Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'international'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

13 résultats trouvés

  1. Faut-il continuer à faire des enfants ? Pour moi, la réponse est évidente. Elle l'est même tellement que pour moi, faire des enfants relève absolument de l'absurde, presque de la folie. À l'heure où j'écris, l'humanité compte 7,7 milliards d'individus. Rien que ça, c'est censé être un argument suffisant. Mais pour appuyer mon propos, concentrons-nous sur l’État Français : Nous sommes actuellement 67 millions d'habitants en France. Si vous êtes suffisamment jeunes pour traîner et débattre sur un lieu comme celui-ci, vous êtes fatalement nés après 2070, vous avez donc 50 ans au maximum, et il y a une très forte probabilité pour que vous ayez entre 16 et 25 ans actuellement. Or, si vous avez entre 16 et 25 ans, vous avez fatalement eut droit à toutes ces situations : "Tu veux faire quoi plus tard ?", "Alors, tu as un(e) amoureux(se) ?", "Tu veux combien d'enfants ?", et j'en passe. Mais alors, où tout cela nous mène ? De part votre âge, il y a des chances pour que vous ayez été malheureux durant votre enfance : solitude, divorce des parents, devoirs incessants... Ou même encore maintenant : solitude, soucis financiers, travail incessant... Pourquoi devez-vous subir tout ça ? Parce que vous vivez dans une société qui fonctionne ainsi. Pourquoi vivez-vous dans cette société qui se repose sur la souffrance immédiate pour être heureux plus tard ? Parce que vous y êtes nés. C'est comme ça depuis votre naissance. Un peu plus piquant, maintenant : Pourquoi êtes-vous nés ? Vous vous êtes déjà posés la question et la réponse qui est venue, car c'est la vérité, est : "parce que tes parents voulaient un enfant". C'est quelque chose que beaucoup ont tendance à oublier, alors mettons immédiatement quelque chose au clair : vous êtes nés dans le seul et unique but de faire plaisir à vos parents. La raison pour laquelle vous êtes ici, pour laquelle vous devez souffrir, affronter la société, la crise, le climat... C'est uniquement parce que vos parents l'ont voulut. En d'autres termes : vous endurez tout cela par pur égoïsme de vos parents qui, au moment de vous donner naissance, avaient juste envie d'être fier du fait d'avoir donner la vie, et ce sans se soucier de si cette vie allait valoir la peine d'être vécue ou pas. Ils s'en moquent royalement. Et ils ont beau vous aimer, quand vous rameniez une bonne note, ils souriaient moins pour votre avenir que pour se vanter devant leurs amis d'avoir un enfant qui travaille bien, alors que ça démontre juste que vous avez une mémoire correcte. Ensuite, analysons un peu la façon de penser qu'ils vous imposent. Vous avez tous forcément entendu un jour au moins : "Tu dois bien travailler à l'école pour être heureux plus tard". Et la sempiternelle question "Tu veux faire quoi plus tard ?" se pose sérieusement à partir de 15 ans, soit l'âge où vous rentrez en première si vous avez suivi une scolarité classique. Pour rappel, à 15 ans, la seule chose à laquelle vous pensiez, c'était à sortir avec vos potes ou faire une bonne game des famille en ligne. Et là, on vous dit "Tu veux faire quoi de ta vie ?". Car rappellons-le, sans travail, pas d'argent, sans argent, pas de maison, et si t'as ni travail, ni maison, ni argent, tu es juste considéré comme une merde, qu'on pointe du doigt parce qu'il n'a pas assez bien travaillé : c'est toujours de votre faute et surtout pas de celle de la société qui vous a balancé dans le grand bain alors que vous venez juste d'avoir votre brevet. Mais admettons que vous réussissiez. Vous avez bien galéré à payer vos factures d'étudiant en faisant des burgers au McDo toutes vos années d'étude, le tout en enchaînant les nuits blanches avec vos DM à rendre. Vous êtes diplomés et vous avez 25 ans, maintenant plus qu'à trouver du taf. Eh bien pas de bol, on propose pas d'emploi ! Donc tu déménages là où on propose, mais tu te fais virer parce que quelqu'un qui avait les mêmes diplômes que toi mais juste une meilleure gueule t'es passé devant ! C'est bizarre, l'avenir heureux que l'ont t'as promis toute ton enfance et adolescence ne ressemble pas vraiment à ce à quoi tu t'imaginais... et seulement là que vous le comprenez : Les diplômes ne garantie pas l'avenir. Pourquoi ? Parce que tout le monde a un diplôme et tout le monde veut être heureux ! C'est la qu'arrive le cœur du problème que j'ai évoqué au début : nous somme beaucoup trop. Il n'y a pas assez d'emplois pour ton le monde, donc il y en aura fatalement qui ne feront pas le travail qu'ils souhaitent, et c'est avec leur joli Bac+5 en poche qu'ils iront à nouveau déposer un CV au McDo qu'ils connaissent maintenant si bien. Voici ce que devront affronter vos enfants dans la mesure où vous en faites. Mais ce n'est pas terminé. Parce que nous sommes trop, nous consommons plus : essence, gaz, bois, et j'en passe... Ces ressources ne renouvèlent pas ou pas assez vite. Toujours en parlant de problèmes liés à la planète, le souci du climat se fait de plus en plus important. C'est sur le point de nous tomber sur la gueule, et ça tombera sur celle de vos enfants si c'est pas sur la nôtre. Y aura fatalement un moment où tout va péter et c'est nous, génération qui nous efforçons à tout faire bien pour rattraper les conneries des générations précédentes, qui devons en payer le prix. Vous voulez que vos enfants payent le prix de tout ça ? L'humanité détruit tout, de la planète aux autres espèces, dont elle-même ! Il y aura une extinction de l'humanité un jour ou l'autre. Vous voulez que vos enfants la vivent ? Donc non, mesdames et messieurs, il ne faut pas procréer. Certains fanatiques diront que c'est la raison de notre existence, mais je suis pas sûr qu'on ait non plus été créés pour s'accoupler entre personnes du même sexe. Donc, dans cette même logique, laissez-nous faire ce qu'on veut ! D'ailleurs, gros big up à vous, les homosexuel(le)s, car vous entretenez une forme d'amour désintéressée par la procréation, donc plus pure que l'amour hétérosexuel. Que l'humanité ait été créée par une quelconque entité ou qu'elle soit apparue toute seule, elle est aujourd'hui maîtresse d'elle-même. Il faut donc qu'elle agisse d'un seul bloc pour se rendre compte de ses erreurs et se retirer pour arrêter de tout détruire et de courir à sa propre perte et à celle de tout ce qui l'entoure juste par égoïsme. Arrêter de procréer signifie aussi que l'humanité s'éteindra. Mais personne ne nous regrettera si nous ne sommes vraiment plus là. Alors, quitte à partir, autant choisir comment on va s'éteindre au lieu de courir à la mort et de tout détruire. Faites-vous stériliser, messieurs-dames ! Parce que baiser, c'est quand même cool... Et vous, mesdames, avortez ! Car que vous le vouliez ou non, c'est encore la meilleure chose que vous puissiez offrir à vos enfants : l'absence de malheur en refusant de les mettre au monde.
  2. La politique étrangère des États-Unis d'Amérique se résume à peu de choses: soit tu es vassal, soit tu es ennemi. Ils font des affaires et s'entendent avec les pays qui leur lèchent le derrière, qui chantent au même diapason qu'eux, qui ne les contestent pas. Les autres, ils les rebutent, les noircissent, inventent des histoires qui les font haïr plus. Rares sont les pays avec qui ils ont des discussions honnêtes et constructives! Si on les conteste, ils leur foutent des pénalités administratives, des droits de douanes suffocantes, et menacent de sanctions les pays qui font des affaires avec eux; et c'en est ainsi depuis plusieurs administration successives. On peut citer des exemples patents quant aux fréquents changements, ou tentatives de changements de régimes en Amérique du Sud et en Amérique Centrale; le plus récent exemples est la Bolivie où on a expulsé le président élu démocratiquement (63% des voix); et on tente depuis plusieurs mois le même stratagème au Vénézuela. Qu'en pensez-vous?
  3. Les Micro.. quoi ? Et si votre rêve de bâtir votre monde, votre pays était exauçable ? En effet, c'est possible et plusieurs l'ont déjà fait ! Aujourd'hui, nous comptons pas moins de 400 micronations dans le monde. Avant tout, qu'est-ce qu'une micronation ? Sa définition exacte, extraite de Wikipedia (La seule trouvée pardonnez moi) est: "Une micronation, se dit d'une entité créée par un petit nombre de personnes, qui prétend au statut de nation indépendante ou qui en présente des caractéristiques, mais n'est en aucune façon reconnue comme telle par les nations officielles ou par les organismes transnationaux". Concrètement, une micronation est un petit territoire revendiqué comme état par un petit groupe de personnes qui y habitent, non reconnu comme un état aux yeux de la communauté internationale. Si vous voulez des noms (pour peut-être y aller ?), voici quelques-uns: Liberland (Micronation auto-proclamée le 13 avril 2015 situé dans la frontière serbo-croate) , Wy ou la Principauté de Wy (Micronation auto-praclamée en 2004 situé en Australie à Sydney) et plein d'autres encore (Liste des micronations). Et la France? Est-elle épargnée par cette tendance ? Non comme le Saugeais, une micronation dans le Hauts-Doubs auto-proclamé en 1947 par George Pourchet.
  4. https://fr.wikipedia.org/wiki/Project_for_the_New_American_Century Le Project for the New American Century (Projet pour le Nouveau Siècle Américain, PNAC) est un think tank néoconservateur américain ayant fonctionné de 1997 à 2006. Cet organisme qui se présente comme une organisation d'éducation à but non lucratif, a été fondé au début de l'année 1997 par William Kristol et Robert Kagan. L'objectif affiché du PNAC est de promouvoir le leadership mondial des États-Unis. Le PNAC pose en principe fondamental la considération selon laquelle le « leadership américain est à la fois bon pour l'Amérique et bon pour le monde » et apporte son soutien pour une « politique reaganienne de puissance militaire et de clarté morale ». Cette organisation a exercé une forte influence sur les hauts fonctionnaires du gouvernement des États-Unis durant les mandats du président américain George W. Bush et a eu une incidence très importante sur le développement militaire et la politique des affaires étrangères, particulièrement en ce qui concerne la sécurité nationale et la guerre en Irak.
  5. La colère gronde en Irak! https://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/En-Irak-colere-explose-contre-corruption-chomage-2019-10-03-1201051829 Je suis peut-être un peu nunuche mais, était-ce pire ou mieux du temps de Saddam Hussein?
  6. Voir ce quiz Qui suis-je (spécial cinéma international) Deuxième volet de la trilogie des « Qui suis-je ? » consacrée au cinéma. Prêts pour faire un 100% ? Créateur Sexophone Type Mode classement Temps 3 minutes Nombre total de questions 8 Catégorie People Envoyé 12/05/2019  
    • Mode classement
    • 3 minutes
    • 8 Questions
    • 24 Joueurs
    Deuxième volet de la trilogie des « Qui suis-je ? » consacrée au cinéma. Prêts pour faire un 100% ?
  7. jusqu’à
    Pour sa 22ème édition, le BSFF revient en force du 25 avril au 5 mai prochain pour 11 jours de festival et plus de 300 films courts. Au programme, 3 compétitions (internationale, nationale et Next Generation), des OFF (une Nuit du Court, les Funny Shorts, les Oscars, des séances Open Air gratuites au Mont des Arts…), un volet Jeune Public, un panel d’activités professionnelles et un Chapiteau où faire la fête. L’occasion unique de vivre un tour du monde en images et en émotions grâce à des films courts, mais aussi une véritable opportunité de rencontre entre ceux qui font le cinéma & 27 000 spectateurs, dans une ambiance chaleureuse, vivante et éclectique. Life is short. Enjoy it ! --------------------- Het BSFF is terug voor een 22ste editie van 25 april tot 5 mei 2019. Zet je schrap voor 11 dagen met meer dan 300 films. Op het programma: 3 competities (internationale, nationale en Next Generation), OFF’s (Nacht van de Kortfilm, Funny Shorts, Oscars, gratis Open Air voorstellingen…), een luik gewijd aan het jong publiek, een waaier aan professionele activiteiten en natuurlijk de befaamde feestjes in de grote tent. Een unieke gelegenheid om een leuke visuele trip om de wereld te maken maar ook de echte gelegenheid om vakmannen en 27 000 toeschouwers te ontmoeten in een warme, levendige en verschillende sfeer. Life is short. Enjoy it! ---------------------- For its 22nd edition, the BSFF returns from 25th of April to 5th of May 2019 to celebrate 11 days of festival and more than 300 short films. This year again you will enjoy 3 competitions (international, national and Next Generation), OFF screenings (a Night of the Short, the ‘Funny Shorts’, the Oscars, free Open Air screenings…), activities for young public, several professional workshops and a marquee to party. A unique opportunity to undertake a world tour in images and emotions, but also a great opportunity to meet the moviemakers and the 27 000 spectators in a warm, exciting and eclectic atmosphere. Life is short. Enjoy it!
  8. jusqu’à
    Les jeunes musiciens peuvent dès maintenant envoyer leurs candidatures pour participer à notre académie internationale d’orchestre jeune philharmonie franco-allemande et hongroise 2019, incluant une tournée avec des concerts en France et en Allemagne. Notre académie internationale d’orchestre se distingue par son haut professionnalisme et sa réputation. Notre expérience de plus de 30 ans en gestion de projets et la collaboration avec des intervenants renommés permettent aux musiciens d’acquérir des compétences interculturelles et professionnelles décisives. Programme : la symphonie n°6 en ré majeur, op. 60 de Dvořák ; la symphonie concertante pour hautbois, clarinette, cor, basson et orchestre en mi bémol majeur, k. 297b de Mozart : l’ouverture de l’opéra « Hansel et Gretel » de Humperdinck Direction musicale : Nicolaus Richter (D) Quand et où : du 20 avril au 05 mai 2019 – Répétitions à Bayreuth + tournée à Strasbourg, Karlsruhe et Bayreuth (2 concerts à l’opéra de Bayreuth – classé à l’UNESCO, enregistrement par BR-KLASSIK) Participants : jeunes musiciens, vivant en France, en Allemagne ou en Hongrie, entre 18 et 30 ans, étudiants & diplômés des pôles supérieurs d’enseignement musical ou de conservatoires, musiciens professionnels, passionnés de haut niveau Candidatures : dès maintenant et jusqu’au 15 janvier 2019 Vous trouverez des informations détaillées sur le projet et les inscriptions en pièce-jointe ou sur notre site internet www.forum-forum.org.
  9. Bonne nouvelle ! Chez nos amis Allemands : Angela MERKEL a désignée KKK à sa succession ! Beaucoup d'espoir : il s'agit d'une femme avec pour maître-mots : Rigueur budgétaire (AIE !) mais surtout JAMAIS D'ALLIANCE AVEC L'EXTREME DROITE ! (Merci)
  10. Quand Trump aide Al-Qaida au Yémen Les Etats-Unis collaborent avec la branche yéménite d’Al-Qaida, soit directement, soit par l’intermédiaire des Emirats arabes unis. Le chef salafiste Aboul Abbas, un des relais entre Washington et Al-Qaida au Yémen Donald Trump a ordonné, juste après son entrée à la Maison blanche, un raid majeur contre Al-Qaida pour la Péninsule arabique (AQPA), la branche yéménite de l’organisation dirigée, depuis la mort de Ben Laden en 2011, par Ayman Zawahiri. Les commandos américains sont alors intervenus pour la première fois sur le sol yéménite, le 29 janvier 2017, aux côtés de forces spéciales des Emirats arabes unis. Du 2 au 6 mars 2017, les forces américaines ont mené une quarantaine de frappes aériennes contre des cibles d’AQPA, à comparer à la trentaine de frappes ordonnées par l’administration Obama durant l’année 2016. Les Etats-Unis qualifient AQPA de filiale la plus dangereuse d’Al-Qaida pour justifier un tel engagement militaire. Il se confirme cependant que Washington s’accommode de la participation d’AQPA à la coalition soutenue par l’Arabie saoudite et les Emirats, voire lui apporte son soutien. C’est ce qui ressort d’une enquête fouillée d’Associated Press, à laquelle aucun officiel américain n’a apporté de démenti sérieux. […] Suite de l'article : http://filiu.blog.lemonde.fr/2018/09/02/quand-trump-aide-al-qaida-au-yemen/
  11. Salam Depuis quelques années partout dans le monde on parle de l'Islam.A tort ou à raison l'Islam dérange.Extrêmisme,mauvaise interprétation ,mauvaise foi...Ce qui est sûr, c'est qu' il y a une main derrière. Alors pourquoi l'islam dérange Et surtout qui dérange t-il?
  12. Mondialisation du Capitalisme vs Traditions À partir d'un peu de tourisme ou du laïus aseptisé de journalistes envoyés trois semaines en pays inconnu, et qui s'autorisent à en parler comme s'ils avaient tout vu et tout compris, les occidentaux sont persuadés d'avoir une vie privilégiée par rapport au reste du monde. Ils sont tous à se dire que ce serait abominable de vivre la vie d'un indien pauvre par exemple. Mais quand ils pensent à ça, c'est le changement de vie qu'ils imaginent, pas la vie réelle du type en question (c'est comme s'ils imaginaient ruinés, ou amputés par exemple). C'est cette sensation-là qu'ils commentent, soit une peur bien plus qu'une empathie... sans comprendre que la réalité de l'indien en question n'a rien à voir avec ça. Le pauvre vit la pauvreté autrement parce qu'il n'a connu que ça. L'homme est essentiellement un animal d'habitudes et d'adaptation. Mais l'occidental ne comprend pas qu'on puisse voir les choses autrement que comme lui. Ainsi est-il sûr de vivre dans le moins pire des mondes. C'est donc avec l'adhésion de l'opinion que l'occident vend la démocratie au monde. Après la chute du mur de Berlin, la rats se sont emparés au plus vite du monopoly géant du profit. Mais un problème subsistait : les dictatures qui laissaient un espace d'incertitude trop problématique quant à l'avenir ronronnant du profit. Nos rats de plus renâclent à investir, trop risqué (pauvres bêtes). Le système démocratique semble sans faille : le peuple choisit ses représentants et donc est persuadé que rien ne peut mieux répondre à sa légitime demande de justice. La justice est l'alibi de la démocratie. La démocratie a l'avantage d'être un système bien plus stable que tout. Toute vieille démocratie finit en effet avec deux partis quasi immuables, gouvernant à peu près de la même façon, et avec juste ce qu'il faut de différences théoriques pour que les gens aient envie de voter contre l'idéologie adverse. Un autre atout de taille est la facilité avec laquelle on peut désormais manipuler l'opinion en lui fourguant sans cesse matière à penser à travers les médias... soit un stock de questions morales et tendancieuses qui occupera n'importe qui voulant se faire une opinion sur tout (autant dire une belle majorité, c'est rien de le dire) : on balance en boucle des questions bidons, gavées de mot d'ordre foireux (à peine dissimulés) et les types se jettent dessus avec avidité, ravis d'avoir quelque chose à en dire, d'avoir quelque chose à dire tout court en fait, puisqu'on en est là quand seule l'expression sert encore de sens. La lassitude des plus vieux pour ce cirque est compensé par la fougue des nouvelles générations qui jouent le jeu avec entrain voire passion. Pour vendre sa camelote, l'Occident joue sur trois cartes maîtresses : la liberté sexuelle, les droits des femmes, et l'innocence des enfants : 1/ La libération sexuelle. C'est dans les années soixante que ça a commencé. Les politiques crevaient de trouille avec les mouvements contestataires, au point qu'encore aujourd'hui, tout ce qui touche à cette époque est stigmatisé, dénigré, occulté, mais surtout récupéré... et la libération des mœurs en premier lieu : on assiste à une formidable moralisation de la sexualité, du jamais vu. L'Etat fourre son nez partout dans la vie privée des gens, normalise et légifère la sexualité à grands coup de lois. Ouh là c'est dangereux ça la sexualité, ça donne des idées à certains, à ce qu'on dit. Le sexe est désormais affaire de droits. Tout y est encadré, prévu ; rien ne doit perturber les expériences pourtant virtuellement révolutionnaires que la sexualité peut générer à un certain âge : tout doit rentrer dans le cadre réservé à cet effet, celui de la moulinette de la morale, du droit et de la norme. La non-déviance consiste à vivre sa sexualité en deux temps : la jeunesse où le corps est présenté comme jouet érotique gracieusement offert et dont il est conseillé de profiter au maximum, quitte à ce que le partenaire fasse office de fantasme (agréé mais non remboursé par la psychanalyse) ; et la maturité où le bon vieux mariage tient lieu d'initiation marquant le début de la vie dite "adulte". On voit clairement le retour à la sacro-sainte famille, vecteur s'il en fut de stabilité politique, et qui plus est compatible avec les normes mondiales. Admirable coïncidence : pourquoi se gêner ? On en est déjà au point que même les greniers à sexe du monde changent leurs lois pour adopter celles de l'Occident, sans bien entendu changer un iota à quoi que ce soit de leurs pratiques proxénètes habituelles. Faut-il ajouter que les jeunes sont bien entendu sensibles aux sirènes pseudo-libertaires de l'occident, à travers la télé et internet (séries télé et porno). 