Rendez-vous au Manoir de Gravetye, West Sussex

Acharon Membre 2 217 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

"Le bain turc....avant peut etre "pensa Otto en regardant sa jambe droite .Ce dont il a besoin il en est persuadé c'est d'un petit remontant au bar .Alors qu'il commençait à s'ecarter de la reception ,il s'arrete brusquement et se retourne vers le réceptionniste "je ne suis la pour personne entendu .Si un individu vous demande si je suis dans cet hotel repondez que vous ne me connaissez pas et que vous ne m'avez jamais vu ".Il lui tend un billet de 10 pounds(qui avait un cour beaucoup plus elevé à l'epoque ).

Puis il se dirige vers le bar .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

madoka Membre 5 163 messages
Mexican pig‚ 42ans
Posté(e)

;) " Suspectée de meurtre !! " s'exclama Marishka avec de grands yeux écarquillés...

" Mais toute cette histoire est tout simplement épouvantablement confuse, monsieur Fletcher et je ne comprends rien à ce que vous me racontez !!... " répliqua Marishka froidement...

Mais soudain son ton se radoucit et elle remarqua : "Mais par contre je dois dire que vous êtes un très fin psychologue, mon cher... Il est si rare que quelqu'un ne perce à jour ma sensibilité et ma douceur ... Ils sont si nombreux à me voir comme une insupportable peste... Non ! Non ! ne protestez pas, je sais bien ce qui se dit derrière mon dos..." Marishka poussa un profond soupir, puis reprit : " Bon je dois vraiment, vraiment, partir maintenant, mon cher... Mais j'ai dans l'idée que nous nous reverrons bientôt et cette fois je saurai tirer cette histoire au clair, soyez-en sûr !"

Marishka passa la porte du bureau, puis se retourna vers Fletcher et ajouta avec une moue ironique : "Vous devriez vous laver les mains avant de vous rendre à votre rendez-vous mon cher... Cette couleur ne met pas en valeur vos belles mains blanches !"

Puis marishka sortit et sauta dans un taxi pour se rendre au Regent Hotel...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité reves-vengeurs
Invité reves-vengeurs Invités 0 message
Posté(e)

Otto franchit les portes battantes du bar au moment où les premières notes du Rialto Ripples de Gershwin s'envolent autour du piano. Quelques âmes éparpillées tantôt autour des tables tantôt accoudées au zinc discutent, fument, échangent des regards mais finalement assez peu semblent écouter la musique. Une femme assise à une table discute avec un homme qui se tient debout devant elle. Un verre à whisky est posé devant elle, vide. Sa beauté et son sourire passant rarement inaperçus, Otto reconnaît donc aussitôt Zerline. Il fait quelques pas pour finir d'observer la salle, repère un homme au complet trop étroit, cheveux gominés et petite moustache, en pleine conversation ¿ agitée vu les nombreuses variations de sa voix ¿ à quelques tables de Zerline. Otto a un drôle de pressentiment qu'il chasse aussitôt. Derrière lui, la porte s'ouvre et une avalanche de rires accompagnent l'arrivée de deux ravissantes créatures : Marishka et son amie Lady Carter.

Dans sa chambre Lucien reprend ses esprits, il s'assoit sur son lit, secoue la tête sur le coté comme s'il voulait chasser de l'eau de son oreille et baille. Puis se lève brusquement et cherche frénétiquement des yeux son appareil en répétant : ne jamais t'en séparer, ne jamais jamais t'en séparer. Il le trouve posé sur la chaise et expire de soulagement. Il l'enfile autour de son cou. Il s'apprête à sortir et la main sur la poignée, s'arrête, se retourne et finalement sort en disant pour lui même : quel mauvais cauchemar. Sur le sol, quelque chose de métallique à la lame glacée, dépasse légèrement de sous le lit.

(Indication: je vous laisse décrire cette soirée qui vous menera aux premières lueurs du 20 septembre ;) )

Modifié par reves-vengeurs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
madoka Membre 5 163 messages
Mexican pig‚ 42ans
Posté(e)

" ahh ! Ludmilla très chère je suis vraiment très heureuse de vous revoir !! Trinquons à nos retrouvailles !!" s'exclama Marishka en levant son verre de champagne.

