Aller au contenu

economic dream

Membre
  • Contenus

    3028
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de economic dream

  • Rang
    Forumeur alchimiste
  • Date de naissance 06/17/1993

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Intérêts
    Football, musique, politique, aller sur forumfr :),
    jeux vidéos, lire

Visiteurs récents du profil

15198 visualisations du profil
  1. N'importe quoi ... Le camp du oui a tout simplement mené une campagne beaucoup plus convaincante tandis que le camp du non s'est contenté de faire peur. Depuis 6 semaines ce sont des débats sans arrêts là-bas sur cette question, c'est normal que les avis changent dans ce cas là . Ça fait justement partie de la démocratie que des avis changent .
  2. Cette phrase est très utile pour justifier une augmentation à venir du nombre de radiations afin de faire baisser les chiffres ( officiels ) du chômage , et ce alors que déjà moins d'un chômeur sur 2 inscrit à Pole Emploi reçoit une indemnité chômage. Ce lien montre le vrai taux de chômage (et pas seulement celui de la catégorie A ) : http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/vrais-chiffres-chomage-juillet-155966 Et bien évidemment aucun journaliste ne criera au populisme ( alors que c'en est , c'est vraiment une vieille rengaine ce discours de culpabilisation des chômeurs ) ... Bref ça me dégoûte .
  3. Une vision monétaire pas très accessible aux non-initiés mais qui est en opposition frontale avec les idées dominantes concernant les politiques budgétaires et monétaires , le néo-chartalisme ou Modern Monetary Theory en Anglais. https://frappermonnaie.wordpress.com/les-bases/
  4. Je viens te complimenter, jeune amis animateur pour la qualité de tes sujets. Une place bien méritée dans l'équipe. :)

