Aller au contenu

«À l’hôpital, Il y a beaucoup plus de tire-au-flanc qu’avant»

Noter ce sujet


soisig

Messages recommandés

Membre, Devezh mat, 129ans Posté(e)
soisig Membre 21 095 messages
129ans‚ Devezh mat,
Posté(e)

ENTRETIEN - Michaël Peyromaure est chef de service en urologie à l’hôpital Cochin. Il observe depuis longtemps le désinvestissement au travail de nombreux agents de santé.

LE FIGARO MAGAZINE. - L’hôpital est-il gagné par la loi du moindre effort?

 

L’hôpital n’échappe pas aux phénomènes qui minent toute la société. Nous sommes entrés dans l’ère des loisirs. Cela touche aussi bien le personnel soignant que les patients.

Michaël PEYROMAURE. - Un exemple de cette priorité aux loisirs?

Les entretiens d’embauche! Tous ceux qui ont eu à embaucher une infirmière, une aide-soignante ou une secrétaire vous rapportent la même chose, et je l’ai vécu moi aussi. Les trois questions posées prioritairement par les candidates sont: à quelle heure serai-je rentrée chez moi ; vais-je choisir mes dates de vacances ; aurai-je droit à toutes mes vacances la première année? Ce qui est relatif au métier lui-même est secondaire.

source ...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, Beluga-Pangolin, Posté(e)
BELUGA Membre 11 719 messages
Beluga-Pangolin,
Posté(e)
il y a 3 minutes, soisig a dit :

L’hôpital est-il gagné par la loi du moindre effort?

on manque de soignants: peut être ont ils le melon ?

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 150ans Posté(e)
chanou 34 Membre 20 101 messages
Maitre des forums‚ 150ans‚
Posté(e)
il y a 1 minute, BELUGA a dit :

on manque de soignants: peut être ont ils le melon ?

Les secrétaires aussi? :hum:

Non je crois que c'est l'évolution actuelle générale.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Devezh mat, 129ans Posté(e)
soisig Membre 21 095 messages
129ans‚ Devezh mat,
Posté(e)
il y a 2 minutes, chanou 34 a dit :

Les secrétaires aussi? :hum:

Non je crois que c'est l'évolution actuelle générale.

oui, je pense que le phénomène est généralisé à l'ensemble des professions.

  • Like 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre+, Posté(e)
Doïna Membre+ 14 147 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)
il y a 27 minutes, soisig a dit :

Tous ceux qui ont eu à embaucher une infirmière, une aide-soignante ou une secrétaire vous rapportent la même chose, et je l’ai vécu moi aussi. Les trois questions posées prioritairement par les candidates sont: à quelle heure serai-je rentrée chez moi ; vais-je choisir mes dates de vacances ; aurai-je droit à toutes mes vacances la première année? Ce qui est relatif au métier lui-même est secondaire.

Les personnels hospitaliers ne sont pas des machines, ils aiment aussi avoir des temps de repos et de détente, on ne va quand même pas leur reprocher ça ?

  • Like 8
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 52ans Posté(e)
jimetpam Membre 8 809 messages
Maitre des forums‚ 52ans‚
Posté(e)

On travaille pour vivre mais on ne vit pas pour travailler. Et de plus en plus pour travailler dans le médical, l'enseignement , la police ou la gendarmerie t'as intérêt d'avoir la vocation et "ne pas faire ça" parce que tu es au chômage. Surtout qu'au début, en plus, c'est assez mal payé pour le travail demandé surtout dans la police et l'enseignement.

il y a 27 minutes, soisig a dit :

oui, je pense que le phénomène est généralisé à l'ensemble des professions.

IL fut une époque où les gens acceptaient d'être exploités (pour bouffer et payer leur loyer) et c'est ajourd'hui bcp moins le cas. (Les aides sociales de plus en plus nombreuses expliquent aussi le phénomène.)Doit-on les condamner "pour penser qu'on ne vit qu'une fois" ?

