Aller au contenu

Vos avis sur mon article


Messages recommandés

Membre 29ans Posté(e)
Destiny-Hope Membre 16 809 messages
Forumeur alchimiste‚ 29ans
Posté(e)

Bonsoir,

pour un devoir à la fac je dois rédiger un article "scientifique" en essayant d'être la plus objective possible...

Mais comme mon sujet touche aux idées féministes et que les sources que j'ai trouvé penchent de ce côté ci, j'ai l'impression d'avoir fait un truc trop orienté.

Vous pouvez me dire ce que vous en pensez ?

C'est pas tout à fait fini, il y a des fautes et des références entre parenthèses.

(C'est urgent, je dois le rendre bientôt, genre dans 2-3 jours).

Merci d'avance heart.gif

Stéréotypesde genre et jouets:

Les jouets "genrés" contribuent-ils au sexisme ?

La thématique des jouets peut paraitrefutile, mais elle est un sujet d'étude très intéressant en ce quiconcerne la question des stéréotypes de genre. Cette réflexion surles jouets genrés est du plus en plus présente dans des articles etpublications diverses. Mona Zegaï, doctorante en sociologie àl'université de Paris VIII en a fait son champ de recherche, sestravaux sont donc les sources principales pour cet article.

Qu'est-ce que le genre ?Qu'est-ce qu'un jouet genré ?

Legenre estun concept utilisé en sciencessociales pourdésigner les différences non biologiques entre les femmesetles hommes.Alorsque le sexefaitréférence aux différencesbiologiques entrefemmes et hommes, le genre réfère aux différences sociales,psychologiques,mentales,économiques,démographiques,politiques...

Les jouets genrés sont des jouetsdestinés spécifiquement aux filles ou aux garçons. Ceci estexprimé très clairement dans leur présentation, à travers lescouleurs utilisées, les descriptions, les images d'enfants montrésen train de jouer, mais aussi à travers les publicités etl'agencement des magasins. Lorsque l'on entre dans un magasins dejouets, il parait difficile de ne pas remarquer la présence d'unrayon à dominante rose présentant des jouets "de filles"et un autre plutot bleu dédié jouets "de garçons".

Pour Mona Zegaï, on observe dans lemonde des jouets une immitation de ce qui se fait dans le foyer. Lesfabricants de jouets respectent la réalité sociale et sesinégalités. Les inégalités sociales sexuées sont mêmeexacerbées dans le monde ludique.

Si la différenciation genrée desjouets apparait aujourd'hui très marquée, ce ne fut pas toujours siévident. Comme le souligne Mona Zegaï, à travers son étude descatalogues de jouets depuis les années 1970, la différenceest beaucoup plus marquée qu'avant. On constate une évolutiondepuis plusieurs décénies. Avant, les jouets étaient présentésde manière plus neutre.

C'est dans les années 1980-1990 queces différenciations font plus forte et se cristallisent. Avec ledéveloppement du marketing, les filles et les garçons sontspécifiquement ciblés. Les catégories de genre deviennent alorsrigides.

Il existe aujourd'hui ce que l'onappelle le marketing genré. C'est-à-dire que les fabricants dejouets et les publicitaires ont assigné aux filles et aux garçonsdes objets et des univers ludiques différenciés, et par la mêmeoccasion des gouts et des rôles sexués différents. Les jouetsgenrés ont donc envahi les rayons des magasins et se vendent trèsbien.

Pourquoi un tel succès ?

En effet, les jouets genrés ontbeaucoup de succès. Cela s'explique par plusieurs raisons. Pourcommencer, les catégories de genre sont généralement bienintégrées par les enfants, car elles leurs sont sans cessetransmises par la publicité et renvoyées par les autres enfants.