      aa
  5. L'allocution universelle est surtout intéressante dans l'optique d"un nouveau défi qu'il faudrait relever : comment partager la richesse dans une économie de plus en plus automatisée , où le besoin de salariés recule , ... ? Dans l'optique actuelle , cette automatisation va sur le long-terme faire gonfler les chiffres du chômage ce qui va faire pression sur les salaires . Ce n'est bien évidemment pas une raison de rejeter cette automatisation puisque ceci permet de réduire le temps de travail et de produire plus de richesses de manière plus efficace .
  6. Ok , réflexions très intéressantes , merci d'avoir développé ton point . Un parti populaire doit parler de l'industrie qui est en déclin, des délocalisations , .. pour avoir l'appui des classes populaires. EELV critique l'industrialisme , la croissance économique et quel électorat attire-t-il ? Ceux qui vivent très très loin des usines mais qui pestent quand même contre . Le FDG a une position plus complexe ( comme par exemple sur le nucléaire où le PCF est pour et le PG contre) mais est une alternative possible au consumérisme ( au contraire des Verts qui défendent des individus déracinés et une société sans cohésion sociale ; menant justement à une société consumériste où chacun veut se réaliser individuellement par le matérialisme ) . Note : la CIA a joué un rôle dans les "années de plomb " pour affaiblir le PC Italien , très puissant à l'époque , en soutenant justement des terroristes trotkystes . C'est l'opération Gladio : http://www.youtube.com/watch?v=vka7Da6e9LY&feature=share&list=SPPszygYHA9K1yU3SXHOoC7JhT2O7No-3D
  7. @ Frankygostovalhalla Tu dis qu'on ne peut se passer du Capital en somme, qu'il faudrait de toute façon composer avec ? Faut-il allier le Capital ( national ) avec le Travail alors ? Et comment ? Sinon sur l'applicabilité du programme , ce sera le mur de l'argent l'adversaire et surtout la toute-puissance du dollar qu'il faudra attaquer . Il y a énormément de saloperies financières ( tels les transferts financiers internationaux par SWIFT , système contrôlé par les Etats-Unis) avec lesquelles il faudra composer . @Nevritok Si vous appréciez tellement de continuer à rembourser une dette qu'on ne rembourseras jamais, de payer 145 milliards ,qui aurait été beaucoup moins élevée si l'Etat empruntait sans intérêts à la Banque de France , ... tant pis pour vous . Faudrait peut-être se demander pourquoi toutes les économies dans le monde actuel sont si endettées , que ce soit au niveau des dettes privées ou publiques . La réponse est que le système actuel a besoin d'endettement perpétuel pour éviter la faillite ... Informez-vous sur la création monétaire et le système financier
  8. Encore une preuve de l'hypocrisie de Marine Le Pen lorsqu'elle veut s'allier avec Geert Wilders pour les Européennes , qui est un ultra-libéral qui a déjà gouverné avec la droite pour imposer une politique d'austérité comme l'a fait le parti d’extrême-droite LAOS en Grèce . Son discours soi-disant social est un leurre , c'est elle qui a en partie écrit le programme économique ultralibéral de son père en 2007. Ah oui c'est bien beau de vouloir sortir de l'euro , mais sans faire défaut sur la dette extérieure , c'est du suicide économique.
  9. HS : Il y a sérieusement des gens qui vont voir des spectacles d'Elie Semoun ou de Frank Dubosc ? ( déjà qu'un sketch de 5 minutes de Dubosc c'est lourd , alors 1h30 !!! et Semoun est vraiment pas marrant ) Ces 2 là ne boxent pas dans la même catégorie que Dieudonné . Non je trouve juste que c'est dommage qu'il y a des gens qui n'osent pas aller voir Dieudonné à cause de la diabolisation et l'alternative c'est des humoristes de bas-caniveau tels Semoun . C'est dommage quand même que de bons humoristes n'apparaissent plus dans les grands médias parce qu'ils osent choquer . Kontre-Culture c'est surtout le business de Soral ( vente de T-shirts Dieudonné, livres , ...) Il a raison de profiter de la situation actuelle car d'après ce que je vois , ses nouvelles vidéos sont de moins en moins regardées ...
  10. C'est qui le malade mental ici ? Relativiser ici un millier de morts Et donc la solution à ces propriétaires peu scrupuleux c'est de ne pas leurs imposer des normes de sécurité ? Vos arguments sont quand même d'un simplisme ... Quand il y a des guerres , oui des Etats sont impliqués mais est-ce la faute de l'institution ou de l'utilisation qu'on en fait ? Etat = guerre = mal donc Etat= mal ; franchement le niveau d’honnêteté intellectuelle
  11. Libération est en pleine chute de popularité d'ailleurs : http://www.jeanmarcmorandini.com/article-305791-les-ventes-du-quotidien-liberation-ont-chute-de-plus-de-40-en-un-an.html
  12. Rien qu'en lisant le titre, on comprend que le journaliste trouve ça dommage qu'il n'y aura peut-être pas d'intervention . En tout cas , il ne me semble pas impossible que l'opinion publique occidentale globalement hostile à cette guerre intimide aussi l'ardeur des faucons . Même sur des sites comme Le Point ou Le Figaro , pas une seule réaction en faveur d'une intervention. Quand Le Monde ou divers quotidiens essaient d'amalgamer les opposants à cette intervention aux "extrémistes antisémites " , ils se font dégommer dans les commentaires , même sur Facebook . Ce sont des petits signes qui me font espérer que l'opinion publique devienne de plus en plus critique .
  13. @Zeds_Dead : Je pense surtout que ce texte surestime très largement la puissance de ces mouvements "antifas " "féministes " dont l'influence réelle est faible .
  14. Bonjour à tous , Note : suite au regrettable départ de David Webb ( que je salue si il lit ceci, on ne sait jamais ^^ ) qui animait ce forum , il y a peu de sujets nouveaux. Je propose de m'en charger avec des articles généraux venant du Monde, du Figaro, la Tribune , est-ce ok pour vous ou est-ce que quelqu'un d'autre veut s'en occuper ? " A-t-on raté sa vie si l'on n'est pas propriétaire à 50 ans ? Mathias Thépot | 03/09/2013, 16:19 - 735 mot Face à l'obstination des Français à devenir propriétaires, certains économistes s'emploient à démontrer que ces comportements peuvent provoquer des dysfonctionnements du marché du travail."Si l'on n'est pas propriétaire à 50 ans, on a en quelque sorte raté sa vie". En prononçant cette phrase choc le 27 août dernier sur BFM Business, le PDG de Century 21 Laurent Vimont affirmait livrer le sentiment des Français qu'il rencontre au quotidien sur le terrain. "Acquérir son logement est un achat de bon père de famille pour les Français", indiquait-il. S'ils sont locataires et que "demain ils rencontrent un problème de chômage par exemple, ils devront toujours payer leur loyer", alors que s'ils sont propriétaires accédants, ils assurent "qu'ils pourront discuter de leur crédit avec la banque et le négocier", indique Laurent Vimont. "Ils sont en position de force en tant qu'emprunteur", ajoute-t-il. De surcroît, "sur le crédit il y a une assurance chômage qu'il n'y a pas sur le loyer", note le PDG du réseau d'agences immobilières. La propriété : une sécurité pour la retraite Le raisonnement des ménages tel qu'expliqué par Laurent Vimont est-il le bon ? Oui ,si l'on convient que la propriété incarne la sécurité financière quand la retraite arrive: une fois son emprunt remboursé, le propriétaire ne paiera plus de mensualités, qui plus est dans un contexte économique où le pouvoir d'achat des retraités risque d'être affecté. En revanche, d'un point de vue macroéconomique, l'obstination des Français à devenir propriétaires -60% des ménages le sont déjà- créé des dommages collatéraux. Plusieurs études économiques expliquent ainsi que "la propriété immobilière implique des coûts de mobilité relativement plus élevés qui entraveraient l'efficacité de l'appariement sur le marché du travail", indique la direction générale du Trésor qui s'interroge dans une note publiée ce lundi sur le lien entre chômage et propriété immobilière. Le coût de la mobilité est parfois rédhibitoire L'économiste Andrew Oswald donne notamment cinq arguments -cités dans la note du Trésor- révélateurs de la nuisance d'un taux de propriété immobilière trop élevé sur le fonctionnement du marché du travail. Pour Oswald, "associée à des coûts de mobilité élevés, la propriété restreint la zone de prospection d'un demandeur d'emploi qui peut renoncer à une offre située loin de son domicile si le gain associé à la reprise d'emploi est inférieur au coût engendré par son déménagement". "Le coût de mobilité engendré par la propriété peut également rendre les propriétaires qui ont un emploi sont moins enclins à chercher des opportunités plus intéressantes ou plus adaptées à leurs compétences qui pourraient améliorer la qualité de leur appariement et donc la productivité de l'économie", ajoute-t-il. Ces arguments peuvent se vérifier en France où le coût de la transaction immobilière est un des plus élevés des pays de l'OCDE : au prix du bien viennent en effet s'ajouter pour l'acheteur les droits de mutation à titre onéreux (5,09% de la transaction), la rémunération et les frais de notaires, ainsi que les commissions pour les intermédiaires. Le vendeur, lui, doit obligatoirement prendre en charge un diagnostic technique avant la vente. Le bien-être au travail des propriétaires en danger Les jeunes sont les premiers à souffrir de ce coût important. "Un taux élevé de propriétaires peut contraindre la mobilité des jeunes actifs qui ne disposent pas nécessairement de ressources suffisantes pour acheter un logement proche de leur lieu de travail", indique Oswald. "Si les logements locatifs manquent, ils ne peuvent pas se loger à proximité de l'emploi voulu", ajoute-t-il. Oswald émet deux autres hypothèses qui ne concernent pas directement le coût de la transaction. Selon lui, la productivité des propriétaires est affectée par la baisse de leur bien-être au travail car ils "ont tendance à accepter des temps de trajets domicile travail plus importants, ce qui accentue la congestion sur les réseaux de transport". Enfin, "les propriétaires ont davantage tendance à recourir à des actions collectives que les locataires. Ils peuvent donc plus facilement empêcher l'installation ou l'extension d'une entreprise dans une zone résidentielle", juge l'économiste. Attention à ne pas rendre les ménages prisonniers de leur achat D'autres, comme Etienne Wasmer du Conseil d'analyse économique, ont également démontré l'inefficience économique d'une France obsédée par la propriété. Pour cet économiste, "il est dangereux de rendre des ménages modestes prisonniers d'un achat immobilier. Si le marché de l'emploi se retourne dans leur secteur, ils seront alors très peu mobiles", pour retrouver un autre emploi dans une autre région. Et, en cas d'accident de la vie, les ménages endettés seront les premiers touchés, car "ils auront payé cher un bien qui subira une décote en cas de revente très rapide liée, par exemple, à un divorce ou à une perte d'emploi". Source : http://www.latribune...-a-50-ans-.html
  15. Je pensais justement mettre le lien de cette vidéo sur ce topic .
×