2/ Les droits des femmes. Elles n'échapperont pas à leur libération programmée, et iront bosser comme les mecs, une fois déclarées adultes, entrées dans l'histoire et maîtresses de leur corps. Une explosion de main d'œuvre qui enrichira encore nos amis rats qui s'en frottent déjà le museau. 3/ Les rêves des enfants. Le droit au rêve est vanté par l'occident pour les mômes. Forcément c'est ce qu'il leur reste de sacré. Le blanc est horrifié en voyant un gamin de treize ans serveur dans un restau (je parle pas de ceux de six ans qui crèvent dans des mines toxiques, bien sûr). Les mômes doivent rêver, assène l'occident-qui-sait-tout. Rêver, c'est jouer sans doute (mais tous les enfants jouent, même dans la misère). Bref, il est question de rêver mais surtout aller à l'école... fourrer tout ce petit monde à l'école donc, pour leur faire prendre le pli. Oui, le pli. Enfin dans le catalogue il est question de leur apprendre à penser par eux-mêmes. Rien de dire que le résultat est probant... L'éducation sauvera le monde de l'ignorance, entend-on psalmodier de partout, et c'est devenu blasphème que de s'interroger sur la façon dont l'école est aussi un moule propre à la discipline, à une tournure de pensée et un savoir normatif. Voilà donc ce que vend l'occident au monde. Une stabilité démocratique et une idéologie universaliste. Idéologie en rupture avec toutes les spécificités de maintes cultures multi-millénaires. Quand le monde entier aura adopté ce système, ces cultures seront mortes. Il n'y aura plus de sociétés dites "traditionnelles" : on les aura brutalement arrachées à leur évolution propre pour les jeter sans préavis dans la fosse aux rats : on leur aura volé leur évolution, leur histoire, leur mémoire et leur destin. On aura gommé du même coup toute diversité de pensée (et de savoirs) du monde. Ce sera la fin de la diversité et donc de la mémoire des hommes, de milliers d'années de modes de vie, de transmission, d'histoire et de cultures. La fin de la diversité des vécus, la fin de schémas de pensée millénaires, pulvérisées dans la normalisation mondiale de la pensée. Après ce génocide culturel, on n'aura plus de point de comparaison, plus de recul possible. Aucune source d'altérité ne viendra plus nous dire autre chose. Autre chose que le discours unique d'un mental universel normalisé. Toute différence deviendra suspecte. Le contrôle généralisé de l'individu sera organisé par l'individu, plus besoin de police voire même de religion, la norme suffisant à étouffer dans l'œuf toute velléité de penser "autrement". On y est presque, il suffit d'ouvrir son poste de télévision ou de surfer sur internet pour s'en convaincre : mêmes thèmes, mêmes processus de pensée, mêmes préoccupations etc. On préservera les dernières cultures "autres", folkloriquement exposées entre ours blancs et musées, pour enrichir la soif de culture des travailleurs-touristes du monde. Et bien sûr restera à en finir avec toute forme de spiritualité en convainquant ceux qui en tirent les manettes, ce qui devrait se régler entre gentlemen-rats sans trop de difficulté, une fois les assurances et autres garanties négociées, afin d'imposer définitivement le sujet-roi au monde, en guise de modèle occidental indépassable d'accès au bonheur, à la liberté, et à toutes ces sortes de choses qui nous rendent nous autres tellement heureux, solidaires, altruistes, aimants etc. Rien ne s'opposera bientôt à ce que le vieux fascisme ait l'air un jour d'une aimable plaisanterie, d'une sorte d'artisanat archaïque encore pas très au point, qui fera rire nos amis rats, enfin soulagés de ne plus avoir ces angoisses qui depuis quelques millénaires leur troublaient quelque peu la digestion. Pauvres bêtes...
×