(article jouets garçons)Aussi commel'explique Mona Zegaï, les enfants ont tendance à exercer uneautocensure et à se plier au modèle établi par ce qu'ils voientautours d'eux. La confrontation à la norme sociale peut être trèsviolente entre enfants. Il est marginalisant pour un garçon de jouerà la poupée. S'il aime, il va donc le cacher, s'autocensurer, seplier aux normes. De plus, l'enfant choisit aussi ses jouets pourjouer avec les autres. Les enfants ont conscience que certains jouetsleurs sont destinés selon leur genre

Les garçons sont plus contraints parles normes de genre. En effet, il est plus facilerement accepté parla société de voir une fille jouer avec des jouets "de garçon"que l'inverse. Un garçon fera plus l'objets de moqueries, lesactivités de filles sont vues comme dévalorisantes pour lesgarçons.

Le rôle des parents est aussiimportant, même si la plupart d'entre eux ne se posent pas dequestions concernant le genre associé aux jouets et choisissent ceque l'enfant aime. Le genre parait être une question trèssecondaire. La reflexion telle qu'elle est posée ici, n'apparaitmême pas pour la plupart des parents.

Pourtant, les parents exercent parfoisun certains controle social pour éviter que l'enfant soit exclus.

-(article garçons). Aussi, on constateque certains parents associent l'homosexualité au fait pour lesgarçons de jouer avec des jouets "de filles" et fontpreuve d'une certaine inquiétude lorsqu'ils voient leurs garçonsjouer à la poupée.

Les critiques de cesjouets

Les réflexions, questionnements etcritiques sur ce sujet sont très souvent le fait de féministes etliées à des polémiques où des réactions à des jouets jugéssexistes. Les différentes sources que j'ai utilisées sont doncplutot orientées vers les idées féministes.

Pourles auteurs du site Couples et Familles-site d'information sur les problèmes concernant la famille, lescouples et l'éducation- les catalogues pour enfants devraientprivilégier les pages thématisées et unisexes, plutot que lescatégories genrées.

On constate de nombreuses réactions,face à des jouets jugés sexistes.

Pour commencer les associationsféministes ont manifesté plusieurs fois contre ce type de jouets.

En mai 2013, l'ouverture d'une "maisonde Barbie" à échelle humaine à Berlin a fait réagir diversesassociations féministes comme les Femen. Elles ont dénoncé lesdécors et activités qu'elles jugent extremement clichées le faitque seule l'apparence extérieure soit mise en avant.

Une autre manifestation de diversesassociations féministes (laBarbe, les chiennes de garde, Femen et les efFRONTé-e-s)a eu lieu en décembre 2014 dans un magasin de jouets. Elles se sontinsurgées contre l'influence néfaste des jouets qui sont pour ellesle début du conditionnement. Elles l'ont d'ailleurs exprimé àtravers le slogan "princesse un jour, boniche toujours".

Si l'ont peut parfois accuser lesassociations féministes de voir du sexisme partout, dans ce cas leuravis est aussi celui d'autres personnes extérieures.

L'année dernière une britannique de 7ans a fait le buzz sur internet avec une photo sur laquelle on peutla voir montrer son indignation en désignant une publicité dans unmagasin de jouets. La publicité pour des jouets super-héros lesprésentaient comme "des jouets fun pour les garçons". Lapetite fille aimant les super-héros n'a pas apprécié cettepublicité, et après le buzz provoqué par la photo, la marque adécidé de retirer la publicité.

En outre, un rapport sénatorial a étépublié en décembre 2014 par Chantal Jouanno et Roland Courteau.Celui-ci a pour objet l'importance des jouets dans la construction del'égalité fille-garçon. Le rapport reprend les analyses de MonaZegaï, s'intéresse à l'influence des jouets sur la constructiondes rôles sociaux et prévoit des recommandation pour faire face aux"stéréotypes sexistes du monde des jouets".

De nombreuses voix se lèvent donc pourdénoncer les clichés sexistes véhiculés à travers les jouets.

Pour ce qui est des avis opposés, ilssont presque absents.

Certains parents pensent que les jouetsgenrés donnent des repères aux enfants.

D'autres se disent tout simplement quel'enfant choisi ce qu'il veut et jugent donc ce sujet futile.

Des associations telles que Civitas ouLa Manif pour tous ont peut être des avis sur le sujet, mais aucunarticle ne présente leur vision des choses.

Face aux réactions contre les jouetsjugés sexistes, certaines marques ont réagi en proposant des jouetsdifférents, pas destinés spécifiquement à un genre.

La marque Tim et Lou du magasin Lagrande récré se veut "dégenrée".En effet, cette marquepropose des jouets d'imitation, c'est-à-dire qui permettent de jouerà imiter les adultes, mais sans faire de marketing genré. En effet,on trouve sur leurs catalogues et leur site des aspirateurs ou desperceuses, mais rien dans la présentation ne les destine aux garçonsou aux filles. Les couleurs rose et bleu ne sont pas utilisées.Cependant, dans les magasins ces jouets sont séparés, certainsprésentés au rayon fille, d'autres au rayon garçon, ne permettantalors pas de mettre en évidence cet aspect "dégenré".

-(sociologue madmoizelle, Mona Zegaï)Les marques réagissent lorsqu'elles sont critiquées sur un pointprécis, elles le modifient, mais il n'y a pas réellement deréflexion générale sur le marketing genré.

Comme le souligne Mona Zegaï, malgréla remise en cause de plus en plus forte des stéréotypes depuisquelques années (3 ou 4 ans), on assiste à une accentuation de ladifférenciation genrée sur le long terme. Les critiques n'ont doncpas encore de réelle influence.

Influence des jouets

Enfin, la question de l'influence deces jouets est centrale.

-Selon Mona Zegaï les jouets diffusentdes modèles et des normes que l'on intègre. Ils construisent desgoûts, des pratiques. La contrainte qu'ils créent est intégrée,elle n'est plus ressentie, mais existe pourtant.

-Pour Sophie Ruel-Traquet, maïtre deconférence à l'université de Toulouse II, les loisirs tiennent uneplace centrale dans développement de l'identité. Les jouets et jeuxsont supports de différenciation sexuelle. Les filles développentune culture "du dedans", leurs jeux se déroulent àl'intérieur, au contraire les garçons passent plus de temps àl'extérieur.

Comme je l'ai dit, il est plusfacilement accepté que les filles jouent aux jeux "de garçons".Ce n'est pas honteux pour une fille d'aimer l'univers "desgarçons" Le masculin est valorisé dans notre société.

Sophie Ruel-Traquet précise même que"Dans notre société où l'idée d'un discours tend versl'indifférenciation des genres, les enfants s'orientent vers unemasculinisation des filles et non vers une féminisation desgarçons."

À côté de cela, les jeux d'imitationdes adultes transmettent des shémas de genre et les enfantsconstruisent leur indentité sociale en affirmant leur appartenance àun genre. Ils intègrent donc très tôt les rôles sexués.

Cependant, il ne faut pas voire unendoctrinement des enfants à travers les jouets. Il n'y a pasforcément de liens entre jouets les jouets auxquels les enfantsjouent et leurs places dans la société ou leurs métiers plus tard.Si l'omniprésence des stéréotypes de genre dans le monde desjouets est indéniable, leur influence sur la construction socialedes enfants n'est pas si évidente.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre 27ans Posté(e)
Eventuellement Membre 3 422 messages
Baby Forumeur‚ 27ans
Posté(e)

Si tu veux apporter un peu plus d'objectivité à l'article, essaie d'enlever "je".

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invités Posté(e)
Invité s Invités 0 message
Posté(e)

Bonjour, je ne dirais pas qu'un jouet contribue au sexisme, c'est plutôt la représentation qu'on en fait, publicité...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Clou quantique Membre 3 201 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Salut.

Bonsoir,

pour un devoir à la fac je dois rédiger un article "scientifique" en essayant d'être la plus objective possible...

Mais comme mon sujet touche aux idées féministes et que les sources que j'ai trouvé penchent de ce côté ci, j'ai l'impression d'avoir fait un truc trop orienté.

Vous pouvez me dire ce que vous en pensez ? La science, c'est hypothèse puis démonstration ou constat puis explication. Donc, à un moment, il faut s'engager. La subjectivité repose sur le ressenti perso, l'intime conviction, l'intuition, c'est la seule chose à bannir.

Stéréotypes de genre et jouets : les jouets "genrés" contribuent-ils au sexisme ?

La thématique des jouets peut paraitre futile (NAN, PAS BON !!! Faut rester POSITIF, pas de mot négatif), mais elle est un sujet d'étude très intéressant en ce quiconcerne la question des stéréotypes de genre. Cette réflexion surles jouets genrés est du plus en plus présente dans des articles etpublications diverses. Mona Zegaï, doctorante en sociologie àl'université de Paris VIII en a fait son champ de recherche, sestravaux sont donc les sources principales pour cet article.

Sinon, pareil, il faut éviter le JE. La correction automatique, ça aide aussi.

++

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 29ans Posté(e)
Destiny-Hope Membre 16 809 messages
Forumeur alchimiste‚ 29ans
Posté(e)

Alors:

-Pour le "je", si je me trompe pas il n'y en a qu'un, je vais l'enlever.

-Pour les fautes, comme je l'ai dit, j'ai pas encore corrigé, et quand je copie de longs texte dans un post ici, ça enlève plein d'espaces.

-Samira, oui c'est le jouet et tout ce qu'il y a autours, faut que je le formule de façon plus claire.

La science, c'est hypothèse puis démonstration ou constat puis explication. Donc, à un moment, il faut s'engager. La subjectivité repose sur le ressenti perso, l'intime conviction, l'intuition, c'est la seule chose à bannir.

J'ai pas osé en dire trop vu que ce que je trouvais allait tout dans le même sens je voulais pas faire un truc trop orienté. Mais du coup, il faut que fasse plus le bilan de ce qui ressort pour chaque partie ?

(NAN, PAS BON !!! Faut rester POSITIF, pas de mot négatif)

Mais du coup comment je dis ça ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Enchantant Membre 11 496 messages
Forumeur confit‚
Posté(e)

Bonjour,

Entre un jouet « genré » et une « diary diarrhée », ce que j’y vois de commun, c’est cette masturbation intellectuelle qui n’a pas beaucoup de signification pour moi.

Les petits dans leur tendre enfance observent très vite qu'il y a quelques différences entre leur père et leur mère. En s’identifiant naturellement, par le jeu, à l’un ou l’autre d’un parent dans la très grande majorité des cas.

Que des personnes aient un genre biologiquement conflictuel entre ce qu’il croit être ou sont puissent souffrir d’une construction mentale, qui ne correspond pas aux critères de leur construction physique, cela existe effectivement. Ils n’en sont pas moins humains pour autant.

Mais, sous prétexte d’une égalité ânonnée, s’appliquant à vouloir tout niveler, alors que l’on est tous différents les uns des autres, me semble absurde de contradiction.

Cela ne vous aidera sans doute pas à rédiger votre copie,mais c’est ma vision des choses sur le sujet.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Clou quantique Membre 3 201 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

La thématique des jouets peut paraitrefutile, mais elle est un sujet d'étude très intéressant en ce quiconcerne la question des stéréotypes de genre. Cette réflexion surles jouets genrés est du plus en plus présente dans des articles etpublications diverses. Mona Zegaï, doctorante en sociologie àl'université de Paris VIII en a fait son champ de recherche, sestravaux sont donc les sources principales pour cet article.

Les hommes et les femmes sont, à des degrés divers, soumis à des stéréotypes de genre, imposés la société qu'ils contribuent eux-même à constituer. L'étude des jouets genrés permet d'étudier l'installation de ces stéréotypes dès les premières années de vie. En effet, après le prénom et les vêtements, c'est par cet objet de divertissement et de développement psychomoteur que l'on marque la différence entre garçon et fille. Parmi les divers articles et publications à évoquer, nous mettrons l'accent sur les travaux de Mona Zegaï, doctorante en sociologie à l'université Paris VIII.

Ça fera 5€. Merci. :D

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
ziff Membre 74 messages
Forumeur en herbe‚
Posté(e)

Il serait simple pour éliminer le sexisme de faire en sorte que chaque enfant qui désire un jouet puisse le choisir librement, en fonction de ses préférences et non d'une quelconque classification du jouet.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Enchantant Membre 11 496 messages
Forumeur confit‚
Posté(e)

Les hommes et les femmes sont, à des degrés divers, soumis à des stéréotypes de genre, imposés la société qu'ils contribuent eux-même à constituer. L'étude des jouets genrés permet d'étudier l'installation de ces stéréotypes dès les premières années de vie. En effet, après le prénom et les vêtements, c'est par cet objet de divertissement et de développement psychomoteur que l'on marque la différence entre garçon et fille. Parmi les divers articles et publications à évoquer, nous mettrons l'accent sur les travaux de Mona Zegaï, doctorante en sociologie à l'université Paris VIII.

Ça fera 5€. Merci. :D

Pour quelque chose qui ne vaut pas un seul clou quantique...c'est cher!tongue.gif

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 29ans Posté(e)
Destiny-Hope Membre 16 809 messages
Forumeur alchimiste‚ 29ans
Posté(e)

Comme ça c'est mieux ? J'ai fait un mix avec tes idées. Et t'auras pas un centime, na ! tongue.gif

Pourétudier la question des stéréotypes de genre, de plus en plusprésente dans les débats et questionnements, la thématique desjouets constitue un axe très intéressant. L'étudedes jouets "genrés" permet d'étudier l'installation de cesstéréotypes dès l'enfance. Parmiles divers articles et publications à évoquer, nous mettronsl'accent sur les travaux de Mona Zegaï, doctorante en sociologie àl'université Paris VIII qui a fait de ce sujet sa spécialité.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Clou quantique Membre 3 201 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Oui, après c'est chacun sa sauce. Harissa, mayo, ketchup, etc. Avec ou sans frite.

Bon, je baisse à 4,99€.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 4 semaines après...
Membre 87ans Posté(e)
Promethee_Hades Membre 23 686 messages
Chien Fou forumeur‚ 87ans
Posté(e)

Les jouets genrés sont une demande du public. Avant on fait des études, on prends des enfants et on les mets devant des tas de jouets, on dispose de tas de couleurs, et on regarde la majorité de ce qu'ils font, ont choisi rien pour eux ils sont observé par toute une quirielle de psychologues, de spécialistes de tout acabit, et ensuite on fait le marché avec toute ses études.

On impose rien au gamins c'est eux qui imposent, pour qu'on fourgue le plus possible de camelote aux parents. Sans compter que combien d'adulte achètent des bien de consommations pour eux avec l'avis de leur enfants, ce fut même constaté pour des voitures.

Quand a aller sur le site ministériel, qui s'occupe de ça, et faire des remarques, pour un particulier faut que tu explique comment on fait. Par ce que j'ai pas trouvé.

http://www.reseau-canope.fr/outils-egalite-filles-garcons/

http://www.education.gouv.fr/cid80888/plan-d-action-pour-l-egalite-entre-les-filles-et-les-garcons-a-l-ecole.html

Par ce que pour une égalité je suis à 100% d'accord, mais pour une même identité alors là je :smile2: :smile2: :smile2:

Hors à lire ces sites, j'ai plus l'impression que l'on cherche une identité commune qu'une réelle égalité.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×