Aller au contenu

Narratif irrationaliste et diabolisation de l'adversaire politique (l'exemple du coronavirus)


Messages recommandés

Le Miroir tranquille Membre 6 messages
Baby Forumeur‚ 26ans
Posté(e)
Le philosophe anglophone Kevin Dorst fait un excellent travail pour désamorcer notre tendance à diaboliser l' adversaire sous prétexte qu'il serait "biaisé" et "irrationnel". Son blog "Stranger Apologies" est disponible ici pour ceux qui comprennent l'anglais https://www.kevindorst.com/stranger_apologies/plea_for_political_empathy . Sinon, je vais vous présenter brièvement sa façon de penser en traduisant des extraits de son dernier article, qui concerne les désaccords sur la bonne façon de réagir au coronavirus. Il affirme que ces désaccords sont raisonnables. Il parle en particulier du clivage entre Républicains et Démocrates aux États-Unis. Même dans le cas d'un désaccord qui suit une ligne de partage partisane il dit qu'on peut parler d'un désaccord raisonnable. Kevin Dorst écrit ceci :
 
"Dans ce genre de situation, la majorité de nos preuves - c'est-à-dire l'information qui décide de ce que chacun devrait penser - ne vient pas des faits avérés eux-mêmes, mais de la réaction des autres à leur égard"
 
Le partisanisme ici vient des "différentes réactions initiales" dans nos cercles sociaux.
 
"Le processus principal à l'oeuvre est bien compris et a une longue histoire dans la psychologie sociale. C'est 'l'effet de polarisation de groupe': lorsque les gens discutent d'opinions similaires, il y a une tendance à l'uniformisation et à l'intensification de celles ci."
 
L'article wikipédia sur la polarisation de groupe https://fr.wikipedia.org/wiki/Polarisation_de_groupe
 
En quoi cette influence sociale est-elle "rationnelle" ? Dorst résiste au narratif de "l'humain irrationnel" car si nous avions à repartir de zéro et à créer un bon agent épistémique, il nous faudrait reproduire les "biais" que nous décrions souvent, et surtout que nous projetons sur autrui de toute façon. Décrire l'être humain comme irrationnel c'est décrire l'adversaire politique comme irrationnel, car on ne peut pas s'empêcher de s'exclure de cette critique dès qu'il s'agit de politique. ll est donc plus sage de faire valoir toute l'intelligence dans la façon dont nous abordons des situations complexes. Il explique donc, en prenant un exemple parmi d'autres:
 
"Si j'apprends que tu penses que le coronavirus est une menace à la stabilité sociale, cela me donne une raison de croire que tu à toi une raison de penser que le virus est une telle menace - et si une telle raison existe cela me donne une raison de croire que c'est bien le cas. Surtout si on prend en compte le fait que les preuves à prendre en compte sont si complexes et ambiguës qu'il est normal d'être incertain quant à la réaction appropriée."
 
Il convient donc d'arrêter les accusations d'irrationalité et la diabolisation. Je recommande vivement le blog de Kevin Dorst. Son projet me semble très important.
 
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Groenland Membre 857 messages
Forumeur accro‚ 39ans
Posté(e)

En parlant d'irrationnalité, je viens de voir cela à l'instant : "Selon Jair Bolsonaro, le coronavirus aurait sur lui l'effet d'un "petit coup de froid" ??

Ne faut-il pas un seuil de tolérance à l'irrationnalité ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×