Aller au contenu

Les pièges du perfectionnisme

Noter ce sujet


Doïna

Messages recommandés

Membre+, Posté(e)
Doïna Membre+ 12 977 messages
Forumeur vétéran‚
Posté(e)

Bonjour,

Nous sommes assaillis d’injonctions à être heureux, en meilleure santé, riches. Comment se fait-il que nous ne puissions nous résoudre à être ordinaires ? Le psychanalyste britannique Josh Cohen, également professeur de théorie littéraire, livre quelques éléments de réponse.

Au début des années 2000, quand je suis devenu maître de conférences à l’université, je donnais un cours sur la littérature américaine du XIXe siècle. Je me passionnais pour cette période, mais je ne pouvais pas en dire autant de mes étudiants. La majorité d’entre eux laissaient tomber Moby Dick ou les essais de Ralph Waldo Emerson au bout de quelques pages, puis se faisaient tout petits dans l’amphi, espérant que je ne les interrogerais pas.

(...)

Les leçons d’Hawthorne

Dans le corpus que j’enseignais en licence, il y avait une nouvelle de Nathaniel Hawthorne, La Tache de naissance, parue en 1843. C’est l’analyse la plus glaçante qui soit sur la psychologie du perfectionnisme.

Aylmer, un jeune médecin, est obnubilé par une petite tache de naissance sur la joue de sa jeune et belle épouse, Georgiana. Le fait qu’elle passe si près de la perfection est pour lui intolérable. Pour lui, cette tache de naissance est le “défaut fatal de l’humanité […]

Peu à peu, Georgiana se voit dans le miroir que lui tend le regard de son mari et elle finit par être horrifiée, elle aussi, par la tache. Elle le supplie d’user de son ingénuité pour corriger “l’imperfection laissée par la nature”. Aylmer installe sa femme dans un boudoir à l’arrière de son laboratoire et la soumet à plusieurs concoctions alchimiques. Il distille une mystérieuse potion au goût évoquant “l’eau d’une fontaine céleste”. Georgiana la boit. La tache disparaît, mais Georgiana rend aussitôt l’âme.

Depuis, beaucoup d’hommes et de femmes dans le monde ont été inspirés par ce conte troublant (...)

Difficile de lire la nouvelle d’Hawthorne et de ne pas penser aux faits divers décrivant des personnes décédées ou défigurées après des interventions de chirurgie esthétique (...). À notre époque, changer les dimensions d’un nez ou d’une poitrine incarne l’espoir, tant convoité mais inaccessible, d’un avenir idéal.

Ce n’est qu’un exemple de fantasme perfectionniste parmi tous ceux qui polluent nos vies consuméristes. La publicité, la télévision et les réseaux sociaux diffusent des images de maisons, vacances et mariages parfaits, suscitant ainsi chez des milliards de personnes des sentiments de jalousie, d’infériorité et de convoitise.

Article entier

  • Like 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, 57ans Posté(e)
eriu Membre 4 511 messages
Forumeur vétéran‚ 57ans‚
Posté(e)

Bonjour

Nous sommes éduqués , non pas pour qui nous sommes , mais pour qui nous devons être . Et ce , pour faire parti d'une société . Et selon le projet porté par celle-ci , nous serons plus ou moins modelés .. c'est mon sentiment :hi:

 

  • Like 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 🇪🇺, 🏳️‍🌈, 💻, 🐺, 🦂, 26ans Posté(e)
Jim69 Membre 6 218 messages
Maitre des forums‚ 26ans‚ 🇪🇺, 🏳️‍🌈, 💻, 🐺, 🦂,
Posté(e)

J’ai pas besoin du regard des autres pour voir toutes mes imperfections, je les vois moi-même tout seul et peut-être même que j’en vois que personne d’autre ne voit :D

Je me fous la pression tout seul quoi, et je me trouve insupportable de me foutre la pression comme ça, non mais de quoi donc je me mêle hein ? :sleep:

  • Haha 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 33ans Posté(e)
Prosarko Membre 2 295 messages
Maitre des forums‚ 33ans‚
Posté(e)
Le 19/11/2021 à 07:03, Doïna a dit :

Bonjour,

Nous sommes assaillis d’injonctions à être heureux, en meilleure santé, riches. Comment se fait-il que nous ne puissions nous résoudre à être ordinaires ? Le psychanalyste britannique Josh Cohen, également professeur de théorie littéraire, livre quelques éléments de réponse.