Modifié par jimetpam
  • Like 6
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Devezh mat, 129ans Posté(e)
soisig Membre 21 095 messages
129ans‚ Devezh mat,
Posté(e)
il y a 7 minutes, Doïna a dit :

Les personnels hospitaliers ne sont pas des machines, ils aiment aussi avoir des temps de repos et de détente, on ne va quand même pas leur reprocher ça ?

Ils ont des temps de repos et de détente, comme tous les salariés. Par contre, quand on s'intéresse d'abord à ses horaires et temps de repos, lors d'un entretien professionnel, il me semble qu'il y a une perte considérable de vocation. Quand on choisit de s'occuper de malades, ce serait bien qu'on ne les considère pas seulement comme "des outils de travail". 

«Il arrive que nous ne puissions pas opérer un patient qui attend depuis la veille parce qu’une infirmière estime que l’horaire est dépassé. Voilà où en est l’hôpital», assène Michaël Peyromaure, chef de service en urologie à l’hôpital Cochin.

il y a 5 minutes, jimetpam a dit :

On travaille pour vivre mais on ne vit pas pour travailler. Et de plus en plus pour travailler dans le médical, l'enseignement , la police ou la gendarmerie t'as intérêt d'avoir la vocation et "ne pas faire ça" parce que tu es au chômage. Surtout qu'au début, en plus, c'est assez mal payé pour le travail demandé surtout dans la police et l'enseignement.

IL fut une pépqoie où les gens acceptaient d'être exploités (pour bouffer et payer leur loyer) et c'est ajourd'hui bcp moins le cas. Doit-on les condamner "pur penser qu'on ne vit qu'une fois" ?

Les métiers que tu évoques sont sensés être des métiers de vocation. Si dès le départ, tu crains d'être mal payé, ou si tu trouves le boulot trop pénible, oriente toi vers une autre profession 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 52ans Posté(e)
jimetpam Membre 8 809 messages
Maitre des forums‚ 52ans‚
Posté(e)
il y a 33 minutes, chanou 34 a dit :

Les secrétaires aussi? :hum:

Non je crois que c'est l'évolution actuelle générale.

De mon époque on disait qu'on avait droit de penser d'abord aux repos, aux congés, aux horaires mais surtput pendant l'entretion d'embauche  il ne fallait pas en parler évidemment ! Il fallait faire croire que notre vie était au service "d'un boulot fut-il de merde payé au smic".

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre+, Posté(e)
Doïna Membre+ 14 147 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)
il y a 2 minutes, soisig a dit :

Ils ont des temps de repos et de détente, comme tous les salariés. Par contre, quand on s'intéresse d'abord à ses horaires et temps de repos, lors d'un entretien professionnel, il me semble qu'il y a une perte considérable de vocation.

Pourquoi penser à mal ? Si le ou la postulante a des enfants, il faut bien qu'elle se renseigne, pour s'organiser déjà, et puis pour être certaine d'avoir du temps à consacrer à sa famille. Perso, devenue maman, j'ai commencé également à me soucier des horaires et congés lors des entretiens d'embauche, pas par obsession de me la couler douce mais parce qu'il fallait bien être là à la sortie de l'école, trouver quelqu'un pour garder l'enfant les jours sans classe, etc. C'est pareil pour une infirmière : dévouée à ses malades mais maman de ses enfants avant tout  et c'est bien naturel. 

  • Like 6
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 52ans Posté(e)
jimetpam Membre 8 809 messages
Maitre des forums‚ 52ans‚
Posté(e)
il y a 19 minutes, soisig a dit :

Ils ont des temps de repos et de détente, comme tous les salariés. Par contre, quand on s'intéresse d'abord à ses horaires et temps de repos, lors d'un entretien professionnel, il me semble qu'il y a une perte considérable de vocation. Quand on choisit de s'occuper de malades, ce serait bien qu'on ne les considère pas seulement comme "des outils de travail". 

«Il arrive que nous ne puissions pas opérer un patient qui attend depuis la veille parce qu’une infirmière estime que l’horaire est dépassé. Voilà où en est l’hôpital», assène Michaël Peyromaure, chef de service en urologie à l’hôpital Cochin.

Les métiers que tu évoques sont sensés être des métiers de vocation. Si dès le départ, tu crains d'être mal payé, ou si tu trouves le boulot trop pénible, oriente toi vers une autre profession 

"Il arrive que nous ne puissions pas opérer un patient qui attend depuis la veille parce qu'une infirmière estime que l'horaire est dépassé..." : que dire des connards non vaccinés contre le covid qui sont prioritaires dans les hopitaux ? Non le personnel médical n'est pas corvéable à merci mais je répèee ce que je dis par  ailleurs : si vous n'avez pas la vocation faites autre chose !

il y a 19 minutes, soisig a dit :

Ils ont des temps de repos et de détente, comme tous les salariés. Par contre, quand on s'intéresse d'abord à ses horaires et temps de repos, lors d'un entretien professionnel, il me semble qu'il y a une perte considérable de vocation. Quand on choisit de s'occuper de malades, ce serait bien qu'on ne les considère pas seulement comme "des outils de travail". 

«Il arrive que nous ne puissions pas opérer un patient qui attend depuis la veille parce qu’une infirmière estime que l’horaire est dépassé. Voilà où en est l’hôpital», assène Michaël Peyromaure, chef de service en urologie à l’hôpital Cochin.

Les métiers que tu évoques sont sensés être des métiers de vocation. Si dès le départ, tu crains d'être mal payé, ou si tu trouves le boulot trop pénible, oriente toi vers une autre profession 

Le chômage fait que bcp sont entrés dans la police ou la gendarmerie ou dans un hépad sans vocation. IL n'est pas facile, je n'ai pas dit impossible heureusement, de faire bien un travail qu'on n'aime pas mais ça restera aléatoire.

Modifié par jimetpam
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 22ans Posté(e)
Ohissa Membre 3 380 messages
Maitre des forums‚ 22ans‚
Posté(e)

Bonjour,

Tout va bien dans les cliniques, un rdv obtenu dans la semaine VS jusqu'à 3 mois à la non assistance publique. 

Bonne journée 

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 52ans Posté(e)
jimetpam Membre 8 809 messages
Maitre des forums‚ 52ans‚
Posté(e)
il y a 15 minutes, soisig a dit :

Ils ont des temps de repos et de détente, comme tous les salariés. Par contre, quand on s'intéresse d'abord à ses horaires et temps de repos, lors d'un entretien professionnel, il me semble qu'il y a une perte considérable de vocation. Quand on choisit de s'occuper de malades, ce serait bien qu'on ne les considère pas seulement comme "des outils de travail". 

«Il arrive que nous ne puissions pas opérer un patient qui attend depuis la veille parce qu’une infirmière estime que l’horaire est dépassé. Voilà où en est l’hôpital», assène Michaël Peyromaure, chef de service en urologie à l’hôpital Cochin.

Les métiers que tu évoques sont sensés être des métiers de vocation. Si dès le départ, tu crains d'être mal payé, ou si tu trouves le boulot trop pénible, oriente toi vers une autre profession 

"...il y  une perte considérable de vocation.." : bcp de gens (plus de la moitié?) font un travail qu'ils n'ont pas choisi et qu'ils n'aiment pas. Ils le font essentiellement pour le fric. On peut trouver ça triste mais tout le monde n'a pas la chance de pourvoir gagner sa vie avec sa vocation.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Devezh mat, 129ans Posté(e)
soisig Membre 21 095 messages
129ans‚ Devezh mat,
Posté(e)
il y a 5 minutes, Doïna a dit :

Pourquoi penser à mal ? Si le ou la postulante a des enfants, il faut bien qu'elle se renseigne, pour s'organiser déjà, et puis pour être certaine d'avoir du temps à consacrer à sa famille. Perso, devenue maman, j'ai commencé également à me soucier des horaires et congés lors des entretiens d'embauche, pas par obsession de me la couler douce mais parce qu'il fallait bien être là à la sortie de l'école, trouver quelqu'un pour garder l'enfant les jours sans classe, etc. C'est pareil pour une infirmière : dévouée à ses malades mais maman de ses enfants avant tout  et c'est bien naturel. 

Je ne suis pas d'accord. La vie de famille et le travail sont deux choses différentes. Autant on ne te demandera pas d'emmener ton travail à la maison, autant ta vie privée n'a pas à s'immiscer au travail. Quand tu poursuis tes études, tu es sensé connaitre les conditions du travail que tu choisis. Ce n'est pas au travail de s'adapter à la vie privée, mais à toi d'adapter ta vie  privée au travail pour lequel tu t'engages. Si les conditions ne te conviennent pas, tu es tout à fait libre de ne pas accepter l'emploi. 

 

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 52ans Posté(e)
jimetpam Membre 8 809 messages
Maitre des forums‚ 52ans‚
Posté(e)
il y a 6 minutes, Ohissa a dit :

Bonjour,

Tout va bien dans les cliniques, un rdv obtenu dans la semaine VS jusqu'à 3 mois à la non assistance publique. 

Bonne journée 

Les cliniques c'est le privé et un peu plus cher. Les hôpitaux c'est le public...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Devezh mat, 129ans Posté(e)
soisig Membre 21 095 messages
129ans‚ Devezh mat,
Posté(e)
il y a 2 minutes, jimetpam a dit :

"...il y  une perte considérable de vocation.." : bcp de gens (plus de la moitié?) font un travail qu'ils n'ont pas choisi et qu'ils n'aiment pas. 

Le sujet parle du travail d'infirmiers. On ne peut effectuer ce travail si on ne l'a pas choisi, d'autant qu'il y a un concours pour pouvoir intégrer l'école. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 52ans Posté(e)
jimetpam Membre 8 809 messages
Maitre des forums‚ 52ans‚
Posté(e)
il y a 19 minutes, soisig a dit :

Je ne suis pas d'accord. La vie de famille et le travail sont deux choses différentes. Autant on ne te demandera pas d'emmener ton travail à la maison, autant ta vie privée n'a pas à s'immiscer au travail. Quand tu poursuis tes études, tu es sensé connaitre les conditions du travail que tu choisis. Ce n'est pas au travail de s'adapter à la vie privée, mais à toi d'adapter ta vie  privée au travail pour lequel tu t'engages. Si les conditions ne te conviennent pas, tu es tout à fait libre de ne pas accepter l'emploi. 

 

Les jeunes gens doivent bien savoir ce que leur choix implique. Mais généralement en théorie "ils sont d'accord" mais ne savent rien de ce qui les attend puis quand ils le vivent ils disent c'est plus possible.

il y a 17 minutes, soisig a dit :

Le sujet parle du travail d'infirmiers. On ne peut effectuer ce travail si on ne l'a pas choisi, d'autant qu'il y a un concours pour pouvoir intégrer l'école. 

Dans la police et la gendarmerie aussi : y a un concours et ils/elles font ça (certain(e)s) car ils/elles sont au chômage (de moins en moins car ils voient l'actualité tous les jours) et donc pour bcp ils/elles n'ont pas la vocation, ils font ça pour la sureté de l'emploi et le fric.. Mais quand ils /elles se retrouvent dans les quartiers mal famés (c'est le parcours normal pour des jeunes, ils commencent par les coins les plus difficiles) ça leur fait très drôle..

Modifié par jimetpam
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre+, Posté(e)
Doïna Membre+ 14 147 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)
il y a 1 minute, soisig a dit :

Je ne suis pas d'accord. La vie de famille et le travail sont deux choses différentes. Autant on ne te demandera pas d'emmener ton travail à la maison, autant ta vie privée n'a pas à s'immiscer au travail.

Pas d'accord non plus, chacun sa façon de voir, que veux-tu.

Parce que selon moi, on ne peut empêcher les gens d'avoir une vie de famille et du temps pour profiter de sa vie, bref ce n'est plus permis de traiter des êtres humains comme des esclaves ou des robots, et pour en revenir à cette infirmière qui estimait que sa journée était terminée, ses employeurs n'ont qu'à en prendre bonne note et embaucher suffisamment de personnel, plutôt que de faire supporter le travail de deux ou trois personnes à une seule. C'était ce qui devait arriver dans un pays qui supprime des lits d'hôpitaux, fait fermer des services et compresse le personnel au maximum.

La logique veut que lorsqu'un salarié a terminé sa journée, un autre prenne le relais, mais évidemment, si on n'embauche pas assez, soit le salarié se barre une fois sa journée finie et le travail doit s'arrêter jusqu'à son retour le lendemain, soit le salarié reste et accomplit un travail de moins bonne qualité parce qu'il est fatigué.

  • Like 6
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 22ans Posté(e)
Ohissa Membre 3 380 messages
Maitre des forums‚ 22ans‚
Posté(e)
il y a 8 minutes, jimetpam a dit :

Les cliniques c'est le privé et un peu plus cher. Les hôpitaux c'est le public...

Bonjour jimetpam,

La maladie n'en a cure.

Bonne journée Monsieur 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Devezh mat, 129ans Posté(e)
soisig Membre 21 095 messages
129ans‚ Devezh mat,
Posté(e)
il y a 1 minute, Doïna a dit :

Parce que selon moi, on ne peut empêcher les gens d'avoir une vie de famille et du temps pour profiter de sa vie, bref ce n'est plus permis de traiter des êtres humains comme des esclaves ou des robots

N'importe quoi ! à un moment, il faut arrêter avec les mensonges extrémistes !

il y a 3 minutes, Doïna a dit :

pour en revenir à cette infirmière qui estimait que sa journée était terminée, ses employeurs n'ont qu'à en prendre bonne note et embaucher suffisamment de personnel, plutôt que de faire supporter le travail de deux ou trois personnes à une seule.

si c'était un de tes proches qui voyait ses chances de guérison compromises, sans doute serais tu la première à hurler contre le manque de conscience professionnelle de cette infirmière. 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 52ans Posté(e)
jimetpam Membre 8 809 messages
Maitre des forums‚ 52ans‚
Posté(e)
il y a 14 minutes, Doïna a dit :

Pas d'accord non plus, chacun sa façon de voir, que veux-tu.

Parce que selon moi, on ne peut empêcher les gens d'avoir une vie de famille et du temps pour profiter de sa vie, bref ce n'est plus permis de traiter des êtres humains comme des esclaves ou des robots, et pour en revenir à cette infirmière qui estimait que sa journée était terminée, ses employeurs n'ont qu'à en prendre bonne note et embaucher suffisamment de personnel, plutôt que de faire supporter le travail de deux ou trois personnes à une seule. C'était ce qui devait arriver dans un pays qui supprime des lits d'hôpitaux, fait fermer des services et compresse le personnel au maximum.

La logique veut que lorsqu'un salarié a terminé sa journée, un autre prenne le relais, mais évidemment, si on n'embauche pas assez, soit le salarié se barre une fois sa journée finie et le travail doit s'arrêter jusqu'à son retour le lendemain, soit le salarié reste et accomplit un travail de moins bonne qualité parce qu'il est fatigué.

TOut à fait d'accord mais pour embaucher dans le public il faut augmenter les impôts de français et ça ils aiment pas. Donc ils sont contradictoires dans ce qu'ils disent. 

il y a une heure, BELUGA a dit :

on manque de soignants: peut être ont ils le melon ?

Allez vas-y montre l'exemple !

Modifié par jimetpam
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×