Aller au contenu

Des poissons sous Prozac montrent comment nos déchets marins les perturbent


Messages recommandés

Negmarron Membre 64 messages
Forumeur en herbe‚ 27ans
Posté(e)

Les océans sont les poubelles du monde. On y trouve de tout. Du plastique bien sûr, mais aussi de nombreux médicaments sous forme de microparticules, pour le plus grand malheur de la faune marine.

Ingurgités par les êtres humains, les antibactériens, pilules contre la douleur, antidépresseurs et autres sont déversés dans les égouts, avant de transiter par des usines de traitement des eaux usées, rarement conçus pour traiter ces produits chimiques. Ces substances finissent dans les rivières, puis terminent leur périple dans les mers, où les poissons en tous genres avalent ce véritable cocktail pharmaceutique insidieux.

Cette «soupe de drogue», comme l'appelle le média Science Alert, n'est pas sans conséquence pour les espèces marines. Elle affecterait toute une pallette de comportements des poissons, jusqu'à les transformer en véritables zombies, selon une nouvelle étude dirigée par Giovanni Polverino de l'Université d'Australie-Occidentale et publiée dans le journal scientifique Proceedings of the Royal Society B.

L'équipe de Polverino s'est concentrée sur un médicament que l'on trouve dans les océans: la fluoxétine, connue sous la marque Prozac. Cet antidépresseur, indiqué également pour différents troubles d'anxiété, est parmi les plus prescrits aujourd'hui en France.

Les scientifiques ont observé pendant deux ans l'évolution comportementale de guppys, des poissons de la famille des Poeciliidae, soumis à une concentration de fluoxétine (Prozac) faible, égale à celle dans les océans, puis élevée. Les résultats font froid dans le dos.

À l'instar des guppys, d’autres espèces ont fait l’objet d’études similaires en laboratoire. Ainsi, sous antidépresseurs, la seiche aurait des problèmes de mémoire. Le Prozac ne sied pas plus à la crevette qui, une fois droguée, a tendance à nager vers les sources lumineuses -là où, en milieu naturel, se situent de nombreux prédateurs.

La tendance des médicaments rejetés dans les rivières et dans les mers ne devrait pas s'améliorer, bien au contraire. Les scientifiques estiment que le volume de produits pharmaceutiques présents dans l’eau douce pourrait plus que doubler d’ici à 2050, rapporte Le Temps.

http://www.slate.fr/story/201504/des-poissons-sous-prozac-montrent-comment-nos-dechets-marins-les-perturbent

  • Merci 1
  • Peur 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Répy Membre 16431 messages
scientifique‚
Posté(e)

parmi les molécules les plus souvent rencontrées en aval des égoûts ce sont les hormones féminines apportées par les pilules contraceptives.

Puisquelles ces hormones sont les mêmes pour tous les vertébrés, il y a des "évolutions" sexuelles inattentues chez les poissons et batraciens de nos rivières en particulier. Avec ce surdosage d'hormones femelles, le manque de "vrais" mâles se fait sentir et donc une baisse de leur fertilité. Il en résulte des baisses sensibles du nombre d'oeufs fécondés et au final un renouvellement insuffisant des populations.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
boeingue Membre 5520 messages
Forumeur alchimiste‚ 70ans
Posté(e)

le Prozac , le produit qui rend fou !

méme les poissons ,crevettes et autres !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×