Au début des années 2000, quand je suis devenu maître de conférences à l’université, je donnais un cours sur la littérature américaine du XIXe siècle. Je me passionnais pour cette période, mais je ne pouvais pas en dire autant de mes étudiants. La majorité d’entre eux laissaient tomber Moby Dick ou les essais de Ralph Waldo Emerson au bout de quelques pages, puis se faisaient tout petits dans l’amphi, espérant que je ne les interrogerais pas.

(...)

Les leçons d’Hawthorne

Dans le corpus que j’enseignais en licence, il y avait une nouvelle de Nathaniel Hawthorne, La Tache de naissance, parue en 1843. C’est l’analyse la plus glaçante qui soit sur la psychologie du perfectionnisme.

Aylmer, un jeune médecin, est obnubilé par une petite tache de naissance sur la joue de sa jeune et belle épouse, Georgiana. Le fait qu’elle passe si près de la perfection est pour lui intolérable. Pour lui, cette tache de naissance est le “défaut fatal de l’humanité […]

Peu à peu, Georgiana se voit dans le miroir que lui tend le regard de son mari et elle finit par être horrifiée, elle aussi, par la tache. Elle le supplie d’user de son ingénuité pour corriger “l’imperfection laissée par la nature”. Aylmer installe sa femme dans un boudoir à l’arrière de son laboratoire et la soumet à plusieurs concoctions alchimiques. Il distille une mystérieuse potion au goût évoquant “l’eau d’une fontaine céleste”. Georgiana la boit. La tache disparaît, mais Georgiana rend aussitôt l’âme.

Depuis, beaucoup d’hommes et de femmes dans le monde ont été inspirés par ce conte troublant (...)

Difficile de lire la nouvelle d’Hawthorne et de ne pas penser aux faits divers décrivant des personnes décédées ou défigurées après des interventions de chirurgie esthétique (...). À notre époque, changer les dimensions d’un nez ou d’une poitrine incarne l’espoir, tant convoité mais inaccessible, d’un avenir idéal.

Ce n’est qu’un exemple de fantasme perfectionniste parmi tous ceux qui polluent nos vies consuméristes. La publicité, la télévision et les réseaux sociaux diffusent des images de maisons, vacances et mariages parfaits, suscitant ainsi chez des milliards de personnes des sentiments de jalousie, d’infériorité et de convoitise.

Article entier

Tout ça est psychologique et dans la tête. 

Mark Zuckenberg ou jeff Bezos n'étaient pas perfectionniste et pourtant ils ont percés. 

C'est pourtant les imperfections qui donnent du charme à une personne.

Après faut pas se mentir que parfois la chirurgie esthétique s'impose. 

Mais de là à en vouloir toujours plus ça sert strictement à rien et au bout d'un moment ça fait pas naturel et ça fait moche et vulgaire. 

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Animateur, Le gras c'est la vie, 33ans Posté(e)
Kyoshiro02 Animateur 16 158 messages
33ans‚ Le gras c'est la vie,
Posté(e)

Le secret pour être heureux, c'est de se rendre compte de ce qu'on a et d'arriver à atteindre des objectifs personnels raisonnables.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre+, Posté(e)
Doïna Membre+ 12 977 messages
Forumeur vétéran‚
Posté(e)
Le 19/11/2021 à 07:41, Prosarko a dit :

C'est pourtant les imperfections qui donnent du charme à une personne.

C'est mon avis, aussi, je trouve que certaines imperfections donnent du charme : un léger strabisme, une dysphonie, un nez aquilin... Cela pimente le physique, tandis que ces visages trop lissés par la chirurgie esthétique sont fades.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 71ans Posté(e)
boeingue Membre 9 504 messages
Maitre des forums‚ 71ans‚
Posté(e)
Le 19/11/2021 à 10:55, Doïna a dit :

C'est mon avis, aussi, je trouve que certaines imperfections donnent du charme : un léger strabisme, une dysphonie, un nez aquilin... Cela pimente le physique, tandis que ces visages trop lissés par la chirurgie esthétique sont fades.

c'est bien !!

grace à toi je me trouve parfait !!

il me reste plus qu'à convaincre les dames de ma perfection !!!!

  • Haha 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 51ans Posté(e)
jimetpam Membre 3 936 messages
Maitre des forums‚ 51ans‚
Posté(e)
Le 19/11/2021 à 07:03, Doïna a dit :

Bonjour,

Nous sommes assaillis d’injonctions à être heureux, en meilleure santé, riches. Comment se fait-il que nous ne puissions nous résoudre à être ordinaires ? Le psychanalyste britannique Josh Cohen, également professeur de théorie littéraire, livre quelques éléments de réponse.

Au début des années 2000, quand je suis devenu maître de conférences à l’université, je donnais un cours sur la littérature américaine du XIXe siècle. Je me passionnais pour cette période, mais je ne pouvais pas en dire autant de mes étudiants. La majorité d’entre eux laissaient tomber Moby Dick ou les essais de Ralph Waldo Emerson au bout de quelques pages, puis se faisaient tout petits dans l’amphi, espérant que je ne les interrogerais pas.

(...)

Les leçons d’Hawthorne

Dans le corpus que j’enseignais en licence, il y avait une nouvelle de Nathaniel Hawthorne, La Tache de naissance, parue en 1843. C’est l’analyse la plus glaçante qui soit sur la psychologie du perfectionnisme.

Aylmer, un jeune médecin, est obnubilé par une petite tache de naissance sur la joue de sa jeune et belle épouse, Georgiana. Le fait qu’elle passe si près de la perfection est pour lui intolérable. Pour lui, cette tache de naissance est le “défaut fatal de l’humanité […]

Peu à peu, Georgiana se voit dans le miroir que lui tend le regard de son mari et elle finit par être horrifiée, elle aussi, par la tache. Elle le supplie d’user de son ingénuité pour corriger “l’imperfection laissée par la nature”. Aylmer installe sa femme dans un boudoir à l’arrière de son laboratoire et la soumet à plusieurs concoctions alchimiques. Il distille une mystérieuse potion au goût évoquant “l’eau d’une fontaine céleste”. Georgiana la boit. La tache disparaît, mais Georgiana rend aussitôt l’âme.

Depuis, beaucoup d’hommes et de femmes dans le monde ont été inspirés par ce conte troublant (...)

Difficile de lire la nouvelle d’Hawthorne et de ne pas penser aux faits divers décrivant des personnes décédées ou défigurées après des interventions de chirurgie esthétique (...). À notre époque, changer les dimensions d’un nez ou d’une poitrine incarne l’espoir, tant convoité mais inaccessible, d’un avenir idéal.

Ce n’est qu’un exemple de fantasme perfectionniste parmi tous ceux qui polluent nos vies consuméristes. La publicité, la télévision et les réseaux sociaux diffusent des images de maisons, vacances et mariages parfaits, suscitant ainsi chez des milliards de personnes des sentiments de jalousie, d’infériorité et de convoitise.

Article entier

Nous avons été éduqués pour travailler, tjs essayer de faire mieux. ET ça nous empêche pas pour la plupart d'être des hommes et des femmes très ordinaires. Sauf parfois dans l'oeil d'un(e) amoureux(se). Effectivement ce n'est pas forcément la recette du bonheur mais le bonheur passe svt, qu'on le veuille ou pas, par un travail qu'on aime et une stabilité sentimentale qui permet de construire une famille. Ca parait très banal mais bcp n'arrivent pas à cela. Sont ils/elles heureux(se) ? Ils/elles te diront que oui pour la plupart, que c'est un choix mais est-on obligé de les croire tou(te)s ?

Le 19/11/2021 à 11:31, boeingue a dit :

c'est bien !!

grace à toi je me trouve parfait !!

il me reste plus qu'à convaincre les dames de ma perfection !!!!

Excellent !

Le 19/11/2021 à 10:55, Doïna a dit :

C'est mon avis, aussi, je trouve que certaines imperfections donnent du charme : un léger strabisme, une dysphonie, un nez aquilin... Cela pimente le physique, tandis que ces visages trop lissés par la chirurgie esthétique sont fades.

Ca dépend de l'imperfection "et de ce qui il y a autour".

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Un oiseau la tête en bas !, Posté(e)
Sittelle Membre 8 066 messages
Un oiseau la tête en bas !,
Posté(e)

J'ai encore une fois l'impression de vivre dans une dimention a part de ce triste monde que vous décrivez .. peut être que c'est du au fait que je marche la tête en bas ..je vois le monde différemment ..

 

Les bols en porcelaine chinoise anciens vous semblent parfaits  : ils ne le sont pas ..si il l'l'étaient cette perfection serait invisible ..

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×