Aller au contenu

Messages recommandés

g.champion Membre 505 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
Il y a 5 heures, sirielle a dit :

Nous regardons les autres avec notre sens de l'observation. Et nous cherchons à savoir plus ou moins de qui il s'agit

nous regardons les autres en train de nous regarder ? nous cherchons à savoir qui il est : qui est cet autre qui me regarde ou qui m'ignore ? 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
sirielle Membre 3676 messages
Forumeur alchimiste‚ 32ans
Posté(e)
Le 27/10/2019 à 17:30, saxopap a dit :

Nous avons affaire à une pro de la drague ! :mouai: ( je blague)

Plus sérieusement, vous dites "regarder les autres". C'est un comportement fortement féminin et il n'y a rien à en dire. Puis je vous dire que selon moi, avis personnel, cela n'apporte rien ou si peu. Peut etre une bribe de présélection dont la valeur est proche de zéro. Je pense pour ma part je précise, que si un homme est capté par votre regard vous devriez vous en éloigner

. Enfin pardon, je parle d'une véritable liaison amoureuse, s'agissant peut etre d'un coup d'un soir il n'y a rien à redire. ( je n ai jamais eu un coup d'un soir. hahahaha, j aime trop danser et bouger... et puis j aime connaitre vraiment etc... j évite de m'epencher Marzin va à nouveau m'en faire le reproche :hello:)

Je suis une femme réservée et prudente inencline à provoquer volontairement des contacts optionnels. Je compose plutôt avec ceux qui s'imposent à moi (dont à mon regard) d'une façon ou d'une autre, qu'il s'agisse de connaissances ou d'inconnus. 

Le 27/10/2019 à 17:36, saxopap a dit :

Cette pensée mérite que nous nous y attardions un peu. 

Je suppose que vous êtes tres attachée à vos parents, vos frères vos soeurs éventuellement . êtes vous possessive avec eux? 

Au-delà de l'emploi exclusivement péjoratif du terme, je suis possessive dans le sens où je considère que mes liens familiaux me font acquérir de potentielles libertés, "portes ouvertes" et devoirs (y compris du point de vue de la loyauté) relatifs à cette appartenance relationnelle. Je tiens à eux et à notre affection réciproque, même quand nous sommes éloignés bien sûr, ou rarement ensemble. Sachant aussi que des liens relationnels familiaux ou autre ne sont pas forcément des chaînes et qu'ils sont plus ou moins souples, discrets, résistants, entretenables, renforçables, voire dénouables/renouables selon le type de relation dont il s'agit et les circonstances. 

Modifié par sirielle
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cry baby Membre 37917 messages
obsédé chronique‚ 101ans
Posté(e)

@sirielle es ce qu' on t 'a déjà jalousée et si oui comment réagi tu face à cette situation. Car parfois des gens jaloux peuvent en devenir méchant 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sirielle Membre 3676 messages
Forumeur alchimiste‚ 32ans
Posté(e)
Il y a 2 heures, cry baby a dit :

@sirielle es ce qu' on t 'a déjà jalousée et si oui comment réagi tu face à cette situation. Car parfois des gens jaloux peuvent en devenir méchant 

Oui, comme beaucoup. J'ai par exemple subi du harcèlement scolaire pendant plusieurs années. Des médisances et hostilités gratuites à répétition sur mes lieux de travail et dans ma vie privée. J'ai soit choisi d'ignorer ces personnes, voire d'en rire si la situation me le permet, ou alors de m'en défendre en discutant avec mon entourage ou avec elles de leur comportement, et en prouvant leurs torts, ou encore de les pacifier en leur étant agréable. C'est aussi selon l'importance des conséquences sur ma vie que j'y réagis plus ou moins.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cry baby Membre 37917 messages
obsédé chronique‚ 101ans
Posté(e)
il y a une heure, sirielle a dit :

Oui, comme beaucoup. J'ai par exemple subi du harcèlement scolaire pendant plusieurs années. Des médisances et hostilités gratuites à répétition sur mes lieux de travail et dans ma vie privée. J'ai soit choisi d'ignorer ces personnes, voire d'en rire si la situation me le permet, ou alors de m'en défendre en discutant avec mon entourage ou avec elles de leur comportement, et en prouvant leurs torts, ou encore de les pacifier en leur étant agréable. C'est aussi selon l'importance des conséquences sur ma vie que j'y réagis plus ou moins.

oui souvent l'indifférence est le plus grand des mépris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sirielle Membre 3676 messages
Forumeur alchimiste‚ 32ans
Posté(e)
Le 29/10/2019 à 10:02, cry baby a dit :

oui souvent l'indifférence est le plus grand des mépris

L'indifférence implique un laisser-faire ou un laisser-passer, le plus grand des mépris à mon sens est la haine, car pour ma part je la considère comme une forme de mépris empreint de violence.

Modifié par sirielle
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Morfou Membre 28519 messages
Forumeur alchimiste‚ 69ans
Posté(e)
Le 29/10/2019 à 10:00, sirielle a dit :

Oui, comme beaucoup. J'ai par exemple subi du harcèlement scolaire pendant plusieurs années. Des médisances et hostilités gratuites à répétition sur mes lieux de travail et dans ma vie privée. J'ai soit choisi d'ignorer ces personnes, voire d'en rire si la situation me le permet, ou alors de m'en défendre en discutant avec mon entourage ou avec elles de leur comportement, et en prouvant leurs torts, ou encore de les pacifier en leur étant agréable. C'est aussi selon l'importance des conséquences sur ma vie que j'y réagis plus ou moins.

Juste en passant...ce harcèlement était-il dû à votre façon d'être avec les hommes? vous avez écrit qu'ado vous fréquentiez un adulte...et vu tout ce que vous racontez sur vos rapports avec "l'homme et les hommes", ça ne vous ai pas arrivé comme ça, mais que vous avez toujours vécu ainsi?

Je n'attends pas vraiment de réponse! j'avais juste envie de vous poser la question! à cette lecture :

----------J'ai soit choisi d'ignorer ces personnes, voire d'en rire si la situation me le permet, ou alors de m'en défendre en discutant avec mon entourage ou avec elles de leur comportement, et en prouvant leurs torts, ou encore de les pacifier en leur étant agréable. C'est aussi selon l'importance des conséquences sur ma vie que j'y réagis plus ou moins.------------

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
maddy Membre 1970 messages
Forumeur alchimiste‚ 99ans
Posté(e)
Le 29/10/2019 à 10:00, sirielle a dit :

Oui, comme beaucoup. J'ai par exemple subi du harcèlement scolaire pendant plusieurs années. Des médisances et hostilités gratuites à répétition sur mes lieux de travail et dans ma vie privée. J'ai soit choisi d'ignorer ces personnes, voire d'en rire si la situation me le permet, ou alors de m'en défendre en discutant avec mon entourage ou avec elles de leur comportement, et en prouvant leurs torts, ou encore de les pacifier en leur étant agréable. C'est aussi selon l'importance des conséquences sur ma vie que j'y réagis plus ou moins.

@sirielle je te plains, tu sembles avoir tout vécu

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sirielle Membre 3676 messages
Forumeur alchimiste‚ 32ans
Posté(e)
Il y a 2 heures, Morfou a dit :

Juste en passant...ce harcèlement était-il dû à votre façon d'être avec les hommes? vous avez écrit qu'ado vous fréquentiez un adulte...et vu tout ce que vous racontez sur vos rapports avec "l'homme et les hommes", ça ne vous ai pas arrivé comme ça, mais que vous avez toujours vécu ainsi?

Je n'attends pas vraiment de réponse! j'avais juste envie de vous poser la question! à cette lecture :

----------J'ai soit choisi d'ignorer ces personnes, voire d'en rire si la situation me le permet, ou alors de m'en défendre en discutant avec mon entourage ou avec elles de leur comportement, et en prouvant leurs torts, ou encore de les pacifier en leur étant agréable. C'est aussi selon l'importance des conséquences sur ma vie que j'y réagis plus ou moins.------------

Il y a eu plusieurs causes. A partir du collège ce fut en effet plus principalement lié à la sexualité, à l'école primaire c'était d'autres raisons. Adolescente je fréquentais un homme âgé de seulement quelques années de plus. Nous n'avions pas beaucoup de différence d'âge. 

Il y a 2 heures, maddy a dit :

@sirielle je te plains, tu sembles avoir tout vécu

Je pense avoir plutôt de la chance, de vivre en France, d'être en bonne santé, etc... J'ai traversé quelques épreuves, comme tout le monde mais au bout du compte je vais bien.

Modifié par sirielle
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cry baby Membre 37917 messages
obsédé chronique‚ 101ans
Posté(e)
Il y a 10 heures, sirielle a dit :

L'indifférence implique un laisser-faire ou un laisser-passer, le plus grand des mépris à mon sens est la haine, car pour ma part je la considère comme une forme de mépris empreint de violence.

C est pas faux. .

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marzhin Membre 360 messages
Forumeur survitaminé‚ 39ans
Posté(e)

Personnellement je crois que l'on se trompe sur le mépris : mépriser, c'est ne pas accorder de prix en vérité, or nous méprisons tous beaucoup de choses, à ce compte définitoire. Par contre, faire une démonstration de mépris est toujours outrancier, et cela s'appelle le dédain, dédaigner, être dédaigneux, puisqu'il s'agit en fait de mépriser, d'une part, mais surtout, d'autre part, de faire sentir à la personne méprisée qu'on la méprise, ce qui est arrogant et irrespectueux - donc dédaigneux. En réalité, mépriser est la chose la plus naturelle du monde : c'est bien parce que j'ai méprisé votre interprétation du mépris, que je suis intervenu ici pour parler du dédain plutôt, sans pour autant que je me sois montré dédaigneux, puisqu'au contraire je n'ai pas dédaigné votre définition du mépris, mais en ai tenu compte pour vous en proposer une autre doublée du dédain. On ne peut pas tout priser, dans la vie, et donc on méprise bien des choses sans souci particulier.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sirielle Membre 3676 messages
Forumeur alchimiste‚ 32ans
Posté(e)
Il y a 2 heures, Marzhin a dit :

Personnellement je crois que l'on se trompe sur le mépris : mépriser, c'est ne pas accorder de prix en vérité, or nous méprisons tous beaucoup de choses, à ce compte définitoire. Par contre, faire une démonstration de mépris est toujours outrancier, et cela s'appelle le dédain, dédaigner, être dédaigneux, puisqu'il s'agit en fait de mépriser, d'une part, mais surtout, d'autre part, de faire sentir à la personne méprisée qu'on la méprise, ce qui est arrogant et irrespectueux - donc dédaigneux. En réalité, mépriser est la chose la plus naturelle du monde : c'est bien parce que j'ai méprisé votre interprétation du mépris, que je suis intervenu ici pour parler du dédain plutôt, sans pour autant que je me sois montré dédaigneux, puisqu'au contraire je n'ai pas dédaigné votre définition du mépris, mais en ai tenu compte pour vous en proposer une autre doublée du dédain. On ne peut pas tout priser, dans la vie, et donc on méprise bien des choses sans souci particulier.

 Le mépris est effectivement un sentiment vaste (et possiblement (in)approprié) mais en même temps plus ou moins tabou. A ce propos opposer la haine à l'amour peut s'avérer réducteur. Et hors passion on oppose le plus souvent le non-amour à l'amour (j'aime, je n'aime pas) plutôt que le mépris représentant d'après moi ce non-amour. Or l'amour n'est pas que passion.

Le mépris est une émotion à la base, alors que le dédain est un des éventuels comportements consécutifs méprisants.

Or le mépris consiste à juger son objet indigne d'estime, que ce soit par manque d'intérêt, mais aussi éventuellement d'honnêteté, de sagesse, d'intelligence, etc... Et si on méprise par exemple le comportement d'une personne, ou bien un met, ou encore une idée, etc... c'est forcément qu'on les juge mauvais, voire bas, dénué(s) de valeur ou superflu(s), par rapport à leurs estimées défaut(s) ou faiblesse(s). Il ne s'agit donc pas uniquement d'indifférence, mais en revanche on peut éventuellement y réagir (volontairement ou non) par l'indifférence, le dédain, ou encore autrement, le blâme, la destruction, etc (à tort ou à raison)... en fonction du contexte.

Donc le mépris n'est pas forcément péjoratif à mon sens. Il peut d'ailleurs s'avérer nécessaire, en tant qu'émotion bien sûr, mais aussi en tant que sentiment.

Modifié par sirielle
  • Like 1
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Morfou Membre 28519 messages
Forumeur alchimiste‚ 69ans
Posté(e)
il y a 5 minutes, sirielle a dit :

 Le mépris est effectivement un sentiment vaste (et possiblement (in)approprié) mais en même temps plus ou moins tabou. A ce propos opposer la haine à l'amour peut s'avérer réducteur. Et hors passion on oppose le plus souvent le non-amour à l'amour (j'aime, je n'aime pas) plutôt que le mépris représentant d'après moi ce non-amour. Or l'amour n'est pas que passion.

Le mépris est une émotion à la base, alors que le dédain est un des éventuels comportements consécutifs méprisants.

Or le mépris consiste à juger son objet indigne d'estime, que ce soit par manque d'intérêt, mais aussi éventuellement d'honnêteté, de sagesse, d'intelligence, etc... Et si on méprise par exemple le comportement d'une personne, ou bien un met, ou encore une idée, etc... c'est forcément qu'on les juge mauvais, voire bas, dénué(s) de valeur ou superflu(s), par rapport à leurs estimées défaut(s) ou faiblesse(s). Il ne s'agit donc pas uniquement d'indifférence, mais en revanche on peut éventuellement y réagir (volontairement ou non) par l'indifférence, le dédain, ou encore autrement, le blâme, la destruction, etc... en fonction du contexte.

Le non amour n'implique pas forcément le mépris...on aime pas, on aime pas, c'est tout! un manque d'atomes crochus n'a rien à voir avec le mépris, qui lui, est toujours la résultante de "quelque chose", d'un fait, d'une action, d'un jugement...

  • Like 1
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marzhin Membre 360 messages
Forumeur survitaminé‚ 39ans
Posté(e)

Oui, et parfois l'indifférence de quelqu'un est pris pour une marque de mépris, pour du dédain, en plus d'être du non-amour. La vie, l'interprétation des passions et des émotions dans les relations, c'est compliqué. Pour ma part, à vrai dire, je laisse les gens éprouver ce qu'ils éprouvent, même quand ça me déplaît, même quand c'est de la haine ou de la peur d'autrui, tant que ça ne s'exprime pas par des actions destructives. Néanmoins, je comprends très bien qu'on puisse mépriser d'autres personnes, même si je réprouve qu'on l'exprime par du dédain il faut bien laisser être. C'est ainsi que se construise les milieux, les groupes, les sociétés, que voulez-vous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sirielle Membre 3676 messages
Forumeur alchimiste‚ 32ans
Posté(e)
il y a 29 minutes, Morfou a dit :

Le non amour n'implique pas forcément le mépris...on aime pas, on aime pas, c'est tout! un manque d'atomes crochus n'a rien à voir avec le mépris, qui lui, est toujours la résultante de "quelque chose", d'un fait, d'une action, d'un jugement…

Le non-amour dans le sens de son opposé, et pas seulement de son absence, représente d'après moi une forme de mépris, même si c'est un mépris subjectif, et même s'il ne s'agit que d'un léger mépris.

Citation
 
A. − Considérer quelqu'un comme indigne d'estime.
(…)

(Sachant qu'il est possible aussi de mépriser quelque chose, voire de mépriser partiellement quelqu'un, et non pas totalement.)

Modifié par sirielle

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marzhin Membre 360 messages
Forumeur survitaminé‚ 39ans
Posté(e)

Il y a tant de personnes indignes d'estime, selon nos caractères et nos sentiments de ce qui vaut la peine d'être prisé, tout autour de la Terre ! C'est comme ça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Guillaume_des_CS Membre 731 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)
Le 13/09/2019 à 15:33, sirielle a dit :

Aimez-vous avoir le sentiment d'être jalousé(e)? Qu'autrui puisse vous penser jalousé(e)? Et comment reconnaissez vous à coup sûr la jalousie d'autrui parmi les nombreuses causes possibles d'une éventuelle hostilité. (Y compris si autrui ne la reconnaît pas lui-même, ni même à demi-mots.)?

Sourire... Question complexe faite de questions complexes... (Je réponds spontanément, sans réfléchir... Ou plutôt vais-je construire ma réflexion en répondant spontanément, sans réfléchir...)

Aimé-je avoir le sentiment d'être jalousé: oui. Sans aucun doute. J'adore cette idée d'être jalousé, envié, admiré, sublimé, etc. etc. Oui. Définitivement. 

Qu'autrui puisse me penser jalousé? Non, pas vraiment. Cela me laisse indifférent ce qu'autrui pense de moi, à propos de moi... Je (moi) suis totalement indépendant d'autrui. Non, cela me laisse vraiment indifférent. Quitte, (souvent), à payer le prix de cette indifférence à ce que pense autrui de moi...

"Et comment reconnaissez vous à coup sûr la jalousie d'autrui parmi les nombreuses causes possibles d'une éventuelle hostilité.": Ah, là, évidemment, ça se complique. D'abord, j'ai du mal à la reconnaître puisque j'y suis indifférent. Mais cela arrive quelquefois, que je ressente que l'hostilité de l'autre à mon égard soit le fruit d'un complexe d'infériorité qui le rende jaloux de moi. Non, sans me vanter, cela arrive... quelquefois. Disons, trois ou quatre fois par an. Ce qui me semble souvent, mais ne sachant pas ce qu'il en est pour les autres... je ne peux dire vraiment si c'est souvent ou non.
Comment je reconnais cette jalousie parmi les nombreuses causes possibles d'une hostilité à mon égard? C'est très, très simple: elle se manifeste TOUJOURS dans une attaque contre ma personne. Je veux dire que l'idée, le discours, l'attitude, ou quoi que ce soit qui procède de la matérialisation de la pensée, de l'expression imagée ou transcendée (comme dans la musique par exemple) de la pensée, de MA pensée, y est toujours totalement épargné. L'expression, la manifestation, la matérialisation disparaît, et seule reste l'émettrice: ma personne. Au moment même où l'autre s'attaque à ma personne faute de pouvoir s'attaquer à ses idées, etc., je sais qu'il-elle est jaloux de ma personne. 

Voilà voiloo! Qu'il-elle le reconnaisse ou non ne change rien à l'affaire. Pourquoi compliquer ce qui est simple? 

N'avons-nous pas suffisamment de vrais problèmes à régler? 

Excellent sujet! Merci de m'avoir permis cette petite fantaisie :)   

 

Modifié par Guillaume_des_CS
  • Merci 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sirielle Membre 3676 messages
Forumeur alchimiste‚ 32ans
Posté(e)
Il y a 20 heures, Guillaume_des_CS a dit :

Qu'il-elle le reconnaisse ou non ne change rien à l'affaire. Pourquoi compliquer ce qui est simple? 

N'avons-nous pas suffisamment de vrais problèmes à régler? 

L'aveu de jalousie permet de jauger sa véracité (même s'il ne constitue pas une preuve absolue) par le ton ou la forme employés par exemple, et ainsi informe plus ou moins de la crédibilité ou non d'une telle supposition.

Or dissocier le vrai du faux à travers l'expressivité, et pas seulement par des preuves extérieures à l'émetteur, peut avoir un certain intérêt à mes yeux.

L'aveu contribue donc à valider ou écarter plus facilement l'hypothèse de la jalousie par l'interprétation qu'en fait l'émetteur. Cependant cette hypothèse peut bien sûr être vérifiée aussi autrement.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
saxopap Membre 4935 messages
SaXo‚ 99ans
Posté(e)


 

Le 07/11/2019 à 15:12, Marzhin a dit :

Personnellement je crois que l'on se trompe sur le mépris : mépriser, c'est ne pas accorder de prix en vérité, or nous méprisons tous beaucoup de choses, à ce compte définitoire. Par contre, faire une démonstration de mépris est toujours outrancier, et cela s'appelle le dédain, dédaigner, être dédaigneux, puisqu'il s'agit en fait de mépriser, d'une part, mais surtout, d'autre part, de faire sentir à la personne méprisée qu'on la méprise, ce qui est arrogant et irrespectueux - donc dédaigneux. En réalité, mépriser est la chose la plus naturelle du monde : c'est bien parce que j'ai méprisé votre interprétation du mépris, que je suis intervenu ici pour parler du dédain plutôt, sans pour autant que je me sois montré dédaigneux, puisqu'au contraire je n'ai pas dédaigné votre définition du mépris, mais en ai tenu compte pour vous en proposer une autre doublée du dédain. On ne peut pas tout priser, dans la vie, et donc on méprise bien des choses sans souci particulier.

 

Le 07/11/2019 à 17:39, sirielle a dit :

 Le mépris est effectivement un sentiment vaste (et possiblement (in)approprié) mais en même temps plus ou moins tabou. A ce propos opposer la haine à l'amour peut s'avérer réducteur. Et hors passion on oppose le plus souvent le non-amour à l'amour (j'aime, je n'aime pas) plutôt que le mépris représentant d'après moi ce non-amour. Or l'amour n'est pas que passion.

Le mépris est une émotion à la base, alors que le dédain est un des éventuels comportements consécutifs méprisants.

Or le mépris consiste à juger son objet indigne d'estime, que ce soit par manque d'intérêt, mais aussi éventuellement d'honnêteté, de sagesse, d'intelligence, etc... Et si on méprise par exemple le comportement d'une personne, ou bien un met, ou encore une idée, etc... c'est forcément qu'on les juge mauvais, voire bas, dénué(s) de valeur ou superflu(s), par rapport à leurs estimées défaut(s) ou faiblesse(s). Il ne s'agit donc pas uniquement d'indifférence, mais en revanche on peut éventuellement y réagir (volontairement ou non) par l'indifférence, le dédain, ou encore autrement, le blâme, la destruction, etc (à tort ou à raison)... en fonction du contexte.

Donc le mépris n'est pas forcément péjoratif à mon sens. Il peut d'ailleurs s'avérer nécessaire, en tant qu'émotion bien sûr, mais aussi en tant que sentiment.

Ooooh, juste quelque mots sur le « mépris »

Cela me rend triste de savoir que le « mépris » existe. 
lorsque l’on ne veut plus, lorsque nous sommes trahi trompé etc...  partons!  
j’ai toujours pensé qu’il était égoïste de faire montre d’un mécontentement envers une personne que je considère comme « non amicale », 

ainsi je la garde éloignée de moi mais jamais ne lui montre mon sentiment négatif  

alors afficher du « mépris ».... oooh, jamais je ne me le permettrai   

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sirielle Membre 3676 messages
Forumeur alchimiste‚ 32ans
Posté(e)
il y a une heure, saxopap a dit :


 

 

Ooooh, juste quelque mots sur le « mépris »

Cela me rend triste de savoir que le « mépris » existe. 
lorsque l’on ne veut plus, lorsque nous sommes trahi trompé etc...  partons!  
j’ai toujours pensé qu’il était égoïste de faire montre d’un mécontentement envers une personne que je considère comme « non amicale », 

ainsi je la garde éloignée de moi mais jamais ne lui montre mon sentiment négatif  

alors afficher du « mépris ».... oooh, jamais je ne me le permettrai   

 

A mon avis il est dans certains cas nécessaire d'exprimer son mécontentement pour mieux favoriser l'entente commune, éviter les personnes inamicales ne suffit pas toujours (bien que ce soit en effet dans certaines situations le mieux à faire), d'autant plus qu'on peut être contraint de les côtoyer qu'on le veuille ou non. Pour ma part j'assume parfois ouvertement mon propre mépris lorsqu'un comportement me paraît mauvais, même si je ne méprise jamais totalement quelqu'un, seulement relativement à certaines attitudes en particulier. Afficher son mépris peut d'ailleurs représenter quelque part une certaine confiance en la compréhensivité de celui à qui on le communique. Bien sûr idéalement rien ne serait méprisable, cependant dans la réalité il peut avoir légitimement sa place.

Modifié par sirielle

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité