• billets
    69
  • commentaires
    167
  • vues
    46 687

La braise a besoin d'air

Marioons

33 vues

L'amour, la confiance, la joie, ne se décrètent pas, ne se forcent pas.

Ils ne sont pas le résultat d'une lutte.

Ils jaillissent spontanément, telle une force puissante et pure, lorsque nous lâchons les armes et les masques.

Ils s'érigent lorsque l'on déconstruit.

Telle une braise trop longtemps asphyxiée, qui au contact de l'air devient feu.

Nous ne sommes jamais aussi forts que lorsque nous abandonnons nos boucliers.

Lorsque nous déclarons la paix à nous-même et au monde.




11 Commentaires


Oui, être en paix avec soi-même pour mieux appréhender le monde. Est-ce que tu recherche ?

C'est ce que je fais, en ce moment. Je me cherche. Je veux trouver une certaine harmonie. Je pense que parfois, je dois, d'une certaine manière, lutter contre (ou avec ?) moi-même.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Je ne sais pas... Je pense de plus en plus qu'il n'est pas nécessaire d'entrer en guerre pour créer la paix. Qu'une force de lutte dans un sens génèrera tôt ou tard un même type de force dans l'autre sens. Qu'une force qui tend à diviser ne peux créer de véritable unité. Que les nœuds peuvent se défaire en coupant la corde mais aussi, sans faire de dégâts, en relâchant la tension de la corde.

Et tout cela, que l'on parle de lutte intérieure ou extérieure (les deux étant de toute façon étroitement liées).

Je préfère oeuvrer pour développer quelque chose qui me plait plutôt que contre tout ce qui me déplaît. Parce que je pense que ce qui fait l'objet de notre attention s'accroît.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

La lutte n'est donc pas appropriée. Il y a forcément des conséquences que l'on ne contrôle pas. Le fait de se laisser bercer par les aléas et de tendre vers ces aspirations nous reviendra en positif.

On n'agit d'abord que sur soi-même smile.gif

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Ah non alors. On ne va pas rester là les bras croisés à ne rien faire ! Il faut yaller, foncer dans le tas, et contrôler les gens jusqu'à ce qu'ils collent à notre idée de ce que devrait être un monde parfait.

Lol je plaisante je joue la fille pas d'accord coûte que coûte :smile2:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

La perfection est un absolu jamais atteignable, et pourtant concevable, sans que l'on ne sache ce dont il s'agit. L'harmonie se fait et s'accomplit, semble-t-il, dans un accompagnement idéal du monde qui nous entoure, car ce monde suit une dynamique d'harmonie : S'il nous paraît maintenant déséquilibré, il n'est nul doute que son chaos s'égalise avec un calme partout ailleurs établi.

Et c'est en suivant son cours que nous ne nous romprons pas.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

(tu trouve que ça se dit ma dernière phrase ? "d'abord que" ^^)

Ok, je fonce dans le tas ! Tu m'as endoctriné... on va leur faire subir les mêmes choses.

ha oui ! tu plaisantes. tongue.gif

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Oui comme tu dis Merryh, rester souple, adaptable, suivre le courant, tout en ne se reniant pas soi-même.

@Zera : tu l'as dit alors à partir de maintenant ça se dit ! Merci Zera pour cet enrichissement des possibilités de syntaxe française ;)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

La particularité et la force de l'amour est qu'il est récompensé immédiatement et par lui-même, comme la haine est de même sa propre punition brulant en premier son détenteur.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

<P>C'est vrai qu'il faut être en paix avec soi et avec le monde pour être heureux et confiant.<BR>Etre en paix avec soi est nécessaire pour être en paix avec le monde.<BR>Pouvoir se regarder, s'accepter, se connaître, cerner nos forces et nos faiblesses, s'apprécier, se pardonner ses erreurs, se trouver bien.<BR>Et tout cela est lié au feed back des autres qui nous renvoie une part qu'on ne veut pas voir ou qu'on ne sait pas voir.<BR><BR>Il y a une spirale de la vertu et une spirale du désespoir.<BR>Le bien appelle le bien, le mal appelle le mal et bizarrement, plus on est "bien" plus les autres nous renvoient du "bien" et tout s'enclenche.<BR>Et ce qui est difficile, c'est que lorsque rien ne va rien ne va du tout, les non proches vous enfoncent parce que la faiblesse se sent et qu'ils marquent leur territoire inconsciemment et les proches vous soutiennent renforçant le sentiment de faiblesse.<BR><BR>Ce que je crois, c'est qu'il faut identifier ce qui est clairement sous notre contrôle et s'y atteler.<BR>identifier l'important de l'accessoire et s'y consacrer.<BR>Revenir à l'essentiel sans partir dans les évasions qui se rappellent toujours à nous...<BR>En particulier le corps qui peut être l'objet de belles satisfactions directement palpables qui conduisent à modifier l'image envoyée,<BR>Puis des petits défis personnels, réapprendre l'ACTION et non le rêve ou le virtuel, accepter de se remettre en question et de passer par des bas suivis de hauts très irréguliers, apprendre à se prendre les pains dans la tronche en lacher prise, apprendre à dire les choses et s'affirmer dans une neutralité émotionnelle lucide.<BR><BR>Il faut plus d'un an pour se reconstruire et si on a touché le fonds ce chemin enrichira tellementque la sortie vaut ce passage au plus profonds du trou.<BR>En revanche, il faut être sacrément déterminé.... sacrément déterminé...sacrément déterminé...<BR>C'est une compétition avec soi qu'il s'agit de gagner.<BR>Et quand c'est le bon qui gagne.... quand tu te retournes sur ton chemin parcouru... tu te sens si fort et si bien que plus rien ne te coulera plus jamais.<BR>Tu comprends beaucoup plus de choses et les faiblesses des autres te remontent comme autant de batailles que tu as livrées et gagnées.<BR><BR>Bon courage ^^ </P>

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant