Aller au contenu

La violence psychologique est t'elle plus dure que la violence physique

Messages recommandés

DroitDeRéponse Membre 53 514 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 46ans
Posté(e)
Il y a 3 heures, Swannie a dit :

Oui, mais n'est ce pas parce qu'elle est associée à l'acte qui la fait ressentir ?

Pas nessairement . La douleur physique se suffit à elle même . 

Il y a 3 heures, Swannie a dit :

Acte qui, par exemple, lorsqu'il s'agit d'un viol, fera qu'on est marqué à vie ?

Le viol n’est pas nécessairement une violence physique amenant une douleur physique . C’est une violence faite au moi , psychologique .

 

Il y a 3 heures, Swannie a dit :

Un accouchement, on finit par oublier la douleur physique (d'ailleurs si on ne l'oubliait pas on ne ferait qu'un enfant dans sa vie), mais dans le cas de violences pour faire du mal, je pense que ceux qui l'ont subie peuvent en être marqués à vie.

Je ne connais pas le niveau de douleur d’un accouchement.  

Il y a 3 heures, Swannie a dit :

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Swannie Membre 8 254 messages
In love with life and truth‚
Posté(e)
il y a 51 minutes, DroitDeRéponse a dit :

Pas nessairement . La douleur physique se suffit à elle même . 

Le viol n’est pas nécessairement une violence physique amenant une douleur physique . C’est une violence faite au moi , psychologique .

 

Donc on est d'accord, ça correspond à ce que j'ai répondu à January : "parce que la douleur physique (sauf en cas de séquelles) disparaît avec le temps, on en garde que le souvenir en mémoire, elle peut d'ailleurs la faire revivre, notre mémoire. C'est donc en même temps une douleur psychologique qui demeure en rapport avec la violence subie" = une violence faite au moi, psychologique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 53 514 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 46ans
Posté(e)
il y a 12 minutes, Swannie a dit :

Donc on est d'accord, ça correspond à ce que j'ai répondu à January : "parce que la douleur physique (sauf en cas de séquelles) disparaît avec le temps,

Non ma réponse concerne le viol qui par nature est une violence psychologique et non physique dont on peut jouir .

La douleur psychologique peut tout autant disparaître avec le temps 

Il n’en demeure pas moins que les 2 peuvent marquer à vie .

 

il y a 12 minutes, Swannie a dit :

on en garde que le souvenir en mémoire, elle peut d'ailleurs la faire revivre, notre mémoire.

Tout comme une douleur psy peut perdurer , il en va de même d’une douleur physique qui peut être elle aussi chronique.

il y a 12 minutes, Swannie a dit :

C'est donc en même temps une douleur psychologique qui demeure en rapport avec la violence subie" = une violence faite au moi, psychologique.

Non . Tu parlais du viol .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Swannie Membre 8 254 messages
In love with life and truth‚
Posté(e)
il y a 3 minutes, DroitDeRéponse a dit :

 

Non . Tu parlais du viol .

C'était un exemple, tu peux le remplacer par ce que tu veux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 53 514 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 46ans
Posté(e)
il y a 4 minutes, Swannie a dit :

C'était un exemple, tu peux le remplacer par ce que tu veux.

Justement non . 

Se faire violer ou se faire battre et finir aux urgences avec des fractures et un pneumothorax, ce n’est pas la même douleur . La première est avant tout psychologique, la seconde physique ( même si elle peut devenir psychologique) 

Modifié par DroitDeRéponse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Swannie Membre 8 254 messages
In love with life and truth‚
Posté(e)
il y a 4 minutes, DroitDeRéponse a dit :

Justement non . 

Se faire violer ou se faire battre et finir aux urgences avec des fractures et un pneumothorax, ce n’est pas la même douleur . La première est avant tout psychologique, la seconde physique ( même si elle peut devenir psychologique) 

En gros, c'est ce que je tente de faire comprendre : "ce n’est pas la même douleur . La première est avant tout psychologique, la seconde physique ( même si elle peut devenir psychologique)" depuis ma réponse à January.

Alors pourquoi "justement non" ? mystère, ou alors je ne parle pas français :) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 53 514 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 46ans
Posté(e)

Tout part de là 

Il y a 4 heures, Swannie a dit :

D'où ma question à DDR

"Oui, mais n'est ce pas parce qu'elle est associée (la douleur physique) à l'acte qui la fait ressentir ?"

Non intrinsequement la douleur physique peut être insoutenable de façon chronique 

Il y a 4 heures, Swannie a dit :

acte ayant des conséquences psychologiquement.

Edit : parce que la douleur physique (sauf en cas de séquelles) disparaît avec le temps, on en garde que le souvenir en mémoire,

Pas forcément donc non .Les douleurs physiques chroniques peuvent être insoutenables. Par exemple celles d’origine nerveuse 

 

 

il y a 5 minutes, Swannie a dit :

Alors pourquoi "justement non" ? mystère, ou alors je ne parle pas français :) 

Ce sont deux douleurs objectivement différentes mais je pense que subjectivement elles peuvent être équivalentes et que non une n’est pas pire que l’autre .

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Swannie Membre 8 254 messages
In love with life and truth‚
Posté(e)
il y a 1 minute, DroitDeRéponse a dit :

Tout part de là 

Non intrinsequement la douleur physique peut être insoutenable de façon chronique 

Pas forcément donc non .Les douleurs physiques chroniques peuvent être insoutenables. Par exemple celles d’origine nerveuse 

 

De façon chronique, séquelles donc ?

C'est vrai que des personnes amputées d'un membre continuent à ressentir ce membre et de la douleur. Phénomène inexpliqué qui serait d'origine nerveuse ?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 53 514 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 46ans
Posté(e)
Il y a 14 heures, Swannie a dit :

De façon chronique, séquelles donc ?

Tout dépend ce que tu appelles séquelles. Si tu considères les séquelles d’une violence psy comme la douleur chronique physique ou psy , oui . De fait la douleur physique chronique peut être aussi la séquelle d’une violence physique . 

Bref c’est kif 

Il y a 14 heures, Swannie a dit :

C'est vrai que des personnes amputées d'un membre continuent à ressentir ce membre et de la douleur. Phénomène inexpliqué qui serait d'origine nerveuse ?

 

Un pincement nerveux , un étirement etc peuvent parfaitement générer une douleur physique difficilement soutenable. 

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quasi-Modo Membre 11 278 messages
Macrocéphale bossu‚ 34ans
Posté(e)

Au lieu de monter sur vos grands chevaux, essayez de réaliser qu'il y a une autre façon de comprendre la question d'origine. Il ne s'agit pas de dire qu'un tel souffre plus qu'un autre mais de dire si personnellement nous préférons souffrir psychologiquement ou physiquement.

Je préfère de loin la souffrance physique. Quand on souffre psychologiquement on peut avoir ce qu'on veut, ce sera comme si on avait rien. Inapte au bonheur et surtout à la joie. Je pense qu'on fait difficilement pire.

Au pire si les douleurs physiques sont chroniques il reste la morphine ou les opiacés. Je passe beaucoup plus facilement outre une blessure physique que morale.

Par ailleurs il n'y a pas de maladie physique honteuse. On ne peut pas en dire autant des maladies psychiques qui restent extrêmement stigmatisees d'où une double peine.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
January Animatrice 36 218 messages
©‚ 102ans
Posté(e)
il y a 6 minutes, Quasi-Modo a dit :

Il ne s'agit pas de dire qu'un tel souffre plus qu'un autre mais de dire si personnellement nous préférons souffrir psychologiquement ou physiquement.

Le sujet de départ n'était pas libellé comme ça..

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quasi-Modo Membre 11 278 messages
Macrocéphale bossu‚ 34ans
Posté(e)
il y a 8 minutes, January a dit :

Le sujet de départ n'était pas libellé comme ça..

Je dirais qu'il laissait libre cours à l'interprétation. Enfin voilà, pour moi il est tout à fait commode et courant de rire ou d'être en joie malgré une douleur physique. Je n'ai pas l'impression qu'on puisse en dire autant des douleurs psychologiques qui semblent en plus beaucoup moins bien se soigner en l'état actuel de la médecine. Sans parler de stigmatisation bien pire chez les malades mentaux qui pour la plupart vont se mentir et penser qu'ils sont victimes d'une erreur. Cette forme de déni est caractéristique de la douleur psychologique...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Swannie Membre 8 254 messages
In love with life and truth‚
Posté(e)
il y a 40 minutes, Quasi-Modo a dit :

 

Je préfère de loin la souffrance physique. Quand on souffre psychologiquement on peut avoir ce qu'on veut, ce sera comme si on avait rien. Inapte au bonheur et surtout à la joie. Je pense qu'on fait difficilement pire.

Au pire si les douleurs physiques sont chroniques il reste la morphine ou les opiacés. Je passe beaucoup plus facilement outre une blessure physique que morale.

Par ailleurs il n'y a pas de maladie physique honteuse. On ne peut pas en dire autant des maladies psychiques qui restent extrêmement stigmatisees d'où une double peine.

Moi aussi, je préfère la souffrance physique, de part mon expérience mais nous n'avons pas tous la même ce qui fait que nous pouvons tous en parler différemment. Quand on souffre psychologiquement, il y a un mal-être durable et je pense aussi qu'on fait difficilement pire d'autant plus qu'un mal-être peut engendrer une maladie physique et ajouter à la souffrance.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Maelys13 Membre 805 messages
Forumeur accro‚ 22ans
Posté(e)

Coucou. Pour ma part, je dirais que oui. La violence physique, on peut en guérir et la douleur s’estompe après un moment. Quant à la violence psychologique, il est important de souligner que beaucoup de personnes ne savent pas qu’elles sont en train d’y faire face. C’est quelque chose qui fait mal silencieusement…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité