Aller au contenu

Festival d’Avignon : l’art de "critiquer" les pièces de théâtre.

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre Posté(e)
goods Membre 28 106 messages
.‚
Posté(e)

Festival d’Avignon : l’art de "critiquer" les pièces de théâtre.

fmyx.jpeg

Depuis le 5 juillet, le festival d’Avignon bat son plein pour sa 75e édition. Pour l’occasion, les étudiants en master Théâtre et patrimoine doivent rédiger des critiques de pièces, comme La Cerisaie, tête d’affiche de la cour d’honneur qui ne semble pas faire l’unanimité. Rencontre avec les apprentis-critiques.

 

Le dernier cours de l’année commence un peu comme il a commencé dix mois plus tôt : un professeur derrière son ordinateur face à quelques étudiants en présentiel et d’autres à distance. "Vous avez pu voir quelques pièces ? On va peut-être se concentrer sur Kingdom et La Cerisaie puisque la plupart d’entre vous les ont vues." Ce cours d’initiation à l’analyse du théâtre, les 15 élèves de master 1 Théâtre et patrimoine à l’université d’Avignon (84) y sont maintenant habitués.

Tous férus d’arts du spectacle, les étudiants vivent le retour des festivals et des pièces de théâtre dans cette ville très emblématique comme une chance. Mais désormais, ils ne comptent plus parmi les simples spectateurs, leur regard avisé sur la scénographie, l’interprétation des comédiens et l’ambiance du spectacle leur permet d’ouvrir le débat et surtout de critiquer les pièces. Les commentaires y vont d’ailleurs de bon train…

Critiquer en s’appuyant sur des arguments factuels

"C’était ma première cour d’honneur, c’était incroyable, grandiose même si j’étais un peu loin", commente Gwenaëlle. Comme la plupart de ses camarades de promo, l’étudiante de 21 ans est arrivée à Avignon en septembre dernier. "C’est une super ville pour le théâtre", assure-t-elle. Même constat pour Charlotte, 23 ans, qui se dit "imprégnée" de l’univers théâtral d’Avignon. Pendant l’année, les étudiants en master 1 ont justement dû rendre huit critiques de spectacles, dont deux en lien avec le festival.

"Kingdom est un récit poignant se jouant sur trois actes majeurs qui structurent la pièce. Le spectateur est sous le charme de cette forêt pulpeuse qui regorge de secrets inavoués. La puissance des chants russes ainsi que des percussions qui rythment la pièce, donnent un côté presque sectaire à cette histoire intrigante."

(Extrait de la critique de Kingdom par Léa Carlavan)

Suite de l'article.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×