Lady carter dont c'était déjà le troisième verre avait les joues roses et les yeux presque aussi pétillants que son champagne.

Elle sourit et leva son verre en murmurant de sa voix douce et chaleureuse : "A nos retrouvailles, Marishka !!"

Marishka lui lança un regard audacieux et s'approcha tout près de son oreille pour lui souffler : "Chère Ludmilla, il faudra absolument s'organiser un autre week end en Cornouailles... Je garde un si bon souvenir de notre dernier séjour dans le manoir de votre cousine..."

Lady Carter rougit brusquement et partit d'un petit rire un peu gêné avant de répondre : "Moi aussi j'en garde un souvenir très... vivace, ma chère... Je vous promets d'essayer d'organiser ça dés que possible."

Marishka hocha la tête satisfaite... La conversation se poursuivit jusqu'à l'heure du dîner. Elle invita son amie à dïner bien sûr, mais celle-ci devait absolument rentrer car son mari recevait un collègue pour le dîner... Elle était déjà très en retard constata-t-elle en jetant un regard sur la pendule du bar. Juste avant de partir, elle se pencha vers Marishka et murmura :" Lord Carter doit bientôt repartir en Egypte, et je ne pense pas l'accompagner cette fois..."

Marishka n'eut pas le temps de répondre que déjà Lady Carter disparaissait...

Lorsqu'elle sortit du restaurant quelques temps plus tard, Marishka souriait toujours... Voilà bien longtemps qu'elle ne s'était senti d'aussi bonne humeur. Elle décida d'aller boire un dernier verre avant de se mettre au lit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mamidu67 Membre 4 733 messages
pas membre +‚ 107ans
Posté(e)

Juste au moment oû le directeur de l'établissement allait se retirer.... Zerline lui adressa son sourire ( l'irressitible )et d'une petite voix lui fit observer que tous ces événenents l'avaient privée de son diner.... que vu l'heure tardive une dame seule ne pouvait décemment sortir...... et qu'il lui devait bien la faveur d'un petit en cas....

Toujours aimable le Directeur lui demanda ce qu'elle désirait

Mais ce que désirait Zerline,c'est justement ce que l'on ne trouve pas dans un palace

quelque chose qu'elle s'était promis de déguster aprés La Reléve De La Garde que les événements lui avaient fait rater..... one" fish and chips"!!!!!!!

La tête du Directeur fut éloquente: chocking!!!!

-Et oui Monsieur c'est ça..... et avec un sourire mielleux;;; pour que je puisse oublier le rat.....

-Vos désirs sont des ordres.... je vais envoyer un groom chercher ça.... car bien sûr il n'y a rien de tel sur notre carte.....

Zerline pensa "et c'est tant mieux... quand je pense que leur cuisinier est aussi médecin légiste.....est ce qu'au moins il se lave les mains?????

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
New comer Membre 1 001 messages
Forumeur alchimiste‚ 36ans
Posté(e)

Hyades chercha rapidement dans sa mémoire, il était certain d'avoir déjà entendu parler de la Société de Recherche psychique. Dans ses lectures peut-être?

Il se souvint alors d'une lettre qu'il avait trouvé dans un livre de la bibliothèque d'Alfred de Russac et d'un blason. Oui, il y avait marqué "Société de Recherche Psychique". *J'avais pensé à un groupe de réfléxion réuni à la manière dont Freud le faisait avec d'autres psychanalystes, se rappella Hyades. Mais il sut à la manière dont s'adressait à lui Sir Goodman, que cette société était bien plus que cela. Les derniers événements qui s'étaient présentés à Hyades ne devaient tenir du hasard, Hyades en avait la certitude.

C'est donc d'une voix au ton légèrement blasé que Hyades questionna Sir Goodman au sujet de la Société de Recherche Psychique mais il était surtout inquiet de savoir en quoi il était concerné...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Huan Membre 2 591 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)

Situation: 19 septembre 1924-env. 20h00 pour Lucien, Marishka et Zerline. Fin de matinée pour Hyades, env. 11h30. (RDV sur autre sujet pour infos)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mamidu67 Membre 4 733 messages
pas membre +‚ 107ans
Posté(e)

Le Groom déposa sur la table de Zerline l'assiette commandée

C'est à ce moment que Marishka fit son entrée....une entrée théatrale... elle n'y pouvait rien, c'était son aura....Elle portait une robe fluide, prés du corps, à rayures pastels multicolores, tissus emprunté aux danseures Bayadéres Hindoues par POIRET..... C'était le clou de la collection orientaliste de 1923... du célébre couturier.

Dommage, dommage pensa Zerline qu'elle ait sacrifié à la mode du jour ,à savoir de porter enroulé autour du cou un renard argenté plus vrai que nature et qui semblait s'être assoupi sur ses épaules

Vous ici Zerline!!!!!!!

Vous logez aussi au Régent?

Garçon !!! Champagne!!!!!!

Oh mais ça m'a l'air sympathique ce que vous mangez là !!!!

Marishka picorait sans géne dans l'assiette de Zerline tout en dégrafant le" Renard assoupi" qui s'en alla finir sa siéste sur une chaise.

Vous permettez?

Et sans attendre la moindre réponse s'installa prés de Zerline.

Elle ota son chapeau et secoua une cascade de boucles blondes.... elle n'avait pas sacrifié à la mode des cheveux courts ...... Ce geste eut pour effet d'electriser l'assistance.... on entendit un verre se briser derriére le bar.....

Parfaitement à l'aise Marishka racontait sa journée Flechter.... Scotland Yard......

ponctuant ses phrases de coupes de champagne, bues cul sec;.....petit à petit les clients du bar s'étaient groupés autour d'elle et quand l'auditoire lui parut au complet.....(.Zerline ne s'étonna même pas de voir dans l'assistance les passagers du train : l'Allemand, le petit borgne charmant et sa jeune compagne qui griffonait quantité de notes)elle se mit à raconter sa vie......

Ainsi nous suivimes une Marishka en pantalon de toile et feutre mou... sur ses sentiers de prospection Colombiens en quéte d'émeraudes....

....pour les saphirs elle nous fit les honneurs de ses mines du Cachemire Indien, enfin elle parla du projet de racheter à ses associés la mine de MOGOK à Myanmar en Birmanie....

Ha! Mon Dieu! vous n'imaginez pas la beauté d'une inclusion de rubis dans un bloc de marbre blanc!!!

Sur ce , elle avala sa 10eme coupe, la jeta derriere son épaule gauche (à la Russe) et déclara:

Basta!!!!!! maintenant je rentre !!!!

Une dizaine de mains secourables vinrent soutenir ses pas chancelants...... d'un geste de la main Marishka stoppa toutes ces vélléites:

Zerline, hic! me ferez vous l'honneur, hic! de m'aider? hic

Zerline happa au passage le "renard assoupi"le châpeau et les sacs à mains ...et ramena non sans mal Marishka dans sa suite bleue.

Zerline voulez vous, hic! dormir avec moi? et d'une voix de toute petite fille..... je me sens hic! si seule....

-Je dirais, plutot trivialement, qu'avec la "cuite" que vous tenez Marishka, vous n'étes pas vraiment seule.....

-Zerline hic! un petit baiser hic!

Bonne fille, zerline posa un baiser, disons....chaste, sur les boucles blondes du front ,Marishka bascula en arriére et tomba raide endormie......

Zerline resta un instant perplexe sur la fulgurance soporifique de ses baisers.

Comme elle regagnait sa chambre, elle croisa dans le couloir l'aristocrate du train elle lui trouva une mine épouvantable.....

-Ca n'a pas l'air d'aller fort Monsieur?

Otto, je m'appelle Otto

-Puis je vous étre de quelque utilité?

Oui si j'osais je vous demanderai de partager ma chambre...

-OH Monsieur!!!!!

En tout bien, tout honneur, Mademoiselle et d'une voix lasse il ajouta: je crois bein que j'ai tué un homme!!!!

Et bien, pensa Zerline, j'ai aussi tué un rat, moi, et je n'en fais pas toute une histoire......

Cependant, elle fit remarquer que ce serait trés inconvenant......mais qu'elle allait demander qu'on lui monte une tisane.... avec quelques gouttes de Valériane .... et c'est avec un trés gentil sourire qu'elle lui souhaita le bon soir...

C'est étrange se dit zerline en se glissant dans les draps,comme la vie est incohérente, il y avait ce soir deux personnes qui auraient tant aimé ne pas dormir seules, et voila qu'elles ne s'etaient pas rencontrées........

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Acharon Membre 2 217 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

Otto etais un peu las tout d'un coup decidement cette journée etais riche en refus de sa personne au moins le dernier ne s'etait pas accompagné d'un coup de poignard se dit il .Il est vrai que cette femme etait charmante cependant aurait il osé lui faire une telle proposition si les vapeurs des derniers whisky pris au bar n'avaient pas alteré son jugement ?Il sourit "surement pas "se dit il et c'est pour ça qu'il aimait autant cette boisson .Ses pensées naviguaient alors dans les brumes de souvenirs flous plus ou moins lointain alors qu'il se dirigeait vers sa chambre .Arrivé devant la porte de cette derniere au moment ou il allait tourner la poignée il se rappella l'etrange regard de l'inconnu du bar .Il ouvre sa serviette et en sort discretement le luger qu'il arme en verifiant que personne dans le couloir ne soit present .Il introduit la clé, la tourne doucement dans la serrure ,exerce une pression sur la poignée ,verifie encore une fois l'abscence de temoin et ouvre violament la porte avec le pied .Et tend la main gauche au travers de la porte ouverte pour ateindre l'interrupteur alors que sa main droite tiens son pistolet avec une position particuliere le coude formant un angle droit au niveau du bassin de telle façon que l'arme ne depasse pas de la porte ..........

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
madoka Membre 5 163 messages
Mexican pig‚ 42ans
Posté(e)

Après cette soirée bien arrosée, Marishka dort d'un sommeil profond, peuplé de rêves bien agréables, comme à chaque fois qu'elle abuse un peu de bon champagne...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Akumu Membre 1 398 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)

Lucien, debout près du bar, regarde les différents occupants du Regent Hôtel Palace prendre leur dîner. Il boit à petites gorgées un verre de lait tiède qu'il vient de commander au barman, quelque peu étonné de ce client français qui évite le champagne.

Il aperçoit Marishka se dirigeait vers la salle de restaurant. "Oh !" se dit-il "elle devra passer tout près de moi pour accéder à sa table, et après ce qui s'est passé jamais je n'oserais la saluer, ni même lui poser mon ¿il dans les siens." Lucien pose les deux coudes sur le comptoir, et le front posé sur la main attend le passage de Marishka. Un léger parfum flotte près de lui, Marishka vient de le frôler, Lucien se retourne et regarde l'étrange étrangère se diriger vers la dame aux chaussures amusantes, mais sûrement très inconfortables...

Lucien est plongé dans ses pensées... "Je n'ai pas bu de champagne hier soir, j'en suis sûr, c'est dès la première gorgée que mon souvenir disparaît... et toutes ces douleurs dans le ventre aujourd'hui... cet évanouissement dans la rue... et ces cauchemars...". Le barman s'avance vers lui, "Monsieur Pafour ! vous me parlez ?" Lucien sursaute, se frotte l'¿il "Non, non monsieur je ne vous parle pas, mais je crois que mes pensées vagabondent si rapidement dans mon esprit qu'elles en sortent librement dans les airs sans volonté de parler. Je ne sais quel champagne vous m'avez servi hier au soir, mais laissez-moi penser qu'il ne devait pas être issu des ceps des régions françaises, car je n'ai jamais été autant malade avec quelques bulles ! Servez-moi un autre verre de lait tiède je vous prie." Le barman honore la commande et se penchant vers Lucien comme pour lui confier un quelconque message lui dit "Monsieur Pafour, il s'est passé un drame aujourd'hui dans l'hôtel ; un rat a été découvert dans la chambre d'une cliente. Je ne veux pas vous effrayer mais, hier au soir, avant que vous ne portiez la coupe de champagne à vos lèvres j'ai vu une personne près de votre verre... je pourrais vous en parler plus longuement mais promettez-moi de ne pas ébruiter ce nouvel incident qui ne serait que préjudice pour le Regent."

Lucien écoute le récit du barman. Oui une personne était près de son verre hier soir, mais les explications du barman restent très floues. "Sûrement un de ces jeunes passionnés de romans à intrigues, comme Raymond quand il me parle de son livre préféré Fra Camboula ! Bien je l'écoute encore quelques minutes et monte me coucher".

Lucien quitte le comptoir, se dirige vers l'escalier qui le mène à sa chambre. Au passage, il propose de l'aide à la dame aux chaussures amusantes, pour porter Marishka. Mais aucune voix ne lui parvient.

Lucien entre dans sa chambre et en allumant la lumière un rayon de lumière très blanche vient éblouir son ¿il. "C'est le soir, comment se fait il qu'un rayon d'une telle puissance vienne percer mon ¿il si précieux ?" pense-t-il. Puis il aperçoit une longue lame dépasser de dessous son lit. "Mince mon couteau ! ces cauchemars ont dû me rendre somnambule" marmonne Lucien. Il se penche, ramasse l'objet, l'enveloppe avec délicatesse dans le chiffon retrouvé sous la chaise et le met dans sa valise... "à sa place, comme toute chose doit l'être" se dit-il.

Lucien est couché. Il attend paisiblement que la nuit le prenne en otage...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Huan Membre 2 591 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)

Dans les vapeurs alcoolisées (pour certains) de cette soirée, une nuit de sommeil réparateur se profile... et pourtant...

@ Otto: dans la nuit, le sommeil te quitte. Tes yeux scrutent la pénombre de ta chambre... Tu sembles distinguer une zone plus sombre que les autres dans un coin... 2 silhouettes se détachent dans le rai de lumière lunaire qui filtre au travers des rideaux épais... à mi-hauteur un objet renvoie un reflet fugace qui réveille subitement ta conscience assoupie... Tu tentes d'esquisser un mouvement mais te rends compte que tes pieds et tes mains sont sanglés....

@ Zerline: Que ce lit est douillet... Pour une fois, tu te glisses dans un lit et tes petits pieds graciles y trouvent une chaleur bienveillante... Tu éteins la lumière et Morphée t'accueille avec le sourire... Tu souris aussi... cette impression, oui, c'est... comment dire... doux... ça chatouille... ça ça ça titille... Tu te mets à rire aux portes du sommeil. Et puis tu sens ces mouvements au niveau de tes pieds... mais ça mordille... Tu tends le bras vers la lampe de chevet mais dans la précipitation, elle bascule et se brise... Il n'y a aucun doute, le lit grouille de ces frénétiques rongeurs qui remontent le long de ton corps pour échapper au couvre lit...

@Marishka: Ton esprit embrumé se love dans les replis de ce gigantesque lit... Tes mains s'égarent sur le corps qui a pris place à tes côtés... Tu ne cherches pas à lutter ni comprendre ce qui s'est passé... Ta mémoire lutte mais quelquechose dans l'ombre te maintiens à distance de la réalité... Tu cherches les mains de cet(te) inconnu(e) mais ne les trouve pas... ses bras, non plus, ses jambes, son visage, ses lèvres????? Les photos dans ce bureau de Scotland Yard !!!! Un rire hystérique rompt le silence de ta chambre...

@Lucien: Tu dors depuis une heure lorsque l'on frappe à ta porte...

@Hyades: Sir Goodman pose un regard bienveillant sur Constance comme pour lui faire une requête. Constance, dont les pensées semblent vagabonder à 1000 lieues de là, lui donne un assentiment silencieux...

"Hyades, nous avons besoin de sentinelles, de gardiens pour perpétuer cette mission et trop rares sont ceux qui réunissent les qualités nécessaires pour le faire... Je ne peux t'en dire plus car tu as avancé trop vite sur ce chemin dont chaque pierre a les dimensions d'une montagne. Ton esprit pressent certaines réalités mais ne les conçoit pas. Il n'est pas prêt à embrasser ce qui est au delà du seuil. Nous nous rencontrerons bientôt à nouveau, du moins, je le souhaite de toute mon âme... Malgré tout, je ne désire pas te laisser sans réponse. Un vieil ami, Neville Pembroke, pourra t'accompagner dans ton cheminement... Je souhaiterais que tu le rencontres car je lui ai parlé de toi et il a hâte de te connaître. Il organise un vernissage demain dans son manoir à Gravetye. Constance restera avec moi quelques temps".

Modifié par Huan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Acharon Membre 2 217 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

Le coeur d'Otto bat la chamade trouveront ils le document tant convoité au fond de son anus ?

Off bon c'est bon j'arrete de plaisanter . ;)

J'essaye de distinguer au mieux l'objet qui reflete la lumiere est ce un pistolet ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
madoka Membre 5 163 messages
Mexican pig‚ 42ans
Posté(e)

Marishka sort brutalement du sommeil, avec un cri étranglé !

" Qui est-là ?!" hurle-t-elle à l'adresse du rire hystérique qui résonne dans la pièce tout en se jetant sur l'interrupteur de la lampe de chevet...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mamidu67 Membre 4 733 messages
pas membre +‚ 107ans
Posté(e)

Zerline s'accrocha au cordon d'appel qu'elle agita frénétiquement, tandis qu'avec la lampe de chevet ramassée au sol elle tentait d'assommer quelques énergumenes-rats spécialement hargneux qui grimpaient le long de sa chemise.....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Huan Membre 2 591 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)

@ Acharon: tu penses immédiatement à une petite lame acérée... Les 2 silhouettes passent brièvement dans un halo de lumière... Pas de doute, ce sont Carmélia et l'inconnu de la bibliothèque théosophique... Le visage de Carmélia est transfiguré... Une joie sadique fait de son visage un triangle suintant la méchanceté... L'inconnu est tout en contrôle... Il n'exprime rien. Tous deux se rapprochent, calmes mais déterminés...

@Zerline: En guise de cordon tu tires sur la queue d'un énorme rat qui s'était perché sur la structure du lit... Ces aimables rongeurs t'encerclent, disciplinés et comme répondant à une série d'ordres silencieux... Leurs petits yeux se figent sur toi... Tu en écrases un, deux mais tu t'aperçois bien vite qu'aucun ne réagit... ils se mettent hors de portée... Tu perçois un grattement qui semble provenir des murs et constate avec stupéfaction que leur nombre grandit... Un trou probablement masqué par les rideaux permet à de nombreux spécimens de coloniser ta chambre... Ils sont plusieurs dizaines et font environ 20 cm chacun... sans la queue...

@Marishka: Fletcher se dresse devant toi. Une belle perspective te permet de contempler les trous jumeaux d'un canon de fusil qui étrangement est pointé vers ton joli minois.

Dans un phrasé agressif Fletcher s'adresse à toi "Mais que croyais-tu, petite péronnelle, à fouiner dans des dossiers qui ne te concernent pas, à blasphémer toute la journée, à jouer avec la morale...."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mamidu67 Membre 4 733 messages
pas membre +‚ 107ans
Posté(e)

Zerline lacha avec effroi le cordon d'appel lorqu'elle s'aperçue qu'en fait elle tirait comme un sonneur, sur la queue du chef des rats....

Ah mon dieu excusez moi Monsieur!!!! dans mon effroi j'ai pris votre queue pour une ficelle .....

Le rat en chef couina une réponse, en ultra son, dont le contenu évidemment échappa à Zerline mais qui eut pour effet l'assaut massif de toute la troupe sur sa personne Zerline recommanda son âme à Dieu.....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Huan Membre 2 591 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)

@Zerline: Non, les rats semblent t'observer, t'étudier... La myriade de petites billes luisantes qui te fixent est pesante... Tu as du mal à détacher ton regard de ce collectif. Tu n'en es pas bien sûr mais certains ont fugitivement des expressions que l'on pourrait qualifier d'humaines... Certains sourient, d'autres sont en colère... mais que dis-tu là, ce ne sont que des rats mais... jette moi un D100.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Acharon Membre 2 217 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

J'hurle de toute mes forces :A l'AIDEEEEEEE!

Je suis sanglé au lit ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Huan Membre 2 591 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)

@ Acharon: Ton cri s'étrangle lorsque Carmélia pose sur tes lèvres la petite lame de son scalpel sur tes lèvres... Un goût de métal envahit ta bouche... "Calmez-vous mon ami! Vous êtes un peu malade et nous allons vous soigner, vous et vos amis. Nous allons prendre soin de votre petit groupe car manifestement, il y a des choses que vous avez du mal à comprendre... Alors nous allons juste vous expliquer, de façon à ce qu'il n'y ait aucun malentendu!!"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant