Aller au contenu

De fausses petites annonces sur le Bon Coin pour dénoncer la maltraitance des enfants


January

Messages recommandés

Modérateur, ©, 105ans Posté(e)
January Modérateur 54 808 messages
105ans‚ ©,
Posté(e)

L'association Enfance majuscule a lancé une campagne originale sur le site de petites annonces, en cachant des enfants derrière des meubles pour dénoncer la maltraitance des enfants. L'objectif est d'interpeller un public large sur internet.

XVM16507496-db0d-11e5-86c9-679b47db606c.jpg

Les internautes qui souhaitaient acheter un meuble en région parisienne ces derniers jours ont dû être quelque peu surpris. La semaine dernière, l'association Enfance Majuscule a lancé une campagne originale pour lutter contre la maltraitance des enfants. Le collectif a en effet choisi de publier de fausses annonces sur le site Leboncoin.fr, dans lesquelles des enfants tentent de se cacher pour échapper à la violence, raconte France Bleu ce mercredi. L'association a agi en collaboration avec le site qui n'a pas hésité à héberger cette campagne.

http://www.lefigaro....des-enfants.php

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, The Chancelier, 40ans Posté(e)
Mak Marceau Membre 4 883 messages
40ans‚ The Chancelier,
Posté(e)

Avec tout le monde qui est forcés à faire des enfants, je crois bien évidement que la maltraitance des enfants existe.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Modérateur, ©, 105ans Posté(e)
January Modérateur 54 808 messages
105ans‚ ©,
Posté(e)

C'est surprenant comme opération de sensibilisation, mais je pense que tous les moyens sont bons.

Quelques chiffres sur la Maltraitance en France

Généralités

Il existe aujourd’hui en France plus de 98 000 cas connus d’enfants en danger, c’est-à-dire 10% de plus qu’il y a dix ans.

Parmi eux :

19 000 sont victimes de maltraitance

78 000 se trouvent dans des situations à risque

Plus de chiffres

Plus précisément :

44 % des enfants maltraités ont moins de 6 ans

60 % des cas de maltraitance sexuelle ont lieu dans la famille des victimes

46 % des cas de maltraitance sont imputables aux pères

25 % des cas de maltraitance sont imputables aux mères

9 % des cas de maltraitance sont imputables aux beaux-pères

600 à 700 décès sont imputables à de mauvais traitements infligés par les parents.

(Source asso. Enfant Bleu)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 111ans Posté(e)
stvi Membre 20 709 messages
Mentor‚ 111ans‚
Posté(e)

à lire les commentaires précédents je crois que la protection de l'enfance dans notre pays est une cause désespérée ....

cette initiative désespérée elle aussi ,démontre l'indifférence voire la complicité dont font preuve beaucoup d'entre nous ...

ces petits bout de choux qui n'ont que nous ,adultes ,pour les protéger ne comprennent plus l’attitude de prédateurs et de bourreaux de leurs supposés protecteurs ...L'Europe nous montre du doigt ...

"Le Conseil de l’Europe – l’organisme européen de défense des droits de l’homme – estime, dans une décision qui doit être rendue publique mercredi, que le droit français « ne prévoit pas d’interdiction suffisamment claire, contraignante et précise des châtiments corporels » révèle Le Monde.fr. La France viole l’article 17 de la Charte européenne des droits sociaux dont elle est signataire, qui précise que les Etats parties doivent « protéger les enfants et les adolescents contre la négligence, la violence ou l’exploitation ».

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Modérateur, ©, 105ans Posté(e)
January Modérateur 54 808 messages
105ans‚ ©,
Posté(e)

à lire les commentaires précédents je crois que la protection de l'enfance dans notre pays est une cause désespérée ....

Merci stvi, j'ai trouvé ça consternant aussi mais bon...

Et puis il y a un truc incompréhensible quand même, ce sont les stats, une personne sur dix déclare avoir été maltraitée étant enfant (c'est quand même énorme) mais peu de gens bougent smiley_ohwell.gif

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre+, Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre, 37ans Posté(e)
Noisettes Membre+ 10 088 messages
37ans‚ Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre,
Posté(e)

Merci stvi, j'ai trouvé ça consternant aussi mais bon...

Et puis il y a un truc incompréhensible quand même, ce sont les stats, une personne sur dix déclare avoir été maltraitée étant enfant (c'est quand même énorme) mais peu de gens bougent smiley_ohwell.gif

Disons qu'il y a des schémas absurdes qui existe dont celui qui dit qu'un enfant maltraité devient un parent maltraitant sans autre forme de procès.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 111ans Posté(e)
stvi Membre 20 709 messages
Mentor‚ 111ans‚
Posté(e)

peut être aussi parce qu'on reproduit facilement un comportement subi ...

Si on ne casse pas ce cercle vicieux ,la France restera encore à la ramasse pour un bout de temps ....

c'est aux politiques à légiférer et à ne pas être hors la loi de la réglementation Européenne ...

c'est simple il suffit que le gouvernement ratifie cette loi interdisant la maltraitance faite aux enfants ...

les enfants n'ont pas de tracteurs ,ne bloquent pas les routes ,ne vandalisent pas les supermarchés ,et pourtant (au bas mot) deux enfants meurent tous les jours sous les coups et un par défaut de surveillance ,en silence ...un record ,pour une catégorie sociale ..

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre+, Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre, 37ans Posté(e)
Noisettes Membre+ 10 088 messages
37ans‚ Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre,
Posté(e)

Je ne fais pas partie de ces personnes qui reproduisent ce qu'elles ont subis et ce genre de procès d'intention reposant sur du vent, c'est un procédé criminel à mes yeux car rien de tel pour démolir une famille qui est en train de ce construire. Mais que des professionnels se plantent, ça, en revanche, ce n'est pas grave.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 104ans Posté(e)
bondgers Membre 1 508 messages
Baby Forumeur‚ 104ans‚
Posté(e)

Le problème c'est que ce n'est pas toujours facile à diagnostiquer les enfants maltraités (à la maison ou à l'école), car souvent, au lieu de réagir et de se plaindre, ils se replient au contraire sur eux même, soit parce-qu'ils ont peur, soit parce-qu'ils ont honte. Et donc ils ont juste l'air sage, or on se préoccupe davantage des enfants turbulents.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Modérateur, ©, 105ans Posté(e)
January Modérateur 54 808 messages
105ans‚ ©,
Posté(e)

Sincèrement moi je crois que les gens se taisent. Ils savent et ils passent leur chemin. A l'intérieur des familles, dans le cercle de proches, à l'école, à l'hôpital, etc...

Il faudrait commencer par élaborer des campagnes de sensibilisation plus agressives, impliquant le silence d'autrui. Parce que les campagnes qui montrent des petits endormis et une porte qui s'ouvre sans bruit en pleine nuit, on en a soupé. Les gens disent "c'est horrible", se râclent la gorge et pensent vite à autre chose.

Tentons de mettre en image le silence des gens autour, faisons autre chose, autrement !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, [Sans sous-titre - Version Originale Intraduisible], Posté(e)
Anna Kronisme Membre 2 130 messages
[Sans sous-titre - Version Originale Intraduisible],
Posté(e)

La démarche est louable mais, est-ce que les utilisateurs de ce site de petites annonces se sentent concernés lorsqu'ils comprennent que la superbe armoire n'est pas en vente ? Ça va les contrarier et le petit qui joue à tirer la queue du chat juste à côté va s'en prendre une...

La violence s'exerce encore parce qu'elle est banalisée et rien de tel que les médias pour la banaliser davantage.

Devenir parent pourrait s'apprendre ou/et se réapprendre mais, dans une Société où l'apprentissage est davantage focalisé sur la rentabilité, il faut bien dire que nous avons plus de facilité à penser guérir que prévenir.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Modérateur, ©, 105ans Posté(e)
January Modérateur 54 808 messages
105ans‚ ©,
Posté(e)

La démarche est louable mais, est-ce que les utilisateurs de ce site de petites annonces se sentent concernés lorsqu'ils comprennent que la superbe armoire n'est pas en vente ? Ça va les contrarier et le petit qui joue à tirer la queue du chat juste à côté va s'en prendre une...

J'entends bien mais alors dans ces cas-là on ne fait plus rien :(

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
chouki Membre 972 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

en quoi le fait qu'un enfant soit caché derrière un meuble sous entends de la maltraitance.. Désolée mais voir des enfants cachés derrière des meubles me rappellent plus les parties de cache cache que je faisais avec mes frères et sœurs et avec mon fils plus tard et nullement tous les coups que j'ai reçu de la part de ma mère..

Vous voulez dénoncer la maltraitance sur les enfants et bien c'est simple fait la meme chose que pour la violence fait aux femmes, montrez des visages, des corps d'enfants avec les bleus, faites des vidéos montrant des vraies scènes de violences et non pas ce genre de photos inutliles ..

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 104ans Posté(e)
bondgers Membre 1 508 messages
Baby Forumeur‚ 104ans‚
Posté(e)

La démarche est louable mais,

C'est vrai qu'il serait bien de sensibiliser les gens, mais... faudrait trouver un truc plus efficace ! Car là j'y crois pas. En plus je trouve que les images choisies ne sont forcément évocatrices de la maltraitance. Ca pourrait très bien être un enfant qui s'amuse, qui joue à cache-cache, et que les parents auraient même fait exprès de choisir cette photo amusante pour... appâter le client ! Bref comme dit Anna Kronisme, leur démarche est louable, mais je suis pas sûr qu'elle soit efficace

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Modérateur, ©, 105ans Posté(e)
January Modérateur 54 808 messages
105ans‚ ©,
Posté(e)

en quoi le fait qu'un enfant soit caché derrière un meuble sous entends de la maltraitance.. Désolée mais voir des enfants cachés derrière des meubles me rappellent plus les parties de cache cache que je faisais avec mes frères et sœurs et avec mon fils plus tard et nullement tous les coups que j'ai reçu de la part de ma mère..

Vous voulez dénoncer la maltraitance sur les enfants et bien c'est simple fait la meme chose que pour la violence fait aux femmes, montrez des visages, des corps d'enfants avec les bleus, faites des vidéos montrant des vraies scènes de violences et non pas ce genre de photos inutliles ..

Tu es allée consulter les annonces ? Lorsque tu fais défiler les photos s'inscrit quelque chose sur la dernière, tu l'as vu ? Et la mention "Au moindre doute, faites le 119" tu l'as vu ?

C'est vrai qu'il serait bien de sensibiliser les gens, mais... faudrait trouver un truc plus efficace ! Car là j'y crois pas. En plus je trouve que les images choisies ne sont forcément évocatrices de la maltraitance. Ca pourrait très bien être un enfant qui s'amuse, qui joue à cache-cache, et que les parents auraient même fait exprès de choisir cette photo amusante pour... appâter le client ! Bref comme dit Anna Kronisme, leur démarche est louable, mais je suis pas sûr qu'elle soit efficace

Tous les moyens sont bons. C'est pas grand-chose, mais même si ça fait réagir 1 seule personne, tant mieux.

http://www.desappare...trompeuses.org/

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre+, Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre, 37ans Posté(e)
Noisettes Membre+ 10 088 messages
37ans‚ Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre,
Posté(e)

La TISF que je dois avoir sous le coude pour pouvoir voir mon fils (je me demande toujours en quoi je suis un danger pour mon fils) a encore évoqué un dysfonctionnement sur un jeune enfant : la mère de celui-ci l'a emmené aux urgences car celui-ci c'était facturé la jambe. Au vue de la fracture, les médecins en ont conclus que le gamin a été violenté par sa mère et ils étaient prêts à prévenir les services sociaux, mais il s'avère que la TISF était présente quand le petit garçon est tombé, elle leur a expliqué la raisons de la chute (et oui, le gamin chahutait avec son jeune frère), devant des médecins très septiques qui refusaient cette version des faits, voulant toujours prévenir les services sociaux. la mère du garçon, qui était désemparée, a expliqué que son fils souffrait d'une maladie génétique orpheline : la maladie des os de verres, chose que les médecins ne voulaient pas entendre, persuadés qu'ils avaient à faire à un cas de maltraitance. Mais en parcourant le carnet de santé du petit, il s'est bien avéré que l'enfant souffrait de cette maladie.

Résultat des courses, un gamin a a faillit être retiré à sa famille parce que des professionnels de santé (qui ne se remettent jamais en question) ont vu dans sa fracture un cas de maltraitance, sans écouter la mère du garçon qui évoquait une maladie génétique orpheline. Non seulement la mère en a pris la gueule devant son garçon, mais en plus elle été accusée de le maltraité, ce qu'elle a très mal pris et qu'elle vit toujours aussi mal.

Un doute peut détruire des famille, surtout s'il est alimenté sur rien de concret.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Modérateur, ©, 105ans Posté(e)
January Modérateur 54 808 messages
105ans‚ ©,
Posté(e)

Il y a des erreurs, il y en aura. Mais la suspicion de ces professionnels me plaît, je préfère ça à l'inverse. Combien d'enfants "sauvés" pour combien d'erreurs ?

Anna Kronisme dans son message évoque ni plus ni moins que TISF finalement lorsqu'elle propose d'apprendre, ré-apprendre, le "métier" de parents. Je suis d'accord avec elle.

Pourquoi ne pas imaginer que cette mesure est une mesure d'aide et d'accompagnement qui pourrait bien se révéler bénéfique ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre+, Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre, 37ans Posté(e)
Noisettes Membre+ 10 088 messages
37ans‚ Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre,
Posté(e)

Qu'il y ai de erreurs est une chose, mais pourquoi massacré des familles pour une erreur de jugement sur lesquels les professionnels restent axés? C'est ce genre de pratique que je ne comprends pas.

De plus, il y a plusieurs façon d'être parents, mais ce n'est pas toujours celle des professionnels de santés et les services de la Petite enfance.

J'espère pour toi qu'on ne t'a pas retiré tes enfants pour une erreur d'interprétation de diagnostique ? Erreur toujours plus ou moins reconnue, mais assumé par personne. Sais-tu ce que c'est que de voir ton enfant avec des personnes qui sont là pour te surveiller, ne pas être spontanée avec ton enfant, et ça, une demi-journée dans la semaine ? Rentrer à la maison et voir une chambre qui ne sert pas ? Se dire qu'on a mis une année de sa vie entre parenthèse pour des prunes et que les mêmes personnes te reprochent d'avoir du mal à trouver un emploi (j'adore quand on ne rit au nez, lors d'un entretien, parce que je cherche un emploi en tant que standardiste alors que j'ai un bac+3 en poche, mais cette licence sans le master ne faut rien et je ne peux pas reprendre un master après deux ans d'interruption d'étude, dont une que j'avais programmé pour m'occuper du petit).

Cet enfant, je l'ai voulu plus que tout, bien que je savais que cela n'allait pas être facile. Mais je n'accepte pas qu'on le l'ai retiré pour une erreur d'interprétation de diagnostique et sous l'argument fallacieux de le protéger contre d'éventuelles maltraitance parce que son père et moi étions des enfants maltraités qui, à notre tour, aurions pu faire subir à notre fils ce qu'on a vécu. Je revendique mon rôle de mère, mais cette revendication ne passe pas. En général, quand je demande de l'aide, on m'envoie dans mes foyers, et quand je demande rien, on me l'impose, génial.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Modérateur, ©, 105ans Posté(e)
January Modérateur 54 808 messages
105ans‚ ©,
Posté(e)

Je trouve la mesure qui consiste à assister les enfants, puis les ados, puis les jeunes adultes et enfin les parents qui ont été maltraités est bonne. Retirer l'enfant certainement pas, et pas juste parce-que "on ne sait jamais". Ici en France on ne fait pas ce genre de choses sur du vent. On ne t'a pas retiré ton enfant parce-que tu as été maltraitée, ça n'existe pas. Reste l'erreur de diag ? Les moyens ?

J'ai vu beaucoup moins d'injustices que de choses bienvenues dans beaucoup de cas ou intervient l'ase. Mais j'en ai vues. La lourdeur de la machine administrative qui doit repartir en marche arrière empêche le demi-tour rapide, il faut plusieurs mois et ça : ce n'est pas admissible.

J'ai eu connaissance d'un cas où un couple a porté plainte. Ils ont eu gain de cause, dommages, etc..

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre+, Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre, 37ans Posté(e)
Noisettes Membre+ 10 088 messages
37ans‚ Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre,
Posté(e)

Je trouve la mesure qui consiste à assister les enfants, puis les ados, puis les jeunes adultes et enfin les parents qui ont été maltraités est bonne.

J'aimerai qu'on explique clairement quand je me suis retrouvée dans la pire des panades, les institutions n'ont pas été me mesure de m'aider ? Et pourquoi se sont-elles réveiller avec la naissance du Petit Rameau, et pas avant ? Sur ces questions, je n'ai que des réponses évasives.

Retirer l'enfant certainement pas, et pas juste parce-que "on ne sait jamais". Ici en France on ne fait pas ce genre de choses sur du vent. On ne t'a pas retiré ton enfant parce-que tu as été maltraitée, ça n'existe pas.

Il s'avère qu'on le l'a retiré justement parce que son père et moi sommes des enfants maltraités et qu'il y avait une crainte qu'on maltraite notre fils (on crois rêver, mais non, c'est bien ce qui a été écrit noir sur blanc dans le signalement inquiétant qui a été remis au procureur de la République, que le Juges des Enfants a suivi les yeux fermés et m'a accablé de tous les maux) alors que ni son père, ni moi n'avions fait preuve de violence envers le petit, au contraire, je ne l'ai jamais mis en danger, que ce soit physiquement ou émotionnellement. Et quand je pense que j'avais décidé d'aller dans cet hôpital pour être aidé en cas de baby-blues, je remercie le personnel d'avoir fichu ma vie de famille en l'air parce que je n'étais pas d'accord avec leurs vues.

Reste l'erreur de diag ?

Comment prouver que l'hypotonie et hypertonie qui a été diagnostiqué à ses six mois, dont l'inscription sur son carnet de santé sont inexistantes ? Le Petit Rameau s'est toujours laisser porter et il était se tendait il ne répondait pas aux stimulations autour de lui quand je n'étais pas avec lui (critères sur lesquels ont été diagnostiqués l'hypotonie et l'hypertonie) et qu'il serait mieux pour lui d'être séparer de lui car je n'étais consciente de son état de santé (ce que j'ai jamais contestée, mais la séparation, oui, je l'ai contester haut et fort). Et là, le problème du Petit Rameau, c'est qu'il a 20 mois, il ne marche toujours pas (du moins pas tous seul), qu'il n'a pas un langage articulé (mais le "non" et le "je veux pas" sont bien audibles quand il ne veut pas quelque chose, tout comme "papa" et "tata", on peut comprendre facilement "bijour" comme "bonjour" et "padon" comme "pardon") qu'il n'a aucun problème avec la séparation (il est limite trop sociable), ce qui indiquerait un problème émotionnel (je ne vois pas comment cela peut être autrement dans la mesure où il voit ses parents une fois dans la semaine pendant une demie-journée) et la solution, c'est de lui faire faire un bilan psychomoteur pour voir ce qu'il ne va pas (à titre perso, pour la marche, je pense que sa grande taille y est pour quelque chose) bien que mon opinion sur la question est simple : il n'a pas l'amour de ses parents au quotidien. J'attends aussi un éventuel diagnostique d'hyperactivité parce qu'il ne tient pas en place et qu'il ne peut pas rester concentrer plus de dix minutes sur une activité (ce qui est le max) et me dire que j'y suis pour quelque chose. Par contre, personne n'évoque sa curiosité pour ce qui l'entoure, chose que je constate semaine après semaine

Les moyens ?

On a les moyens matériels de subvenir à ses besoins. Il y a tout de même un salaire trois quart qui rentre tous les mois (le salaire complet de son père et mon tout petit salaire de standardiste). Il aura la présence de sa mère toute la journée (vu que je travaille de 17h30 à 19h), celle de son père le soir et celle de ses deux parents le week-end avec quelques activités. Et ce n'est toujours pas suffisant.

J'ai vu beaucoup moins d'injustices que de choses bienvenues dans beaucoup de cas ou intervient l'ase. Mais j'en ai vues. La lourdeur de la machine administrative qui doit repartir en marche arrière empêche le demi-tour rapide, il faut plusieurs mois et ça : ce n'est pas admissible.

J'ai eu connaissance d'un cas où un couple a porté plainte. Ils ont eu gain de cause, dommages, etc..

Jamais ils reconnaitront leur erreur et cela nous retombera, une fois de plus, sur la figure. Parce que le petit, je ne vais pas le retrouver de sitôt, et ça, je le sais. Mais qui s'intéresse vraiment à l'enfer que je vis depuis un an, qui prend en compte mes doléances sur cette situation? Personne. Quand j'essaie d'expliquer que j'ai mis ma vie entre parenthèse pour m'occuper de mon fils, j'ai le droit à une histoire de transfert (mon fils est l'une de mes raisons de vivre, je vis pour lui, pas à travers lui). En attendant, je suis coincée de partout, et je passe mes journée à déprimée, mais cela n'a pas d'importance. Mais que le petit a une mère qui est une anxieuse de nature, ça, c'est grave et il devrais vivre loin de moi.

Super certaines conception de l'aide à l'enfance.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×