nous tous ici (je pense), je milite pour une société idéale-type que j'estime être la meilleure. Vous me reprochez donc d'opérer des choix différents des vôtres et c'est compréhensible mais sachez que l'on partage cette quête de justice, cette volonté d'établir (tout du moins de faire reconnaître aux gens) ce qu'il y a de mieux selon nous. Je ne suis qu'un miroir déformé de votre propre réalité. Vous comme moi défendons des positions que nous estimons mesurées, sages et positives pour la société et combattons donc tout ce qui nous apparait nuisible. Je ne m'autoriserai pas à vous insulter (non pas que vous le faites pour moi) parce que je sais que vous ne faites que retransmettre vos convictions fondées à partir de vos croyances personnelles. Il n'y a pas d'un côté les gens illuminés qui se perdent dans leurs croyances qui les éloignent d'une réalité qu'ils méconnaissent totalement et de l'autre, les gens avec la sagesse et la science infuses, chargés d'éclairer le monde et qui ne possèdent aucune croyance mais que des perceptions fondées sur du réel (ou en tous cas, nous avons tous la sensation de faire partie de la seconde catégorie et que les autres font partie de la première). Donc peut-être, tenté-je de surmonter mes peurs avec des "draps" illusoires mais forcément tout ce que je pourrai vous sortir ne sera qu'idées reçues dans l'esprit de ceux n'étant pas en accord avec ma parole. En tous cas, dans mon esprit, l'homosexualité est un grand mal dont nous devons protéger nos enfants. Que ceux qui désirent avoir des enfants passent par des voies naturelles, qui ne leur sont pas inaccessibles, au lieu de chercher à assouvir leurs pulsions tout en désirant obtenir ce que leurs choix personnels leur empêchent d'avoir. Ps: Quant aux exemples personnels ("je connais quelqu'un"), cela est insuffisant pour énoncer des règles générales.
  13. Je n'accorde aucun crédit à ce genre d'études qui n'ont nullement le recul nécessaire pour analyser globalement un tel phénomène et qui se distinguent bien souvent par leur caractère partisan et par de nombreux biais qui déforment fatalement le résultat par rapport à une réalité qu'elles ne savent retransmettre exhaustivement. De plus, que ce soit en Sociologie, Psychologie ou autres sciences d'étude de l'humain, l'on pourra toujours trouver tout et son contraire, je ne prends donc jamais rien comme étant sacro-saint dans ce domaine. Ps: J'ai déjà vu des études qui affirmaient que les oiseaux étaient jaloux que l'on chante mieux qu'eux ou que les joueurs avec des petits sexes étaient plus complexés que les autres dans les vestiaires. L'intuition est parfois plus forte que certaines études orientées. En l'occurrence, j'ai la certitude que la complémentarité d'un homme et d'une femme restent essentielles pour qu'une éducation saine puisse se dérouler (sauf exceptions, qui existent toujours bien entendu). Un couple homosexuel est dépourvu de cette complémentarité et se trouve, de fait, gravement désavantagé , de manière générale, comparativement à un couple hétérosexuel. De plus, cela ne constitue en rien un écueil irréductible face aux réserves que j'énonce quant à l'insanité d'une telle situation. En effet, d'un certain point de vue moral, la vie en couple entre personnes de même sexe, en plus d'être contre-nature, constitue un grave "dépravement" des moeurs. Donc certes, il se peut certainement que certains enfants puissent mieux vivre au sein d'un foyer homosexuel que du foyer hétérosexuel qui est le leur. Mais cela ne légitime en rien le fait que ce soit une bonne éventualité. De la même façon qu'une femme battue pourrait vivre en étant plus heureuse avec son père si elle s'avérait consentante pour cela. Ps: Si, malgré l'éducation que je serais susceptible de lui fournir, un de mes enfants s'avérait être homosexuel (au sens, pratiquant l'homosexualité) alors je le renierais assurément quand bien même il est très compliqué de préjuger de ce que l'on ferait dans une situation qui n'existe pas.
  14. DKKRR

    La question des migrations en Europe ?

    C'est à ceux qui sont à l'origine de ces causes de tout faire pour les régler et pour le coup nous, Occidentaux, sommes en grande partie responsables de cela du fait de notre histoire récente avec ses pays (qui les a fortement retardés dans leur développement lorsque nous ne les saignions pas pour, nous, nous développer) et du système économique, à l'échelle mondiale, que nous avons érigé et qui les défavorise si fortement. Donc, au regard de ces éléments, il nous incombe d'oeuvrer, de concert avec les habitants de ces pays, afin que ces inégalités se résorbent et que les causes de ces émigrations finissent par être annihilées mais il sera impossible de continuer à se gaver (dans tous les sens du terme) pendant que ces gens là dépériront. Je constatais aujourd'hui un reportage à Bouaké en Côte-d'Ivoire où les gens manquent gravement d'eau pour boire, pour se laver, pour se soigner lors même que nous la gaspillons, ainsi que la nourriture, avec tant d'aisance. Est-ce normal que des humains aient accès à autant d'éléments vitaux pendant que d'autres n'ont accès à rien ? Sommes-nous meilleurs qu'eux ? plus méritants pour cela lors même que nous n'avons rien fait de particulier, individuellement parlant, pour en arriver à un tel déséquilibre en notre faveur.
  15. Je ne comprends pas. De quels faits parlez-vous ?
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité