Aller au contenu

la logique de l'amour et de la peur

Messages recommandés

eclipsepartielle Membre 3 903 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)

La liberté émotionnelle mène à la liberté psychologique et spirituelle. Il n'y a vraiment que 2 émotions : le plaisir et la douleur. Soit ça fait du bien, soit ça fait mal.

La plupart des gens croient que les 2 émotions fondamentales sont l'amour et la peur, mais ces dernières ne sont que la façon dont nous réagissons au potentiel de plaisir et de douleur des situations que nous rencontrons. L'amour signifie que nous voulons nous en rapprocher parce que nous pensons que cela nous amènera du plaisir. La peur signifie que nous voulons nous en éloigner parce que nous pensons que cela nous causera de la douleur.

Nous passons notre vie à rechercher le plaisir et à éviter la douleur. Les choses qui génèrent le plaisir et la douleur sont différentes pour chacun de nous. Le plaisir et la douleur découlent des besoins que nous avons. (...) Tout dépend de la perception et de l'interprétation. C'est l'ego qui interprète les choses selon qu'il les trouve agréables ou douloureuses, et l'ego assimile tout franchissement non autorisé de ses frontières à une expérience douloureuse.

La condition optimale et la plus authentique est l'équilibre. Chaque fois que nous sommes dans un état d'agitation émotionnelle, nous contrarions notre équilibre naturel interne, ce qui bloque notre évolution spirituelle et peut même nous déconnecter de la synchronicité.(...) trop de plaisir mène à la dépendance, trop de douleur peut éclipser votre goût à la vie.

Dr Deepak Chopra

Vos avis ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Goyave Membre 7 623 messages
What did you expect ?‚ 41ans
Posté(e)

.(...) trop de plaisir mène à la dépendance, trop de douleur peut éclipser votre goût à la vie.

J'aime bien ces mots même si c'est un peu extrême à mon goût :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
swam Membre 7 195 messages
Forumeur alchimiste‚ 107ans
Posté(e)

Et comment appelle t-on ce sentiment d'absurde ou il n'y a ni plaisir, ni douleur ? L'ennui.

Il serait plus vrai de dire que la vie oscille comme un pendule de la souffrance a l'ennui, que de la souffrance au plaisir.

L'amour n'est pas que la recherche de l'agréable, c'est bien plus que ça, c'est la recherche du sens.

La peur n'est pas que le rejet du désagréable.

Rechercher le plaisir en permanence c'est assez niais, et vivre en permanence en état de plaisir aurait pour conséquence de nous avachir.

Il y a des expressions populaires comme " Il faut souffrir pour etre beau".

L'équilibre ou la paix de l'ame, un idiot ou un irresponsable peut parfaitement se sentir en paix.

L'ataraxie c'est bon pour ceux qui ont deja bien vécu avant, et .qui sont au bord du renoncement.

Sans une certaine tension, qu'est ce qui nous ferait avancer ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Talon 1 Membre 3 726 messages
Talon 1‚ 72ans
Posté(e)

Je préfère Spinoza qui dit qu'il y a trois sentiments de base : joie, tristesse, désir. L'émotion est une réaction incontrôlable et spontanée produite par ces trois sentiments. Et une même chose peut être agréable, désagréable, ou indifférente. Donc c'est l'opinion qui agit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
swam Membre 7 195 messages
Forumeur alchimiste‚ 107ans
Posté(e)

De ce que j'ai cru comprendre, Spinoza parle des passions tristes, non de la tristesse dans le sens ou on l'entend généralement.

Donc plutot tout ce qui diminue notre puissance d'etre, tout ce qui nous tire vers le bas, nous dévalorise, nous éteint.

La tristesse, dans le sens ou on l'entend aujourd'hui, c'est rien de tout ça, pour moi c'est meme parfois l'expression de la grandeur d'ame.

C'est l'ame qui se recueille, qui se ramasse sur elle meme pour mieux rebondir tel un ressort.

Et évidemment la joie c'est le contraire, ce qui nous grandit, nous magnifie.

Modifié par swam

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cry baby Membre 32 398 messages
j'ai affiché mon sourire a l'envers‚ 50ans
Posté(e)

très bel et réaliste article :bo:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anna Kronisme Membre 1 908 messages
[Sans sous-titre - Version Originale Intraduisible]‚
Posté(e)

Cet article subit un mauvais choix évident de vocabulaire et de clarté. Peut-être que le traducteur/trice de ce cher Chopra est mauvais... Opposer plaisir et douleur, c'est presque un discours de maternelle !

Au plaisir, j'oppose le déplaisir. M'enfin ! A la limite, la souffrance, en jouant sur les mots...

NB : la douleur n'est pas une émotion.

La condition optimale et la plus authentique est l'équilibre. Chaque fois que nous sommes dans un état d'agitation émotionnelle, nous contrarions notre équilibre naturel interne, ce qui bloque notre évolution spirituelle et peut même nous déconnecter de la synchronicité.(...) trop de plaisir mène à la dépendance, trop de douleur peut éclipser votre goût à la vie.

Et là, j'aimerais pouvoir lire ce qui se trouve entre les parenthèses "(...)" car cela manque de clarté ; quant à la synchronicité, notamment.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anna Kronisme Membre 1 908 messages
[Sans sous-titre - Version Originale Intraduisible]‚
Posté(e)

Et comment appelle t-on ce sentiment d'absurde ou il n'y a ni plaisir, ni douleur ? L'ennui.

Il serait plus vrai de dire que la vie oscille comme un pendule de la souffrance a l'ennui, que de la souffrance au plaisir.

L'amour n'est pas que la recherche de l'agréable, c'est bien plus que ça, c'est la recherche du sens.

La peur n'est pas que le rejet du désagréable.

Rechercher le plaisir en permanence c'est assez niais, et vivre en permanence en état de plaisir aurait pour conséquence de nous avachir.

Il y a des expressions populaires comme " Il faut souffrir pour etre beau".

L'équilibre ou la paix de l'ame, un idiot ou un irresponsable peut parfaitement se sentir en paix.

L'ataraxie c'est bon pour ceux qui ont deja bien vécu avant, et .qui sont au bord du renoncement.

Sans une certaine tension, qu'est ce qui nous ferait avancer ?

Lorsqu'il n'y a ni plaisir ni souffrance, il s'agit davantage d'une anesthésie psychique conséquente à une indifférence sévère (dépression) que de l'ennui... L'ennui est fortement lié au déplaisir puisque nous ne l'aimons pas. Si ?

Plaisir = j'aime // Déplaisir = j'aime pas

C'est plus simple, ainsi ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
swam Membre 7 195 messages
Forumeur alchimiste‚ 107ans
Posté(e)

Lorsqu'il n'y a ni plaisir ni souffrance, il s'agit davantage d'une anesthésie psychique conséquente à une indifférence sévère (dépression) que de l'ennui... L'ennui est fortement lié au déplaisir puisque nous ne l'aimons pas. Si ?

Plaisir = j'aime // Déplaisir = j'aime pas

C'est plus simple, ainsi ?

Oui, si on veut.

Bien que ça me paraisse un peu trop simple de résumer les choses ainsi.

Le plaisir c'est complexe, la souffrance aussi, et parait-il qu'ils peuvent s'interpénétrer.

L

L'anesthésie psychique ou la dépression on ne l'aime pas non plus.

Quant a l'ennui j'ai déja eu l'occasion de dire que je voyais ça comme de l'énergie sous pression qui n'arrivait pas a trouver une porte de sortie.

D'ailleurs il me vient cette image:

La souffrance serait une pression de l'extérieure qui nous accable, l'ennui une pression de l'intérieur qui ne peut pas s'extérioriser.

Aucune des deux n'est plaisante.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pep-psy Membre 22 192 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)

Je pense que ce qui est dit en premier post et qui provient d'une personne très connue...

Dépend avant tout de l'éducation de cette personne, éducation que nous n'avons, sans doute, pas en commun !

Donc, ce qu'il explique ne me semble pas cohérent pour nous...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
eclipsepartielle Membre 3 903 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)

Cet article subit un mauvais choix évident de vocabulaire et de clarté. Peut-être que le traducteur/trice de ce cher Chopra est mauvais... Opposer plaisir et douleur, c'est presque un discours de maternelle !

Au plaisir, j'oppose le déplaisir. M'enfin ! A la limite, la souffrance, en jouant sur les mots...

NB : la douleur n'est pas une émotion.

Et là, j'aimerais pouvoir lire ce qui se trouve entre les parenthèses "(...)" car cela manque de clarté ; quant à la synchronicité, notamment.

Je trouve les gens mortellement cons lorsqu'ils ne sont plus capables de penser par eux mêmes et qu'ils n'utilisent que leur culture. La culture devient profondément aliénante. Le problème c'est que, pour "paraître" certains cachent leurs qualités réelles et c'est dommage. Alors le discours de maternelle, qu'est ce que c'est rafraichissant ! parce qu'à cet âge les gosses pensent par eux mêmes et ne sont pas encore dans le "paraître".

Pour ce qui est de la douleur au lieu de souffrance, un mot n'est qu'un mot mais le sens est très clair.

Pourquoi rechercher toujours le mot, la faute d'orthographe, le contre sens ou je ne sais quoi qui donne à certains cette impression de supériorité ?

Dans le (...) il n'y avait qu'un exemple, long et inutile à la compréhension stricte du sujet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anna Kronisme Membre 1 908 messages
[Sans sous-titre - Version Originale Intraduisible]‚
Posté(e)

Ce n'est pas la culture qui répond, ici.

Lire : "Il n'y a vraiment que 2 émotions : le plaisir et la douleur." pose un problème de compréhension du texte dès le début du texte et malgré toute ma bonne volonté, je ne peux pas te donner raison lorsque tu écris qu'un mot n'est qu'un mot. Le sens du mot a une importance capitale ! Ou alors, laisse-moi remplacer le mot amour par amitié et ne viens pas me dire que ce n'est pas la même chose. La douleur n'est pas une émotion et employer ce terme retire toute crédibilité à l'ensemble du propos puisque, dès le début du texte (bis), la notion d'erreur s'insère dans la lecture.

Et j'aurais aimé davantage d'explications sur cette histoire de synchronicité mais, erreur de lecture pour erreur de lecture, qu'il s'agisse de mon commentaire ou de la question qu'il contenait, c'est passé à l'as.

Pour tes petits soucis d'interprétations sauvages, je te suggère d'étudier la projection de "Mortellement con" , "paraître", "impression de supériorité"... c'est la deuxième fois que tu joues à la portraitiste avec moi et je ne le tolère pas.

Cela sera donc la dernière fois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
eclipsepartielle Membre 3 903 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)

Non pour moi un mot n'a pas forcément un sens capital, c'est l'ensemble de la phrase qui lui donne son sens et encore.....le cerveau humain étant très limité on ne comprend toujours qu'une partie de la communication.

Même amour et amitié, difficile de bien y mettre la frontière parfois.

J'ai noté une petite partie d'un texte parce qu'il m'interloquait, sur un point précis, et tu me demandes de poursuivre sur autre chose. J'avoue ne pas vraiment avoir compris les raisons pour lesquelles tu souhaitais que je poursuive après la synchronicités alors ça m'a énervé.

Sinon il n'y a pas de soucis et je suis désolée si parfois je suis un peu agressive ou "portraitiste" avec toi. ;)

Ce n'est pas la culture qui répond, ici.

Lire : "Il n'y a vraiment que 2 émotions : le plaisir et la douleur." pose un problème de compréhension du texte dès le début du texte et malgré toute ma bonne volonté, je ne peux pas te donner raison lorsque tu écris qu'un mot n'est qu'un mot. Le sens du mot a une importance capitale ! Ou alors, laisse-moi remplacer le mot amour par amitié et ne viens pas me dire que ce n'est pas la même chose. La douleur n'est pas une émotion et employer ce terme retire toute crédibilité à l'ensemble du propos puisque, dès le début du texte (bis), la notion d'erreur s'insère dans la lecture.

Et j'aurais aimé davantage d'explications sur cette histoire de synchronicité mais, erreur de lecture pour erreur de lecture, qu'il s'agisse de mon commentaire ou de la question qu'il contenait, c'est passé à l'as.

Pour tes petits soucis d'interprétations sauvages, je te suggère d'étudier la projection de "Mortellement con" , "paraître", "impression de supériorité"... c'est la deuxième fois que tu joues à la portraitiste avec moi et je ne le tolère pas.

Cela sera donc la dernière fois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Anna Kronisme Membre 1 908 messages
[Sans sous-titre - Version Originale Intraduisible]‚
Posté(e)

Ok, je comprends mieux. Je ne tenterai pas de te convaincre quant au sens du mot car cela nous éloignerait bien trop de ce sujet auquel je n'ai plus rien à ajouter. Restons-en là.

PS : Moi aussi, je suis sensible à la pleine lune. ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tison2feu Membre 1 883 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

J'ai noté une petite partie d'un texte parce qu'il m'interloquait, sur un point précis, et tu me demandes de poursuivre sur autre chose. J'avoue ne pas vraiment avoir compris les raisons pour lesquelles tu souhaitais que je poursuive après la synchronicités alors ça m'a énervé.

Je suis tenté de te demander : sur quel point précis ce texte t'a-il-interloqué ? Apparemment sur la question de la "liberté psychologique". Or, dans l'esprit de Chopra, et à la lecture de cet extrait, la liberté émotionnelle ne participe pas seulement d'une libération psychologique mais aussi d'une libération "spirituelle", ce terme "spirituel" étant mentionné à deux reprises". Je dirais même mieux : c'est parce qu'il y a libération spirituelle qu'il y a libération psychologique, d'où la remarque pertinente d'Anna sur cette question de "synchronicité" qui laisse supposer l'existence de deux phénomènes synchronisés, c'est-à-dire qui se produisent en même temps.

Afin d'en savoir un peu plus sur cet ouvrage, Livre des Coïncidences, que vient de publier Chopra, j'ai trouvé ces extraits pouvant donner des pistes de réflexion :

http://www.alarencontredesoi.ch/Textes/Livre%20des%20coincidences%20-%20Mantras.pdf

Synchronicité entre quoi et quoi ? Entre la conscience de mon ego et la conscience du cosmos (le tout de l'univers). Et comme toute conscience est intentionnalité, il va s'agir de vivre en synchronisant la conscience de mon ego avec la conscience du cosmos. La question se pose alors de savoir comment Chopra définit la conscience ? En quoi cette conscience fait sens et donne du sens à la vie, et ce faisant à ma vie ? Et il faudrait lire ce livre pour savoir quels sont les "signes" que me lancent le cosmos ? Etc.

Si nous amputons la pensée de Chopra, qui me semble très proche de l'appréhension grecque de l'univers en tant que cosmos harmonieux, il ne reste que la conception de la liberté psychologique, propre au monde occidental, c'est-à-dire valable seulement dans l'univers minuscule de l'activité relationnelle et professionnelle. Si bien que l'éthique de l'entreprise vantera, désormais, les mérites de la régulation des émotions négatives, car plus efficiente en matière de productivité et rentabilité... Mais est-ce que cette vision pragmatique de l'entreprise donne un sens à ma vie ?

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
eclipsepartielle Membre 3 903 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)

Je suis tenté de te demander : sur quel point précis ce texte t'a-il-interloqué ? Apparemment sur la question de la "liberté psychologique". Or, dans l'esprit de Chopra, et à la lecture de cet extrait, la liberté émotionnelle ne participe pas seulement d'une libération psychologique mais aussi d'une libération "spirituelle", ce terme "spirituel" étant mentionné à deux reprises". Je dirais même mieux : c'est parce qu'il y a libération spirituelle qu'il y a libération psychologique, d'où la remarque pertinente d'Anna sur cette question de "synchronicité" qui laisse supposer l'existence de deux phénomènes synchronisés, c'est-à-dire qui se produisent en même temps.

Afin d'en savoir un peu plus sur cet ouvrage, Livre des Coïncidences, que vient de publier Chopra, j'ai trouvé ces extraits pouvant donner des pistes de réflexion :

http://www.alarencon...-%20Mantras.pdf

Synchronicité entre quoi et quoi ? Entre la conscience de mon ego et la conscience du cosmos (le tout de l'univers). Et comme toute conscience est intentionnalité, il va s'agir de vivre en synchronisant la conscience de mon ego avec la conscience du cosmos. La question se pose alors de savoir comment Chopra définit la conscience ? En quoi cette conscience fait sens et donne du sens à la vie, et ce faisant à ma vie ? Et il faudrait lire ce livre pour savoir quels sont les "signes" que me lancent le cosmos ? Etc.

Si nous amputons la pensée de Chopra, qui me semble très proche de l'appréhension grecque de l'univers en tant que cosmos harmonieux, il ne reste que la conception de la liberté psychologique, propre au monde occidental, c'est-à-dire valable seulement dans l'univers minuscule de l'activité relationnelle et professionnelle. Si bien que l'éthique de l'entreprise vantera, désormais, les mérites de la régulation des émotions négatives, car plus efficiente en matière de productivité et rentabilité... Mais est-ce que cette vision pragmatique de l'entreprise donne un sens à ma vie ?

Cet extrait est tiré précisément du livre des coïncidences de Chopra (édition 2008 quand même !) que j'ai lu il y a quelques jours. Enfin sa traduction parce que désolée mais je suis nulle en langues. Je lis de manière compulsive donc évidemment je ne m'attache pas à la totalité d'un livre. Certains détails m'interpellent et je m'y attarde plus que sur d'autres.

La synchronicité pour moi c'est Jung donc même si le mot est repris par Chopra et même transformé par synchrodestiné, je ne vois pas l'intérêt de m'y attarder. Je suis désolée et c'est surement très égoïste mais je cherche à analyser certains points qui m'interloque moi, et là notamment c'était la projection du plaisir/douleur. Je papillonne dans mes lectures, je prends à droite à gauche ce qui me parle, ce qui me trouble, mais jamais je ne fais une analyse totale d'un ouvrage où alors il faut vraiment que celui ci m'interpelle totalement. Donc je pioche et j'analyse. Probablement qu'une partie 0,01 % de ce que j'ai lu restera dans ma tête mais c'est cette partie là qui me sera utile au moment précis. C'est ça aussi la synchronicité, de faire confiance à son instinct.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tison2feu Membre 1 883 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Cet extrait est tiré précisément du livre des coïncidences de Chopra (édition 2008 quand même !) que j'ai lu il y a quelques jours. Enfin sa traduction parce que désolée mais je suis nulle en langues. Je lis de manière compulsive donc évidemment je ne m'attache pas à la totalité d'un livre. Certains détails m'interpellent et je m'y attarde plus que sur d'autres.

La synchronicité pour moi c'est Jung donc même si le mot est repris par Chopra et même transformé par synchrodestiné, je ne vois pas l'intérêt de m'y attarder. Je suis désolée et c'est surement très égoïste mais je cherche à analyser certains points qui m'interloque moi, et là notamment c'était la projection du plaisir/douleur. Je papillonne dans mes lectures, je prends à droite à gauche ce qui me parle, ce qui me trouble, mais jamais je ne fais une analyse totale d'un ouvrage où alors il faut vraiment que celui ci m'interpelle totalement. Donc je pioche et j'analyse. Probablement qu'une partie 0,01 % de ce que j'ai lu restera dans ma tête mais c'est cette partie là qui me sera utile au moment précis. C'est ça aussi la synchronicité, de faire confiance à son instinct.

C'est noté pour la date d'édition.

Que faut-il entendre par "projection du plaisir/douleur" ? Cela ne me parle pas du tout parce que tout cela est totalement abstrait. Je projette mon plaisir ou mon déplaisir sur quoi ? Bref, pourrais-tu développer, stp ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
eclipsepartielle Membre 3 903 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)

C'est noté pour la date d'édition.

Que faut-il entendre par "projection du plaisir/douleur" ? Cela ne me parle pas du tout parce que tout cela est totalement abstrait. Je projette mon plaisir ou mon déplaisir sur quoi ? Bref, pourrais-tu développer, stp ?

la projection du plaisir et de la douleur sur l'amour et la peur. Pas par rapport à mon idée mais par rapport à celle de Chopra. N'ayant pas d'avis tranché sur la question, j'y réfléchis....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
swam Membre 7 195 messages
Forumeur alchimiste‚ 107ans
Posté(e)

Si je peux me permettre:

Dire que nous sommes controlés par deux choses, le plaisir et la douleur, qui se résument a une seule, ne nous mene pas loin.

Ce qui est une source de plaisir pour l'un, peut etre une source de douleur pour l'autre, et inversement.

La différence entre les gens se fait la précisément.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
eclipsepartielle Membre 3 903 messages
Forumeur alchimiste‚ 100ans
Posté(e)

Oui c'est précisément ce que dit Chopra aussi dans cet extrait :)

Si je peux me permettre:

Dire que nous sommes controlés par deux choses, le plaisir et la douleur, qui se résument a une seule, ne nous mene pas loin.

Ce qui est une source de plaisir pour l'un, peut etre une source de douleur pour l'autre, et inversement.

La différence entre les gens se fait la précisément.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×