Aller au contenu

Le travail, pas le travail mais votre travail ! !


Messages recommandés

Arn Membre 3 139 messages
Forumeur alchimiste‚ 64ans
Posté(e)

Bonjour à à tous ceux qui vont lire ce message.
Certains d'entre vous savent que je peux être bizarroïde ou provocateur voir même parfois plus, mais la je vais essayer d'être plus tranquille.

À qui est-ce que je m'adresse ? À tout le monde. Vous pouvez être retraités comme moi mais vous avez travaillé, ou bien vous travaillez ou bien malheureusement vous êtes en recherche d'un travail ou peut-être que quelques rares personnes parmi vous profitent du système...

homme, femme, trans genre, croyant, non-croyants, d'extrême droite, d'extrême gauche, écolos parfois un peu trop radical, de gauche, de droite, centriste, royaliste,

Wisigoths, Belges, Français, indonésiens, chinois, américain, vénézuélien, burkinabé, SDF, migrants,. ..

Vous pouvez être directrice des ressources humaines, charpentiers, chauffeur ou chauffeuse de taxi, infirmier ou infirmière, cadre, SDF, professions libérales, chômeurs, chefs d'entreprise, adhérents d'une association, fonctionnaires, peu importe.

Peu importe qui vous êtes ou qui tu es car cette question que je qualifierai presque d'existentielle même si le mot est un peu fort, nous concerne tous.

Voilà mes questions auxquelles je répondrai plus tard :
1 pourriez-vous définir en 1er lieu votre notion du travail.

2 pourquoi travaillez vous ?

3 que ce soit votre travail actuel, votre travail du passé en tant que retraité, ou bien le travail que vous recherchez, quel sens donnez-vous à votre travail ?

Sans titre 26 Ecole ouaga 64.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
eclipsepartielle Membre 4 064 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)
il y a 59 minutes, Arn a dit :

Bonjour à à tous ceux qui vont lire ce message.
Certains d'entre vous savent que je peux être bizarroïde ou provocateur voir même parfois plus, mais la je vais essayer d'être plus tranquille.

À qui est-ce que je m'adresse ? À tout le monde. Vous pouvez être retraités comme moi mais vous avez travaillé, ou bien vous travaillez ou bien malheureusement vous êtes en recherche d'un travail ou peut-être que quelques rares personnes parmi vous profitent du système...

homme, femme, trans genre, croyant, non-croyants, d'extrême droite, d'extrême gauche, écolos parfois un peu trop radical, de gauche, de droite, centriste, royaliste,

Wisigoths, Belges, Français, indonésiens, chinois, américain, vénézuélien, burkinabé, SDF, migrants,. ..

Vous pouvez être directrice des ressources humaines, charpentiers, chauffeur ou chauffeuse de taxi, infirmier ou infirmière, cadre, SDF, professions libérales, chômeurs, chefs d'entreprise, adhérents d'une association, fonctionnaires, peu importe.

Peu importe qui vous êtes ou qui tu es car cette question que je qualifierai presque d'existentielle même si le mot est un peu fort, nous concerne tous.

Voilà mes questions auxquelles je répondrai plus tard :
1 pourriez-vous définir en 1er lieu votre notion du travail.

2 pourquoi travaillez vous ?

3 que ce soit votre travail actuel, votre travail du passé en tant que retraité, ou bien le travail que vous recherchez, quel sens donnez-vous à votre travail ?

Sans titre 26 Ecole ouaga 64.png

1 /  a/ une rémunération permettant de vivre ou au moins de survivre. b/ une reconnaissance sociale. c / un moyen de se trouver et s'épanouir

2/ parce que je suis une curieuse qui a envie de découvrir, d'apprendre, de tester et d'être active. 

3/ autrefois il s'agissait surtout d'être rémunérée et d'être stable. Le sens était surtout un moyen de subsistance. Maintenant c'est devenu un moyen de progresser, de m'épanouir et la rémunération est très secondaire (alors que paradoxalement je gagne beaucoup plus qu'avant)

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Arn Membre 3 139 messages
Forumeur alchimiste‚ 64ans
Posté(e)
il y a 29 minutes, eclipsepartielle a dit :

1 /  a/ une rémunération permettant de vivre ou au moins de survivre. b/ une reconnaissance sociale. c / un moyen de se trouver et s'épanouir

2/ parce que je suis une curieuse qui a envie de découvrir, d'apprendre, de tester et d'être active. 

3/ autrefois il s'agissait surtout d'être rémunérée et d'être stable. Le sens était surtout un moyen de subsistance. Maintenant c'est devenu un moyen de progresser, de m'épanouir et la rémunération est très secondaire (alors que paradoxalement je gagne beaucoup plus qu'avant)

j'ai le sentiment que si je résumais ton message j'écrirai qu'apparemment tu aimes beaucoup ton travail voir même plus. Comme disais je ne sais plus qui, quand on aime son travail on ne travaille plus (ou du moins on a la sensation de pas travailler) 1 peu comme 1 bénévole qui consacrerait 2 heures quotidiennes pour sa passion et dans ces 2 heures, même en se brisant les coudes, il n'aura pas l'impression de travailler.

Tu donnes impression que dans une 1re étape tu travaillais pour vivre et que maintenant tu as trouvé 1 véritable sens à ton travail et donc tu t'épanouis davantage. Est-ce que tu estimes que ton travail a une utilité ? Si tu veux tu peux décrire plus précisément ton activité, mais aucune obligation de ta part et cela ne me poserait pas de problème que tu ne souhaite pas répondre.

Est-ce que tu as des enfants ?

 

Modifié par Arn

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
stvi Membre 14 737 messages
Forumeur alchimiste‚ 107ans
Posté(e)
il y a une heure, Arn a dit :


Voilà mes questions auxquelles je répondrai plus tard :
1 pourriez-vous définir en 1er lieu votre notion du travail.

2 pourquoi travaillez vous ?

3 que ce soit votre travail actuel, votre travail du passé en tant que retraité, ou bien le travail que vous recherchez, quel sens donnez-vous à votre travail ?

le travail est un concours de zizi ... c'est celui qui en aura le plus ou le meilleur  qui se positionnera dans les premiers échelon de l'échelle sociale ... c'est aussi celui qui aura le plus grand qui aura les meilleurs revenus ...

pourquoi on travaille? parce que  c'est une bonne façon de s'occuper ,et de financer son train de vie ...

tout dépend comment on pense .. si on est plutôt anglo saxon ,le travail traduit la réussite ,si on est latin on est discret et surtout on cache ses revenus de peur de ne plus être accepté dans une société  manichéenne qui classe ceux qui ont de l'argent dans un rôle de nantis et ceux qui n'en ont pas dans celui des cas soce ...

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
eclipsepartielle Membre 4 064 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)
il y a 7 minutes, Arn a dit :

j'ai le sentiment que si je résumais ton message j'écrirai qu'apparemment tu aimes beaucoup ton travail voir même plus. Comme disais je ne sais plus qui, quand on aime son travail on ne travaille plus (ou du moins on a la sensation de pas travailler) 1 peu comme 1 bénévole qui consacrerait 2 heures quotidiennes pour sa passion et dans ces 2 heures, même en se brisant les coudes, il n'aura pas l'impression de travailler.

Tu donnes impression que dans une 1re étape tu travaillais pour vivre et que maintenant tu as trouvé 1 véritable sens à ton travail et donc tu t'épanouis davantage. Est-ce que tu estimes que ton travail a une utilité ? Si tu veux tu peux décrire plus précisément ton activité, mais aucune obligation de ta part et cela ne me poserait pas de problème que tu ne souhaite pas répondre.

Est-ce que tu as des enfants ? Oui la quelqu'un a


 

Alors ne plus avoir la sensation de travailler, je n'irai pas jusque là parce qu'il y a malgré tout des contraintes. Après j'ai quand même la chance d'avoir beaucoup d'autonomie, autant dans la méthode que dans la durée de travail. Si je veux prendre une pause, arriver plus tard ou partir plus tôt, personne ne va m'en empêcher. Du coup ben…...je pense tout le temps à mon taff, une idée par ici, une idée par là et j'ai plutôt tendance à travailler plus que mon contrat. Mais pour en arriver là, j'ai du mener une sacré bataille, avec de nombreux échecs et des moments de désespoir. 

Oui mon travail a une utilité mais j'ai encore beaucoup à apprendre pour être efficace. 

Pour le reste je préfère répondre en mp pour éviter les critiques sur le forum. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Arn Membre 3 139 messages
Forumeur alchimiste‚ 64ans
Posté(e)
il y a 8 minutes, stvi a dit :

le travail est un concours de zizi ... c'est celui qui en aura le plus ou le meilleur  qui se positionnera dans les premiers échelon de l'échelle sociale ... c'est aussi celui qui aura le plus grand qui aura les meilleurs revenus ...

pourquoi on travaille? parce que  c'est une bonne façon de s'occuper ,et de financer son train de vie ...

tout dépend comment on pense .. si on est plutôt anglo saxon ,le travail traduit la réussite ,si on est latin on est discret et surtout on cache ses revenus de peur de ne plus être accepté dans une société  manichéenne qui classe ceux qui ont de l'argent dans un rôle de nantis et ceux qui n'en ont pas dans celui des cas soce ...

je suis d'accord avec toi sur pas mal de choses. Pas sur tout. Effectivement les anglo-saxons sont différents des latin. Sans doute plus cool dans leur manière de travailler avec les autres mais aussi pas mal hypocrite les anglo-saxons. Mais il est vrai qu'une réunion avec des anglo-saxons ou des Allemands n'a rien à voir avec 1 réunion avec des Français des Italiens des Espagnols. Mais les les réunions où il n'est jamais facile de négocier ces davantage avec les néerlandais.

Je suis tout à fait d'accord sur ta dernière phrase et de mon point de vue la discrimination numéro 1 sur la planète est bien liée à l'argent. Quand on est multimilliardaire il n'est pas important d'être américain, français, chinois, d'Arabie Saoudite, ou d'Afrique du Sud, d'être 1 homme ou 1 femme, d'être musulman athée hindouiste ou catholique.

Mais comment ferais-tu pour vivre sans travail, dans la mesure du fait parti de personnes en capacité de travailler, au que c'était ton cas dans le temps avant la retraite. ?

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Arn Membre 3 139 messages
Forumeur alchimiste‚ 64ans
Posté(e)
il y a 18 minutes, eclipsepartielle a dit :

Alors ne plus avoir la sensation de travailler, je n'irai pas jusque là parce qu'il y a malgré tout des contraintes. Après j'ai quand même la chance d'avoir beaucoup d'autonomie, autant dans la méthode que dans la durée de travail. Si je veux prendre une pause, arriver plus tard ou partir plus tôt, personne ne va m'en empêcher. Du coup ben…...je pense tout le temps à mon taff, une idée par ici, une idée par là et j'ai plutôt tendance à travailler plus que mon contrat. Mais pour en arriver là, j'ai du mener une sacré bataille, avec de nombreux échecs et des moments de désespoir. 

Oui mon travail a une utilité mais j'ai encore beaucoup à apprendre pour être efficace. 

Pour le reste je préfère répondre en mp pour éviter les critiques sur le forum. 

C'est vrai que quand tu parles d'autonomie dans son activité professionnelle c'est probablement les choses que je préfère

Personnellement je suis retraité depuis 1 an et demi et au vu de la manière dont tu décris ton travail dans les grandes lignes, cela me fait penser en partie à celui que j'occupais. Mais en tant que baby-boomers, peut-être, je n'ai ressenti ni désespoir et les échecs que tout le monde a de temps à autre, ne m'ont jamais posé de problème.

Maintenant avec le recul, par moment je me dis mais quel était le sens réel de mon travail, car dans la réalité je ne produisais rien du tout sauf des systèmes organisationnels (j'étais chef de projet international). Et par ailleurs je n'étais absolument pas dans le social ou dans le médical dans ce genre de choses comme aussi l'enseignement d'ailleurs, car ces types d'activités peuvent avoir 1 sens très direct.
En réalité j'ai fait comme beaucoup de gens font particulièrement quand ils sont jeunes, et j'ai eu tendance à plutôt suivre finalement ce ce que l'on me disait parfois je regrette d'avoir suivi les copains ou les parents. Parfois je me dis que si j'avais été instituteur en maternelle (j'ai 1 véritable fascination pour les enfants plus particulièrement quand ils sont plus jeune) j'aurais été plus heureux dans mon travail en gagnant bien moins ma vie.

C'est pour cela qu'il est toujours bon de prendre du recul sur ce que l'on fait mais pas prendre de recul 20 ans après car c'est trop tard

Modifié par Arn

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
eclipsepartielle Membre 4 064 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)
il y a 6 minutes, Arn a dit :

C'est vrai que quand tu parles d'autonomie dans son activité professionnelle c'est probablement les choses que je préfère

Personnellement je suis retraité depuis 1 an et demi et au vu de la manière dont tu décris ton travail dans les grandes lignes, cela me fait penser en partie à celui que j'occupais. Mais en tant que baby-boomers, peut-être, je n'ai ressenti ni désespoir et les échecs que tout le monde a de temps à autre, ne m'ont jamais posé de problème.

Maintenant avec le recul, par moment je me dis mais quel était le sens réel de mon travail, car dans la réalité je ne produisais rien du tout sauf des systèmes organisationnels (j'étais chef de projet international). Et par ailleurs je n'étais absolument pas dans le social ou dans le médical dans ce genre de choses comme aussi l'enseignement d'ailleurs, car ces types d'activités peuvent avoir 1 sens très direct.
En réalité j'ai fait comme beaucoup de gens font particulièrement quand ils sont jeunes, et j'ai eu tendance à plutôt suivre finalement ce ce que l'on me disait parfois je regrette d'avoir suivi les copains ou les parents. Parfois je me dis que si j'avais été instituteur en maternelle (j'ai 1 véritable fascination pour les enfants plus particulièrement quand ils sont plus jeune) j'aurais été plus heureux dans mon travail en gagnant bien moins ma vie.

C'est pour cela qu'il est toujours bon de prendre du recul sur ce que l'on fait mais pas prendre de recul 20 ans après car c'est trop tard

Pourquoi penses tu que c'est trop tard 20 ans après ? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
soisig Membre 362 messages
Forumeur survitaminé‚
Posté(e)

A la base, je travaille pour gagner ma vie. Toutefois, j'aime énormément mon travail, c'est donc aussi une satisfaction de m'y rendre. 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Arn Membre 3 139 messages
Forumeur alchimiste‚ 64ans
Posté(e)
il y a 46 minutes, eclipsepartielle a dit :

Pourquoi penses tu que c'est trop tard 20 ans après ? 

La réponse que j'ai faite n'est pas tout à fait exact.

Je veux dire par là que moi j'ai 64 ans, plus 1 maladie qui s'appelle SLA, et que l'essentiel de mon vécu est derrière moi. Ce n'est pas la même chose si on réalise ceci à 40 ans.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
eclipsepartielle Membre 4 064 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)
il y a 4 minutes, Arn a dit :

La réponse que j'ai faite n'est pas tout à fait exact.

Je veux dire par là que moi j'ai 64 ans, plus 1 maladie qui s'appelle SLA, et que l'essentiel de mon vécu est derrière moi. Ce n'est pas la même chose si on réalise ceci à 40 ans.

D'accord :) je comprends mieux. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cry baby Membre 34 810 messages
chouineur chronique‚ 100ans
Posté(e)

Je travaille pour payer mon loyer.mais aussi m offrir des loisirs. Mon travail n est pas déplaisant. Mais par contre l ambiance est exécrable. Donc parfois j y vais à reculons

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
eclipsepartielle Membre 4 064 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)
il y a 37 minutes, cry baby a dit :

Je travaille pour payer mon loyer.mais aussi m offrir des loisirs. Mon travail n est pas déplaisant. Mais par contre l ambiance est exécrable. Donc parfois j y vais à reculons

Pourquoi l'ambiance est elle exécrable ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
stvi Membre 14 737 messages
Forumeur alchimiste‚ 107ans
Posté(e)
Il y a 2 heures, Arn a dit :

de mon point de vue la discrimination numéro 1 sur la planète est bien liée à l'argent. Quand on est multimilliardaire il n'est pas important d'être américain, français, chinois, d'Arabie Saoudite, ou d'Afrique du Sud, d'être 1 homme ou 1 femme, d'être musulman athée hindouiste ou catholique.

absolument ...de mon point de vue aussi.

et dans les deux sens ... même dans la famille proche ,il y a toujours un sentiment de ne pas être à sa place si le niveau de vie est très différent ...

le travail ou le manque de travail conditionne notre existence et nos relations ...

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tequila Moor Sérial Banneur 6 946 messages
X_|_x‚ 99ans
Posté(e)

J'aime assez l'opposition otium / negotium que les antiques romains semblaient faire : le negotium était le temps que le citoyen passait à s'occuper des affaires du monde, agissant de manière sociale - ce qui a donné chez nous le négoce. L'otium était le temps que le citoyen passait en dehors des affaires de la cité, en se retirant du monde, ou pratiquant des activités personnelles à visées artistiques ou intellectuelles. Ce qui a donné improprement chez nous la notion d'oisiveté, au mieux celle de loisir.

Pour moi la notion de travail recouvre celle du negotium : c'est le temps où je m'implique socialement, où je me consacre aux affaires, en ayant pour objectif d'en tirer un profit financier ou de prestige. C'est un temps que je consacre à l'utilitarisme, en faisant coïncider ce que je sais faire ou ce que j'ai réalisé avec la société qui m'entoure, avec ses attentes.

Par contre, ce que je sais faire ou ce que j'ai réalisé, c'est pendant le temps de l'otium que ça naît c'est le temps où je me cultive, où j'essaye des choses nouvelles et acquiert des savoir-faire supplémentaires, où je crée des items culturels que je tenterai éventuellement de vendre ensuite pendant le temps du negotium. C'est le temps de la gratuité.

Donc pour répondre à la seconde question, je travaille (negotium) pour acquérir de la menue monnaie sonnante et trébuchante. Et même si celle-ci est presqu'entièrement immatérielle, de nos jours. J'ai la chance de pratiquer une ou deux activités qui rapportent, ce qui me permet d'avoir ensuite des périodes d'otium assez longues. N'étant pas riche, je dois çependant me plier régulièrement à la discipline sociale du négoce. Mais je n'ai pas besoin de travailler pour faire bosser mon cerveau : le temps de l'otium suffit pour cela.

C'est en effet le seul véritable sens que je donne à mes activités (incluant ici le temps de l'otium comme celui du negotium) : occuper mon cerveau, le rendre productif, car je ne suis hélas pas mon meilleur ami, et je sais que les périodes de complète inactivité - d'oisiveté véritable - sont de dangereux passages à vide. Qui n'apportent rien à personne : ni à moi ni à mes proches, ni aux inconnus qui pourraient profiter de ce que je sais faire ou de ce que je produis.

Ce sens véritable n'excluant pas d'autres raisons secondaires comme l'ambition momentanée, le plaisir de voir un petit rêve se réaliser, le compte en banque qui augmente, la satisfaction du travail bien fait, voire celle de s'être débarrassé de concurrents, bien entendu...

Modifié par Tequila Moor
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Arn Membre 3 139 messages
Forumeur alchimiste‚ 64ans
Posté(e)
il y a une heure, stvi a dit :

et dans les deux sens ... même dans la famille proche ,il y a toujours un sentiment de ne pas être à sa place si le niveau de vie est très différent ...

le travail ou le manque de travail conditionne notre existence et nos relations ...

oui tout à fait, même au niveau de famille il peut y avoir ce sentiment qui est plus 1 sentiment (polka polka, j'utilise la reconnaissance vocale je viens d'appeler ma petite chienne 1 peu sourde en oubliant de couper le micro) de hiérarchie sociale que familiale j'ajoute que même les familles sont hiérarchisées car de toute manière nous vivons dans 1 société hyper hiérarchisée dont le principal facteur de mon point est la possession de l'argent, le 2e étend le sexe et le 3e les origines ethniques ou religieuses mais bien entendues la liste étant très loin de se limiter à 3 facteurs car cela peut-être aussi la taille, difformité physique, le poids, ou même simplement la forme du nez ou des yeux etc..

J'ai 64 ans et quand j'avais 20 ans en 74, il ne me semble pas que il y avait autant de hiérarchisation sociale qu'aujourd'hui. Cette hiérarchisation existait bien sûr, il me semble que le nombre de hiérarchies la société était moins dense.

Mais aujourd'hui on nous a imposé le perfectionnisme dans toute activité et à tout moment, choses qui est impossible bien entendu dans la réalité. Par exemple, 1 médecin spécialiste a aujourd'hui tout intérêt de prendre 1 assurance au cas où il serait traîné en justice pour 1 erreur médicale qu'il a pu faire. J'admets tout à fait qu'une personne dont 1 proche est décédé suite à 1 erreur médicale puisse être en colère. Mais là nous sommes davantage dans le registre de l'émotion. La société, dont nous faisons parti intégrante, doit accepter le fait que le risque 0 n'existe pas et n'existera jamais. Il est certain qu'une erreur involontaire d'un pilote d'avion, d'un chirurgien, d'un chauffeur de bus, 1 personne qui travaille dans 1 centrale nucléaire, etc. etc. à des incidences plus importante que la plupart des autres incidents. Je ne veux pas dire pour autant qu'il faut laisser passer toutes les erreurs car celles qui sont manifestement grossières ou répétitives, doivent être sanctionné. Tout en étant moi-même très exigeant par certains côtés, particulièrement sur le travail que je faisais, le perfectionnisme est davantage 1 fléau qu'un avantage.

Mais parfois on fait 1 travail que l'on appelle pas le travail, comme par exemple en famille ou avec des amis faire la cuisine , bricoler à la maison faire le ménage etc. cela permet d'améliorer les relations sociales. Et bizarrement ce genre d'activité qui est 1 travail ne nous semble pas très différent qu'une partie de cartes avec des proches alors que dans cette 2e situation il s'agit d'un loisir. Mais dans ce cas le travail n'est-t-il pas non plus 1 loisir ?

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Arn Membre 3 139 messages
Forumeur alchimiste‚ 64ans
Posté(e)
il y a une heure, Tequila Moor a dit :

J'aime assez l'opposition otium / negotium que les antiques romains semblaient faire : le negotium était le temps que le citoyen passait à s'occuper des affaires du monde, agissant de manière sociale - ce qui a donné chez nous le négoce. L'otium était le temps que le citoyen passait en dehors des affaires de la cité, en se retirant du monde, ou pratiquant des activités personnelles à visées artistiques ou intellectuelles. Ce qui a donné improprement chez nous la notion d'oisiveté, au mieux celle de loisir.

Pour moi la notion de travail recouvre celle du negotium : c'est le temps où je m'implique socialement, où je me consacre aux affaires, en ayant pour objectif d'en tirer un profit financier ou de prestige. C'est un temps que je consacre à l'utilitarisme, en faisant coïncider ce que je sais faire ou ce que j'ai réalisé avec la société qui m'entoure, avec ses attentes.

Par contre, ce que je sais faire ou ce que j'ai réalisé, c'est pendant le temps de l'otium que ça naît c'est le temps où je me cultive, où j'essaye des choses nouvelles et acquiert des savoir-faire supplémentaires, où je crée des items culturels que je tenterai éventuellement de vendre ensuite pendant le temps du negotium. C'est le temps de la gratuité.

Donc pour répondre à la seconde question, je travaille (negotium) pour acquérir de la menue monnaie sonnante et trébuchante. Et même si celle-ci est presqu'entièrement immatérielle, de nos jours. J'ai la chance de pratiquer une ou deux activités qui rapportent, ce qui me permet d'avoir ensuite des périodes d'otium assez longues. N'étant pas riche, je dois çependant me plier régulièrement à la discipline sociale du négoce. Mais je n'ai pas besoin de travailler pour faire bosser mon cerveau : le temps de l'otium suffit pour cela.

C'est en effet le seul véritable sens que je donne à mes activités (incluant ici le temps de l'otium comme celui du negotium) : occuper mon cerveau, le rendre productif, car je ne suis hélas pas mon meilleur ami, et je sais que les périodes de complète inactivité - d'oisiveté véritable - sont de dangereux passages à vide. Qui n'apportent rien à personne : ni à moi ni à mes proches, ni aux inconnus qui pourraient profiter de ce que je sais faire ou de ce que je produis.

Ce sens véritable n'excluant pas d'autres raisons secondaires comme l'ambition momentanée, le plaisir de voir un petit rêve se réaliser, le compte en banque qui augmente, la satisfaction du travail bien fait, voire celle de s'être débarrassé de concurrents, bien entendu...

merci pour ta réponse intéressante et en particulier des origines des 2 mots. Je trouve toujours très intéressant de comprendre l'origine des mots qui parfois peuvent faire résonner les mots d'une manière différente.

Le mot travail de mon point de vue décrit 1 activité directement ou indirectement humaine, et dont l'objectif actuel dans la société actuelle est de produire le plus de richesses possibles. Je ne crois pas que la notion de travail a toujours été la même qu'aujourd'hui, du fait de l'apparition de l'argent qui n'est pas richesse réel mais 1 richesse virtuelle car tant que l'argent n'est pas transformé en concret, l'argent n'a aucun sens. Lorsque nos ancêtres travaillaient la terre pour vivre alors le travail avaient 1 sens direct. Car il vivaient directement de leur production.

Pourquoi j'ai travaillé ? Pour vivre mais je n'ai jamais vécu pour travailler nous devons admettre que le le travail est 1 contrainte nécessaire. Mais aussi parfois prendre ses distances avec le travail qui n'a pas aujourd'hui que les aspects positifs.

De mon point de vue le sens 1er du travail est que tout être vivant qui ne travaille pas, ne peut pas vivre. Mais aujourd'hui, et particulièrement dans les sociétés occidentales, notre rapport au travail a évolué, et plus nous avons les moyens et plus nous essayons de trouver 1 sens à notre travail. Personnellement le sens principal de mon activité de travail est que celui-ci apporte du bien à la société.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cry baby Membre 34 810 messages
chouineur chronique‚ 100ans
Posté(e)
Il y a 9 heures, eclipsepartielle a dit :

Pourquoi l'ambiance est elle exécrable ?

Déjà il n y aucune solidarité. Chacun pour soi.il y des collègues qui goûtent la merde en racontant des conneries sur ton compte ou en inventant des trucs que tu as pas dit. Mauvaise organisation du travail.les gens s insultent. Si tu connais pas tes droits la direction essaye de t entuber. ..

Modifié par cry baby

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité